La mondialisation par le bas - article ; n°1 ; vol.129, pg 15-25

-

Documents
14 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Actes de la recherche en sciences sociales - Année 1999 - Volume 129 - Numéro 1 - Pages 15-25
entstehen deren Miglieder ein zwischen zwei nationalen Gesellschaften über gro Entfernungen hinweg ausges panntes Doppelleben führen Dieser distinktive Anpas sungsmodus durch Wanderung wird auf der einen Seite begünstigt durch die Abnahme gutbezahlter industrieller Arbeitsplätze in den fortgeschrittenen Ländern anderer seits durch die spektakuläre Kostenabnahme für Kommu nikation und den Fernverkehr Auf lange Sicht dürfte die durch die transnationalen Bevölkerungen bekundete Transnationalisierung der Arbeit ein geeignetes Mittel sein um das Wachstum der internationalen Ungleichheit von Macht und Reichtum zu verlangsamen Kurzfristig dürfte sie jedoch die umgekehrte Wirkung hervorbringen und die regionalen und klassenrelevanten Unterschiede in den Auswanderungsländern weiter vertiefen
Globalization from below This article elaborates the concept of transnational com munity as an original and potentially potent response from below to the globalization of capital that is typi cally overlooked by conventional research on migration and misunderstood by governments The emergence of migration-fed communities that sit astride political bor ders and deploy their social relations and activities simultaneously in the sending and receiving countries is rooted in the logic of capitalist expansion itself Trans national entrepreneurship that takes advantage of price and information differentials between countries feeds the cumulative growth of networks and firms that anchor long-distance transborder communities whose members lead dual lives stretched across two national societies This distinctive pattern of immigrant adapta tion is fostered first by the drying up of well-paid jobs in industry in advanced societies and second by the spectacular decrease in the costs of long-distance com munication and transportation In the long run the transnationalization of labor of which transnational communities are the expression has the potential of countering the growing international inequality of wealth and power In the short run however it can
La mondialisation par le bas Cet article élabore le concept de communauté transnatio nale comme forme originale et potentiellement puis sante adaptation par le bas la mondialisation du capi tal qui est typiquement ignorée par la recherche conventionnelle et mécomprise par les tats émer gence de communautés nourries par les migrations qui se tiennent cheval sur les frontières politiques et déploient leurs relations et leurs activités sociales simul tanément dans le pays de départ et le pays accueil trouve sa racine dans la logique même de expansion capitaliste entreprenariat transnational qui tire profit des différentiels information et de prix entre pays nourrit la croissance cumulative de réseaux et de firmes dans lesquels ancrent les communautés transfronta lières de longue distance dont les membres vivent une double vie étirée travers deux sociétés nationales Ce mode distinctif adaptation immigrante est favorisé une part par assèchement des emplois industriels bien payés dans les pays avancés et autre part par la diminution spectaculaire des coûts de communication et
11 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1999
Nombre de visites sur la page 69
Langue Français
Signaler un problème

Monsieur Alejandro Portes
La mondialisation par le bas
In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 129, septembre 1999. pp. 15-25.
Citer ce document / Cite this document :
Portes Alejandro. La mondialisation par le bas . In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 129, septembre 1999. pp.
15-25.
doi : 10.3406/arss.1999.3300
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1999_num_129_1_3300Resumen
La globalización hacia abajo
En este artículo se elabora el concepto de « comunidad transnacional». La investigación tradicional
desconoce esta forma original y potencialmente poderosa de adaptación hacia abajo a la globalización
del capital, también ignorada por los Estados. El surgimiento de comunidades sustentadas por las
migraciones que se trasladan a uno y otro lado de las fronteras políticas, desarrollando relaciones y
actividades sociales tanto en el país de origen como en el país receptor, tiene sus raíces en la propia
lógica de la expansión capitalista. Las empresas transnacionales, que obtienen ganancias con los
diferenciales de información y de precio entre países, alimentan el crecimiento acumulativo de redes y
firmas en las que se asientan las comunidades transfronterizas de larga distancia, cuyos miembros
viven una « doble vida » que se extiende entre dos sociedades nacionales. Este modo peculiar de
adaptación de los inmigrantes es la consecuencia, por un lado, de la escasez de empleos industriales
bien remunerados en los países avanzados y, por el otro, de la espectacular disminución de los costos
de comunicación y de transporte de larga distancia. A largo plazo, es posible que la
transnacionalización del trabajo, tal como se refleja en las comunidades transnacionales, frene el
aumento de la desigualdad internacional de riqueza y poder. No obstante, a corto plazo, puede causar
el efecto contrario, vale decir, profundizar las disparidades regionales y de clase en los países de
emigración.
Zusammenfassung
Globalisierung von unten
Der Artikel entwickelt das Konzept der « transnationalen Gemeinschaft » als einer originellen und
potentiell wirkungsvollen Anpassung an die Mondialisierung des Kapitals von der Basis her, die
bezeichnenderweise bisher von der herkömmlichen Forschung übersehen und von den betroffenen
Staaten verkannt worden ist. Das Aufkommen neuer Bevölkerungsgruppen im Zuge von
Wanderungsbewegungen über politische Grenzen hinweg, bei denen Beziehungen und soziale
Aktivitäten simultan im Herkunfts- und im Gastland entfaltet werden, ist der Logik der kapitalistischen
Ausweitung selbst inhärent. Die vom unterschiedlichen Informations- und Preisniveau in den
verschiedenen Ländern profitierende, transnationale Untemehmerschaft bildet die Grundlage fur die
kumulative Zunahme von Verbindungslinien und Firmen, in deren Umkreis grenzüberschreitende
Gemeinschaften entstehen, deren Miglieder ein zwischen zwei nationalen Gesellschaften über große
Entfernungen hinweg ausgespanntes Doppelleben führen. Dieser distinktive Anpassungsmodus durch
Wanderung wird auf der einen Seite begünstigt durch die Abnahme gutbezahlter industrieller
Arbeitsplätze in den fortgeschrittenen Ländern, andererseits durch die spektakuläre Kostenabnahme fur
Kommunikation und den Fernverkehr. Auf lange Sicht dürfte die durch die transnationalen
Bevölkerungen bekundete Transnationalisierung der Arbeit ein geeignetes Mittel sein, um das
Wachstum der internationalen Ungleichheit von Macht und Reichtum zu verlangsamen. Kurzfristig
dürfte sie jedoch die umgekehrte Wirkung hervorbringen und die regionalen und klassenrelevanten
Unterschiede in den Auswanderungsländern weiter vertiefen.
Abstract
Globalization from below
This article elaborates the concept of "transnational community" as an original and potentially potent
response from below to the globalization of capital that is typically overlooked by conventional research
on migration and misunderstood by governments. The emergence of migration-fed communities that sit
astride political borders and deploy their social relations and activities simultaneously in the sending and
receiving countries is rooted in the logic of capitalist expansion itself. Transnational entrepreneurship
that takes advantage of price and information differentials between countries feeds the cumulative
growth of networks and firms that anchor long-distance transborder communities whose members lead
dual lives stretched across two national societies. This distinctive pattern of immigrant adaptation is
fostered, first, by the drying up of well-paid jobs in industry in advanced societies and, second, by the
spectacular decrease in the costs of long-distance communication and transportation. In the long run,
the transnationalization of labor of which transnational communities are the expression has the potential
of countering the growing international inequality of wealth and power. In the short run, however, it canhave the opposite effect of aggravating social and regional disparities in the countries of emigration.
Résumé
La mondialisation par le bas
Cet article élabore le concept de « communauté transnationale » comme forme originale et
potentiellement puissante d'adaptation par le bas à la mondialisation du capital qui est typiquement
ignorée par la recherche conventionnelle et mécomprise par les États. L'émergence de communautés
nourries par les migrations qui se tiennent à cheval sur les frontières politiques et déploient leurs
relations et leurs activités sociales simultanément dans le pays de départ et le pays d'accueil trouve sa
racine dans la logique même de l'expansion capitaliste. L'entreprenariat transnational, qui tire profit des
différentiels d'information et de prix entre pays, nourrit la croissance cumulative de réseaux et de firmes
dans lesquels s'ancrent les communautés transfrontalières de longue distance dont les membres vivent
une « double vie » étirée à travers deux sociétés nationales. Ce mode distinctif d'adaptation immigrante
est favorisé, d'une part, par l'assèchement des emplois industriels bien payés dans les pays avancés et,
d'autre part, par la diminution spectaculaire des coûts de communication et de transport à longue
distance. À terme, la transnationalisation du travail dont les communautés transnationales sont la
manifestation est capable de freiner la croissance de l'inégalité internationale de richesse et de pouvoir.
Toutefois, dans le court terme, elle peut avoir l'effet inverse et creuser les disparités régionales et de
classes dans les pays d'émigration.Alejandro Portes
LA MONDIALISATION
L'ÉMERGENCE PAR LE DES COMMUNAUTÉS BAS TRANSNATIONALES
) est sur l'aphorisme « le capital est global, le tra Cependant, il s'avère qu'un processus social de
vail est local » que repose l'édifice internatio cette envergure ne saurait être totalement unilatéral : en
nal érigé tout au long des cinquante dernières raison de son ampleur même, il est susceptible de
années. Suivant les écoles théoriques, cet édifice a été déclencher des réactions variées faisant émerger des
célébré comme le triomphe du libre-échange et de structures de contrepoids. Et finalement, la révolution
la rationalité économique ou au contraire dénoncé technologique de cette fin de siècle n'inaugurera peut-
comme la mort de la conscience ouvrière et de l'ind être pas l'ère d'un capitalisme mondial effréné, mais
épendance nationale. sera une nouvelle étape de la lutte entre valeurs
Certes, la migration planétaire des capitaux en quête d'échange et valeurs d'usage, entre la logique formelle
de profits n'est nullement une nouveauté ; ce processus de la loi et la logique matérielle des intérêts privés.
est même à la base de nombreuses explications de J'essaierai de donner ici une base théorique au
l'évolution du système capitaliste mondial. Ce qui est concept de communauté transnationale en tant que réac
nouveau aujourd'hui, ce sont ses modalités et son tion discrète mais potentiellement puissante à la mondiali
intensité, entraînées par les progrès technologiques sation, par opposition à ses formes plus visibles décrites
dans les communications et les transports. De nos dans la littérature récente. Je m'attelle à cette tâche non
jours, des décisions d'investissements et de désinvestis- sans hésitation, car le concept de transnationalité, comme
sements prises sur de lointains marchés boursiers, en celui même de mondialisation, risque de connaître le sort
Asie et en Amérique latine, par exemple, ont des réper de ces notions à la mode qui ne retiennent qu'un temps
cussions immédiates sur d'autres continents. Ainsi, l'attention des sciences sociales. Mais il y a là suff
comme le souligne Castells (1980), le modèle d'un isamment de matière pour valoir quelques efforts. Si le
vêtement dessiné à New York peut être transmis éle concept fonctionnait, il pourrait jouer un double rôle,
ctroniquement à une usine de Taïwan, et les premiers d'une part en tant qu'élément de l'arsenal théorique avec
lots du produit fini être reçus à San Francisco dans la lequel nous appréhendons les macro-structures du sys
même semaine. Les avantages de ce système semblent tème mondial, d'autre part en tant qu'instrument de l'ana
profiter entièrement à ceux qui sont en position de lyse encore sous-développée des réseaux et modèles
s'approprier les nouvelles technologies, faisant ainsi de quotidiens des relations sociales qui émergent au sein et
la mondialisation l'apothéose finale du capitalisme aux marges de ces structures. Ce second objectif est pré
cisément du domaine de la « théorie à moyenne portée » contre ses adversaires, qu'il s'agisse des élites d'État ou
des syndicats de travailleurs. de l'interaction sociale que j'essaierai d'esquisser ici. :
:
:
:
:
:
16 Alejandro Portes
— Ensuite, ces communautés sont un phénomène L'offensive des réseaux transnationaux
distinct qui s'écarte des schémas traditionnels d'adapta
tion des immigrés. La classe ouvrière a répondu à la mondialisation de
- Enfin, puisqu'il est alimenté par la dynamique la production capitaliste de manière plus subtile qu'en
même de la mondialisation, ce phénomène possède un créant des syndicats internationaux ou en essayant de
potentiel de croissance supérieur et offre aux initiatives pousser les gouvernements nationaux à imposer des
populaires autonomes un champ d'action plus large normes sociales minimales aux exportations des pays du
que les autres stratégies d'adaptation aux périgrinations tiers monde. Ces deux stratégies se sont en effet révélées
destructrices du capital à travers la planète. inefficaces, car les réalités de la concurrence internatio
Commençons par examiner l'origine de ces communnale détruisent toute velléité de solidarité de classe
transnationale, et elles laissent le champ libre à la délo autés, composées essentiellement d'immigrés ainsi que
calisation des investissements capitalistes. Les causes de d'amis et de parents d'immigrés. Dans les pays avancés,
l'impuissance de ces deux stratégies ont été analysées on pense communément que l'immigration actuelle est
en détail ailleurs (A. Portes, 1994). En revanche, en le fruit de la quête désespérée d'hommes et de femmes
réponse au processus de mondialisation, les individus du tiers monde cherchant à échapper à la misère dans
ont créé des communautés qui traversent les frontières leur pays. En fait, ce ne sont pas les plus pauvres d'entre
nationales et qui, dans un sens très concret, ne se situent les pauvres qui émigrent, et leur départ n'est pas guidé
véritablement « ni ici ni là » , mais ici et là en même en premier lieu par des calculs sur des avantages per
temps. Les activités économiques qui sous-tendent ces sonnels à retirer1. Au contraire, l'émigration actuelle est
le fruit de deux forces liées entre elles qui puisent leur communautés reposent précisément sur les différences
source dans la dynamique de l'expansion capitaliste de profits créées par les frontières. À cet égard, elles ne
elle-même d'abord les besoins des pays riches en fonctionnent pas différemment des multinationales, à
ceci près qu'elles émergent « par le bas » et que leurs main-d'œuvre bon marché et facilement renouvelable,
ensuite la pénétration des pays périphériques par les activités sont le plus souvent informelles.
Le groupe d'anthropologues qui le premier a ident investissements productifs, les modèles consuméristes et
ifié ce phénomène et amorcé son interprétation la culture populaire des sociétés avancées.
formule ainsi ses conclusions « Nous définissons le Contrairement aux idées répandues, les immigrés
"transnationalisme" comme l'ensemble des processus viennent dans les nations les plus riches moins parce
par lesquels les immigrés tissent et entretiennent des qu'ils le souhaitent que parce qu'on y a besoin d'eux.
relations sociales de nature multiple reliant leurs socié Une conjonction de forces sociales et historiques a pro
tés d'origine et d'accueil. Nous appelons ces processus voqué des pénuries aiguës de main-d'œuvre dans les
transnationalisme pour insister sur le fait que, de nos sociétés avancées. Dans certains cas, la pénurie est
totale, comme pour les ouvriers de l'industrie au Japon jours, beaucoup d'immigrés construisent des espaces
ou les personnels soignants et les ingénieurs aux États- sociaux qui traversent les frontières géographiques, cul
turelles et politiques... Un élément essentiel en est la Unis. Dans d'autres cas, la pénurie provient d'une rési
stance culturelle des travailleurs nationaux à accepter multiplicité des activités auxquelles s'adonnent les immi
les emplois dévalorisés et mal payés couramment occugrés à la fois dans leurs sociétés d'origine et d'accueil.
pés par les immigrés des générations précédentes Nous sommes toujours à la recherche d'un terme adé
(M. J. Piore, 1979 ; H. Gans, 1992 ; A. Portes et L. E. Guar- quat pour décrire ces positions sociales » (L. Basch,
nizo, 1991). La liste est longue de ces emplois déconsiN. Glick Schiller et C. Blanc-Szanton, 1994, p. 6).
dérés travaux agricoles, services personnels et domestOn comprend la perplexité de ces auteurs face à ce
nouveau phénomène lorsque l'on prend la mesure de iques, restauration, ou encore les postes surexploités
des ateliers de confection (S. Sassen, 1989)- l'extraordinaire diversité des activités qu'il recouvre et
Du fait de l'opposition des syndicats et de l'opinion de son poids économique et social potentiel. Je tenterai
publique, le flux migratoire de main-d'œuvre s'est sou- donc de dégager ici trois idées majeures
— Tout d'abord, l'émergence des communautés
transnationales est liée à la logique même du capita
1 — Cette proposition ne saurait être pleinement développée ici sans rilisme elles voient le jour pour répondre aux intérêts et squer de détourner l'attention du lecteur de l'objet de cet article. Elle a aux besoins des investisseurs et des employeurs des été démontrée dans plusieurs travaux antérieurs voir Portes (1978) et
Portes et Börocz (1989). pays avancés. :
mondialisation par le bas 17 La
vent poursuivi de manière détournée, par le biais de attendre de leur vie à l'étranger, et il exacerbe leur
divers subterfuges légaux. Aux États-Unis, le tollé sus désir de partir en creusant l'écart entre les réalités
cité par l'ampleur de l'immigration illégale dans les locales et leurs nouvelles aspirations à consommer.
années 1980 a conduit à l'adoption de la loi sur la Paradoxalement, ce processus ne touche pas tant les
réforme et le contrôle de (Immigration classes les plus pauvres des sociétés périphériques que
Reform and Control Act, ou IRCA), en 1986. Cette loi leurs classes moyenne et ouvrière, qui sont générale
traduit nettement le constant besoin de main-d'œuvre ment les plus exposées aux messages publicitaires et
aux symboles culturels projetés par les pays avancés 3 immigrée et le pouvoir inébranlable des syndicats
patronaux, puisque au lieu de réduire le volume de (S. Grasmuck et P. Pessar, 1991 ; A. Portes et R. L. Bach,
l'immigration, elle l'a en fait augmenté, par le biais de 1985). L'idée fondamentale est qu'aujourd'hui l'immigra
quelques dérogations astucieuses2. tion vers ces pays n'est pas un processus optionnel, mais
En 1990, aux États-Unis, la population née à l'étran une nécessité structurale de l'accumulation capitaliste à
ger atteignait presque 20 millions de personnes, le total un stade avancé. La pérennité et l'accroissement du
le plus important du siècle en valeur absolue (M. Fix et nombre d'immigrés du tiers monde présents dans les
J. S. Passel, 1991 ; R. G. Rumbaut, 1994). Outre l'échap métropoles des pays développés sont donc ainsi assurés.
patoire législative de l'IRCA, les nouvelles dispositions À leur tour, ces groupes fournissent la matière première
généreuses de l'Immigration Act de 1990 garantissent à partir de laquelle le phénomène des communautés
pratiquement que ce chiffre, et avec lui la proportion transnationales se développe.
d'immigrés dans la population américaine, augmentera
significativement dans les années qui viennent. En All
emagne et en France, malgré l'arrêt officiel de la poli L'ÉMERGENCE
tique d'accueil des travailleurs étrangers dans les DE L'ENTREPRISE TRANSNATIONALE
années 1970, les communautés immigrées ont continué
de s'accroître régulièrement par le biais de la réunifica La poursuite de facto d'une politique d'ouverture
des frontières est encouragée par la demande en main- tion familiale et des canaux clandestins (A. R. Zolberg,
1989; J. F. Hollifield, 1994). Aujourd'hui l'Allemagne d'œuvre bon marché des employeurs des pays avanc
compte 7 millions d'étrangers, soit 9 % du total de sa és, tandis que la délocalisation de la production à
population, une proportion proche de celle des États- l'étranger répond à une demande similaire de certains
Unis (R. Münz et R. Ulrich, 1995; K. J. Bade, 1995).
Même dans un pays aussi homogène du point de vue
ethnique que le Japon, la pénurie de main-d'œuvre a 2 - Près de 2,5 millions d'immigrés clandestins ont été régularisés grâce conduit à des arrangements juridiques, comme l'emploi à l'IRCA. La législation ultérieure a prévu des dispositions généreuses
autorisant les immigrés fraîchement régularisés à faire venir leur famille. de « stagiaires » de sociétés étrangères ou de personnes
Plus important encore, l'IRCA conserva un subterfuge législatif autoriayant dépassé le terme de leur visa, pour travailler à la sant la continuation du flux de clandestins, en exigeant des employeurs
chaîne dans l'industrie. En 1990, le Japon comptait qu'ils vérifient les papiers de leurs candidats à un emploi, mais non en établissent la validité. De manière prévisible, une industrie de 1,1 million de personnes nées à l'étranger, soit une pro masse de fabrication de faux papiers s'est développée, pour satisfaire portion encore insignifiante de la population totale, les besoins des nouveaux immigrés et de leurs employeurs (R. L. Bach
mais dont on s'attend à ce qu'elle double au cours de la et H. Brill, 1991). Les efforts législatifs plus récents pour contrôler l'i
mmigration, comme la proposition 187 en Californie (qui interdit aux prochaine décennie (W. A. Cornelius, 1992 ; 1994). immigrés en situation irrégulière l'accès aux services publics éducatL'autre élément de cette équation est l'impact de la ion, santé, aide sociale, etc.) et un nouveau décret du Congrès en 1996,
ne promettent pas de meilleurs résultats (A. Portes et R. G. Rumbaut, mondialisation sur l'offre potentielle d'immigrés. La
1996, chap. 8). tendance du capital multinational à développer des
3 - Sassen (1989) a développé une variante de cet argument selon marchés dans les pays périphériques tout en tirant lequel les industries installées dans les zones périphériques d'exportasur leurs réserves de main-d'œuvre a eu une série tion stimulent l'émigration en familiarisant leur main-d'œuvre avec les
pratiques culturelles du monde développé. Cette est de conséquences sociales prévisibles. L'une d'elles est composée en majorité de jeunes qui sont généralement licenciés après le remodelage de la culture populaire d'après les quelques années. La combinaison des qualifications et des aspirations,
modèles étrangers et l'introduction de modèles consu- qu'ils ont acquises quand ils travaillaient, avec le chômage écono
mique, fait d'eux un vivier prêt pour une future émigration. Sassen méristes sans rapport avec le niveau des salaires fournit peu de preuves empiriques, cependant les recherches ultélocaux (F. Alba, 1978). Ce processus donne aux futurs rieures dans bon nombre de pays d'Amérique latine étayent sa thèse.
émigrés une première idée de ce qu'ils peuvent Voir J. P. Pérez-Sainz, 1994; J. A. Itzigsohn, 1994. ;
.
18 Alejandro Portes
secteurs industriels. Les travailleurs des pays périphé de réduire les dépenses et de générer une épargne suf
riques embauchés dans ces conditions ne sont pas fisante pour acquérir une affaire ou investir dans l'im
simplement des objets d'exploitation, mais peuvent mobilier. Un troisième exemple, étudié en détail par
Light (1984) et ses collaborateurs (I. Light et E. Bona- prendre conscience de la logique des processus
impératifs de mobilité personnelle qu'ils impliquent. cich, 1988), montre l'émergence d'associations de cré
Itzigsohn (1993) a montré comment, en République dit informelles, où les sommes épargnées sont mises en
dominicaine, les travailleurs se reconvertissaient en commun, puis allouées à chacun à tour de rôle. Une
entrepreneurs informels afin d'éviter les travaux pénibles quatrième initiative consiste à jouer sur les écarts de
et les salaires de misère du secteur industriel d'exportat prix et d'information entre les pays de départ et
ion. Dans le contexte dominicain, l'économie informelle d'accueil, par le biais de la création d'entreprises trans
devient, paradoxalement, un instrument de résistance nationales.
populaire aux exigences du capital étranger 4 Cette dernière stratégie n'est pas incompatible avec
les autres, mais se distingue en ce qu'elle dépend de Beaucoup de travailleurs immigrés réalisent que
transactions qui franchissent les frontières politiques. les conditions de travail et de rémunération que leur
réserve le monde développé sont loin de satisfaire Pour être réalisables, ces transactions doivent s'appuyer
leurs aspirations économiques. Pour éviter les travaux sur des réseaux extrêmement solides afin de garantir
dévalorisés et sans avenir que leur société d'accueil approvisionnements, livraisons et paiements dans les
leur assigne, ils doivent faire jouer leurs réseaux de délais, dans un contexte marqué par l'absence totale ou
relations sociales. Les réseaux sociaux d'immigrés pré partielle de régulations externes. L'entreprenariat trans
national « d'en bas » bénéficie des mêmes innovations sentent deux caractéristiques qui font généralement
défaut aux réseaux des travailleurs nationaux. En pre techniques dans les communications et les transports à
mier lieu, ils sont à la fois denses et géographique- l'origine des restructurations industrielles à grande
ment très vastes. En second lieu, ils tendent à créer échelle. Une classe d'entrepreneurs transnationaux
une solidarité en vertu de l'incertitude généralisée qui issus de l'immigration, qui font la navette entre les pays
gouverne la condition immigrée. Les échanges dans et maintiennent des contacts quotidiens avec l'étranger,
un contexte d'incertitude génèrent des liens plus forts ne pourrait pas exister sans ces nouvelles technologies
que ceux qui existent entre des partenaires pleine et sans les possibilités et les réductions des coûts
ment informés et soumis à des lois équitablement qu'elles permettent. Plus généralement, cette forme de
réaction « par le bas » à la restructuration mondiale n'est appliquées.
Ce principe sociologique, établi à la fois par les pas apparue par opposition aux forces économiques
études de terrain et par l'observation expérimentale, dominantes, mais bien dans leur sillage. Grâce à cette
s'applique particulièrement bien aux communautés stratégie, le travail (au départ celui de la main-d'œuvre
d'immigrés (P. Kollock, 1994). Ceux-ci sont en effet immigrée) rejoint les flux du commerce mondial, en
amenés à effectuer des transactions économiques, aussi imitant le nouveau cadre économique et en s'y adapt
bien à l'intérieur du groupe qu'avec des opérateurs ant, souvent de manière astucieuse.
extérieurs, en disposant au départ de peu d'informa Ce parallèle entre les stratégies des acteurs écono
tions sur la loyauté de leurs partenaires d'échange et miques dominants et des entreprises immigrées trans
sur la nature et la fiabilité des régulations étatiques. De nationales est de toute façon partial. Toutes deux font
ce haut niveau d'incertitude découle le besoin de « res
ter soudé » avec les mêmes partenaires, une fois qu'on
a éprouvé leur loyauté, quelles que soient les occasions
4 - Les analyses passées du secteur informel de l'économie des pays tentantes qui peuvent venir du dehors.
périphériques ont montré que celui-ci constituait un outil efficace pour Ces réseaux denses, géographiquement étendus et faire baisser les coûts et accroître la flexibilité dans l'utilisation de la
solidaires, peuvent catalyser différents types d'initia main-d'œuvre par les grandes entreprises (A. Portes et Walton, 1981
Beneria, 1989). Ces analyses supposaient un cadre de régulation, mis tives économiques. Dans un cas, étudié par Sassen
en œuvre par l'État, qui protégeait les salariés et contraignait les (1994), ils conduisent à la création de marchés du tra employeurs. Ce cadre a largement disparu dans les nouvelles zones de
vail à longue distance, qui permettent de repérer et de production pour l'exportation, où les salariés sont soumis à des condi
tions d'emploi et de travail beaucoup plus dures. C'est cet abandon par saisir des offres d'emploi dans des endroits très éloi l'État de ses pouvoirs régulateurs qui amène à redéfinir le caractère et la gnés. Dans un autre cas, décrit par Zhou (1992), ils signification de l'entreprenariat populaire informel dans de nombreuses
conduisent à la mise en commun des ressources afin villes du tiers monde. La mondialisation par le bas 19
un large usage des nouvelles technologies et dépen écouler leurs marchandises. Un accord verbal préa
dent des différences de prix et d'informations transfront lable avec les acheteurs étrangers est pratique cou
alières. Cependant, alors que les grandes entreprises rante, même avec les petits magasins de vêtements.
comptent tout d'abord sur leur puissance financière, les Sur leur trajet de retour vers la République dominic
entrepreneurs immigrants dépendent entièrement de aine, les exportateurs informels remplissent leurs
leur capital social (L. E. Guarnizo, 1992 ; M. Zhou et valises de patrons de vêtements, tissus, aiguilles, etc.,
C. L. Bankston, 1994). Les réseaux sociaux qui sous- nécessaires à leur activité.
tendent ces initiatives à la base se sont constitués à tra Pour un observateur non averti, ces voyageurs au
vers un long processus d'immigration et d'adaptation long cours surchargés de bagages ressemblent à
n'importe quel immigré rapportant des cadeaux à sa souvent difficile, qui leur donne un caractère propre et
les amène à se renforcer à travers leurs offensives éco famille restée au pays. En réalité, ils s'adonnent à une
nomiques. Cette croissance cumulative de réseaux et forme de commerce transnational informel en plein
d'entreprises enracinés dans deux pays à la fois mène essor. Les informations nécessaires à ce trafic intense
à un phénomène qualitativement différent que l'on sont invariablement transmises par les réseaux d'amis
peut décrire à travers quelques exemples tirés des et de parents, franchissant ainsi les distances entre pays
recherches récentes. d'accueil et d'origine. Il est donc clair que les hommes
et femmes qui dirigent ces entreprises ne sont pas des
« immigrés rentrant au pays » au sens habituel du terme.
La construction Bien plutôt, ils ont profité du temps passé à l'étranger
des communautés transnationales pour se constituer un petit bagage - biens, comptes
bancaires et contacts professionnels - à partir duquel
II existe aujourd'hui, en République dominicaine, ils ont pu organiser leur retour chez eux. Le résultat est
que ces entrepreneurs transnationaux n'ont pas quitté des centaines de petites et moyennes entreprises créées
et dirigées par d'anciens émigrés aux États-Unis. Parmi définitivement les États-Unis, mais sont plutôt engagés
dans un mouvement cyclique d'allers-retours, qui leur elles, des petites usines, des établissements commerc
iaux variés et des agences financières. Ces entreprises permet de tirer parti de l'écart entre les possibilités éco
sont transnationales non seulement parce qu'elles ont nomiques des deux pays (A. Portes et L. E. Guarnizo,
été fondées par d'anciens émigrés, mais parce qu'elles 1990, p. 21-22).
dépendent pour leur survie de l'existence de liens Il existe une remarquable disparité entre le dyna
continus avec les États-Unis. Une étude menée à la fin misme de l'entreprenariat transnational et l'incompré
des années 1980 sur cent treize de ces sociétés montrait hension ou l'ignorance du phénomène par les gouvern
que l'investissement de départ moyen n'y était que de ants. Les officiels des gouvernements dominicain et
12 000 dollars, mais qu'environ la moitié d'entre elles américain s'intéressent surtout au volume et à l'ach
continuaient de recevoir périodiquement des capitaux eminement des envois de fonds par les immigrés et
de l'étranger, 5 400 dollars en moyenne. L'argent était semblent ignorer l'activité entreprenariale intense que
envoyé par des parents et amis restés aux États-Unis, cela masque. Dans la capitale, Saint-Domingue, une
partenaires ou copropriétaires de l'entreprise. En plus recherche conduite en 1994-1996 a révélé combien les
des capitaux, de nombreuses entreprises recevaient des émigrés de retour au pays ont lancé d'affaires reposant
sur des idées et des compétences acquises aux États- envois en nature, biens d'équipement ou marchandises
Unis - cela va de la livraison à domicile de repas à vendre (A. Portes et L. E. Guarnizo, 1990, p. 16).
Dans le cadre de l'enquête de terrain réalisée pour rapides aux magasins de logiciels informatiques et
cette étude, les auteurs ont identifié un second méca vidéo, en passant par la location et la vente de tél
nisme de réapprovisionnement en capitaux, à savoir éphones portables, la vente d'automobiles et beaucoup
les voyages périodiques des propriétaires à l'étranger d'autres choses. Parallèlement, les responsables de
pour encourager de nouveaux investisseurs émigrés l'industrie dominicaine du bâtiment reconnaissent que
potentiels. Ces voyages permettent aussi aux propriét bon nombre de leurs entreprises ne pourraient pas sur
aires et aux dirigeants d'usines de vendre à l'étranger vivre sans la demande en résidences secondaires et en
une partie de leur production. Les patrons de petits bâtiments d'entreprises générée par les Dominicains de
ateliers de confection, par exemple, se rendent régu l'étranger. Des pans entiers de la ville, en particulier
lièrement à Porto Rico, Miami et New York afin d'y à l'ouest et près de l'aéroport international, ont été :
:
:
20 Alejandro Portes
La vente de ponchos colorés et de lainages au son construits à l'intention des émigrés 5. La tradition popul
aire a donné un nom particulier à cette population des notes plaintives de la flûte andine (la quenä) s'est
Dominicanos ausentes (les Dominicains absents) ou révélée tout à fait rentable. Le succès économique de ces
Dominican Yorkers (en raison de leur forte concentrat migrants indigènes apparaît clairement dans leur refus
ion à New York). Ils jouent un rôle très important dans quasi systématique d'accepter un travail salarié et dans
les secteurs du tourisme, de la confection, de l'électr la prospérité évidente de leurs villes d'origine. Otavalo
onique, du bâtiment et des loisirs au sein de l'économie est, à cet égard, radicalement différente des autres
locale. Dans l'ensemble pourtant, l'État dominicain s'est régions des hauts plateaux andins. En effet, les Indiens,
montré indifférent et a ignoré ces développements entrepreneurs et migrants de retour, y composent une
bonne part de la haute société locale, renversant la (L. E. Guarnizo, 1994).
domination traditionnelle des élites blanches et mestizo. Une expérience similaire, mais culturellement
À l'instar de la République dominicaine, le Salvador unique, a été rapportée par David Kyle (1994) dans son
étude sur la communauté indigène des Otavalos sur est un pays profondément influencé par les activités
les hauts plateaux équatoriens. Traditionnellement, la transnationales de ses communautés d'expatriés. Là,
région d'Otavalo s'est spécialisée dans la production c'est au départ une violente guerre civile qui a poussé
et le commerce des vêtements, en développant et en nombre de Salvadoriens à partir à l'étranger, au point
adaptant, depuis la colonisation espagnole, de nou que le paysage économique et social en a été irrémé
veaux savoir-faire artisanaux. Depuis environ un quart diablement bouleversé. En 1996, on estimait à environ
de siècle, les Otavalos ont pris l'habitude de voyager à 1,26 milliard de dollars les envois de fonds de l'étran
l'étranger pour vendre leurs marchandises colorées ger, soit un montant supérieur à la somme totale
dans les grandes villes d'Europe et d'Amérique du des exportations du pays (P. Landolt, 1997). Mais
Nord. Ils peuvent ainsi récupérer eux-mêmes la valeur l'influence des entreprises transnationales salvado-
riennes va bien au-delà de ce chiffre. De grandes entred'échange empochée ailleurs par les intermédiaires
prises de voyages et de livraisons sont nées de petits entre producteurs du tiers monde et consommateurs du
premier monde. Après des années de périples à l'étran commerces informels pour répondre aux besoins variés
ger, ils ont aussi rapporté chez eux quantité de nou de la communauté émigrée et de ses partenaires au Sal
veautés des pays développés, et même amené des vador. Les capitaux des émigrés ont financé une large
nouveaux venus dans leur ville. Dans les rues d'Ota palette d'activités, depuis les nouvelles échoppes «tex-
valo, il n'est ainsi pas rare de croiser des Européennes mex »> de San Salvador, la capitale, jusqu'aux magasins
vêtues de costumes indigènes traditionnels ce sont les d'informatique et de vidéo bien garnis, même dans les
femmes de ces commerçants transnationaux, rencont grandes villes de province comme San Miguel 6.
À leur tour, les banques et les entreprises importrées au cours de leurs voyages au long cours.
Pendant cette même période sont apparues à antes du Salvador ont fini par considérer les grandes
l'étranger des enclaves Otavalos plus ou moins perman concentrations d'immigrés des villes d'accueil des pays
entes. Leur caractéristique est que leurs membres ne avancés comme un nouveau marché et un moyen
vivent pas du travail salarié, ni même d'un emploi indé d'expansion rapide. Ainsi, la Constancia Bottling Com-
pendant au sein de la communauté, mais de la comm
ercialisation de produits venus d'Equateur. Ils entre
tiennent une communication constante avec leur ville 5 - Ces observations s'appuient sur une série d'entretiens conduits par natale pour s'approvisionner, gérer leurs telares l'auteur et par une équipe de chercheurs dirigée par le professeur Car
los Dore de la Latin-American School of Social Sciences (FIASCO) dans (« magasins de vêtements ») et acheter des terres. Les
la République dominicaine à l'automne 1996. allers et retours incessants nécessaires à ces échanges
6 - Ce bref résumé se base sur des entretiens menés avec des informaont fait des Otavalos des silhouettes familières, non teurs des communautés salvadoriennes de Washington DC et de Los seulement à l'aéroport de Quito, mais aussi sur les mar Angeles et de deux villes d'émigration importantes au Salvador San
Salvador, la capitale, et San Miguel. Les entretiens ont été menés par chés de New York, Paris, Amsterdam et d'autres
une équipe de terrain dirigée par Patricia Landolt de l'université John grandes villes. Selon Kyle, les Otavalos ont même pris Hopkins et Luis E. Guarnizo de l'université de Californie-Davis, en
conscience de la valeur commerciale de leur folklore coopération avec le FUNDE, une ONG salvadorienne de recherche.
L'équipe de recherche du Salvador était dirigée par Mario Lungo et et, ces dernières années, des groupes de musiciens sont Sonia Baires. Ces entretiens font partie d'un projet d'étude comparative éclos un peu partout dans les rues des métropoles des dirigé par l'auteur. Pour une plus ample présentation de ces résultats,
pays avancés. voir Baires et Landolt (1997). :
:
La mondialisation par le bas 21
pany (bières et limonades) a implanté une usine à Los auprès des banques les plus importantes. Pour
Angeles pour ravitailler la population immigrée. De répondre au boom de la demande de prêts immobiliers
même, la chambre de l'industrie et du bâtiment du traités dans leur propre langue, les entrepreneurs sont
Salvador (CASALCO) y a organisé de véritables salons allés à Taïwan et à Hong Kong réunir des capitaux pour
de l'immobilier, afin de développer la demande déjà fonder de nouvelles banques, et de nouveaux immigrés
respectable de nouveaux logements par les Salvado- sont arrivés aux États-Unis avec les ressources finan
riens émigrés. Comme en République dominicaine, les cières nécessaires. Le résultat est la prolifération, à Flu
expatriés se sont vu attribuer un nouveau nom dans la shing, de banques tenues par des Chinois. Même si elles
culture salvadorienne el hermano lejano (le frère loin demeurent de taille modeste au regard des normes
tain). En appeler à la solidarité et aux ressources de tels habituelles, elles servent à la fois les intérêts écono
« frères » est devenu un moyen essentiel de survie, non miques de la communauté immigrée et ceux de leurs
seulement pour les familles, mais pour des communaut lointains investisseurs.
és entières. À cinq mille kilomètres à l'ouest, la ville de Monter
Conséquence de leur fuite des horreurs de la guerre ey Park, en Californie, s'est transformée en « première
banlieue chinoise » en grande partie grâce à l'activité de civile, et peut-être aussi de leurs origines essentiell
ement rurales, les Salvadoriens à l'étranger conservent riches nouveaux arrivants (Fong, 1994). De nombreux
des liens extrêmement forts avec leurs villages natals. entrepreneurs de Taïwan et Hong Kong ont créé des
Des dizaines de comités de pueblo (comités villageois) entreprises dans cette région, moins en vue d'un profit
ont vu le jour à Los Angeles, Washington et Houston immédiat que pour se protéger de l'instabilité politique
pour soutenir ces communautés d'origine et faire avan et de la menace de la prise de pouvoir par la Chine
cer des projets locaux de développement. Landolt communiste. L'ouverture d'une nouvelle société aux
(1997, p. 20) résume ainsi l'impact de ces efforts sur le États-Unis facilite l'obtention d'un visa de résident per
développement local « À l'instar du contraste entre les manent et de nombreux propriétaires font ensuite venir
familles qui reçoivent des envois d'argent et celles qui leur famille et l'installent à Monterey Park, alors qu'eux-
n'en reçoivent pas, l'opposition entre les municipalités mêmes continuent de traverser régulièrement le Paci
qui bénéficient de cette "aide transnationale de base" et fique.
celles qui n'en bénéficient pas souligne l'intérêt écono L'activité de ces «astronautes», selon le surnom qui
mique de ces stratégies collectives d'envoi d'argent. Les leur a été attribué, ajoute une nouvelle strate à une com
villages disposant d'une association villageoise à munauté transnationale déjà complexe. Dans ce cas, en
l'étranger jouissent de routes pavées et de l'électricité. effet, les émigrés de retour au pays n'investissent pas le
Leurs équipes de foot ont de meilleurs équipements, capital qu'ils ont épargné aux États-Unis dans de nouv
des maillots plus à la mode et même un terrain bien elles entreprises locales, mais ce sont plutôt les immig
entretenu où elles s'entraînent. » rés qui apportent avec eux de nouveaux capitaux pour
Un dernier exemple porte sur les communautés investir dans des entreprises américaines. La naissance
d'immigrés beaucoup plus puissantes économiquem d'un enfant sur le sol américain garantit la citoyenneté
ent. La croissance des communautés asiatiques, américaine et ancre définitivement la famille dans son
notamment chinoises, aux États-Unis, a offert aux riches nouveau pays. À la suite de la réussite du double proces
entrepreneurs de Taïwan et de Hong Kong des possibil sus d'investissement productif et d'acquisition de la
ités d'investissements à haute rentabilité aux États-Unis, citoyenneté, les immigrés chinois à Monterey Park sont
et, ce faisant, ils se sont eux-mêmes intégrés à la comainsi rapidement passés du statut de nouveaux arrivants
munauté transnationale. Smith et Zhou (1995) expli marginalisés à celui de membre à part entière de la
quent comment la croissance rapide de l'accession à la classe des affaires de la ville (Fong, 1994).
propriété par les Chinois à Flushing, dans la banlieue de J'ai longuement insisté sur ces exemples pour donner
New York, a été largement financée par de nouvelles une crédibilité à un phénomène qui, lorsqu'on l'évoque
banques chinoises fondées grâce à des capitaux de Ta pour la première fois, dépasse l'imagination. Une multi
ïwan et de Hong Kong. La population chinoise aug tude d'autres exemples auraient pu être évoqués, tels
mente très vite à Flushing et dans les cités adjacentes du ceux rassemblés par Basch et ses collaborateurs dans
Queens, et désire fortement devenir propriétaire, mais leur ouvrage collectif innovateur (L. Basch, N. Glick
elle ne maîtrise pas suffisamment l'anglais et ne pré Schiller et C. Blanc-Szanton, 1994). L'idée majeure qu'ils
sente pas assez de garanties pour obtenir un crédit illustrent est que, une fois lancé, le processus transnatio-