CORDIS focus

-

Documents
28 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

●ISSN 1026-8316Sur base des informations de CORDIS disponibles sur le site Web: http://www.cordis.lu/news/frDANS CETTE EDITION Le déclin des investissements etdes performances de la recherchePerception du risque: comprendrel’écart entre la science et l’opinionpublique«Lorsque je suis entré en fonction, tout le européenne confirmé par demonde m’a demandé de m’assurer que lesdécisions étaient arrêtées sur la base depreuves scientifiques. Si nous nous nouvelles statistiquesécartons de ce principe, nous perdons nosmoyens, et j’ignore où nous pouvonsaboutir», a déclaré David Byrne page 2Les avertissements d’analystes de la recherche ont été confirmés le 25 novembre lorsque Philippe Busquin,Commissaire européen en charge de la Recherche, a dévoilé de nouvelles statistiques sur la science enLe Tableau de bord de l’innovation2003: un bémol aux espoirs d’une Europe, qui font apparaître une chute à la fois dans les investissements et dans les performances.amélioration rapide desperformances de l’UE Les «Chiffres clés 2003-2004» contiennent des don- 2001. Aux Etats-Unis, les chiffres ont toutefoisSelon les nouveaux chiffres figurant dans le nées détaillées sur tous les types d’investissements grimpé de 130 % au cours de la même période.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 22
Langue Français
Signaler un problème
DANS CETTE EDITION
Perception du risque: comprend re l’écart entre la science et l’opinion pub l i q u e «Lorsque je suis entré en fonction, tout le monde m’a demandé de m’assurer que les décisions étaient arrêtées sur la base de preuves scientifiques. Si nous nous écartons de ce principe, nous perdons nos moyens, et j’ignore où nous pouvons aboutir», a déclaré David Byrne page 2 Le Tableau de bord de l’innovation 2003: un bémol aux espoirs d’une amélioration rapide des performances de l’UE Selon les nouveaux chiffres figurant dans le Tableau de bord de l’innovation de la Commission européenne pour 2003, l’écart d’innovation existant entre l’UE et les Etats-Unis ne pourra être comblé avant 2010 si les actuels taux de progression se maintiennent page 7 Des projets pilotes intégrés modifient le paysage européen de la r e c h e r c h e Fin 2002, la Commission lançait trois projets pilotes intégrés à grande échelle dans le domaine de la recherche génomique pour la santé humaine page 9 Une étude révèle les facteurs de «pression et d’attraction» à l’origine de la fuite des cerveaux Une étude pilote soutenue par la Commission européenne vient de conclure que l’accès aux équipements scientifiques et à la technologie constitue l’un des principaux facteurs influençant la mobilité des chercheurs, et par conséquent, la fuite des cerveaux page 12 Investissement dans la recherche: des propos courageux, mais pas de concrétisation dans les faits Le MPE allemand Ralph Linkohr a demandé aux Etats membres, lors d’une réunion d’information conjointe organisée le 26 novembre avec le rapporteur du Comité des régions, Lars Nordström, d’agir afin d’accroître l’investissement dans la recherche page 16 Flash . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 Innovation: politiques et pratiques . 7 Exécution du programme . . . . . . . . 9 Résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Publications . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Appels d’offres . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Politique générale . . . . . . . . . . . . . . 16 Quoi de neuf en Europe? . . . . . . . . 20 Divers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 Manifestations . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Autres articles en ligne . . . . . . . . . . 28
S u r b a s e d e s i n f o r m a t i o n s d e C O R D I S d i s p o n i b l e s s u r l e
ISSN 1026-8316
s i t e W e b :h t t p : / / w w w . c o r d i s . l u / n e w s / f r
Le déclin des investissements et des performances de la recherche européenne confirmé par de nouvelles statistiques Les avertissements d’analystes de la recherche ont été confirmés le 25 novembre lorsque Philippe Busquin, Commissaire européen en charge de la Recherche, a dévoilé de nouvelles statistiques sur la science en Europe, qui font apparaître une chute à la fois dans les investissements et dans les performances. Les «Chiffres clés 2003-2004» contiennent des don- 2001. Aux Etats-Unis, les chiffres ont toutefois nées détaillées sur tous les types d’investissements grimpé de 130 % au cours de la même période. dans la recherche, ainsi que La progression des perfor-des indicateurs permettant une analyse des performan- mances générales s’est éro-ces. Pour la première fois, cesEdtéaet sd amnse lma bqrueas si-etno ta2li0t0é 0 deest statistiques incluent égale- 2001, quoique dans une me-ment des chiffres sur les pays sure moindre que les inves-en phase d’adhésion et can-didats, ce qui procure untpishsaesem ednatds.h Pésairomni,  ldees upx agyrs oeun-aperçu des domaines de convergence et de diver- pes se distinguent. Ainsi, la Li- gence entre les Etats mem-tlau aRnéiep, ulbal iLqeutteotncihe,è lqau eH, onMgarlitee,, bres actuels et futurs. et à un degré plus limité, l a Il ressort des statistiques quePhilippe BusquinPologne se sont rapprochées © CORDIS Nouvelles l’Europe perd même sa su- de l’Union des 15 en 2000 et prématie en ce qui concerne le nombre de publi- 2001, chaque pays enregistrant une croissance de cations scientifiques produites. la productivité supérieure à la moyenne euro- ont quant à eux «soCuesc-ii nevset stuinssee cmoennst édqaunesn lcae  rleocghieqruceh ed faonnndéaems edne-pagégernanveé.  lLeeus r aruettraersd  paauy s caoduhrsé rdeen tlsa même période, bien que la hausse considérable des investissements tmaleen»t,a lae  deésct ladreé  pMlu. s Beuns qpuliuns.  l«aL vai crteicmhee rdcehse  dfifofincdual--en Slovaquie, en Estonie et à Chypre donne à pen-tés bu aires des Et ser qu’une amélioration sensible se profile à l’hori-de gréétaction approaptsr émemburre sa,s smuraiesr  lcae  cnroeisst-zon. pas un i e po sance et la prospérité en Europe. [...] Le message Dans son évaluation de l’influence de l’élargisse-politique est que, plus que jamais, l’Europe doit ment, la Commission conclut que «la puissance de consentir un effort concret. Des progrès sont ac- l’Europe dans la production scientifique sera con-complis dans les discours, mais nous devons à pré- solidée, mais ses performances technologies sent les traduire dans la pratique.» n’épouseront pas le même rythme, à tout le moins écar d’investissement dans la recherche et le à court terme». L’ t développement (R&D) entre l’UE et les Etats-Unis Les Etats membres actuels conservent les positions a continué de se creuser au profit des Etats-Unis. Il atteintes durant la seconde moitié des années 90, résulte à concurrence de quelque 80 % des diffé- bien que de nouvelles tendances puissent rents niveaux de dépenses que consacrent les en- aujourd’hui être observées. Les pays méridionaux treprises à la R&D en Europe et en Amérique. Afin (Portugal, Espagne, Grèce et Italie) continuaient en de permettre à l’UE de combler ce fossé, la crois- 2001 d’accuser un décalage et leur processus de rat-sance annuelle des investissements dans la R&D trapage du reste de l’Europe semblait s’être sensible-devrait pratiquement doubler, pour atteindre 8 % ment ralenti. La France, le Royaume-Uni, l’Allema-au lieu des 4,5 % actuels. gne, l’Autriche, l’Irlande, la Belgique et les Pays-Bas Il ne faut toutefois pas en conclure que les dépen- ont stagné dans la moyenne du classement, tandis ses privées de R&D s’affaiblissent dans l’UE. Elles que l’Allemagne a été le théâtre d’un recul spectacu-ont au contraire augmenté de 50 % entre 1995 etsuite à la page 3
PUBLIE PAR LA COMMISSION EUROPEENNE  INNOVATION
2
Perception du risque: comprendre lécart entre la science et lopinion publique
«Lorsque je suis entré en fonction, tout le monde m’a demandé de m’assurer que les décisions étaient arrêtées sur la base de pr euves scientifiques. Si nous nous écartons de ce principe, nous perdons nos moyens, et j’ignore où nous pouvons aboutir», a déclaré D avid Byrne, Commissaire européen en charge de la Santé et de la Protection des consommateurs, à l’ouverture d’une conférence sur la perception du risque. Aux côtés de Renate Künast, ministre alle- l’apaisement des craintes», a noté M. Byrne mande de la Protection des consomma- à l’appui de ce constat. teet udrse,  dMei gluAelli mAerinatsa tiCoanñ eett e,d em linAigsrtirceu letsuprae,-Lorsquun risque est annoncé, linforma-tion passe généralement par les médias, ce gmneonl tdatei lonA,g riMc. uBltyurrnee,  da e mlai sP êecn hee xeetr gdue el lAelis-qui peut conduire à une amplification des difficultés rencontrées dans la formulation inquiétudes. Le ministre espagnol a appelé en conséquence à un code de conduite dqeuse  ppoelnitsieq uuense  lcohrsoqseu ee tl el ompionnidoen  spcuibelnitqifuie-entre les médias et les pouvoirs publics au son contraire. sujet de la communication sur les risques. Notre ré llective lorsque nous Un élément essentiel dans la communica-« sommes copnofrnosnet écso à des questions de ris-tion sur les risques réside dans lhonnê-teté, a souligné Mme Künast. «Les politi-que atteste fréquemment de relations té- ques doivent reposer en fin de compte sur nCuoems maivsesca ilree.s  «faNitost réet arablpips»o,r ta  arue rmisarqquue é plae-une étude scientifique. Nous ne connais-sons toutefois pas toujours les réponses, raît souvent incohérent, voire totalement et nous devons l’admettre, comme dans le iprlrea tidoens naelli»m, ea-ntt-si l gaéjonuéttiéq ueen mcietnatn t mloedxiefimé-scas de lingénierie génétique sur les orga-nismes végétaux», a-t-elle commenté. Etant donné que nous ne savons pas quelles con-naissances nous aurons acquises dans ©D aCviOdR BDyIrSn eNouvelles il est en outre primordial que des20 ans, règles solides soient adoptées dès aujourd’hui, par exemple, à propos de la pubil ér:pacoexistence de cultures GM et de l’étique-COMMISSION EUROPEENNEN«ép rreoto cseonletcvietage des aliments GM, a-t-elle mentionné. «La liberté de choix est ainsi garantie.» Direction Générale Entrepriseslesmmsouo seun roqs Arias CañeteEn marge de la confiance, M. Unité de Communication et sensibilisationocn d à qesrofésnteutsoisna insisté sur l’importance de comprendre L-29 bourla perception du risque. La mesure dans Fax: +2305 2L-u4x3e0m1-3208g4laquelle la population identifie un risque E-mail: cordis-focus@cec.eu.i teteste atisquedr dans un phénomène est certainement in-nfluencée par la nouveauté du risque, la CORDISfocsu est également disponibleérfsitnomentquemrela de possibilité plus ou moins grande pour un su r:nétuai fes lecavs ets établis»individu de contrôler l’exposition au ris-http://www.co rdis.lu/focus/fr/que, ainsi que l’origine naturelle ou artifi-« La base de données CORDIS Nouvellescielle du risque. points de vue diver- Ces -David Byrne estdisponible sur leWeb sur: gents doivent être conciliés», a expliqué t ://www.cordis.lu/news afin d’assurer qu’un «ris-M. Arias Cañete, ht p/ frque» ne soit pas automatiquement assimilé à un «danger». Il a par ailleurs invité les (GM). «Toutes les preuves s’inscrivent dans politiques à «se mettre dans la peau» des le même sens: les aliments GM sont sûrs», citoyens européens et à analyser plus en a-t-il indiqué. Il subsiste toutefois une réti- profondeur les facteurs qui influent sur la cence parmi les consommateurs à accep- perception du risque. ter les résultats des recherches scientifi-ques, et les inquiétudes des citoyens nelLae sc tornofiis aonrcaet eduress  ocnot nesnofimn mraetceounrns,u  nqiu eu nnei peuvent être ignorées, a-t-il poursuivi. parfaite compréhension de la perception L’un des principaux problèmes liés au ris- du risque ne peuvent être obtenues du jour que, ainsi que l’a souligné M. Arias Cañete, au lendemain, mais que les avancées doi-a trait à ce que la Commission et les autori- vent être progressives et constantes et peu-tés nationales se préoccupent bel et bien vent être favorisées par le partage d’expé-des risques, par le biais d’une évaluation et riences. d’une gestion des risques, mais que le grandD public n’a pas connaissance de ces activi-paèruseelréfnocnerndeatioISNCORDllseuoevencàuomclesndreeptaledupicitrap tés. «Si la société comprend qu’une per-uq:esicnudrsibatence,déceerioptèmth«Pesonne tient les commandes et qu’il existe»euqitiloptecpubli un plan, un grand pas est franchi dansR04132CN
CORDISfocus une publication est bimensuelle éditée par l'Unité de Communication et sensibilisation de la Direction Entreprises dans le cadre du Sixième programme-cadre de recherche de la Communauté européenne, qui présente les dernières informations sur les programmes et les politiques de l’Union européenne en matière de recherche et d’innovation.
CORDIS FOCUS - NUMERO 235
15 DECEMBRE 2003