//img.uscri.be/pth/68b76629e2e5f94efc6c67d5ee03700d333010c4
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Histoire et démographie - article ; n°1 ; vol.32, pg 299-321

De
26 pages
Population - Année 1977 - Volume 32 - Numéro 1 - Pages 299-321
Historia y demografía Jacques DupÂQUIER La sociedad de demografía histórica fue fundada en Paris en eîano 1963, consagrando a si la asociacio'n entre el estudio histórico y el método demográfico. A partir de 1958, se habïan multiplicado los estudios monográficos sobre antiguas aldeas francesas y al mismo tiempo se iniciaba, gracias a la iniciativa de Louis Henry, la vasta empresa de reconstituir la población francesa desde la época de Louis XIV. En ambos casos, L. Henry habi'a propuesto un método de expbtación de los registros parroquiales del Antiguo Régimen, mediante la utilización, principalmente, de las fichas de familia, cuyo uso se ha exten- dido ampliamente después. Puede decirse que, de este modo, a pesar de las limitaciones de los primeros trabajos, la historia empezaba por fin a ser social es decir referida a todos los franceses y no a un grupo privilegiado de ellos. El dominio de la historia, y no solamente este dominio, se encontre asi ampliado bruscamente. Incluso la historia tradicional, narradora de hechos, se encontre iluminada de una manera novedosa, principalmente sobre el periodo tan importante del fin del Antiguo Régimen y de la Revolución. En lo que se refiere a la historia social, se co menzo (a partir de 1950) a vislumbrar las condiciones de vida de los campesinos, primero, y de los ciuda- danos de la época, después : matrimonios tardios, nacimientos ilegi'timos poco frecuentes, intervalos entre nacimientos de dos a dos anos y medio, mortalidad de crisis, etc. A continuaciôn aflora la existencia de grandes desigualdades régionales que incluso superaban a las desigualdades sociales (por lo menos en materia de conducta demográfica) y no ha dejado de inquietar la permanencia de esas desigualdades, a través de los siglos. La diferencia de conducta en ciudades y campos, permite comprender mejor la naturaleza de los intercambios entre ciudadanos y campesinos y sus efectos sobre las estructuras sociales. El andlisis fino de diver sas estadisticas ha contribui'do tam bien a rec- tificar y a dar nuevo impulso a la historia de las mentalidades : concepciones pre-nupciales, y nacimientos ilegi'timos, por ejemplo, dan la medida de las relaciones sexuales al margen del matrimonio, en un contexto en que la contracepciôn era todavïa incipiente. Igualmente, la frecuencia de firmas en los registros de matrimonios, ilustra acerca de los progresos de la alfabetización en el sigh XVIII. En conocimiento acerca de los franceses del Antiguo Régimen se enri- quecerá aún más cuando se hay a gêner alizado el método de las fichas de familia y cuando se incluyan en ella toda clase de informaciones provenientes de otras fuentes : eco no micas, fiscales, judiciales, politicas. . .
History and demography Jacques Dupâquier The Historical Demography Society was founded in Paris in 1963 and led to the linking of historical studies with demographic method. Since 1958, monographs relating to the villages of Old France had been appearing, and at the same time a much more ambitious project of the reconstitution of the population of France since Louis XIV, was begun on Louis Henry's initiative. In both cases, Henry had suggested a method for analysing the parochial registers of the Ancien Régime mainly by means of ''family -cards which have since been widely employed. Despite the obvious limits of the initial work, history thus, at last, became social, i.e. it dealt with all Frenchmen and not just a privileged fraction of them. It was not only historical studies which were greatly extended. Even traditional history, mainly factual, was seen in a new light, especially the crucial period at the end of the Ancien Régime and the Revolution. As regards social history, from 1950 onwards, it became possible to get an inkling of the living conditions first of the peasants, and then of the inhabitants of towns in the past: late marriage, infrequent illegitimate births, intervals between births of 2 or 2 1/2 years, critical death rates etc. Great regional disparities were apparent, far in excess of social ones (as regards demographic behaviour at least). The permanent nature of these differences over time is an intriguing problem. The behavioural differences between the town and the countryside make it easier to follow the exchange between town-dwellers and country -dweller s and its effect on the social structures. Careful analysis of various statistics has also contributed in correcting some ideas on attitudes in the past to, for instance: premarital conceptions and illegitimate births. These provide an index of the extent of sexual relations outside marriage, at a time when there was almost no contraception. Similarly, the frequency of the signatures on marriage registers sheds on the progress of literacy in the 18th century. Much more will be known about the lives of Frenchmen under the Ancien Regime once the family-card method has become general by including other information extracted from economic, fiscal, legal and political sources. . .
Histoire et démographie Jacques Dupâquier En 1963 était fondée à Paris la Société de démographie historique, qui consacrait l'alliance de la démarche historique et de la méthode démographique. Depuis 1958, les études monographiques sur des villages de l'Ancienne France se développaient, en même temps que naissait une entreprise plus vaste de reconstitution de la population de la France depuis Louis XIV, à l'initiative de Louis Henry. Dans les deux cas, L. Henry avait proposé une méthode de dépouillement des registres paroissiaux de l'Ancien Régime, au moyen notamment de fiches de famille qui ont été largement utilisées depuis. Malgré les limites évidentes des premiers travaux, l'histoire devenait ainsi, enfin, sociale, c'est-à-dire celle de tous les Français et non d'une fraction privilégiée d'entre eux. Ce n'est pas seulement le champ de l'histoire qui s'est trouvé d'un seul coup largement étendu. Même l'histoire traditionnelle, principalement événementielle, s'est trouvée éclairée d'un jour nouveau, sunout pour la période cruciale de la fin de l'Ancien Régime et de la Révolution. En ce qui concerne l'histoire sociale, on commença (à partir de 1950) à connaître le régime démographique des paysans, d'abord, puis des citadins d'autrefois : mariage tardif, naissances illégitimes peu fréquentes, intervalles entre naissances de deux ans ou deux ans et demi, mortalités de crise, etc. L'existence de larges disparités régionales s'imposait ensuite, bien davantage que celle de disparités sociales (en matière de comportements démographiques du moins). Surtout, la permanence de ces disparités à travers les siècles n'a pas fini d 'in triguer. Les différences de comportement entre les villes et les campagnes permettent de mieux comprendre la nature des échanges entre citadins et campagnards, et leurs effets sur les structures sociales. L'analyse fine de statistiques diverses a aussi contribué à rectifier et relancer l'histoire des mentalités : conceptions prénuptiales, et naissances illégitimes, par exemple, donnent la mesure des relations sexuelles hors-mariage, dans un contexte qui était encore fort peu contracepteur. De même, la fréquence des signatures sur les registres de mariage renseigne sur les progrès de l'alphabétisation au XVIIIe siècle. On en saura encore bien davantage sur les Français de l'Ancien Régime, quand on aura généralisé la méthode des fiches de famille en lui ajoutant toutes sortes de renseignements puisés à d'autres sources économiques, fiscales, judiciaires, politiques. . .
23 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

Jacques Dupâquier
Histoire et démographie
In: Population, 32e année, n°1, 1977 pp. 299-321.
Citer ce document / Cite this document :
Dupâquier Jacques. Histoire et démographie. In: Population, 32e année, n°1, 1977 pp. 299-321.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pop_0032-4663_1977_hos_32_1_16482Resumen
Historia y demografía Jacques DupÂQUIER La sociedad de demografía histórica fue fundada en Paris
en eîano 1963, consagrando a si la asociacio'n entre el estudio histórico y el método demográfico. A
partir de 1958, se habïan multiplicado los estudios monográficos sobre antiguas aldeas francesas y al
mismo tiempo se iniciaba, gracias a la iniciativa de Louis Henry, la vasta empresa de reconstituir la
población francesa desde la época de Louis XIV. En ambos casos, L. Henry habi'a propuesto un
método de expbtación de los registros parroquiales del Antiguo Régimen, mediante la utilización,
principalmente, de las "fichas de familia", cuyo uso se ha exten- dido ampliamente después. Puede
decirse que, de este modo, a pesar de las limitaciones de los primeros trabajos, la historia empezaba
por fin a ser "social" es decir referida a todos los franceses y no a un grupo privilegiado de ellos. El
dominio de la historia, y no solamente este dominio, se encontre asi ampliado bruscamente. Incluso la
historia "tradicional", narradora de hechos, se iluminada de una manera novedosa,
principalmente sobre el periodo tan importante del fin del Antiguo Régimen y de la Revolución. En lo
que se refiere a la historia social, se co menzo (a partir de 1950) a vislumbrar las condiciones de vida
de los campesinos, primero, y de los ciuda- danos de la época, después : matrimonios tardios,
nacimientos ilegi'timos poco frecuentes, intervalos entre nacimientos de dos a dos anos y medio,
mortalidad "de crisis", etc. A continuaciôn aflora la existencia de grandes desigualdades régionales que
incluso superaban a las desigualdades sociales (por lo menos en materia de conducta demográfica) y
no ha dejado de inquietar la permanencia de esas desigualdades, a través de los siglos. La diferencia
de conducta en ciudades y campos, permite comprender mejor la naturaleza de los intercambios entre
ciudadanos y campesinos y sus efectos sobre las estructuras sociales. El andlisis fino de diver sas
estadisticas ha contribui'do tam bien a rec- tificar y a dar nuevo impulso a la historia de las
mentalidades : concepciones pre-nupciales, y nacimientos ilegi'timos, por ejemplo, dan la medida de las
relaciones sexuales al margen del matrimonio, en un contexto en que la contracepciôn era todavïa
incipiente. Igualmente, la frecuencia de firmas en los registros de matrimonios, ilustra acerca de los
progresos de la alfabetización en el sigh XVIII. En conocimiento acerca de los franceses del Antiguo
Régimen se enri- quecerá aún más cuando se hay a gêner alizado el método de las fichas de familia y
cuando se incluyan en ella toda clase de informaciones provenientes de otras fuentes : eco no micas,
fiscales, judiciales, politicas. . .
Abstract
History and demography Jacques Dupâquier The Historical Demography Society was founded in Paris
in 1963 and led to the linking of historical studies with demographic method. Since 1958, monographs
relating to the villages of Old France had been appearing, and at the same time a much more ambitious
project of the reconstitution of the population of France since Louis XIV, was begun on Louis Henry's
initiative. In both cases, Henry had suggested a method for analysing the parochial registers of the
Ancien Régime mainly by means of ''family -cards" which have since been widely employed. Despite the
obvious limits of the initial work, history thus, at last, became "social", i.e. it dealt with all Frenchmen and
not just a privileged fraction of them. It was not only historical studies which were greatly extended.
Even "traditional" history, mainly factual, was seen in a new light, especially the crucial period at the end
of the Ancien Régime and the Revolution. As regards social history, from 1950 onwards, it became
possible to get an inkling of the living conditions first of the peasants, and then of the inhabitants of
towns in the past: late marriage, infrequent illegitimate births, intervals between births of 2 or 2 1/2
years, "critical" death rates etc. Great regional disparities were apparent, far in excess of social ones (as
regards demographic behaviour at least). The permanent nature of these differences over time is an
intriguing problem. The behavioural differences between the town and the countryside make it easier to
follow the exchange between town-dwellers and country -dweller s and its effect on the social
structures. Careful analysis of various statistics has also contributed in correcting some ideas on
attitudes in the past to, for instance: premarital conceptions and illegitimate births. These provide an
index of the extent of sexual relations outside marriage, at a time when there was almost no
contraception. Similarly, the frequency of the signatures on marriage registers sheds on the progress of
literacy in the 18th century. Much more will be known about the lives of Frenchmen under the Ancien
Regime once the family-card method has become general by including other information extracted from
economic, fiscal, legal and political sources. . .Résumé
Histoire et démographie Jacques Dupâquier En 1963 était fondée à Paris la Société de démographie
historique, qui consacrait l'alliance de la démarche historique et de la méthode démographique. Depuis
1958, les études monographiques sur des villages de l'Ancienne France se développaient, en même
temps que naissait une entreprise plus vaste de reconstitution de la population de la France depuis
Louis XIV, à l'initiative de Louis Henry. Dans les deux cas, L. Henry avait proposé une méthode de
dépouillement des registres paroissiaux de l'Ancien Régime, au moyen notamment de "fiches de
famille" qui ont été largement utilisées depuis. Malgré les limites évidentes des premiers travaux,
l'histoire devenait ainsi, enfin, "sociale", c'est-à-dire celle de tous les Français et non d'une fraction
privilégiée d'entre eux. Ce n'est pas seulement le champ de l'histoire qui s'est trouvé d'un seul coup
largement étendu. Même l'histoire "traditionnelle", principalement événementielle, s'est trouvée éclairée
d'un jour nouveau, sunout pour la période cruciale de la fin de l'Ancien Régime et de la Révolution. En
ce qui concerne l'histoire sociale, on commença (à partir de 1950) à connaître le régime démographique
des paysans, d'abord, puis des citadins d'autrefois : mariage tardif, naissances illégitimes peu
fréquentes, intervalles entre naissances de deux ans ou deux ans et demi, mortalités "de crise", etc.
L'existence de larges disparités régionales s'imposait ensuite, bien davantage que celle de disparités
sociales (en matière de comportements démographiques du moins). Surtout, la permanence de ces
disparités à travers les siècles n'a pas fini d 'in triguer. Les différences de comportement entre les villes
et les campagnes permettent de mieux comprendre la nature des échanges entre citadins et
campagnards, et leurs effets sur les structures sociales. L'analyse fine de statistiques diverses a aussi
contribué à rectifier et relancer l'histoire des mentalités : conceptions prénuptiales, et naissances
illégitimes, par exemple, donnent la mesure des relations sexuelles hors-mariage, dans un contexte qui
était encore fort peu contracepteur. De même, la fréquence des signatures sur les registres de mariage
renseigne sur les progrès de l'alphabétisation au XVIIIe siècle. On en saura encore bien davantage sur
les Français de l'Ancien Régime, quand on aura généralisé la méthode des fiches de famille en lui
ajoutant toutes sortes de renseignements puisés à d'autres sources économiques, fiscales, judiciaires,
politiques. . .HISTOIRE ET DEMOGRAPHIE
Jacques DUPÂQUIER
Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris
Nous allons bientôt célébrer les noces d'argent d'un couple constitué
jadis, entre deux sciences respectables et même déjà d'un certain âge : l'his
toire et la démographie. A vrai dire, ce mariage avait été précédé de longues
négociations et discussions, car chacun des futurs conjoints prétendait porter
la culotte. En outre, les vieux tourtereaux n'étaient pas amis d'enfance :
comme Га rappelé spirituellement Pierre Goubert(l) : "Avant 1944, les his
toriens, du moins les français, ne se sont préoccupés des problèmes de popul
ation que de manière intermittente, assez souvent latérale, et trop souvent
superficielle ; certains, comme Henri Sée vers 1924, affirmaient même que
les problèmes de population étaient inconnaissables. Ils laissaient cela aux
arithméticiens, que relayèrent bientôt d'excellents statisticiens et quelques
hygiénistes. Mettons à part quelques précurseurs comme Levasseur ou Esmonin,
et une poignée de médiévistes qui se colletaient et se querellaient avec une
pincée de polyptiques, quelques états de feux, des bribes de registres de compte
du curé, et quelques substantiels dénombrements dans les régions méridionales.
Du côté des siècles dont nous faisons notre pâture -du XVIe au XVIIIe ,
l'histoire continuait d'avoisiner les Belles-Lettres et de se réfugier dans le
Moral et le Politique. De temps à autre, un historien se demandait combien
telle ville ou tel pays pouvait avoir compté d'habitants ; il se penchait vers
l'imprimé, rarement sur une pièce d'archives, et cueillait au hasard un nombre
ou un autre. Dans le fond des provinces, les érudits locaux feuilletaient les
registres paroissiaux, fabriquant des généalogies approchées, et cueillant les
faits extraordinaires, les faits "curieux", comme ils disaient, baptêmes de
cloches, notes marginales du curé et autres faits divers. Quelques-uns, tout
de même, traçaient des bâtons et risquaient de hasardeuses additions. Mais,
c'étaient surtout les splendeurs et les horreurs qui fascinaient (. . .). Tout cela
demeurait de l'accessoire, ou de l'occasionnel, alors que, hors de France —aussi
(1) P. Goubert - Démographie historique et histoire. Communication au 10e an
niversaire de la Société de démographie historique, le 3 février 1973. Bulletin D.H., numéro
spécial, n°3, 1973, p. 11 à 15.
Population, numéro spécial, 1977. histoire 300
bien dans les pays germaniques qu'anglo-saxons ou italiens- la démographie
historique était prise beaucoup plus au sérieux".
Du côté de l'autre partenaire —la démographie— la situation était
bloquée, du fait que les démographes s'étaient emparés des services officiels de
la statistique et s'y étaient barricadés : "Alors que les autres sciences
s'installaient tout à fait dans les Universités ou y faisaient leur entrée, après
que la vieille scolastique y eut été définitivement abandonnée, la démograp
hie bifurquait vers l'Administration et entrait dans les organismes qui lui
assuraient les observations dont elle avait manqué, ou qu'elle avait eu tant
de peine à rassembler au cours des cent cinquante premières années de son
existence". Louis Henry, qui a attiré le premier notre attention sur ce problème
de structure(2), a montré en même temps les inconvénients qui en ont résulté :
"Comme les services de statistique exploitent l'état civil au fur et à mesure, et
n'y reviennent pas par la suite, il existe une coupure d'un siècle entre l'exploi
tation que font les services de statistiques et la réexploitation qu'on peut tenter,
100 ans après.en dehors de ces services"(3). En outre, le souci d'action à court
terme qui caractérise les démographes des services administratifs, "pour peu que
ces mêmes personnes partagent l'opinion, assez courante, que le passé est à
jamais mort, et que le connaître n'a d'autre utilité que satisfaire notre curiosité",
risque de les amener à conclure que la démographie historique était un simple
objet d'érudition, sans intérêt pratique, alors que la démographie contemporaine
était "une aide indispensable à l'action, par l'information qu'elle apporte et les
perspectives qu'elle ouvre".
I — Brève histoire de la démographie historique en France
La situation s'est débloquée juste après la seconde guerre mondiale,
lorsque les démographes ont commencé à s'intéresser à l'histoire et les his
toriens à la démographie. Du côté des premiers, il faut citer Alfred Sauvy,
(2) L. Henry - Démographie historique et démographie. Communication au 10e
anniversaire de la Société de démographie historique, le 3 février 1973. Bulletin D.H.,
numéro spécial n° 3, 1973, p. 3 à 10.
(3) Les documents ne sont pas communicables au public pendant cent ans, du
moins en France et en Angleterre. Cette situation explique en partie l'appréciation pes
simiste d'A. Burguière sur ce qu'il appelle "le sous-développement de l'histoire démo
graphique de la période contemporaine" (dans sa contribution au recueil collectif "Faire
de l'histoire" N.R.F., 1974, tome II, p. 75). Mais il semble exagéré d'écrire qu'"un phé
nomène complexe comme la baisse de la fécondité et l'introduction du contrôle des
naissances en Europe à la fin du XVIIIe siècle a été beaucoup mieux étudié, sinon mieux
expliqué, que le mouvement inverse, la reprise de natalité, appelée baby-boom dans les
années 40". ET DEMOGRAPHIE 301
qui en créant l'Institut National d'Etudes Démographiques, a fait sortir la
démographie des bureaux officiels de statistique ; et, en fondant simultané
ment la revue Population, lui a ouvert de larges fenêtres, bien avant qu'on ait
forgé le terme de recherches indisciplinaires. Dans le même esprit, son coll
aborateur Louis Henry oriente ses recherches vers la fécondité; il s'intéresse
d'abord aux facteurs biologiques, et pose la question de savoir s'il a existé,
dans le passé, un régime de fécondité naturelle. Du côté des historiens, Jean
Meuvret, l'un des fondateurs, avec Ernest Labrousse, de l'Ecole française
d'histoire quantitative, poursuit une grande enquête sur l'histoire des prix,
et découvre, dans la région de Gien, une évidente concordance entre hausse
du prix des grains et poussée de mortalité. Il en tire, pour l'un des premiers
numéros de Population, un article retentissant intitulé : "Les crises de subsis
tances et la démographie de la France d'Ancien Régime", qui amène plusieurs
historiens, et particulièrement Pierre Goubert, à se pencher sur cette richesse
en friche : les registres paroissiaux.
La méthode de reconstitution Dès 1952, P. Goubert annonce son propos
des familles de réunir sur une fiche l'ensemble des
seignements relatifs à la constitution d'une
famille : baptêmes, mariages et sépultures(4). Il sera le premier à dégager,
dans le cadre du Beauvaisis, les caractères fondamentaux de ce qu'on a appelé,
un peu abusivement, "l'Ancien régime démographique"(5), sur lequel nous
reviendrons tout à l'heure.
Parallèlement, la situation avait évolué du côté des démographes. Leur
entrée dans un territoire auquel ils s'étaient jusque-là peu intéressés comport
ait un risque, devait rappeler plus tard L. Henry (6) : "Celui de faire de la
démographie historique une colonie de la démographie courante, exploitée
uniquement pour les besoins de la démographie et non pour ceux de l'his
toire". Or, il se trouva que l'une des premières recherches entreprises, l'étude
de la bourgeoisie genevoise du milieu du XVIe au milieu du XXe, à partir
de généalogies(7), amena son auteur en plein cœur des problèmes historiques :
(4) P. Goubert - En Beauvaisis : problèmes démographiques du XVIIe siècle. An
nales E.S.C. VII-4, oct. déc. 1952.
(5) P. Goubert - Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1 730. Contribution à l'histoire
sociale de la France au dix-septième siècle. Paris, SEVPEN, I960.
(6) L. Henry - La démographie au service de l'histoire, in : Sur la population fran
çaise au XVIIIe et au XIXe siècles. Hommage à Marcel Reinhard. Paris, Société de démog
raphie historique, 1973.
(7) L. Henry - Anciennes familles genevoises, étude démographique : seizième-
vingtième siècles. INED/PUF, Cahiers Travaux et documents, n° 26, Paris, 1956. HISTOIRE ET DEMOGRAPHIE 302
dès la fin du XVIIe siècle, l'augmentation trop rapide des effectifs de la classe
dirigeante de Genève provoquait en son sein une crise qui se traduisait par
l'émigration des jeunes hommes, l'augmentation du célibat et le retard de
l'âge au mariage, puis la restriction volontaire des naissances. La démographie
de la classe dirigeante devenait alors un facteur de la vie politique de Genève
au XVIIe et au XVIIIe siècles.
Avant même d'en arriver à ces conclusions, L. Henry, qui ignorait les
recherches parallèles de P. Goubert, avait commencé à s'intéresser aux re
gistres paroissiaux français(8). Avec l'aide de M. Fleury, il met au point une
méthode rigoureuse de dépouillement et d'exploitation de l'ancien état civil
sur des fiches standardisées, ce qui permet de mesurer l'âge au mariage, la
répartition des intervalles entre mariage et première naissance, première et
deuxième naissances, etc. ; de calculer la fécondité légitime en fonction de
l'âge au mariage, la proportion de femmes stériles, d'observer l'âge à la der
nière maternité, d'étudier le devenir des enfants en fonction du rang de nais
sance, etc. Ainsi, à l'analyse transversale, fondée sur l'état et la structure de
la population à un moment donné, il substitue l'analyse longitudinale, où chaque
événement est mesuré en fonction de l'événement précédent. Cette méthode
a renouvelé complètement nos idées sur la fécondité —même pour la période
contemporaine— et elle a été jusqu'à ouvrir des perspectives en biologie. Dans
ce domaine, L. Henry a contribué à faire passer la démographie de l'âge de la
photo à celui du cinéma.
Deux ans avant la première édition du fameux manuel(9), la méthode
est appliquée avec succès par un démographe canadien, J. Henripin, qui utilise
des généalogies constituées au XIXe siècle (10). En 1958 paraît la première
monographie ; elle concerne un petit village de Normandie, Crulai(ll), dont
le nom devient bientôt célèbre chez les démographes du monde entier. L'année
suivante, Population publie une étude plus sommaire, due à un chercheur de
FINED, qui utilise les fiches constituées par les élèves de M. Reinhard sur
Sotteville-lès-Rouen(12). Celui-ci, qui a fait paraître dès 1949 V Histoire de
(8) L. Henry - Une richesse démographique en friche : les registres paroissiaux.
Population VIII-2, avril-juin 1953, pp. 281-290.
(9) M. Fleury et L. Henry - Des anciens registres d'état civil à l'histoire de la po
pulation. Manuel de dépouillement et d'exploitation de l'état civil ancien, Paris, PUF,
1956 ; réédité en 1965 et 1977 sous le titre Nouveau manuel de dépouillement. . .
(10) J. Henripin - La population canadienne au début du XVIIIe siècle. Nuptialité,
fécondité, mortalité infantile, INED/PUF, Cahiers Travaux et documents, n° 22, Paris,
1954.
(11) E. Gautier et L. Henry - La population de Crulai, paroisse normande, étude
historique. INED/PUF, Cahiers Travaux et documents, n° 33, Paris, 1958.
(12) P. Girard - Aperçus de la démographie de Sotteville-lès-Rouen vers la fin
du dix-huitième siècle. Population XIV-3, juil-sept. 1959, pp. 458-508. HISTOIRE ET DEMOGRAPHIE 3Q3
la population mondiale de 1700 à 1948(13), se préoccupe dès lors d'organiser
la recherche : en 1960, les spécialistes qui participent au XIe Congrès Inter
national des Sciences Historiques conviennent de la nécessité de créer une
commission internationale. Un colloque se réunit à Liège à cet effet, en avril
1963, sur l'initiative de P. Harsin. Le mois précédent M. Reinhard et A.
Armengaud ont fondé, à Paris, la Société de démographie historique qui aura
bientôt sa revue spécialisée : les Etudes et Chroniques, qui prennent en 1965
le titre d'Annales de Démographie Historique.
Résultats, débats et A partir de 1960, les travaux s'accélèrent : mentionnons
combats l'étude de J. Ganiage sur la population européenne de
Tunis(14), celle de M. Terrisse sur Ingouville(15), celle de
J. Houdaille sur Saint-Agnan(16), celle de P. Gouhier sur Port-en-Bessin(17), qui
font toutes figure d'oeuvres pionnières. L'INED édite encore, dans ses Cahiers
Travaux et documents, la monographie de J. Ganiage sur trois villages du pays de
Thelle(18) et celle de P. Valmary sur le Bas-Quercy(19), mais on doit bientôt
renoncer à la publication intégrale des études paroissiales, d'autant plus que le
choix des paroisses étudiées n'est pas toujours judicieux (20), et que les résultats
ne ménagent généralement plus de surprise. On a un peu l'impression de tourner
en rond, et P. Chaunu peut évoquer, en la matière, la loi des rendements
décroissants.
En outre, la plupart des études s'arrêtent à la Révolution, alors que c'est
justement à cette époque que commence à apparaître un changement de com
portement des couples.
(13) Refondue en 1961, avec la collaboration d'A. Armengaud, puis en 1968 avec
celle de l'auteur de cette note, elle a pris le titre ^Histoire générale de la population
mondiale. Une 4e édition est en préparation.
(14) J. Ganiage - La population européenne de Tunis au milieu du XIXe siècle.
Etude démographique, Paris, PUF, 1960.
(15) M. Terrisse - Un faubourg du Havre : Ingouville - Population XVI-2, avril-
juin 1961, pp. 285-300.
(16) J. Houdaille - Un village du Morvan : Saint-Agnan. Population XVI-2, avril-
juin 1961, p. 301-312.
(17) P. Gouhier - Port-en-Bessin, 1597-1792. Essai d'histoire démographique. Cahier
des Annales de Normandie. n° 1, 1962.
(18) J. Ganiage - Trois villages d'Ile de France au dix huitième siècle. INED/PUF,
n° 40, Paris, 1963. Cahiers Travaux et documents,
(19) P. Valmary - Familles paysannes au dix -huitième siècle en Bas-Quercy.
n° 45, Paris, 1965. INED/PUF, Cahiers Travaux et documents,
(20) Voir, dans les Annales de démographie historique 1972 ma. note : "Problèmes de
représentativité dans les études sur la reconstitution des familles". HISTOIRE ET DEMOGRAPHIl 304
Enfin, quelques doutes se manifestent sur la représentativité des résultats :
par la reconstitution des familles, on n'atteint que la fraction stable de la popula
tion rurale : "Comment être sûr, comment prouver que le modeste échantillon
dégagé, le seul observable scientifiquement, témoigne pour l'ensemble ?" écrit
P. Goubert(21) au sujet de la monographie d'Isbergues(22). "On finit par se
demander si tant d'efforts héroïques, et tant de micro-échantillons valent d'être
longuement poursuivis, notamment dans ces régions parisiennes et nordiques
désormais assez bien connues"(23).
Heureusement, depuis 1965, d'autres études ont été entreprises, en parti
culier dans l'Ouest, le Centre, le Midi Aquitain, le Languedoc, la Provence, le
Dauphine, l'Alsace. Impossible de les citer toutes.
Par ailleurs, on commence à bien connaître les petites villes (Meulan,
Argenteuil, Corbeil, Saint-Denis) et les villes moyennes (Bayeux, Saint-Malo).
La thèse de J.C. Perrot sur Caen fera date (24). J.P. Bardet étudie la population
de Rouen, A. Chamoux celle de Reims, J.P. Kintz celle de Strasbourg par la
méthode du sondage alphabétique.
Les chantiers de la démographie Dès 1958, L. Henry avait lancé un plan
historique de travaux par sondage pour connaître
la population de la France depuis Louis
XIV(25) ; cette enquête est aujourd'hui presque achevée, et les premiers résul
tats, parus en novembre 1975, renouvellent entièrement les idées reçues
sur l'histoire démographique de la France. Ils reposent sur la reconstitution
des familles dans un échantillon de quarante paroisses rurales réparties à travers
toute la France, et sur une statistique du mouvement de la population de 1670
à 1829, élaborés à partir d'un sondage au 1/500.
(21) P. Goubert — Vingt-cinq ans de démographie historique in Sur la population
française aux XVIIIe et au XIXe siècles. Hommage à Marcel Reinhard. Société de démogra
phie historique, Paris, 1973.
(22) С Pouyez - Une communauté rurale d'Artois : Isbergues (1598-1826). Thèse
de troisième cycle, dactylographiée, Lille III, 1972.
(23) A. Burguière, écrit que "la démographie historique connaît déjà les maladies
de la vieillesse", car "les travaux récents prennent un caractère répétitif. C'est oublier
tout ce qui se fait en dehors des monographies paroissiales !
(24) J.C. Perrot - Genèse d'une ville moderne : Caen au dix-huitième siècle. Paris,
Mouton, 1975.
(25) M. Fleury et L. Henry - Pour connaître la population de la France depuis
Louis XIV. Plan de travaux par sondage. Population, XIII, n° 4 oct-déc. 1958 p. 663-686.
Les premiers résultats ont été publiés dans un numéro spécial de la revue Population :
"Démographie historique", nov. 1975. HISTOIRE ET DEMOGRAPHIE 3Q5
Enfin, l'équipe de démographie historique, constituée en 1967 par Marcel
Reinhard, et devenue, en 1973, le Laboratoire de Démographie Historique de
l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, s'intéresse à la géographie histo
rique du peuplement et a entrepris l'édition de dictionnaires départementaux
d'histoire administrative et démographique (26).
En outre, pour préparer une grande "Histoire démographique de la
France", qui devrait voir le jour vers 1980, le laboratoire cherche à corriger les
données de la Statistique Générale de la France pour le XIXe siècle (27) et à
élaborer des modèles de population stable susceptibles de rendre compte des
situations historiques réellement observées(28).
H. Le Bras a utilisé des méthodes analogues pour étudier le retour d'une
population à l'état stable après une catastrophe, et les modifications des rapports
entre générations en fonction des variations de la natalité et de la mortalité(29).
Il reste pourtant bien des zones d'ombre, ou, plus exactement, bien
des chantiers en friche : la démographie du Moyen Age, celle du XVIe et celle
du XIXe siècle ; les problèmes que posent la réduction de la mortalité au XVIIIe
-phénomène européen et même mondial, pour lequel personne n'a proposé
encore d'explication satisfaisante- et le changement de comportement des
Français à la charnière du XVIIIe et du XIXe siècles.
(26) Sont déjà parus les dictionnaires suivants :
- Région parisienne (CNRS, 1974)
- Maine-et-Loire (EPHE, 1974)
- Pas de Calais (Université de Lille III, 1975)
- Oise (EHESS, 1977).
- Ardèche (CNRS Lyon, 1977)
(27) Sur ce point, il faut signaler le remarquable travail d'Etienne Van de Walle.
The female population of France in the XIXt century. Princeton University Press, 1974.
(28) Est-il utile de préciser qu'un modèle démographique ne se ramène pas à "combin
er entre eux taux de fécondité, espacement des naissances, âge au mariage et taux de mort
alité" ? Et que ces modèles, beaucoup plus rigoureux que ceux des historiens économistes,
puisque le nombre des paramètres est limité, ne peuvent être accusés de nous laisser "aux
frontières d'une réalité culturelle ambiguë" (A. Burguière, op. cit.) puisqu'ils ne prétendent
nullement déborder du cadre de l'analyse démographique.
(29) H. Le Bras - Retour d'une population à l'état stable après une catastrophe.
Population XXIV-5, oct-nov. 1969, pp. 861-896. Du même : Parents, grands-parents,
bisaïeux, Population XXVIII-1, janv.-fév. 1973, pp. 9-38.