Centralisme et fédéralisme culturels : les émigrés italiens en France et aux États-Unis - article ; n°5 ; vol.29, pg 1141-1159

-

Documents
20 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Annales. Économies, Sociétés, Civilisations - Année 1974 - Volume 29 - Numéro 5 - Pages 1141-1159
19 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1974
Nombre de visites sur la page 54
Langue Français
Signaler un problème

Dominique Aron-Schnapper
Centralisme et fédéralisme culturels : les émigrés italiens en
France et aux États-Unis
In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 29e année, N. 5, 1974. pp. 1141-1159.
Citer ce document / Cite this document :
Aron-Schnapper Dominique. Centralisme et fédéralisme culturels : les émigrés italiens en France et aux États-Unis. In: Annales.
Économies, Sociétés, Civilisations. 29e année, N. 5, 1974. pp. 1141-1159.
doi : 10.3406/ahess.1974.293544
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1974_num_29_5_293544INTER-SCIENCES
Centralisme et fédéralisme culturels :
les émigrés italiens en France et aux Etats-Unis
LV migration met en contact deux cultures, et crée une situation quasi expe
riment aie qui permet d'étudier « la nature et les mécanismes de la culture »,
car, comme l'écrivait Melville J. Herskovits, « quand les traditions sont en
conilir. les réajustements à l'intérieur d'une culture montrent la manière dont
les ék ments de la culture se rattac tient les uns aux autres et comment fonc
tionne le tout » l. Les analyses des contacts de culture et du jeu des emprunts
et réemprunts, des interprétations et réinterprétations entre les deux cultures,
tentées par les anthropologues, ne tiennent pas compte le plus souvent des
conciii ions politiques qui ont amené ces cor, tacts et leur confèrent leur vraie
signification. Les cultures en contact se trouvent rarement sur un plan d'égalité :
cultures du vainqueur et du vaincu, du colonisateur et du colonisé, de la major
ité et de la minorité. Le sens de l'égalité entre cultures est aussi rare que
celui de l'égalité entre les individus. Seule la prise en compte de cette situation
socio- politique permet de comprendre la nature et les limites des emprunts
qu'une culture fait à une autre, les modalités et les significations de l'adoption
ou du rejet de tel ou tel élément. La situation d'émigré présente un cas spéci
fique de ces contacts inégalitaires : l'émigré doit, dans ses comportements,
respecter non seulement les règles juridiques mais les normes culturelles de la
societ.-.'- d'accueil. Pourtant l'émigré n'est ni le vaincu, ni le colonisé, ni le persé
cuté : la société d'accueil a pour elle le prestige de la modernité et, si l'émigré
a vécu le départ comme le résultat d'une décision fondée sur la volonté d'entrer
dans la vie moderne 2, la conformité aux exigences du milieu social peut aussi
être vécue comme une réussite.
Mais que deviennent les modèles culturels auxquels obéissent les individus,
1. M. J. Hfrskovits, « The Significance of the Study of Acculturation for Anthro
pology », American Anthropologist, 39, 1037, P- 2('J-
2. Le.s études menées t-n Italie par F. Alberoni et G. Baglioni ont montré la « socia
lisation anticipa trice » des méridionaux venus travailler dans les usines du triangle indust
riel. Cf., en particulier, F. Alberoni, G. Bagliuni, L'integrazione dell' immigrate nella
soci r ta industrielle, Bologne, II Mulino, 1405.
1141 INTER-SCIENCES
lorsque ceux-ci sont physiquement séparés du rythme collectif de espace red
et social travers lesquels actualisent ces modèles tant donné inter
dépendance de organisation spatiale et de la structure sociale quel effet
sur les individus la rupture avec les bases morphologiques de la société dans
laquelle ils ont été formés Quelle combinatoire particulière définit la culture de
ceux qui ont été par la famille cole et glise une culture donnée
et qui vivent dans une autre La culture de émigré a-t-elle des caractères
propres ou est-elle une modalité de la culture du pauvre
Nous voudrions présenter ici une analyse rapide de ce que Sapir appellerait
cette cultural association particulière est la culture des émigrés italiens en
France une part et aux tats-Unis autre part pour mettre en évidence
effet variable particulière au sens large que on peut donner ce
terme sur cette culture le rapport instauré par histoire entre identité
nationale et la tradition culturelle dans chacune des sociétés accueil
Si on tente en effet analyser la culture de émigré non en fonction de
la société accueil est-à-dire en termes négatifs ceux du manque ou de
insuffisance mais comme une structure positive définie par une combinatoire
particulière éléments empruntés aux deux cultures il importe de tenir compte
la fois des exigences liées la situation émigré de appartenance sociale
des émigrés et des attitudes elle entraîne des caractéristiques du système
culturel origine des caractéristiques de la société accueil Nous voudrions
dégager ici effet parmi ces dernières de acceptation ou du refus par la société
accueil des particularismes culturels
effet premier de rémigration familiale étant de consacrer une rupture de
la continuité entre vie familiale et vie dans la communauté nous proposons de
distinguer les attitudes et les comportements liés espace et au temps de la
communauté origine des attitudes et des comportements limités la vie
familiale plutôt que de reprendre la distinction classique que font les socio
logues dans la plupart des études consacrées au changement social entre les
variables acculturation et les variables assimilation Cette distinction ren
contre ailleurs expérience vécue des émigrés intérieur de ma maison
nous sommes en Italie ...) nous mangeons nous agissons nous pensons nous
parlons nous crions comme en Italie Dehors je suis un bon Australien
Je me suis bien débrouillé ici Mais ma famille est typiquement italienne
39 rue est un morceau Italie vous êtes Catania Dehors est austra
lien Or il apparaît que les normes contrôlées par la communauté sont très
inégalement conservées selon attitude du pays accueil égard des particu-
Les études des sociologues américains posent surtout le problème de intégration
ou de assimilation des migrants et aux tats-Unis des différences de statut entre les
divers groupes ethniques du décalage existant entre les normes de la communauté
ethnique et celles de la société globale La sociologie américaine est abord une socio
logie du consensus
EISENSTADT indiqué que les pays qui ont connu une immigration massive
tats-Unis Brésil Israël ont nécessairement une culture pluraliste le type de plura
lisme variant une société autre Mais étant placé dans la perspective de inté
gration des migrants il ne est pas posé le problème de effet de cette structure plura
Immigrants liste sur évolution Londres des Routledge cultures and origine Kegan Cf 1954 pp EISENSTADT 15-20 The Absorption of
Extraits interviews citées par CRONIN The String of Change Chicago Thé
University of Chicago Press 1970 166
1142 SCHNAPPER MIGRATION ITALIENNE
larismes culturels et* que même les normes Contrôlées par la famille plus long
temps conservées aussi bien en France aux tats-Unis prennent pourtant
des formes différentes dans les deux pays
Pour des raisons historiques bien connues unité politique et unité cul
turelle sont confondues en France en sorte que tout particularisme culturel
breton juif ou italien est per comme une menace objective unité
politique Ce refus des particularismes culturels dont le caractère uniforme et
autoritaire de enseignement primaire est un indice frappant entraîne chez
les émigrés le dépérissement des normes du pays origine qui sont liées la
vie de la communauté Le rythme collectif et espace où se déroulait la vie
commune ayant disparu tous les comportements par lesquels chaque membre
de la communauté montrait lui-même et aux autres sa participation la vie disparaissent7
Le temps perdu le sens que lui donnait la tradition les émigrés ne peuvent
plus célébrer les innombrables fêtes religieuses qui se déroulaient en Italie et
que la France ignore Comme nous le disait une interviewée originaire de Sicile
qui évoquait les fêtes auxquelles elle participait autrefois Ici tous les jours
sont les mêmes uguali Le temps étant plus scandé par les fêtes collectives
plus que le sens une répétition quotidienne sans origine ni fin est la
raison pour laquelle les repères hebdomadaires du temps sont également perdus
les jours des fiancés mardi jeudi samedi sont unanimement rejetés même
lorsque les rencontres entre fiancés continuent obéir certaines normes les
superstitions concernant les jours de la semaine et les dates qui conviennent
certaines cérémonies restées très vivaces en Italie sont niées non parce
que la rationalisation progressé mais parce que les jours ont perdu leur
signification propre
abandon des pratiques religieuses doit être compris selon cette logique
Ces pratiques faisaient partie du rythme de la vie sociale où le retour périodi
que de manifestations accomplies par tous les membres du groupe constituait
la fois un principe organisation et un instrument intégration glise et
les pratiques religieuses étaient en Italie au ur de la vie de la communauté
comme église se trouvait sur la place centrale du village Comme écrit Maurice
Halbwachs la religion exprime sous des formes symboliques qui se déroulent
et se rapprochent dans espace est cette condition seulement on est
Ce texte formule quelques hypothèses suggérées par exploitation une pré
enquête sur les émigrés italiens cinquante entretiens ont été réalisés grâce aide de
Bernard Bonilauri vingt-cinq dans la région parisienne vingt-cinq en Lorraine uf
cité ouvrière de Sainte-Ségolène Moyeuvre-la-Grande et par exploitation systéma
tique de la littérature consacrée aux Halo-Américains Nous appelons émigré celui qui
quitté son pays origine celui que la littérature américaine appelle la première géné
ration
Il semble que les bidonvilles préservent pour certaines populations récemment
immigrées une forme de communauté où se maintiennent titre précaire et provisoire
espace et le temps propres la communauté origine
En 1962 pour ensemble de Italie 36 mariages furent célébrés un vendredi
170 un 17 du mois 140 un 13 alors que la moyenne quotidienne était de 1733
1143 INTER-SCIENCES
assuré elle subsiste lément-clé des normes contrôlées par la commu
nauté la pratique religieuse cesse quand les individus ont quitté espace et
le temps propres cette communauté Les émigrés ne fréquentent plus la messe
ni Vitry en Lorraine effet est le même sur les migrants montés du
Sud Turin 10 glise en Italie était familière et immédiate les formes
modernes elle prend hui en France spécialement étrangères la
conception traditionnelle de glise italienne achèvent en éloigner les émigrés
Ils sont presque aussi révolutionnaires que les communistes ... On connaît
le prêtre de la mission rue de Montreuil Je ne sais plus comment appeler
depuis il est marié Je trouve normal que les prêtres se marient ce sont des
hommes comme les autres Mais notre prêtre est passé un extrême autre
année dernière il venait nous voir avec la Bible sous le bras pour nous faire
des cours de doctrine il était contre évolution de glise Et maintenant
il est marié Vous imaginez ce que est pour nous En Italie était autorité
la tradition on le respectait Maintenant je ne sais même plus si je dois appeler
Monsieur ou Mon Père Paris depuis 1964 originaire Udine 35 ans)
La pratique religieuse que la communauté imposait et contrôlait été
supprimée par éloignement même quand émigré continue croire ou
être catholique Je crois toujours mais depuis que je suis en France je
ne pratique plus Je vais la messe de Noël et Pâques Je crois mais aime
ma liberté Paris depuis 1952 originaire de Lucques 52 ans La fin de la
pratique religieuse est si étroitement liée éloignement de la communauté
origine et absence du contrôle elle exer ait sur les comportements de
ses membres que les mêmes pratiquent en Italie pendant les vacances qui ne
vont jamais église en France église en Italie est toujours voisine
celle on pourrait fréquenter en France est toujours lointaine Je ne
vais jamais la messe ici En Italie est la campagne la chapelle est côté
vais chaque dimanche Sainte-Ségolène depuis 1960 originaire de
Cosenza 40 ans) Ah Moi en Italie je vais la messe tous les dimanches
là-bas Si le dimanche matin je vais pas la messe est pas le dimanche
Mais ici. Je ne connais personne alors ne me dit rien Vitry depuis 1966
originaire de Montecassino 38 ans)
La marque du catholicisme pas totalement disparu avec abandon des
pratiques La religion continue consacrer éducation de enfant le prêtre
devient une sorte ancêtre de la famille la fois familier et respecté
chargé éduquer les enfants par intermédiaire du catéchisme et de la première
communion et de présider au rite de passage état adulte Dans la mesure
où rémigration intensifie ou renouvelle les relations entre les parents et surtout
entre les parents et les enfants le catholicisme reste un des éléments de la
tradition culturelle même quand les responsables des missions catholiques se
lamentent au spectacle des messes hebdomadaires désertées
On souvent remarqué la faiblesse de la participation syndicale chez les
migrants Les méridionaux syndiqués dans leur région origine souvent
responsables de section abandonnent toute activité syndicale leur arrivée
Turin Sans doute les migrants ont-ils abord des problèmes matériels
HALBWACHS La mémoire collective Paris P.U.F. 1968 163 iré édition
1950
il Ibid. Fon 184 Immigrazione ..-.. meridionale Torino Turin Einaudi 1963 308
1144 SCHNAPPER MIGRATION ITALIENNE
urgents résoudre mais surtout activité syndicale est comme assistance
la messe une forme de participation la communauté qui cesse avec le départ
abandon des normes vestimentaires et de importance accordée au vête
ment accompagne abandon des pratiques religieuses Le noir couleur de la
religion et des cérémonies donc de la cérémonie par excellence est la céré
monie religieuse le noir symbole social est abandonné par tous les émigrés
même Sainte-Ségolène où pourtant tout contribue apparemment la
préservation la plus longue des modèles traditionnels Là on trouve encore
dans quelques familles méridionales arrivées récemment de vieilles femmes pour
affirmer que le noir est tout de même plus correct pour les cérémonies
Mais pour la majorité des femmes 12 le noir et sa valeur symbolique ont disparu
en même temps que la communauté 13 Comme le disent nos interviewées
ailleurs quand voulez-vous que je me mette en noir Il pas de fêtes
ici comme en Sicile La messe fran aise est pas la messe les fêtes fran
aises ne sont pas les fêtes puisque les fêtes étaient une manifestation
collective où le noir servait de signe de reconnaissance entre les membres de
la communauté et célébrait la solennité de événement en même temps
que le groupe lui-même Rien ne reste pour émigré de cette fête si la
fête de la Sainte-Rosalie que les Siciliens célèbrent pendant trois journées en
dépensant les économies de plusieurs mois appartient aussi au calendrier
fran ais pourquoi conserverait-on le noir Une des interviewées de Sainte-
Ségolène conclut en faisant un jeu de mots involontaire Au bout de quatre
ou cinq ans on voit ici toutes les couleurs. Pourquoi même accorderait-on
sa toilette de importance il plus personne qui se montrer il
plus de groupe dont on puisse célébrer existence
De même il plus de fêtes pour scander le temps il plus es
pace où ces fêtes pourraient se dérouler plus espace tout simplement où
les individus ou aimeraient se retrouver Interrogés sur existence
un centre Paris les émigrés origine populaire hésitent le situer
déclarent ne jamais rendre sinon parfois pour des raisons pratiques Les
grands magasins sont moins chers est en Lorraine que la perception de
espace est la plus totalement dévalorisée Si tous les habitants de Joeuf
désignent la rue de Franchepré seule artère commer ante de la ville comme
le centre alors que ni la place du marché sur laquelle donne hôtel de ville
ni les deux places devant les églises ne sont jamais évoquées il est clair que la
rue de Franchepré ne remplit pas pour eux les fonctions du centre traditionnel
est un endroit où on va faire les commissions sinon où irait-on
ce est pas un endroit chargé de valeurs symboliques On ne va jamais se
promener en ville On va faire les Si on se promène est vers
les bois Mais surtout on reste chez soi En Lorraine depuis 1954 originaire
de Sicile 57 ans Lorsque la famille vient Italie sans doute lui montre-t-on
la rue de Franchepré pour lui donner une idée du pays mais est avec le
sentiment très fort il rien autre montrer et il vaudrait mieux
les conduire Luxembourg ou Metz Le sentiment est encore renforcé dans
12 17/25 Paris 17/25 en Lorraine
13 Même observation chez GIRARD et STOETZEL Fran ais et immigrés dans
INED cahier no 19 Paris P.U.F. 1953 105 Une étude de la répartition des postes bud
gétaires montrerait sans doute que la proportion des dépenses habillement normalement
supérieure en Italie ce elle est en France revenu constant diminué chez les émigrés
1145 INTER-SCIENCES
la cité de Sainte-Ségolène perdue sur son platean plusieurs kilomètres de
Moyeuvre-la-Grande avec laquelle les communications sont difficiles Où
voulez-vous on aille On va Moyeuvre quand il des courses faire
mais jamais par plaisir ailleurs ai pas le temps Que faire visiter
Ces quatre routes qui se croisent. En Lorraine depuis 1953 originaire du
Latium 45 ans)
espace est si totalement déstructuré que les habitants de Sainte-Ségolène
jugent que église est trop loin alors elle est située intérieur de la
cité même par opposition église toujours voisine Italie De même le
marché qui bien lieu au milieu de la cité chaque semaine le jeudi matin et
le samedi après-midi est occasion aucune rencontre ne permet établir
aucune relation entre les membres de la cité qui côtoient semble-t-il sans
se percevoir Le cinéma paroissial pas existence réelle pour les adultes
Ce est pas un disent plusieurs interviewés propos du cinéma
de Sainte-Ségolène et seuls les adolescents le fréquentent bien que les pro
grammes aient rien de spécifiquement enfantin Aucun centre été recons
titué ni au centre de uf ni au milieu pourtant clairement situé de la cité
de
Même les habitants de la banlieue parisienne qui orientent le mieux dans
un univers dont la dimension se rapproche de leur espace origine espace
vécu est formé par Vitry et même par un quartier de Vitry) ne le per oivent
que un point de vue utilitaire Aux courses familières moment de rencontre
avec les autres échange informations ont succédé les courses rationnelles
où individu se conduit en homo oeconomicus désireux obtenir le maximum
avantages au prix minimum 14
est la raison pour laquelle les promenades ont changé de signification
naguère elles se déroulaient dans espace social autant que dans espace
matériel ainsi la promenade du mari seul chaque soir sur la place centrale
ainsi la passeggiata familiale du dimanche occasion pour la communauté 15
de se donner elle-même en spectacle ainsi la fréquentation régulière du cinéma
et du cercle lieux ou homme retrouvait ses amis et ses pairs hui
ces promenades sociales ont disparu remplacées comme nous le verrons par
la vie familiale et la dispersion des différentes familles qui partent la campa
gne ou regardent la télévision Autrement dit aux comportements adoptés
pour la communauté et dont elle pouvait juger succèdent des comportements
familiaux 16
Or en France la communauté italienne existe pas même lorsque la
population italienne ou origine constitue comme en Lorraine près
de la moitié de la population totale 17 Interrogés sur la nationalité de ceux
14 Seuls les membres des classes supérieures Paris reconstituent une perception
logique de espace social et on peut se demander il ne agit pas là un élément impor
tant de équilibre que traduit leur satisfaction
primaires 15 La et communauté la conscience en de ce normes sens implique communes un espace commun interaction de groupes
16 La faiblesse de la participation syndicale et des associations la passivité poli
tique des émigrés au moins une date récente en seraient une autre manifestation
Cf PASSIGLI Emigrazione comportamento politico Bologne II Mulino 1969 135
édition et HoGGART 1957) La culture du pauvre Paris Les ditions de Minuit 1970 127 iré
17 émigration en Lorraine date de la nn du xixe siècle et la création un cercle
franco-italien de 1970
1146 SCHNAPPER GRATION ITALIENNE
ils fréquentent plus du tiers des interviewés/aussi bien uf Paris
déclarent spontanément et presque dans les mêmes termes qu ils ont pas
amis attitude même envers enquêteur en particulier en Lorraine était
le meilleur révélateur de la solitude dans laquelle vivent de nombreuses familles
Pour une fois on voit un cela nous fait plaisir En Lorraine
depuis 1961 originaire Agrigente 43 ans ailleurs intensité des échanges
avec Italie qui se poursuivent depuis de nombreuses années la population
interrogée est en France depuis 15 ans en moyenne par des envois réguliers de
lettres et de photographies montre la pauvreté des relations établies en France
tous les émigrés qui partent en vacances vont en Italie Où voulez-vous
on aille en vacances Où voulez-vous trouver des copains pour boire un
verre Paris depuis 1954 originaire Udine 35 ans)
La situation émigré vient là sans doute renforcer les comportements
liés origine sociale on pu constater une tendance la privatisation
de existence même dans la classe ouvrière opulente 18 Seule une enquête
avec échantillon comparatif permettrait évaluer le poids de ces deux varia
bles 19 Mais dans une société accueil qui en fait empêche la reconstitution
une communauté la situation de contact de culture créée par rémigration
entraîne le dépérissement de toute une part des modèles traditionnels
Ces analyses appliquent la culture des émigrés italiens en Australie
pays émigration de culture britannique et de religion protestante mais qui
comme la France admet pas les particularismes culturels 20 Peu de gens
sont ouvertement hostiles aux emigrants mais il peu de tolérance pour les
différences 21 Comme en France la population origine italienne ne constitue
aucune communauté même ceux qui se sont installés en dehors des grandes
villes ignorent au nom de leurs voisins 22 Le noir et le rôle du vêtement
disparaissent la deuxième génération La population privilégie la vie de famille
seul centre de intérêt et de affectivité autour duquel tourne existence toute
entière pas de participation syndicale ou politique pas institutions ni orga
nisations italiennes activité professionnelle limitée indispensable Le rôle
de glise comme en France est réduit aux interventions dans les cérémonies
familiales 23 Autrement dit dans deux pays que tout sépare hormis attitude
égard des particularismes culturels la culture des émigrés italiens semble
être la même
Aux tats-Unis au contraire ce ne sont pas les anglo-conformistes du
début du siècle ainsi nommés par Stewart et Milfred Cole) qui voulaient assi-
édition 18 John 1968) -passim GOLDTHORPE Voir aussi et al ouvrier MILLER de abondance et RIESSMAN Paris The le Seuil Working-class 1972 iré
Subculture new View Social Problems 1961 RAINWATER COLEMAN HAN
DEL The Wife New York Oceana Publications 1959 etc
19 Notre enquête actuellement en cours sur les immigrés italiens tente de répondre
cette question
20 Il existe bien évidemment autres différences entre ces deux pays mais bien
il soit impossible sur des exemples historiques isoler en toute rigueur effet des
diverses variables exemple de Australie suggère que attitude du pays accueil cons
titue une variable relativement isolable
21 CRONIN op cit. 132 souligné par moi Voir aussi sur ce point Ch PRICE
Southern Europeans in Australia Melbourne Oxford University Press 1963
22 BORRIE PACKER Italians and Germans in Australia Study of Assimilation
Melbourne Chespire 1954 20
23 Ibid. 145
1147 INTER-SCIENCES
miler totalement et immédiatement les nouveaux venus dans la culture anglo-
saxonne ni les avocats du melting-pot tel Israël Zangwill qui prétendaient
faire du nouvel Américain Homme Nouveau dont les théories ont été appli
quées mais celle des partisans du pluralisme culturel24 Tout se passe comme
si la politique américaine malgré les quotas des années 1920 avait souscrit
la théorie Isaack Berkson selon laquelle chaque groupe ethnique qui le
souhaiterait pourrait créer sa vie communautaire propre et tout en partici
pant la vie générale de la nation préserver indéfiniment son propre héritage
culturel 25 les cultures des ethnies origine sont reconnues et leur expression
politique est même encouragée Une communauté ethnique se crée tout
le monde connaît tout le monde écrit Gans propos des habitants ori
gine italienne du West End de Boston 26 et nombre des comportements que
contrôlait la communauté origine se perpétuent
Les émigrés ont abandonné les superstitions étroitement liées la vie rurale
celles qui concernent le rythme de année agricole Ils ont pas conservé le
noir des paysannes italiennes Mais les comportements dont la signification
tenait existence même du groupe sont intégrés dans la culture de émigré
Ainsi les Italo-Américains continuent maintenir une certaine forme de pra
tique religieuse centrée autour de la messe dominicale 799 des émigrés de
la première génération déclarent aller la messe chaque semaine 83 de la
deuxième et 783 de la troisième 578 de la première généra
tion adressent des prières spéciales la Madone 288 de la deuxième géné
ration 226 de la troisième 27 Cette participation religieuse doit être prise
pour ce elle est une preuve publique de appartenance au groupe 28 La
messe donne en effet chacun occasion de habiller de se promener en
famille pour aller église et pour en revenir de se montrer aux amis et aux
voisins de les voir et être vu eux bref de reconstituer la cérémonie telle
elle se déroulait en Italie Les grandes fêtes sont célébrées avec éclat les
cérémonies qui se déroulent en honneur du saint local ont été longtemps la
réplique de infesta qui se déroulait la même date dans les villages de Sicile
ou du Mezzogiorno processions où quatre hommes portent la statue du saint
travers les rues précédés du prêtre en surplis de quatre enfants de ch ur
suivis de femmes et de jeunes filles tenant des bougies allumées des enfants
habillés en anges et portant des bouquets de fleurs de orchestre enfantin
un orchestre professionnel des vieilles femmes marchant parfois pieds nus et
enfin de la foule innombrable occasion de la festa tous les paesani origi
naires de la même province mais installés dans diverses villes ou divers tats
se retrouvaient parents et amis réunis dans la même maison ou dans le restau-
des 24 Juifs Sur et îï des attitude in Asiatiques American des écrivains Life partir New des américains York années Oxford 1880 devant on University pourra arrivée consulter Press massive Milton 1964 des Méridionaux GORDON
25 Ch PRICE The Study of Assimilation dans Jackson éd. Migration
New Cambridge York ï1 The Cambridge Free The Press Urban University of Villagers Glencoe Press Group 1962 1969 and 86 183 Clan in the Life of Italian-Americans
Press and Center 28 27 1968 for Migration ENGEL loRizzo SUTTLES 4i eds) Studies Ths The social Padrone Italian 1970 Order Experience and 200 of Immigrant the Slum in the Chicago United Distribution States The University Staten dans Island JO of Chicago TOM N.Y)
1148 SCHNAPPER MIGRATION ITALIENNE
rant local fêtaient ensemble le saint local intercesseur privilégié et la commu
nauté traditionnelle Des divers groupes ethniques installés aux tats-Unis les
Italiens sont ceux qui gardent la vie ceremoniale la plus riche pique-niques
parades carnavals fêtes religieuses Même les mariages les communions les
veillées funèbres et les enterrements restent des cérémonies où la communauté
entière se retrouve 29 Comme en Italie les prêtres servent intermédiaires de
confiance entre les divers groupes 30 et en particulier entre les petites gens et
les signori La paroisse est pas seulement instrument du contrôle social direct
mais celui du changement culturel intérieur de la communauté qui permet
adaptation des Italo-Américains la société globale
La vie familiale reste étroitement liée la vie de voisinage les filles sont
sévèrement surveillées et toute la communauté juge leur conduite les gar ons
se sentent toujours responsables de la vertu de leurs urs 31 Les échanges
entre les femmes se font plus extérieur intérieur des maisons Si le
noir est abandonné la signification que la société origine accordait au vête
ment est conservée Les Italo-Américains achètent avec enthousiasme pour eux
puis pour leurs enfants des vêtements neufs ils célèbrent les grandes fêtes
Pâques et Noël par une profusion achats vestimentaires est il reste une
communauté qui les montrer les faire admirer 32 étalage que les membres
des classes supérieures jugeraient indiscret ne se limite plus aux vêtements
seule forme de richesse dans les villages du Sud la voiture le réfrigérateur
tous les biens de consommation durables sont après tous les auteurs achetés
et appréciés abord pour leur rôle de représentation intérieur du groupe
réel achat des vêtements occasion des fêtes et la manière de les porter
acquisition de la voiture et la manière de la conduire affirment la personnalité
de individu intérieur du groupe Chicago le soir les adolescents qui
montent et descendent Taylor Street au volant de leur voiture reconstituent la
Rosseggiata de leurs parents et grands-parents33 La communauté italo-
américaine continue exalter le groupe et la conformité des comportements
individuels aux normes de ce groupe
On note que les Italo-Américains restent volontiers noctambules dans une
société où le travail est matinal quelque chose subsiste du rythme temporel
origine dans le rythme quotidien De même un espace propre la communau
té est reconstitué intérieur des grandes métropoles américaines souvent peu
structurées De nombreux émigrés qui travaillaient comme jardiniers dans les
campagnes autour de Boston préféraient revenir chaque soir habiter en ville
au ur de la communauté 34 les little Italys les slums reconstituent
pour ceux qui les habitent un espace familier où la vie des individus peut se
dérouler toute entière Plus que toute autre institution est la communauté
des émigrés qui assimilé ou retardé assimilation des Italo-Américains
dans la société américaine
29 Ibid. Foote WHYTE Streef Corner Society Chicago The University
of Chicago Press 1943 269
30 Ibid. 42
Sister WOODS Cultural Values of American Ethnic Groups New York
Harpers 1956 199
32 GANS op cit. 184
33 SUTILES op cit. 183
34 ViLLARi Gli Stati Uniti emigrazione italiana Milan Treves 1912 224
1149