21 pages
Français

Exposé d'Yves LE BARS

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Exposé d'Yves LE BARS

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 87
Langue Français
Rencontredébat du Comité 21Yves LE BARS, Président de l'ANDRA "Gestion des déchets radioactifs et développement durable"
Exposé d’Yves LE BARS Evoquer simultanément les déchets radioactifs et le développement durable apparaît, à un certain nombre de nos concitoyens, comme un paradoxe et un sujet d’incrédulité. Relever le défi en la matière est l’un des enjeux qui mobilisent l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs que je représente ici aujourd’hui, et dont la raison d’être est la protection de la santé et de l’environnement. Il est nécessaire de prendre d’abord de la distance par rapport à la charge émotionnelle du sujet et aux débats politiques et scientifiques qu’il suscite, pour analyser les faits et établir l’état des déchets en France. Il faudra ensuite passer au crible du développement durable la politique sur un sujet qui semble concentrer les grandes peurs du siècle… La gestion des déchets radioactifs est un sujet où les enjeux du développement durable trouvent un point d’ancrage selon quatre axes au moins: dimension technique et environnementale : notre société atelle aujourd’hui la capacité de maîtriser les impacts sur l’homme et l’environnement de son activité industrielle et de sa consommation ? aspects techniques et éthiques : saitelle le faire dans le respect de l’avenir, sans compromettre les besoins des générations futures ? dimension économique : y atil des opportunités de développement pour les territoires d’accueil des déchets, et des ressources disponibles dans la durée ? dimension institutionnelle : réussiton à associer l’Etat, les entreprises et les différents rouages de la société civile, y compris les collectivités territoriales et la population ? Cette grille de lecture aidera à passer en revue les différents aspects d’un sujet où se mêlent les approches sociales et technologiques. C’est une première approche, une forme de contribution au diagnostic de la gestion des déchets radioactifs. L’Andra, Agence indépendante des producteurs de déchets, jeune établissement public industriel et commercial de l’Etat créé par la loi de décembre 1991, est chargée des opérations de gestion à long terme des déchets radioactifs. Comptant 350 agents (ingénieurs, chercheurs, techniciens, administratifs…), elle est chargée, par les pouvoirs publics, de trois missions : mission industrielle ; mission de recherche destinée, dans le cadre de la loi de 1991, à étudier la faisabilité d’un stockage géologique profond de déchets hautement radioactifs à vie longue (HAVL) ; mission d’information et d’inventaire. Ces missions sont clairement affichées dans un contrat quadriennal signé avec l’Etat en juillet 2001, qui définit des objectifs et des échéances destinées à être évalués annuellement. Avant de reprendre le fil de la réflexion sur l’articulation de son travail et des déclinaisons données, actuellement, avec la durabilité, prenons quelques instants pour rappeler certaines notions
sur les déchets radioactifs présents sur le territoire national.
1
I DIMENSION TECHNIQUE et ENVIRONNEMENTALE : faits et constats sur la gestion des déchets radioactifs 11 D’où viennent les déchets et où sontils ?Les déchets radioactifs ne sont pas un ensemble homogène. Il sont d’origines diverses. En France, la production des déchets radioactifs est issue pour la plus grande part du secteur électronucléaire. Mais les activités militaires, de recherche, et l’utilisation des radioéléments dans l’industrie et en médecine créent des risques spécifiques, qui touchent des sites nombreux et dispersés. Les 58 centrales françaises produisent 1 kg de déchets radioactifs par habitant et par an, dont plus de 950 g de faible et moyenne activité à vie courte. Leur toxicité particulière, liée à l’impact de leurs radiations sur les tissus vivants, a conduit à des solutions spécifiques, distinctes de celles mises en œuvre dans l’industrie chimique par exemple. Classification des déchets
A c tiv ité
V ie
T rè s fa ib lea c tiv ité(T F A )
F a ib lea c tiv ité(F A )
M o ye n n ea c tiv ité(M A )
H a u tea c tiv ité(H A )
V ie c o u rte < 3 0 a n s
V ie lo n g u e > 3 0 a n s
C e n tre T F A(e n c o n s tru c tio n )
C e n tre d e l'A u b e (s to c k agu rfa c ee s e d )
A l'é tu d e (ra d ifè re s ,d é c h e ts graph ite s)
(d é c h e ts te c h n o logiqu e s)
(u s é sv itrifié s , c o m b u s tib le s d é c h e ts )
 A l'é tu d e3 0 d u (lo i 1 9 9 1 )d é c e m b re
Pour gérer les déchets on les classe selon deux critères : "l’intensité de la radioactivité", l’activité émise, c’est à dire l’intensité des rayonnements émis par les déchets bruts et leur toxicité potentielle si aucune protection n’est prévue ; la "durée de vie", c’estàdire le temps de réduction de cette intensité radioactive, puisque la radioactivité diminue avec le temps, plus ou moins rapidement. On dit "à vie courte" si la durée de réduction de moitié est inférieure à 30 ans. Les déchets de haute activité et à vie longue dégagent de la chaleur pendant plusieurs décennies, les autres pas ou très peu.
2