16 pages
Français

Brazzaville à l'heure de la télévision congolaise - article ; n°2 ; vol.7, pg 188-200

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue française de sociologie - Année 1966 - Volume 7 - Numéro 2 - Pages 188-200
Manga Bekombo : Brazzaville at Congolese television time.
The inauguration of the Congolese television gave us the opportunity to witness the confrontation of two civilizations : one, called traditional, the other characterised as modern. The passing from a traditional technique (percussion) to a scientific technique of mass communication (Radio-television) requires an effort of adaptation on the part of the Congolese autochtone. Television, stripped of its proper science, is integrated into a magic system, traditional, in the sense that it allows a sort of dialogue between an absent person and yourself (audience) ; the communication it ensures is not only a message, but also that of a witch, whose power extends at a distance over its subject. The image and the sound are situated in a conflict where words are practically always the loosers : with the flow of images, the autochtone tells his own tale. But the conflict between the image and its supporting commentary ceases as soon as the set image-sound evokes the spectator's own life. This confirms the widespread idea that a common knowledge is necessary between the message sender and the receiver.
Manga Bekombo : Brazzaville en la hora de la television congoleña.
Cuando se inauguró la television congoleña, presenciamos la confrontación de dos civilizaciones : una llamada tradicional, moderna otra. El paso de la técnica tradicional (percusión) a la técnica científica (radio-televisión) de comunicación de masa exige un esfuerzo de adaptación para el autoctono congoleña. La television, despojada de su ciencia propia, se intégra en el sistema mágico, y esto porqué ocasiona una especie de diálogo entre un ausente y si mismo (el espectador) ; la comunicación que provee no es sólo la del mensa je, sino también la del brujo que esta dominando, desde lejos, a su subdito... La imagen y el sonido se situan en un conflicto en que, casi siempre, esta vencida la palabra : como van desfîlando las imágenes, el autoctono cuenta su propia historia. Pero acaba la lucha entre la imagen y el comentario que la acompaña en cuanto el conjunto sonido-imagen evoca la nùsma vida de los espectadores. Esto confirma la idea muy defendida segun la cual un conocimiento mutuo es imprescindible entre el emisor y el receptor de los mensa j es.
Manga Bekombo : Brazzaville im Zeichen des Fernsehens.
Die Einführung des kongolesischen Fernsehens stellt zwei Kulturen gegenüber. Der Uebergang von der traditionellen Schlagtechnik zur modernen Anwendung der Funktechnik als Massenkommunikationsmittel setzt beim Eingeborenen eine gewisse Anpassung voraus. Wird beim Fernsehen die Originalität der Wissenschaft nicht in Betracht gezogen, so lässt es sich in das traditionelle magische System integrieren, insofern es nämlich eine Art Dialog mit einem Abwesenden erlaubt; die Verbindung ist also nicht nur Mitteilung, sondern auch Fernherrschaft des Zauberers... Im Konflikt zwischen Bild und Ton unterliegt das Wort fast immer : im Ablauf der Bilder erzahlt sich der Eingeborene seine eigne Geschichte. Beziehen sich aber Bild und Ton auf das Leben des Zuschauers, so hört der Kampf zwischen Bild und Kommentar sofort auf. Dadurch wird die Notwendigkeit eines gegenseitigen Kennens zwischen Sender und Empfänger der Mitteilung noch einmal bestatigt.
Манга Бекомбо: Браззевиль в эпоху телевидения в Конго.
В день торжества, посвященного телевидению Конго, мы присутствовали при стычке двух цивилизаций: первая, так называемая традиционная, и вторая в качестве модерной. Переход от традиционной техники (перкуссия) к научной технике (радио-телевидение) массовых радио-передач потребовал от конгольского туземца усилия приспособления. Телевидение, лишенное своего истинного искуства, попадает в магическую и традиционную систему, в том смысле, что она позволяет диалог между отсутствующим и самим собой, таким образом передача не только обеспечивает сообщения, но и играет роль колдуна, смиряя своих «подданных»... Изображение и звук находятся в столкновении, когда, конечно, звук всегда бывает побежденным: благодаря изображению туземец рассказывает свою собоственную жизнь, но борьба между изображением и комментарием сразу же прекращается, как телько звук-изображение начинает передавать самую жизнь слушателей. Это подтверждает ту широко распространенную идею, согласно которой необходимо обоюдное понимание между передатчиком и слушателем.
13 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1966
Nombre de lectures 49
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Exrait

Manga Bekombo
Brazzaville à l'heure de la télévision congolaise
In: Revue française de sociologie. 1966, 7-2. pp. 188-200.
Citer ce document / Cite this document :
Bekombo Manga. Brazzaville à l'heure de la télévision congolaise. In: Revue française de sociologie. 1966, 7-2. pp. 188-200.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1966_num_7_2_1115Abstract
Manga Bekombo : Brazzaville at Congolese television time.
The inauguration of the Congolese television gave us the opportunity to witness the confrontation of two
civilizations : one, called traditional, the other characterised as modern. The passing from a traditional
technique (percussion) to a scientific technique of mass communication (Radio-television) requires an
effort of adaptation on the part of the Congolese autochtone. Television, stripped of its proper science,
is integrated into a magic system, traditional, in the sense that it allows a sort of dialogue between an
absent person and yourself (audience) ; the communication it ensures is not only a message, but also
that of a witch, whose power extends at a distance over its subject. The image and the sound are
situated in a conflict where words are practically always the loosers : with the flow of images, the
autochtone tells his own tale. But the conflict between the image and its supporting commentary ceases
as soon as the set image-sound evokes the spectator's own life. This confirms the widespread idea that
a common knowledge is necessary between the message sender and the receiver.
Resumen
Manga Bekombo : Brazzaville en la hora de la television congoleña.
Cuando se inauguró la television congoleña, presenciamos la confrontación de dos civilizaciones : una
llamada tradicional, moderna otra. El paso de la técnica tradicional (percusión) a la técnica científica
(radio-televisión) de comunicación de masa exige un esfuerzo de adaptación para el autoctono
congoleña. La television, despojada de su ciencia propia, se intégra en el sistema mágico, y esto
porqué ocasiona una especie de diálogo entre un ausente y si mismo (el espectador) ; la comunicación
que provee no es sólo la del mensa je, sino también la del brujo que esta dominando, desde lejos, a su
subdito... La imagen y el sonido se situan en un conflicto en que, casi siempre, esta vencida la palabra :
como van desfîlando las imágenes, el autoctono cuenta su propia historia. Pero acaba la lucha entre la
imagen y el comentario que la acompaña en cuanto el conjunto sonido-imagen evoca la nùsma vida de
los espectadores. Esto confirma la idea muy defendida segun la cual un conocimiento mutuo es
imprescindible entre el emisor y el receptor de los mensa j es.
Zusammenfassung
Manga Bekombo : Brazzaville im Zeichen des Fernsehens.
Die Einführung des kongolesischen Fernsehens stellt zwei Kulturen gegenüber. Der Uebergang von der
traditionellen Schlagtechnik zur modernen Anwendung der Funktechnik als
Massenkommunikationsmittel setzt beim Eingeborenen eine gewisse Anpassung voraus. Wird beim
Fernsehen die Originalität der Wissenschaft nicht in Betracht gezogen, so lässt es sich in das
traditionelle magische System integrieren, insofern es nämlich eine Art Dialog mit einem Abwesenden
erlaubt; die Verbindung ist also nicht nur Mitteilung, sondern auch Fernherrschaft des Zauberers... Im
Konflikt zwischen Bild und Ton unterliegt das Wort fast immer : im Ablauf der Bilder erzahlt sich der
Eingeborene seine eigne Geschichte. Beziehen sich aber Bild und Ton auf das Leben des Zuschauers,
so hört der Kampf zwischen Bild und Kommentar sofort auf. Dadurch wird die Notwendigkeit eines
gegenseitigen Kennens zwischen Sender und Empfänger der Mitteilung noch einmal bestatigt.
резюме
Манга Бекомбо: Браззевиль в эпоху телевидения в Конго.
В день торжества, посвященного телевидению Конго, мы присутствовали при стычке двух
цивилизаций: первая, так называемая традиционная, и вторая в качестве модерной. Переход от
традиционной техники (перкуссия) к научной технике (радио-телевидение) массовых радио-
передач потребовал от конгольского туземца усилия приспособления. Телевидение, лишенное
своего истинного искуства, попадает в магическую и традиционную систему, в том смысле, что
она позволяет диалог между отсутствующим и самим собой, таким образом передача не только
обеспечивает сообщения, но и играет роль колдуна, смиряя своих «подданных»... Изображение и
звук находятся в столкновении, когда, конечно, звук всегда бывает побежденным: благодаря
изображению туземец рассказывает свою собоственную жизнь, но борьба между изображением
и комментарием сразу же прекращается, как телько звук-изображение начинает передавать
самую жизнь слушателей. Это подтверждает ту широко распространенную идею, согласнокоторой необходимо обоюдное понимание между передатчиком и слушателем.R. franc. Sociol, VII, 1966, 188-200
Brazzaville
à l'heure de la télévision congolaise
par Manga Bekombo
A la fin de l'année 1962, l'Office de Coopération Radiophonique
'(OCORA) expérimentait la télévision à Brazzaville, essais qui se situent
dans le cadre de l'Assistance Technique fournie par la France aux Etats
africains. Il paraît naturel de nos jours d'utiliser les techniques nouvelles
dans le monde entier, et de disposer de moyens de transmission de mes
sages aussi rapides que ceux qui permettent à l'homme de se déplacer
d'un continent à l'autre; mais l'application de ces idées n'est pas toujours
facile. La difficulté augmente, semble-t-il, en raison du niveau technique
déjà atteint par la société : l'écart qui figure entre le tambour d'autrefois
et la radio-télévision est considérable, et l'introduction en Afrique de
cette nouvelle technique ne va pas sans poser des problèmes sociaux que
l'observateur attentif peut aisément saisir.
Entre la du tambour et celle de la télévision, intervient
la radiodiffusion qui émettait déjà en 1946. La radio, cependant, n'attei
gnait qu'une minorité de Congolais; tout autour de la « ville euro
péenne », dans les quartiers noirs de Poto-Poto, Uanzé et Bakongo, le
tambour élevait encore la voix et son écho se répandait dans les villages
lointains. La radio a ainsi refoulé le tambour vers la campagne; si avec
la télévision, la technique traditionnelle revient dans la cité, c'est pour
figurer dans une salle de musée.
Le langage tambouriné n'était pas compris de tout le monde; au Congo,
comme au Cameroun, le maniement du tambour et la transmission des
messages étaient exclusivement l'affaire des hommes; la femme n'était
jamais initiée au décodage des signes sonores. Nous retrouvons également
un second critère de différenciation sociale, courant en Afrique tradi
tionnelle : seuls les hommes âgés possédaient la technique et le savoir
nécessaires à l'utilisation du tambour comme instrument de communication.
Dans la société traditionnelle, le dialogue à distance, rendu possible grâce
aux signes percutés, réaffirmait en quelque sorte le privilège des hommes
— et celui des aînés — que l'on observe encore dans de nombreux
domaines de la vie sociale. Il n'y a pas lieu ici de nous étendre sur la
relation qui caractérise le phénomène de la communication et la structure
de la société traditionnelle et nous serons aussi brefs en ce qui concerne
188 Brazzaville à l'heure de la télévision congolaise
les effets sociaux de l'introduction de la radio-télévision. Disons simple
ment qu'elle aura contribué à l'ébranlement de l'ancienne structure
sociale : la radio -télévision émet un langage (et non des signes sonores) et
une image; elle requiert donc, de la part de ses utilisateurs, la connaissance
de la langue parlée et une certaine adaptation à l'image elle-même, à
son rythme de succession. Cette technique va donc s'adresser, en premier
lieu, aux jeunes pourvus d'un niveau d'instruction suffisant pour être
à même de recevoir et de comprendre le message, exprimé la plupart du
temps en français et soutenu, en outre, par une image (technique inha
bituelle, non traditionnelle) . Le message radio-télévisé est alors perceptible
par tous et se différencie du percuté, chargé d'une certaine
dose de secret, de mystère. Ne requérant que de l'instruction, la technique
moderne est destinée aux femmes aussi bien qu'aux hommes; par cette
dernière caractéristique, la radio-télévision bouleverse l'ancien système;
le savoir est « désacralisé », le sexe et l'âge importent peu. L'on assiste
alors à la formation de nouvelles catégories sociales fondées d'une part sur
le degré d'instruction (qui suppose une attitude adéquate devant le discours
et face à l'image), d'autre part sur le pouvoir économique (qui permet
la possession de l'instrument) (1).
La population noire de Brazzaville est, depuis longtemps déjà, acquise
à l'idée de progrès; elle a déjà connu des bouleversements sociaux import
ants, conséquences de l'extension de l'économie de marché et de l'organi
sation politique de type moderne qu'offre leur pays. Confrontée aux
techniques nouvelles d'importation, cette population réagit encore. Ce sont
(1) Pour mémoire, rappelons que le Congo est un vaste pays occupé seulement
par 800.000 autochtones auxquels s'ajoutent 12.000 Européens (ce qui représente le
1,5% de la population congolaise), plus du 1/4 (27,58%) de la population
globale soit 224.000 personnes se répartissant dans deux centres urbains : Brazzaville,
135.000 (sondage 1961/62); Pointe-Noire, 77.000. Le restant de la population, soit
588.000 habitants, occupe le secteur rural et semi-urbain. Brazzaville accueille la
moitié de la population blanche; les deux centres urbains réunissent 83,33 % de
cette population, soit 10.000 individus répartis comme suit : Brazzaville, 6.000; Pointe-
Noire, 3.000.
La répartition par âge, dans le secteur urbain et dans le secteur rural, est la
suivante :
Brazzavme Pointe-Noire
Moins de 15 ans 45,1% 41,5% 41,8%
De 15 à 50 ans 50,9 % 55,7 % 44,6 %
Plus de 50 4% 2,8% 13,6%
Des statistiques datant de 1958 évaluent la population active congolaise à
439.000 hommes, soit 55 % environ de la population autochtone, dont 99.000 en milieu
urbain et 340.000 (soit 77,27% env.) dans le secteur rural.
Cette population active se compose de commerçants et d'artisans (20.000 env.,
soit 4,5%), d'agriculteurs (300.000, soit 68%), et de salariés (69.000, soit 16%) dont
22.000 sont employés dans l'administration et les entreprises publiques, 41.000 dans
les entreprises privées, 6.000 dans les ménages; 60 % des salariés se trouvent dans les
centres urbains. Ajoutons à ces chiffres, 50.000 inoccupés, soit 11,5 % de la population
active.
189 Revue française de sociologie
ses réactions à l'égard de la télévision que nous rapportons ici, très
sommairement.
Notre observation a été conduite en trois temps : d'abord, il nous
importait de connaître l'idée que se faisaient les Noirs de l'objet dont on
leur annonçait la mise en fonctionnement; comment l'attendaient-ils,
qu'en attendaient-ils ? En une seconde étape, nous nous sommes donné
pour tâche d'observer le comportement des autochtones, et de recueillir
leurs impressions pendant la durée de l'expérience. Enfin, nous avons
tenu à savoir ce que pensait l'auditoire, une fois les essais terminés. Dans
l'exposé des résultats, deux aspects seront à considérer : en premier lieu,
les réactions globales, positives et négatives, à l'égard de l'initiative télé
vision; en second lieu, le comportement de l'auditoire autochtone placé
devant l'écran.
I. — Réactions globales
1. — Population noire et population blanche.
Il convient de noter que les réactions collectives des Noirs diffèrent
quelque peu de celles émanant de la population blanche. D'ailleurs, un fait
frappe l'attention de celui qui arrive pour la première fois à Brazzaville :
c'est la discrimination raciale marquant les rapports entre autochtones
congolais et Européens. Fait curieux, en effet : malgré la longue période
de cohabitation, les deux populations, qui se rencontrent dans des entre
prises, des lieux de travail et de plaisir, ne fusionnent pas. Chacune d'elles
a des problèmes qui ne semblent pas concerner l'autre. Ce sont deux
communautés fermées, qui n'arrivent pas à se connaître, à comprendre
leurs intérêts mutuels, leurs plaisirs, leurs problèmes. Cette constatation a
une certaine importance : elle aidera, notamment, à comprendre les réac
tions respectives du Congolais et de l'Européen devant le projet d'une
« télévision congolaise ». Notons encore que le Congolais est celui qui
paraît souffrir le plus de la rupture qui sépare ces communautés blanche
et noire de Brazzaville, car il ne se sent pas séparé du Blanc parce qu'il
est Noir, mais bien parce qu'il se sent inférieur, c'est-à-dire pauvre, sou
vent ignorant et incompétent. Interrogé au sujet de l'expérience, le Congol
ais déclare : « La télévision c'est encore une chose de Blancs. » II ne
s'agit point là d'une attitude superficielle ni de celle d'un homme qui se
complaît dans sa « tranquillité »; il ne s'agit pas non plus de reprendre ici
une expression qui tend à devenir une formule chez les Africains : la
télévision aux yeux du Congolais est une chose dont seul le Blanc pourra
jouir, parce qu'il sait ce qu'elle est, parce que, riche, il est seul aussi
à pouvoir se l'offrir facilement. Que la télévision fasse son apparition au
Congo, l'autochtone congolais ne semble pas la considérer pour autant
comme un acquis dans sa course vers le « modernisme ». A ses yeux, la
télévision entre tout naturellement dans la série des «marchandises»
que le Gouvernement fait introduire le pays et qui ne correspondent
nullement aux besoins de la population. Pourtant nombreux sont ceux
190 Brazzaville à l'heure de la télévision congolaise
de nos interlocuteurs qui ne se faisaient aucune idée de l'objet technique
proprement dit ni de ses possibilités; quelques-uns l'imaginaient toutefois
comme quelque chose d'extraordinaire, de grandiose, susceptible d'enrichir
le pays et de confirmer l'intégration de ce dernier dans le cadre des grands
pays. Un fonctionnaire nous a confié, à ce propos, que la France et le
Congo vivent en communauté; par conséquent, ce qui existe en France
doit normalement se trouver au Congo.
Ces premières impressions sont caractérisées par l'ambiguïté et la
confusion; on évoque très peu la télévision, alors que l'hostilité dirigée
contre la politique en cours est exprimée spontanément. L'on est ainsi
conduit à noter que l'opération télévision réalisée à Brazzaville a eu pour
première conséquence une reprise de conscience chez les Congolais, des
problèmes sociaux et politiques qu'ils avaient momentanément tus.
Cela n'explique cependant pas le manque de déclarations relatives à la
télévision, ce silence étant dû, en grande partie, à la mauvaise qualité de
l'information qui a été fournie à l'autochtone congolais. Dans l'ensemble,
les journaux locaux limitent les possibilités de cet instrument en les rame
nant toutes, à l'un des objectifs poursuivis par l'OCORA, à savoir distraire,
et la télévision est présentée comme devant uniquement colorer en
quelque sorte les fêtes de l'indépendance, ainsi que le montrent ces
quelques extraits de presse :
«Mais ce 28 novembre est tout différent par la télévision, élément qui a
marqué une date dans les fastes congolais et a donné à nos manifestations une
portée universelle. Avec la télévision, nous avons remarqué un fort contingent
de citoyens venus de tous les coins de brousse. » (Agence congolaise d'Informat
ion, bull, du jeudi 29 nov. 1962) (2).
«Mais à Brazzaville, les festivités débuteront en fait ce soir... par l'inaugu
ration de la télévision congolaise.» (Radio-Brazzaville, 26-11-62 à 19 h et
27-11-62 à 19 h.)
« Vous savez qu'à l'occasion de cette fête, la télévision a été inaugurée depuis
hier soir à Brazzaville. » (Radio-Brazzaville, 28-11-62 à 19 h.)
C'est en raison même de cette présentation que l'un de nos inter
locuteurs congolais a pu déclarer que « ceux (les Blancs) qui la font mar
cher (la télévision) , ne connaissent pas nos histoires ».
En effet, la population blanche de Brazzaville comprend deux caté
gories : la première (la plus importante) accepte la télévision congolaise,
considérée comme une nouvelle source de distractions; l'autre, la rejette
soit parce qu'elle ne possède pas d'utilité économique, soit parce qu'elle
risque de compromettre l'essor d'une entreprise cinématographique qui
dispose déjà de trois salles dans la capitale. Parmi les Blancs qui rejettent
la télévision congolaise, l'attitude de ceux qui évoquent des raisons éco
nomiques rejoint celle de la majorité des autochtones qui, mettant en
relief des griefs politiques, envisagent eux aussi la situation économique
de leur pays, qu'ils estiment déplorable.
(2) Les interviews ont été recueillies par un groupe de chercheurs de l'Institut
de Recherche Scientifique au Congo (I.R.S.C.), par M. Blancherie, du service de la
recherche à 1'O.R.TJ*. et par nous-mêmes.
191 Revue française de sociologie
2. — La télévision congolaise, facteur de ségrégation sociale et écono
mique.
Les Congolais sont persuadés que la télévision sera destinée uniquement
aux riches, c'est-à-dire à une infime minorité constituée de fonctionnaires
et de commerçants. L'on savait déjà qu'un poste récepteur coûterait aux
environs de 130.000 F CFA et qu'il n'y aurait que les « capables » pour
se le procurer. Il est intéressant de noter que des cinquante postes prévus
pour les émissions expérimentales, seize seulement ont été mis à la dispo
sition du public, ce qui laisse croire que le restant a été distribué à des
particuliers, notamment aux personnalités politiques et religieuses. La télé
vision représente ainsi un facteur discriminatoire, contribuant à accentuer,
selon les Congolais, la distance qui sépare et oppose la forte majorité
pauvre et la minorité privilégiée, riche et puissante.
Bien que certains Congolais considèrent la télévision comme une véri
table école où chacun pourra trouver son objet, ils n'ont pas manqué
d'observer que le prestige du Congo ne saurait être fondé sur la posses
sion par ce pays de cette nouvelle technique :
« Ce qui fait la dignité d'un pays, ce sont les bonnes conditions d'existence
qui sont offertes à la population... la femme doit parcourir 500 mètres pour
trouver l'eau; nous n'avons pas d'électricité dans notre quartier. Croyez-moi :
en guise d'innovation, et bien que la télévision soit une chose agréable, on
aurait aimé avoir plutôt l'extension de l'eau courante et de l'électricité ! » (ins
tituteur) .
Nous complétons cette série de réflexions en mentionnant la remarque
faite par un infirmier :
«Dans les grands pays, la France par exemple, la télévision trouve bien sa
place; elle entre dans les traditions; mais pour nous je doute fort qu'il en soit
de même... H nous faudrait d'abord une économie stable et un budget convenable.
Figurez-vous que l'heure d'émission va coûter 200.000 F CFA. Une heure par
jour, au bout d'une semaine, cela représente 1.600.000 F. Je doute fort que notre
gouvernement soit en mesure de faire face à des frais d'une telle importance...
Et puis il ne suffit pas d'avoir la télévision, il faut l'entretenir et l'améliorer...
Les techniciens étrangers coûtent cher; je sais que la formation technique des
Congolais reviendrait aussi cher, mais tout bien pesé, j'aurais préféré qu'on
formât d'abord mes compatriotes avant de nous apporter la télévision. Les Euro
péens font tout leur possible, bien sûr, mais il faut reconnaître qu'il leur est
bien difficile de donner entière satisfaction à notre peuple... ■»
Ces remarques émanent, en général, de jeunes gens, que nous avons
rencontrés au hasard dans la ville, dans les cases situées autour des
maisons communes ou les internats de collèges. Pour peu que l'on
soit informé des problèmes spécifiques d'adaptation et d'ajustement qui
se posent aujourd'hui dans les sociétés africaines soumises à des pressions
diverses, l'on comprendra aisément que les inquiétudes exprimées par
ces jeunes gens sont aussi celles qui préoccupent l'élément féminin dans
son ensemble, et en particulier, les épouses. Nombreuses sont les femmes
192 Brazzaville à l'heure de la télévision congolaise
qui ne se sont pas dérangées pour aller voir la télévision; dans l'ensemble,
les raisons exprimées sont de deux types : de nombreuses occupations
domestiques qui ne laissent guère de temps pour le loisir; le sentiment
vécu d'une injustice de la nature qui installe l'indifférence dans les cœurs :
« Nous avons beaucoup à faire; on s'occupe des enfants, de la maison... on a
déjà été au cinéma une fois, on sait ce que c'est : la télévision, c'est pour les
jeunes qui espèrent encore. »
Ces déclarations directes, brèves, dites sur un ton désabusé, expriment
des soucis qu'une vendeuse du marché de Bakongo devait nous préciser
en lingala, ce qui nous fut traduit en ces termes :
« C'est un autre microbe, ça, qui va encore nous compliquer la vie, à nous les
femmes; j'ai un mari qui travaille dans la plantation d'un Blanc; je ne sais
combien il gagne, mais je sais où passe tout l'argent : une partie sert à entretenir
d'autres femmes au- dehors, une partie à boire avec ses amis, tous les jours; il
y a des dettes à payer, car il a voulu avoir une radio à transistor comme les
autres; de temps en temps il achète un morceau d'étoffe ou fait réparer le toit
de là case, pour 2.000 F. Eh bien ! Qui entretient la maison, les enfants ? Qui
cherche la nourriture, qui habille les enfants ? C'est moi, avec l'huile que je
fabrique, le gari, la farine de manioc que vous me voyez vendre ici... Mon mari
me prendra encore le peu d'argent je retire de ce commerce parce qu'il
voudra acheter la télévision. Ce n'est pas de sa faute : il gagne peu et il n'y a
pas autre chose à faire... C'est aussi de sa faute, parce qu'il boit de trop et il
cherche des femmes qui lui coûtent... tous les maris, ici, sont comme ça ! »
Mais notre conversation tournait à la plaisanterie : la vendeuse me
demanda alors pour conclure et comme pour nous rappeler l'importance
de ces déclarations :
«A combien d'hommes la télévision donner a-t- elle du travail, pour tout le
Congo ? Et même pour Brazzaville ?... »
3. — La télévision congolaise, outil politique.
Si le Blanc se garde bien de porter un jugement quelconque sur le
régime politique en vigueur au Congo, l'autochtone congolais pense utiliser
la télévision soit pour consolider, soit pour détruire ce régime. Pour les
premiers, en effet, la télévision congolaise représente un outil politique de
grande valeur; non seulement elle grandit le pays aux yeux de l'Afrique
tout entière; en outre, elle est considérée comme un instrument de propa
gande sur lequel se fonde l'espoir des autorités.
La télévision est le reflet d'une science et d'une technique des plus
achevées, et elle fait du Congo le pays africain de culture française le
plus moderne, le plus évolué. Elle constitue de ce fait un élément de pres
tige national, et son apparition au Congo exprime pour l'Etat sa volonté
de progrès. C'est là, ce qu'on nous a laissé entendre, à plusieurs reprises,
par des déclarations telles que :
« Le pays le veut !» « La nation l'exige !... »
193 Revue française de sociologie
Un Ministre nous a précisé :
« C'est une nécessité nationale. Brazzaville reste toujours le centre de cette
partie de l'Afrique, et je crois que la France aurait commis une grave erreur si
un autre pays d'Afrique avait eu la télévision avant nous... Je suis fier de mon
pays et de mon chef d'Etat... »
Les hommes politiques congolais ne nous ont pas fait de déclarations
quant au rôle qu'ils assignent à la télévision; mais ceux des Congolais qui
se montrent favorables au régime entendent bien utiliser le nouvel
instrument pour des fins de propagande.
Des espoirs contraires étaient fondés sur la télévision; l'opposition
politique estime que le gouvernement du jour, en dotant le Congo de ce
nouvel appareil, « creuse lui-même sa propre tombe г. A voix basse et
d'un ton très affirmé, un jeune garçon qui étudiait sa leçon dans l'avenue
de Paris, à la lueur d'un lampadaire, me confia :
« Si les techniques font bien leur travail, et si la télévision marche bien ici,
ce sera une chose excellente : lorsque nos parents et tous les jeunes verront ce
qui se passe ailleurs, en Afrique et en Europe, lorsqu'on saura comment les
autres vivent, comment les gens y travaillent, alors, ce sera la révolution ici ! D
Et comme ce garçon me prenait pour un technicien de la télévision,
il conclut, en souriant :
« Faites bien votre travail, vous; un an, deux après, il n'y aura plus de F. Y. »
A ces diverses réactions, très spontanées, devaient succéder d'autres,
en général plus réfléchies, contrôlées, qui se sont exprimées à la fin des
trois journées d'expérience.
Un responsable des services de statistiques du Congo a estimé à
40.000 (soit 29,62 % de la population totale brazzavilloise) le nombre de
personnes ayant regardé la télévision au cours des trois journées d'émis
sion; nous ne sommes pas en mesure de vérifier ces chiffres qui nous
paraissent excessifs; en tout cas, il faut retenir que l'importance des
groupes de spectateurs a diminué régulièrement entre le premier et le
troisième jour, ce qui laisse à penser ou bien, que les Congolais ont en
partie été déçus, ce qui correspondrait aux toutes premières réactions
évoquées jusqu'ici; ou bien, que satisfaits, ils attendaient dès lors autre
chose.
Cette attente se traduit d'abord par l'admiration de la population noire
devant la technique dont l'évolution est marquée par le passage dé la
radio à la télévision. Et la question souvent entendue : « Comment les
Blancs sont-ils arrivés à faire ça ? », en appelle une autre : « Je me
demande si un jour, les Congolais en arriveraient là ! »
De l'admiration, on passe à l'utilisation pratique et, chez certains Blancs
comme chez la majorité des Noirs, la télévision congolaise devra être une
école pour tous.
Si l'on avait eu à classer par ordre d'importance et d'urgence les
besoins que manifestaient les Congolais, on placerait en premier, confor-
194