Ne nous frappons pas

Ne nous frappons pas

-

Documents
187 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Extrait : Et, en effet, à chaque kilomètre, une pièce de deux sous s'échappe du distributeur et vient modestement récompenser le travailleur de son effort. --- Mais pardon, interrompis-je mon ami, est-ce que cela ne serait pas plus simple au bonhomme d'avoir un domestique, un seul, qui lui pousserait sa petite guimbarde sans tous ces fatras pseudo-mécaniques. --- Sans doute, sans doute, s'il ne s'agissait que de purs trimballages

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 17
EAN13 9782824712222
Langue Français
Signaler un problème

ALP HONSE ALLAIS
N E NOUS F RAP PONS
P AS
BI BEBO O KALP HONSE ALLAIS
N E NOUS F RAP PONS
P AS
Un te xte du domaine public.
Une é dition libr e .
ISBN—978-2-8247-1222-2
BI BEBO OK
w w w .bib eb o ok.comA pr op os de Bib eb o ok :
V ous av ez la certitude , en télé char g e ant un liv r e sur Bib eb o ok.com de
lir e un liv r e de qualité :
Nous app ortons un soin p articulier à la qualité des te xtes, à la mise
en p ag e , à la ty p ographie , à la navig ation à l’intérieur du liv r e , et à la
cohér ence à trav er s toute la colle ction.
Les eb o oks distribués p ar Bib eb o ok sont ré alisés p ar des béné v oles
de l’ Asso ciation de Pr omotion de l’Ecritur e et de la Le ctur e , qui a comme
obje ctif : la promotion de l’écriture et de la lecture, la diffusion, la protection,
la conservation et la restauration de l’écrit.
Aidez nous :
V os p ouv ez nous r ejoindr e et nous aider , sur le site de Bib eb o ok.
hp ://w w w .bib eb o ok.com/joinus
V otr e aide est la bienv enue .
Er r eur s :
Si v ous tr ouv ez des er r eur s dans cee é dition, mer ci de les signaler à :
er r or@bib eb o ok.com
T élé char g er cet eb o ok :
hp ://w w w .bib eb o ok.com/se ar ch/978-2-8247-1222-2Cr e dits
Sour ces :
– Bibliothè que Éle ctr onique du éb e c
Ont contribué à cee é dition :
– Gabriel Cab os
Fontes :
– P hilipp H. Poll
– Christian Spr emb er g
– Manfr e d KleinLicence
Le te xte suivant est une œuv r e du domaine public é dité
sous la licence Cr e ativ es Commons BY -SA
Except where otherwise noted, this work is licensed under
h tt p : / / c r e a ti v e c o m m on s . or g / l i c e n s e s / b y - s a / 3 . 0 /
Lir e la licence
Cee œuv r e est publié e sous la licence CC-BY -SA, ce qui
signifie que v ous p ouv ez lég alement la copier , la r e
distribuer , l’ env o y er à v os amis. V ous êtes d’ailleur s
encourag é à le fair e .
V ous de v ez aribuer l’ o euv r e aux différ ents auteur s, y
compris à Bib eb o ok.CHAP I T RE I
Histoir e p eu cr o y able
   ’   à M. le dir e cteur du Journal des Débats ma –
dûment et dur ement motivé e – démission d’acheteur au numér o .J Cause de mon ir e : la publication, en ce v esp éral et grav e
org ane , d’une histoir e e xtraordinair e , fr oidement raconté e comme si
c’était la chose la plus natur elle du monde , histoir e qui n’ eût certes p as été
déplacé e sous la plume du folâtr e Monsieur Ge or g e A uriol.
Or , si j’achète les Débats , c’ est p our y lir e du sérieux, et v ous aussi,
n’ est-il p as v rai, mes b ons amis ?
and les g ens grav es se meent à fair e des blagues, ils ne les font
p as à moitié .
O y ez plutôt :
( Je copie pr esque te xtuellement.)
« M. Henrik D ahl, de T alesund ( Nor vèg e ), naturaliste distingué et
fer v ent dar winiste , v oulut suiv r e dans toutes ses phases l’é v olution d’un
êtr e animé .
1Ne nous frapp ons p as Chapitr e I
» À cet effet, il se pr o cura un har eng pê ché tout vif au ord v oisin ; il
le plaça dans un aquarium dont il r enouv ela l’ e au de mer , en diminuant,
chaque jour , la quantité de liquide .
» D’ab ord un p eu gêné , notr e har eng se montra philosophe , et, ne
p ouvant plus se liv r er à ses nautiques ébats, s’habitua p eu à p eu à viv r e
en amphibie , tantôt dans l’air , tantôt dans l’ e au.
» M. D ahl p our suivit l’ e xp érience : il vida l’aquarium.
» Le har eng p ar ut incommo dé ; mais il en prit son p arti, s’accoutuma
au régime se c, r espira comme un ter rien et s’éle va d’un degré dans
l’échelle des êtr es.
» Pour le ré comp enser , M. D ahl le tira du b o cal inutile , le p osa sur le
sol et lui apprit à viv r e ainsi que le comp ortait sa nouv elle dignité .
» La bête était intellig ente , affe ctueuse , souple ; elle fit tout ce qu’ on
v oulut.
» Elle s’accommo da de nour ritur es inusité es chez les p oissons,
mang e a dans la main de ses hôtes et s’éprit p our son maîtr e d’une amitié si
viv e qu’ elle témoignait un chagrin véritable quand celui-ci la quiait p our
se r endr e à ses o ccup ations ( sic ! ).
» Alor s, M. D ahl jug e a le moment v enu de franchir la se conde étap e :
il instr uisit le do cile animal à ramp er comme font les ser p ents.
» Après quelques mois d’ entraînement, le brav e har eng se mouvait
av e c agilité : le naturaliste l’ emmenait dans ses pr omenades et s’ en faisait
comme d’un caniche ( resic ! ). »
Abrég e ons et ar riv ons au drame :
« Un jour que M. Henrik D ahl et son har eng fidèle se pr omenaient
dans le quartier du p ort, v oilà qu’ils s’ eng agèr ent sur un p ont fait de
planches disjointes !
» Hélas ! la malheur euse bête glissant p ar une fissur e , tomba dans le
bassin. »
. . . Et le Journal des Débats ajoute fr oidement :
« Il y a tout lieu de cr oir e que , déshabitué de l’ e au, le har eng s’ est
no yé . »
n
2CHAP I T RE I I
Post-publicatum
ou
La baleine v olante
   mesurés et – je dois le r e connaîtr e – des plus
courtois, M. le dir e cteur du Journal des Débats m’avisa p er son-E nellement, quelques jour s plus tard, que son conseil
d’administration v enait de r efuser à l’unanimité la démission d’ acheteur au numéro
que j’avais cr u de v oir lui adr esser .
En dehor s de cee communication p er sonnelle , le Journal des Débats a
fait publier dans ses colonnes, sous la sy mp athique signatur e d e M.
Maurice Spr onck, une assez tortueuse e xplication tendant à r ejeter sur qui ? –
sur moi ! – la r esp onsabilité de cee histoir e du har eng frais transfor mé
en fidèle caniche .
Pour du toup et, c’ est du toup et ! Je ne me souviens nullement av oir
3Ne nous frapp ons p as Chapitr e I I
jamais rien publié de semblable en aucun v olume , ou si j’ai raconté
ladite histoir e , c’ est que j’étais pris de b oisson, et alor s j’aurais tout oublié
depuis. . .
J’ai b e aucoup travaillé dans le dar winisme ; la séle ction, l’é v olution,
l’adaptation sont p our moi sans v oiles et certaines de mes obser vations
sont – je puis bien le dir e – demeuré es classiques.
T elle , p ar e x emple , celle de ce gr os chien blanc qui de vint noir à for ce
de s’ entendr e app eler Black p ar son maîtr e : le brav e animal avait finit p ar
s’adapter à son nom. N’ est-ce p as fort curieux ?
Pour en r e v enir au fameux har eng du naturaliste nor végien, plusieur s
savants av e c qui je déjeunais hier m’ ont assuré que le fait n’avait rien
d’ e x cessif.
Les e x emples ab ondent de p oissons sortant d’ eux-mêmes de certaines
rivièr es p our s’ en aller à pie d ( à pied ! ) r etr ouv er d’autr es cour s d’ e au plus
confor mes à leur s g oûts du moment.
Rien, p araît-il, ne serait plus aisé que de cultiv er l’ amphibisme de
b e aucoup de p oissons.
Un entraînement rationnel et p atient les met assez vite à même de
supp orter le régime se c, que dis-je le régime se c ! le régime aérien, car
dé v elopp ez la nag e oir e et v ous obtenez l’aile !
i sait si l’av enir de l’aér ostation n’ est p as là ?
Pour quoi p as ? et j’ en app elle à notr e confrèr e Emmanuel Aimé , le
distingué se crétair e de l’ A ér o-Club , dites-moi si quelque chose r essemble
plus à un ballon mi-dég onflé qu’une baleine é choué e ?
Saisissez-v ous le rapp ort ? V o y ez-v ous d’ici le b e au rê v e d’av enir ?
T rès délicatement, très aseptiquement, v ous dé collez la p e au de la
baleine de sur sa chair .
L’inter stice ainsi acquis, v ous le g onflez, g onflez, g onflez d’hydr ogène .
(oi de plus e xtensible que la p e au de la baleine ?)
L’ estomac de la baleine bien désinfe cté , v ous v ous y installez après
l’av oir fait confortablement meubler ( modern style ) p ar l’élég ant V an de
V elde .
Et v oilà !
Judicieusement dirig é e à grands coups de nag e oir es dans l’air , notr e
baleine nous conduira – actuels Jonas – v er s les buts souhaités.
4Ne nous frapp ons p as Chapitr e I I
Seulement, si nous v oulons êtr e prêts p our 1900, nous n’av ons p as
une minute à p erdr e ¹ .
n
1. Je t’é coute ! ( Note de l’Éditeur. )
5