Ross Burns, Damascus. A History ; n°1 ; vol.82, pg 373-373

-

Documents
44 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Syria - Année 2005 - Volume 82 - Numéro 1 - Pages 373-373
1 page

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 2005
Nombre de visites sur la page 54
Langue Français
Signaler un problème
BIBLIOGRAPHIE
Jean GUILAINE,Communautés villageoises du Proche-Orient à lAtlantique, 8000-2000 avant notre ère, séminaire du collège de France, Collection des Hespérides, Errance, Paris, 2001, un volume de 16 x 24 cm, cartonné et pelliculé, 280 p., 141g., 2 tabl.-ISBN 2-87772-212-0. Prix : 29,73  .
Après avoir étudié les divers berceaux de lagriculturewattle and daubet une poterie brune polie aux formes et lémergence des sociétés agro-pastorales, le séminaire globulaires et à décor imprimé ondulé ; Néolithique pour lannée 1999-2000 de la chaire « Néolithique et Moyen (6300-5800 av. J.-C.) ou Mersin XXVII-XXVI, âge du Bronze » au Collège de France, dirigé par Jean caractérisé par une architecture à soubassement en Guilaine, sest intéressé au cadre de vie et au quotidien pierre, des édices à plusieurs pièces, des foyers en fer des communautés villageoises entre 8000 et 2000 avant à cheval, des cellules réservées au stockage, un sceau en notre ère. os et une céramique DFBW où le décor imprimé passe Le point de départ est le Proche-Orient, avec quatre de leffet ondulé à leffet chromatique ; Néolithique contributions. Isabella Caneva décrit « Les premiers Final (5800-5500 av. J.-C.) ou Mersin XXV-XXIV, villageois de lAnatolie du Sud-Est », en commençant caractérisé par une architecture à murs massifs en pierre par Çayönü (8500-6500 av. J.-C.), où elle propose quatre et brique crue, une enceinte à lextérieur de laquelle étapes : stade 1, correspondant aux maisons rondes se trouvent des maisons plus simples, des silos et des et aux habitations à grilles anciennes, et caractérisé sépultures, et une céramique peinte en rouge-brun sur par une agriculture débutante, des industries locales fond crème, avec bols, gobelets et jarres grossières. (pointe de Nemrik) et peu de différenciation ; stade 2, Le Néolithique est un avantage économique non correspondant aux habitations à grilles récentes et aux pas seulement nutritionnel, mais aussi dordre social et maisons à canaux, et caractérisé par une agriculture idéologique (idéologie de la descendance et culte des développée, une technique de débitage par pression, un ancêtres). Dans les deux sites choisis, on constate une microlithisme poussé (cf. Nevali Çori), une augmentation hiérarchisation progressive de la société. de la matière première exotique (obsidienne) et un espace Miquel Molist Montaña présente lévolution de de travail dans des zones spécialisées à lextérieur des Halula dans la vallée moyenne de lEuphrate durant maisons ; stade 3, correspondant aux maisons à radier trois phases : Néolithique pré-céramique (PPNB moyen-de cailloux et aux maisons « à cellule » anciennes, et récent) [8200-7000 av. J.-C.], Pré-Halaf (7000-6200 caractérisé par un probable début de domestication av. J.-C.), Halaf (6200-5600 av. J.-C.). Dans la première des caprovins, ladoption de plusieurs techniques de phase, les maisons sont à plan rectangulaire de type taille, dont la bipolaire à nucleus naviforme originaire pluricellulaire, à fondations en pierre et murs en brique de Syrie, un apport important dobsidienne, un espace crue ou en pisé ; la chaux sert à enduire les sols et la de travail dans des zones différenciées à lintérieur des face interne de murs. Le plan est homogène : pièce maisons (soubassement, étage et toit), un espace public principale avec foyers et four, encadrée sur les petits bien dé de petites pièces qui présentent parfois des silos.ni, une hiérarchisation des maisons et des côtés zones du site ; stade 4, correspondant aux maisons « à Dans les aires extérieures, on rencontre des zones de cellule » récentes et aux grandes maisons, et caractérisé taille, des aires de dépeçage, des foyers, des silos ou des par un élevage important (porc), une forte proportion plates-formes de séchage à «grill plan».Des éléments dobsidienne (pointes, grattoirs, outils de Çayönü) symboliques se manifestent avec des dépôts de bucranes et un outillage local sur éclats utilisé pour les outils en fondation et une danse de femmes peinte en rouge sur de fortune. Elle rattache lévolution de ce village à la un sol ; les sépultures sont dans des fosses creusées sous structuration des rapports de parenté (cf. J.-D. Forest le sol de la pièce principale. Vers lan de cet horizon, et M. Frangipane), qui donne naissance à une un mur de 4 m de haut a servi de mur de terrassement hiérarchisation des familles à lintérieur du groupe et pour un édiLélevage de la chèvre puis duce public. à une forte cohésion à lintérieur dun territoire de plus mouton supplante peu à peu la chasse ; au PPNB récent, en plus élargi. le buf et le porc sont peut-être domestiqués. Ce processus débouche sur linstallation de Avec la seconde période, loccupation est légèrement nouveaux villages dans les milieux les plus divers vers décalée vers le nord. Les maisons quadrangulaires de 7000 av. J.-C. Parmi ceux-ci, on peut citer Yumuqtepe, type pluricellulaire, où la chaux est sporadique, sont près de Mersin en Cilicie, avec la périodisation associées dans les phases les plus récentes à destholoi ;suivante : Néolithique Ancien (7000-6300 av. J.-C.) ou dans la partie sud-est, on reconnaît un mur denceinte Mersin XXXIII-XXVIII, caractérisé par des maisons à et une canalisation de plus de 20 m de long. La poterie
Syria82 (2005), p. 341 à 384
342
BIBLIOGRAPHIE
Syria82 (2005)
est majoritairement locale, avec une petite proportion en basalte proviennent sans doute du Golan. Les objets de vases DFBW dorigine cilicienne ; tout à fait à la sont représentés par un vase en forme de taureaun rituels apparaissent des récipients de « vaisselle blanche » en ou de bélier et des violon »gurines en forme de « chaux. en pierre (cf. Ghassul, Byblos). Cest une période de Lhorizon Halaf occupe une supercie plus réduite ; lescontacts avec toutes les régions avoisinantes. maisons sont séparées par de larges espaces ouverts, desLes trois contributions suivantes concernent les aires de circulation et des fosses-dépotoirs. Dans le HalafBalkans. Jean-Paul Demoule et Marion Lichardus-Itten ancien, il y a 20 % de poteriene peinte ou non peintedécrivent le site de Karaevoau sud de la Bulgarie dans et 80 % de poterie grossière, tandis que, dans le Halafla vallée de la Struma, avec la stratigraphie suivante : moyen, les proportions sinversent (cf. Tell Amarna). ; II, Néolithique Moyen ;I, Néolithique Ancien III, Alain Le Brun rappelle lévolution de « Khirokitia, Bronze Ancien. Les maisons sont rectangulaires, village néolithique pré-céramique de Chypre », éperon dabord construites à même le sol avec des murs de barré dès lorigine du site au VIIe J.-C.,millénaire av. poteaux-clayonnage-torchis », ensuite sur de grandes « agrandi par une nouvelle muraille munie dune poterne fosses servant de « vide sanitaire » et un plancher en peu avant son abandon, dû sans doute à une crise bois et terre battue, avec des murs en béton de terre. profonde des structures sociales. Linstallation comportait un canal pour leau et un Cest un stade plus évolué que nous présente grand mur en pierre. La céramique du Néolithique Geneviève Dollfus à Abu Hamid Ia, peinte en blanc : présente quatre périodes Anciendans la vallée du Jourdain. Un premier village vers 5200-4800 av. J.-C. sur rouge de motifs linéaires très Ib, ces motifsns ; est formé dabord de huttes rondes semi-enterrées, puis se combinent avec des triangles quadrillés ; Ic et Id, de maisons ovales à sol excavé de 0-50 cm, avec un mur les formes sagrémentent depieds annulaires de plus de parement et deux foyers intérieurs. Cet établissement en plus élevés et le décor recouvre toute la surface connaît une poterie à décor peint géométrique, des récipients de surfaces quadrillées, de spirales et comparable à celle de Jéricho IX, Ghrubba, Lod, Abu de méandres. Largile sert à façonner desgurines Thawwab et Munhata ; de rares tessons bichromes féminines à décor incisé et des sceaux (pintadères). Les reéteraient des relations avec le Hala les plus signi contactsen du Nord decatifs sont avec la Macédoine la Syrie (cf. Beqaa, Tell Tsaf et Qataret es-Samra). occidentale grecque (Giannitsa et Nea Nikomedia), Vers 4700 av. J.-C., des groupes plus mobiles ont mais on ne connaît pas encore de site contemporain en laissé des trous de poteaux, soit pour des supports de Thrace grecque ou turque. barattes en cuir, soit pour des métiers à tisser, des foyers Dikili Tash, au sud-est du précédent en Macédoine et des bassins enduits. Un nouveau village, entre 4600 grecque, ne remonte, daprès René Treuil, pas au-et 4300 av. J.-C., regroupe des maisons rectangulaires delà du Néolithique Récent (5800-4500 av. J.-C.). Les et pluricellulaires en briques crues plano-convexes ; maisons quadrangulaires sont construites en torchis les murs présentent des traces de fresques comme à sur clayonnage ou à poteaux jointifs ; elles comportent Ghassul. Dans les espaces non couverts, des surfaces des fours à sole et voûte en argile et sont disposées en ovales empierrées sont associées à des foyers. La poterie rangées parallèles. Dans une habitation, a été retrouvé comprend des « barattes », des jarres à provision avec un crâne de bovidé surmodelé de façon naturaliste, avec décor imprimé ou incisé ; elle présente des afyeux, les naseaux et la bouche ; lauteur suppose que nités les avec le groupe de « Rabah » au nord. La céramique à ce « bucrane » était appliqué sur un mur à la manière engobe lustré noir ou rouge permet détablir des liens dun trophée. avec la phase D de lAmouq. Une mission franco-roumaine comprenant Dragomir Vers 4100-3800 av. J.-C., la pierre est utilisée pour Popovici, Bernard Roudain et Yannick Rialland les fondations ; le tissu villageois reste lâche. Une salle travaille sur le tell dHârsova au sud de la Roumanie contenait un atelier de tissage : nombreuses fusaioles en Dobrogea. Ce site domine la rive droite du Danube en terre cuite, pesons, navettes et aiguilles en os, bol qui la fortement tronqué. La première occupation à anse « en pont ». Les disques perforés à encoche en appartient aux deux dernières phases de la culture silex dusage indéterminé sont luvre de spécialistes Boian avec des importations de la culture Hamangia ; (cf. Neve Ur, Deraa, Peqiin, Ghassul). Les masses lextension de ce groupe couvre la Dobrogea, le sud-piriformes en calcaire, roche bitumineuse ou hématite est de la Valachie et de la Moldavie. En Bulgarie, la rappellent Nahal Mishmar. Dans la poterie, on remarque culture de Marica (Mari©a) est si semblable quon peut de grandes jarres-silos garnies de bandes à impressions dénir un complexe culturel Boian-Marica, qui sétend digitales en relief (cf. Umm Hamad, Pella, Beisan, de lembouchure du Danube à la mer de Marmara. Golan, Ghassul) ainsi que des petits bols coniques Vient ensuite la culture Gumelni©a (phase A2), terminés au tour qui sont importés du Néguev. Les vases qui appartient au complexe culturel de « Gumelni©a-
Syria82 (2005)
BIBLIOGRAPHIE
343
Karanovo VI-Kadjaderman » sur le même territoire à trou de poteau central et paroi en torchis. Léconomie que la précédente (deuxième moitié du Vemillénaire est basée sur la culture des céréales et de légumineuses av. J.-C.). La céramique est que lélevage des ovicaprinés. ainsine avec des décors incisés, plastiques, à la barbotine, peints au graphite ou Plus au nord dans les Abruzzes, le site de Catignano à la peinture rouge et blanche. La nécropole de Varna (seconde moitié du VIIe J.-C.) estmillénaire av. a livré des tombes riches en bijoux dor décorés au contemporain de la phase terminale de la céramique repoussé. Le cuivre martelé ou coulé est couramment imprimée et antérieur à la céramique peinte de style employé pour la parure ou divers petits outils, voire des Ripoli. Il a fourni plusieurs maisons rectangulaires haches. Lesdélimitées par une petite fosse de à abside,  parallèlesgurines animales ou anthropomorphes sont abondantes ; une statuette représente une femme fondation et des alignements de poteaux ; les foyers portant un vase à provision. sont des cuvettes rectangulaires remplies de galets La culture de Cernavoda I, transition entre le brûlés (cf. Villeneuve-Tolosane) ; il y a aussi des silos Chalcolithique et lâge du Bronze, se limite à la cylindriques. Dans la céramique, les formes sont celles Dobrogea, lest de la Muntanie et le nord-est de la de limpressa, mais le décor est peint de lignes en Bulgarie ; elle semble correspondre à unux migratoire rouge, parfois bordées de noir en négatif. La récolte de en provenance des steppes pontiques. Les sépultures fruits sauvages est attestée et la chasse joue un rôle plus sont sous tumulus, la céramique est à décor cordé et important quà Ripa Tetta. des sceptres zoomorphes en calcaire représentent des Dans la vallée de lAisne, à lextrémité occidentale du chevaux harnachés (deuxième moitié du IVela plus ancienne culture néolithique de lEurope millénaire Rubané, av. J.-C.). centrale, se trouve Cuiry-lès-Chaudardes, analysé par Dans les niveaux Gumelni© Michael Ilett et Lamy Hachem. Le « Rubané récent dua, il existe trois types de bâtiments : 1) maisons avec murs en torchis à Bassin parisien » a duré deux siècles aux alentours de armature en bois, qui peuvent comporter une ou deux 5000 av. J.-C. Le site est un des mieux connus, avec pièces, avec un four carré et voûté dans chaque pièce ; trente-trois maisons dégagées, toutes orientées est-ouest ; 2) habitations avec tranchée de fondation et poteaux leur plan est conforme au modèle classique du Rubané : en bois ; 3) constructions avec « vide sanitaire » et de forme rectangulaire ou légèrement trapézoïdale avec plate-forme de troncs refendus posée sur des poutres cinq rangées longitudinales de poteaux et des fosses latérales et surmontée dun sol en terre battue. À côté de latérales où aboutissaient les déchets domestiques. lagriculture et de lélevage, si la chasse ne joue quun La céramique comprend de grandes jattes dont la rôle accessoire (armatures de contient un dégraissant ajouté et ornées parfoisèches), la pêche en pâte revanche est intensive ; harpons en bois de cervidé, poids dun décor modelé, des vases globulairesns et ornés dancrage en calcaire, ciseaux en os pour lécaillage, souvent de motifs incisés ou imprimés au poinçon ou au grands dépotoirs de poissons divers, mollusques deau peigne et enn des bols recouverts de sillons rayonnants douce, carapaces de tortues, gastrolithes décrevisses. (style du Limbourg). Les maisons les plus récentes sont La parure est très variée : pendentifs sur défense de disposées en deux rangées à lextérieur du village. Le sanglier, réplique en terre cuite de bijou en or, collier buf prédomine parmi les animaux domestiques ; le dastragales de mouton peints en rouge. Sur les vases cerf et le sanglier viennent en tête du gibier qui diminue anthropomorphes et les au fur et à mesure de loccupation du site ; la plupart desgurines féminines, les oreilles sont percées de trous qui devaient porter des pendentifs ; restes danimaux chassés se trouvent dans les maisons on peut citer aussi un sif à la périphérie. courteset zoomorphe en terre cuite. Six communications couvrent lEurope occidentale. Charavines en Dauphiné, exploré par Aimé Bocquet, En Italie, les témoignages les plus anciens du Néolithique est typique des villages en bordure de lac des régions proviennent de la région adriatique en Pouilles et alpestres. Grâce à la dendrochronologie, le fouilleur a pu Basilicate, avec la séquence suivante : 1) céramique retracer son histoire à un an près ; 2669-2645 av. J.-C. : impressaarchaïque(7300-6900 av. J.-C.) ; 2)Guadonede deux maisons en 2667, extension àpremier village (6950-6700 av. J.-C.),en 2665, ajout de deux maisons en 2660, maisons  cinqoù le décor imprimé sorganise en motifs complexes (cardiaux, rockers, «sequenze à deux maisons et agrandissement du grenier») ; réduction 3)Lagnano marqué par le J.-C.), 2651, puis abandon méthodique. En 2610 av. J.-C., un en(6800-6600 av. déclin du décor imprimé et le développement de la deuxième village est reconstruit avec six maisons à deux peinture et de la gravure ; 4) céramiqueimpressanalenefs, différence liée à lusage de bois blancs au lieu de (6700-6300 av. J.-C.) en Pouilles et à Matera, avec sapin, avec un outillage semblable mais beaucoup plus une différenciation régionale. Carlo Tozzi décrit le site abondant (poignards et hache-marteau emmanchés), ce de Ripa Tetta où sont représentées les phases 2 et 3. qui prouve un abandon rapide, probablement devant Entouré dun fossé circulaire, il comprend des cabanes la montée irrésistible des eaux. Dans le second village
344
BIBLIOGRAPHIE
Syria82 (2005)
apparaissent des vases à col (cf. Rinaldone) et le silex Après une lacune, les Campaniformes réoccupent du Grand-Pressigny y est beaucoup plus abondant. le site (armatures à pédoncule et ailerons, pointe de Claude Burnez, Catherine Louboutin et Séverine Palmela en cuivre, perles en variscite, gobelets à décor Braguier se penchent sur « Les habitats néolithiques au peigne rehaussé de peinture rouge) [2500-2300 ceinturés du centre-ouest de la France », quils av. J. C.]. On remarque labsence de foyers, silos, considèrent comme des zones dhabitat non fortié. Ces fosses-dépotoirs. Ces enceintes annulaires seraient donc enceintes appartiennent à trois horizons : Néolithique les résidences fortiées délites dirigeantes qui seraient Récent, Matignons (3900-3500 av. J.-C.) avec des vases à également représentées par les grands monuments fond plat peu décorés ; Néolithique Récent, Peu-Richard mégalithiques contemporains. Les Campaniformes ont (3500-2900 av. J.-C.) avec une céramique à prol en S, Chalcolithique le même comportement. au oreillettes de préhension et décor en relief de nervures Suzanna Oliveira Jorge examine la problématique ou de cordons (guirlandes, cercles), lapparition de des « habitats fortiés » de la péninsule Ibérique à partir larmature tranchante de type Montplaisir et de perçoirs du site de Castelo Velho de Freixo de Numão dans le Moulin-de-Vent  dans ces deux groupes, lélevage du nord du Portugal. Ce site date du Chalcolithique et buf prédomine (lait, traction et portage) ; Néolithique du Bronze Ancien et Moyen (3000-1300 av. J.-C.) et Final, Artenac (3100-2000 av. J.-C.), qui sétend en domine toute la région. Il comprend une tour centrale val de Charente, vers le Centre et au nord de la Loire. entourée dune double enceinte, à lintérieur de laquelle Dans lArtenac II, apparaissent les sites ceinturés par un se trouvent des aires de stockage ; on y a ajouté une rempart, éperons barrés et sites de plaine, à lintérieur structure semi-circulaire ayant servi de sépulture à une desquels se remarquent de très grands bâtiments. La femme. Ce monument ne serait pas fonctionnel, mais céramique comprend deux catégories : domestique aurait joué un rôle symbolique. à pâte grossière, fond plat, parfois incisée à la lèvre, Avec les deux dernières contributions, on revient avec de grands vases de stockage ;ne et très lissée, au Proche-Orient. Beatrix Midant-Reynes fait le avec des vases à fond rond, anses nasiformes, des point de ses recherches à Adaïma, un site égyptien du assiettes et un décor incisé géométrique à incrustation Pré-dynastique. Sur la rive ouest du Nil, à 50 km au sud blanche. À lArtenac II, de nouveaux motifs (damiers de Louxor, ce village a subsisté depuis lan de Negada I échelles) évoquent tout à fait le Campaniforme ; la jusquà la seconde dynastie (3700-2900 av. J.-C.). vaisselle senrichit de couvercles et « diabolos » ; la Lhabitat est léger (trous de poteaux, clôtures en bois peinture rouge apparaît. Loutillage lithique comprend deguier ou en terre) et comprend quelques sépultures des armatures perçantes à ailerons et pédoncule, des de nouveau-nés, de chiens, dont une accompagnée poignards en silex du Grand-Pressigny, des scies à dun vase, et une de jeune cochon. Il est associé à deux encoches. Les parures de plaquettes biforées abondent. cimetières, qui ont livré quelques inhumations en coffre Le métal fait son apparition. À lArtenac II, les suidés de bois et un coffre contenant des objets en stuc peint prennent la première place. (sandales, couteau, massues, carquois). À partir de Jean Vaquer sinterroge sur « Les enceintes Negada III A sous la Iredynastie, il semble que les élites annulaires du Néolithique allées se faire enterrer ailleurs. soient ».nal languedocien Une vingtaine denceintes à fossé appartiennent au Pierre de Miroschedji présente lurbanisation de Néolithique Final (cultures de Saint-Pons et de Veraza) la Palestine aux IVe-IIIemillénaires à partir de Tel ou au Chalcolithique (Veraza Récent et Campaniforme). Yarmouth qui a joué un rôle important dans le Sud Contrairement aux enceintes du Néolithique Moyen palestinien. Fondé au troisième quart du IVemillénaire qui sont à fossés segmentés, ces enceintes sont à fossé (Bronze Ancien I B) sous la forme dun village, le site continu avec un nombre limité de passages. Un groupe à est abandonné vers 3200 av. J.-C., puis réoccupé sur fossé simple ou double présente au moins une entrée, un une grande échelle au Bronze Ancien I Bnal (3100 diamètre de 47 à 115 m ; ces enceintes sont situées sur av. J.-C.). Avec le Bronze Ancien II apparaît un puissant des éminences du relief et sont concentrées dans la vallée rempart vers 2900 av. J.-C., puis un second encore moyenne de lAude (première moitié du IIIe impressionnant avec une porte monumentalemillénaire plus av. J.-C.). À Mourral-Millegrand, Trèbes (Aude), la vers 2700 av. J.-C. La ville atteint son apogée au fouille intégrale a permis de dégager une palissade à Bronze Ancien III (2650-2350 av. J.-C.), contemporain lintérieur dun large fossé, avec deux entrées à lest de lAncien Empire égyptien et du Dynastique et au sud-ouest. À lintérieur se trouvaient deux longs Archaïque III en Mésopotamie : renforcement des bâtiments matérialisés par des trous de poteaux ; ceux-ci fortications par des bastions, quartiers artisanaux, sont à deux nefs avec un portail haut soutenant la poutre bâtiment blanc, plutôt maison patricienne que temple, faîtière ; la poterie appartient au groupe de Saint-Pons et en édin palais qui couvre 6 ha,é sur une terrasse et au Veraza Ancien (début du IIIemillénaire av. J.-C.). articielle, entouré dune enceinte à saillants intérieurs