M. Gérard Gengembre
Géraud Venzac, De l'alliance du trône et de l'autel
In: Romantisme, 2000, n°110. pp. 128-129.
Citer ce document / Cite this document :
Gengembre Gérard. Géraud Venzac, De l'alliance du trône et de l'autel. In: Romantisme, 2000, n°110. pp. 128-129.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/roman_0048-8593_2000_num_30_110_963128 Comptes rendus
Marc Kehrès, deux discours s'affrontent avait intégré ces pages dans la version dac
dans la représentation du corps du mineur tylographiée de sa propre thèse soutenue en Germinal, signifiant à la fois l'aliéna 1996, mais les avait à son tour retranchées à
tion dont ce dernier est victime et les peurs regret de la version éditée, parue sous le
titre Le Sablier retourné : Victor Hugo (1816- bourgeoises face aux potentialités révolu
tionnaires du prolétariat. 1824) et le débat sur le «romantisme»
(Honoré Champion, 1998). La section V, Narcisse travesti, concer
ne les voies obliques de la représentation de On sait que Géraud Venzac avait établi
soi aux prises avec l'autre ou avec soi- comment l'enfance voltairienne et royaliste
même. La leçon de musique donnée à de Victor Hugo avait été suivie en
Consuelo par le comte Hortiz permet à 1819-1820 par un royalisme chrétien, en
David A. Powel d'étudier la communication une sorte de déplacement politique, ce qui
que la parodie établit entre parodiste et lec conduira le Hugo du Conservateur littéraire
teur. Gayle Zachmann se fonde sur la déco («II n'y a de poésie que religieuse») à pro
ration pour dégager la conception mallar- fesser un royalisme ultra prônant l'indisso
méenne du féminin et de l'écriture poétique. luble alliance du trône et de l'autel. Il était
Rae Beth Gordon montre comment les dès lors logique que G. Venzac étudiât le
romans de Francis Poictevin mêlent aspira contexte politico-idéologique favorable à
tions métaphysiques et apports de la science ces idées, d'autant que Hugo ne saurait pas
fin de siècle. La Riviera de Jean Lorrain, ser pour un catholique bon teint. Mais juste
monde de sensations où l'être se dissout, où ment, il n'était pas le seul.
l'enchantement devient empoisonnement, Édité avec son appareil critique d'origi
retient l'attention de Micheline Besnard. ne, le chapitre inédit de Géraud Venzac se
Enfin la réflexion de Julie Salomon sur l'au présente en trois volets : « Quelques cas
toportrait de Michel Leiris dans L'Âge individuels où la religion et la monarchie
d'homme met en évidence le fantasme du s'unissent sans difficulté apparente à l'indi
moi-peau de l'écrivain, en rapport avec la fférence religieuse ou à l'incrédulité »
peau maternelle, de la peau tatouée comme (Louis XVIII, Vitrolles, Villèle et Corbière,
surface d'écriture privilégiée. Fitz- James, Frénilly, Fiévée, Agier); «Évol
ution d'ensemble de 1789 à 1815» (la Par la diversité des pistes de réflexion
séduction du XVIIIe siècle, témoignage du qu'ils tracent, ces mélanges méritent atten
tion et intérêt. cardinal Pacca, ceux qui persistent, les
convertis - Montmorency, Monsieur, Poli- Luce Czyba
gnac -, Bonald, l'indifférence), «Ceux qui
tâchent à concilier incrédulité et ralliement à
la religion de l'État; ce qu'ils disent eux- # Histoire et politique
mêmes du reproche d'hypocrisie» (Constant,
Broglie, Royer-Collard, Benoist). L'absence - Géraud Venzac, De l'alliance du d'un Chateaubriand ou d'un Lamennais
trône et de l'autel, texte établi et présenté s'explique par l'utilisation que Géraud
par Bernard Degout, avant-propos de Venzac en fait dans le reste de sa thèse.
Georges Venzac, préface de l'abbé André
Une telle présentation tente d'introduire Wartelle, Saint-Malo, Éditions Cristel, 1999,
de la clarté et de la rigueur dans un paysage 142 p.
intellectuel et politique très confus. On ne
On connaît la thèse du chanoine Géraud saurait évidemment reprocher à ces pages
de 1954 de restituer un état de la question Venzac, Les Origines religieuses de Victor
bien dépassé aujourd'hui. Telles qu'elles se Hugo, soutenue en Sorbonne le 23 juin
présentent, elles mettent en évidence un fait 1954 et publiée chez Bloud et Gay en 1955.
Nous avons ici le texte d'un chapitre retran majeur : l'adhésion à des principes poli
ché par l'auteur de cette thèse «sur conseil tiques explicitement liés à une interprétation
de la doctrine catholique n'a pas grand hautement autorisé» de Maurice Levaillant
chose à voir avec la sincérité ou l'hypocrisie (on ne voit qu'assez mal pourquoi), et qui
portait sur le milieu politique et social dans religieuses. L'historien des idées, l'historien
de la littérature ne sauraient aller très loin lequel avait évolué le publiciste Victor
en sondant hypothétiquement les reins et les Hugo entre 1820 et 1825. Bernard Degout
ROMANTISME n° 110 (2000-4) Comptes rendus 129
cœurs. Au-delà des convictions, de la foi, diverse, voire contradictoire, que l'on n'a
des opinions, la question importante est de voulu le croire pendant trop longtemps.
déterminer les enjeux, les situations, les Depuis maintenant une vingtaine d'années,
contraintes d'un moment donné. Le royali nombre de travaux l'ont démontré. Il est
sme de 1817, de 1820, ne saurait être consi heureux de pouvoir saluer ici un précurseur.
déré hors de l'influence des Lumières et Gérard Gengembre
particulièrement celle du voltairianisme
qu'ont subie ses principaux acteurs, de l'ex
périence révolutionnaire et des années napo - Michèle Riot-Sarcey, Le réel de l'uto
pie. Essai sur le politique au XIXe siècle, léoniennes. Le catholicisme politique joue
un rôle essentiel sous la Restauration pour Paris, Albin Michel, 1998, 309 p.
les raisons qu'un Balzac a si bien comp
Comme souvent, on aurait tort de ne pas rises.
prendre garde au sous-titre d'un ouvrage tel Dans cette perspective générale, les ana
que Le réel de l'utopie. Michèle Riot-Sarcey lyses et portraits intellectuels constituant cet
poursuit ici une réflexion commencée dans ouvrage sont précieuses, même si elles res
les premières pages de son livre précédent, tent parfois sous l'emprise d'une volonté en guise de «Prémices» à l'analyse et la d' elucidation psychologique, même si les
restitution de Trois figures critique du poupropres opinions du chanoine Venzac poin voir - autre sous-titre sonnant comme un tent çà et là. La pertinence des remarques, manifeste — sous la monarchie de Juillet la justesse de la présentation conceptuelle
(Michèle Riot-Sarcey, La démocratie à des doctrines, la constante mise en rapport
l'épreuve des femmes. Trois figures crides intentions, des positions et des senti
tiques du pouvoir 1830-1848, Paris, Albin ments, tels du moins qu'on peut les resti Michel, 1994, 365 p.). Car c'est de cette tuer, rendent la lecture de cet assez court
quête d'un ordre public post-révolutionnairouvrage à la fois enrichissante et plaisante.
e, de ce désir de régénération, de cette On ajoutera la commode présence d'un
palingénésie théorisée par le discours poliindex des noms. tique, communs aux doctrines conservat
On appréciera plus particulièrement les rices et radicales, que traite cet Essai sur le
développements consacrés à Louis XVIII, à politique au XIXe siècle. La proposition pour
Vitrolles, à Bonald. On goûtera également ra surprendre, habitués que nous sommes
telle ou telle formule à propos de Matthieu peut-être à penser comme structurels les cl
de Montmorency (« [il] se fit à la lettre le ivages et les oppositions déclarés sur la
directeur de conscience du Faubourg Saint- scène publique. Mais disons-le tout de suite,
Germain», p. 74), de Constant («Parmi de ce déplacement, thèse liminaire du livre,
ceux qui incroyants, prirent parti pour la vient tout l'effet d'intelligibilité d'un demi-
religion, très peu cherchèrent à se donner, siècle d'aspiration à la démocratie. En effet,
pour ce problème de conscience morale, une si l'ouvrage entend bien restituer les diver
solution de conscience morale. Benjamin gences qui s'expriment sur les «limites du
Constant peut-être, mais avec une désinvol politique», il invite surtout à penser le fo
ture et une légèreté qui raisonnablement ndement idéologique commun à tous les
empêchent de le prendre sur ce point au «porteurs des théories sociales», de Ther
sérieux», p. 89), de Fiévée («un journaliste midor à la veille de la révolution de 1848.
probablement mercenaire, un Fiévée, décou À ce moment il s'agit bien pour les contemp
rage l'avocat...», p. 60), de Villèle («La orains de trouver des solutions pour ordon
religion de Villèle fait partie d'un patrimoi ner une société disparate et divisée, afin
ne héréditaire, il tient assurément à la trans d'être en mesure de la représenter. L'ajuste
mettre, on se demande s'il a jamais fait acte ment entre bien-être individuel et bonheur
personnel d'appropriation», p. 47-48). commun semble alors difficile à atteindre
quand Liberté et Égalité apparaissent S'il en était besoin, ce chapitre redivivus
confirme que l'on risque de ne guère com comme inconciliables, quand les besoins
prendre la Restauration, ses débats, les stra concrets se heurtent aux intérêts opposés
tégies littéraires si l'on ne saisit pas dans des particuliers. Quel pourrait être cet ordre,
toutes ses intrications l'ensemble de la pen qui rétablirait la famille et la propriété
comme piliers de la morale publique, qui sée contre-révolutionnaire, beaucoup plus
ROMANTISME n° 110 (2000-4)