41 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Inviter les dieux, sacrifier, banqueter. Quelques nuances de la religiosité gréco-romaine - article ; n°1 ; vol.55, pg 3-42

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
41 pages
Français

Description

Annales. Histoire, Sciences Sociales - Année 2000 - Volume 55 - Numéro 1 - Pages 3-42
Invitations to the gods, sacrifices, feasts: some shades of Greek and Roman religiosity. P. VEYNE. No structuralism nor sociological holism. Society is not explanation, but outcome. Religion is not a thing, an essence, but a flag or label. A same behaviour can conceal various attitudes: the dinners of Serapis (Delos, papyri, Aelius Aristides) are unequally mystical or secularized. Gods inviting to dinner (Stratonicaa) or invited to (Artemidorus Horace Latin epigraphy Religious crea ting through metaphors ffatigare déos challenge prayers Theoxenia of Lectisternia as putting on stage Sacrifice and feast share by the banquet trapezomata magmentum the Ara Maxima Are gods and men table companions Eumaeus sacrificing not tartuffe but many-sided bearing Why sacrificing appears eve rywhere no ethology no depth psychology Why eating together seems to express Society
40 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 2000
Nombre de lectures 36
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Exrait

Monsieur Paul Veyne
Inviter les dieux, sacrifier, banqueter. Quelques nuances de la
religiosité gréco-romaine
In: Annales. Histoire, Sciences Sociales. 55e année, N. 1, 2000. pp. 3-42.
Abstract
Invitations to the gods, sacrifices, feasts: some shades of Greek and Roman religiosity. P. Veyne.
No structuralism nor sociological holism. "Society" is not explanation, but outcome. "Religion" is not a thing, an essence, but a
flag or label. A same behaviour can conceal various attitudes: the dinners of Serapis (Delos, papyri, Aelius Aristides) are
unequally mystical or secularized. Gods inviting to dinner (Stratonicaa) or invited to (Artemidorus, Horace, Latin epigraphy).
Religious creating through metaphors (fatigare deos, challenge prayers, Theoxenia of Lectisternia as putting on stage). Sacrifice
and feast, god's share by the banquet, trapezomata, magmentum, the Ara Maxima. Are gods and men table companions?
Eumaeus sacrificing : not tartuffe, but many-sided bearing. Why sacrificing appears everywhere (no ethology, no depth
psychology). Why eating together seems to express Society.
Citer ce document / Cite this document :
Veyne Paul. Inviter les dieux, sacrifier, banqueter. Quelques nuances de la religiosité gréco-romaine. In: Annales. Histoire,
Sciences Sociales. 55e année, N. 1, 2000. pp. 3-42.
doi : 10.3406/ahess.2000.279830
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_2000_num_55_1_279830LE SACRE ET LE PROFANE
DANS LA RELIGION GR CO-ROMAINE
INVITER LES DIEUX SACRIFIER BANQUETER
Quelques nuances de la religiosité gréco-romaine
Paul VEYNE
Nous sommes dans le monde gréco-romain sous Empire dans la Clé
des songes Artémidore un passage qui pas retenu attention nous
fait découvrir une pratique de piété curieuse ceux qui en avaient les
moyens offraient des sacrifices aux dieux mais ils pouvaient également
les recevoir leur table Voilà une religion où on traite la divinité comme
on traite les humains en latin inviter un dieu inuitare deum est une
expression usuelle Des rites publics beaucoup plus anciens en sont proches
les théoxénies grecques ou les lectisteraes romains où des dieux étaient
conviés venir se restaurer nous nous interrogerons aussi sur certains
repas de dieux dont parie une fois Horace Ce sont quelques-unes de
ces transpositions métaphoriques de ordre humain ordre divin qui sont
la voie de la création religieuse avant âge de la théologie métaphysique
Faut-il en conclure que la religion reflète la société ou bien en est-il de
invention religieuse comme de invention littéraire On banquetait aussi
dans acte principal du culte le sacrifice qui était toujours suivi un
festin où la grande affaire était de se régaler de la chair de la victime
mais il arrivait aussi que le dieu re ût sa part en ce festin entre humains
ce qui complique les choses Où finissait le sacré où le profane commen ait-
il et quoi le reconnaître
Dans le sacrifice la sociologie eu tendance chercher de la commensa-
lité le serait communion avec les dieux ou de échange les
hommes nourriraient les dieux en échange de leur protection Mais hommes
et dieux avaient-ils cette relation bilatérale ou bien la religion était-elle faite
hommages unilatéraux La familiarité entre hommes et dieux pouvait-elle
être assez grande pour ils fussent commensaux La question devient
celle-ci quelle était attitude des fidèles dans les différents actes religieux
Délos époque hellénistique puis en Egypte romaine on allait
banqueter en compagnie de Sarapis festins mystiques ou dîners
Annales HSS janvier-février 2000 no pp 3-42 LE SACR ET LE PROFANE
mondains ordre des choses religieuses est-il une essence ou une forme
Est-il séparé du profane par la frontière que trace Durkheim ou par un
dégradé Une réponse nuancée ne peut être donnée que si on entrevoit
quel effet cela faisait vu du dedans Apparaît alors un arc-en-ciel
attitudes qui vont de extase une piété ritualiste des relations
personnelles avec une divinité élection la désacralisation et la
manipulation du sacré
Pour la grande majorité de la population le prix un animal sur pied
porc ou agneau représentait un ou plusieurs mois de revenu ceux qui ne
sont ni riches ni pauvres peuvent sacrifier un coq Asclépios accompagné
il est vrai un tableautin en guise ex-voto ou anathema pour commémo
rer la vertu du dieu)1 Inviter des hôtes dîner était un autre privilège
des riches et une pratique usuelle Rêver on re oit hupodekhesthai
un dieu dit la Clé des songes annonce homme fortuné soucis
chagrins et grands embarras car ceux qui sont dans des circonstances
difficiles sacrifient aux dieux et les re oivent Mais pour celui qui est
dans la misère ou la gêne ce rêve annonce un gros accroissement de ses
biens car est alors surtout ils sont prospères que les pauvres
rendent grâce aux dieux et les re oivent Peut-être Héliodore décrit-il
un banquet de ce genre un des personnages de son roman se voit invité
assister au banquet apprête Théagène et auquel préside epopteuei
le héros Néoptolème Nous alléguerons plus loin des documents des
lettres invitation sur papyrus un festin de Sarapis et aussi un texte
Horace4
Ces festins étaient pas la suite un sacrifice Artémidore fait expres
sément la distinction Outre le dieu invité se trouvaient là des convives
humains car si le dieu avait été seul manger ces invitations auraient
été accessibles aux plus pauvres au lieu être la largesse de gens riches5
dont parle la Clé des songes loin de se borner abandonner la divinité
invitée un peu de nourriture sur une table comme le faisaient souvent les
RONDAS IV Les femmes au sanctuaire Asclépios 14-16 Nous aurions sacrifié
un uf ou une truie si nous en avions les moyens Pour la liaison du sacrifice et un
anathema voir Revue archéologique 1983 II pp 287-293
ART MIDORE Oneiricritica III 14 210 4- Pack Teubner pour le sens hupode-
khesthai comparer 321 23 hupodexai hêmas kai deipnison Les mots ils sont
prospères sont une glose interpolée car son point insertion varie un manuscrit autre
comme le note éditeur
LIODORE thiopiques III 10 1-3 la scène est Delphes où selon Pausanias
Néoptolème recevait un culte Mais le banquet offert par Théagène est étranger ce culte
public Héliodore plus haut décrit longuement il est question ici ni de sacrifice ni
un sanctuaire où se déroulerait le festin le lieu de la scène rien de particulier est
donc un lieu privé non un des sanctuaires delphiques Les convives prennent place sur des
lits et le festin est rehaussé intermèdes musicaux Le mot vague epopteuei évite en
dire trop le héros présidera effectivement le festin sera présent en personne et pas assez
le festin en pensée est donné en honneur du héros est de loin on epopteuei
bien invité un être surnaturel reste lointain
Voir notes 164 et 215
PsEUDO-X NOPHON Constitution Athènes II Un pauvre ne peut offrir de ban
quet sacrificiel VEYNE LA RELIGIOSITE GRECO-ROMAINE
pauvres gens les riches donnaient un festin où leur large hospitalité
accompagnait une piété qui rehaussait le repas pour leurs invités On
discutera plus loin de la profondeur de cette piété
De nos jours en Inde a-t-on rapporté une hôtesse qui veut honorer
une étrangère de passage invite leur table une divinité elle réserve au
dieu un siège et lui dresse un couvert En Grèce la place du dieu ou du
héros restait réservée vide de toute présence visible sur un des lits de
repas on avait disposé au-devant une table sur laquelle sa part lui était
servie Un poète comique athénien6 décrit hospitalité on offrait un
dieu domestique qui était autre que Zeus mais Olympien une fois
affublé du surnom de Zeus de Amitié ou Philios était plus que le
parrain de la bombance7 et dans toute maison riche ou pauvre sa part de
bonnes choses lui était réservée chaque fois on faisait bombance est
donc lui écrit le poète qui inventé le métier de parasite il entre dans
toutes les maisons et quand il aper oit une kline joliment couverte de
coussins avec côté une table couverte de tout ce il faut vite il prend
place sur le lit offre un déjeuner arist n) puis ayant mangé et bu
rentre chez lui sans rien payer
illustres personnages9 Bacchylide Sophocle ou Jason de Phères
passèrent pour avoir re la visite des Dioscures ou Asclépios et leur
offrirent alors hospitalité10 ce sont là des théoxénies privées Pour la
période hellénistique une stèle de Larissa11 en montre le déroulement sur
une table sont disposés des mets gâteaux ou galettes apparemment
derrière la table on voit un lit de repas au-devant un homme verse une
libation sur un autel tandis une femme désigne de la main le ciel où
les Dioscures arrivent déjà au galop de leurs chevaux pendant la libation
sur autel avait été prononcée la formule qui invitait les héros venir
DIODORE DE SINOPE cité par ATH VI 35 239 Selon le Kleine Pauly on le
date maintenant des années 280 avant notre ère
NILSSON Geschichte der griechischen Religion 809
La suite parle encore de parasites mais en un sens très différent du mot il agit de
certains fonctionnaires on accusait être des profiteurs et dont il sera question la note 100
On en trouve la liste dans le livre toujours utile de DENEKEN De theoxeniis diss
Berlin 1881 10 cf NILSSON Griech Feste von religiöser Bedeutung 1906 pp 418
et 160
10 NILSSON Geschichte der griechischen Religion 409 avec autres exemples
pour Sophocle héroïsé et Asclépios PLUTARQUE Non posse suaviter 22 Mornita 1103
où le verbe est xenizein et Etymologicon Magnum 256 cité par DITTENBERGER Sylloge
inser Graec. no 1096 où le verbe est hupedexato
11 Lexicon icono graphiciim myîhologiae au mot Dioskouroi III texte 576 et
planches 465 CUMONT Symbolisme funéraire 64 et photogr fig la stèle est bien
commentée dans le Dictionnaire des Antiquités de DAREMBERG et SAGLIO II au mot Dios
culi 256 Pour iconographie des théoxénies citons aussi les plaques de terre cuite
trouvées Tarente avec les Dioscures étendus sur leur kline commune une phiale la main
sous le lit deux amphores) ou qui accourent au galop au-dessus une table accostée de
deux amphores qui porte des mets difficiles identifier PIRZIO BIROLI STEFANELLI Tabelle
fittili tarantine dans Archeologia classica 29 1977 356 et pl 89 90 et
361 pl 92-93 J.-M DENTZER Le motif du banquet couché dans le Proche-Orient et le
monde grec 1982 518 et fig 162-163 SACRE ET LE PROFANE LE
recevoir hospitalité Cette hospitalité est pas celle une cité mais de
deux époux qui ont invité les héros descendre chez eux
Mais suffit-il un dieu attable dans une maison pour partager le
repas de ses habitants Mange-t-il seulement en même temps eux Et
même si était le cas le dieu et les mortels fraternisent-ils autour de la
nourriture malgré abîme qui les sépare Avant de proposer une réponse
passons aux sacrifices
Le sacrifice gréco-romain comprend comme on sait deux parties dis
tinctes mais inséparables abord le sacrifice proprement dit où les dieux
re oivent leur part qui est composée des bas morceaux et des os ce qui
amusait les poètes comiques)12 et qui est brûlée sur autel ensuite vient
un banquet où les participants mangent le reste de la victime est-à-dire
la bonne viande Il innombrables repas qui ne sont pas précédés par
un sacrifice repas de famille dîners mondains festins de fêtards et qui
sont profanes mais il est pas de sacrifice qui ne soit suivi de son banquet
dit sacré est ainsi que les festins publics donnés par une cité ou
un sanctuaire succédaient toujours un sacrifice et devaient leur exis
tence pour un nombre souvent restreint de convives aux cultes que
célébrait la cité ou le sanctuaire
Que ce soit en Grèce ou Rome le sacrifice est un geste symbolique
de déférence envers des supérieurs Il ne scelle pas de communauté entre
dieux et mortels autour une même table et il ne nourrit les dieux que
de symboles13 la fumée des parties brûlées de la victime monte vers leur
ciel Comme écrit J.-P Vernant14 le sacrifice unit hommes et dieux dans
une fête alimentaire mais il les unit en les séparant mortels et immortels
ne mangent pas aux mêmes tables la même nourriture la participation
la chair des victimes écrit Nock enveloppe pas la conscience
être commensaux avec les bénéficiaires surnaturels autres parties peu
mangeables de animal 15
Mais malgré la netteté de ce schéma il arrive que le dieu après le
sacrifice qui lui était destiné soit convié au banquet où en principe les
humains devraient rester seuls entre eux et il re oive sa part de
viande Cette pratique de piété était fréquente mais non obligatoire offrir
au dieu outre les parties de la victime qui lui étaient dues et il déjà
re ues une part de la bonne nourriture que savouraient les participants au
banquet sacrificiel
12 Dont NANDRE Dyscolos 447-453 avec autres références réunies dans la note de
édition Jean Martin mais il est inutile de voir là une influence péripatéticienne idée que
les dieux préfèrent les modestes offrandes une âme pieuse aux riches sacrifices du méchant
se retrouve partout voir note 96)
13 NILSSON Gesch der griech Rel... op cit. 143 NOCK Essays on
Religion and the Ancient World II 598
14 J.-P VERNANT dans Le sacrifice dans Antiquité Entretiens sur antiquité classique
Fondation Hardt) 27 Paris Dr 1981 33
15 NOCK Essays... op cit. II pp 575 et 582 SSON Gesch.... op cit. 143 VEYNE LA RELIGIOSITE GRECO-ROMAINE
Commen ons par un exemple romain16 où se lit le mot militare
référence capitale bizarrement absente du )17 quarante kilo
mètres de Rome les conseillers municipaux ou décurions de Forum Clodii
ont fait construire sous Tibère un édicule qui abritait les statues Auguste
de Livie et de empereur régnant le divin Auguste son autel et
chaque anniversaire impérial des victimes sont immolées le sacrifice
est naturellement suivi un festin où prennent place les décurions et aussi
le peuple de la cité grâce la promesse un évergète
Mais de plus il été décrété que pour les anniversaires Auguste et
de Tibère avant que les décurions aillent manger les génies
et de seront invités au festin par de encens et du vin sur autel du
numen Auguste 18 invitation est probablement formulée haute voix
pendant la libation ce qui rappelle la stèle de Larissa et comme Larissa
elle est versée sur un autel Ainsi au moment aller prendre part au festin
où le peuple aura comme eux sa part de chair des victimes les décurions
invitent les génies impériaux être présents leur repas Mais non sur un
de leurs lits ni devant une de leurs tables les mortels et les immortels ne
sont pas commensaux invitation faite aux génies aura été une
métaphore conviviale poussée un peu plus loin et un joli geste surérogatoire
Les Grecs appelaient trapezômata cette part de bonne viande ou de
douceurs qui était déposée sur la table offrande devant image du dieu
et qui était pas brûlée comme avait été la part sacrificielle un article
de Gili illustré cet aspect négligé du sacrifice grec 19 Les Romains
appelaient magmentum cette offrande supplémentaire si je ne abuse20
Dans certains sanctuaires appelés fana magmentaria) elle était exigée par
la loi sacrée tandis que dans autres elle demeurait facultative Si on
fait un sacrifice sans présenter de magmentum le sacrifice en sera pas
moins valable 21
Un exemple méconnu de magmentum figure dans le sacrifice Hercule
sur Ara Maxima longuement décrit au chant VIII de Enéide Enee vient
16 Corpus inser Lat. XI 303 DESSAU Inser Lat select. 154 ut natalibus Augusti
et Ti Caesarum prius quam ad uescendum decuriones irent thure et uino genii corum ad
epulandiun ära numinis Augusti inuitarentur Cf Robert SHERK The Municipal Decrees of
the Roman West Arethusa Monographs 1970 46 no 50
17 Thesaurus linguae Latinae au mot inuitare VII col 229 62 militare deum)
18 Ces décrets ou plutôt ces abrégés de décrets ont été gravés en style télégraphique
Sur la libation encens et de vin qui définit la condition surnaturelle des dieux voir
propos de cette inscription précisément John SCHEID Romulus et ses frères 1990 333
Voir aussi 539 un autre exemple invitation des dieux un banquet des hommes
19 GILL Trapezomata Neglected Aspect of Greek Sacrifice dans Harvard
Theological Review 67 1974 117
20 Pour faire bref je renvoie au Thesaurus linguae Latinae vol col 100 lignes 45-
67 aux mots magmentarius et magnientum où sont transcrites toutes nos maigres données
MARQUARDT Rom Staaîsvenvaltung 1873-1878 III 184
21 Si quis hostia sacrum faxit qui magmentum protollat idcirco tarnen probe factum
esto disent en termes identiques la loi de autel de Narbonne et celle un autel Salone
Dessau no 112 et 4907 Comparer DITTENBERGER Sylloge... op cit. no 1042 ligne 20 loi
sacrée de Men Tyrannos si un remplit la table pour le dieu. LE SACRE ET LE PROFANE
solliciter alliance vandre contre les Latins le roi était en train offrir
le sacrifice annuel Hercule devant Ara Maxima les ufs étaient déjà
immolés22 vandre un long entretien avec nee et invite au festin il
fait rapporter pour cela les mets et les coupes23 car apparemment pendant
que durait la négociation la cuisine du sacrifice et le festin avaient eu le
temps être menés terme et fait servir aux Troyens et ses Arcadiens
la chair des victimes le pain et le vin on réitère le banquet 24 et
Hercule est convié on apporte pour les convives un second service qui
permet aussi de charger les autels25 de plats débordants prêtres et
choreutes invitent le héros en une double formule26 Viens vers nous
un pas favorable et vers une cérémonie qui est la tienne Sous le
libellé de cette invitation au banquet sacré sacra tua adi) oreille antique
ne pouvait pas ne pas reconnaître le libellé de tant de prières adi ad nos
viens approche sois un dieu praesens assez proche pour nous exaucer
est là un plus qui vient ajouter au rite et qui Forum Clodii
était pratiqué en vertu un décret exprès Hercule destinataire du
sacrifice assiste au festin que sur invitation le héros consomme les
mêmes viandes devenues profanes 27 que les humains alors que le
22 Enéide VIII 102 BAYET Origines de Hercule romain 1926 pp 298 et 435 ne
fait pas bien voir la différence entre la première partie de la cérémonie qui est un sacrifice
et la seconde qui est le banquet sacrificiel avec invitation du dieu et magmentum
23 Enéide VIII 174
24 283-284 instaurant epulas et mensae grata seciindae dona eruni.
Pour secunda mensa voir MARQUARDT Privatleben der Römer 1886 1964) 327 ou
BL MNER Rom Privataltertümer 1911 400 ajoutons que est la denterà trapela
accompagnée de douceurs dont parlent déjà les Comiques attiques chez ATH XIV 641
et 643
25 Enéide VIII 284 cumulantque oneratis landhus aras Autels est soit un
pluriel poétique soit montre plutôt que le sacrifice étant offert Hercule et aux dieux
Amphitryoniadae diuisque VIII 103) ce sont pareillement tous les dieux qui sont invités
au festin afin éviter de les rendre jaloux des honneurs rendus Hercule est la règle de
generalis inuocatio WISSOWA Religion und Kultus der Römer 38) du reste pratiquée
non moins rigoureusement en Grèce Mais malgré le texte de Virgile Vairon affirme que
dans le culte de Ara Maxima aucun autre dieu Hercule était invoqué PLUTARQUE
Questions romaines 90 Autre problème en théorie les sacrifices aux héros doivent être
suivis un holocauste la différence des sacrifices aux dieux dans lesquels les assistants
se partagent la majeure partie de la victime voir par exemple un règlement du sacrifice
Héraclès LAUNEY Le sanctuaire et le culte Héraclès Thasos tudes Thasiennes
1944 131 mais la règle est si peu respectée on ne peut être certain que Virgile ait
eu intention de traiter Hercule comme un dieu lorsque vers 183 il fait dévorer Enee la
chair des victimes
26 Enéide VIII 302 et nos et tua adi pede sacra secundo Sur les formules de prières
grecques elthe ithi voir par exemple PLATON Lois 712 et latines adi ueni adsis
ades) VERSNEL Faith Hope and Worship Aspects of Religious Mentality in the Ancient
World 1981 Arnobe qui ne fut pas plus philologue que théologien écrit Contra
gentes 41 nonne ipsum Herculem magnum sacrificiis hostiis et ture inuitatis incenso
il confond négligemment militare avec Vinuocare ou aduocare des prières
27 CAT De agri cultura 50 et 132 ubi daps profanata comestaque erit une fois que
les dieux ont re leur part le reste de la victime est réputé profane et peut être consommé
par les hommes WISSOWA Religion und Kultus op cit 419 NOCK Essays...
op cit. II 598 dans un appendice intitulé justement Evidence Against Table Fellowship
in Roman Sacrifice Il en était de même en Grèce apparemment alors que la part des VEYNE LA RELIGIOSITE GRECO-ROMAINE
sacrifice lui avait rituellement valu la fumée et les os Ce plus décalque
naïvement les invitations que les hommes adressent entre eux Néanmoins
malgré cette transposition une invitation profane Hercule est pas un
invité ordinaire sa part lui est servie sur un autel et son invitation est
aussi une prière
offrande la divinité durant le banquet sacrificiel est attestée aussi
dans le rituel des Arvales mais on ne saurait faire mieux que de renvoyer
John Scheid28 En Grèce un bel exemple concerne de nouveau Hercule
Cos vers 300 avant notre ère un certain Diomédon crée une fondation29
pour rendre un culte Héraclès qui recevra chaque année un sacrifice et
hospitalité xenismos durant tous les jours où durera la solennité un
lectisterne sirômnê lui sera dressé côté de ses images sacrées lors du
sacrifice suivi du festin qui réunira les bénéficiaires de la fondation) on
soustraira ce on jugera bon de la chair des victimes pour la table du
dieu quant au reste de ces viandes certains auront le droit de les
emporter chez eux ekphora ou apophora)
Si on détaille comme nous allons le faire le déroulement et le cadre
des sacrifices ainsi que des théoxénies on constate que les immortels et
les mortels prennent leurs repas séparément est ici que anthropomor
phisme va filer la métaphore
une cité offert son hospitalité publique un dieu celui-ci est
censé séjourner epidemia dans la ville logé dans édifice destiné aux
théoxénies peut-être ne lui avait-on offert un déjeuner arist 10
comme on faisait Athènes31 il été accueilli le matin ou au cours de
victimes réservée aux dieux ne saurait être remportée puk ekphora cf NILSSON Gesch
griech Relig... op cit. 88) les chairs destinées au banquet sacrificiel sont désacralisées
puisque souvent chacun peut emporter sa part chez soi apopherein)
28 SCHEID Romulus et ses frères le collège des Frères Arvales 1990 581 Wis-
SOWA Relig und Kultus op cit. 418
29 LAUM Stiftungen in der griech und röm Antike 1914 1964) II 55 no 45
DiTTENBERGER Sylloge... op cit. no 1106 SoKOLOWSKi Lois sacrées des cités grecques
1969 310 no 177 lignes 60-62 et 95-101 Un autre exemple invitation un festin
sacrificiel dais est tout fait différent il concerne un mort Patrocle qui est pas héroïsé
Il vaut la peine de résumer le langage méticuleux de Philostrate dans son poétique Heroïkos
24-27 741 Olear. Il agit un culte funéraire enagisma doublé un culte un dieu
Chaque année les Thessaliens envoient un navire et des théores Troie où il vont immoler
un taureau blanc et un autre noir Ils sacrifient le noir sur le tombeau Achille en criant
son nom comme on faisait pour les défunts et ils invitent aussi Patrocle la dais funéraire
qui suit le sacrifice Après cet enagisma ils redescendent sur le rivage ils sacrifient le
taureau blanc Achille comme un dieu ne font brûler que la fressure contrairement
holocauste héroïque du moins en théorie cf note 11 et rembarquent en emportant les
viandes pour ne pas festoyer en territoire ennemi invitation faite Patrocle est un
geste métaphorique inspiration littéraire avec le héros-dieu on invite son grand ami
30 Sur Variston repas de midi plutôt que déjeuner matinal interprétation de SCHMITT
PANTEL La cité au banquet histoire des repas publics dans les cités grecques Rome Ecole
fran aise de Rome Collection de cole fran aise de Rome 1992 264 paraît préférable
celle Wilhelm
31 Athènes les Dioscures étaient invités au Prytanée où on pla ait sur leur table un
arist de fromage galette olives mûres et poireaux ATH 137 E) LE SACRE ET LE PROFANE
la journée Mais ensuite on ne saurait faire moins que offrir un sacrifice
illustre visiteur suivi un banquet où les participants mangeront leur
repas du soir ou deipnon Le décret de Paros on va voir32 prouve que
théoxénies sacrifice et banquet ont lieu dans trois locaux différents
Paros donc au cours une fête annuelle appelée justement
Théoxénies le magistrat chargé du sacrifice aux Dioscures se conduit en
bienfaiteur public il promet de faire en sorte que tout le peuple puisse
prendre part au banquet et que chacun ait ainsi une part de la chair des
victimes dont il évidemment augmenté le nombre par sa libéralité La
fête comprend donc trois éléments abord comme son nom indique
des théoxénies puis un sacrifice suivi du festin où en temps normal seul
le Conseil se partage la chair des victimes mais grâce évergète tous
les citoyens cette fois en auront leur part Les théoxénies proprement
dites ont dû se dérouler dans un temple ou au prytanée local ou bien
dans un édifice ad hoc Le sacrifice lieu devant le temple sur autel
bien entendu quant au festin auquel tout le peuple aura part il faudra le
transférer au gymnase décide le décret Il est pas stipulé que les Dioscures
seront invités des trapez.ômata pendant le banquet sacrificiel sans on
puisse rien conclure de ce silence le décret honore un évergète il institue
pas un culte
Il est certain en revanche que lors des théoxénies ils ont déjeuné
seuls On fouillé Samothrace dans le sanctuaire des Grands Dieux ce
sont les Cabires assimilés aux Dioscures) un édifice unique en son espèce
que Seyrig identifié comme un salon destiné aux théoxénies est une
luxueuse chambre ciel ouvert dont un des côtés longs ouvre entièrement
sur extérieur cette baie laisse voir au fond de la chambre une kline
qui étend sur toute la longueur là venaient étendre les Jumeaux
devant leur couche une longue table basse propre recevoir les mets et
les présents hospitalité Chacun pouvait venir voir le lieu rendu sacré
par leur présence mais rien était prévu pour des convives humains en
cet espace étroit33
La seule grande affaire était de préparer le lectisterne du dieu
Athènes où Pluton était re publiquement sans doute au prytanée on lui
apprête un lit et on lui dresse une table34 On fait plus encore si je
comprends bien une hydrie figures rouges35 qui montre des théoxénies
32 Inscriptiones Graecae XII 129 lignes 55-65 pour le repas pandemos et le choix
du gymnase comparer les prescriptions détaillées une fondation privée Aigialè Inser
Graecae XII 515 lignes 51-60 SCHMITT PANTEL La cité au banquet... op cit. pp 323
370 383 B.BRAVO Pannychis simposio feste pr vate notturne Urbino 1997 110
19 que obligeamment indiqué Prontisi-Ducroux Comparer le texte classique de
NOPHON Anabase
33 SEYRIG dans Académie des Inscriptions Comptes rendus 1965 105
34 Inser Grace. editio minor II 1933 DITTENBERGER Sylloge... op cit. no 1022 klinèn
strö sai cf SAINT AUGUSTIN Cité de Dieu III 17 lecti sternebantur in honorem deorum
est garnir un lit de strômnai de matelas ou coussins autres fois la strômnè est un sofa
SOKOLOV/SKI Lois sacrées des cités grecques 1969 313)
35 CHAPOUTHIER Les Dioscures au service une déesse 1935 133 et fig après
le Jahrbuch de Institut archéologique allemand 45 1930 302 et fig 19 Lexicon
icono graphiciim mythologiae III au mot Dioskouroi 577 114 pas de photographie)
10 VEYNE LA RELIGIOSITE GRECO-ROMAINE
des Dioscures On voit les Jumeaux qui accourent au galop et plus loin
un lit garni de coussins et une table couverte de xenia36 peu identifiables
droite et gauche du lit se tiennent un vieillard barbu qui porte un lourd
instrument de musique et une femme qui ouvre largement les bras en un
geste de surprise émerveillée ce sont je pense Tyndare et Leda les
parents des Jumeaux on retrouve leur couple sur autres vases37 où Lèda
porte la même couronne pointes verticales que sur hydrie Au-dessus
de Tyndare est peint le mot komos avec son instrument le père au moins
putatif des Dioscures est venu faire du repas des Jumeaux une réjouissance
digne de ce nom car il avait toujours des intermèdes musicaux au cours
des banquets en doutons pas pendant les théoxénies réelles telles que
celles que les visiteurs venaient contempler dans le local ad hoc de
Samothrace) des artistes en chair et en os venaient jouer devant les divinités
invitées quand il agissait de filer la métaphore anthropomorphisme
allait très loin38 Sur le lit préparé pour les Dioscures sont posés deux
légers instruments de musique dont eux aussi joueront dans un banquet
chaque convive son tour doit savoir jouer ou chanter39
En 196 avant notre ère le Conseil et le peuple de Magnésie du Méandre
décident de faire un lectisterne devant lequel joueront des musiciens Voici
les termes du décret40 qui font voir la scène Que le stéphanéphore qui
conduit la procession porte les images xoana de tous les Douze Dieux
dans les vêtements les plus beaux possibles il plante une rotonde41 sur
agora près de autel des Douze Dieux il garnisse trois sofas telle
au musée de Plovdiv Chapouthier qui dit que image est énigmatique estime que les
deux figures droite et gauche du lit sont un prêtre et une prêtresse
36 Pour emploi du mot de xenia propos des théoxénies Euripide Hélène 1668 Dans
le papyrus Oxyrrh IV 1747 la xenia est un repas auquel on est invité
37 Voir le Lexicon iconographicum mythologiae III 583 nos 185 et 186 et pl 471
mon interprétation appuie sur le no 186 un cratère en cloche Vienne Corpus vasorum
Vienne pl 118 où Tyndare et Leda sont devant uf où naîtra Hélène selon la version
ancienne de la légende où uf est né des amours de Zeus et de Nemesis Leda porte
la même couronne pointes que sur hydrie de Plovdiv
38 Il suffit de songer la page célèbre du De superstitione de QUE citée par SAINT
AUGUSTIN Cité de Dieu VI 10 dans le culte public ou plutôt dans des dévotions privées
peut-on croire rendu la triade capitoline Rome un coiffeur fait le geste de coiffer devant
les images sacrées et un vieux comédien joue la comédie devant ces images comme fait le
Jongleur de Notre-Dame devant une image de la Vierge dans un beau poème roman Pour
des parallèles Sénèque des epideixeis gratuites artistes en honneur des dieux) je me
permets de renvoyer VEYNE Le pain et le cirque Paris Le Seuil 1976 499 58
39 CHAPOUTHIER Les Dioscures... op cit. 134 cite Théocrite XXII Hymne aux
Dioscures 23 les Jumeaux sont bons citharèdes Sur la musique et la poésie au banquet
LISSARRAGUE Un flot images une esthétique du banquet grec 1987 120
40 KERN Die Inschriften von Magnesia am Mäander 83 no 98 ligne 46 DITTENBER-
GER Sylloge... op cit. no 589 La rotonde que on plante comme on le dit une tente
doit être une installation de bois ou une tente Pour les trois strômnai ces lits de repas ou
sofas voir ici note 34
41 Une tholos cf. sur ce décret ROBERT Thymélè recherches sur les monuments
circulaires 1939 70 construction provisoire en bois Il avait Délos des xoana
des Dioscures qui étaient honorés en des théoxénies BRUNEAU Recherches sur les
cultes de Délos 1970 383