Du platonisme à l aristotélisme. A l occasion d une publication récente - article ; n°62 ; vol.59, pg 197-248
53 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Du platonisme à l'aristotélisme. A l'occasion d'une publication récente - article ; n°62 ; vol.59, pg 197-248

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
53 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue Philosophique de Louvain - Année 1961 - Volume 59 - Numéro 62 - Pages 197-248
52 pages

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1961
Nombre de lectures 18
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Exrait

Charles Lefèvre
Du platonisme à l'aristotélisme. A l'occasion d'une publication
récente
In: Revue Philosophique de Louvain. Troisième série, Tome 59, N°62, 1961. pp. 197-248.
Citer ce document / Cite this document :
Lefèvre Charles. Du platonisme à l'aristotélisme. A l'occasion d'une publication récente. In: Revue Philosophique de Louvain.
Troisième série, Tome 59, N°62, 1961. pp. 197-248.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/phlou_0035-3841_1961_num_59_62_5075Du platonisme à l'aristotélisme
A l'occasion d'une publication récente
Resté longtemps mystérieux, le passage du platonisme à l'aris-
totélisme commence à s'éclairer grâce aux travaux innombrables
qu'y ont consacrés historiens et philologues. Vient de paraître un
volume d'un très haut intérêt, qui étudie précisément les rapports
entre les œuvres et les systèmes d'à Aristote et Platon au milieu
du IVe siècle » (li. Dans la préface, le Professeur Owen souligne que
les premiers écrits d'Aristote et leurs liens avec l'Académie retiennent
à présent l'attention et sont controversés plus que toute autre ques
tion d'histoire de la philosophie grecque. Nous avons pensé faire bien
en examinant ici les éléments que l'on pourrait retenir des contro
verses en question.
Soulignons sans plus attendre l'intérêt de la formule qui a donné
naissance à ce volume de rapports. Evitant l'anarchie d'assemblées
trop nombreuses ou mal préparées et, à l'inverse, les inconvénients
du labeur isolé, ce Symposium réunissait moins de trente spécial
istes du sujet, informés au préalable des grandes lignes de chaque
communication (2). La sobre dédicace du livre : to W. JaEGER,
<"> Aristotle and Plato in the Mid-Fourth Century. Paper* of the Symposium
Aristotelicum held at Oxford in August, 1957. Edited by I. DURING and G E.
L. OWEN (Studia graeca et latina gothoburgensia, XI). Gôteborg, Almqvist & Wik-
sell, 1960, 279 pp. — Si les notes bibliographiques suivantes ne sont pas trop
insuffisantes, l'auteur en est redevable à son père, qui eut la bonté de faire les
démarches nécessaires, ainsi qu'à d 'eminent» et excellents amis, MM. P. Wilpert,
E. Massaux, A. Milet, J. Gallez, A. Dubois. Il les en remercie de tout cœur, non
moins que Mgr A. Mansion, qui a bien voulu examiner cette étude avec toute
sa bienveillante acribie et l'améliorer en maint endroit.
(3> Nous nommerons plus loin une quinzaine de participants en présentant
leurs rapports. Signalons dès à présent le nom des cinq personnalités belges pré
sentes à Oxford, le P. E. de Strycker, S. J., M. P. Moraux, Mgr A. Mansion,
M116 S. Mansion, M. G. Verbeke. Les lecteurs de cette Revue auront pu lire la
chronique consacrée au Symposium par M"e S. Mansion (t. 55, 1957, pp. 521-525). Charles Lefèvre 198
A. MANSION, W. D. Ross, nous fait souvenir que ce petit congrès
eut la bonne fortune de compter parmi ses membres ceux-là mêmes
qui ont le mieux stimulé et jugé le mouvement des études en la
matière.
Nous nous proposons d'exposer successivement : 1) les com
posantes du problème, ou plus précisément les façons de le poser
et les principales solutions y apportées jusqu'aux approches du Sym
posium ; 2) les apports majeurs du volume considéré, éclairés de
quelques contributions récentes.
1
Esquissons à présent ce qui doit donner à notre seconde partie
une toile de fond adéquate.
Soit dit d'un mot, nous nous occupons de \* émergence d'Aris-
tote, et ce problème se pose généralement comme suit : ayant vécu
près de vingt ans à l'Académie, quand et comment a-t-il accédé à
l'autonomie intellectuelle qu'on lui reconnaît de tout temps (3> ? Très
(*> Voici les ouvrages auxquels nous nous référerons le plus:
A. TEXTES: Dans le florilège en 3 vol. de Mlte C. J. DE VoGEL, Greek Philo
sophy (Ley de, Brill), le vol. H (Aristotle..., 1953) consacre ses deux premiers cha
pitres (pp. 1-36) à l'évolution d'Aristote et à ses premiers écrits (pp. 37-229: autres
écrits d'Aristote; pp. 230-300: premiers péripatéticiens et membres de l'Acadé
mie); le vol. I (Thaïes to Plato, 1950) sera précieux également: notes et liaisons
concises, mais éclairantes. — Edition récente des fragments d'Aristote: W.
D. Ross, Aristotelis fragmenta select a. Oxford, Clarendon Press, 1955; traduction
anglaise presque tous ces morceaux dans: Sir D. Ross, Selected Fragments (The
Works of Aristotle Translated..., XIl), Oxford, Clarendon Press, 1952. Nous adop
terons toujours la numérotation adoptée par Ross, qui concorde, sauf quelques rares
exceptions, que nous signalerons, avec celle de R. WALZER, Aristotelis Dialogo-
rum fragmenta in usum scholarum, Florence, 1934; ce dernier volume contient
seulement VEudème, le Protreptique et le De philoeophia.
B. TRAVAUX (limités à la dernière décennie, sauf pour le premier ouvrage
signalé, qui reste très suggestif, malgré des erreurs dont on parlera): 1) W. JAEGER,
Aristoteles, Grundlegung einer Geschichte seiner Entwicklung, Berlin, 1923. L'au
teur a retouché son texte pour la traduction anglaise, due à R. ROBINSON (Arist
otle, Fundamentals of the History of his Development, 1934; réimpr. avec deux
appendices peu liés au sujet, Oxford, Clarendon Press, 1948). La 2e édition all
emande (Berlin, Weidmann, 1955) étant une reproduction photomécanique de la
première, ne donnant (en appendice) que les retouches apportées pour la traduc
tion anglaise, nous continuons à nous servir de cette dernière. 2) L'entreprise de
Jaeger n'a pas encore été tentée à nouveau. Mais, de l'avis général, l'étude d'en- Du platonisme à V aristotélisme 199
naturellement, le sujet se subdivise comme suit : I) Aristote a-t-il ad
héré au platonisme ? 2) S'en est-il dégagé CQmplètement ? 3) Peut-on
retrouver les étapes de cette évolution ?
Werner Jaeger, nul ne l'ignore, est l'homme qui a répondu
affirmativement et catégoriquement à chacune de ces trois questions.
Certes, dès 1910, l'oxonien T. Case avait esquissé les mêmes ques
tions et réponses, mais la position de Jaeger, exposée surtout dans
son Aristoteles (1923), fut la première à susciter un vif intérêt : les
problèmes d'heuristique et d'authenticité que traitait le savant all
emand, son interprétation et sa synthèse, furent l'occasion de mainte
appréciation et, qui plus est, de nombreuses vérifications et r
echerches ultérieures. Dès 1927, Augustin Mansion soulignait le carac
tère provisoire des résultats obtenus et indiquait une réponse person
nelle qui est devenue depuis lors le bien commun d'une grande partie
de la critique, en ce compris William David Ross (4) : certes, on
ne peut mettre en doute l'évolution d' Aristote à partir du plato-
semble la plus réussie, équilibrée et accessible, est celle de D. J. ALLAN, The
Philosophy of Aristotle (The Home University of Modern Knowledge, n° 222),
Oxford, University Press, 1952, réimpr. 1957; traduction allemande par P. WlL-
PERT, Die Philosophie des Aristoteles, Hambourg, Meiner, 1955. Nous en pré
parons une adaptation française, mise à jour en collaboration avec l'auteur, à
paraître en 1961 aux Publications universitaires de Louvain. 3) Sur le platonisme
de la maturité et de la vieillesse, cf. Sir D. Ross, Plato's Theory of Ideas, Oxford,
Clarendon Press, 1951. 4) L 'aristotélisme a-t-il pu servir de médiateur entre le
platonisme et le néoplatonisme ? Tel est le sujet de: A. MANSION, Het aristoté
lisme in het historisch perspectief (Mededelingen van de Koninklijke Vlaamse
Académie... van België), Bruxelles, Palais des Académies, 1954. 5) Signalons
encore trois recueils, généralement plus techniques, auxquels nous renverrons
d' Aristote. Recueil d'études de philosophie ancienne et médiévsouvent: Autour
ale offert à Monseigneur A. Mansion, Louvain, Publications universitaires, 1955;
The Journal of Hellenic Studies, tome 77 (1957), n° 1 {= Mélanges Sir D. Ross)
(sigle: JHS); Aristote et saint Thomas d'Aquin (Chaire Cardinal Mercier, 1955),
Louvain, Publications universitaires, 1957 (la première étude: P. Moraux, L' évo
lution d' Aristote, pp. 9-41, est d'un grand i

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents