Choix de textes de la Réforme de la vie quotidienne au début des années 1920 - article ; n°1 ; vol.39, pg 133-177
46 pages
Français

Choix de textes de la Réforme de la vie quotidienne au début des années 1920 - article ; n°1 ; vol.39, pg 133-177

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
46 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Ebisu - Année 2008 - Volume 39 - Numéro 1 - Pages 133-177
45 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 2008
Nombre de lectures 17
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Exrait

Anne Gossot
Kano Kôhei
Choix de textes de la Réforme de la vie quotidienne au début
des années 1920
In: Ebisu, N. 39, 2008. pp. 133-177.
Citer ce document / Cite this document :
Gossot Anne, Kôhei Kano. Choix de textes de la Réforme de la vie quotidienne au début des années 1920. In: Ebisu, N. 39,
2008. pp. 133-177.
doi : 10.3406/ebisu.2008.1502
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ebisu_1340-3656_2008_num_39_1_1502nl> 39, Printemps-Été 2008 Ebisu
G rHOIX DE TEXTES DE LA REFORME DE LA VIE
QUOTIDIENNE AU DÉBUT DES ANNÉES 1920
Anne GOSSOT
UMIFRE 1 9 CNRS-MAE (MFJ), UMR 81 55 (GREJA-Paris 7)
Note introductive concernant la Seikatsu kaizen dômeikai
l'O mlÊ' (Fondation pour l'amélioration de la vie quotidienne)
En vue d'éclairer les liens entre la pensée de Moriya Nobuo
sur le mobilier occidental et le contexte idéologique de son temps, nous
traduisons ici des extraits de certains des textes majeurs de la Seikatsu
kaizen dômeikai :£.rS"2&ït|wIlâs? (Fondation pour l'amélioration de la vie
quotidienne). Fondée en 1920 (et dissoute en 1933), la Seikatsu kaizen
dômeikai est l'organe central de la campagne nationale pour l'amélioration
de la vie quotidienne (Seikatsu kaizen undô ^feiï§3&f§)JIÉj), lancée par l'Etat
au lendemain de la première guerre mondiale.
Cette campagne constitue l'un des pans de la politique de renforcement
de la puissance financière nationale (Minryoku kan.yô undô K/jflSii
MW]), instaurée par le ministère des Affaires Intérieures (Naimushô \HW^Ê)
à partir de 1919. « Renforcer la puissance financière » signifiait augmenter
les réserves financières nationales grâce à l'épargne privée. Accroître
l'épargne passait par la rationalisation des comportements économiques,
le fin mot de cette politique. Une Agence sociale (Shakai-kyoku %tûfm)
en fut chargée, à partir de 1920, au sein du ministère, au nom d'un plan
d'action nommé à cette occasion « éducation sociale » {shakai kyôiku
£hz?fftW). Le fait est que le doublement de la population urbaine, à la
faveur de la formidable croissance industrielle pendant la Première Guerre
mondiale, s'était assorti d'un accroissement des classes impécunieuses,
dont la récession économique, survenue à la fin de la guerre, aggravait la
condition. La campagne d'amélioration du quotidien visait à « améliorer le
statut socio-économique et à stabiliser le niveau de vie » de cette population, 1
1 34 Anne GOSSOT
majoritaire en nombre, dans les villes1, tout en ancrant dans les esprits une
solide conception de l'Etat (kenzen naru kokka kannen $tjê:& 6 S^H^).
Outre la récession, il s'agissait en effet de lutter « énergiquement » contre les
autres problèmes de l'heure : « le désordre idéologique » (attisé par les échos
de la Révolution russe) et « l'effondrement des valeurs morales » (lié à la
modernisation), aussi bien que « le manque d'équipements militaires » de la
nation. Car la question masquée, concernant l'épargne, était la constitution
rapide des réserves nécessaires à un renforcement de la puissance militaire
nationale2.
La politique d'amélioration de la vie quotidienne s'appuyait principalement
sur les femmes, dont elle constituait la principale mesure « d'éducation
sociale » dans les années vingt. Elle visait les ménagères, catégorie nouvelle, en
plein essor depuis la fin des années 1910, issue de la nouvelle classe moyenne
urbaine. Inculquer aux ménagères les rudiments du « métier » en même
temps qu'un fort sens de la responsabilité citoyenne consistait à leur donner
les outils pour rationaliser l'économie domestique. « Rationaliser » signifiait,
en l'occurrence, éduquer les comportements domestiques non seulement à
la frugalité et à l'efficience, mais aussi à l'occidentalisation, synonyme
de modernisation. « Améliorer » les modes de vie passait globalement
par l'occidentalisation des usages dans les principaux secteurs du
quotidien : l'alimentation, l'habillement, le logement, les rites et
coutumes sociales. S'occidentaliser impliquait d'acquérir de nouveaux
équipements domestiques. Mais, parce qu'il conciliait habilement les
notions de « l'économique » et de l'occidentalisation, l'argument de
la « rationalisation » résolvait admirablement le paradoxe de cette politique,
qui consistait à promouvoir la consommation de masse au nom de la
modernisation (et de la croissance industrielle) tout en incitant les ménages
au stoïcisme moral et à la vertu de l'épargne.
La campagne d'amélioration du quotidien {Seikatsu kaizen undo) avait
été confiée au ministère de l'Éducation nationale (Monbushô ^nft^t). C'est
sous sa tutelle que fonctionnait la Fondation d'intérêt public Seikatsu kaizen
dômeikai. Lancée le 25 janvier 1920, à l'initiative du directeur du Musée
undô" : Tanahashi Voir, » À:IE$] par le exemple fc Gentarô tt h r ^.ÎB&WMÊ] : WMWfcM, Nakajima j Seikatsu Kuni (Le mouvement ^.^W, kaizen « undô Taishô de ^.ïè&WMW), réforme ni okeru de la "seikatsu 1927, vie quotidienne chap. kaizen 2.
à l'époque Taishô), in Shisô 5ÈW, nc15, 1974, ainsi que Sheldon Garon, « Fashioning a
Culture of Diligence and Thrift : Savings and Frugality Campaigns in Japan 1900-1931 »,
in Sharon A. Minichiello {éd.), Japans Competing Modernities. Issues in Culture and
Democracy 1900-1930, Hawai University Press, 1998, p. 312 à 334, ou encore Sheldon
Garon, Molding Japanese Minds. The State in Everyday Life, Princeton University Press,
1997. Choix de textes de la Réforme de la vie quotidienne dans les années 1 920 1 35
national de l'éducation de Tokyo (Tôkyô kyôiku hakubutsukan ij
WM^tfî), Tanahashi Gentarô fflllftSM^I^, elle était présidée par le Duc Itô
Hirokuni OTHWf^3. Son siège était à Tokyo ; elle disposait de nombreuses
antennes régionales. La Fondation comprenait quatre comités4, chargés
d'enquêter sur l'état des mœurs et des usages, ainsi que d'élaborer, à partir
des conclusions d'enquête, des directives pour la réforme : le Comité
d'enquête pour l'amélioration de l'habillement (Fukusô kaizen chôsa
iinkai Ufê^$C#iïfëlïÈ??fldx) ; le Comité d'enquête pour l'amélioration des
rites sociaux (Shako girei kaizen chôsa iinkai U'.'£$î$L$(.:-fôMfà.-:$àll'£;) ; le
Comité d'enquête pour l'amélioration de l'habitat (Jùtaku kaizen chôsa
iinkai &Ç&$.WMM"Ê Hlè) , le Comité d'enquête pour l'amélioration du
mode d'alimentation (Shokuji kaizen chôsa iinkai fe.'tt$C&Mfi~3el\£;).
Ce dernier était chargé, sous la direction de l'architecte Sano Toshikata
ftSF ttfi'^f, d'élaborer les orientations de la réforme des logements et de
l'équipement domestique, dont le mobilier. Le comité instaura, dès le
début de l'année 1920, une directive enjoignant la « mise en conformité
des logements au mode de vie conçu pour l'usage de sièges » {isushiki
seikatsu fàï'Àt'^AiïY- Cette directive signifiait, concrètement, non
seulement l'adoption au quotidien de l'usage de la chaise par l'ensemble
de la population japonaise, mais aussi l'occidentalisation de
du mobilier domestique. Erigé en slogan, le terme « mode de vie conçu
pour l'usage des sièges » {isushiki seikatsu) devint synonyme de « mode
de vie à l'occidentale » à travers l'archipel. Le comité prônait cinq autres
domaines de réforme, eux aussi bientôt banalisés : la composition du
plan des logements ; l'adoption de l'habitat collectif ; le développement
des cités-jardins et de l'habitat périurbain ; une meilleure utilisation des
jardins. L'orientation générale était l'adoption du mode de vie familial
bourgeois sur le modèle occidental, avec ses pratiques rationalistes en
matière économique et sanitaire.
Le vice-président du Comité pour l'amélioration de l'habitat (Jùtaku
kaizen iinkai fi: 32 i&H 3? !=!:£;) était l'architecte Tanabe Junkichi [lJjâr¥fV
(1879-1926), ardent promoteur de la modernisation de l'habitat depuis les
' Irô Hirokuni (1870-1931), qui fut à partir de 1878 héritier adoptif du prince
Itô Hirobumi f^i^t^^C (1841-1909, personnalité politique majeure de l'ère Meiji), mena
toute sa carrière au sein de l'Agence de la Maison Impériale (Kunaisho tïïHPft).
1 En 1924, un cinquième comité est fondé : le Comité d'enquête pour l'amélioration
de la vie dans les communes rurales (Nôson seikatsu kaizen chôsa iinkai
iSgëMè).
5 Elaborées entre le 19 et le 22 avril 1920, les six « Directives pour l'amélioration
de l'habitat » (Jùtaku kaizen hôshin) sont publiées, d'abord dans la revue Kenchiku zasshi
St^HfÊi (Architecture), octobre 1920, vol. 34, n°402, p. 67-69, puis en avril 1921, dans
le premier numéro de la revue Seikatsu kaizen. 136 AnneGOSSOT
années 1910. Le responsable du mobilier au sein du comité est l'ébéniste
Kogure Tadakazu ^fcftSi ~~( 1 88 1 - 1 943). En tant qu'ébéniste professionnel
et décorateur d'intérieur progressiste, mais probablement également du
fait de ses liens personnels avec Tanabe Junkichi et Kogure Joichi6, Moriya
Nobuo était directement concerné par l'action du comité. Du reste, la
question du « mobilier pour la chaise » était au cœur de son projet.
C'est la raison pour laquelle, outre la déclaration d'intention et le
règlement de la Fondation pour l'amélioration de la vie quotidienne,
publiés en 1920, nous avons choisi de présenter ici les textes fondateurs
sur la réforme du logement et du mobilier : Jùtaku kagu no kaizen {£^5
i?Ji<£>ii£# (L'amélioration du logement et de l'ameublement), publiés en
1924, par la Seikatsu kaizen dômeikai .^rSc&if [fï]S§^7.
Anne Gossot
Fig. 1
*' Moriya Nobuo travaille avec Tanabe Junkichi en tant que décorateur au sein de
l'entreprise de construction Shimizu-gumi rfl^RUi, entre juillet 1915 et septembre 1920,
date à laquelle il part en mission pour 30 mois en Europe. Il y accompagne Kogure Joichi,
qu'il côtoyait déjà au sein de la Ken.yôkai.
L'édition originale compte 201 pages, aussi n'en présentons-nous que des extraits. Choix de textes de la Réforme de la vie quotidienne dans les années 1 920 1 37
Vocation de la Fondation pour l'amélioration de la vie quotidienne
(Seikatsu kaizen dômeikai no honryô &fài3fcfllHlSH&0>>£fg)«
Sur le plan individuel comme collectif, nos vies appellent encore
nombre d'améliorations dans les domaines de la morale, de l'économie ou
encore de l'hygiène. Il est urgent que nous rénovions radicalement notre
mode de vie, et que nous en éliminions le superflu et les ornements inutiles,
et le rationalisions, afin d'améliorer l'efficience des activités nationales et
de contribuer ainsi à l'élargissement du destin de la nation.
Il est aujourd'hui évident que notre quotidien requière une réforme
sur quantité de points, aussi bien en matière d'habillement, de logement,
d'alimentation, que de relations sociales. Mais abolir les usages en vigueur
n'en reste pas moins une entreprise délicate. Aussi convient-il de s'intéresser
tout d'abord aux domaines les plus faciles à réformer, avant d'appliquer
aux questions plus complexes, tels l'habillement et le logement, les
mesures ainsi prises. Cependant, entreprendre de réformer des questions
d'une nécessité aussi pressante avec un nombre réduit de personnes, est
problématique et bien plus complexe qu'on ne l'imagine. La voie la plus
rapide de surmonter ces difficultés pourrait consister à regrouper et à faire
œuvrer en commun le plus grand nombre possible de volontés partageant
le projet d'améliorer le quotidien.
Tel est le point de vue qui a conduit à la constitution de la Fondation
pour l'amélioration de la vie quotidienne. Dans l'espoir que vous voudrez
bien lui accorder votre soutien.
Statuts de la Fondation pour l'amélioration de la vie
quotidienne
Art. 1
Le présent organe est intitulé « Fondation pour l'amélioration de la vie
quotidienne ».
Le siège de la fondation se situe à Tokyo. La fondation est dotée de
représentations en province.
Art. 2
La fondation a pour objet d'améliorer les usages quotidiens de ses
concitoyens, avec la collaboration des membres de son comité d'organisation.
8 Publié pour la première fois dans Seikatsu kaizen dômeikai rfc
Seikatsu kaizen iiïSBfcîl, n°l, avril 1921. 1 38 Anne GOSSOT
Art. 3
Pour atteindre ces objectifs, les membres de la fondation s'attacheront
à réformer l'habillement, le logement, l'alimentation, les relations et
protocoles sociaux, en commençant par les domaines où la réforme est la
plus aisée, à savoir :
• respecter les horaires et arriver à l'heure ;
• s'appliquer à ne pas se gêner mutuellement lors des visites, rencontres,
sollicitations diverses ;
• arrêter d'accompagner à la gare les gens autres que ses proches lors de
leur départ ;
• suspendre la pratique du don formel : étrennes, congratulations
d'hiver et d'été, cadeaux de Noël, cadeaux d'adieu, petits cadeaux lors des
visites, offrandes de mariage et de décès, etc.
Art. 4
Pour mettre en œuvre la réforme, la fondation se dotera d'organes
d'étude, organisera des manifestations du type des conférences et
expositions, et éditera diverses publications, dont des revues et ouvrages.
Art. 5
Les personnes souhaitant devenir membres de la fondation devront
envoyer leur nom et adresse au siège et recevront en échange le badge que
les membres sont tenus de porter habituellement.
Art. 6
Une fois par an se tient l'assemblée générale, lors de laquelle sont élus
les membres du conseil d'administration et est publié le rapport annuel
d'activités.
Art. 7
Le conseil d'administration se compose comme suit :
1. Un président
2. Des administrateurs
3. Des conseillers
4. Des secrétaires
Art. 8
Le président est nommé sur avis de l'assemblée générale. Les conseillers
sont pour moitié désignés par le président, pour moitié élus par les membres
de la fondation. Les administrateurs sont désignés par le président. La
durée du mandat est d'un an. de textes de la Réforme de la vie quotidienne dans les années 1 920 1 39 Choix
Art. 9
Le président dirige les activités de la fondation ; les administrateurs les
gèrent.
Art. 10
Le président consulte les conseillers pour les affaires importantes.
Art. 11
Les frais de fonctionnement de la fondation sont financés par les
cotisations des membres et les donations de bienfaiteurs.
Art. 12
Les membres titulaires doivent verser à l'entrée dans la fondation un
droit d'admission s'élevant à 50 sen.
Art. 13
Chaque membre associé doit s'acquitter d'une cotisation personnelle.
La cotisation s'élève à 20 yens, payables en une seule fois ou bien sur deux
ans.
Art. 14
Les représentations de la fondation en province suivent des modalités
distinctes.
Art. 15
Adresse temporaire du siège de la fondation :
Tokyo. Arrondissement de Hongo. Quartier de Ochanomizu. Musée
national de l'éducation (téléphone : koishikawa 2-1-2).
L'amélioration du logement et de l'ameublement {Jûtaku kagu
no kaizen {£êiC^3fc#)
Avertissement
Notre Fondation a été établie en janvier 1920. Dès ses débuts, elle a
chargé une équipe de spécialistes d'enquêter sur les moyens d'une réforme
de l'habillement et du logement en priorité, mais aussi en matière de
relations et rites sociaux, d'hôtellerie, d'alimentation, etc.
Au cours des quatre années passées, la majeure partie des efforts
fut consacrée à des études dont les résultats, publiés au fur et à mesure,
atteignent à ce jour un nombre considérable. Le présent recueil rassemble
ceux relatifs aux questions du logement et du mobilier. AnneGOSSOT 140
Pour élargir le destin de la nation et améliorer le bien-être de nos
concitoyens ainsi que l'efficience de leurs activités, il est aujourd'hui de
toute première urgence de restructurer et de rationaliser plus avant les
usages en vigueur en matière d'habillement, de logement, d'alimentation,
et de relations sociales.
Éveiller la conscience de nos concitoyens sur ces points, en clarifiant les
aspects qui nécessitent une amélioration, est une nécessité cruciale si l'on
veut accélérer la réalisation de la réforme.
Fournir des indications en ce sens est ce à quoi tend la publication du
présent ouvrage.
Dans la mesure où la réforme doit s'adapter de près à la situation
spécifique de chaque région du pays, les résultats des enquêtes susciteront
probablement un nombre non négligeable de modifications concernant les
modalités de mise en œuvre.
Que les personnes qui se réfèrent au présent ouvrage veuillent bien
nous accorder une indulgence particulière sur ce point, ces quelques mots
d'introduction, rédigés à l'heure de la parution, n'ayant d'autre propos que
d'éclairer les sources du projet.
Duc Itô Hirokuni
Président de la Fondation pour l'amélioration de la vie quotidienne
janvier 1924
Table des matières :
I. Directives pour l'amélioration du logement
II. L'amélioration de la composition et de l'équipement des logements
III.du plan et de la composition des logements
IV.du jardin
V. L'amélioration du mobilier
VI. La question du logement collectif
VII. La des cités-jardins et de l'habitat en zone résidentielle
périurbaine Choix de textes de la Réforme de la vie quotidienne dans les années 1 920 141
I. Les Directives pour l'amélioration du logement
(Jùtaku kaizen no hôshin
Membres du Comité d'étude sur l'amélioration du logement
(NB : classement selon l'ordre de Yi-ro-ha) :
Président du Comité d'étude sur l'amélioration du logement :
Dr. Sano Toshikata (génie civil)
Vice-Président du Comité d'étude sur l'amélioration du logement :
Tanabe Junkichi (directeur, Bureau d'architecture Nakamura & Tanabe)
Membres du Comité d'étude sur l'amélioration du logement :
Inoue Hideko (professeur des écoles, Nihon joshi daigakkô)
Dr. Ôkuma Yoshikuni (ingénieur, ministère du Trésor)
Ôe Sumiko (professeur des écoles, Tôkyô joshi kôtô shihangakkô)
Kasahara Toshirô (ingénieur, ministère des Affaires Intérieures)
Tago Kazutami (préfet de Mie)
Takahashi Riichirô (ingénieur, ministère de l'Éducation)
Dr. Tamura Tsuyoshi (conférencier d'université, Tôkyô teikoku daigaku)
Tanahashi Gentarô (directeur, Musée national de Tokyo)
Tsuda Saku (responsable, Bureau d'architecture domestique du Groupe
Mitsubishi)
Nakazawa Miyoko (professeur des écoles, Tôkyô furitsu daisan kôtô
jogakkô)
Noguchi Yasuoki (directeur, Société académique d'économie
domestique)
Norisugi Kaju (directeur, Service d'instruction sociale, ministère de
l'Education)
Maeda Shôin (professeur des écoles, Tôkyô kôtô kôgyô gakkô)
Fukuda Shigeyoshi (ingénieur, municipalité de Tokyo)
Kon Wajirô (professeur d'université, Waseda daigaku ; conférencier,
Tôkyô bijutsu gakkô)
Kogure Joichi (professeur des écoles, Tôkyô kôtô kôgei gakkô)
Sakurada Fumiko
Miwata Motomichi (directeur d'école, Miwata kôtô jogakkô)
9 lerc publication in Kenchiku zasshi, vol. 34, n°402, octobre 1920, p. 67-69.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents