36 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Formation continue et différenciations sociales - article ; n°4 ; vol.18, pg 543-575

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
36 pages
Français

Description

Revue française de sociologie - Année 1977 - Volume 18 - Numéro 4 - Pages 543-575
Claude Dubar : Formation continue et différenciation sociale.
Le développement rapide de la formation continue en France, notamment depuis la mise en œuvre des lois de juillet 1971 ne s'est pas accompagné d'une véritable « démocratisation » de l'accès aux formations : les catégories non qualifiées restent largement sous-représentées dans le public des bénéficiaires de formations qui s'organisent surtout dans le cadre des entreprises sous forme de stages courts ne débouchant pas sur des diplômes. Néanmoins, la diffusion de la formation professionnelle continue donne naissance à des stratégies nouvelles surtout de la part des catégories charnières qui y trouvent un moyen de consolider leur chance de promotion ou de tenter des reconversions professionnelles. Une certaine dynamique des demandes de formation socialement différenciées entre en contradiction avec la rigidité des politiques de formation des entreprises ou de l'Etat, et provoque l'émergence de conduites et d'attitudes nouvelles.
Claude Dubar : Adult education (formation continue) and social differentiation.
The rapid development of adult education in France, especially since the enactment of the Laws of July, 1971, has not been accompanied by a true democratization of access to these kinds of training. Unskilled categories are still largely under-reprensented among those benefiting from training programs which are organized above all in the form of short courses not leading to diplomas. However, the avaûability of continued professional training has given rise to new strategies, especially on the part of intermediate categories who have seized upon it as means to improve their chances of advancement or to attempt changes of profession. A certain socially differentiated dynamics of requests for training has created a contradiction which the firms' and the State's rigid policies for this type of training, and has brought about the emergence of new attitudes and forms of conduct.
Claude Dubar : Formación continua y diferenciaciones sociales.
El desarrollo rápido de la formación continua en Francia, especialmente desde la aplicación de las leyes de julio de 1971 no fué acompañado por una verdadera democratización del acceso a las formaciones : las categories no calificadas se hallan poco representadas en el público de los beneficiarios de formaciones que se organizan sobre todo en las empresas con preparaciones cortas que no permiten conseguir títulos. Sin embargo la difusión de la formación profesionál continua origina estrategias nuevas sobre todo por parte de las categories inter-mediarias que hallan aqui un modo para afirmar su posibliidad de promoción o probar mutaciones profesionales. Cierta dinámica de las instancias de mutación socialmente diferenciadas se halla en oposición con la rígidez de las politicas de formación de las empresas о del Estado, y provoca la emergencia de conductas y actitudes nuevas.
Claude Dubar : Berufsfortbildung und soziale Differenzierung.
Die schnelle Entwicklung der Berufsfortbildung in Frankreich, besonders nach Inkraftreten der Gesetze aus Juli 1971, gab keineswegs einer wirklichen Demokratisierung des Zugangs zur Fortbildung Anlass : die nichtqualifizierten Berufskategorien sind heute noch weitgehend abwesend von der Anzahl der Nutzniesser dieser Fortbildung, die hauptsächlich im Rahmen der Unternehmen in Form von kurzen Lehrgängen stattfindet und zu keinerlei Diplomen fiihrt. Trotzdem kann gesagt werden, dass die Ausweitung der Berufsforbildung zu neuen Strategien, besonders innerhalb der beruflichen Zwischenkategorien führt, die hier ein Mittel zur Festigung ihrer Aufstiegschancen oder beruflichen Umsattelung sehen. Eine gewisse Dynamik der Berufsfortbildungsanträge aus verschiedenen sozialen Schichten tritt somit in Konflikt mit der starren Fortbildungspolitik der Unternehmer oder des Staates und ruft neue Einstellungen und Verhalten hervor.
Claude Dubar : Непрерывное обучение и социальные дифференциации.
Быстрое развитие непрерывного обучения во Франции, особенно после введения июльского закона 1971 года, не сопроводилось настоящей « демократизацией » доступа к получению образования : неквалифицированные категории остаются представлены на довольно низком уровне в числе пользующихся обучением, которое организуется главным образом в рамках предприятий в виде краткосрочных стажей, не дающих дипломов. Однако распространение непрерывного профессионального обучения порождает новые стратегии, исходящие главным образом от промежуточной категории, которые находят в этом средство укрепить их шанс на повышение или испытывают профессиональные реконверсии. Определенная динамика спросов обучения, различающихся в социальном отношении, приводит к противоречию со строгостью политиканств государственного или заводского образования и вызывает возникновение новых руководств и тактик.
33 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1977
Nombre de lectures 72
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Exrait

Claude Dubar
Formation continue et différenciations sociales
In: Revue française de sociologie. 1977, 18-4. pp. 543-575.
Citer ce document / Cite this document :
Dubar Claude. Formation continue et différenciations sociales. In: Revue française de sociologie. 1977, 18-4. pp. 543-575.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1977_num_18_4_6893Résumé
Claude Dubar : Formation continue et différenciation sociale.
Le développement rapide de la formation continue en France, notamment depuis la mise en œuvre des
lois de juillet 1971 ne s'est pas accompagné d'une véritable « démocratisation » de l'accès aux
formations : les catégories non qualifiées restent largement sous-représentées dans le public des
bénéficiaires de formations qui s'organisent surtout dans le cadre des entreprises sous forme de stages
courts ne débouchant pas sur des diplômes. Néanmoins, la diffusion de la formation professionnelle
continue donne naissance à des stratégies nouvelles surtout de la part des catégories charnières qui y
trouvent un moyen de consolider leur chance de promotion ou de tenter des reconversions
professionnelles. Une certaine dynamique des demandes de formation socialement différenciées entre
en contradiction avec la rigidité des politiques de formation des entreprises ou de l'Etat, et provoque
l'émergence de conduites et d'attitudes nouvelles.
Abstract
Claude Dubar : Adult education ("formation continue") and social differentiation.
The rapid development of adult education in France, especially since the enactment of the Laws of July,
1971, has not been accompanied by a true "democratization" of access to these kinds of training.
Unskilled categories are still largely under-reprensented among those benefiting from training programs
which are organized above all in the form of short courses not leading to diplomas. However, the
avaûability of continued professional training has given rise to new strategies, especially on the part of
intermediate categories who have seized upon it as means to improve their chances of advancement or
to attempt changes of profession. A certain socially differentiated dynamics of requests for training has
created a contradiction which the firms' and the State's rigid policies for this type of training, and has
brought about the emergence of new attitudes and forms of conduct.
Resumen
Claude Dubar : Formación continua y diferenciaciones sociales.
El desarrollo rápido de la formación continua en Francia, especialmente desde la aplicación de las
leyes de julio de 1971 no fué acompañado por una verdadera democratización del acceso a las
formaciones : las categories no calificadas se hallan poco representadas en el público de los
beneficiarios de formaciones que se organizan sobre todo en las empresas con preparaciones cortas
que no permiten conseguir títulos. Sin embargo la difusión de la formación profesionál continua origina
estrategias nuevas sobre todo por parte de las categories inter-mediarias que hallan aqui un modo para
afirmar su posibliidad de promoción o probar mutaciones profesionales. Cierta dinámica de las
instancias de mutación socialmente diferenciadas se halla en oposición con la rígidez de las politicas
de formación de las empresas о del Estado, y provoca la emergencia de conductas y actitudes nuevas.
Zusammenfassung
Claude Dubar : Berufsfortbildung und soziale Differenzierung.
Die schnelle Entwicklung der Berufsfortbildung in Frankreich, besonders nach Inkraftreten der Gesetze
aus Juli 1971, gab keineswegs einer wirklichen Demokratisierung des Zugangs zur Fortbildung Anlass :
die nichtqualifizierten Berufskategorien sind heute noch weitgehend abwesend von der Anzahl der
Nutzniesser dieser Fortbildung, die hauptsächlich im Rahmen der Unternehmen in Form von kurzen
Lehrgängen stattfindet und zu keinerlei Diplomen fiihrt. Trotzdem kann gesagt werden, dass die
Ausweitung der Berufsforbildung zu neuen Strategien, besonders innerhalb der beruflichen
Zwischenkategorien führt, die hier ein Mittel zur Festigung ihrer Aufstiegschancen oder
Umsattelung sehen. Eine gewisse Dynamik der Berufsfortbildungsanträge aus verschiedenen sozialen
Schichten tritt somit in Konflikt mit der starren Fortbildungspolitik der Unternehmer oder des Staates und
ruft neue Einstellungen und Verhalten hervor.резюме
Claude Dubar : Непрерывное обучение и социальные дифференциации.
Быстрое развитие непрерывного обучения во Франции, особенно после введения июльского
закона 1971 года, не сопроводилось настоящей « демократизацией » доступа к получению
образования : неквалифицированные категории остаются представлены на довольно низком
уровне в числе пользующихся обучением, которое организуется главным образом в рамках
предприятий в виде краткосрочных стажей, не дающих дипломов. Однако распространение
непрерывного профессионального обучения порождает новые стратегии, исходящие главным
образом от промежуточной категории, которые находят в этом средство укрепить их шанс на
повышение или испытывают профессиональные реконверсии. Определенная динамика спросов
обучения, различающихся в социальном отношении, приводит к противоречию со строгостью
политиканств государственного или заводского образования и вызывает возникновение новых
руководств и тактик.R. franc, sociol, XVIII, 1977, 543-575.
Claude DUBAR
Formation continue
et différenciations sociales
La formation continue (1) fait désormais partie de l'horizon social
d'une grande majorité de Français : d'après plusieurs sondages successifs
réalisés par l'Institut français d'opinion publique (I.F.O.P.), le taux de
salariés se disant informés de leur droit à suivre des stages de formation
serait passé de 69 % en 1972 à 79 % en 1976 (2) . Parallèlement, le nombre
de stagiaires ayant suivi au moins une formation s'est élevé de 1,76 million
en 1972 à 2,47 millions, environ 12,5 % de la population active, en 1974 (3).
De phénomène marginal, analysé comme tel à plusieurs reprises durant
les dernières années 1960 (Fritsch, 1971, Montlibert, 1968) (4), la formation
continue s'est transformée en véritable institution étroitement réglement
ée, en fait social générateur de pratiques nouvelles et relativement
massives, au moins au sein des entreprises de plus de 10 salariés que la
loi contraint à lui consacrer chaque année 1 % de leur masse salariale.
A quoi correspond cette diffusion si remarquable ? L'accroissement
du nombre de stagiaires s'accompagne-t-il d'une démocratisation de
l'accès aux formations ? Quelles significations nouvelles s'investissent
(1) Les termes « formation post-scol (2) II s'agit des salariés n'ayant pas
aire », « formation continue », « format eux-mêmes bénéficié d'une formation;
ion des adultes », « perma la question posée : « La loi du 16 juil
nente >>, « éducation permanente », etc. let 1971 autorise les salariés à suivre
des stages de formation, le saviez-vous ? » renvoient à des définitions, conceptions
et problématiques qui sont fort diverses n'assure pas aux réponses une très
et parfois peu explicites. Nous avons grande fiabilité puisque 48 % seulement
opté pour « formation continue » parce dos enquêtes (N — 814) pensent, en 1976,
que c'est la formule adoptée par la loi. remplir les conditions pour obtenir un
On notera que l'Institut national de la congé-formation dans leur entreprise
statistique et des études économiques (Secrétariat d'Etat, 1376, p. 14 et 16).
(3"> Ces chiffres concernent à la fois (I.N.S.E.E.) emploie l'expression « format
ion post-scolaire » et que d'autres orga les formations financées par l'Etat et
celles financées par la participation des nismes, telle l'Education nationale recou
employeurs. La très grande majorité rent à celle, moins familière au public,
des stagiaires est constituée par des perde « formation continuée » (par exemp
le, pour le recyclage professionnel des sonnes ayant un emploi ou à la recher
enseignants). Une analyse des idéologies che d'un emploi (Secrétariat d'Etat, 1975,
p. 7). de la formation permanente à travers
(4) Voir les références bibliographiques les textes, discours, articles de presse,
en fin d'article. etc. fera l'objet d'une prochaine publi
cation.
543 Revue française de sociologie
dans la formation continue ? Quelles stratégies poursuivent les diverses
catégories à l'égard des formations proposées ou suscitées ? Quels enjeux
nouveaux apparaissent à travers la mise en place, l'offre et la demande
des stages ? Ces questions commencent à susciter des études multiples,
renvoyant à des problématiques diverses et à des méthodes variées.
L'article qui suit ne prétend pas en dresser le bilan ; son but est simple
ment de synthétiser les statistiques disponibles au niveau global (1™ partie) ;
de rassembler et d'interpréter, de façon pertinente les principaux résultats
des enquêtes menées à l'intérieur des entreprises (2e partie) et de
présenter quelques enseignements de recherches menées, depuis plusieurs
années, sur les « formations collectives en milieu ouvrier » qui constituent
une expérience originale (3* partie). Etape d'une recherche de longue
haleine, aux dimensions multiples et complexes, ce bilan provisoire
prétend davantage éclairer les enjeux nouveaux et dégager des problèmes
d'analyse que fournir une réponse à des questions que l'on commence
à peine à formuler avec pertinence.
Inégalités d'accès et inégalités d'effets
L'abondance relative des études, statistiques officielles, sondages portant
sur l'accès aux formations post-scolaires tranche avec l'extrême rareté
des données concernant leurs effets. On peut y trouver plusieurs raisons :
d'abord, les données exigées des entreprises par l'Etat, depuis 1972, ne
s'intéressent qu'aux inscriptions des stagiaires et ne concernent pas les
résultats des formations engagées ; de plus, lorsque des procédures
ď « évaluation » existent, leurs conclusions ne sont ni centralisées, ni
souvent même diffusées. D'ailleurs cette « évaluation » pose des problèmes
redoutables dans la mesure où la majorité des formations organisées par
les entreprises et données par des centres privés ne sont sanctionnées par
aucun diplôme, ne font généralement l'objet d'aucune notation et ne
sont pas reconnues par les conventions collectives : apprécier les effets
relève alors de la subjectivité personnelle ou de la perspicacité institu
tionnelle de psycho -sociologues plus orientés vers l'appréciation des
« changements d'attitudes » que vers la mesure des qualifications acquises
(cf. Morin, 1976).
Pourtant la seule analyse des inégalités d'accès des diverses catégories
sociales aux stages de formation — même affectés de leurs durées moyennes
— laisserait dans l'ombre leurs significations et conséquences. Il
est en effet possible que certaines catégories accèdent plus souvent
que d'autres à des formations de même durée ou même de durée plus
longue sans qu'elles en reçoivent autant de bénéfices effectifs. C'est que
les possibilités de tirer profit des formations reçues n'obéissent pas
nécessairement aux mêmes mécanismes que l'accès à ces formations.
544 Claude Dubar
La nomenclature officielle des stages (distinguant notamment les stages
de « promotion » et ceux « d'entretien et perfectionnement des connais
sances ») ne nous renseigne guère sur le devenir effectif de ceux qui les
ont suivis puisqu'aucune liaison automatique n'existe entre participation
à un type de stage et promotion professionnelle ultérieure. Tout se passe
comme si tout était fait, à l'inverse du système scolaire, pour abolir du
champ de la formation continue toute sanction — en termes, par exemple,
de réussite ou d'échec — interdisant par là-même de se prévaloir d'une
formation suivie pour obtenir tel ou tel avantage professionnel. Ceci
constitue d'ailleurs souvent un argument en faveur de la démocratisation
de l'accès aux stages : n'ayant pas à craindre de se faire sanctionner,
les salariés n'auraient plus de raison pour refuser de suivre une formation
gratuite, pendant le temps de travail, tout à fait différente de l'ense
ignement dispensé à l'école. Quant à savoir à quoi cette formation peut
alors servir, les réponses sont souvent aussi imprécises qu'embarrassées.
C'est pourtant la réponse à cette question de la « rentabilité » — éco
nomique, sociale et culturelle — de la formation continue qui peut
éclairer les rapports des diverses catégories sociales à la formation et
les enjeux nouveaux qu'introduit sa diffusion. Or, sur ce point, il faut
reconnaître que les statistiques nationales disponibles sont souvent déce
vantes. Avant l'entrée en vigueur de la loi de juillet 1971, les seules
données représentatives émanent des deux enquêtes « Formation-Qualif
ication professionnelle » de l'I.N.S.E.E. (notées F.Q.P.) effectuées succes
sivement en 1964 et 1970. Bien qu'elles ne soient pas toujours comparables
— le questionnaire ayant été largement remanié de la première à la
seconde — et que les données sur les résultats demeurent très frustes
(5), elles permettent d'apporter certains éléments de réponse aux questions
précédentes. Depuis 1971, et en attendant les résultats de l'enquête F.Q.P.
1977, les données officielles sur le public de la « formation professionnelle
continue » (F.P.C.) permettent au moins de cerner l'évolution des inégalités
d'accès selon les catégories de salariés. Quant à l'appréciation globale des
effets, les sondages successifs effectués par l'I.F.O.P. à la demande des
pouvoirs publics, éclairent la structure et l'évolution des opinions de ceux
qui ont suivi des stages, concernant les résultats qu'ont eus ceux-ci sur
leur vie professionnelle. Malgré le caractère limité et parcellaire de ces
données, nous avons tenté d'en extraire les résultats les plus signifiants
concernant l'évolution des inégalités.
(5) Dans l'enquête F.Q.P. 1964, la seule mation reçu depuis le 1er janvier 1965
question était la suivante : « Ce nouvel vous a-t-il permis d'occuper un nouvel
enseignement ou complément de forma- emploi ou d'accéder à une nouvelle
tion était-il lié à un changement dans fonction ? Si oui, votre nouvel emploi
vos activités professionnelles (profession, correspond-il à une qualification ou à
statut, position hiérarchique, etc.). Si une position hiérarchique supérieure,
oui, était- il exigé pour votre nouvel équivalente ou inférieure à celle de votre
emploi ou votre nouvelle situation pro- précédent emploi ? ». La confusion entre
fessionnelle ? » (Praderie, Passagez, 1966, qualification subjective et classification
p. 134). L'ambiguïté du terme «lié» objective était possible dans la mesure
interdit toute interprétation sur la nature où aucune question précise n'était posée
des effets des enseignements reçus. Dans sur les salaires avant et après la for-
l'enquête F.Q.P. 1970, la question était mation.
plus précise : « Le complément de for-
545 Revue française de sociologie
I. La formation post-scolaire avant 1971 :
sa diffusion et ses résultats
Entre 1959 et 1970, le nombre d'individus concernés par la formation
postscolaire a considérablement augmenté (6). Alors qu'en 1964, un peu
plus de 2 millions de personnes, nées en 1918 et après, avaient suivi, à
un moment de leur vie, un enseignement postscolaire, ce nombre passe
à 4,3 millions en 1970, soit un doublement en 6 ans.
La comparaison précise des données concernant les deux périodes
1959-1964 et 1965-1970 montre à la fois l'ampleur de l'accroissement et
le maintien d'une très importante disparité entre les sexes. Tout au long
de cette période couvrant les années 60, les femmes ont suivi deux fois
moins souvent que les hommes une formation postscolaire (Tableau 1).
Tableau I. — Evolution du public de la formation (1959-1970)
(personnes nées on 1918 ou après)
Ont suivi une formation POSTSCOr.AIRE Hommes Fkmmes Total
Entre le 1-1-59 et le 1-1-64 496 000 257 000 753 000
(66 <7c) (34 %) (100)
Entre le 1-1-65 et juin 70 ... 1 726 459 1 135 491 590 968
(06 %) (34 %) (100)
Sources : Praderie, Salais, Passagez, 1967, p. 51, Pohl, Thelot, Jousset, 1974, p. 136.
Encore ces chiffres sont-ils nettement inférieurs à ceux qu'avancent
les services officiels et, notamment, le Fonds de la formation profession
nelle et de la promotion sociale pour les années 1968 à 1970 (Montlibert,
1973, p. 530). Selon ces informations, les effectifs en formation continue
seraient passés de 768000 en 1968 à 939 000 en 1970, ce qui représente,
durant cette période un accroissement moyen de 12 % par an.
Ceci étant, les formations prises en compte aussi bien par l'I.N.S.E.E.
que par les recensements officiels effectués à partir des chiffres fournis
par les centres de formation sont extrêmement diverses. Elles concernent
aussi bien les formations longues dites « de promotion » assurées par
des centres publics indépendants des entreprises (tel le Conservatoire
national des arts et métiers : C.N.A.M.) que des formations courtes
d'adaptation ou de perfectionnement organisées par des écoles d'entre
prises ou des centres inter-entreprises. Les durées de formation varient
de quelques dizaines d'heures à plus de mille heures annuelles et les
niveaux de formation s'étalent du primaire au supérieur, le technique
(industriel chez les hommes et tertiaire chez les femmes) concernant,
(G~> Les enquêtes F.Q.P. prennent com maladie études qui ou le n'est service pas militaire motivée » par (Pra la me défintion de l'enseignement post
scolaire la suivante : « tout enseigne derie, Salais, Passagez, 1967, p. 51).
ment reçu après une interruption des
546 Claude Dubar
pendant toute la période considérée, un peu plus de la moitié des person
nes prises en compte. Enfin, les modalités d'accès diffèrent profondément
suivant qu'il s'agit de démarches liées à une situation de demandeur
d'emploi (stages F.P.A.), d'inscriptions dues à une initiative personnelle
(C.N.A.M., télé-enseignement) ou de stages suivis à l'initiative de
l'employeur (écoles d'entreprises...).
Compte tenu de ces diversités, une approche globale des inégalités
d'accès selon les catégories sociales perd une partie de sa signification,
d'autant plus qu'on peut faire l'hypothèse que chaque type de formation
s'adresse à un public relativement spécifique. Ainsi, peu de formations
professionnelles étant destinées aux non-salariés, il est normal de retrou
ver, pour ces catégories, une probabilité d'accès particulièrement faible.
De plus, tout calcul de taux d'accès effectué à partir des données des
enquêtes F.Q.P. pose le problème de la population de référence à
laquelle rapporter les effectifs des stagiaires. Par exemple, il n'est pas
légitime de les données fournies par les enquêtes F.Q.P. à celles
des recensements ayant eu lieu dans la période correspondante ■ — comme
l'ont fait cependant C. de Montlibert (1973, p. 533) et P. Fritsch (1975,
p. 12). D'abord parce que l'identification statistique des catégories socio
professionnelles n'est pas la même (F.Q.P. 64 : situation professionnelle
en 1959 ou en 1964 ; F.Q.P. 70 : dernière profession exercée ; recensements:
profession au moment de l'enquête) ; ensuite, parce que les taux de
sondage diffèrent suivant l'âge (avant 1918 et après 1918) ; enfin, parce
que la répartition des personnes ayant suivi un enseignement postscolaire,
suivant leur catégorie socio-professionnelle (C.S.P.) varie à la fois selon
la date de la formation (avant ou après 59) et la variable choisie pour
identifier leur catégorie sociale (7). Le choix est donc totalement arbi
traire, aucun ne correspondant précisément aux procédures des recense
ments.
S'il est difficile de tirer de la comparaison des deux enquêtes F.Q.P.
des indications rigoureuses sur l'évolution des inégalités d'accès à la
formation, postscolaire au cours de la période 1959-1970, tous les modes
de calcul font apparaître dans la population ayant suivi (1964) ou achevé
(1970) des études postscolaires une sur-représentation des catégories
suivantes :
a) Chez les hommes
— les cadres moyens sont les plus favorisés : leur taux d'accès moyen
est d'environ 2 % par an (9,16 % de 1959 à 1964) pendant la période
considérée (8) ;
— les ingénieurs et cadres administratifs supérieurs représentent les
(7) Le problème est notamment com- (81 Nous avons calculé les taux d'accès
pliqué par le fait que. pour certains, en rapportant le nombre cie personnes
!~i formation a été accompagnée d'un exerçant une profession donnée en 1ÍÍG4
changement de C.S.P. (ouvriers spécia- et ayant suivi un enseignement post-
lisés devenus ouvriers qualities, em- scolaire entre 50 et 64 au nombre total
ployés cadres moyens, etc.). de personnes exerçant cette profession
Suivant la C.S.P. prise en compte, les on 1964 (à partir des tableaux publiés
résultats changent. par Praderie, Salais.... 1967, p. 66-69).
547 Revue française de sociologie
plus gros consommateurs de formation parmi le groupe des « cadres
supérieurs et professions libérales » dont le taux moyen d'accès est d'en
viron 1,5 % par an (8,10 % de 1959 à 1964) ;
— les ouvriers qualifiés et contremaîtres ont un taux d'accès nettement
supérieur à celui de l'ensemble des ouvriers (8,35 % de 1959 à 1964 contre
6,92 % à l'ensemble du groupe « ouvrier ») ;
— les employés, dont le taux moyen d'accès est légèrement supérieur
à la moyenne générale des actifs ; il faudrait pouvoir distinguer entre
employés qualifiés et non qualifiés, ce que les données des enquêtes F.Q.P.
ne permettent pas.
b) Chez les femmes
— les cadres moyens et supérieurs avaient, en moyenne, un taux
d'accès trois fois supérieur à la moyenne des femmes actives (16 % entre
1959 et 1964) ; leur taux moyen d'accès annuel était donc de 3 %, soit
1,5 fois plus que leurs homologues masculins ;
— les employées avaient également accédé plus souvent à l'enseign
ement postscolaire que les employés ; leur taux moyen d'accès était de
plus de 2 % par an (11,1 % entre 1959 et 1964).
Il est intéressant de remarquer que toutes les autres catégories
d'activés avaient, durant cette période, un taux d'accès inférieur à la
moyenne à l'exception toutefois des femmes classées « personnel de
service ».
Tableau II. — Taux d'accès à l'enseignement postscolaire pour la période 1959-1964.
Ensemble IDEM
— (*) Salariés agricoles 4,45 4,0
Exploitants 4,70 3,94 4,4
Patrons de l'industrie et du commerce . . 0,68 3,97 2,5
Cadres supérieurs et prof, libérales .... 15,54 8,10 9,4 16,50 dont ingénieurs et cadres supérieurs . . 9,10 10,3
Cadres moyens 16,00 9,16 11,9
Employés 11,10 7,66 9,8
Ouvriers 6,92 3,60 6,1
dont ouvriers qualifiés et contremaîtres 8,35 4,09 7,4 spécialisés 6.75 4,06 5,8
dont manœuvres 2,76 1,51 2,3
Personnel de service 0,92 6,27 3,5
Total 6,80 5,25 6,2
Sources : Praderie, Salais, Passagez, 1967, p. 66-69.
(*) Effectif de formés trop faible pour être significatif.
548 Claude Dubar
Quelles indications possédons-nous sur les effets des formations suivies
ou achevées avant 1971 ? Dans l'enquête F.Q.P. 1964 aucune question
particulière n'a été posée concernant les changements professionnels
induits par la formation postscolaire. Cependant, connaissant par ailleurs
l'ensemble des modifications professionnelles intervenues pour l'ensemble
des enquêtes entre 1959 et 1964, on a pu comparer la fréquence de ces
changements dans les deux sous-populations de ceux « ayant suivi » ou
« n'ayant pas suivi » de formation postscolaire : on possède ainsi un
indicateur fruste, mais néanmoins intéressant, des effets professionnels
des formations postscolaires (idem, 1967, p. 65). Globalement, le taux
de modification professionnelle entre 1959 et 1964 passe de 33,8 % chez
ceux qui n'ont suivi aucun enseignement à 42,3 % chez ceux qui en ont
suivi. La fréquence des changements varie d'ailleurs nettement suivant
le sexe et la date de l'enseignement suivi : ceux qui ont suivi une format
ion pendant la même période (1959-64) sont plus nombreux à avoir connu
une modification professionnelle (54,4 % des hommes et 47,8 % des
femmes) que ceux qui avaient suivi un enseignement avant 1959 (42 %
des hommes et 31,2 % des femmes). Chez les femmes par exemple, le
fait d'avoir suivi une formation avant 1959 n'augmente pas significati.-
vement les chances de connaître une modification professionnelle après
1959 par rapport à celles n'ayant suivi aucune formation (31,2 % contre
30,4 %). Plus la formation est récente, plus elle a de chance de s'accom
pagner d'un changement professionnel, et ceci est plus vrai pour les
hommes que pour les femmes. Au-delà d'un certain laps de temps, une
formation ne semble plus avoir d'incidence sur les changements profes
sionnels quels qu'ils soient.
Précisons bien que, dans ce cas, aucun lien de causalité entre formation
postscolaire et modification professionnelle n'est pris en compte par l'en
quête. Il est parfaitement plausible que, dans nombre de cas, les deux
événements aient été effectivement indépendants. De plus, aucune préci
sion n'est donnée sur la nature des modifications intervenues (promot
ions, changements d'emploi, changements de poste...), ce qui interdit
toute conclusion quant à la relation formation-promotion.
Il n'en va plus de même avec l'enquête F.Q.P. 70 qui comprenait
une question sur les effets des formations suivies, tels que l'enquêté se
les représentait. Ceux-ci ont été classés prioritairement selon la qualifi
cation (appréciée par l'enquêté) du nouvel emploi obtenu grâce à la
formation complémentaire reçue entre 1965 et 1970 (Pohl, Thelot, Jousset,
1974, p. 143). Globalement 41,6 % des actifs (35,6 % des femmes et 44,8 %
des hommes) ayant reçu une formation durant cette période ont déclaré
occuper depuis un emploi de qualification supérieure. Ce pourcentage
varie nettement suivant les types de formation pris en compte dans le
dépouillement : il passe de 55,3 % chez les salariés ayant suivi une format
ion organisée à l'initiative de l'employeur à 31,8 % chez les personnes
549