Famille, je vous aide
4 pages
Français

Famille, je vous aide

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
4 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La solidarité familiale s'exprime dans un registre très large. Cela va du soutien scolaire au prêt d'argent en passant par le soutien moral ou le jardinage. Qu'elle soit morale ou matérielle, trois personnes sur quatre affirment avoir apporté leur aide à un membre de leur famille ne vivant pas avec elles. Cette aide va principalement à la famille proche et surtout aux parents, frères, soeurs, enfants avec lesquels on a vécu. Les ménages aisés ainsi que les femmes soutiennent plus fréquemment leurs proches, et les services qu'ils rendent sont plus variés.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 49
Langue Français

Exrait

N° 631 FÉVRIER 1999
Prix : 15 F (2,29 $)
Famille, je vous aide
Emmanuelle Crenner, Division conditions de vie des ménages, Insee
On aide surtout ceuxa solidarité familiale s’exprime
avec qui on a vécudans un registre très large. Cela vaLdu soutien scolaire au prêt d’argentL’entraide parents/enfants semble plutôt
équitable : 68 % des individus ont aidé auen passant par le soutien moral ou le
moins une fois leurs parents et 66 % leurs
jardinage. enfants après qu’ils ont quitté le foyer. Les
Qu’elle soit morale ou matérielle, trois frères et sœurs arrivent un peu plus loin
avec 47 % (tableau 1). Cependant, les aidespersonnes sur quatre affirment avoir
aux parents sont plus variées que celles
apporté leur aide à un membre de leur destinées aux enfants.
famille ne vivant pas avec elles. Cette aide La solidarité familiale dépasse donc diffici
lement le cadre de la famille restreinte etva principalement à la famille proche et
des personnes avec lesquelles on a, le plus
surtout aux parents, frères, sœurs, enfantssouvent, vécu : d’abord les parents et les
avec lesquels on a vécu. frères et sœurs et plus tard les enfants. La
vie commune crée des liens affectifs suffi Les ménages aisés ainsi que les femmes
samment forts pour qu’en cas de nécessité
soutiennent plus fréquemment leurs on se tourne de préférence vers ceux qui
proches, et les services qu’ils rendent l’ont partagée. Mais vivre ensemble dans un
même logement implique aussi des règlessont plus variés.
de fonctionnement (répartition des tâches
domestiques par exemple) qui donnent aux
Entre octobre 1996 et octobre 1997, près de membres de la famille nucléaire des habi
trois personnes sur quatre ont aidé morale tudes d’entraide et attribuent un rôle à chacun.
ment ou matériellement, au moins une fois, Ces habitudes semblent se maintenir au-
un membre de leur famille ne vivant pas delà de la décohabitation.
sous le même toit qu’elles. Les aides maté Cependant, on ne rend pas les mêmes ser
rielles sont principalement celles qui néces vices à tout le monde, entre autres parce
sitent un certain engagement ou un que les membres de la famille ont des de
minimum de disponibilité comme par exem mandes différentes (tableau 2). Les enfants,
ple, effectuer une tâche quotidienne à la
place d’un des membres de la famille : les
Aides apportées à un membre decourses (41 %), le ménage, la cuisine ou la
la famille selon le lien de parentélessive (19 %) ou encore garder les enfants
(25 %). Les aides plus ponctuelles sont un En %
peu moins répandues et consistent surtout Ensemble des aides
Destinataire desà aider un parent lorsqu’il doit faire face à Au moins
aides Jamaisune difficulté passagère ou une situation une fois
particulière : déménagement, bricolage ou Enfants 68 32
jardinage (28 %), démarches administra Parents 66 34
tives (22 %), prêt d’argent (11 %) ou de voi Frères et sœurs 47 54
ture (16 %). On y trouve aussi les dons Petits enfants 44 56
Grands parents 36 64d’argent ou en nature (16 % des individus en
Neveux 16 84ont effectué). Enfin, 8 % des individus inter
Oncles 14 86rogés ont aidé pour leur scolarité un
Cousins 12 88membre de leur famille. Par ailleurs, 44 %
Ensemble 73 27
des personnes de 15 ans ou plus ont soute
Lecture : 73% des individus ont aidé au moins une fois un membre
nu moralement un parent au moins une fois
de leur famille au cours des 12 derniers mois. 68% des individus de
dans l’année. Pour seulement 5 % des indi cette classe d’âge ayant des enfants a aidé l’un d’entre eux, au moins
une fois.vidus, cela a constitué la eule aide appor s
Champ : individus de 15 ans et plus ayant un des parents concernés
tée alors que dans la plupart des cas, le
dans son réseau familial
soutien moral s’est accompagné d’un sou Source : "Réseaux de parenté et entraide", enquête PCV, octobre
1997, Inseetien matériel.
˚
INSEE
PREMIERERépartition des services rendus selon le lien de parenté
En %
Petits Grands
Type d’aide Parents Enfants Frères Oncles Neveux Cousins Ensemble
enfants parents
Soutien moral 23 18 20 26 31 25 34 26 24
Courses 26 12 10 15 21 13 11 34 18
Aide à l’aménagement,
jardinage, bricolage 13 10 2 12 11 4 101211
Don d’argent 5 16 31 65 19 74 10
Démarches administratives 13 628 12 6 889
Ménage, cuisine, linge 10 774633 13 7
Garde d’enfants 1 12 12 10 7 11 807
Prêt de voiture 4 9 27344 0 6
Prêt d’argent 2 6 2 6 1 3 204
Aide scolaire 0 2 8 20 8 802
Autre 3233444 3 3
Total 100 100 100 100 100 100 100 100 100
Lecture : alors que les courses représentent 18% de l’ensemble des aides aux membres de la parenté au cours des 12 derniers s, elles moi représentent 26% des aides aux parents.
Source : "Réseaux de parenté et entraide", enquête PCV octobre1997, Insee
devenus eux mêmes parents, les frères seulement répandue mais aussi com
et sœurs et les neveux ont plutôt besoin plète et variée. Après 65 ans, la capa Aides aux membres de la parenté
que l’on garde leurs enfants.L’aide cité d’entraide diminue fortement, pour
En %
scolaire est naturellement dirigée vers atteindre à peine plus de 40 % pour
Plus de 5
les générations les plus jeunes du les plus de 80 ans et se concentre Au moins types de
réseau de parenté. Enfin, oaide plusn alors sur les dons et le soutien moral. une fois services
rendus souvent les enfants financièrement Il est vrai qu’après 65 ans la capacité
(par des dons ou des prêtsd’argent) à effectuer certaines tâches quoti Age
ou par des dons en nature ou le prêtdiennes diminue et les personnes 15 19 ans 60 6
20 24 ans 72 14d’une voiture. En revanche, les pa âgées sont plutôt en situation de rece
25 29 ans 83 14rents ainsi que les oncles et tantes et voir de l’aide (courses, ménage, les
30 39 ans 80 12les grands parents sont plus souvent sive, démarches administratives...)
40 49 ans 77 11soutenus dans leur vie quotidienne qu’à en dispenser.
50 59 ans 77 17
dans la réalisation de tâches cou Jusqu’à 60 ans, si l’on a encore ses
60 64 ans 79 14
rantes. parents (voire même ses grands
65 79 ans 65 6
parents) ou que ses enfants vivent de
80 ans et + 42 2
manière autonome, on aide chacunOn vient tout autant en aide à Niveau de vie du ménage*
erd’entre eux aussi souvent à 40, 50 ou 1 quartile 63 9sa famille à 30 ans qu’à 60 ans
e60 ans. Il en va de même pour les autres 2 quartile 72 9
ePour la plupart des membres du réseaumembres de la lignée directe. Les petits-3 76 11
e
4 quartile 80 15de parenté, les aides à la famille hors enfants font exception : en avançant en
Occupation actuelledu logement sont moins fréquentes âge, on aide ceux ci un peu plus sou
Actifs occupés 81 12avant 25 ans et régressent après vent. Pour les frères et sœurs et les
Chômeurs 70 1165 ans (tableau 3). La plupart des autres collatéraux, en revanche, l’inten
Elèves, étudiants 64 10
moins de 25 ans vivent encore avec sité de l’aide diminue fortement dès
Femmes au foyer 77 13
leurs parents et n’ont pas d’enfants ne40 ans, ce qui confirme la concentra
Retraités et autres inactifs 62 7
vivant pas avec eux. Or on ne consi tion de la solidarité familiale sur la famille
Statut matrimonial
dère ici que les aides destinées aux restreinte (graphique 1 A). Célibataires 69 10
membres de la famille hors du ménage.Finalement, les bénéficiaires de la Mariés ou remariés 77 12
Malgré cela, même à taille de réseau solidarité familiale évoluent avec Veuf(ve)s 57 4
égale, les jeunes ont des comporte- l’âge, en même temps que la compo Divorcés 77 10
Niveau de diplômements d’entraide envers leur parenté sition du réseau de parenté change et
Inférieur au bac 70 9moins affirmés. Tout de même, toutes que les générations s’y succèdent
Bac 80 13choses égales par ailleurs, lorsqu’ils (graphique 1 B). Entre 15 et 40 ans, ce
Supérieur au bac 79 14viennent en aide à leur famille, ils sont principalement les parents et les
Sexe
ont tendance à multiplier les types frères et sœurs auxquels on vient le
Homme 71 8
d’aides. plus souvent en aide. Après 40 ans,
Femme 75 13
A partir de 25 ans, et jusqu’à l’âge deles enfants quittent le foyer et devien
Ensemble 73 11
la retraite, la proportion de personnes nent la cible privilégiée des services
* Voir Pour comprendre ces résultats.
aidant leur famille se maintient autour au sein du réseau. Ensuite, la place Champ : individus de 15 ans et plus
Source : "Réseaux de parenté et entraide", enquête PCVde 80 % et concerne presque tous lesdes frères et sœurs et des parents
octobre 1997, Insee
types d’aides. L’entraide est donc non décroît fortement avec la disparition
?¸Proportion de personnes ayant aidé un proche selon le lien de parenté et l’âge
Champ : ensemble des individus de 15 ans et plus.1. Individus ayant ce type de parents encore vivant (hors ménage)
Lecture : 24 % des 15 19 ans ont rendu un service au moins une fois au cours des 12Lecture : 51 % des 15 19 ans qui ont encore au m oins un de leurs parents leur ont
derniers mois à leur père ou leur mère, contre 59 % des 30 39 ans.rendu service au cours des 12 derniers mois, contre 63 % des 30 39 ans.
Source : "Réseaux de parenté et entraide", enquête PCV, octobre 1997, InseeSource : "Réseaux de parenté et entraide", enquête PCV, octobre 1997, Insee
plus modestes. On imagine assez
Quelques types d’aides à la famille selon la catégorie socioprofessionnelle bien, cependant, que le montant n’est
(en %) pas le même, seulement l’enquête ne
nous permet pas de le savoir. Faire le
ménage ou garder des enfants ne
demande, en revanche, aucune contre
partie financière, mais permet, au
contraire, d’éviter à un parent de recou
rir à une aide extérieure à la famille,
qui, dans ce cas, aurait un coût. Pour
tant, 17 % des membres des ménages
les plus pauvres ont fait le ménage, la
lessive ou la cuisine pour un membre
de leur famille et 21 % ont gardé des
enfants, contre respectivement 21 et
26 % des personnes appartenant au
quart des ménages les plus riches.
Il n’existe pas de grande différence,
toutes choses égales par ailleurs (y
compris à niveau de vie égal et à taille
de réseau égale), entre les catégories
socioprofessionnelles quant à la fré-
quence et à la diversité de l’aide four
nie aux membres du réseau de
parenté. Ce n’est que la faiblesse de
leur niveau de vie qui explique qu’à
première vue, les catégories les plusSource : "Réseaux de parenté et entraide", enquête PCV, octobre 1997, Insee
modestes, (agriculteurs, ouvriers et
inactifs) aident moins souvent leur fa-progressive du père et de la mère, membres de leur famille, contre moins
mille. Malgré tout, certaines aides sontpendant que celle des petits enfants de 10 % des membres de la moitié des
plus souvent dispensées par les ca augmente. A partir de 70 ans, la soli ménages les plus pauvres (tableau 3).
dres et professions intellectuelles,darité à l’égard de la famille, quelle De même, les services rendus sont
particulièrement en mettant au servicequ’elle soit, régresse. plus fréquents lorsque le niveau de vie
de leur famille leur bagage cultureldu ménage est élevé. S’il n’est pas
(l’aide scolaire, les démarches admi surprenant que les dons d’argentLes ménages aisés soutiennent
nistratives et le soutien moral). Ilssoient sensibles au niveau de vie duplus souvent leur parenté
participent aussi à l’entraide familialeménage, on aurait pu penser égale
Plus le niveau de vie est élevé, plus les par le biais d’aides plus ponctuelles,ment que les prêts d’argent seraient
aides à la parenté sont variées : 15 % comme les dons et prêts de toutesfacilités par l’existence d’un niveau de
des individus appartenant au quart sortes. Les employés, ont plutôt ten vie suffisant. Pourtant, les ménages
des ménages les plus aisés ont rendu dance à effectuer des tâches pratiquesles plus aisés n’ont pas déclaré plus
plus de cinq types de services aux (courses, lessive, garde d’enfants).souvent avoir prêté de l’argent que les
`?Les ouvriers, quant à eux, semblent part dans cette catégorie d’inactifs. Dulières, elles ont été prises en compte. Ne
aussi proposer leur savoir faire, puis fait de la plus grande participation dessont pas comptabilisés les conjoints de la
qu’ils sont les plus nombreux à partici femmes à la solidarité familiale, toutes personne interrogée ni sa famille. Sont aus
per à l’aménagement, au bricolage et choses égales par ailleurs, les femmes si exclus les conjoints des membres de la
au jardinage (graphique 2). au foyer ont aidé aussi souvent que les famille propre. Le terme de réseau de paren
actifs occupés et que les élèves et lesté inclut les membres de la famille avec
étudiants les membres de leur famille.Les femmes rendent plus lesquels la personne interrogée partage
Cependant, les services qui deman- son logement au moment de l’enquête. de services à leur famille
dent plus de temps et une plus grandeLe niveau de vie du ménage résulte duque les hommes
régularité sont plus souvent effectués rapport entre le revenu global et la somme
Qu’elles travaillent ou non, les femmes par l’ensemble des inactifs, compre des unités de consommation (u.c.). Les u.c.
sont plus présentes que les hommes nant aussi les femmes au foyer, bien sont calculées avec l’échelle O.C.D.E
sur le terrain de l’entraide familiale entendu : garde d’enfants et ménage, modifiée (qui affecte un coefficient de va
tant par la fréquence que par la diver lessive et cuisine. Les actifs occupés leur 1 à la personne de référence, celui de
sité. Trois femmes sur quatre ont aidésont plus nombreux à faire des dé- 0,5 à tous les autres adultes du ménage et
au moins une fois un membre de leurmarches administratives, prêter leur celui de 0,3 aux enfants).
famille, contre 71 % des hommes. voiture (dont ils sont souvent les plus Des analyses multi variées ont été réalisées
Ceci n’est pas seulement lié au fait grands utilisateurs) ou de l’argent, ai préalablement, sous la forme de modèles
qu’elles sont plus nombreuses à sou der à l’aménagement ou soutenir mo "logit" pour vérifier l’importance des effets
tenir moralement leur famille que les ralement les membres de leur parenté.propres à chacun des critères de l’analyse
hommes. Même quand on se limite auLes chômeurs, appartenant dans leur (âge, niveau de diplôme, niveau de vie,
soutien matériel, toutes choses égales majorité aux ménages les plus mo- occupation professionnelle...).
par ailleurs (et donc qu’elles travaillentdestes ont de ce fait plus de difficultés
ou non), les femmes ont plus que les à aider leur famille. Ils font tout de Pour en savoir plus
hommes rendu des services à un même plus souvent le ménage, la les
membre de leur famille. sive ou la cuisine pour un membre de
"Les réseaux de solidarité dans la famille",
Les femmes sont aussi plus nom leur parenté et sont aussi nombreux
J. Coenen Huter, J. Kellerhals, M. von
breuses à diversifier les aides : 13 % que les actifs occupés à prêter de l’ar Allmen, édition "réalités sociales",
d’entre elles ont apporté plus de cinq gent ou faire des courses. Lausanne, 1994
types d’aides, contre 8 % des
" Les trois composantes de l’économiePour comprendrehommes. De plus, certaines aides
cachée de la parenté : l’exemple fran
sont plus répandues parmi les ces résultats
çais", J.H. Déchaux, Recherches socio
femmes : celles qui permettent de sou logiques, n°3, 1994
tenir la famille en l’allégeant dans cer
L’enquête "réseaux de parenté et entraide" "Les solidarités entre générations",taines tâche (courses, ménage,
C Attias Donfut, Données sociales,a été réalisée en octobre 1997 dans lecuisine et lessive, garde d’enfants et
Insee 1996cadre de l’Enquête Permanente sur lesaide scolaire). Les femmes sont aussi
Conditions de Vie des ménages auprèsplus nombreuses à donner de l’argent "Le soutien financier de la famille : une
d’un échantillon de 8 000 ménages.ou des biens. Les hommes, quant à forme essentielle de la solidarité" ,
Le terme réseaux de parenté comprend, S. Paugam, J.P. Zoyen, Economie eteux, ont plus souvent, que les femmes
statistiques, n° 8,9,10, Insee, 1997dans l’ensemble de l’étude, le père et latendance à prêter leur voiture et à ai
mère, les enfants, les frères et sœurs,der dans des activités comme le brico
"Entraide familiale : de l’universel au
demi frères et sœurs, grands parents,lage, le jardinage ou l’aménagement particulier", D. Fougeyrollas sebel,
neveux et nièces, cousins germains, onclesd’un appartement. Sociétés contemporaines n°17, 1990
et tantes. Peuvent s’y ajouter des personnesSi l’absence d’activité professionnelle
"Les échanges dans la parenté accen de la famille que l’enquêté a déclaré voirest plus souvent accompagnée d’un
tuent ils les inégalités ?" , J.H. Déchaux,régulièrement qui ne sont pas comprisesplus faible soutien à la famille, les n°17, 1990
dans cette liste. Les relations étant régu femmes au foyer tiennent une place à
Direction Générale :
18, Bd Adolphe Pinard
A RETOURNER A : INSEE CNGP, B.P. 2718, 80027 AMIENS CEDEX 01 75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE Tarif 1999
Paul Champsaur 1 an, 60 numéros = 530 F (France) 663 F (Europe) 827 F (Reste du monde)
Rédacteur en chef :80,80 $ 101,07 $ 126,08 $
Baudouin Seys
Nom ou raison sociale : ____________________ Activité : __________________________ Rédacteurs : J W Angel,
C. Dulon, A.C. Morin, S. TagnaniAdresse : _______________________________________________________________
Maquette : P. Landais___________________________________ Tél : _____________________________
Code Sage IP99631
Ci joint mon règlement en Francs par chèque à l’ordre de l’INSEE : ___________________________ F.
ISSN 0997 3192
Date : _______________________________ Sgnaturei
© INSEE 1999
qqq

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents