La fin du monopole de la violence légitime ? - article ; n°1 ; vol.34, pg 5-31

-

Documents
28 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue d’études comparatives Est-Ouest - Année 2003 - Volume 34 - Numéro 1 - Pages 5-31
En s'appuyant sur une exégèse précise des textes de Max Weber et en prenant en compte les textes d'un certain nombre de ses contemporains, juristes notamment, l'article qui suit invite à une réinterprétation de la fameuse définition de l'État par le « monopole de la violence légitime ». Plutôt qu'une décision ontologique liant dogmatiquement l'État à la violence, on propose d'y voir le résumé d'une thèse relative à l'histoire du droit, portant plus précisément sur les conditions d'effectivité des droits subjectifs. Cette définition apparaît alors comme l'alternative wébérienne aux théories classiques de la souveraineté. En tant que telle, elle offre une grille de lecture originale des transformations institutionnelles de l'époque contemporaine.
By using an accurate interpretation of Max Weber's writings and taking into account texts by contemporaries (in particular, jurists), the well-known definition of the state as exercising a monopoly over legitimate violence is reexamined. Rather than an ontological decision dogmatically linking the state to violence, this definition can be seen as summarizing a thesis on the history of law, specifically on the conditions of the effectiveness of subjective rights. It thus turns out to be a Weberian alternative to classical theories of sovereignty. As such, it provides an original grid for interpreting institutional transformations in our times.
27 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 2003
Nombre de visites sur la page 58
Langue Français
Signaler un problème