Journal de botanique

Journal de botanique

Documents
588 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

*v^ T,* ! ^\4 ps*^a wC-^4; ^'^^^y-* j > i^- "vi# '-.^: '?*** •. DUBUREAUX JOURNAL rue du Regard, 99, U LPARIS, VI ARR 16' ANNÉE. N" i. JANVIER iyo2. JOURNAL DE BOTANIQUE MOROTDirecteur : M. Louis SUR LE GENRE BECCARINE DE LA FAMILLE DES DENDROPHTHOACÉES Par M. Ph. VAN TIEGHEM. Telle qu'on l'a limitée dans un travail antérieur la(i), famille des Dendrophthoacées comprend toutes les Loranthinées qui ont la corolle gamopétale et l'ovaire uniloculaire à loge oblitérée. l'anthèreD'après l'insertion de sur le filet, qui est tantôt basi- tantôt dorsifixe et oscillante, et d'après lafixe, présence ou l'absence d'un albumen autour de l'embryon, les genres s'y groupent, comme on sait, en trois tribus. Les Dendrophthoa- cées à anthères basifixes et à embryon pourvu d'un albumen forment la tribu des DendrophlJwées. Celles qui ont les anthères basifixes avec un embryon dépourvu d'albumen composent la tribu des Aétanthées . Celles qui ont les anthères dorsifixes et oscillantes constituent la tribu des Siphanthémées. C'est à la première de ces trois tribus, celle des Dendrophthoées, qu'ap- partient le genre qui fait l'objet de cette Note. De toutes les Loranthinées récoltées à Bornéo par M. Beccari et qu'il m'a très obligeamment permis d'étudier dans son Her- bier, la plus remarquable est assurément celle dont j'ai fait, en le type d'un genre nouveau, que1894, je lui ai dédié sous le nom de Beccarine (Beccariua) Elle a été à latrouvée(2). 1. Ph.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 22
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

*v^
<xV
r*>T,*
!
^\4
ps*^a
wC-^4;
^'^^^y-*
j
> i^-
"vi# '-.^:
'?*** •.<%
v :-. %
'T* 4r»-
** *rft
V » - ''
«£$*
£$fife?
//
JOURNAL
DE
BOTANIQUE
'JOURNAL
DE
BOTANIQUE
Directeur : M. Louis MOROT
i
Docteur et sciences, assistant an Muséum d'Histoire naturelle.
T om & IXL "V I . ± O <Z>
DUBUREAUX JOURNAL
rue du Regard, 99,
U LPARIS, VI ARR16' ANNÉE. N" i. JANVIER iyo2.
JOURNAL DE BOTANIQUE
MOROTDirecteur : M. Louis
SUR LE GENRE BECCARINE
DE LA FAMILLE DES DENDROPHTHOACÉES
Par M. Ph. VAN TIEGHEM.
Telle qu'on l'a limitée dans un travail antérieur la(i), famille
des Dendrophthoacées comprend toutes les Loranthinées qui
ont la corolle gamopétale et l'ovaire uniloculaire à loge oblitérée.
l'anthèreD'après l'insertion de sur le filet, qui est tantôt basi-
tantôt dorsifixe et oscillante, et d'après lafixe, présence ou
l'absence d'un albumen autour de l'embryon, les genres s'y
groupent, comme on sait, en trois tribus. Les Dendrophthoa-
cées à anthères basifixes et à embryon pourvu d'un albumen
forment la tribu des DendrophlJwées. Celles qui ont les anthères
basifixes avec un embryon dépourvu d'albumen composent la
tribu des Aétanthées . Celles qui ont les anthères dorsifixes et
oscillantes constituent la tribu des Siphanthémées. C'est à la
première de ces trois tribus, celle des Dendrophthoées, qu'ap-
partient le genre qui fait l'objet de cette Note.
De toutes les Loranthinées récoltées à Bornéo par M. Beccari
et qu'il m'a très obligeamment permis d'étudier dans son Her-
bier, la plus remarquable est assurément celle dont j'ai fait,
en le type d'un genre nouveau, que1894, je lui ai dédié sous le
nom de Beccarine (Beccariua) Elle a été à latrouvée(2).
1. Ph. Van Tieghem
: Sur les Phanérogames sans grajnes formant le
groupe des Inséminées (Comptes Rendus, mars et Éléments de Bota-29 1897)
nique, 3* édition, II, p. 288, 1898.
2. Dans ma Note de {Bull, de la Soc. Bot., décembre1894 14 1894, p. 597),
me fondant sur l'existence de trois paires polliniquesde sacs et plus tard de
trois loges à chaque anthère, j'ai donné à ce genre nouveau le nom de Trithe-
canthera. Depuis, m'étant assuré que ce caractère n'était qu'accidentel et que
normalement l'anthère a d'abord quatre sacs polliniques et plus tard deux loges,
comme à l'ordinaire, j'ai dû retirer ce nom, celui deque j'ai remplacé par
Beccarina {Bull, de la Soc. Bot., 22 mars 1805, p. 249).DE BOTANIQUE2 JOURNAL
Batang-Lupar, province de Sarawak, en mars etsourcedu 1867,
porte le numéro A enjuger par les sommités de branches3.148.
mesurent milli-qui constituent les échantillons et qui 10 à 15
plante est très vigoureuse et de grandemètres de diamètre, la
fig. A, représente une de ces sommités, réduite autaille. La 1,
cinquième de la grandeur naturelle.
verticillées par quatre au sommet.Les feuilles sont Ley
en réalité, de deux paires de feuilles oppo-verticillese compose,
insérées l'une un peu plus bas, l'autre un peu plus haut.sées,
Elles sont grandes, brièvement pétiolées, à limbe épais, coriace,
sommet, penninerve,ovale, atténué à la base et au à bord
nervures latérales espacées, concaves vers le sommet,entier, à
bien visibles sur les deux faces, qui sont dissemblables. Le
pétiole mesure à centimètres de long, le limbe à2,5 3 27
sur 10 12 centimètres de large.centimètres de long à30
épaissi et cutinisé sur la face supérieure, l'épi-Fortement
du limbe n'a de stomates que sur la face inférieure. Palis-derme
sadique sur deux rangs en haut, son écorce renferme dans son
cellules silicifiéesépaisse couche lacuneuse des groupées en
sclérites étoilées, à membrane très épaissie etnodules et des
lignifiée, dont quelques-unes enfoncent leurs branches perpendi-
lairement dans la couche palissadique jusqu'au contact de l'épi-
derme. Les méristèles sontdépourvues de fibres péridesmiques.y
Au-dessus du verticille foliaire, la branche se continue en
inflorescence terminale (fig. A). Ou bien le bourgeonune 1,
terminal avorte au centre du verticille et c'est à l'aisselle des
deux feuilles de la paire la plus haute que se forment deux ra-
florifères, qui divergent en forme de La région termi-meaux V.
florifère de la branche ou chacun des rameaux latérauxnale
florifères mesure à centimètres de long et se compose de4035
deux régions bien distinctes.
région inférieure, arrondie ou, plus exactement,La octo-
à angles émoussés, mesurant 10 à centimètres degonale 15
lalong avec plus d'un centimètre de diamètre à base, porte
rigides et noires, creusées en forme de sabotdes bractées ou
demi-nacelle, disposées par verticilles de quatre, régulière-de
alternes, dont il a de six à huit les bractées d'un mêmement y ;
parfois hauteurs un peu différentes.verticille sont situées à des
région supérieure, quadrangulaire, longue d'environLa