Socio-économie de la Slovénie subalpine : entre la renaissance et le déclin / The socio-economic situation in sub alpine Slovenia : between rebirth and decline - article ; n°3 ; vol.83, pg 39-50

-

Documents
13 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue de géographie alpine - Année 1995 - Volume 83 - Numéro 3 - Pages 39-50
Abstract : The socio-economic situation in sub alpine Slovenia : between rebirth and decline. The study concerns the mid-altitude mountain areas of Slovenia. It describes the basic geographic characteristics of sub alpine Slovenia, the main constituents of the environment, the economic development of the past century, and present socio-economic problems. The post-war socio-economic development of the communities of Tolmin, Skofja Loka and Litija is then examined in greater detail. The growth of small industrial centres in the 1970s helped slow down emigration from these mountain areas and the survival of the small towns and villages now largely depends on the organisation of mixed farming activities. Demographic growth in all the sub alpine regions of Slovenia has increased in the 1990s.
Résumé : Cette étude constitue une note d'information sur la moyenne montagne slovène. Elle présente les caractéristiques géographiques fondamentales de la Slovénie subalpine, les composantes du milieu, le développement économique depuis un siècle et les problèmes socio-économiques actuels. Le développement socio-économique d'après-guerre des communes de Tolmin, Skofja Loka et Litija est abordé de manière plus détaillée. Leur analyse montre que l'essor de petits centres industriels dans les années soixante-dix a contribué à ralentir l'émigration des habitants de ces régions montagneuses. La croissance démographique de toutes les régions subalpines de la Slovénie s'est accentuée dans les années quatre-vingt-dix. La survie des villages dépend en grande partie de l'organisation de la pluriactivité agricole.
12 pages

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1995
Nombre de visites sur la page 38
Langue Français
Signaler un problème

Marijan M. Klemencic
Socio-économie de la Slovénie subalpine : entre la renaissance
et le déclin / The socio-economic situation in sub alpine Slovenia
: between rebirth and decline
In: Revue de géographie alpine. 1995, Tome 83 N°3. pp. 39-50.
Abstract : The socio-economic situation in sub alpine Slovenia : between rebirth and decline. The study concerns the mid-altitude
mountain areas of Slovenia. It describes the basic geographic characteristics of sub alpine Slovenia, the main constituents of the
environment, the economic development of the past century, and present socio-economic problems. The post-war socio-
economic development of the communities of Tolmin, Skofja Loka and Litija is then examined in greater detail. The growth of
small industrial centres in the 1970s helped slow down emigration from these mountain areas and the survival of the small towns
and villages now largely depends on the organisation of mixed farming activities. Demographic growth in all the sub alpine
regions of Slovenia has increased in the 1990s.
Résumé : Cette étude constitue une note d'information sur la moyenne montagne slovène. Elle présente les caractéristiques
géographiques fondamentales de la Slovénie subalpine, les composantes du milieu, le développement économique depuis un
siècle et les problèmes socio-économiques actuels. Le développement socio-économique d'après-guerre des communes de
Tolmin, Skofja Loka et Litija est abordé de manière plus détaillée. Leur analyse montre que l'essor de petits centres industriels
dans les années soixante-dix a contribué à ralentir l'émigration des habitants de ces régions montagneuses. La croissance
démographique de toutes les régions subalpines de la Slovénie s'est accentuée dans les années quatre-vingt-dix. La survie des
villages dépend en grande partie de l'organisation de la pluriactivité agricole.
Citer ce document / Cite this document :
Klemencic Marijan M. Socio-économie de la Slovénie subalpine : entre la renaissance et le déclin / The socio-economic
situation in sub alpine Slovenia : between rebirth and decline. In: Revue de géographie alpine. 1995, Tome 83 N°3. pp. 39-50.
doi : 10.3406/rga.1995.3816
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rga_0035-1121_1995_num_83_3_3816Socio-économie de la Slovénie subalpine :
entre renaissance et déclin
Résumé : Cette étude constitue une Abstract : The socio-economic s Marijan M.
note d'information sur la moyenne ituation in sub alpine Slovenia : bet Klemenčič*
montagne slovène. Elle présente les ween rebirth and decline. The study
caractéristiques géographiques fon concerns the mid-altitude mountain
Mots-clés : damentales de la Slovénie subalpine, areas of Slovenia. It describes the
les composantes du milieu, le déve basic geographic characteristics of développement
loppement économique depuis un sub alpine Slovenia, the main consti socio-économique, siècle et les problèmes socio-écono tuents of the environment, the eco région subalpine, miques actuels. Le développement nomic development of the past
Slovénie, agriculture socio-économique d'après-guerre des century, and present socio-economic
de montagne, communes de Tolmin, Skofja Loka problems. The post-war socio-ec
et Litija est abordé de manière plus onomic development of the communi structure agraire
détaillée. Leur analyse montre que ties of Tolmin, Skofja Loka and
Litija is then examined in greater detl'essor de petits centres industriels Keywords : dans les années soixante-dix a contri ail. The growth of small industrial
socio-economic bué à ralentir l'émigration des habi centres in the 1970s helped slow
tants de ces régions montagneuses. down emigration from these mount development,
La croissance démographique de ain areas and the survival of the sub alpine region,
toutes les régions subalpines de la small towns and villages now largely Slovenia, mountain
Slovénie s'est accentuée dans les an depends on the organisation of agriculture, land nées quatre-vingt-dix. La survie des mixed farming activities. Demograp
structures. villages dépend en grande partie de hic growth in all the sub alpine re
l'organisation de la pluriactivité gions of Slovenia has increased in
agricole. the 1990s.
* Professeur agrégé.
Département de Introduction Géographie -
Faculté des Lettres
La République slovène, l'un des plus jeunes pays d'Europe, Askerčeva 2, 61000
s'étend sur 20 256 km2 et compte deux millions d'habitants. Ljubljana, Slovénie
Au carrefour de quatre régions géographiques physiques d'Eu
Traduction réalisée par rope : les Alpes, le Bassin pannonien, les Alpes dinariques et la Marie-Louise Bautista et zone méditerranéenne, elle se caractérise par la diversité de ses Catherine Péaquin,
paysages (Fig. 1). Le relief de la Slovénie est, dans son en étudiantes de la filière
« Traduction spécialisée » semble, accidenté et d'altitude élevée : 60 % de la superficie ré
de la Maîtrise LEA gionale s'élève à plus de 400 mètres d'altitude et plus du tiers
de l'Université Stendhal dépasse 600 mètres.
Grenoble III,
sous la direction
de Mme E. Lava ut
Tableau 1 :
Les types de milieu Illustration non autorisée à la diffusion
naturel de la Slovénie
subalpine
(Source : Gams, 1 984)
REVUE DE GÉOGRAPHIE ALPINE 1995 №3 .
Figure 1 :
Types de paysage et zones
écologiques de Slovénie
1 paysage alpin
2. karstique
de l'intérieur
3. littoral slovène
4. montagnes subalpines
5. Slovénie subpanonienne
La Slovénie se caractérise par cinq types principaux de pay
sages : alpin, subalpin, subpannonien, dinarique et littoral
(Ilešič, 1972). Les massifs subalpins couvrent environ un quart
du territoire. Ils comprennent trois régions distinctes, séparées
les unes des autres par les bassins de Ljubljana et de Celje. La
composition des roches est extrêmement variée, mais celles-ci
étant pour la plupart non-poreuses, le relief est très souvent en
trecoupé de petites rivières et de ruisseaux.
Du fait de sa vaste étendue, la région montagneuse a joué un
rôle capital dans le développement social et économique de la
Slovénie au fil des siècles. La colonisation de la région subal
pine commença au Moyen Age et atteignit son apogée à la fin
du dix-neuvième siècle et au début du vingtième siècle. C'est
alors que débute le mouvement d'émigration, qui s'accélère
après la Seconde Guerre mondiale. L'habitat s'étend encore au
jourd'hui jusqu'à 1300 mètres d'altitude, la dispersion en ha
meaux et fermes isolées représentant la forme la plus répandue
en milieu rural.
Le désintérêt à l'égard du développement économique de la ré
gion montagneuse se constate tout particulièrement pendant la
Tableau 2:
Évolution de la
répartition de la
population selon
l'altitude
Illustration non autorisée à la diffusion (Source : Perko, 1 993)
SOCIO-ÉCONOMIE DE LA SLOVÉNIE SUBALPINE : ENTRE RENAISSANCE ET DÉCUN - M. M. KLEMENCIČ période d'industrialisation, au cours de laquelle les implantat
ions d'activités se concentrent dans les vallées et les bassins. Le
mouvement a pour conséquence une transformation de la ré
partition de la population, avec une baisse du poids des espaces
les plus élevés au profit de ceux situés à des altitudes infé
rieures. S'il y a un siècle, 13 % de la population vivait ainsi
dans les zones situées à plus de 600 mètres d'altitude, au seuil
des années quatre-vingt-dix, cette part n'est plus que de 5 %
contre 41 % entre 200 et 299 mètres.
Politique du gouvernement vis-à-vis des régions
montagneuses
La position du à l'égard des régions montag
neuses commença à changer dans les années soixante-dix. Les
fermes de montagne, c'est-à-dire celles situées au-dessus de 600
mètres, bénéficièrent pour la première fois de certains avant
ages, tels que des dégrèvements fiscaux ou des aides financières
à l'élevage. Par ailleurs, une solution plus globale fut proposée
en faveur des régions en stagnation économique et menacées
d'un point de vue démographique : construction de nouvelles
routes, suppression des taxations sur l'investissement du capit
al, amélioration des équipements éducatifs, etc. En 1971, fut
adoptée la première loi concernant les régions les moins avanc
ées, avec un objectif de développement régional plus harmon
ieux en Slovénie. En 1975, une nouvelle loi fut approuvée en
vue d'accélérer ce processus d'harmonisation du développe
ment régional. Les régions présentant certains critères socio-
économiques (ces critères reposent sur le pourcentage de la
population agricole, le taux de croissance de la population, le
PNB par habitant, etc) et le niveau requis de développement
des infrastructures eurent droit à l'aide du gouvernement. L'im
plantation de petites usines au sein de ces régions fut une mes
ure essentielle qui sauva de nombreuses zones d'un
dépeuplement excessif.
Les critères définissant les zones les moins avancées ont changé
à plusieurs reprises. Il est intéressant de souligner que les ré
gions subalpines ne figurent pas dans celles-ci, ce qui est le
signe de leur relatif dynamisme socio-économique. Pour l'e
ssentiel, ce sont les régions subpannonienne et karstique, qui
possèdent des structures agraires traditionnelles, qui ont été ré
pertoriées comme les moins avancées.
REVUE К GÉOGRAPHIE A1P1NE 1995 №3 quand l'attention du gouvernement pour les régions Toutefois,
en déclin démographique s'accrut, il considéra qu'une grande
partie de la région subalpine était concernée par le dépeuple
ment, en particulier la région frontalière occidentale (la com
mune de Tolmin). La conjugaison d'une situation marginale et
du caractère montagneux forme là une particulièr
ement défavorable à son développement économique.
Le développement économique de la Slovénie
subalpine depuis un siècle
De manière plus précise, l'on peut distinguer quatre phases
dans le développement économique des régions montagneuses
depuis un siècle (Meze, 1984).
1 . La période d'autosuffisance économique
Cette autarcie a duré très longtemps, les régions montagneuses
étant isolées des voies de communication. Dans la deuxième
moitié du dix-neuvième siècle, les prix élevés du bois en favori
sèrent la production. Celle-ci constitua pour les fermes de
montagne une première forme d'intégration dans l'économie
de marché.
2. Les premières répercussions de l'industrialisation
et de l'urbanisation.
La période d'industrialisation de la fin du dix-neuvième siècle
et du début du vingtième n'eut d'impact considérable que sur
les zones montagneuses à proximité immédiate des centres in
dustriels.
3. L' après-Seconde Guerre mondiale
La réforme agraire s'est traduite par l'appropriation des terres
boisées et des pâturages. Elle limita la taille des exploitations à
quarante-cinq hectares et la superficie des champs à dix hect
ares. Toutefois, les fermes des régions alpines, en considération
des conditions naturelles particulièrement défavorables, purent
conserver plus de quarante-cinq hectares. En fait, la réforme
n'aura touché qu'un nombre restreint d'exploitations. Cepen
dant l'encouragement du régime communiste se portant très
SOCIO-ÉCONOMIE DE LA SLOVÉNIE SUBALPINE : ENTRE RENAISSANCE ET DÉCUN - M. M. KIEMENCK fortement vers le développement industriel, le secteur agricole
a non seulement souffert d'un manque de soutien de la part du
gouvernement, mais aussi d'un désintérêt dans la planification.
Les moulins à eau, les commerces privés et la polyculture furent
dans une large mesure laissés à l'abandon.
4. La transition vers une économie de marché
Le régime autarcique des exploitations de montagne contribua
à ralentir l'émigration des habitants. Des techniques d'exploita
tion encore traditionnelles réclamaient en effet une main
d'oeuvre importante, si bien que seuls les enfants les plus
jeunes, sans espoir de succession dans l'exploitation familiale,
se dirigèrent vers les centres industriels. Les zones montag
neuses se trouvaient de ce fait dans une situation démogra
phique relativement favorable lors du développement
industriel postérieur à la Seconde Guerre mondiale. L'indust
rialisation de ces zones, qui eut lieu principalement dans les
années soixante-dix, accéléra l'émigration des plus jeunes mais,
en procurant des emplois à la population agricole, elle permit
aussi le maintien des exploitations. La pluriactivité devint pr
édominante. Et la modernisation de la production fut obtenue
grâce aux revenus retirés de l'emploi dans les industries. De
plus, l'aménagement des routes permit le développement des
migrations alternantes vers les centres industriels. Les exploita
tions furent adaptées à la production de marché et réorientées
vers l'élevage de bétail et la sylviculture, la mécanisation résol
vant les problèmes que pouvait poser la baisse de main-
d'œuvre.
L'Etat et les problèmes de la structure socio-
économique des fermes de montagne
Aujourd'hui, la structure économique des fermes de montagne
ne suffit pas à subvenir aux besoins de la population locale. La
taille moyenne des exploitations est insuffisante, elle se situe
autour de 30 hectares, qui sont pour près des deux tiers recou
verts de forêts. Les forêts ont en effet toujours été une source de
capital pour les agriculteurs slovènes, leur permettant de su
rmonter les difficultés par temps de crise économique ou so
ciale. La vente de bois reste ainsi la plus importante source de
revenus pour une grande partie des régions montagneuses.
REVUE DE GÉOGRAPHIE ALPINE 1995 №3 Les familles d'agriculteurs ont connu un déclin démographique
sur une courte période, durant les années soixante et soixante-
dix, pour la période récente, des études de terrain ont montré
que dans les zones isolées, la relève est assurée dans environ
40 % des fermes (Meze, 1986 ; 1987) mais, à certains endroits,
dans 20 % des fermes seulement (Orozen, 1987). Pour 7 à
22 % des fermes, il n'y a personne pour assurer la continuité du
travail. Dans les autres cas, il est impossible de nommer de man
ière certaine un successeur, soit en raison de la jeunesse des
candidats potentiels, soitqu'ils hésitent entre rester à l'exploita
tion ou partir travailler ailleurs.
La plupart des familles d'agriculteurs ont au moins un de leurs
membres qui travaille dans un autre secteur. Seulement 20 à
30 % d'entre elles tirent la totalité de leurs revenus des activités
agricoles. De plus un cinquième à un tiers de ces familles est
constituée de personnes âgées (Meze, 1986 ; 1987 ; Orozen,
1987).
Le nombre d'exploitations laissées à l'abandon augmente lent
ement et si l'on se réfère aux données fournies par Meze et Oroz
en, ce nombre concerne 3 à 8 % de la totalité des exploitations 2 : Figure dans certaines régions. Les terres abandonnées sont exploitées Situation des communes certains cas par les voisins, tandis que dans d'autres, les de Tolmin, Skof ja Loka,
Litija terres sont peu à peu envahies par les bois.
SOCIO-ÉCONOMIE DE LA SLOVÉNIE SUBALPINE : ENTRE RENAISSANCE ET DÉCUN - M. M. KLEMENČČ Škofja Loka Tolmin Litija
940 km2 327 km2 51 2 km* superficie
vallée alpine profonde relief paysage subalpin montagnes
avec deux vallées de basse altitude
principales
principalement Organisation de villages, hameaux principalement
řbabitat et fermes isolées hameaux et hameaux et
fermes isolées fermes isolées
en périphérie de l'Etat, un centre communal fort un centre caractéristiques
socio-économiques faiblement développé des centres industriels communal faible
un centre communal dans les vallées développement
foible économique faible
caractéristiques une ancienne tradition de élevage et sylviculture production faiblement
des exploitations coopération laitière tourisme rural en activité orientée vers le marché
pacages de montagne secondaire
élevage important
Tableau 3 : Etude des communes de Tolmin, Škofja Loka et Principaux traits des trois
Litija communes étudiées
Le développement régional se différencie selon les conditions
naturelles et les contextes socio-économiques. Pour une étude
plus détaillée du développement socio-économique de la Slové
nie subalpine, nous avons considéré trois cas significatifs des
différents types de situation. Les communes sélectionnées, Tol
min, Skofja Loka et Litija (Fig. 2), représentent chacune une
unité socio-économique représentative. Elles se distinguent par
leur type d'habitat, leurs évolutions démographiques et leur dé
veloppement économique (Tabl. 3).
La Commune de Tolmin
La commune de Tolmin se trouve dans une position marginale,
adossée à la frontière italienne, à l'extrême-ouest de la Slovénie.
La vallée de la Soca constitue l'axe principal de peuplement de
la commune, avec un alignement des communautés vill
ageoises sur les pieds des versants de la vallée. Ce n'est qu'au sud-
Tableau 4 : Nombre d'habitants Rapport de population Principales données
1953 1991 1991/1953 1991/1981 démographiques
relatives aux communes Tolmin 24 704 20 975 84,9 97,9
de Tolmin, Skofja Loka et Skofja Loka 27 025 38 622 142,9 109,7 Litija
Litija 16 130 18 986 117,7 108,6 (Source : recensements)
REVUE DE GEOGRAPHIE ALPINE 1995 №3 de la commune que l'on trouve hameaux et fermes isolées est
en plus grand nombre. La majeure partie de la commune se
situe dans la zone alpine et, en raison du sol karstique, les
conditions naturelles sont extrêmement défavorables à l'activité
agricole. Bien que le milieu soit subalpin, la vallée de la Soca
s'enfonce au coeur des montagnes. Ainsi, 45 % des implantat
ions humaines se situent à plus de 500 mètres d'altitude.
Le pâturage est une activité très développée dans les alpages.
Dans le nord de la région alpine, où les conditions naturelles
sont plus mauvaises, l'élevage est surtout ovin, par contre dans
le sud de la région subalpine, domine le gros bétail. Des coopér
atives ont été créées il y a près d'un siècle par les agriculteurs,
en vue de faciliter la production de lait.
La commune ne possède toutefois que quelques petites usines
et depuis plus d'une centaine d'années, elle connaît une ten
dance à l'émigration. Il y a plusieurs dizaines d'années, un dé
veloppement touristique de moindre importance fut tenté au
sein du troisième centre habité le plus peuplé, cette région
étant réputée pour la beauté de son paysage alpin et de sa na
ture en général. Mais il a en fait représenté autant un obstacle
qu'un avantage pour le développement économique général de
la commune. Une partie de la commune est en effet englobée
dans le Parc National de Triglav et l'Etat a instauré des mesures
de protection limitant l'exploitation des ressources naturelles.
Sont ainsi interdites l'implantation de centrales hydroélect
riques et d'industries, ainsi que l'utilisation d'engrais artificiels
et de pesticides.
Depuis la Seconde Guerre mondiale, le nombre d'habitants n'a
cessé de décroître, de 15 % au total. Les différenciations in
ternes peuvent être établies en considérant l'évolution de la dis
persion. Les différents foyers de peuplement ne connaissent pas
en effet les mêmes mouvements. Seuls les trois plus grands
centres font preuve d'un réel dynamisme et leur population a
continuellement augmenté depuis la guerre. La tendance est
donc à la concentration dans les pôles les plus importants de la
commune. Si l'on considère la totalité des zones d'habitat, la
population n'a cessé de baisser à chaque nouveau recensement
dans 54 % d'entre elles. Le mouvement a pour conséquence
une importante réduction de la surface cultivée que même une
amélioration des conditions économiques ne pourra freiner. La
composition par âges de la population n'est pas du tout favo
rable à la mise en oeuvre de changements. En 1991, 12,4 % des
habitants de ces communautés rurales avaient plus de soixante-
SOCIO-ÉCONOMIE DE LA SLOVÉNIE SUBALPINE : ENTRE RENAISSANCE ET DÉCUN - M. M. KLEMENClČ ans. Dans 8 % des communautés, il n'y avait aucun habidix
tant de moins de quinze ans.
L'évolution démographique de ces communautés rurales conduit
aujourd'hui à une situation alarmante. Pendant la période récente
(1953-1991), plus d'un tiers des foyers de peuplement ont vu leur
population diminuer de plus de la moitié. Dans certains endroits,
l'activité économique a presque entièrement cessé : 14 % des
foyers de peuplement comptent moins de dix habitants actifs.
Entre les deux derniers recensements (1981-1991), cette ten
dance négative s'est atténuée. De 1971 à 1981, le nombre d'habi
tants a baissé dans 83 % des foyers de peuplement, alors qu'il n'a
baissé que dans 74 % d'entre eux au cours de la dernière
nie.
La baisse des activités agricoles s'effectue avec la même intens
ité que dans les deux autres communes. En 1991, les agricul
teurs représentaient moins de 20 % du total de la population
active dans 45 % des foyers de peuplement. Le passage, part
iculièrement marqué, d'une structure agraire vers une structure
non-agraire est la conséquence d'emplois attrayants dans des
secteurs d'activité non-agricoles, du régime de propriété de la
terre inadapté, et de l'âge avancé des habitants. Les infrastruc
tures de base telles que les écoles, services de santé, magasins,
commerces, transports, etc., offrent un nombre considérable
d'emplois en dehors du secteur agricole.
La commune de Skofja Loka
Cette est située dans une région subalpine. Son
centre principal se situe au croisement de deux vallées, d'où
Tableau 5 : Altitude (en m) Škofja Loka UHja Nombre de foyers de
- peuplement suivant 101-200 13 1
- l'altitude, dans les 201-300 26 26
communes de Tolmin, M 301-400 14 24
Skofja Loka et Litija 27 401-500 12 45 Source : recensement 501-600 \7 22 29 1991 37 401-700 18 14
10 24 19 701-800
- 801-900 5 22
- 901-1000 2 3
- - 1001-1100 2
- - 1101-1200 3
Total 117 184 158
REVUE DE GÉOGRAPHIE ALPINE 1995 №3