€Le sujet de l

€Le sujet de l'étude

Documents
14 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

- ENSA.M – UA INFORMATION GEOGRAPHIQUE ET MODELISATION DE L’ESPACE – T.P. Conception et Réalisationd'une Base de Données Hydrologique -T.P. Bases de Données pour les SIG.Modélisation hydrologiquepour la gestion de pollutions d'origine agricolea bP. Vismara , J.M Robbez-Masson a UFR Informatique et Mathématiques Appliquées ENSA.M - INRA Montpellierb UFR Science du Sol ENSA.M - INRA Montpellier1 Le sujet de l'étude1.1 L'OBJECTIFNous souhaitons créer une base de données qui nous permettra de gérer des problèmes de pollutionà l'entrée de captages d'eau. Ces captages étant munis de stations de mesure de la qualité de l'eau, ils'agit de retrouver l'origine de la pollution pour mettre en place une politique adaptée.La problématique générale est ici mise en œuvre à l'échelle d'un petit bassin-versant d'environ100 ha en milieu méditerranéen rural et essentiellement viticole, dans lequel on imagine que lespollutions proviennent des pesticides épandus sur les parcelles. Ces pesticides empruntent, àl'occasion des orages, le réseau de fossés ceinturant les parcelles et s'acheminent donc vers l'exutoiredu bassin-versant. Les stations de mesure sont localisées précisément sur certains tronçons de cesfossés. Le plan de situation (cf. Annexe 1) permet de localiser les stations, le réseau et l'aspectgénéral des parcelles.Dans le but de traiter cette problématique, on devra pouvoir répondre aux questions suivantes :♦ Quels sont les drains dont les eaux peuvent ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 40
Langue Français
Signaler un problème

- ENSA.M – UA INFORMATION GEOGRAPHIQUE ET MODELISATION DE L’ESPACE – T.P. Conception et Réalisation
d'une Base de Données Hydrologique -
T.P. Bases de Données pour les SIG.
Modélisation hydrologique
pour la gestion de pollutions d'origine agricole
a bP. Vismara , J.M Robbez-Masson
a UFR Informatique et Mathématiques Appliquées ENSA.M - INRA Montpellier
b UFR Science du Sol ENSA.M - INRA Montpellier
1 Le sujet de l'étude
1.1 L'OBJECTIF
Nous souhaitons créer une base de données qui nous permettra de gérer des problèmes de pollution
à l'entrée de captages d'eau. Ces captages étant munis de stations de mesure de la qualité de l'eau, il
s'agit de retrouver l'origine de la pollution pour mettre en place une politique adaptée.
La problématique générale est ici mise en œuvre à l'échelle d'un petit bassin-versant d'environ
100 ha en milieu méditerranéen rural et essentiellement viticole, dans lequel on imagine que les
pollutions proviennent des pesticides épandus sur les parcelles. Ces pesticides empruntent, à
l'occasion des orages, le réseau de fossés ceinturant les parcelles et s'acheminent donc vers l'exutoire
du bassin-versant. Les stations de mesure sont localisées précisément sur certains tronçons de ces
fossés. Le plan de situation (cf. Annexe 1) permet de localiser les stations, le réseau et l'aspect
général des parcelles.
Dans le but de traiter cette problématique, on devra pouvoir répondre aux questions suivantes :
♦ Quels sont les drains dont les eaux peuvent atteindre une station ?
♦ Quelles sont les parcelles situées en amont d’une station de mesure ?
♦ Quels sont les polluants susceptibles de se trouver au niveau de telle station de mesure ?
♦ Quels sont les produits susceptibles d’atteindre chaque station au cours d’une quinzaine
donnée ?
♦ Quelle est la liste des stations à informer lorsqu'une pollution accidentelle a lieu sur telle
parcelle ?
1.2 LES INFORMATIONS DE DEPART.
Pour résoudre cette problématique, nous devrons utiliser les données provenant de deux
sources distinctes :
♦ Des données géographiques extraites d’un SIG et décrivant les composants du réseau
hydrologique et les relations existant entre ces composants : fossés, parcelles, stations
de pompage.
♦ Une base Access résultant d’une enquête sur les habitudes des exploitants agricoles
concernant l’épandage de pesticides : propriétaires des parcelles, traitements effectués
par ces propriétaires, description des produits utilisés.
L’objectif de ce TP sera d’étendre la base Access existante en intégrant les données
géographiques afin de pouvoir répondre aux différentes questions.
11-3-99 – P. Vismara et J.M. Robbez-Masson -- 1 -- ENSA.M – UA INFORMATION GEOGRAPHIQUE ET MODELISATION DE L’ESPACE – T.P. Conception et Réalisation
d'une Base de Données Hydrologique -
1.3 LES CONTRAINTES SUR LES DONNEES.
Une parcelle est une entité de traitement agricole homogène. L'exploitant agricole y répand des
pesticides, susceptibles de polluer l'eau. Les eaux de ruissellement de la parcelle sont entièrement
drainées par un ou plusieurs fossés. On considère que, lors de précipitations, une partie des
polluants est emportée par les eaux de ruissellement (en solution ou adsorbée sur les particules de
terre, mais on ne fait pas la différence ici), et que toutes les précipitations ruissellent.
Un fossé est un tronçon linéaire par lequel s'écoule l'eau collectée sur les parcelles. Une fois dans un
fossé, l'eau est acheminée intégralement par le réseau de fossés et ne déborde pas sur les parcelles en
contrebas. Les fossés sont habituellement connectés entre eux et forment un réseau hydrologique
hiérarchique collectant l'eau en amont et la drainant en aval vers l'exutoire du bassin-versant.
Chaque fossé est délimité par deux nœuds : un à l'amont et un à l'aval.
Un nœud est un point virtuel délimitant, dans un SIG, le début ou la fin d'un arc. Les nœuds sont
utilisés ici pour identifier le début ou la fin d'un tronçon de fossé.
Une station de mesure se trouve au bord d'un fossé, sur un tronçon parfaitement repéré sur le réseau
hydrologique.
Un exploitant est une personne gérant des parcelles agricoles. Chaque exploitant utilise un
ensemble de produits phytosanitaires pour traiter ces parcelles.
Un produit phytosanitaire (par exemple, la « bouillie bordelaise ») contient un ensemble de
matières actives (par exemple, le cuivre).
1.4 L’ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL
Ce TP s’appuie sur l’utilisation du logiciel Access 97 disponible dans l’environnement Windows
NT.
Les divers fichiers de données cités sont disponibles sur "Omuti\\TPSIG\TPBdD".
Le fichier BD_traitements.mdb devra être copié dans le répertoire personnel "H:\Users\Sigel ",i
i ∈{}1..8 , avant d’être ouvert dans Access 97.
2 Description des données initiales
2.1 LA BASE DE DONNEES ACCESS
La base de données Access est composée des six tables et relations suivantes :
11-3-99 – P. Vismara et J.M. Robbez-Masson -- 2 -- ENSA.M – UA INFORMATION GEOGRAPHIQUE ET MODELISATION DE L’ESPACE – T.P. Conception et Réalisation
d'une Base de Données Hydrologique -
Le dictionnaire des données ci-dessous décrit sommairement les champs de la base : désignation du
champ, type de données (I = entier; R = réel; T = texte; D = date/heure) et taille du champ en octets.
adresse de l'exploitant T 250adresse
âge âge de l’exploitant I2
code postal code postal de la commune de résidence de l'exploitant I 4
commentaire T champ de commentaire pour les traitements phytosanitaires T 250
commune nom de la commune où est situé la parcelle T 50
concentration en matière active dans le produit phytosanitaire (selon l'unité spécifiée) R 4concentration MA
culture type de culture, occupation du sol de la parcelle observée sur le terrain T 15
date de début des traitements phytosanitaires I 2date début T
date fin T date de fin des traitements phytosanitaires I 2
demi-vie temps de demi-vie de la matière active (en j) R 4
élément chimique nature de l'élément chimique dans l'engrais T 50
enquête code définissant si l'exploitant a été enquêté ou non T 3
famille chimique famille chimique de la matière active T 50
fréquence apport nombre d'application du produit phytosanitaire dans l'année I 2
nombre entier attribué à chaque exploitant I 2id_exploitant
lieudit lieudit où est situé la parcelle T 50
coefficient de partage eau-sol de la matière active R 8log Koc
log Kow coefficient de partage octanol-eau de la matière active R 8
matière active nom de la matière active T 50
mode d'action mode d'action de la matière active T 250
no_parcelle numéro cadastral de la parcelle T 10
nom nom de l'exploitant T25
nom produit nom commercial du produit phytosanitaire T 25
durée pendant laquelle la matière active est décelable T 50persistance
prénom prénom de l'exploitant T 25
quantité de produit phytosanitaire conseillée (selon l'unité spécifiée) T 25Qtté PP conseillée
quantité PP quantité detosanitaire appliquée (selon l'unité spécifiée) R 4
solubilité eau solubilité dans l'eau de la matière active (en mg/l à 20°C) R 8
téléphone numéro de téléphone de l'exploitant T 20
tension vapeur tension de vapeur de la matière active (en mbar) R 8
désignation de la nature du produit phytosanitaire (insecticide, acaricide, fongicide, herbicide) T 2type phyto
type_produit désignation du type de produit vendu (RAI, VDP, VDT, AOC, VDN, VDQS) T 3
différentes unités utilisées dans chacune des tables T 10unité
ville nom de la commune de résidence de l'exploitant T 50
2.2 LES DONNEES ISSUES DU SIG
2.2.1 Codification de la Table FOSSE décrivant les Fossés d'évacuation de l'eau :
La table Fosse décrit les fossés, drains et lits de petits ruisseaux collectant l'eau autour des parcelles
agricoles, au moyen d'un numéro (champ DrainRef_) et d'un certain nombre d'attributs relatifs à leur
dimension, à leur connexion entre eux, à leur état, etc.
Fichier Excel Fosse.xls
Dictionnaire des données :
Fnode_ : Numérique entier, numéro du nœud de départ de l'arc ("from_Node")
T: Numérique entier, numéro du nœud de fin de l'arc ("to_Node")
Length : Numérique réel, longueur planimétrique du fossé (m)
DrainRef_ : Numérique entier, clé, numéro du fossé
Taille : Numérique entier, taille du fossé
Entretien : Numérique entier, niveau d'entretien du fossé
11-3-99 – P. Vismara et J.M. Robbez-Masson -- 3 -- ENSA.M – UA INFORMATION GEOGRAPHIQUE ET MODELISATION DE L’ESPACE – T.P. Conception et Réalisation
d'une Base de Données Hydrologique -
Historique et complétude :
Les champs de cette table ont été renseignés de deux manières différentes :
♦ calcul automatique par le SIG des dimensions (longueur), de la topologie (connexité
entre fossés) et des identifiants après digitalisation des tracés des fossés ;
♦ saisie manuelle de la taille et du niveau d'entretien par diagnostic de terrain.
Ne sont repris dans cette base de données d'exemple que les fossés constituant les drains (naturels
ou artificiels) du bassin-versant du Bourdic (affluent de la Peyne, commune de Roujan dans
l'Hérault). La base de données complète est entretenue et administrée par l'INRA Science du Sol (X.
Louchart).
2.2.2 Codification de la Table JETTE décrivant les liens entre fossés
La table Jette décrit les liens directs « amont / aval » existant entre les drains, au moyen des champs
Amont et Aval. Cette table ne contient que les relations directes pouvant exister entre deux drains,
c’est-à-dire lorsque les deux drains se touchent. De plus, on supposera que chaque drain se jette
dans lui-même. La table contient donc un enregistrement de la forme ( k, k ) pour chaque drain k.
Fichier Excel Jette.xls
Dictionnaire des données :
Amont : Numérique entier, numéro du drain en amont
Aval : Numérique entier, numéro du drain en aval
Historique et complétude :
Cette table a été obtenue à partir de la table Fosse, en associant les drains ayant un nœud en
commun. Une étape de vérification manuelle a été nécessaire pour déterminer lequel des deux
drains ayant un nœud en commun se situe en aval de l’autre. La complétude et l’exactitude de ces
données ne sont pas garanties.
2.2.3 Codification de la Table DRAINE décrivant la Relation Parcelle / Fossé :
La table Draine contient la relation entre chaque parcelle (champ No_Parc) et le ou les fossés qui la
draine(nt) (champ No_Drain) DIRECTEMENT : habituellement il s'agit de fossés jouxtant la parcelle.
On ne prend pas en compte ici les relations indirectes, c'est-à-dire l'ensemble des fossés par
lesquelles l'eau d'une parcelle va finir par s'écouler le long de son trajet jusqu'à l'exutoire.
Fichier Excel Draine.xls.
Dictionnaire des données :
No_Drain : Numérique entier, numéro interne (= DrainRef_) du fossé drainant la parcelle
No_Parc : Chaîne de caractères (largeur 8), numéro cadastral complet de la parcelle :
p.ex. "aw 54" (section AW, numéro 54 dans la section)
Historique et complétude :
Cette table a été établie par saisie manuelle d'après le travail de terrain de D. Callens et J. Morillas
(UA "Systèmes d'Informations Géographiques) en mars 98.
Toutes les parcelles ne sont pas drainées. Tous les drains ne sont pas déclarés comme drainant une
quelconque parcelle. Il y a des doublons.
11-3-99 – P. Vismara et J.M. Robbez-Masson -- 4 -- ENSA.M – UA INFORMATION GEOGRAPHIQUE ET MODELISATION DE L’ESPACE – T.P. Conception et Réalisation
d'une Base de Données Hydrologique -
2.2.4 Codification de la Table STATION décrivant les Stations de Mesure :
La table Station décrit succinctement les stations de mesure par un numéro (champ Station_) et
leur localisation (sous la forme du numéro du fossé sur lequel elle est située – champ
DrainRef_). On suppose que la station se situe au niveau du nœud aval du drain. La station
reçoit donc les eaux des parcelles qui ruissellent directement dans ce drain.
Fichier Excel Station.xls
Dictionnaire des données :
Station_ : Numérique entier, clé, numéro interne de la station de mesure
DrainRef_ : Numérique entier, numéro du drain sur lequel est situé la station.
Historique :
Cette table a été établie par saisie manuelle de J.M. Robbez-Masson. Il s'agit de stations de mesure
fictives.
3 Les étapes du TP
3.1 INTEGRATION DES DONNEES SIG DANS LA BASE ACCESS
Si ce n’est pas déjà fait, ouvrez la base BD_traitements.mdb que vous avez copiée.
3.1.1 Importer les fichiers Excel dans la base
Utiliser le menu « Fichier ! Données externes ! Importer » pour importer chaque fichier. Lors de
l’importation, vous devrez veiller à préciser que le nom des champs est défini par la première ligne
du fichier. Vous choisirez également de ne pas définir de clé lors de l’importation.
Importation du fichier Jette.xls
Lorsque la table Jette est créée, vous devez l’ouvrir en mode création afin de :
• modifier le type de données associé aux champs Amont et Aval en le remplaçant par le
type utilisé pour décrire les numéros de drains :
type = numérique et taille du champ = entier
• définir la clé primaire de la table sachant qu’un drain donné (en amont) se jette au moins
dans lui-même et éventuellement dans un autre drain (qui est en aval).
Importation du fichier Station.xls
Comme précédemment, importez le fichier Station.xls et mettez à jour la structure de la table en
veillant bien au type de donnée associé au champ DRAINREF_ (numérique : entier)
Importation du fichier Draine.xls
Après l’importation, vous devrez mettre à jour le type des champs :
• numérique (entier) pour le champ « No_drain »,
• texte (8 caractères) pour le champ « No_Parc ».
11-3-99 – P. Vismara et J.M. Robbez-Masson -- 5 -- ENSA.M – UA INFORMATION GEOGRAPHIQUE ET MODELISATION DE L’ESPACE – T.P. Conception et Réalisation
d'une Base de Données Hydrologique -
Dans la mesure où une parcelle peut se jeter dans plusieurs drains, il faut définir la clé à partir des
deux champs de la table. Essayez de définir cette clé. Un message d’erreur doit vous indiquer la
présence de doublons. Les données importées sont donc erronées.
Ce type de problème se produit souvent lorsqu’on importe des données externes. Nous allons voir
comment le résoudre.
Commencez par fermer la table en la sauvant (sans clé).
A partir de l’onglet « requêtes » de la fenêtre principale, utilisez l’assistant « requête trouver les
doublons » pour créer une nouvelle requête qui s’applique à la table « draine » et recherche les
doublons à partir des deux champs de la table.
Vous constaterez que la table contient quatre enregistrements en double. Vous pouvez alors ouvrir
la table « draine » pour les supprimer.
Lorsque la table draine ne contient plus de doublons, vous pouvez la modifier pour définir sa clé
(portant sur les deux champs).
Remarque : dans le cas où le nombre de doublons serait trop important, il est possible d’obtenir
une table sans doublons par une méthode plus automatique basée sur l’utilisation d’une « requête
ajout ». Cette procédure est clairement détaillée dans l’aide concernant la « Suppression
automatique des doublons dans une table » (vous pouvez utiliser le compagnon Office pour obtenir
cette aide).
Importation du fichier Fosse.xls
Cette importation ne devrait pas vous poser de problèmes. Pensez à modifier le type du champ
DRAINREF_ (numérique et entier) et à le définir comme champ clé.
3.1.2 Définir les nouvelles relations et intégrités référentielles
Ouvrez la fenêtre « Relations » et ajoutez les nouvelles tables.
Commençons par relier les nouvelles tables entre elles.
Pour vérifier la cohérence des données, vous devez définir une relation avec intégrité référentielle
entre :
• Le champ DRAINREF_ de « fosse » et le champ DRAINREF_ de « Station »
• Le_ de « et le champ No_drain de « Draine »
Entre les tables « fosse » et « jette » combien devez-vous définir de relations avec intégrité
référentielle ?
Il nous reste maintenant à relier le champ No_parcelle de la table « Parcelles » avec le champ
No_parc de la table « draine ». Quelle devrait être la table primaire ? Parvenez-vous à définir une
intégrité référentielle ? Pourquoi ?
Il semble donc que les données des deux tables ne correspondent pas exactement.
Pour vous en assurer, créez une requête avec l’assistant « requête de non-correspondance » afin
d’afficher tous les enregistrements de la table « draine » pour lesquels la valeur du champ No_parc
ne correspond à aucune des valeurs prises par le champ No_parcelle de la table « Parcelles ».
Combien il y a-t-il d’enregistrements de la table « draine » qui ne correspondent pas ?
11-3-99 – P. Vismara et J.M. Robbez-Masson -- 6 -- ENSA.M – UA INFORMATION GEOGRAPHIQUE ET MODELISATION DE L’ESPACE – T.P. Conception et Réalisation
d'une Base de Données Hydrologique -
A l’inverse, créez une requête de non-correspondance pour déterminer combien d’enregistrements
de la table « parcelles » ne correspondent à aucun enregistrement de la table « draine ». Où sont
situées ces parcelles ?
Quelle requête devrait-on créer pour déterminer les enregistrements qui correspondent dans les deux
tables ? (penser à utiliser une opération de regroupement pour éliminer les valeurs en double). Où
sont situées ces parcelles ?
En conclusion, nous devons admettre que les parcelles sélectionnées dans les deux sources de
données ne correspondent pas exactement. Par contre, dans la mesure où le numéro de parcelle
utilisé est un identifiant universel, nous pouvons admettre que les valeurs correspondantes dans les
deux tables désignent bien la même parcelle.
Dans le cadre d’une étude réelle, une vérification de la validité des sources de données s’imposerait.
Nous admettrons que les deux tables issues de différentes sources sont complètes mais ne
correspondent pas aux même zones géographiques. Nous devrons aussi admettre que l’ensemble des
parcelles nécessaires à notre étude est inclus dans l’intersection des deux tables.
Nous devrons donc nous résoudre à définir une simple relation entre les tables, sans ajouter
d’intégrité référentielle. Une telle intégrité ne pourrait être définie qu’à condition de supprimer
toutes les valeurs qui ne correspondent pas (en privilégiant une table par rapport à l’autre). Cette
solution radicale ne paraît pas indispensable pour le moment.
La fenêtre « relations » finale doit ressembler à ceci :
3.2 CALCULER DE NOUVELLES DONNEES
A ce niveau de notre étude, nous voulons essayer de répondre à la première question :
Quels sont les drains dont les eaux peuvent atteindre une station ?
Sachant que la table « jette » ne décrit que le lien amont / aval direct entre deux drains connexes,
pouvons-nous répondre à cette question ?
Réfléchissez un peu avant de tourner la page…
La réponse est malheureusement « non » ! Puisque nous ne disposons que des liens directs entre les
drains, nous ne pouvons déterminer que l’ensemble des drains qui sont en amont du drain sur lequel
se situe la station. Mais nous voulons aussi connaître les drains en amont de ces drains, et les drains
en amont des drains en amont, etc.
Pour ce faire, il nous faut déterminer les liens indirects amont / aval entre tous les drains. Par
exemple, puisque le drain 2 est en amont du drain 1 et puisque le drain 3 est en amont du drain 2,
nous voulons en déduire que le drain 3 est aussi en amont du drain 1, par transitivité.
A partir des liens directs amont / aval initiaux nous devons construire l’ensemble complet des liens
directs et indirects entre les drains. Cet ensemble est appelé « fermeture transitive » du lien initial.
Cet ensemble devra être stocké dans une nouvelle table pour éviter de le calculer à chaque
utilisation de la base.
Commençons par créer une nouvelle table « jette_complet » qui contienne tous les couples déjà
présents dans la table « jette ». Pour ce faire, sélectionnez la table « jette » (dans l’onglet « Tables »
11-3-99 – P. Vismara et J.M. Robbez-Masson -- 7 -- ENSA.M – UA INFORMATION GEOGRAPHIQUE ET MODELISATION DE L’ESPACE – T.P. Conception et Réalisation
d'une Base de Données Hydrologique -
de la fenêtre principale) et copiez-la puis collez-la en lui donnant le nouveau nom et en choisissant
de recopier la structure et les données de la table.
3.2.1 Construction d’une requête permettant d’obtenir un premier niveau de transitivité
Cette requête doit nous permettre d’obtenir l’ensemble des couples drain amont x / drain aval y tel
qu’il existe un drain z vérifiant : x est en amont de z et z est en amont de y.
Question : Comment peut-on construire une requête permettant d’obtenir ces nouveaux couples de
valeurs à partir de la table « jette_complet » ?
(remarque, vous devez utiliser deux fois la même table dans la requête)
Réfléchissez un peu…
Réponse : il suffit d’effectuer une jointure entre la table « Jette_complet » et elle-même (notée
« Jette_complet_1 ») en liant le champ « aval » de la table « jette_complet » avec le champ
« amont » de la table « Jette_complet_1 », comme le montre la figure de la page suivante.
Nous nommerons cette requête « Trans jette-complet ».
Notez que cette requête utilise une opération de regroupement afin d’éliminer les couples identiques
ayant été obtenus en joignant des enregistrements différents (pensez au cas où il existerait deux
drains z et z’ tels que x est en amont de z et de z’ et y est en aval de z et z’).
3.2.2 Eliminer les couples obtenus par transitivité et qui sont déjà dans « jette_complet »
La requête précédente nous permet d'obtenir de nouveaux couples. Pour ne pas devoir les recalculer,
nous voulons les ajouter à ceux déjà présents dans la table « jette_complet ».
Un problème se pose alors : que se passera-t-il si un des couples calculés par la requête est déjà dans
la table « jette_complet » ?
11-3-99 – P. Vismara et J.M. Robbez-Masson -- 8 -- ENSA.M – UA INFORMATION GEOGRAPHIQUE ET MODELISATION DE L’ESPACE – T.P. Conception et Réalisation
d'une Base de Données Hydrologique -
Notez que ce cas va forcément ce produire dans la mesure où chaque drain se jette dans lui-même.
Par exemple :
amont aval amont aval amont aval
32+21 31 nouveau22 déjà présent
33+3 3
Nous devons donc faire en sorte d’éliminer les couples obtenus par la requête et qui sont déjà dans
la table. Cela revient à ne conserver que les couples de la requête qui n’ont pas de correspondance
dans la table.
La requête « couples "trans jette complets" nouveaux » ci-dessous permet d’obtenir ce résultat :
Cette requête réalise une jointure en associant les deux champs de la requête « Trans Jette-complet »
aux champs de la table « Jette_complet ». La propriété de la jointure garantit que tous les couples de
la requête seront conservés mêmes s’ils ne correspondent à aucun couple de la table. Enfin, le
critère « Est Null » appliqué aux champs de la table permet d’éliminer les couples de la requête qui
correspondent à des couples déjà présents dans la table.
3.2.3 Ajouter les nouveaux couples à l’aide d’une « requête ajout »
Pour faciliter l’ajout des nouveaux couples, nous allons créer une « requête ajout » qu’il suffira
d’exécuter pour ajouter à la table « jette_complet » un nouveau niveau de transitivité.
Créez une requête vierge en mode création et ajoutez-y la requête « couples "trans jette complets"
nouveaux » que vous venez de créer.
Cliquez sur le bouton « type requête » et choisissez le mode « requête ajout ». dans la fenêtre
qui s’ouvre choisissez d’ajouter les valeurs dans la table « jette_complet »
Double cliquez ensuite sur le caractère « * » dans la liste des champs de la requête « couples "trans
jette complets" nouveaux » (vous sélectionnez ainsi tous ses champs) pour obtenir le résultat
suivant :
11-3-99 – P. Vismara et J.M. Robbez-Masson -- 9 -- ENSA.M – UA INFORMATION GEOGRAPHIQUE ET MODELISATION DE L’ESPACE – T.P. Conception et Réalisation
d'une Base de Données Hydrologique -
Exécutez (bouton ) plusieurs fois cette requête-Ajout et vérifiez que la taille de ta table
« jette_complet » augmente.
Pour obtenir la table « jette-complet » finale (fermeture transitive) il faut exécuter la requête ajout
jusqu’à ce le nombre d’enregistrements de la table n’augmente plus, c’est à dire lorsque la requête
« couples "trans jette complets" nouveaux » ne renvoie plus de valeurs.
Remarque : dans le cas où le nombre de calculs risquerait d’être trop élevé, il est possible
d’automatiser les exécutions successives de la requête-ajout en créant un module répétitif en
langage Visual Basic.
Nous avons maintenant calculé tous les couples devant figurer dans la table « jette_complet » (qui
correspond à la « fermeture transitive » de la table « jette »).
En étudiant la table « jette_complet » comment peut-on reconnaître le drain situé à l’exutoire du
bassin-versant. Quelle requête de synthèse permettrait de confirmer ce résultat ?
Pour finir, il ne nous reste plus qu’à intégrer la table « jette_complet » dans la fenêtre « Relations ».
Cette nouvelle table occupera une position tout à fait identique à celle de la table « Jette ». Nous
pouvons d’ailleurs supprimer les relations liant la table Jette puisque ces relations doivent être
remplacées par celles concernant la table « jette_complet ». La table Jette initiale sera ainsi isolée et
conservée uniquement pour archivage (au cas où elle devrait être à nouveau utilisée).
Remarque : les données de la table « jette_complet » peuvent être réintroduites dans le SIG initial
afin de pouvoir répondre à des questions comme celle présentée en Annexe 2.
3.3 REPONDRE AUX QUESTIONS INITIALES
Essayez de définir les requêtes permettant de répondre aux questions suivantes :
♦ Quels sont les drains dont les eaux peuvent atteindre une station ?
Remarque : le drain sur lequel se situe la station apparaît-il dans la liste ? Pourquoi ?
11-3-99 – P. Vismara et J.M. Robbez-Masson -- 10 -