Inverser le cours du match vFLL

Inverser le cours du match vFLL

-

Documents
3 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

25/10/2007 Inverser le cours d’un match ! Début de match : je démarre mon match « à l’envers » en prenant plein de touches dès le début… C’est con, du coup, c’est mal barré ! Ma tactique initiale s’avère complètement fausse, le comportement imaginé de mon adversaire est finalement radicalement différent de la réalité sur la piste. Je ne sais pas quoi faire…Je demanderai bien à mon maître d’armes, mais c’est lui qui a élaboré cette tactique… de toutes façon, il est à la buvette ! En cours de match : soudain, tout s’accélère ! Mon adversaire me marque plusieurs touches d’affilée… Pfouh, là, ça devient compliqué : j’en prend plein au début, plein au milieu… je ne suis pas pressé de voir la fin ! Fin de match : le temps passe, j’ai pas mal de touches de retard et je n’ai toujours pas trouvé de solution…BANZAIIIIII ! ! ! Sinon, change de sport. Quel escrimeur n’a jamais connu ces situations difficiles où le résultat du match apparaît compromis ? Pourtant, s’il n’existe pas de recette miracle, il y a beaucoup de moyens à mettre en œuvre pour inverser le cours du match. Quelques règles à suivre si ça ne marche pas comme tu veux : 1. Garde ton calme ! Calme = lucidité. Ne « balance » pas le match, coupe-le, casse-le, au contraire, pour « enrayer » la dynamique de confiance de ton adversaire. • « coup du lacet » (ou des chaussettes), redresse ton épée, resserre ta poignée, demande quelque chose à l’arbitre (le temps, le score…) • ou passe ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 22
Langue Français
Signaler un problème
25/10/2007 Inverser le cours d’un match ! Début de match : je démarre mon match « à l’envers » en prenant plein de touches dès le début… C’est con, du coup, c’est mal barré ! Ma tactique initiale s’avère complètement fausse, le comportement imaginé de mon adversaire est finalement radicalement différent de la réalité sur la piste. Je ne sais pas quoi faire…Je demanderai bien à mon maître d’armes, mais c’est lui qui a élaboré cette tactique… de toutes façon, il est à la buvette ! En cours de match : soudain, tout s’accélère ! Mon adversaire me marque plusieurs touches d’affilée… Pfouh, là, ça devient compliqué : j’en prend plein au début, plein au milieu… je ne suis pas pressé de voir la fin ! Fin de match : le temps passe, j’ai pas mal de touches de retard et je n’ai toujours pas trouvé de solution…BANZAIIIIII ! ! ! Sinon, change de sport. Quel escrimeur n’a jamais connu ces situations difficiles où le résultat du match apparaît compromis ? Pourtant, s’il n’existe pas de recette miracle, il y a beaucoup de moyens à mettre en œuvre pour inverser le cours du match. Quelques règles à suivre si ça ne marche pas comme tu veux : 1. Garde ton calme ! Calme = lucidité. Ne « balance » pas le match, coupe- le, casse-le, au contraire, pour « enrayer » la dynamique de confiance de ton adversaire. • « coup du lacet » (ou des chaussettes), redresse ton épée, resserre ta poignée, demande quelque chose à l’arbitre (le temps, le score…) • ou passe 20-30 s à ne rien faire du tout sur la piste, attends éventuellement la fin du tiers-temps. • Autres possibilités : la poussière dans l’œil, la cheville tordue, le contact de coquille « qui fait très mal à la main », demander à l’arbitre de faire taire les potes de l’adversaire qui sont en bout de piste … autant de raisons pour arrêter un match. 2. Mets à profit le temps « gagné ». Il suffit parfois de changer un tout petit détail pour trouver la solution et débloquer un match ! Ainsi tu peux, au choix : R. Delhomme détourné par Frédéric Le Louédec 25/10/2007 • changer de cible : si tu es trop allé(e) à la main sans succès, passe au corps / si tu es trop allé(e) au corps, tente une avancée (main, cuisse ou pied) par exemple, etc… • changer ta position de pointe (et donc changer la ligne où finir ton action) : suivant la parade de prédilection de ton adversaire, tu peux, par exemple, placer ta pointe dessous pour terminer dessus (tromper la seconde), ou placer ta pointe « dominante » pour terminer dedans (tromper la sixte) • changer de distance : éloigne-toi ou rapproche-toi, selon ce que tu faisais quand ça ne marchait pas • changer de rythme : le ralentir, l'augmenter • changer l’orientation de ton jeu. Exemples : Changer une tactique d’attaque en une tactique de défense ou de contre (ex : « faire tomber dans le vide »), ou inversement / Arrêter de subir et reprendre l’initiative • Aller au baston : t’as essayé en étant gentil, ça marche pas, maintenant, t’as plus qu’à essayer en lui rentrant dedans, en lui marchant sur la gueule, en lui collant 15 remises après halte, tout ça en t’excusant platement à chaque fois, pour lui faire péter les plombs ou au moins le déstabiliser Tout ceci pourrait bien sûr se résumer à « changer de tactique » ou « changer de piège »… En gardant surtout à l’esprit, comme évoqué plus haut, que quand ça ne va pas, il ne faut pas tout changer à la fois, ni tout remettre en cause… Il faut juste changer le détail qui te « plombe » le plus : trouver la faille dans laquelle ton adversaire s’engouffre en permanence et modifier ton jeu en conséquence ! Dans un cas comme celui-là, il peut être très intéressant de se foutre de la tronche de l’adversaire pour le déstabiliser : si ça marche, il passe pour le roi des cons et toi pour un salaud (mais tu t’en fous, t’as gagné) ; si ça marche pas, tu passes pour un casse-couilles prétentieux (mais tu t’en fous aussi : t’as déjà assez les boules d’avoir perdu contre cette tarlouze). 3. Active ou réactive-toi ! Tu t’es peut-être « déconnecté(e) » du match, tu as peut-être perdu momentanément ta motivation, ton agressivité ou ta R. Delhomme détourné par Frédéric Le Louédec 25/10/2007 concentration… Alors réactive-toi, en gardant en tête ce que tu as décidé de changer, avant de repartir au combat plus motivé(e) que jamais ! C’est ce que je dis : baston ! ! ! Un commentaire important… Ce n'est pas à toi de « tout faire », de tout créer. Laisse aussi le soin à ton adversaire de faire l'erreur, de « se planter » tout seul ! Tu es aussi capable de très bien le (la) contrer. Beaucoup de situations se débloquent simplement avec de la patience !!!! R. Delhomme détourné par Frédéric Le Louédec