Des énarques aux managers - article ; n°1 ; vol.86, pg 44-57

-

Documents
17 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Actes de la recherche en sciences sociales - Année 1991 - Volume 86 - Numéro 1 - Pages 44-57
die ENA-Absolventen die oberen Staatsbehörden dominiert, sich später dann innerhalb der Sozialistischen Partei, die seit der Unabhängigkeit an der Macht ist, politisch engagiert. Seit Anfang der 80er Jahre wird ihre dominante Stellung innerhalb des Macht-Feldes durch die «Manager» in Frage gestellt, d.h. Führungskräfte aus Wirtschaft und Technik, die bislang aber noch keine wirkliche politisch-administrative Macht haben. Zum Erreichen dieser Macht werden sich diese Manager sicherlich auf bestimmte Werte und Praktiken der traditionalen Eingeborenengesellschaft stützen - wie ihre Vorgänger, aber stärker an die «Geschäftswelt» angepaßt -, Werte und Praktiken wie die familiale oder ethnische Solidarität, die Anforderungen des «ehrenvollen Umgangs in Würde», den Rückgriff auf traditionelle und/oder religiöse Persönlichkeiten usw.
Desde los énarques* hasta los managers. La tercera generación de la elite político-administrativa senegalesa, constituida principalmente de ingenieros, de gerentes, de managers, esta en vías de dominar el campo del poder al perjuicio de los énarques que habían suplantado los maestros de enseñanza primaria, elite que se habia impuesto desde 1945-47 hasta 1962-63 a pesar de la política adoptada por la administration colonial francesa que tendia a impedir la promotion del personal autóctono. Con la restructuración del sistema de enseñanza y de formación a partir de 1955, los profesores perderán poco a poco esta posición privilegiada por no haber comprendido suficientemente temprano las mutaciones pendientes en la epoca. Hasta 1970, los énarques domi- naron las altas esferas del Estado antes de introducirse en la política al seno del partido socialista en el poder después de la independencia. A partir de los años 80, los managers que son esencialmente unos tecno-economistas aún desprovistos de un verdadero poder político-administrativo pondran en tela de juicio la posición dominante de los énarques en el campo del poder. Para adquirir este poder, estos managers no dejarán sin duda de apoyarse, como sus predecesores pero adaptándolos al mundo de los negocios, en algunos valores y prácticas de la sociedad tradicional indigena tal como la solidaridad familiar o étnica, las exigencias del comercio del honor y de la dignidad, la búsqueda del apoyo de personalidades tradicionales y/o religiosas. *Enarques : antiguos alumnos de la Escuela national de administration
From Enarques to Managers in Senegal. The third generation of the Senegalese political and administrative elite, largely made up of engineers and managers, is in the process of dominating the field of power, at the expense of the enarques who themselves ousted the primary teachers, the elite which held sway from 1945-47 until 1962-63, in spite of the policy pursued by the French colonial administration, aimed at preventing the advancement of native personnel. With the restructuring of the education and training System after 1955, teachers progressively lost this privileged position, having failed to understand sufficiently early the changes then under way. Until 1970, enarques dominated the highest levels of the State, before moving into politics within the Socialist par- ty, in power since independence. Since the 1980s, their dominant position has been challenged by the managers, who are essentially techno-economists who have not yet secured genuine politico-administrative power. To acquire this power, the managers are likely to make use, like their predecessors, of certain values and practices of traditional native society, while adapting them to the business world. These include family or ethnie solidarity, the demands of the commerce of honour and dignity, the search for the support of traditional or religious personalities, etc.
14 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1991
Nombre de visites sur la page 32
Langue Français
Signaler un problème

Monsieur Boubacar Niane
Des énarques aux managers
In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 86-87, mars 1991. pp. 44-57.
Citer ce document / Cite this document :
Niane Boubacar. Des énarques aux managers . In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 86-87, mars 1991. pp. 44-
57.
doi : 10.3406/arss.1991.2968
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1991_num_86_1_2968Zusammenfassung
Von den Absolventen der ENA zu Managern.
Die dritte Generation der politisch-administrativen Elite Senegals, die im wesentlichen aus Ingenieuren,
Verwaltungsfachleuten und Managern besteht, ist im Begriff, das Macht-Feld zu dominieren, auf Kosten
der ENA-Absolventen, die an die Stelle der Grundschullehrer traten, jener Elite, die trotz der Politik der
französischen Kolonialverwaltung - Verhinderung des Aufstiegs des autochtonen Personals - zwischen
1945-47 und 1962-63 zur dominanten Kraft wurde. Mit der Neustrukturierung des Bildungs - und
Ausbildungssystems und aufgrund der Tatsache, daß sie die damais sich vollziehenden Veränderungen
zu spät begriffen, verloren die Lehrer ab 1955 fortschreitend diese priviliegierte Position. Bis 1970
haben die ENA-Absolventen die oberen Staatsbehörden dominiert, sich später dann innerhalb der
Sozialistischen Partei, die seit der Unabhängigkeit an der Macht ist, politisch engagiert. Seit Anfang der
80er Jahre wird ihre dominante Stellung innerhalb des Macht-Feldes durch die «Manager» in Frage
gestellt, d.h. Führungskräfte aus Wirtschaft und Technik, die bislang aber noch keine wirkliche politisch-
administrative Macht haben. Zum Erreichen dieser Macht werden sich diese Manager sicherlich auf
bestimmte Werte und Praktiken der traditionalen Eingeborenengesellschaft stützen - wie ihre
Vorgänger, aber stärker an die «Geschäftswelt» angepaßt -, Werte und Praktiken wie die familiale oder
ethnische Solidarität, die Anforderungen des «ehrenvollen Umgangs in Würde», den Rückgriff auf
traditionelle und/oder religiöse Persönlichkeiten usw.
Résumé
Des énarques aux managers.
La troisième génération de l'élite politico-administrative sénégalaise, constituée pour l'essentiel
d'ingénieurs, de gestionnaires, de "managers", est en voie de dominer le champ du pouvoir au
détriment des énarques qui avaient supplanté les instituteurs, élite qui s'était imposée de 1945-47
jusqu'en 1962-63 malgré la politique suivie par l'administration coloniale française qui visait à empêcher
la promotion du personnel autochtone. Avec la restructuration du système d'enseignement et de
formation à partir de 1955, les enseignants perdront peu à peu cette position privilégiée faute d'avoir
compris suffisamment tôt les mutations en cours à l'époque. Les énarques, jusqu'en 1970, ont dominé
les hautes sphères de l'Etat avant de s'investir dans la politique au sein du parti socialiste au pouvoir
depuis l'indépendance. A partir des années 80, leur position dominante dans le champ du pouvoir sera
remise en question par les "managers" qui sont essentiellement des "techno-économistes" encore
dépourvus d'un véritable pouvoir politico-administratif. Pour acquérir ce pouvoir, ces managers ne
manqueront sans doute pas de s'appuyer, tout comme leurs prédécesseurs mais en les adaptant au
"monde des affaires", sur certaines valeurs et pratiques de la société traditionnelle indigène telles que la
solidarité familiale ou ethnique, les exigences du "commerce de l'honneur et de la dignité", la recherche
de l'appui de personnalités traditionnelles et/ou religieuses, etc.
Resumen
Desde los "énarques"* hasta los managers.
La tercera generación de la elite político-administrativa senegalesa, constituida principalmente de
ingenieros, de gerentes, de "managers", esta en vías de dominar el campo del poder al perjuicio de los
"énarques" que habían suplantado los maestros de enseñanza primaria, elite que se habia impuesto
desde 1945-47 hasta 1962-63 a pesar de la política adoptada por la administration colonial francesa
que tendia a impedir la promotion del personal autóctono. Con la restructuración del sistema de
enseñanza y de formación a partir de 1955, los profesores perderán poco a poco esta posición
privilegiada por no haber comprendido suficientemente temprano las mutaciones pendientes en la
epoca. Hasta 1970, los "énarques" domi- naron las altas esferas del Estado antes de introducirse en la
política al seno del partido socialista en el poder después de la independencia. A partir de los años 80,
los "managers" que son esencialmente unos "tecno-economistas" aún desprovistos de un verdadero
poder político-administrativo pondran en tela de juicio la posición dominante de los "énarques" en el
campo del poder. Para adquirir este poder, estos managers no dejarán sin duda de apoyarse, como
sus predecesores pero adaptándolos al "mundo de los negocios", en algunos valores y prácticas de la
sociedad tradicional indigena tal como la solidaridad familiar o étnica, las exigencias del "comercio del
honor y de la dignidad", la búsqueda del apoyo de personalidades tradicionales y/o religiosas.*Enarques : antiguos alumnos de la Escuela national de administration
Abstract
From Enarques to Managers in Senegal.
The third generation of the Senegalese political and administrative elite, largely made up of engineers
and "managers", is in the process of dominating the field of power, at the expense of the enarques who
themselves ousted the primary teachers, the elite which held sway from 1945-47 until 1962-63, in spite
of the policy pursued by the French colonial administration, aimed at preventing the advancement of
native personnel. With the restructuring of the education and training System after 1955, teachers
progressively lost this privileged position, having failed to understand sufficiently early the changes then
under way. Until 1970, enarques dominated the highest levels of the State, before moving into politics
within the Socialist par- ty, in power since independence. Since the 1980s, their dominant position has
been challenged by the "managers", who are essentially "techno-economists" who have not yet secured
genuine politico-administrative power. To acquire this power, the managers are likely to make use, like
their predecessors, of certain values and practices of traditional native society, while adapting them to
the "business world". These include family or ethnie solidarity, the demands of the "commerce of honour
and dignity", the search for the support of traditional or religious personalities, etc.:
Depuis l'indépendance en 1960, le Sé- Q)
C négal a connu plusieurs générations
1 j= (0 (de de dirigeants. 1945-47 à 1962-63), Après les les instituteurs enarques à
DES partir de 1963 (1), une troisième géné-
j— ration, celle des gestionnaires et ingé-
Q nieurs se constitue. Fortement liée au
(g champ économique (monde des af-
O faires) où elle occupe une position re- ENAROUES AUX 3 lativement dominée parce que n'étant
O pas "owner" mais plutôt "techno-éco-
O nomiste", cette nouvelle élite est en
voie de se substituer aux administra
teurs civils. Cependant à son propos se MANAGERS pose la question de savoir si elle pour
ra bouleverser les règles du champ po-
DE PROMOTION NOTES jusqu'ici, litico-administratif entre en s'appuyant autres, a SUR surtout au largement clientélisme fonctionné dirigeant LES sur politique, des grâce, qui, MECANISMES va
leurs et des pratiques de la société i
ndigène comme la solidarité familiale, d'anciens "contre-pouvoir" AU SENEGAL dirigeants et politico-administle "recyclage" sures", les contradictions internes du
le recours à P"appui" de personnalités système colonial français annoncées
religieuses et/ou traditionnelles ou si par l'arrivée au pouvoir du Front poratifs comme administrateurs de so
elle adaptera les règles de fonctionne pulaire, doublées par les effets des ciétés. ment du monde des affaires aux "ex mouvements de libération nationale
igences" de la société traditionnelle en Asie notamment, sans compter une Des instituteurs aux enarques sénégalais. concurrence d'une part entre foncLe pouvoir administratif dominant On peut se demander par ai tionnaires subalternes (instituteurs et qui, durant toute l'époque de la cololleurs si, l'hégémonie du pouvoir éco commis indigènes) et d'autre part ennisation du Sénégal, avait tendu à emnomique devenant de plus en plus tre Sénégalais et métropolitains dans pêcher l'ascension des autochtones, marquante, on ne risque pas d'assister les milieux scolaire et administratif, avait dû créer deux catégories d'auxià un renversement du rapport de force ont accéléré le processus de transfoliaires indigènes : la première (les insdans l'espace socio-politique en fa rmation du mouvement culturel en un tituteurs) dotée d'un niveau scolaire veur du pôle économique sans que ce puissant syndical puis porelativement élevé mais sans prestige dernier soit totalement autonome par litique. administratif ou social afin d'éviter rapport au champ politico-administ L'activité syndicale a été pour tout risque de remise en cause des coratif jusque-là omniprésent et domi les enseignants sénégalais de l'épolonisateurs ; la deuxième catégorie nant (2). que, par delà les revendications du (les autres fonctionnaires indigènes), corps, un moyen de se rapprocher des sans grandes connaissances scolaires autres travailleurs, de la population et mais bénéficiant de beaucoup de pres de s'imposer assez rapidement tige social. Permanences comme dirigeants politiques au détrLes habitudes inculquées, intéet changements iment des premiers hommes politiques riorisées depuis l'Ecole normale Wil
sénégalais, qui se recrutaient essenDepuis 1960, et même durant l'épo liam Ponty (ENWP), doublées d'une
tiellement parmi les métis, les comque coloniale, le champ politico-ad position dominée dans le corps des en
merçants ou les agents de ministratif a occupé une position seignants, n'ont pas permis aux maît
l'administration natifs de Saint-Louis dominante dans la gestion des affaires res sénégalais d'utiliser - jusque vers
(capitale du Sénégal pendant la colopubliques au Sénégal. Mais à partir 1940 - leur capital scolaire et intellec
nisation). L'activité politique de ces des années 80, des tendances au ren tuel acquis, maintenu et renforcé,
versement de cette position se dessi autochtones, citoyens français (3), pour contrer les mécanismes qui em
avait trait, pour l'essentiel, aux élecnent assez nettement. Le monde des pêchaient leur ascension. Consciem
tions municipales. Il ne s'agissait presaffaires, des entreprises, devient de ment ou non, les instituteurs indigènes
que jamais pour eux de contester la plus en plus hégémonique. Cette do se sont laissé enfermer dans la straté
domination française ou d'étendre mination peut se mesurer au moins à gie imposée par les administrateurs
l'activité politique dans les zones rupartir de trois indices : la part crois coloniaux. Ils sont restés une élite
rales du pays. Mieux, le principal partsante de gestionnaires et d'ingénieurs strictement intellectuelle qui, même
i d'avant 1945, dirigé par un avocat dans les hautes sphères de l'Etat, l'or- au plus profond du mouvement d'
ganisation du patronat comme émancipation des années 45 et 50
(qu'elle a largement dominé), a eu du 3-Sous l'administration coloniale, le Sénégal mal à se défaire d'une certaine ambi était divisé en communes (4), en Territoires l-Cf. B. Niane, Des instituteurs aux enarques valence, d'un double langage qui con d'administration directe (TAD) et en TerriL'Ecole normale William Ponty, l'Ecole nor toires de protection indirecte (TPI). Les indtestait l'autorité française tout en male supérieure et l'Ecole nationale d'administ igènes nés dans les communes (Saint-Louis, ration dans le processus de formation de la demandant beaucoup plus de biens Dakar, Gorée, Rufisque) bénéficiaient autclasse dirigeante au Sénégal, diplôme, Paris, symboliques français. omatiquement du statut de citoyens français. Ils EHESS, 1987. Cependant, ce mouvement cul étaient électeurs et éligibles et relevaient des
2-Ces deux interrogations font l'objet d'une r tribunaux français (sauf pour la succession, le turel connaîtra, surtout après 1945, mariage, la donation et le testament). Les auecherche en cours qui est un approfondissement des changements qualitatifs profonds tres Sénégalais étaient des "sujets français" qui de certaines thèses développées dans l'étude ci favorisés entre autres par un contexte tée plus haut. Le présent article fait le point sur ne bénéficiaient pas de ces privilèges, tout au
les premiers résultats de cette investigation. socio-politique changeant. Les moins jusqu'en 1945. Des enarques aux managers 45
professionnelle supposait pour le Liste des sigles utilisés
moins que l'on soit en mesure de faire BDS Bloc démocratique sénégalais un "choix éclairé" du type d'enseigneBOM Bureau organisation et méthode ment et d'établissement de formation. CAEM Centre africain d'études monétaires
De manière générale, les instituteurs CES Conseil économique et social
CESAG Centre africain d'études supérieures en gestion et les étudiants ont relativement tardé
CFPAde formation et de perfectionnement administratif à faire ce choix en ce qui concerne l'E
CND Club nation et développement cole nationale d'administration créée CNPS Conseil national du patronat sénégalais en 1960 (et qui deviendra quelques anENAM Ecole nationale d'administration et de magistrature nées plus tard l'Ecole nationale d'aENSnormale supérieure dministration et de magistrature ENWP Ecole William Ponty - ENAM). Les premiers restent dans ESGEIIIEOM Ecole Institut supérieure des hautes de études gestion d'Outre-Mer, des entreprises Paris (devenue le CESAG en 1986) leur corps d'origine et aspirent plutôt
à des promotions "internes" grâce à RDA Rassemblement démocratique africain
SFIO Section française de l'Internationale ouvrière l'élévation de leur niveau scolaire et
UDS Union démocratique sénégalaise universitaire. En cela ils continuaient
une "course poursuite" - avec les en
seignants métropolitains - qui n'était sénégalais, Lamine Guèye, est une "f vendiquer la position "acquise". Elle alors plus de mise. Quant aux étuiliale" de la SFIO (Section française de ne pouvait donc que s'accommoder de diants, ils ont tardé à entrer dans la l'Internationale ouvrière). Lamine cette situation de dominé-dominant "nouvelle course" c'est-à-dire à accéGuèye (fils de commerçant) prônait (des colonisés privilégiés du point de der à des écoles professionnelles telles une assimilation à outrance et reven vue administratif, social ou scolaire que l'ENAM qui garantissent une diquait pour les ressortissants des par rapport à leurs compatriotes), bonne carrière administrative. Ils se "Quatre communes" beaucoup plus de c'est-à-dire accepter des valeurs, des sont confortés - au début des années privilèges, les mêmes droits et devoirs règles étrangères et les biens symboli 60 - dans des positions de dénonciatque les Français de la Métropole. ques qu'elles confèrent. Elle était ion des dirigeants en place, accusés En plus de ceux qui se sont re comme contrainte d'accepter les rè de n'être que des "relais" de l'ancienne trouvés parmi les principaux anima gles d'un jeu tout en contestant ceux puissance coloniale. En somme instteurs de l'Union démocratique qui mènent le jeu. ituteurs et étudiants ont compris relsénégalaise (UDS), section à ten Ce paradoxe explique en ativement tard que la meilleure dance marxiste du Rassemblement grande partie pourquoi les ensei médiation pour leur maintien ou leur démocratique africain (RDA) créé en gnants qui avaient profité de la re entrée dans la nouvelle classe dir1946, ce sont des enseignants, notam structuration de l'administration pour igeante sénégalaise pouvait être l'ment Leopold Sédar Senghor (pre se hisser à une place privilégiée, n'ont ENAM (7). Par contre, les commis et mier président de la République) et bénéficié de cette position que tempor secrétaires d'administration ont vite Mamadou Dia (ancien élève de airement. A aucun moment ils n'ont compris et bien estimé le profit adminl'ENWP, premier chef du gouverne été les véritables meneurs du jeu. Et istratif et social d'une formation d'é- ment sénégalais après l'indépen les structures d'enseignement et de narque. dance), qui ont été les instigateurs formation mises en place à partir de En se référant à l'époque colod'une scission dans la SFIO (parti maj 1945 par le colonisateur leur feront niale, c'est comme si les sections "eoritaire) qui donnera naissance au perdre peu à peu mais sûrement leur nseignement" et "administration" de Bloc démocratique sénégalais (BDS) pouvoir relatif. En effet, avec la re l'ENWP (8) qui ont formé les preen 1949 (4). Cette organisation, su structuration du système scolaire, uni miers instituteurs et commis d'admirnommée le "parti des badolos" (les versitaire et de l'ensemble du système nistration sénégalais, avaient été pauvres et, par extension, le parti des de formation sénégalais après la s érigées en établissements supérieurs indigènes sujets français), est devenue econde guerre mondiale (6), les institu de formation professionnelle après très vite majoritaire et le restera, sous teurs seront largement déclassés tant l'indépendance. De ce fait, la concurdes noms différents, jusqu'à nos jours. comme élite intellectuelle que comme rence, la lutte entre les deux corps a Les enseignants ne conserve élite politico-administrative. Le corps été "reconduite" et poursuivie - par le ront pas pourtant cette position domi- des Administrateurs civils leur suc biais de l'Ecole normale supérieure nante acquise durant l'époque cédera, devenant ainsi la deuxième (ENS) et de l'ENAM - entre noucoloniale. D'origine non aristocrat génération de l'élite politico-administ veaux cadres de l'enseignement et adrative sénégalaise. ique (5) dans son écrasante majorité, ministrateurs civils. 'Jans cette course la nouvelle élite indigène que consti Avec le développement sco entre l'ENAM et P.7.NS, la première tuent les enseignants ne pouvait se r laire qui a suivi l'indépendance, on a s'est imposée comme école de la nouvéférer à une hiérarchie sociale observé non seulement une multipli elle élite en obtenant plus de légitimitraditionnelle, à des valeurs strict cation des filières d'enseignement, té universitaire grâce notamment à un ement autochtones pour justifier, re- mais aussi un accroissement des effect gonflement des programmes (9), un ifs, d'élèves et d'enseignants. Cepend accroissement du pourcentage d'é: ant, si des possibilités de formation 4-Mamadou Dia donne (in Mémoires d'un mi et de carrière existaient, force est de litant du Tiers-Monde, Paris, Ed. Publisud, constater que la demande était beau 7-Ce n'est qu'en 1963, trois ans après la créa1985) beaucoup de détails sur la lutte opposant, tion de l'école, que trois étudiants ont demancoup plus importante que la capacité communes" à l'intérieur et de anciens la SFIO, "sujets". citoyens Ces des derniers, "quatre dé leur admission à l'ENAM. Ils seront dix d'accueil des structures scolaires. Dès l'année suivante. Quant aux enseignants, ils dominés dans ce parti, créeront une organisa lors, une bonne trajectoire scolaire et sont passés de 14,8 % des candidats au tion dissidente plus tournée vers les paysans sé concours d'entrée avec la deuxième promotion négalais. de 1960 à 62,8 % en 1977 (cf. B. Niane, op. cit.). 5-Les membres de l'aristocratie au Sénégal 8-Ibid. sont constitués par les descendants des familles 6-L'Ecole normale William Ponty jusque-là
princières des royaumes traditionnels sénégal "centre nerveux de la société évoluée indigène", 9-En 1960, à défaut d'avoir un seul candidat-
ais. Pour l'essentiel, cesjeunes aristocrates fr selon le mot de Charles Beart, un des anciens étudiant, les autorités de l'école recrutent sur
directeurs de l'établissement, n'était plus l' titres, non sans difficultés, onze instituteurs baéquentaient "cadis" (juges les dans sections les tribunaux d'"interprètes" musulmans et de école prestigieuse où ont été formés les membres cheliers. Ceux-ci recevaient, dès la première ande la première élite coloniale. L'Institut des née de scolarité, un enseignement économique, pendant stages" de l'époque Saint-Louis coloniale) devenue de "Ecole P"Ecole des des fils hautes études (future université) de Dakar et juridique du niveau de la licence. Cela signifie de chefs" (cf. B. Niame, op. cit.). que des bacheliers "ingurgitaient" en un an un les lycées deviennent les filières privilégiées. :
46 tíoubacar Niane
lèves admis à partir du concours direct de l'école par le chef de l'Etat, le par Pour se maintenir comme élite
réservé aux étudiants diplômés de l' rainage des promotions par d'illustres administrative et, mieux, devenir une
université (10) sans compter le stage Sénégalais, sont quelques marques de élite politico-administrative, les enar
post-formation - jusqu'en 1974 - à distinction qui ont conféré à l'ENAM ques ont rejoint - surtout à partir de
l'Institut des hautes études d'Outre un prestige administratif et social plus 1970 - le parti au pouvoir et y ont r
important. mer (IHEOM) de Paris et dans des apidement occupé des positions privi
institutions administratives et finan Entre 1961 et 1984 l'ENAM a légiées.
cières françaises. Le rattachement de formé 900 hauts fonctionnaires dont
l'établissement aux services de la pré 430 administrateurs civils, 101 magist Les managers sidence de la République, la remise rats, 83 conseillers aux affaires étran La part de gestionnaires, d'ingénieurs, des diplômes aux nouveaux brevetés gères, 83 inspecteurs des impôts et de "capitaines d'entreprises" ne cesse domaines, 79 du Trésor, de croître dans les institutions dir78 inspecteurs des douanes, 37 inspec igeantes que sont le gouvernement, programme prévu pour trois ans. De même, la teurs du travail, 9 inspecteurs de la co l'Assemblée nationale, la direction réforme en 1974 des programmes et des filières opération. Si les administrateurs de formation à l'ENAM procédait aussi de cette des sociétés parapubliques (11). A ce civils, en tant qu'"ingénieurs de l'admivolonté de dispenser un enseignement de haut propos, l'exemple des différents gouniveau (introduction de disciplines comme le nistration", ont pu occuper la majorité vernements qui se sont succédé depuis management, le marketing, l'informatique, la des postes de responsabilité au niveau l'indépendance est révélateur. Le trentabilité des projets). de l'Etat, leur Amicale les y a certa ableau 1 indique en effet que les ingé10-La part d'universitaires dans les promotions inement beaucoup aidés. Créée en nieurs, conseillers en organisation et de l'ENAM a varié de la manière suivante 0 % 1970, elle est l'une, sinon la plus ien I960, 1961, 1962, 35,3 % en 1968, 50 % en gestion, absents dans les gouvernenfluente, des Amicales des grands 1970, 72,7 % en 1971, 65,7 % en 1975, 72,6 % en ments jusqu'en 1971 pour les premiers 1978. corps de l'Etat. et 1980 pour les seconds, occupent
une place de plus en plus prépondér
ante dans cette institution. Pendant le
même temps, le pourcentage d'adminTableau 1
istrateurs civils (avec une pointe de Composition du gouvernement selon la profession 50 % des effectifs en 1971) baisse ré
eaux gulièrement. ire, a 0 Même s'ils ne sont pas à pro3 jU §'-5 prement parler des chefs d'entrep.S vu X) .5 <u rises, les membres de cette nouvelle ex vu C 3 &g m 3 a. vTÎ VU s-* *n fraction de l'élite ont suivi une format> g- ro s .22 3 'g 3 .22 r-T O <u i-T 0 O ion de manager, de gestionnaire, d'i3 Si .S o .22 .S O o m <U o >- c. c 0 ■■$ "S C3 22 0 c fa 00 0 '5 3 ¿ ngénieur. Sous ce rapport, il est ca £ 3 tU (\j £> il c '5 'S er « tu \-t e "3 vu x: "° h date de O "C c révélateur que des diplômés de l'E2 p to 2 0 |& "3 c r~* 3 ra 11 re o c <u C 85 X) D £.2, formation cole nationale d'administration et de
magistrature (ENAM) postulent une 7.9.60 - - - - 6,2 (n = 16) 18,8 18,8 12,5 31,3 6,2 6,2 100 nouvelle formation à l'Ecole supé
12.11.62 rieure de gestion des entreprises - - - - (n = 18) 16,7 22,3 11,1 11,1 27,8 5,5 5,5 100 (ESGE) - créée en 1981 et devenue 19.12.62 Centre africain d'études supérieures - - - - - (n = 18) 16,7 22,3 11,1 16,7 27,8 5,5 100 en gestion (CESAG) en 1986-87 - ou 6.3.68 suivent des séminaires organisés soit - - - - (n = 18) 11,1 11,1 27,8 16,7 16,7 11,1 5,5 100 par le Centre africain d'études monét28.2.70 aires (CAEM), soit par le Bureau o- - - (n = 17) 11,7 11,7 35,3 5,9 11,7 5,9 11,7 5,9 100
rganisation et méthode (BOM) 10.4.71 - - - - (n = 18) 5,5 11,1 50,0 5,5 11,1 5,5 11,1 100 fortement dominé par des fonction
16.2.74 naires formés essentiellement aux - - - - 5,5 38,9 (n = 18) 5,5 11,1 16,7 11,1 11,1 100 USA en management et en "enginee-
23.2.77 ring" (12). - - - 11,1 5,5 33,4 5,5 22,3 5,5 11,1 5,5 100 (n = 18) Depuis 1986, les patrons séné2.1.80 galais se sont regroupés au sein du - - - 11,5 3,8 38,4 3,8 7,7 3,8 23,0 7,7 100 (n = 26) Conseil national du patronat sénégal2.1.81 - - ais (CNPS). De plus en plus, ils 6,7 3,3 46,7 3,3 3,3 3,3 23,3 3,3 6,7 100 (n = 30)
3.4.83 constituent une sorte de contre-pouv- - 10,0 3,3 33,3 3,3 16,7 16,7 6,7 3,3 6,7 100 oir infléchissant d'une certaine ma(n 4.1.53 À I = OC 30)
nière la politique définie par les - (n = 28) 7,2 3,5 28,6 3,5 17,9 17,9 7,1 7,1 7,1 100 pouvoirs publics. Par exemple, les r5.4.88 ecommandations de la cellule tripartite - - (n = 31) 3,2 19,4 3,2 16,1 19,4 22,6 3,2 6,4 6,4 100 (Etat-syndicat-patronat) de concerta-
Sources-Répertoire permanent du gouvernement sénégalais, Dakar, 1982 ; Le soleil.
d'Etat" de déLe gouvernement du 19.12.62 est le premier après la "tentative de coup 11-11 y a une dizaine d'années, ces sociétés pacembre 62 qui a abouti d'une part à l'éviction et à l'emprisonnement du président du rapubliques étaient dirigées - plutôt mal - par conseil du gouvernement, Mamadou Dia, et d'autre part à l'instauration d'un "régime des administrateurs civils. Ceci est l'une des raprésidentiel". Auparavant, il y avait un "bicéphalisme" (cf. B. Niane, Des instituteurs aux isons avancées officiellement pour justifier la enarques, op. cit.). C'est à partir du 28.2.70 qu'un poste de premier ministre a été créé. création de l'Ecole supérieure de gestion des Cette date ouvre la période d'une "déconcentration" et d'une "décentralisation" des pou entreprises.
voirs publics. En 1981, Leopold Sédar Senghor, premier président de la République du 12-Le dépouillement des candidatures (1981 et Sénégal, démissionne et est remplacé par son ministre, Abdou Diouf, actuel 1982) au diplôme de l'ESGE montre que les ichef de l'Etat. Après la grève générale de mai 1968 et dans le cadre de la politique de ngénieurs représentent 32,6 % et 20 % des can
"participation responsable", un certain nombre de postes ministériels (deux) sont réser didats et les enarques 6,5 % puis 13,3 %. Selon
des informations recueillies à l'ESGE et à vérivés à la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal (CNTS) affiliée au parti au fier avec la suite du dépouillement, ces pourpouvoir. Il en est de même au niveau du bureau de l'Assemblée nationale et de la direc centages croissent assez régulièrement. tion du parti dominant. ;
Des enarques aux managers 47
tion ne sont pas toujours appliquées Tableau 2
ou sont sensiblement réaménagées Profession des membres du
par le CNPS surtout en matière d'aug Conseil économique et social "choisis
mentation de salaires, de recrutement pour leur compétence"
ou de licenciement. Les hommes d'af
faires se retrouvent plus nombreux à
l'Assemblée nationale : 12,5 % pour la
législature 1988-93, contre 8 % en
ivc 1983, 6 % en 1974 et 6,2 % en 1968. De <ù T3 " "^ g tot; 8! ^"£ c même, le patronat est davantage r c c: tj année S.S. ^ "o ra -a Je o eprésenté au Conseil économique et . . 1964 3 4 1 1 9 social (CES). Hormis la représentat 1967 1 2 3 1 1 1 9 ion réglementaire (1/3 attribué aux 1968 1 2 2 3 1 9
. chefs d'entreprises, 1/3 aux représent 1970 2 3 2 2 9 1972 1 3 2 1 1 9 ants des employés), l'analyse du 1/3 . 1976 2 5 1 1 dévolu à des "personnalités choisies 9 _ 1988 1 1 6 1 9 par le président de la République
pour leurs compétences" montre une Source-Journal officiel de la République du Sénégal.
présence renforcée des dirigeants et
administrateurs de sociétés (ta
bleau 2). ambassadeurs. Les diplomates de car seph Mathiam, proche collaborateur
Les difficultés économiques rière formés à l'ENAM remettront en du président Senghor et président du
que connaît le Sénégal depuis les an Club nation et développement (CND) cause d'une certaine manière cette nées 70 (13) ont largement contribué pratique. Ces anciens dominants, qui à l'époque, n'était pas le seul (17) à af
firmer : "Ceux que le Club a l'ambition disposent encore d'un fort réseau de "exigences" à une plus grande des prise hommes en compte d'afdes
de réunir, n'ont rien à voir avec 'les inrelations tant à l'intérieur du pays qu'à
faires (14). Cette montée des hommes tellectuels' sur le piloti, sans attache l'étranger, occupent dorénavant des d'affaires s'explique aussi par la fa avec le peuple. Non plus qu'avec ces positions privilégiées dans des sociéiblesse relative du capital économique tés : président de Conseils d'administ satellites incapables de s'affranchir
et financier de l'élite politico-administ d'une orbite étrangère" (18). Actuelration, administrateur, etc. A la suite rative des première et deuxième gé du dernier remaniement ministériel lement, le président de la République,
nérations. Celle-ci, détentrice du Abdou Diouf, aime à répéter : "L'opsurvenu en avril 1988, sur onze minispouvoir administratif qui reste domin position a son mot à dire... Qui peut se tres ayant quitté le gouvernement, ant, a cependant besoin, pour entre vanter (y compris les dominants) d'aquatre ont été nommés présidents de tenir son réseau social ou plus Conseils d'administration d'import voir le monopole de la vérité, du paexactement sa "clientèle" politique, de triotisme ?" (19). antes sociétés parapubliques et un à moyens financiers assez importants. la Banque mondiale. Auparavant, en La presse indépendante a laAutrement dit, pour faire face aux ex rgement contribué à cette mutation. En 1983 par exemple, plusieurs ex-ministigences d'une sorte de "potlach" qu'im- effet, en plus des organes des partis, il res sont devenus des consultants ipose la société traditionnelle y a un accroissement très sensible des nternationaux ou experts de banques indigène, elle est obligée de se lier aux hebdomadaires et mensuels indépendinternationales. Les hommes qu'ils détenteurs du pouvoir économique et ants : Le politicien, Le cafard libéré, ont aidés à gravir la hiérarchie politdu même coup peut se trouver en po journaux satiriques, Sud hebdo, Le deico-administrative et qui sont encore sition dominée, surtout quand les voir, Carrefour, Wal Fadjiri, etc. La dans les instances dirigeantes, restent hommes d'affaires, dans une stratégie des sortes d"' obligés" pour eux. plupart de ces journaux sont animés
de contrôle du champ du pouvoir, s'i par des journalistes qui ont eu à tranvestissent dans la politique où la réus vailler dans les médias d'Etat comme site reste largement déterminée par l'Agence de presse sénégalaise ou le
les possibilités financières. quotidien national pro-gouvernemen- L'ouverture restructurante Beaucoup d'anciens "ba tal, Le soleil. Ces publications qui par- rons" (15) du parti dominant qui ont Parallèlement ou à cause de ce retou ticipent au débat politique ont
quitté le devant de la scène politique rnement s'opérant en faveur du pôle largement remis en cause le quasi- économique, on observe une restrucse retrouvent administrateurs de so monopole des organes officiels d'inturation du champ politique lui- ciétés. Jusqu'à la fin des années 70, les formation. Autrement dit, la lutte au même. Non seulement le parti au anciens ministres et hauts responsa niveau du champ journalistique a eu bles "limogés" se voyaient nommer pouvoir depuis l'indépendance n'y oc des effets plus larges en contribuant à cupe plus une position de quasi- l'expression légitime du point de vue monopole (16), mais il connaît des de l'opposition politique et, ce faisant, mutations internes. L'opposition est 13-Cf. Programme de restructuration écono en participant à une sorte de "discrédmique et financière 1981-1985 puis Programme devenue une réalité tangible avec la it" du discours dominant (20). d'ajustement structurel 1985-1992. quelle le parti socialiste doit compter.
14-A l'issue de la dernière assemblée générale L'appréciation des opposants par les
de l'Amicale des administrateurs civils tenue le dominants a notablement évolué. De 17-Cf. notamment, Le Président Senghor dé21 janvier 1989, le PDG des Industries chimi la dénonciation systématique, on est nonce les apatrides au service de l'étranger, Le ques du Sénégal, une des plus grandes en passé à la reconnaissance de jure mais moniteur africain, 363, 12, sept. 1968. treprises du Sénégal, a été élu président
en remplacement de l'ancien directeur de surtout de facto. Dans les années 60, 18-J. Mathiam, Un club pour quoi faire ?, Dakl'ENAM. Ce dernier, instituteur puis adminis l'opposant était synonyme d'"apa- ar, s.d. (post 1969). trateur civil, était plutôt un "spécialiste de l'a tride", de "satellite de l'étranger". Jo- dministration générale" tandis que le nouveau 19-Cf. Discours radiotélévisés du président de
la République des 21.1.1984 et 17.5.1988. président, diplômé en sciences économiques, a
toujours servi dans des institutions économi 20-En outre, il faut noter la constitution et le ques avant de devenir PDG. 16-Avant 1974, un seul parti existait officiell développement d'un pôle intellectuel qui inement. Avec "l'ouverture démocratique" de 15-Nom donné aux membres de la première gé fluence le jeu politique grâce notamment à des
nération de dirigeants du parti socialiste restés 1974, trois autres partis d'opposition seront re ouvrages, des colloques. Par exemple le Symposconnus. En 1981, intégrale" les por ium sur les réformes constitutionnelles au Séaprès le départ de Leopold Sédar Senghor en négal à la Faculté de droit de Dakar en 1982 le 1981. tera à 17. 48 Boubacar Niane
appelle "les hommes de Collin" occuUn nouveau pôle d'excellence rigeant du parti dominant (22). Cette
Même si les gestionnaires et ingé lutte entre les administrateurs civils et pent de plus en plus des postes straté
le pôle gestionnaire est en réalité celle giques (25). Ainsi Jean Collin cumule nieurs sont devenus plus nombreux
qui oppose "barons" et jeunes recrues ou tente de cumuler - par "obligés" indans les instances dirigeantes de l'E
politiques. En somme, les gestion terposés - les acquis des administratat et du parti au pouvoir, on ne peut
naires et ingénieurs devront, pour dedire qu'ils sont dominants. Certes, ils teurs civils et les potentialités
venir véritablement dominants par disposent d'un capital universitaire politico-administratives que repré
rapport aux administrateurs civils, beaucoup plus élevé que les adminis sente la nouvelle élite montante.
transformer leur pouvoir de conceptrateurs civils, mais ifs n'ont pas en Les membres de cette nouvelle
teur en un pouvoir réellement politcore acquis un capital spécifique élite se recrutent, dans une large me-
ico-administratif et social. administratif et politique, sans comp
ter que leur base sociale est peu im Mais d'ores et déjà, les
portante (21). S'ils sont présents dans contours d'un nouveau "pôle d'excel Tableau 3 lence" se dessinent nettement autour les instances dirigeantes du parti do Fonctions minant, ils y occupent plutôt des posi de Jean Collin, administrateur civil, de actuelles tions peu élevées. Ils se rencontrent souche française. Dans une sorte de
des diplômés surtout au niveau du Comité central et lutte pour le maintien des enarques
aux positions dominantes, ce dernier du Groupe d'études et de recherches O (S O f\| o es l'ESGE* 1" 1 I' (GER). Le tableau 3 indique aussi occupe une position privilégiée (23). SU G. S C.v5 cLw Ministre d'Etat (le seul dans l'actuel qu'ils ont une position relativement administrateur dominée dans les organes administrati gouvernement), secrétaire général de dir. société privée 13,6 4,5 4,8 fs. Par ailleurs, en comparant les t la présidence de la République, il est cadre supérieur ableaux 1 et 4, on constate que les de fait le deuxième personnage de l'E société privée 9,1 13,6 13,6 tat (24). Ceux que le Sénégalais moyen administrateurs civils, bien que deve cadre organ. nus moins nombreux dans le gouver international 9,1 18,2 19,0
nement, sont restés très présents au membre
niveau du Bureau politique, organe di- cabinet ministériel 9,1 13,6 9,5 22-En 1976, l'Union progressiste sénégalaise chef service (UPS) est rebaptisée Parti socialiste (PS). L'an central ministère 13,6 9,1 23,8 cien bureau politique devient Comité central et débat sur "quelle démocratie pour le Sénégal ?" cadre le Secrétariat politique, Bureau politique. organisé par les éditions Sankoré de Dakar en Quand nous parlons de Bureau politique, il s'a administr. centrale 4,5 22,7 19,0 1984 ; M. Fall, L'Etat d'Abdou Diouf ou le git du politique. administrateur, dir. temps des incertitudes, Paris, Harmattan, - - société parapublique 9,1 23-En plus d'une expérience administrative i1986; le débat sur la crise des institutions répu cadre supérieur ndéniable accumulée depuis l'époque coloniale, blicaines au Sénégal dans Le soleil et Sud heb- il dispose d'un capital social important. D'une société 27,3 18,2 4,8 do à partir de l'article du professeur de droit, part, il a été marié à la soeur de l'ancien présiKader Boye, paru dans ce dernier titre, le 27 oc *A ces diplômés on peut ajouter les titudent de la République, Leopold Sédar Senghor, tobre 1988. laires du certificat de gestion (un an de foet d'autre part il a noué une forte relation avec 21-Dans la suite du texte, nous emploierons le président actuel. Cette amitié remonte à 1962 rmation) et ceux qui suivent des sessions d'Etat" (d"compétence politique" pour désigner ce capi et fait suite à la "tentative de coup spécifiques de quelques semaines (par tal universitaire élevé, cette potentialité polit écembre 1962) qui a abouti à l'éviction du chef exemple les techniques de vente, le marketique dont peuvent disposer ces ingénieurs et du gouvernement de l'époque, Mamadou Dia, ing, la création, le suivi et l'évaluation de et au renforcement des pouvoirs de Senghor. A technocrates nouvellement venus au parti so projets, etc.). Beaucoup d'agents qui n'ont cialiste et "capital sociopolitique" pour désigner l'époque, Abdou Diouf était gouverneur de ré pas la possibilité d'effectuer un stage de le réseau de relations sociales acquis qui se tra gion et Jean Collin membre du cabinet prés deux ans (pour le diplôme supérieur de duit par un pouvoir dans le parti et une i identiel. Lors de la dernière campagne gestion des entreprises) suivent ces formatnfluence certaine dans la société indigène électorale de février 1988, Diouf a publique
traditionnelle. ment reconnu qu'il devait beaucoup a Collin. ions.
nistra: naire, trcpri sup strate itairc 0 '-5 3 ur i. 38 profess commi; d'admii admini: et médcci techi univers magistr C represe 3 a affilié instituí n ingénie avocat gestion en autres corps lycée total chef civil et
Tableau 4 3e congrès fév. 62 - - - Evolution de la composition (n = 25) 28,0 36,0 4,0 12,0 8,0 8,0 4,0 100
4e congrès oct. 63 du Bureau politique du PS - - - 4,0 (n = 25) 20,0 28,0 20,0 12,0 4,0 4,0 8,0 100 selon la profession 5e congrès janv. 66
- - 10,0 - (n = 30) 23,3 3,3 16,7 3,3 20,0 16,7 6,7 100
6e congrès janv. 68
- 6,7 - - (n = 30) 26,7 3,3 13,3 3,3 10,0 13,3 16,7 6,7
7e congrès déc. 69 - - - 8,7 (n = 23) 8,7 26,1 13,0 13,0 8,7 17,4 4,3 100
8e congrès déc. 72 - (n = 28) - 7,1 7,1 32,1 10,7 10,7 7,1 14,3 7,1 3,6 100
congrès extra, déc. 76
- 6,2 (n = 32) 6,2 31,3 9,4 3,2 9,4 9,4 6,2 6,2 100 12,5
9e congrès déc. 77
- 3,1 (n = 32) 6,2 31,3 12,5 6,2 9,4 9,4 12,5 6,2 3,1 100
congrès extra, janv. 81
- 3,4 (n = 29) 6,9 34,4 13,8 3,4 3,4 6,9 13,8 6,9 6,9 100
10e congrès déc. 82
- 6,2 (n = 32) 9,4 34,3 12,5 6,2 6,2 6,2 6,2 6,23 6,2 100
congrès extra, janv. 84
- - (n = 25) 44,0 8,0 12,0 8,0 4,0 4,0 4,0 12,0 4,0 100
Sources-Comptes rendus des congrès de l'UPS et du PS, in Paris-Dakar et Le soleil. :
Des enarques aux managers 49
tir de 1968, beaucoup d'universitaires
anciennement "contestataires" ont afJean Collin : une carrière exemplaire flué vers le parti socialiste (27). Ce se
ra ensuite le tour des gestionnaires,
des ingénieurs après l'appel au "surNé le 19 septembre 1924 à Paris ; lycée crétaire général de la présidence de la Ré
saut national" et au "consensus natioLouis-le-Grand de Paris ; licence en droit publique avec rang et appellation de
à Paris ; diplôme de l'Ecole nationale de ministre d'Etat depuis janvier 1981, cu- nal" lancé par Abdou Diouf à partir de
la France d'Outre-Mer de Paris (format mulativement secrétaire permanent du 1981. "ouvertures" Entre autres seront conséquences, à l'origine de l'ces ion d'administrateurs civils pour les co Conseil supérieur de la Défense nationale
lonies) ; diplôme de l'Ecole nationale des à la présidence de la République depuis éviction de caciques (28) et de leur langues orientales de Paris. avril 1981. remplacement par des jeunes à fort Carrière administrative Fonctions politiques capital universitaire mais ne disposant Secrétaire du haut-commissaire au Ca Maire de Joal-Fadiouth (1968-1972) ; se pas encore d'une large base politique meroun (1946-1947) ; chef du Service de crétaire à l'organisation au Bureau poli (cf. tableau 5). l'information et directeur de Radio-Da tique de l'Union progressiste sénégalaise Cette lutte entre "rénovateurs" kar (1948) ; chargé de mission auprès du (UPS) devenue Parti socialiste (1972- et "barons" a connu son point culmiministre de la France d'Outre-Mer (1949- 1981) ; député à l'Assemblée nationale
1950) ; en poste au Cameroun (1951- (janvier 1973-mars 1978) ; président du nant avec le congrès extraordinaire du
1956) ; directeur de cabinet du conseil municipal de Thiès (1972-1984) ; PS dit de "rénovation et d'ouverture"
vice-président, puis du président du secrétaire du Bureau politique, président en mars 1989. A défaut d'une hégémonConseil du Sénégal, Mamadou Dia (1957- de la Commission des conflits du PS ie consécutive à une confrontation 1958) ; gouverneur de la région de Dakar (1984-1989) ; 2e personnalité du PS à l'i directe dans les hautes sphères dir(mars-décembre 1960 et janvier-mars ssue du congrès extraordinaire de mars igeantes, les postulants à la domination 1963) ; secrétaire général du gouverne 1989. déplacent l'instance de consécration ment puis de la prési et de légitimation politiques (29). La dence de la République (mai 1963-février *Cet article était déjà rédigé lorsque, le 2
stratégie adoptée par eux devient la 1964) ; ministre des Finances et des af avril 1990, à la suite d'un remaniement mi
faires économiques (février 1964-avril nistériel, Jean Collin quitta le gouverne
1971) ; ministre de l'Intérieur (avril ment. Quelques jours plus tard, il
1971-1975) ; ministre d'Etat chargé de démissionna de son poste de membre du 27-Cf. B. Niane, op. cit.
l'Intérieur (avril 1975-janvier 1981) ; Bureau exécutif du Parti socialiste. 28-Après le 10e congrès (décembre 1982) du
PS, il y avait 17 "barons" sur les 32 membres du
bureau politique ; au congrès extraordinaire de
janvier 1984, le rapport sera de 7 pour 25 memb
res et après mars 1989 (Congrès extraordi
naire) de 3 pour 11 (compte non tenu de Diouf sure, non pas proportionnellement au cette fraction en voie de devenir domi et de Collin).
pouvoir politico-administratif détenu, nante peut conformer l'esprit de fa 29-Les instances nationales dirigeantes n'ont mais plutôt selon leur potentialité mille aux exigences ("l'homme qu'il pas été renouvelées à l'issue de ce congrès exc'est-à-dire leur compétence politique traordinaire. La formule' d'un bureau exécutif faut à la place qu'il faut") du monde
de 11 membres (trois administrateurs civils, et techno-administrative ou bien sur la des affaires (26). deux universitaires, un ingénieur, un inspecteur base d'alliances matrimoniales. Dès Au plan interne, le parti domi des impôts et domaines, un commis d'administlors, on peut valablement envisager nant a connu un renouvellement de ration, trois représentants d'organisations af
que ce mode de recrutement entraîne son personnel dirigeant. Après l'appel filiées au PS) en dehors du secrétaire général,
président de la République, a été retenue. Ce la rupture des "équilibres" obtenus à la "participation responsable" à par- bureau est notamment chargé de la préparation grâce au "micro-dosage ethnique et d'un congrès en 1990, après une campagne narégional" jusque-là de mise et qui veut tionale d'adhésions et un renouvellement des
que toutes les régions soient représent 26-11 faut observer que la plupart des hommes instances dirigeantes. Seuls ceux qui auront été "choisis" par les militants de la base seront efd'affaires sénégalais sont liés à des capitaux ées dans les institutions politiques et étrangers. fectivement dans les instances nationales. étatiques mais tolère (encourage
même) qu'un ministre ou un haut
responsable administratif recrute une
bonne partie de ses collaborateurs
parmi des membres de son ethnie. Ce «1 S 8 pendant ces "promus" ne remettront
certainement pas en cause le principe 3e congrès fév. 62 Tableau 5 de la solidarité familiale qui reste per (n = 25) 36,0 40,0 24,0 100 Evolution du niveau tinent dans l'acquisition d'une cer 4e congrès oct. 63 d'études des membres du taine aura sociale. En d'autres termes, (n = 25) 24,0 40,0 36,0 100
Bureau politique du PS 5e congrès janv. 66
16,7 36,7 46,6 (n = 30) 100
6e congrès janv. 68 24-Jean Collin est devenu le deuxième person (n = 30) 20,0 36,7 43,3 100 nage du Parti socialiste après le "congrès extra 7e congrès déc. 69 ordinaire de rénovation et d'ouverture" de mars
13,0 26,1 60,9 100 1989. Il l'a été au détriment de l'ancien prési (n = 23)
dent de l'Assemblée nationale, Daouda Sow, 8e congrès déc. 72 contraint à la démission (en décembre 1988) à 10,7 35,7 53,6 100 (n=28) la suite d'une pétition signée par la quasi-total congrès extra, déc. 76 ité des députés du parti au pouvoir. Iba Der 65,7 (n = 32) 6,2 28,1 100 Thiam, ancien ministre de 1 Education, dans 9e congrès déc. 77 une interview à Sud hebdo du 1er décembre 6,2 25,0 68,8 100 1988, confirme d'une certaine manière que le (n-=32) ministre d'Etat, secrétaire général de la prési congrès extra, janv. 81
dence, est bien au-dessus de tous les ministres (n = 29) 6,9 27,6 65,5 100 quand il affirme "Qui a fermé l'Université sans 10e congrès déc. 82 consulter le ministre de l'Enseignement supér (n = 32) 6,2 34,4 59,4 100 ieur... ?". congrès extra, janv. 84
25-Selon certaines confidences, tous les minis (n = 25) 44,0 56,0 100 tres qui ne "s'entendent pas" avec le secrétaire Sources-Comptes rendus des congrès de général de la présidence ont été démis de leurs
l'UPS et du PS, in Dakar-Matin puis Le Soleil. fonctions. ■
50 Boubacar Niane
Le développement des comités
de soutien au président Abdou Diouf
•S
«r-
Illustration non autorisée à la diffusion Os
.!'■■