Introduction à la Psychologie - Résumé du cours 1998 1999

Introduction à la Psychologie - Résumé du cours 1998 1999

-

Documents
21 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Introduction à la PsychologieRésumé du cours,QWURGXFWLRQ j OD 3V\FKRORJLH Résumé -2 -,QWURGXFWLRQa) Définitions1. étudier les sentiments2. opposition intérieur et extérieur de l'homme3. la conscience (animaux) ˝ plus on avance, plus il y a synthèse4. le comportement humain (contraire 2)5. interaction être vivant < -- > milieu de vieb) Branches de la psychologieTrès variées.c) Critères de classification (de l’étude)Approche multidimensionnelle.a. la méthode: a. Ψ expérimentale : VD effets et VI causes ; provoquer un événement avec des hypothèses à testerb. Ψ observationnelle ou approche descriptive, observation systématique (grilles d’observation, critères objectifs et précautions)c. Ψ comparative (comparer des espèces vivantes pour comprendre le comportement, avec méthode expérimentale ou observationnelle)d. Ψ clinique (interaction entre sujets et clinicien, méthodologie du cas unique)e. Ψ cognitive (parle de la perception, de la mémoire, des émotions, des processus d’apprentissage,…)b. l'objet, le sujet: individu, situation, fonction, activitéc. l'option théorique:1. deux grandes oppositions: début du siècle, les chercheurs regardaient à l'intérieur d'eux-mêmes,introspection (Gestalt). Pas d'objectifs => béhaviorisme3V\FKR GH OD IRUPH *HVWDOW SHUFHSWLRQ 3V\FKR EpKDYLRULVWHFRPSRUWHPHQW − conscience − refus de la conscience− structuration de la réalité par la pensée − pas d’intérêt pour la pensée− ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 46
Langue Français
Signaler un problème

Introduction à la Psychologie
Résumé du cours,QWURGXFWLRQ j OD 3V\FKRORJLH Résumé -2 -
,QWURGXFWLRQ
a) Définitions
1. étudier les sentiments
2. opposition intérieur et extérieur de l'homme
3. la conscience (animaux) ˝ plus on avance, plus il y a synthèse
4. le comportement humain (contraire 2)
5. interaction être vivant < -- > milieu de vie
b) Branches de la psychologie
Très variées.
c) Critères de classification (de l’étude)
Approche multidimensionnelle.
a. la méthode: a. Ψ expérimentale : VD effets et VI causes ; provoquer un événement avec des
<comment> hypothèses à tester
b. Ψ observationnelle ou approche descriptive, observation systématique (grilles
d’observation, critères objectifs et précautions)
c. Ψ comparative (comparer des espèces vivantes pour comprendre le comportement,
avec méthode expérimentale ou observationnelle)
d. Ψ clinique (interaction entre sujets et clinicien, méthodologie du cas unique)
e. Ψ cognitive (parle de la perception, de la mémoire, des émotions, des processus
d’apprentissage,…)
b. l'objet, le sujet: individu, situation, fonction, activité
c. l'option théorique:
1. deux grandes oppositions: début du siècle, les chercheurs regardaient à l'intérieur d'eux-mêmes,
introspection (Gestalt). Pas d'objectifs => béhaviorisme
3V\FKR GH OD IRUPH *HVWDOW SHUFHSWLRQ 3V\FKR EpKDYLRULVWHFRPSRUWHPHQW
− conscience − refus de la conscience
− structuration de la réalité par la pensée − pas d’intérêt pour la pensée
− apprentissage par insight : découvrir un moyen − l’homme intervient toujours de la même manière
sans jamais avoir appris sur ce qui lui arrive (déterminisme)
− agit par renforcements
− plus scientifique
− comportement déterminé pas stimulis
Principe fondamental: Principe fondamental:/ H WRXW HVW SOXV TXH OD VRPPH GHV SDUWLHV ,QWpUrWSRXUOHVUpSRQVHVDX[ VWLPXOLVSDVVXUFH TXLVHSDVVH j OL
QWpULHXU
2. l'approche cognitiviste: rapproche les deux précédentes oppositions (rencontres D et U.S.A.
pendant la guerre). Avec l'arrivée de l'ordinateur, traitement de l'information, on dira que l'homme
est une sorte d'ordinateur, de la façon qu'il traite les données. Il y a deux tendances: celle gestaltiste
(quelque chose qui s'organise ; l’homme organise l’information sur soi, la traite, la modifie ;
activité interne ; l’esprit invente et est créatif) et celle béhavioriste (intérêt à ce qui entre et ce qui
sort de l'homme ; l’information entre et sort chez l’homme ; apprend qu’avec renforcements).
Apprentissage par insight.
3. l'approche psychanalytique: (Freud) procédé d'investigation spécifique de la formation des pensées
inconscientes. Organisation dans l'inconscient, actes manqués, lapsus,... signes de conflits
inconscients. Intérêt unique pour la boîte noire et le développement de la personnalité.
4. l'approche systémique: on ne s'intéresse plus à l'individu unique, mais à un système dynamique et
organisé, contenant l’individu. On étudiera donc les interactions, relations et non seulement 4-5
individus. Les problèmes des enfants sont de bons indicateurs de troubles dans les systèmes. Le
tout est plus que la somme des parties.
@PYF ’ 98,QWURGXFWLRQ j OD 3V\FKRORJLH Résumé -3 -
5. l'approche humaniste: d'après Rogers, l'approche centrée sur les expériences subjectives et sur la
personne qui vit quelque chose ici et maintenant. ˝ psychanalyse: basé sur l'intérieur, mais pas
l'inconscient. Système de questions de relance. Relations intrasubjectives : chez un individu ;
relations intersubjectives : dans un groupe d’individus.
d) Les domaines frontières de la psychologie
Biologique ˜ Homme ¯ Culture
(fondements biologiques (le fait de parler avec les
des phénomènes psychologiques, autres, d'avoir des parents,...
intrapsychiques) phénomène interpsychique)
Ψ
La psychologie est toujours entre les deux, suivant le genre de psycho... ou de ...psychologique. On se situe d'un
côté ou de l'autre.
Il y a un risque de réductionnisme suivant la personne qui parle: ou tout biologique, ou tout culturel !
Branches accessoires: statistiques, maths, logique, linguistique (un moyen d'accès: la parole)
Epistémologie implicite: théories vraies ou fausses ? On parle d'épistémologie lorsqu'on regarde comment
l'enfant apprend.
Phénomène de connaître: causalité (apprendre qqche du monde qui nous concerne)
Sujet Monde
sens vérité
représentation (théorie)
Empirisme: la connaissance (représentation) est déterminée par le monde, l’expérience
(comportementalisme)
Empirisme: la réalité reçue passivement par le sujet (qui disparaît finalement) ˝ objectivité
˝ béhaviorisme
Rationalisme: (à priorisme) ≠ empirisme. L’homme sait déjà tout (innéisme)
Rationalisme: le sujet structure le monde
Interactionnisme: Piaget (constructivisme). La vérité est garantie par les interactions sujet-
objet. Connaissances par le réel (monde) et par les gènes (soi-même).
On peut donc avoir beaucoup de frontières (titres de revues,...).
Conventionnalisme: est vrai sur ce quoi on s'est mis d'accord (USA).
Pragmatisme: une connaissance est vraie lorsqu'elle est utile et si on est d’accord avec (Europe).
@PYF ’ 98HU
qPH
,QWURGXFWLRQ j OD 3V\FKRORJLH Résumé -4 -
/D &RQVFLHQFH
1. Introduction
Historique:
Objet d'étude de la psychologie introduit par Brentano: étude des phénomènes psychiques (≠ physique) ˝
conscience intentionnelle, càd phénomène (intentionnalité) qui dirige la conscience sur quelque chose.
Dans l'intentionnalité, il y a une notion de liberté, de spontanéité, pensées internes (ce qu'on a en tête va nous
faire réagir autrement qu'une autre personne).
L’être intentionnel a aussi la parole ˝ moyen symbolique de représentation qui permet d'envoyer des messages˝ conscience d'être conscient.
Conscience de surface :
On est conscient quand : - on appréhende des événements internes et externes
- on réfléchit sur des expériences antérieures
- on résout des problèmes
- on a une attention sélective
- on a le choix d’une action
Quelques termes proches:
L'attention / la vigilance / contrôle
− conscient
− préconscient: n'est pas dans le conscient, mais peut y venir
− subconscient: - très profond, pas de contrôle
- phénomènes infraliminaire ou subliminaux, càd on perçoit sans s'en rendre compte.
− inconscient : psychanalyse, pas d’accès
Freud: Théorie de l'appareil psychique: WRSLTXH: conscient, préconscient et inconscient.: ça, moi et surmoi.
er1 topique:
&RQVFLHQFH: perception interne et externe dans l’ici et maintenant, ce qui se passe dans l'esprit (mémoire, 5
sens,...)3UpFRQVFLHQW: tout ce qui n'est pas dans la conscience maintenant, mais qui est atteignable avec concentration
,QFRQVFLHQW: tout ce qui est pulsions. Ce qu'on passe du conscient à l'inconscient, c'est le refoulement (hors
de contrôle) ˝ pas d'accès direct à l'inconscient (barrière du refoulement), seulement avec la
psychanalyse. Le retour du refoulé est sous formes de rêves, actes manqués, lapsus,... Ce n’est
pas possible de gérer.
Théorie du soupçon: derrière chaque chose dite, il y a quelque chose de caché ˝ on fait des interprétations.
ème
Science des soupçons : psychanalyse de salon, recherche de 2 sens dans les conversations.
ème2 topique:
PRL: siège de la conscience, organisation et gérance de ce qu'il y a l'intérieur, reçu par la réalité, les
émotions et les valeurs. Lien entre ça et surmoi. Gère les pulsions.
oD: réservoir des pulsions, instinct vital, moteur (faire les choses puis être satisfait). Inconscient purVXUPRL: intériorisation des valeurs: interdit (valeurs négatives) / positif (ambitions, idéal du moi).
Permet le développement et la structure.
*pUDQFH GX PRL:
Le ça et une partie du surmoi sont inconscients (ce qui est interdit est refoulé). L'autre partie du surmoi est
préconscient, avec le moi. Exercice: lecture + dictée (concentration sur deux choses). (Spelke, Hirst, Heisser). Un
mécanisme de défense = la sublimation du ça.
@PYF ’ 98,QWURGXFWLRQ j OD 3V\FKRORJLH Résumé -5 -
2. La biologie de la conscience
erD'après le livre du même titre de Edelmann (neuro-biologiste, connaît le cerveau, 1 à s'intéresser à la
conscience, modèle biologique, après les psychologues et les philosophes). L’idée est que la sélection se fait au
niveau des neurones. La structuration dépend de la vie et de l’apprentissage de l’enfant. Il a trois hypothèses :
1. physique pas de conscience sans corps
2. évolutionniste la conscience est le résultat de l’évolution de l’espèce et est fondamentale pour son
existence. Elle est adaptive.
3. des sensations toutes des expériences subjectives pouvant être comparées entre individus pour créer
des théories de la conscience.
Il y a deux sortes de consciences - primaire: on reconnaît les catégories
- secondaire: on peut en plus mettre en mots ces catégories
Primaire: Secondaire:
- percevoir quelque chose dans la réalité, càd image - en plus: vue subjective qu'on peut décrire
mentale
- présent (temps) - en plus passé, futur
- mémoire - en plus langage, concept de soi (expérience
- pas de conception de soi subjective unique)
- pas d’autodescription - conscient d'être conscient (récursif)
3. Le concept de soi / conscience de soi chez l'enfant
Pour voir chez l'enfant, il suffit de faire le test du miroir (avec tache sur le nez, clignotant derrière, vitre avec le
jumeau, film,...).
Plusieurs étapes (version Zazzo):
¯1 an: ne se reconnaît pas, attire l'attention pour jouer, veut nettoyer la tache sur le miroir.
1 an: pour jumeaux, différence entre vitre et miroir. Premiers jeux de mains en général.
1 ½ - 2 ans: évite les miroirs, est troublé.
3 ans: réussit l'épreuve de la tache; se reconnaît dans les films, mais par le prénom et pas je.
5 ans: dans les films, n'accepte pas que ce soit lui, car ne bouge pas comme lui.
6 ans: se reconnaît
4. Le sommeil
Définitions: - état psychique contradictoire: - perte de conscience
- rêves et souvenirs, donc conscience
- activités cérébrales
- besoin de sommeil chez les oiseaux, mammifères, pas reptiles...
Signes biologiques, activité électrique du cerveau
On ne peut l'étudier que de l'extérieur, avec électroencéphalogramme Atkinson p. 229.
Différents stades (irréguliers): stade 0 pas d'ondes alpha, éveillé
stade 1 activité très rapides, irrégularités, ondes alpha
stade 2 apparition de fuseaux (impulsions très rapides)
stade 3 + 4 rythme très large ˝ on ralentit ; repos du cerveau, ondes delta,
sommeil profond.
stade REM de nouveau rythme rapide, retour stade 1, REM (rapid eyes
movement) en plus. 6RPPHLO SDUDGR[DO, car rythmes du cerveau
et yeux presque normaux, mais atonie musculaire.
Rythmes et sommeil
circadien: rythme d'environ 24 heures
infradien: rythme de moins de 24 heures
ultradien: rythme de plus de 24 heures
@PYF ’ 98,QWURGXFWLRQ j OD 3V\FKRORJLH Résumé -6 -
Phases de sommeil, alternance jour / nuit, rythme circadien géré par horloges internes: FKURQRELRORJLH (rythme de
25 heures si enfermé).
− Besoins de sommeil: - bébé, 16 h/jour - 1 an, 13 h/jour - adultes, env. 7 h/jour
− perturbation: travail de nuit, horaires irréguliers
− preuves du rythme circadien: basse température nocturne, sensibilité à la douleur.
Troubles du Sommeil
− LQVRPQLH: classique: * difficulté à s'endormir
* pas pouvoir se rendormir si on se réveille
* se réveille trop tôt le matin
Consommation de médicaments: 6% des hommes, 14% des femmes.
Traitements de l'insomnie: traitement des angoisses
Insomnie subjective: on dort plus que ce que l'on croit, mais ce sommeil n'est pas réparateur
− DSQpH GX VRPPHLO: rétrécissement de la trachée ˝ arrêt de la respiration ˝ réveil sans s'en rendre
compte ˝ se rendort facilement ˝ peut arriver aussi le jour. Tendance aux crises
cardiaques. Médicament: scotch (sportifs).
− QDUFROHSVLH: s'endort brusquement n'importe où, n'importe quand, n'importe comment. Peut être des troubles
génétiques.
5. Le rêve
Le rêve, psychophysiologiquement, est une activité mentale survenant au cours du sommeil. Il y a deux grands
moments dans le sommeil: REM et non REM.
REM Non REM
− mouvement des yeux − pas de mouvements
− proche de l'éveil (EEG) − ondes lentes
− atonie proximale (˝ on peut bouger les doigts) − peu de rêves
− rythme cardiaque proche de l'éveil + − sommeil profond
changement (si peur...) − grande tonicité musculaire
− rêves à caractère logique − rythme cardiaque ralenti
− Eveil pendant REM: 80% se souviennent du rêve
− pendant le rêve, il y a inhibition (on n'agit pas).
− Somnambule: non REM
− Parler pendant la nuit: soit somnambulisme, soit inhibition de la coupure.
Troubles : - somnambulisme : lors de phase non-REM (nécessité de tonus musculaire)
er- terreur nocturne : le dormeur se réveille en état de frayeur (1 tiers de la nuit) avec des
signes neurovégétatifs (transpiration, rythme respiratoire et pouls
accéléré)
ème
- cauchemar : réveil dans 2 moitié de la nuit avec souvenir d’un rêve angoissant
(stress, sevrage,…). Normalement pendant phase non-REM (assit sur le
lit), mais pas forcément si on vient de se réveiller.
Qui rêve ? Tous les mammifères, mais pas les poissons, amphibiens, reptiles et dauphins (ne dorment que d'un
cerveau pour pouvoir remonter respirer). Temps de rêve: poules - vaches (25 mn), chimpanzé (90 mn), chat (200
mn, expérience de Jouvet), homme (100 mn, plus pour les bébés).
A quoi sert le rêve ?)UHXG: traité des conflits intrapsychiques (conscience secondaire). Le rêve est la voie royale pour étudier
l’inconscient.
Plusieurs types de rêve: - gestion de la vie quotidienne
- révélateur d'un conflit
- porté sur l'avenir, invitation à un changement
- inconscient collectif qui adresse des messages (Young)
- rêves liés à des facteurs biologiques (maladies) ou physiologiques (bras coincé),...
@PYF ’ 98,QWURGXFWLRQ j OD 3V\FKRORJLH Résumé -7 -
Fonctions du rêve : - gardien du sommeil
- se couper de la réalité
- réaliser des desseins inconscients et irréalistes
- se protéger intérieurement des pulsions de l’inconscient
- régler les contenus intrapsychiques refoulés dans l’inconscient
Approche psychanalytique: contenu latent (ce qu'on a réellement rêvé et travail d'interprétation pour retrouver) et
manifeste (ce dont on se souvient après, avec la censure).
$HSSOL : approche youngienne. Rêves = image de notre vie existentielle actuelle, révélateurs de conflits, invitant à
un changement. <cf. plus haut>
)RXONHV : sommeil = activité mentale, servant à réorganiser le cognitif et les activités mentales. (cognitivisme)
-RXYHW: neurobiologie (fonctions fondamentales biologiques), car on le trouve chez les animaux. Le rêve permet
une reprogrammation génétiquement programmée pour conserver les aspects innés. Justification: le rêve permet
d'effacer les erreurs en comparant la réalité et programme du génome (Edelmann). Il réduit l’homme à une
conscience primaire sans conscience secondaire.
&ULFN HW 0LWFKLVRQ : cerveau = ordinateur, le rêve traite les ratés. (neurobiologie)
6. Perturbations de la conscience
Toutes les manifestations altérant la vigilance de la conscience.
Coma
S'analyse et se décrit suivant la profondeur.
([DPHQV FOLQLTXHV: - perceptivité (cortical): répondre, comprendre un ordre, donc intégration corticale de l’info
- réactivité (sous-cortical): - réaction plus simple (manifestation au bruit ou à l'appel)
- encore plus bas, réaction à la douleur
- intégration sous-corticale de l’information
Lorsqu'on en ressort, on remonte les étapes. Le coma le plus profond est lorsqu’il n’y a pas de réactions.
DrogueWURXEOHV: drogues
PRGLILFDWLRQV: hallucinogènes
DFFRXWXPDQFH = dépendance (réaction au moment du sevrage) + tolérance (augmentation des doses pour le
même effet)
&ODVVLILFDWLRQ: - stimulants (nicotine, cocaïne)
- somnifères (barbituriques, alcool, sédatifs)
- narcotiques (fonction apaisante)
- hallucinogènes (perturbation des sens, déréglementation de l’esprit)
La marijuana et le haschich ont des effets narcotiques à petites doses, mais hallucinogène à grandes doses.
&RQVpTXHQFHV : - isolement social
- petite délinquance
- troubles alimentaires
- sevrage long et difficile car il faut tout rebâtir
@PYF ’ 98,QWURGXFWLRQ j OD 3V\FKRORJLH Résumé -8 -
Hy pnose
Interaction sociale dans laquelle une personne volontaire (sujet) répond à une autres (hypnotiseur). C’est une
relation asymétrique, inégale. Pratique controversée, pas très scientifique. A des aspects pragmatiques (qui
s’adapte, qui est orienté vers une action pratique).
0DQLIHVWDWLRQV: - on arrête de planifier
- l'attention devient sélective (on n'entend plus que hypnotiseur)
- évocation de riches fantasmes
- le principe de réalité disparaît
- grande suggérabilité8WLOLVDWLRQ - interprétations des rêves en psychanalyse
- traitement des brûlés
/HVpPRWLRQV
1. La biologie de l'émotion
Une émotion (James)? * expérience subjective
* réaction corporelle interne
* prise de conscience d'une situation (sentiment)
* expression faciale
* réaction par rapport à la source
expression faciale corps (expression subjective)
VLWXDWLRQ GpFOHQFKDQWH H[SpULHQFH VXEMHFWLYH
cognition (prise de conscience)
2. Aspects biologiques
Cerveau
Système nerveux central
Moelle épinière
Système nerveux
Système somatique
Système nerveux périphérique
Système autonome
Relié au système nerveux autonome. 2 systèmes antagonistes: - sympathique (émotion)
- parasympathique (clame et plus tranquille)
Si le système sympathique fonctionne: poils qui se hérissent, cœur qui bat plus vite,... Si inhibition: digestion,
vessie, sexe. Le contraire si c'est le système parasympathique qui fonctionne.
@PYF ’ 98,QWURGXFWLRQ j OD 3V\FKRORJLH Résumé -9 -
3. Emotion - visage
Il y a deux types d'émotions (Damasio): - primaire (héréditaire, capable de réagir très vite)
- secondaire (réagir différemment en fonction de l'anticipation et de
l'expérience.
Dans certains cas, les deux émotions peuvent survenir en même temps (fâché et triste).
2 sortes de sourire: forcé et naturel. Il n'est presque pas possible de faire un sourire naturel sur commande, car il
est commandé par l'amygdale ˝ lien entre expression du visage et émotions.
4. Emotions élémentaires et universalité de l'expression de l'émotion
Il y a plusieurs listes selon plusieurs auteurs, mais certaine émotions on retrouve. Il y a plus d'émotions négatives
que positives. Mais l'expression est la même ˝ primaire ? probablement.
OH GpWHFWHXU GH PHQVRQJHV : - fréquence cardiaque
- tension artérielle
- respiration
- conductivité de la peau (chaire de poule,...), réflexe RPG
(psychogalvanique)
Mesures d'après une ligne de base (relaxé). Les réponses sont oui ou non.
3 types de questions: * critique (celles qui nous intéressent)
* de contrôle (s'attend à un mensonge, mais admissible)
* neutres (personne ne ment)
Critique comparée à neutre ˝ vérité
Critique comparée à contrôle ˝ mensonge
SURYRFDWLRQGHVpPRWLRQV"
Les émotions provoquent-elles l'expression du visage, ou est-ce le contraire ? Recherches contradictoires.
(demander à un acteur de faire telle ou telle émotion pour une photo). Il y a un rapport entre expressions faciales
et physiologie, mais les sujets n’éprouvent pas vraiment les émotions qu’ils produisent.
Emotion différente selon des physiologies différentes (Ekman, Levenson et Frieson : mouvements faciaux selon
ordres comparés au rythme cardiaque et la température de la peau).
5. Le raisonnement
Raisonner est le propre de l'homme. C'est faire des démonstrations, se servir de concepts,...
a. les concepts
Les énoncés, mots, le lexique sont des concepts. Un proposition relie des concepts entre eux. On reconnaît les
concepts grâce à leurs attributs (propriétés, qualités).
Un concept est une réunion d'un ensemble d'attributs à un objet; c'est une classification d'objets par rapport à une
propriété qu'ils ont en commun.
/HV SURSULpWpV
* Propriétés définitoires: noyau; tous les objets qui tombent sous un concept on ces propriétés.
* Propriétés marginales: celles qu'a le prototype, elles sont plus intuitives. Tous les objets de l'ensemble ne les
ont pas forcément.
* Propriétés apparentes : celles qu’on voit
* Propriétés cachées : celles qu’on ne voit qu’après recherche
@PYF ’ 98,QWURGXFWLRQ j OD 3V\FKRORJLH Résumé - 10 -
+LpUDUFKLH
On peut hiérarchiser en spécifiant les propriétés.
&RPELQDLVRQ
On combine les concepts ˝ on fait des phrases ˝ infinité de possibilités, combinaisons ˝ on avance dans la
connaissance.
b. la logique des propositions
La plus petite proposition: objet + propriété.
Définitions: - ORJLTXH ELYDOHQWH: qqche qui est susceptible d'être vrai ou faux ˝ 2 possibilités.
- ORJLTXH IRUPHOOH : s'intéresse à la forme, mais pas au contenu.
Intérêt: mettre ensemble avec des facteurs logiques (et, ou, si…alors, négation)
(FF contradiction et VV tautologie) P P∩¬PP ∪¬P
VFV
FF
8WLOLWp SUDWLTXH : diagrammes de Vennes
c. démontrer, déduire, raisonnement
Déduction = raisonnement valide permettant de lier des hypothèses avec des conclusions.
Il faut que la conclusion soit vrai si les hypothèses si vraies: YDOLGLWp.
Principe de YpULWp: les hypothèses sont vraies.
La logique formelle est la structure du raisonnement.
Concepts: des choses inanimées qui deviennent objets dès qu'elles bougent ˝ deviennent des concepts.
attributs communs qui permettent de catégoriser.
$QDO\VH IRUPHOOH GHV UDLVRQQHPHQWV : P = il pleut / Q = je prend mon parapluie
* Modus ponens (si P alors Q): hypothèse P. conclusion Q
* Modus tollens (si P alors Q) : hypothèse ¬Q, conclusion ¬Q
* (si P alors Q) : hypothèse Q, alors on ne peut pas conclure
* (si P alors Q) et (si Q alors P) : des quantificateurs nous font raisonner avec d’autres règles de déduction
6\OORJLVPHV
Raisonnements qui ont trois propositions : la mineure, la majeure et la conclusion. La conclusion est déduite de la
majeure par l’intermédiaire de la mineure. Il y certaines règles qui font que les syllogismes sont faux (propriété
commune,…)
d. raisonner au quotidien
Faut-il toujours raisonner avec la logique formelle ? Non, car les émotions interviennent. Les émotions sont des
PDUTXHXUV VRPDWLTXHV (Damasio): - soit raisonnement de façon formelle ˝ fait toutes les possibilités, mais les
solutions sont divergentes et non convergentes vers 1 seule solution.
- soit raisonnement avec marqueurs somatiques ˝ 1 possibilité et le corps
va réagir ˝ la possibilité aura une valeur. On enregistre et on sait ensuite
ce qui sera bon pour nous ou pas.
e. exemples
H . Expérience de Wason: cartons avec des lettres d'un côté et des chiffres de l'autre et on voit deux lettres et
deux chiffres, tel que pour les voyelles = nombre pair de l'autre côté. Quelles cartes faut-il tourner pour que la loi
soit vraie (il faut tourner une voyelle (pour voir le numéro pair au dos) et un chiffre impair (pour voir la lettre au
dos)) ? On interprète d'après ce qu'on sait ˝ raisonnement systématique.
HDamasio et Elliot: tumeur puis lobotomie: normal, sauf qu'il ne fait ou rien ou trop. Jeu de poker pour tester
le raisonnement. (4 tas de cartes : A B C D
reçoit 100.-- 100.-- 50.-- 50.--
donne 1000.-- 1000.-- 100.-- 100.--)
Elliot joue toujours les tas A et B ˝ il n’a pas conscience de risques ˝ pas de mise en relation valeur et émotion˝ plus de marqueurs somatiques qui relient la FRJQLWLRQ (faculté de connaître) et O pPRWLRQ.
@PYF’98