http://www.madame-acarie.org Les vrays exercices de la bien­heureuse sœur Marie de l’Incarnation. Composez par elle mesme.   Très propres à toutes Ames qui désirent ensuyvre sa bonne vie.   Seconde édition.   A Paris Chez Denis Moreau rüe Sainct Jacques à la Salamandre   M.DC.XXIII. Avec privilège du Roy.   LE COMMENCEMENT DE CET EXERCICE SERA PROPRE POUR CONFESSER   ET RECOGNOISTRE SON NÉANT ET PAUVRETÉ SPIRITUELLE, ET S’OFFRIR  ­1­DU TOUT A DIEU ­2­   Hélas ! mon Dieu  , qui suis­je, qui me viens pr ésenter devant vostre divine   Majesté ? & qui estes­vous qui me supportez ? j’en suis du tout indigne : mais la [3­v]   confiance que j’ay en vous me faict prendre telle hardiesse, pour vous remercier   infiniment de tous les b énéfices que j’ay oncques receus de vostre paternelle bont é  & mis éricorde, spécialeme[n]t des b énéfices de cr éatio[n], rédemption, justification,  glorification & particuli ère vocation, et pareillement de ce que m’avez pr éservé de  tant de dangers, esquels je fusse tomb é sans vostre ayde & sp éciale grâce. Que  vous donneray je doncques, mon Dieu, pour iceux, moy qui n’ay rien ? Je vous offre   mon âme, afin qu’il vous plaise la rendre du tout aggr éable à vostre Majesté, mon  enten[4­r]dement  à vous cognoistre, ma volont é à vous aymer & ma m émoire à ne  vous oublier jamais.    Je vous offre mon Dieu, ma volont é dessusdite, que je ne veux plus faire &   ensuivre, ains la remettre totalement  à la vostre, affin que je n’en aye plus du tout.      Je m’offre à vouloir effectuer du tout, ce que le benoist S. Esprit demande de moy,   je vous offre particuli èrement une parfaicte abnégation de moy­mesme, avec un   ­3­retranchement de tous plaisirs se[n]suels. Je m’offre et r ésigne  a estre privé de  toutes co[n]solations & d évotions sensibles, qui ne sont [4­v] aucunement   nécessaires  à mon salut : je m’offre d’abondant à supporter volontaireme[n]t toutes   sortes d’adversitez,  à souffrir aussi maladies, confusions, peines, tribulations,  pressures de coeur, & g énéralement tout ce qu’il vous plaira m’envoyer en temps &   éternité.  ­4­   Maintenant, mon Dieu  , je suis tout  à vous, c’est pourquoy je prendray la   hardiesse de demander non seulement vos dons et vos gr âces, mais aussi vous   mesme, & sp écialement en la réception de vostre très­pr écieux corps, en ce S.   Sacrement que je désire recevoir pour estre plus parfaicte[5­r]ment conjoinct et uny   avec vous. H élas ! mon Dieu, combien mes p échez m’en rendent­ils indigne ?   Seigneur, vous le cognoissez beaucoup mieux que moy.      On fera icy une r écollection succcincte de ses fautes & imperfections, & on en   produira une contrition de cœur, en les jettant dans les playes sanglantes de ce bon   Seigneur, avec grande recognoissance de soy mesme, parlant  à Dieu en la manière  qui s’ensuit ce qui servira d’exercice pour faire l’examen de sa conscience le soir et   ­5­matin, ou devant que se présenter au sainct Sacrement de P énitence.    Hélas ! mon Dieu, il me desplaist grandement, [5­v] que je ne puis passer ceste vie   présente, sans tomber en une infinit é d’imperfectio[n]s, c’est pourquoy je m’humilie   devant vous, & ne s çay que dire ou faire, sinon que je fleschis les genoux de mo[n]   cœur, j’humilie mon âme, & sousmets toutes ses puissances  à vous seul, qui les   pouvez r éformer, & recognois mes p échez estre tr ès­griefs &  énormes: car j’ay   péché contre vostre saincte Majesté, & ay mal faict en vostre pr ésence.     J’ay p éché contre vous, Seigneur, mon très­b énin Créateur contre vous dis­je, qui   m’avez cr éé à vostre image & sembla[n]ce me donnant [6­r] tant de cr éatures pour   mon usage & service, & me faisant capable de vous mesme: h élas ! mon Dieu, il me   desplaist fort de vous avoir tant offenc é.     J’ay p éché contre vous, ô bonté infinie ! qui estes mon tr ès doux R éde[m]pteur,  vous, dis­je, qui estant infiniment z élateur de mon salut, ne m’avez point voulu   perdre, mais estes descendu du Ciel en terre, pour endurer tant de travaux et   tourments comme vous avez faict, afin de me r éconcilier  à vostre Père céleste, &  satis­faire pour moy  à sa divine justice : c’est pourquoy d ésirant de jouyr de ses   grâces & b énéfi[6­v]ces, je m’y dispose, en vous criant mercy des fautes par moy   commises.     J’ay p éché contre vous, mon Dieu, qui estes mon tr ès­amoureux bief[n]aicteur,   contre vous, dis­je qui non content de m’avoir donn é tous vos do[n]s & gr âces, vous  vous estes donn é prodigalement vous mesme  à moy, en ce très v énérable & tr ès­ auguste Sacrement de l’Autel, auquel j’espère & d ésire m’unir, afin que je vous  demande pardon du plus profond de mon cœur, de tant d’ingratitudes par moy   comises contre vous.      Hélas ! Seigneur, combien de fois me suis­je monstr é [7­r] ingrat, desloyal &   infidèle en vostre prese[n]ce ? c’est pourquoy je cognois et confesse que je suis une   créature très indigne, je ne suis que pouldre et cendre, je ne suis rien, mon Dieu, et   pour ceste cause, je vous supplie tr ès­humblement avoir piti é de moy, qui suis si   misérable, execrable, détestable, abominable devant vostre Majesté. Je prens, ô  doux J ésus ! tous les p échez qui sont en moy, & les plonge dans vos tr ès­ch ères  playes, pour estre perdus & an éantis ; je les jette, mon bien­aym é, dans le feu   admirable de vostre divin amour, affin qu’il vous plaise [7­v] les annichiler &   consommer enti èrement.     Je les jette, mon Dieu, da[n]s le feu sacr é de vostre sainct amour, afin qu’il vous  ­6­plaise les suffoquer & submerger, afin qu’il n’en soit plus parl é  , ô ! pleust à vostre  souveraine bo[n]té que je ne vous eusse jamais offens é, mais au contraire que   j’eusse co[n]servé mon âme en ceste pureté et innocence, de laquelle l’aviez  embellie après le Baptesme,  ô ! mon Dieu, que je suis dolent & marry, de ce que   jusques aujourd’huy j’ay servy au monde, aux p échez, &  à la vanité, & par ce moyen   ay beaucoup empesche en moy les effects de [8­r] vostre saincte gr âce.     Mais  à la mienne volonté, mon bien­aym é Jesus, que je vous eusse est é tout le  temps de ma vie plaisant & agr éable, & que j’eusse tousjours condescendu  à vos  sainctes inspirations & volontez : je propose & d élibère, mon Dieu, moyennant vostre  grâce fuyr &  éviter doresnavant tout ce qui vous desplaist, & suis prest & appareill é  d’endurer mille morts, s’il estoit possible, plustost que vous offencer, & commettre   une petite imperfection, que je cognoistray vous estre desagr éable.     Hélas ! mon doux Jesus [8­v] pardonnez moy, s’il vous plaist, toutes les offences   que j’ay commises depuis l’heure que ie suis nay jusques  à présent, & ce par les   mérites de vostre saincte humanit é, de vostre très­sacr ée mère, & de tous vos   esleus.    Continuation de cet exercice, qui servira de préparation avant que célébrer la   saincte Messe, ou communier.     Lavez moy, mon doux J ésus, de vostre précieux sang, guarissez­moy, & me   sanctifiez parfaictement, affin que je puisse estre dispos é à recevoir non seulement   ce très sainct et tr ès v énérable Sacrernent, mais [9­r] aussi la vertu & efiicace   d’iceluy; ce que je ne puis faire, si mon  âme n’est purifiée de toutes sortes de vices et   péchez : au moyen de quoy ressentant en moy une infinit é de fautes & imperfections,   je suis incit é à, me présenter audit Sacrement, esp érant par iceluy, comme par une   Hostie & offrande de douceur, estre purg é & nettoy é de tout péché.    Il faut icy former un acte de contrition de ses p échez, non seulement pour soy­ mesme, mais aussi pour autruy. D’avantage, Seigneur la multitude & nombre infiny de mes infirmi[9­v]tez, avec le   désir que j’ay du salut de mon  âme, m’excite à vous inviter comme mon M édecin,  pour recevoir ceste m édecine propre pour y rem édier.    L’affliction que j’ay de voir que je ne puis me contenir de vous offencer, & me tenir   uny et conjoi[n]ct  à vous par amour, me faict d ésirer vostre pr ésence, affin qu’il vous  plaise m’en délivrer. Outre, le désir que j’ay d’obtenir quelque gr âce spéciale &  particulière de vous, me fait approcher de vostre pr ésence, à ce qu’estant uny  à  vostre majesté, j’obtienne plus facilement par vous auquel [10­r] le P ère éternel ne  peut rien dénier, ce que je demande.     Premièrement, une lumière intérieure, pour cognoistre vostre bon plaisir, volont é  de le faire, la puissance de l’exécuter & gr âce pour m’assister, un ornement de   toutes les vertus requises & n écessaires pour reposer vostre amour: comme une   parfaicte obédience, pauvreté Évangélique, chasteté immaculée, très profonde   humilité, pacifique simplicité, & s éraphique charité, une profonde révérence vers  vostre Majesté, un mépris de moy mesme, un d ésir d’estre mes[10­v]pris é &  contemné, un désir tr ès ardant d’endurer, une parfaicte abn égation de moy­mesme   une promptitude de volonté à supporter esgallement toutes choses, tant en   adversité, qu’en prospérité, la vertu de mansuétude douceur, & debonnairet é, une  grande bénignité & compassion int érieure de toutes les n écessitéz, afflictions &   tribulations de mes prochains, une lib éralité extérieure envers eux une forte vigilence   en tous mes exercices, la sobri été & temp érance pour en s çavoir user comme il faut   & auta[n]t qu’il est n écessaire pour m’unir  à vous [11­r], la chastet é de cœur &   d’affection, & finallement un amour envers vous, aussi grand que toutes les cr éatures  vous s çauroient porter.  ­7­    D’abondant, mon Seigneur  , le désir que j’ay de vous remercier de tous les   bénéfices que j’ay receus de vostre Majest é m’excite à la réception de ce très­ vénérable Sacrement, veu que n’avons rien pour vous don[n]er de plus propre que le   Calice de celuy qui a op éré nostre salut en ce Sacrifice, une Hostie de louange, à  sçavoir J ésus­Christ, en ce dessusdit tr ès­sainct & tr ès­auguste Sacrement.    Il faudra en après remercier [11­v] Dieu, des b énéfices de création, rédemption,  justification glorification, vocation particulière, des b énéfices conf érez aux Saincts &   Sainctes, dont on célèbre la feste : du Sacrement de Pénitence, de l’institution du  sainct Sacrement de l’Autel, & de ce que nostre Seigneur se veut donner  à nous. Mon Seigneur, la charité & compassion de mes prochains, m’excite aussi  à me  présenter  à vous recevoir, veu que pour le salut des vivans, & repos des trespassez,   il n’y a rien de plus grande efficace que l’effusion du sang de J ésus­Christ, & pource,   mo[n] Dieu, j’ay intention de prier pour [12­r] nostre M ère saincte Église, & l’ayder par   l’offrande & r éception de ce sainct Sacrement, pour nostre S. P ère le Pape, pour  tous Cardinaux, Patriarches, Archevesques, Evesques, & tous Sup érieurs & Pr élats,  & g énéralement pour tous les degrez de l’ Église dessusdicte ; pour les Rois, Princes,   Ducs & autres Potentats, pour toutes les Vierges, Vesves, Orphelins, P élerins,  Captifs, malades & affligez ; & aussi pour tous les p écheurs, Payens, Infidèles,  Hérétiques & Schismatiques : afin qu’il vous plaise les convertir  à vous, &  spécialement pour tous nos parens, alliez [12­v], amis bienfaicteurs & familiers, &   particulièrement aussi pour nous mesmes,  déclarant à Dieu toutes nos n écessitez  particulières.     D’abondant, la loüange que je vous dois, & aux Saincts, m’incite  à vous recevoir,   veu que ne trouvons moyen plus propre pour vous louanger comme m éritez, que par  l’immolation & offrande que nous vous faisons de vostre fils unique en ce sainct   Sacrement : l’amour et charit é très­grande que me portez, m’aiguillonne aussi  à me  présenter  à vous, d’autant mon Dieu, que voicy le Sacrement d’amour, auquel m’[13­ r]avez clairement monstr é vostre amour, & par lequel m’avez excit é à vous rendre   amour r éciproque, & pource je d ésire vous recevoir, afin que quand mon  âme sera  repeuë de ceste viande spirituelle, je vous embrasse joyeusement en mon  âme, je  ne me sépare jamais de vous, & vous puisse aymer de tout mon cœur.      Hélas ! mon Dieu, quand sera­ce, que ceste union et conjonction d’amour sera telle   que je ne puisse plus supporter vostre absence ? Mon Dieu, venez en moy, & entrez   en mon âme.     L’altération & d ésir que j’ay d’accroistre l’amour de [13­V] Jesus­Christ en moy,   m’excite aussi à me présenter  à ceste saincte table, par la fontaine de toutes gr âces,  d’autant que le Sacrement contient en soy la vive source des dons du S. Esprit &   l’autheur de nostre salut vostre cher fils Jesus­Christ.      A la mienne volont é, que je fusse transformé en tous les cœurs & affections des   saincts personnages, pour vous louer & remercier dignement comme le m éritez & en   estes digne, je me resjouis & complais infiniment en cest exercice.      Je vous rends gr âces infinies,  ô mon doux Jesus de ceste excessive charit é [14­r]   que m’avez monstr ée, lors qu’estes descendu du ciel en terre, & avez daign é pour  moy estre envelopp é de petits drapeaux, reposer en la creiche & mangeoire des   bestes, estre substanté du laict très­savoureux de vostre m ère vierge, endurer  pauvreté & disette, estre travaill é d’une infinité de douleurs & travaux ; vous avez   voulu entre vos angoisses estre arrous é de sang, estre ignominieusement  apprehendé, indignement lié comme un larron, condamné injustement, bafoué &  decraché, revestu d’une robe blanche, comme fol & insens é ; estre aussi pour moy   [14­vJ mis érable pécheur, mocqué & vilipe[n]d é, vous avez voulu estre cruellement   traicté & d échiqueté de fouëts, & escourg ées, couronne d’espines, outrageusement  attaché en Croix, inhumainement abreuvé de fiel & vinaigre : c’est  à vous, Seigneur  que je parle, qui estes le tr ès­admirable Cr éateur du Ciel & de la terre, vous, dis­je   qui gouvernez toutes choses par vostre divine providence, & en la pr ésence de qui  toutes choses ne sont rien : cependant je vous laisse tout nud, mespris é, vilipendé, &  affligé de douleurs tr ès­grandes & innombrables. C’est pour moy [15­r] qu’avez est é  pe[n]du en Croix, pour moy, dis­je, qu’avez espandu vostre pr écieux sang pour moy   qu’avez endur é une mort tant ignominieuse. HéIas ! mon doux Jesus, mon unique   salut, & ma seule esp érance, faictes moy la gr âce, que je vous puisse aymer d’un   amour tr ès fervent, & que je compatisse continuellement en mon int érieur  à vos  angoisses, par un ressentiment de vos playes & douleurs ; j’embrasse avec le bras   de mon âme, vostre Croix tr ès honorable, & pour vostre amour & honneur je la baise   & ch érys.  ­8­   Je salüe dès maintenant [15­v] les rosines de vos playes  , qu’avez receu ës pour   moy, en vos pr écieux pieds & v énérables mains, & par le moyen desquelles m’avez   enregistré au catalogue de vos serviteurs. Je vous salue, je vous salue derechef   playes sanglantes de mon Sauveur & R édempteur Jesus­Christ,& vous supplie me   transformer totalement en vous.      Mon très­honor é Seigneur, je cognoy & confesse devant vostre divine Majest é, que  je suis la plus infirme & miserable cr éature de tout le monde, d’autant que je suis  indigne que la terre me soustienne, sur la[16­r]quelle je marche. Je pr éfère à moy  toutes cr éatures, & pour vostre amour m’assujettis & me constitu ë serviteur d’icelles.   J’embrasse pour l’amour de vous d’une tr ès pure & sync ère charité, tous ceux qui   m’affligent & pers écutent. Le désir extr ême que j’ay, mon Dieu, de m’unir  à vous, me  faict continuellement souspirer apr ès vostre Majest é : affin que par la force & vertu   de ceste excessive charité, & tr ès­douce r éfection, je sois sanctifi é & purifi é de toutes  soüilleures de vices & p échez. Je désire mo[n] Dieu estre délivré, s’il vous plaist, de   tous p érils & dan[16­v]gers, & de toutes tentations qui m’esloignent de vous, & estre   inséparablement uny  à Jesus­Christ, mon Sauveur & R édempteur, qui a tant enduré  pour moy.      Hélas ! Seigneur Dieu, combien grandes ont est é les douleurs qu’avez souffertes &   endurées ? donnez m’en, mon Dieu, vraye compassion & parfaict ressentiment en   mon cœur, & en mon  âme, afin que je vous puisse parfaictement imiter, & me con   former du tout  à vous. ­9­   Estant ainsi annichilé devant Dieu  & vivifi é par Jesus Christ vous vous   présenterez  à la saincte Communion avec ressentiment tr ès[17­r]­doux de ses   playes, & ouverture de vostre cœur en luy, le recevant avec une certaine douceur de   cœur, qui ensuivra par transformation de son amour & pr ésence, l’embrassant avec  si grande affection qu’il vous sera possible, devisant avec luy famili èrement, & disant   en ceste sorte & mani ère.     Mon Dieu qui estes­vous, & qui suis­je ? vous estes mon bien aym é, vous estes la   vie de mo[n] âme, vivifiez moy je vous supplie, afin que je ne vous sois plus   desloyal.     Hélas ! mo[n] Dieu, que je suis fasch é & marry de m’estre priv é & esloign é de  vous.     [17­v]  Une autre fois vous vous esleverez en esprit par tr ès grande affection, disant  ainsi.    Mon Dieu, je vous lo üe, je vous adore, je vous rends quinze mille lo üanges, je vous  rends toute la gloire, que tous les esprits Ang éliques vous rendent pour tr ès­grand &   très­signal é bénéfice. C’est pour vostre amour mon Dieu, que je renonce  à toute  iniquité, à toutes les vanitez de ce monde,  à tout plaisir d ésordonné, à toute propre  volonté & immortification. Je d élaisse & rejette bien loin de moy toutes choses, qui   sont au dessous de vous. C’est pour [18­r]quoy je ne me contenteray point de vos   dons, & vos gr âces, mais je vous veux avoir vous mesme. Je me r ésigne totalement  à vous. Je vous prie que vostre tr ès agr éable volonté se face & accomplisse de moy,   & en moy en tout temps &  éternité. C’est pourquoy je m’offre  à vouloir supporter pour   vostre divin amour, & pour la gloire de vostre S. Nom toutes injures & ignominies, un   vray mespris de moy mesme, toutes sortes de tribulations, douleurs & afflictions. Je   m’offre à vous, mon Dieu, pour estre priv é s’il vous plaist, de toutes co[n]solations   sensibles, si c’est [18­v] vostre saincte volont é. Je ne refuse point pour l’amour de   vous, vivre en la mesme pauvreté qu’avez vescu estant en ce monde.   ­10­   O mon doux Jesus  , je vous supplie maintenant mortifier tout ce qui est en moy,   qui vous desplaist : ostez de moy tout vice & imperfection, afin que je me puisse   disposer  à recevoir vos graces. Ornez, embellissez & enrichissez mon  âme des  vertus & m érites de vostre saincte humanit é. Donnez moy, mon bien aym é Jesus,  une profonde humilité de cœur, un mespris de moy mesme, un gra[n]d d ésir d’estre   mesprisé, une [19­r] submission totale aux cr éatures selon ma condition. Don[n]ez   moy, s’il vous plaist les vertus de mansu étude, Patience & Charit é, avec parfaicte   continence de ma langue, de mes membres, & de tous mes sens. Donnez moy, mon   Dieu, une pureté de cœur, une nudité d’esprit & libert é intérieure, pour m’espandre   ­11­en vous & une introversion essentielle. Conformez mon esprit  à vostre humain &  bienheureux esprit, en remplissant mon entendement d’une grande cognoissance, &   ma mémoire d’une continuelle souvenance de vous, ma volonté d’une très ar[19­ v]dante affection vers vostre majest é, mon âme à la vostre très­saincte, par un   règlement bien ordonné de ses puissances, mon corps au vostre, qui est sans   ­12­aucune,tache & souilleure de p éché : Esclaircissez mon int érieur de la lumière de  vostre divinité, d’autant que je croy que vous estes en moy totalement selon icelle :   au moye[n] dequoy, je vous supplie tr ès­humblement regarder d ésormais par mes   yeux, parler par ma langue, & op érer par tous mes sens & membres, les choses qui   vous sont plaisantes & agr éables. Hélas ! mon Dieu, d élivrez­moy, s’il vous plaist   [20­r] de tout ce qui empesche ceste tr ès saincte & tr ès parfaicte union, que je   prétends faire avec vous.      Je vous supplie, que par ces tr ès dignes playes, vous me vueillez introduire au nud   fonds de mon  âme, auquel m’avez cr éé, me confinant en ce lieu de délices, d’où je  me suis retir é, par la corruption du p éché : transformez moy, Seigneur, du tout en   vous, affin que je ressente s’espandre en moy la veine de ceste eau vive par   gra[n]de cognoissance que j’auray de vous ; faictes moy la gr âce de vous aymer   uniquement, & reposer en vous sans empeschement aucun, [20­v] par une tranquille   fruition, à la gloire & honneur de vostre sainct nom.    Prière à la sacrée Vierge Marie, &  à tous les Saincts, pour implorer leur ayde &   secours envers Dieu.    O Très glorieuse Vierge Marie, m ère très douce de nostre Seigneur, Jesus­Christ,   ma bonne advocate, ayez piti é de moy pauvre & mis érable pécheur. O très excellent   ­13­Lys de la luisante & admirable Trinit é , je vous supplie priez pour moy : afin que par   vostre moyen j’embrasse d’un parfaict amour vostre cher fils Jesus­Christ, & sois fait   une âme selon son cœur.  ­14­   [2I­r] Je m’adresse à vous, tous les Saincts & Sainctes de Paradis  , &  à vous  tous bienheureux esprits ang éliques, & vous supplie me favoriser, assister, & aider   par vos sainctes pri ères : Priez pour moy,  ô fleurs immarcescibles de la patrie c éleste  : affin qu’à vostre occasion, je complaise à mon bie[n] aymé, & sois du tout selon son   cœur : le louant & glorifiant  ça bas en terre, ainsi que faictes au Ciel.    Prière à Jésus­Christ pour toutes les n écessitez de l’Eglise, & celles de nos parens   & amis.    Hélas ! mon tr ès d ébonnaire Jesus, ayez piti é de moy, faictes mis éricorde [21­v]  à  vostre pauvre Église, ayez piti é de tous ceux pour qui vous avez respandu vostre   précieux sang. Convertissez les mis érables p écheurs, réduisez  à la vérité les  mescréans h érétiques, & mis érables schismatiques, illuminez les infid èles Payens,   qui vous ignorent ;  à ce qu’estans tous assemblez en une mesme  Église, ils vous   loüe[n]t & glorifient. Assistez & favorisez tous ceux qui se so[n]t recommandez  à mes  prières, ou qui désirent y estre recommandez : Je vous supplie d’accoplir vostre   saincte, & tr ès agr éable volonté à l’endroit du Père spirituel de mon âme, de tous  [22­r] mes Sup érieurs, tant spirituels que temporels, de tous mes amis, prochains &   bien­faicteurs, en leur eslargissant en ce monde abondance de vos gr âces, au  moyen desquelles ils se puissent conserver en int égrité et pureté de corps, de cœur  & d’esprit. Je vous supplie, Seigneur, faire pardon & mis éricorde à tous les vivans,   en leur pardonnant toutes les offences qu’ils ont jamais commises contre vous,   faictes leur la gr âce de se corriger & ame[n]der bien tost. Je vous prie pour les  âmes  des pauvres trespassez,  à ce qu’il vous plaise leur donner en bref [22­v] repos &   jouïssance de vostre divine présence & vision b éatifique. Je vous offre pour eux   vostre très pur & tr ès pr écieux sang, veu & consid éré que toutes mes pri ères sont de   soy inutiles : mais mon Dieu, je les unis & conjoincts aux vostres tres sainctes, & les   applique pour satisfaction de leurs debtes. Je vous offre les m érites de vostre tr ès  saincte et très sacr ée humanité. Je vous offre tout ce qu’il vous a pleu faire et   ­15­endurer pour nostre salut, estant en ceste val ée de pleurs & de mis ères  .  ­16­   O Dieu de mon cœur  , que de pauvres  âmes [23­rl d évoyées du droict chemin de   salut, qui les remettra en bonne voye ?      Ah ! Seigneur de mon  âme, que de pécheurs s éparez de vous, qui les remettra en   grâce avec vous ?      Hélas ! ces pauvres mondains ( ô mon Dieu) ils sont hors de salut.      Ah ! pauvres Chrestiens, vos serviteurs, vos amis, que de pers écutions les   pressent, que de malheurs les environnent : Qui donnera rem ède à tant de maux &   oppressions ?      O pauvre Église (Ah ! Dieu) vostre ch ère amie et belle Espouse, l’Église, que de  persécuteurs l’affligent [23­v], qui luy donnera secours au milieu de ta[n]t de   tempestes ?      Ah ! que de personnes corrompu ës, hélas ! en leurs mœurs et fa çons de vie.   ­17­   O ces esprits humains, cr éez pour jouyr de vous  , enquoy cependant se vont ils   occupans (amour de mo[n] cœur) qui les inspirera & poussera une fois  à bien faire ?     Hé (mon amour & tout mon bien) qui donnera repos  à ces pauvres  âmes, qui  souffrent & endurent tant de peines ? Prernier acte.    O Seigneur tr ès pitoyable : que de n écessiteux & de n écessitez ne [24­r] voyez   vous pas toutes les mis ères du monde ? Second acte.    O vous donc qui cognoissez toutes choses, en qui se meut tout ho[m]me, en qui   toute créature a vie, qui sondez les cœurs, & p énétrez les reins de tous, sans qui   nulle créature peut subsister en son estre, de qui dépendent toutes choses comme   d’un filet entre les mains de qui sont nos te[m]ps, nos aages, & nos advantures !   nostre bien, nostre salut, qui ne pouvons rien sans vous, qui cognoissez fort bien   toutes les n écessitez de vos cr éatures raisonnables, subvenez  à tous, pourvoyez  [24­v]  à tous, donnez vostre gr âce à tous : Tous vous r éclament : tous vous   invoquent, pour tous je vous supplie exaucez moy. O Dieu de mon cœur, & vie de   mon âme, souvenez vous de vos cr éatures, & leur faictes mis éricorde     O Seigneur des Seigneurs, Seigneur & Roy des vertus, faictes pleuvoir vos gr âces  sur les humains, tant desvoyez du droict chemin.      O ! ne permettez que ceux qu’avez faits  à vostre image & semblance, p érissent  éternellement.     O vie de mon âme, ô lurnière de mes yeux, voyez je vous prie les mis ères,  considérez [25­r] les pauvret éz de ce mis érable siecle.     O ! subvenez  à tous, vous qui estes le p ère de tous; & R édempteur de tous.      Ah ! ces aveugles du monde & ces pauvres endurcis, convertissez les Seigneur, &   ils se convertiront.      Touchez, touchez vivement leurs cœurs,  ô mon amour Jesus, par vostre   prévenante grâce.     Frappez, mon Dieu, frappez  à la porte de leur conscience, & faictes vous   entendre.     Sonnez  à leurs oreilles, & tonnez si puissamment dans l’air de leur esprit par vostre   crainte, qu’il leur [25­v] vienne envie de quitter leurs p échez.     O mon Dieu, mon amour & mon cher espoux, quand sera­ce qu’aurez piti é de  vostre peuple si affligé ?     O quand sera­ce que vous donnerez paix  à vostre Église ?     O ! conservez les deffenseurs de vostre  Église. O ! aydez aux Catholiques : H é  mon cœur, mon amour, & mon tout, nous d élaisserez vous en fin ? ah ! ne nous   abandonnez point.      O s’il vous plaisoit donner victoire aux amateurs de vostre S. nom, contre les   ennemys de vostre gloire.      A ! Seigneur, h é ! jusques [26­r]  à quand différerez vous vostre ayde, vostre   secours, vos gr âces, & vos dons  à ceux qui vous en prient ?      Jusques  à quand vous oublirez vous de nous ?      Jusques  à quand repousserez vous nos oraisons ?      Jusques  à quand serez vous ainsi inexorable ?      Nos cris & nos d ésirs ne seront­ils point ouys en vostre sale d’amour ?      Ah Dieu ! les impies & perfides huguenots, jusques  à quand régneront­ils ?      Paix Seigneur, paix  à votre peuple, faictes cesser les deshoneurs qu’on vous fait.      Faictes que les hipocrites soient confus, vostre pa[26­v]tience les supportera elle   tousjours si longtemps  ?     O Père de miséricorde, regardez en patience vos enfans.      O mon bien aymé Seigneur, mon Dieu, tant de bien faicteurs, avec tant   d’aumosnes, dictes moy ie vous prie, se damneront­ils ?      N’aurez­vous point piti é d’eux en leurs afflictions & au poinct de leur mort ?      Ah, ah, ah, Seigneur tr ès pitoyable, ne les abandonnez pas.      Vous estes le commencement & la fin de toutes choses, vous estes l’ éternel,  l’immense & l’infiny, vous environnez tout, vous em[27­r]brassez tout l’univers, toute   créature est enclose & enferm ée dans la sph ère de vostre éternité.     Nulle créature est invisible en vostre présence, vous cognoissez fort bien tous les   enfans des hommes, rien aussi ne vous est cach é.     Toutes choses vous sont nu ës, patentes & descouvertes, aydez donc  à un chacun,  selon vostre bon plaisir en leur n écessité, par vostre infinie bont é, & excessif amour.      Aydez, ô Dieu d’amour, tres digne d’estre aym é, aydez  à vos serviteurs, faictes   vous ch érir & aymer par dessus tout de vos espouses.      [27­v] 0 miroir sans tache, sple[n]deur de la gloire  éternelle, Verbe amoureux, mon  doux Jesus, exemplaire du p ère, image de la bonté de Dieu, idée éternelle de toutes  choses, en qui reluisent & paroissent toutes cr éatures, en qui se voyent &  contemplent tous les hommes, ne voyez vous pas toutes leurs n écessitez ? ne   secourez vous pas aussi  à tous ?      O vous donateur lib éral de tous biens, sans reproche quelconque, desnierez vous   vos gr âces  à ceux qui si instament les vous demande[n]t ?      Amour sans fin, donnez vous, & nous aurons tout.      O Dieu des Cieux, Prince [28­r] de tous les Roys de la terre, qui estes partout sans   estre estendu, qui remplissez tout, ciel & terre par vostre immensit é, sans y estre   enfermé, outre passant tout, qui sçavez tout, sans en estre plus s çavant, qui ne  pouvez estre fuy d’aucune de vos cr éatures, en aucune part du monde, ny hors