roits de l apprenant, droits de l enfant
52 pages
Français

roits de l'apprenant, droits de l'enfant

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
52 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

D roits de l’apprenant,
droits de l’enfant
Nadia Revaz
Nous n’avons pas tous le même rapport au savoir. Une fois conquis, le désir d’apprendre s’entretient tout
Apprendre ce devrait d’abord être un désir puis un au long de la vie. Il est bien triste de voir des adultes
plaisir. Or certains enfants et adolescents, tout comme qui refusent de s’intéresser à de nouveaux savoirs,
certains adultes du reste, ne connaissent pas ce sous prétexte qu’ils ont été à l’école et qu’à leur âge
bonheur parce qu’ils sont dans le refus ou la peur de cela ne sert plus à rien d’étudier. Merveilleux espoir, il
la connaissance. Il est vrai qu’apprendre implique du n’y a pas d’âge pour apprendre, ainsi que le rappelle
courage et exige des efforts. D’aucuns disent qu’il Jacqueline de Romilly dans son livre intitulé Le trésor
suffit de créer le désir pour que les mécanismes des savoirs oubliés. Ceux qui ont raté le savoir transmis
d’apprentissage se débloquent. Or, il par l’école peuvent avoir la chance de se rattraper
semble que la seule motivation ne soit ensuite. Pour s’en convaincre, il suffit de voir avec
pas suffisante. De fait, on ne peut quelle joie certains adultes sortent de l’illettrisme et
guère étudier sans un minimum découvrent la passion de la lecture. Reste que
d’efforts. Reste que l’effort pur est tout plus le mécanisme s’enclenche tardivement,
aussi insuffisant, surtout s’il est réalisé sous la plus cela nécessite d’efforts et de
contrainte. Autant dire que tout cela est ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 125
Langue Français

Exrait

Nous navons pa sotsul  eêmemr poap artsau irvoppA.dnerc ered et dvraid êtabor néderu upsiis rislanp u cOr. ir sniatre stnafnecsnest ,tea odelmecertaitout comd seer ua sntludnncossaie,ste  nhnueecobap sne tls squirce r paufer el snad tnoel durpea  lous e lIv ts iarauqcoa ainnanss. ce eudocruga etee pprendre impliquucuaD .nesid snes dgexitsorff erel c éris r eédilst qut deuffippantreisansdmesel cém ruopeuq , ilsembuent. Or eédlbqosiasegs soe  nontivatimo elues al euq eln net, o fai. Denaetffsi sustiapfoefdumes Rs.rtl euq et troffetguè peutudire éna sres niminum tour sutl it eslaér ésioscpur est toutauss iniusffsina,ts exelpmoctse alec lurpot oû gLe. tuna.eA iatnnortout ue tre qt dic seffihpmetL ?sbsatéens re ldef ultceu easovridu -ermpaapuades ion es, jeund al edtavitomé smeisniétêr toprul  a fléchidsli- nu ngisud eengmtita, onntso nyuilst q ceia,tnos  eluqprée  dleiciffiD ?erutluct au pludre, toudparpne eédis rllei leréver etecp a d sa eng quilitésabireétl bi ealnerdlo Ce. c tnafnel euqsrPoM noetssruM raaiaue estri ortrenernopsc , tsed avneiuvelnoconnles ecnassiafneL .sn  et,anadêqumorpne duqi lset le molrppaitnegassuq el iutpevo a eirlcitrap ne ete ltdua le,guoprul  àtêerne tdoivant eignensiA« m-edla e:srode, ndmaonutieom aépadogSlenol oi go éteaces, teïslis nu tse autafri tfac oo eedenoyds céacr deiul nod mapprentiuas vaio,rc ral ntsoss emenes ntruopssa itne sle Les raterreur.eltstânogasee  tdon bl à tiord el sna poutionondire cvacerd erpne rpaid tlrppaanenpot èdssaue ( fc .raitlcsep p. 44-47) on peuocuaeb eed puntfaenlAmilié opu enoù lque parlon  sud1, mai PerrenolihPeppinois ed exesprndrerr peopruel stpbiscrimprets idroi sed ntmemetigiléi ssrce de plaisir cdveneris uoséerravée ncpE .eiusn ,etp alar lptaclobsrpboed sèl rder sie droués.sriovedialp eL ec.uqo nnhez ceux qui opadnerp erdq te fenitinam js ai r ànaecyrhtos nt avpeuoc nassiann lur smeinemche 301rbme02 e -setpeSsoRéncna(
Droits de l apprenant, droits de l’enfant Nadia Revaz
Une fois conquis, le désir d’apprendre s’entretient tout au long de la vie. Il est bien triste de voir des adultes qui refusent de s’intéresser à de nouveaux savoirs, sous prétexte qu’ils ont été à l’école et qu’à leur âge cela ne sert plus à rien d’étudier. Merveilleux espoir, il n’y a pas d’âge pour apprendre, ainsi que le rappelle Jacqueline de Romilly dans son livre intituléLe trésor des savoirs oubliés.Ceux qui ont raté le savoir transmis ar l’école euvent avoir la chance de se rattra er
Pour apprendre comme pour nager, mieux vaut se jeter à l’eau enfant.
So
2mm
Rencontre Education musicale Ecole et musée ACM Littéra-découverte
Exposition Environnement Livres et cédéroms Revue de presse CRPE
aire
18Marilou Délèze ou l’art pour s’exprimer- N. Revaz 20PISA est arrivé-é-é, en plein été-é-é- B. Oberholzer 21De fil en fibre- E. Berthod 22Du nouveau au rayon ACM- S. Coppey Grange 24Concours de contes: dernier délai le 25 novembre- Littéra-découverte
Concours25Concours de dessin: les insectes dans leur milieu- SEV, Jérôme Fournier Sciences26Un ingénieur dans la classe- C. Wannenmacher Sujet d’actualité28Qu’est-ce qui a été plébiscité: la note ou l’évaluation?- P.-P. Bugnard Passage en revues30Les revues du mois- Résonances Les sites du mois31Des pistes bibliographiques- N. Revaz
32La Fondation B.+S. Tissières à Martigny- La Fondation Tissières 33L’aventure du sentier «mille-pattes»- S. Fierz 36La sélection du mois- Résonances 38D’un numéro à l’autre- Résonances 40Lancement dewww.crpe.ch- P. Vernier
Les nouveautés de la rentrée en bref- Résonances Les actions prioritaire du DECS autour de six mots-clés- DECS Séance d’information: l’arithmétique apprivoisée- M. Délitroz Nouveaux moyens de maths au cycle d’orientation- N. Revaz La FED, un centre de ressources à disposition des enseignants- N. Revaz Marches de l’espoir: en marche vers les droits de l’enfant- C. Duc Sécurité routière: prévention et répression- J.-C. Aymon Bourses et prêts d’honneur- Commission cantonale Les dossiers de Résonances
éRosancnse -eStpmerb e02
41 42 43 44 46 48 50 51 52
30 )
Apprendre: une passion, une obligation, un droit et/ou un devoir? Dans l’idéal, apprendre devrait toujours conduire à une certaine satisfaction et à la soif de connaissances nouvelles. La réalité est hélas parfois autre. Le rapport au savoir peut être plus ou moins positif
et passer par toute une gamme de tonalités pour l’apprenant: du refus de l’obstacle à l’effort-plaisir.
16L earpport au savoireitatic nsno Résonances
17Rapport au savoir: avis d’enseignants N. Revaz
én.CiWkcy1tsriaG4vaS  rioefetrtfoas ponsiJerdieB.padnerpdée r sivaRe0Lz1ffro»t.Nadsnl epprendreisir dauoH.Begassitnerpapuns an dceanérsrvéteeptr sfeofsir,Plaiot12llerff6Or rix auèvélêd BertahC.tolrsentirle plaisirerdnerc,etsr sennmaermmla pLe:«L-eiraM9iZ esiuovantmotiViauesR. scaseedét sitivroat uasovriA4ppLe rapp
naec-sS R4sénoprenerbmetpe) 3002 ,erdec r tsesseirnt
Apprendre est un droit, donc l’école est un droit, donc l’école publique (gratuite et garante de la liberté de penser) est un droit. Il apparaît d’autant plus nécessai-re de rappeler ces principes que le mouvement actuel de globalisation néo-libérale encourage les processus de marchandisation du savoir et de privatisation de l’école. Toutefois, ce qui est clair au niveau des prin-cipes apparaît plus complexe à l’analyse. Notons d’abord que l’école gratuite est un droit mais qu’elle est obligatoire. Certes, le droit de l’un crée l’obligation de l’autre, le droit de l’enfant crée une obligation pour le père. Mais ce n’est pas seulement de cela qu’il s’agit: c’est l’enfant lui-même que l’on oblige à aller à l’école et à apprendre. Les jeunes des banlieues parisiennes auprès desquels j’ai réalisé mes recherches sur le rapport à l’école et au savoir, n’adhè- rent pas spontanément à l’idée que aller à l’école et y apprendre ce qu’on y enseigne est un droit. Pour beaucoup d’entre eux, il s’agit d’une obligation, par-fois insupportable. On peut reconstituer ainsi leur lo-gique: pour avoir une «vie normale» (autre que illéga-le), il faut un emploi; pour avoir un emploi, il faut un diplôme; pour avoir un diplôme, il faut aller à l’école et être un élève au moins moyen; donc l’école est une
Ap B. Charlot
le plaisir d’être
obligation que les adultes imposent aux jeunes pour leur reconnaître le droit de vivre; malheur à celui qui échoue à l’école, il lui est interdit d’avoir une vie nor-male. Dans cette optique, l’école n’est pas un droit, el-le est un devoir ennuyeux pour celui qui y réussit, et une malédiction pour celui qui y échoue. Pour certains, l’école n’est pas un droit, mais un devoir ennuyeux ou, pire, une malédiction. D’un point de vue historique, l’école n’apparaît pas non plus comme cette conquête du peuple que l’on a glorifiée sous le nom «d’école libératrice». En France, au 19esiècle, la bourgeoisie moderniste française (re-présentée par Guizot ou Ferry) entreprend de «mora-liser le peuple par l’éducation», selon ses propres termes. Les socialistes proudhoniens résisteront à l’idée même d’école primaire étatique («triste capuci-nade», «insigne jonglerie», selon Proudhon, qui dé-fend l’éducation à l’atelier) et Marx affirmera que c’est au peuple d’éduquer l’Etat et non à l’Etat d’édu-quer le peuple. L’école primaire apparaît alors comme imposée au peuple. Toutefois, une alliance sera passée entre la bourgeoisie moderniste et le mouvement po-pulaire organisé (partis et syndicats socialistes et com-munistes) qui, d’une certaine façon, a lui aussi besoin de former et de discipliner le peuple: ce sera la grande époque de l’école «libératrice», entre les deux guerres. Dans les années 60 s’opère un nouveau basculement. D’une part, l’école est critiquée comme «capitaliste» (oppression et non plus droit). D’autre part, un lien de plus en plus serré se noue entre le niveau scolaire de l’individu et son niveau d’insertion sur le marché de l’emploi, il devient nécessaire d’avoir un «bon» diplô-me pour avoir un «bon métier» puis, tout simplement, pour trouver un emploi: l’école devient une obliga-tion, voire une malédiction pour les plus faibles. Confusion entre droit à l’école et droit au savoir Cette question de l’école comme droit et comme de-voir est d’autant plus complexe que l’on a longtemps confondu le droit à l’école et le droit au savoir. Certes,
Dossier: pour aller plus loin… Serge Boimare.L’enfant et la peur d’apprendre.Paris: Dunod, 2000. François de Closets.Le bonheur d’apprendre ou com-ment on l’assassine.Paris: Seuil, 1996. Cécile Delannoy.La motiva-tion:désir de savoir, déci-sion d’apprendre.Paris: Ha-chette éducation, 1997. Philippe Meirieu.Appren-dre… oui, mais comment. Paris: ESF, 1993. Jacqueline de Romilly.Le trésor des savoirs oubliés. Paris: Livre de poche, 1998. Georges Schnyders.La joie à l’école.Paris: PUF, 1986.
ausavoirdaccès c ehim nlpsus rûteese  lcoé rlelu rui enaminop lro ps-feernsontiinevuac ietnl  ecomme mionsidérélocélettiuq noitt airvo anssae %0d no1 vnrisée,érat génaquee chirvoDa.  lns pes syaudniirtssilaole ne garantit aplsaccsèa  uasan-rgae ai Me.tièccal scél à sléc et publole s  aqieus rûlpsumainnshuinsis, aN uori.eevon sedngloe untois hueua ,uep d sruocinaux et membresa sblomune trogiemblt,enu- stsjeeuq ni ,ssidaicoleeler ,anutnu eommes, c nous enap tsen étinamuh Ls.on-nrepp a,ép ueà ena c érce humaie lespè tseuqece :s elldes ou nst eor hvdaniamues ,tneiadt ai flur nivesum ecssap rmê eel ulequre hn êtua ssertmuh sniaC. t esi-évmmde-iêmemg ârecà c equil reçoit de die-tar pne untcèpsel euq ec eé, eciéte sodunrpaipporsua  nonAp. enprsthireoil tsorpe,erdec e a créée humaind  eos na cuuosrctlee ur letcréirtîtnessap  al de scolarité. Cetiru enee4naén et esct,itro dletse iuq iord nu  auxens,ères repasova  uuas ri ,tnegoc »« syremé ue;pan onsillnejuuodrhaliresa ésil scomme leBrm sna 41 à 7 edsneeu jes d7% 9ui eamuenxrt edne40%  de plusais c leeld  elpap-rendre, plus enc ero euqlleced eé llecoou.Nnas sni siosveséanhcnous et deve ne uh snon-uq sniame rcpae usnoe quvie, et dans la nse tuqlcélo ecen(esrtn uyemoiuhrri jua druopourle) açabempld or recusera -s contiesqua .Litcnod tse elartne parce que le priguq)e ,parpnesdpunitila aonecffe foegtslitnam( héma mates stiquraecsdp l seq eufoe isvagodapéi litu tno-uam( sesad na sssresap  tune pands pas,cnan -se(.etoséRsue aniv classla eaprahcn meecaland t qu). Etiveerppan ut is :eacen mlat envis éhtaitamseuqte ,?»c.A . ttceeredinrè euqseitno ,on répond souvenel tnevugiesne s «s:ntnat enmmCo eopafri elruuqe aiélèves mme l suroiavtep-por r alteceaf r eriteau (rite du gâa -prpneiducel,)geanél munr pat snoitalupinam edngesensode m et c mosdà rpne :pa-saiplu apn  eirser no-td ritnes com Car peument tl àsem-.enégissetien. el lEt tsesnasuod l etaisir dêtre.Là rtseestnril  elpos tnes-op euq ellces pat esne opésci ioi neutsLa qtc.?re,estoi ,eiihl al mihciqats,uemas émtha mireelp ue-tno commentprenant,nineeptr rse tacureut heui qxcelp sius euqrûs saer tlee t oi smednveio.rE tsc- eun bonheur? Je n tned nutiorc ,t esidévmeem unt queutôts pliraicseer ,erdna ppai flecoé le,lld eJ .reg-nahc t-vise, lience dii tnreep easovrias piv d nuistec alcsno,ési ro é émiretfoseesruversité  à lUni02 eB530tpeSrbmerlhaProtnaer Crdéfédti éevsrU(inGrosato du MraleruehcrehC8 siraPq NP Cdué itnv I, soésBr).il( savt auppore Rapupolieinem io rporothAn, reaiul.1002 ,setoN.fC1ton emma BntCh. loar Lt,
Nous naissons inachevés et nous ne devenons humains que parce que nous apprenons. La question ici posée est en fait plus radica-le. «Aimer», trouver «intéressant», c’est res-sentir du désir. Le désir vise la jouissance. Comment peut-on espérer une jouissance de l’étude des mathématiques (ou autre matière)? Comment un objet intellectuel peut-il produire du plaisir, une jouissance affective, émotionnelle? Faute de place, je m’en tiendrai ici à quelques indications. Apprendre, c’est être, c’est se faire être, c’est se faire être en s’appropriant de l’humain. C’est quelque chose qui relève du plaisir, de l’excitation, plutôt que du bonheur. Tout rapport au savoir est aussi rapport à soi, rap-port à l’autre, rapport au monde. Etre «fort en maths», c’est jouir de soi comme fort en maths, jouir de partager avec certains autres un monde qui n’est pas donné à tous. Le plaisir d’apprendre est, fondamentalement, un plaisir de soi. Celui qui a un rapport fort, parfois passionné, à un univers de savoir vit un tel plaisir. Mais il en existe des formes plus douces et plus indirectes, liées à un projet de vie, à un projet de soi: le plaisir d’avoir une bonne note, le plaisir de faire plaisir à ses pa-rents, le plaisir de se sentir intelligent, le plaisir de pouvoir espérer faire plus tard le métier qu’on a envie de faire, le plaisir de mieux comprendre la vie, les gens, le sens des choses, tout cela se combine dans une sorte de plaisir de se sentir vivre, aimé, doté d’un avenir. Mes recherches1m’ont montré que les jeunes en échec, avec un rapport né-gatif à l’école, entrent à nouveau dans un processus d’apprentissage lorsqu’ils pensent que celui-ci leur offre une vraie possibilité de «devenir quelqu’un», selon leur expression. Ces jeunes ont compris quelque chose de fondamental: apprendre c’est devenir quel-qu’un, quelqu’un qui vaille la peine.
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents