La noblesse et les sports nobles - article ; n°1 ; vol.80, pg 22-32

-

Documents
14 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Actes de la recherche en sciences sociales - Année 1989 - Volume 80 - Numéro 1 - Pages 22-32
La noblesse et les sports nobles.
Cet article voudrait renouveler les hypothèses concernant l'origine des sports en France, en montrant le rôle fondamental qu'a joué la noblesse, à la fin du 19e et au début du 20e siècles, dans l'introduction et le développement des pratiques sportives en France. Il serait impossible de comprendre les fonctions qu'a remplies pour les membres de la noblesse l'intérêt pour les sports, sans étudier ce qu'était, à la fin du 19e siècle, l'espace de la noblesse avec ses différents groupes ou fractions, ancienne noblesse d'épée, noblesse de robe, nouvelle noblesse liée aux affaires, et comment les hommes de sport se situaient à l'intérieur de cet espace, mais aussi ce qu'était l'espace des activités physiques ou sportives (équitation, escrime, lawn tennis, polo, vélo, etc.) qui connaît alors des transformations particulièrement rapides. Outre l'entretien du capital symbolique et du capital social ainsi que l'inculcation des valeurs aristocratiques, les sports ont permis, semble-t-il, à une fraction de la noblesse de reconvertir son capital social et symbolique en capital culturel et économique, l'exemple le plus achevé de cette reconversion étant constitué par le baron Pierre de Coubertin.
Adel und vornehmer Sport.
Der Artikel soll zeigen, welche zentrale Rolle der Adel bei der Einführung und Entwicklung des Sports in Frankreich Ende des 19. Jhdts., Anfang des 20. Jhdts. gespielt hat. Welche Funktionen sportliches Interesse für die Adligen gespielt hat, wird erst verstandlich, wenn der Adel mit seinen verschiedenen Fraktionen - überlieferter Schwertadel, Amtsadel, neuer Geldadel -, die Stel-lung der Sportsleute innerhalb des Adels, nicht zuletzt aber auch der sich rapide wandelnde Raum der körperlichen und sportlichen Betätigungen (Fechten, Reiten, Tennis, Polo, Radfahren usw.) untersucht wird. Neben der Pflege des sozialen und symbolischen Kapitals sowie der Vermittlung aristokratischer Werte hat der Sport offensichtlich einer Adelsfraktion ermöglicht, ihr soziales und symbolisches Kapital in kulturelles und ökono- misches Kapital zu konvertieren. Beispielhaft für eine derartige Umstellung ist der Baron Pierre de Coubertin.
La nobleza y los deportes nobles.
Este artículo podría renovar las hipótesis concernientes al origen de unos deportes en Francia, mostrando el roi fundamental que desempeñó la nobleza, a fines del siglo XIX y al comienzos del siglo XX, en la introducción y el desarrollo de las prácticas deportivas en Francia. Si se desea comprender las funciones que ha cumplido para los miembros de la nobleza el interés por los deportes, es necesario estudiar lo que fué, a fines del siglo XIX, el espacio de la nobleza con sus diferentes grupos o fracciones, nobleza antigua de espada, nobleza de cámara, nobleza nueva ligada a los negocios, y cómo los hombres de deportes se ubicaban al interior de este espacio, empero también lo que era el espacio de las actividades físicas o deportivas (equitación, esgrima, lawn tenis, polo, bicicleta, etc.), que conoce entonces unas transformaciónes particularmente rápidas. Aparte el mantenimiento del capital simbolico y del capital social así como la inculcación de los valores aristocráticos, los deportes han permitido, a lo que parece, a una fracción de la nobleza de reconvertir su capital social y simbólico en capital cultural y económico, el más completo ejemplo de esta reconversion ha sido constituido por el Baron Pierre de Coubertin.
The Aristocracy and the Aristocratie Sports.
This article seeks to re-examine hypotheses about the origins of sport in France, showing the fundamental role played by the aristocracy in introducing and developing sporting activities in France in the late 19th and early 20th centuries. To understand the functions that interest in sport fulfilled for the members of the aristocracy, it is necessary to study on the one hand the space of the aristocracy in the late 19th century, with its different groups and fractions -the old noblesse d'épée, the noblesse de robe, the new aristocracy linked to business- and how the sportsmen were situated within this space, and on the other hand the space of physical or sporting activities (riding, fencing, lawn tennis, polo, cycling, etc.), which was then undergoing particularly rapid change. As well as the maintenance of symbolic and social capital and the inculcation of aristocratie values, sport seems to have enabled a fraction of the aristocracy to convert its social and symbolic capital into cultural and economie capital, the most perfect example of this conversion being that of Baron Pierre de Coubertin.
11 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1989
Nombre de visites sur la page 1 171
Langue Français
Signaler un problème

Madame Monique de Saint
Martin
La noblesse et les "sports" nobles
In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 80, novembre 1989. pp. 22-32.
Citer ce document / Cite this document :
de Saint Martin Monique. La noblesse et les "sports" nobles. In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 80, novembre
1989. pp. 22-32.
doi : 10.3406/arss.1989.2913
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1989_num_80_1_2913Résumé
La noblesse et les "sports" nobles.
Cet article voudrait renouveler les hypothèses concernant l'origine des sports en France, en montrant le
rôle fondamental qu'a joué la noblesse, à la fin du 19e et au début du 20e siècles, dans l'introduction et
le développement des pratiques sportives en France. Il serait impossible de comprendre les fonctions
qu'a remplies pour les membres de la noblesse l'intérêt pour les sports, sans étudier ce qu'était, à la fin
du 19e siècle, l'espace de la noblesse avec ses différents groupes ou fractions, ancienne noblesse
d'épée, noblesse de robe, nouvelle noblesse liée aux affaires, et comment les "hommes de sport" se
situaient à l'intérieur de cet espace, mais aussi ce qu'était l'espace des activités physiques ou sportives
(équitation, escrime, lawn tennis, polo, vélo, etc.) qui connaît alors des transformations particulièrement
rapides. Outre l'entretien du capital symbolique et du capital social ainsi que l'inculcation des valeurs
aristocratiques, les sports ont permis, semble-t-il, à une fraction de la noblesse de reconvertir son
capital social et symbolique en capital culturel et économique, l'exemple le plus achevé de cette
reconversion étant constitué par le baron Pierre de Coubertin.
Zusammenfassung
Adel und vornehmer Sport.
Der Artikel soll zeigen, welche zentrale Rolle der Adel bei der Einführung und Entwicklung des Sports in
Frankreich Ende des 19. Jhdts., Anfang des 20. Jhdts. gespielt hat. Welche Funktionen sportliches
Interesse für die Adligen gespielt hat, wird erst verstandlich, wenn der Adel mit seinen verschiedenen
Fraktionen - überlieferter Schwertadel, Amtsadel, neuer Geldadel -, die Stel-lung der "Sportsleute"
innerhalb des Adels, nicht zuletzt aber auch der sich rapide wandelnde Raum der körperlichen und
sportlichen Betätigungen (Fechten, Reiten, Tennis, Polo, Radfahren usw.) untersucht wird. Neben der
Pflege des sozialen und symbolischen Kapitals sowie der Vermittlung aristokratischer Werte hat der
Sport offensichtlich einer Adelsfraktion ermöglicht, ihr soziales und symbolisches Kapital in kulturelles
und ökono- misches Kapital zu konvertieren. Beispielhaft für eine derartige Umstellung ist der Baron
Pierre de Coubertin.
Resumen
La nobleza y los "deportes" nobles.
Este artículo podría renovar las hipótesis concernientes al origen de unos deportes en Francia,
mostrando el roi fundamental que desempeñó la nobleza, a fines del siglo XIX y al comienzos del siglo
XX, en la introducción y el desarrollo de las prácticas deportivas en Francia. Si se desea comprender
las funciones que ha cumplido para los miembros de la nobleza el interés por los deportes, es
necesario estudiar lo que fué, a fines del siglo XIX, el espacio de la nobleza con sus diferentes grupos o
fracciones, nobleza antigua de espada, nobleza de cámara, nobleza nueva ligada a los negocios, y
cómo los "hombres de deportes" se ubicaban al interior de este espacio, empero también lo que era el
espacio de las actividades físicas o deportivas (equitación, esgrima, lawn tenis, polo, bicicleta, etc.),
que conoce entonces unas transformaciónes particularmente rápidas. Aparte el mantenimiento del
capital simbolico y del capital social así como la inculcación de los valores aristocráticos, los deportes
han permitido, a lo que parece, a una fracción de la nobleza de reconvertir su capital social y simbólico
en capital cultural y económico, el más completo ejemplo de esta reconversion ha sido constituido por
el Baron Pierre de Coubertin.
Abstract
The Aristocracy and the Aristocratie "Sports".
This article seeks to re-examine hypotheses about the origins of sport in France, showing the
fundamental role played by the aristocracy in introducing and developing sporting activities in France in
the late 19th and early 20th centuries. To understand the functions that interest in sport fulfilled for the
members of the aristocracy, it is necessary to study on the one hand the space of the aristocracy in the
late 19th century, with its different groups and fractions -the old noblesse d'épée, the noblesse de robe,
the new aristocracy linked to business- and how the "sportsmen" were situated within this space, and on
the other hand the space of physical or sporting activities (riding, fencing, lawn tennis, polo, cycling,
etc.), which was then undergoing particularly rapid change. As well as the maintenance of symbolic andsocial capital and the inculcation of aristocratie values, sport seems to have enabled a fraction of the
aristocracy to convert its social and symbolic capital into cultural and economie capital, the most perfect
example of this conversion being that of Baron Pierre de Coubertin.tits clubs sportifs où les élèves se goumonique de saint martin vernent eux-mêmes. Les grands
collèges de Juilly et d'Arcueil font auss
i une bonne place aux sports et, en
1899, Edmond Demolins, ami de
Pierre de Coubertin, fonde l'Ecole des
Roches, sur le modèle anglais, qui acLA corde une part décisive aux sports
dans la formation des élèves : il s'agit
là d'éduquer plus que d'instruire, de
former le caractère ou la volonté plus
que l'intelligence, de valoriser le sport NOBLESSE plus que la culture, l'énergie, le cou
rage et surtout l'initiative plus que le
savoir, l'érudition ou la docilité sco
laire.
ET LES Pour les nobles, le sport n'est
pas seulement un moyen d'inculquer
aux jeunes les valeurs dites aristocra
tiques qui, à ce stade du développe
ment des pratiques sportives, sont «SPORTS» inscrites, sinon dans les règles régis
sant explicitement les pratiques, du
moins aans les principes non codifiés
qui définissent la manière de prati
quer ; il permet aussi d'accumuler et NOBLES
d'étendre le capital social qui leur a
été transmis par héritage. Pour eux, les
accomplissaient par plaisir. Ainsi, les sports, en particulier l'équitation, le Dans consolide les années la Ule République, 1880, alors les que acti se nobles se trouvaient en quelque sorte golf ou le polo des clubs, s'inscrivent,
vités sportives, en pleine efferve prédisposés à favoriser le développe en effet, comme les échanges mond
scence, attirent la haute société ment de ces anciennes pratiques et à ains, bals, dîners, fêtes, soirées, ral
opérer leur conversion en sports mais parisienne et, tout particulièrement, lyes, "gratuites" etc., et au "désintéressées" nombre des activités qui perles nobles qui disposent encore d'un aussi à introduire de nouvelles prat
capital social et symbolique conside mettent les rencontres choisies et, par iques (tennis, polo, vélo, etc.), à parti
rable, même s'ils sont quelque peu te ciper au travail d'introduction et de là, l'entretien et la diversification du
nus à l'écart de la politique et des développement des sports et, para capital social. A la fin du 19e siècle, les
affaires. Des pratiques comme l'équi- doxalement, à s'en exclure, on le verra nobles sont souvent à l'origine de la
tation et l'escrime, mais aussi le lawn- création de cercles ou de clubs mondplus loin, dès qu'une clientèle relativ
tennis, le polo, voire l'automobile ou ement importante se constituait. Nomb ains, organisés le plus souvent autour
le vélo, pour ne prendre que ces quel re de nobles, qui avaient vécu un d'une activité sportive. Après le
ques exemples, leur offrent de nom moment en Angleterre en tant qu'émi Jockey Club fondé en 1834 sous le t
breuses occasions d'affirmer les grés ou qui y avaient effectué des itre de Cercle de la Société d'encoura
dispositions et les valeurs traditio voyages, contribuent, à la fin du 19e gement pour l'amélioration des races
nnellement attachées à leur condition, siècle et au début du 20e siècle, à lan de chevaux en France, le Yacht Club
goût du risque, culte de la prouesse et cer des modes, à importer les nou en 1858, le Cercle des Patineurs en
de l'exploit, parfois aussi de l'original veaux "sports" et jouent, en ces 1865, les créations s'accélèrent : Polo
ité, en même temps que de marquer matières comme dans tout ce qui de Paris, Automobile Club de France,
leur différence avec les bourgeois et touche au style de vie et à la stylisation Cercle de l'île de Puteaux (où on joue
les nouveaux notables : elles consti de l'existence, le rôle sinon d'inven au tennis). Cercle du Bois de Boul
tuent en effet des activités gratuites et teurs, du moins de découvreurs et de ogne, sociétés et cercles d'escrime,
désintéressées, où la manière d'être, médiateurs. Tel le baron Pierre de etc., autant de lieux qui constituent
de paraître et de faire, style, fair-play, Coubertin, qui écrira que, "d'un bout des espaces réservés où les nobles
etc., compte souvent plus que la per à l'autre de sa vie d'homme", il a fait mais aussi une fraction des bourgeois
"le métier d'éclaireur" (1). formance elle-même et où l'on peut, pratiquent les sports et se retrouvent
en tout cas, donner la priorité aux ex entre eux. Les nouveaux sports, introduits
igences du savoir-vivre par rapport aux Le rôle de ces cercles et clubs, pour la plupart à partir de l'Angle
nécessités du savoir-faire et à la r et aussi celui des écoles privées et des terre, se développent en France pour
echerche de la victoire à tout prix qui grands lycées, a souvent été souligné une large part en réaction contre la
réduit la pratique sportive à une acti dans les études ayant pour objet la gymnastique militaire et scolaire, no
vité professionnelle et mercantile. constitution et le développement des tamment dans les écoles privées desti
Les nobles qui, à la différence pratiques sportives à la fin du 19e siènées à l'élite : les élèves de l'Ecole
des bourgeois, valorisaient et encou cle et au début du 20e siècle ; on a souAlsacienne, fondée au début de la
rageaient les activités corporelles, vent aussi étudié le rôle de Coubertin Troisième République par des univer
étaient beaucoup mieux préparés et évoqué la participation intensive de sitaires et des industriels protestants,
qu'eux à pratiquer des activités sans sont les premiers élèves en France à la haute société, noolesse et bourgeois
fins utilitaires. La chasse, l'équitation, pratiquer le football et à l'Ecole ie, à ces nouvelles activités ainsi que
le combat à l'épée qui avaient long Monge se constituent dès 1888 de pe- les liens avec l'Angleterre, mais on n'a
temps rempli des fonctions techniques guère analysé les différences séparant
et professionnelles, étaient devenus, les nobles et les bourgeois et moins en
1-L. Callebat, Pierre de Coubertin, Paris, avec l'institution des Académies et le core les différences entre les nobles à Fayard, 1988, p. 7. Cette phrase est extraite d'un développement de l'enseignement l'intérieur de l'espace de la noblesse. texte non publié de Pierre de Coubertin que (manèges pour le cheval, salles d'es Un des objectifs de cette recherche est Louis Callebat cite "en guise d'avant-propos" à
crime, etc.) des activités rituelles qu'ils son ouvrage. de comprendre quel a été le rôle joué noblesse et les "sports" nobles 23 La
par les différentes fractions de la no moitié à la bourgeoisie (3). Il montent ciales, parfois journalistes, assez sou
blesse dans le travail de conversion presque tous à cheval, sont nombreux vent eux aussi anciens officiers
à chasser à courre ou à tir, à pratiquer d'anciennes activités corporelles no -lorsqu'on connaît leur activité-, sont
bles en sports et dans le travail pe l'escrime dans des cercles ou parfois présentés comme des hommes d'ac
rmettant l'adoption de nouvelles dans des salles privées qu'ils ont fait tion et aussi des hommes de bien et des
activités, leur constitution et leur orga construire dans leurs hôtels particul hommes de coeur ; très sympathiques,
ils sont d'"excellents amis", "courtois" nisation en pratiques sportives. Pour iers ; quelques-uns font du patin, de
cela il faut analyser tout à la fois ce venu depuis les dernières années de et "affables". Ils chassent à tir plus sou
l'Empire le sport à la mode, - le cerqu'était, à la fin du 19e siècle, l'espace vent qu'à courre : M. Charles Lebeau
cle des Patineurs a été fondé en 1865 ; de la noblesse avec ses différents possède "le plus merveilleux pavillon
groupes ou fractions -espace qui subit Frédéric de Civry, qui est né à Paris, de chasse maritime et terrestre qu'on
alors de grands changements- et ce est "un excellent patineur" et apprit en puisse rêver" à Neufchâtel, il est "auss
qu'était l'espace des activités physi Angleterre où il fit ses études "l'art de i brillant fusil au bois qu'au marais" et
monter en vélocipède" (4) ; le comte ques et sportives, la position occupée "passe, avec raison, pour un canardier
émérite" (pp. 199-207). M. Henry par chaque sport dans cet espace Hubert de La Rochefoucauld est gym
connaissant aussi des transformations naste et donne des représentations à Cartier, qui "a la tournure anglaise
particulièrement rapides (2). Deux un certain nombre d'amis triés sur le gentleman farmer, les favoris coupés
volet (pp. 109-115) ; le baron Antoine ras, le sang à fleur de peau, l'oeil brilensembles de recherches qui, pour
lant" est "l'un de nos Parisiens qui cul- l'essentiel, sont à faire à peu près exni- de Guillebon a remis en honneur le jeu
hilo. On tentera aussi de comprendre de longue paume tandis que Gérald tivent longtemps" le patinage et avec élégance depuis ; il fort "tire les fonctions que pouvaient remplir les Laffitte, officier de réserve, dont la fa
différentes activités sportives pour la mille est écossaise et A. Torrance, qui aussi brillamment le poil que la plume
noblesse : entretien du capital symbol est né à New York et est venu en (...) et où il est surtout merveilleux,
ique et du capital social, inculcation France à l'âge de 23 ans, jouent au c'est à la chasse au furet" (pp. 212-
des valeurs aristocratiques mais aussi lawn-tennis ; d'autres pèchent la truite 215). Il arrive aux bourgeois de s'int
reconversion d'un capital social et ou le saumon, pratiquent la boxe, le éresser au canotage sur aviron, au
bâton ou la canne. symbolique fortement valorisé en ca yachting, voire à la pêche aux truites
pital culturel et économique. La ou au saumon, activités qui font alors sport" présentés Si la plupart par le des baron "hommes de Vaux, de conversion des activités corporelles sourire les nobles qui les jugent quel
que peu "vulgaires . M. Paul Caillard traditionnelles des nobles en sports, aristocrates ou bourgeois, montent à
dont le père est un des membres fonl'adoption et l'élaboration de nou cheval, manient le fleuret et l'épée et
velles activités qui allaient aussi deve chassent, autant de pratiques obligées dateurs du Jockey-club, réunit toutes
nir des sports pourraient bien avoir pour leur milieu à l'époque, la diff les qualités de l'homme de sport issu
constitué un élément important dans érence reste marquée entre les pre de la bourgeoisie : il a "concentré à
le système des stratégies de reconver miers et les seconds : les uns et les leur service toutes les facultés d'un es
sion de la noblesse à une époque où autres ne pratiquent en fait pas tou prit supérieur, toute l'activité, toute la
une fraction importante des nobles jours les mêmes activités, et surtout ne vigueur d'une organisation d'élite".
était à la recherche de nouvelles voies s'engagent pas de la même façon dans "Cavalier entreprenant", il a possédé
ou de nouvelles activités leur permett des chevaux de courses célèbres, des ces "sports". L'appartenance à la no
ant de maintenir et/ou de renforcer blesse oblige à rechercher l'exploit, la équipages de chasse, mais "se borne
leur capital économique et surtout prouesse : les nobles sur la famille des aujourd'hui à suivre les meutes de ses
symbolique. quels peu d'indications sont données amis et à élever des chiens d'arrêt
de pure race" Faute de pouvoir ici situer avec mais qui sont souvent d'anciens offi ; il "est aussi hardi
yachtsman que valeureux sportsman. toute la précision nécessaire les no ciers, n'ont "aucun souci du danger", ni
Lorsqu'il ne navigue pas, ce chasseur bles et leurs différentes fractions dans "peur "courage" de la : Léon mort" de et Dorlodot font preuve est "le de exceptionnel, ce tireur peut-être sans l'espace des groupes privilégiés, on
plus intrépide veneur du monde" égal, est un pêcheur émérite de truites voudrait au moins esquisser la compar
et de saumons" (pp. 15-19). Et le comaison avec les bourgeois qui partic (p. 25), le comte Charles de Lautrec-
mandant Hériot, ancien chef de baipaient aussi au développement des Toulouse a une "audace sans limites",
aborde à cheval l'obstacle avec "crâne- taillon et officier, devenu gérant des activités sportives. Les ouvrages écrits
magasins du Louvre, qui dès sept par le baron de Vaux, pseudonyme rie", monte en course "avec une réelle
supériorité et dans un style parfait" heures et demie du matin "est entouré d'André Deveaux, ancien sous-offi
cier à Saumur, à la fin des années 1880, (pp. 254-255). Au comte de Lafont, de commis qui viennent recevoir ses
permettent de dresser un tableau ra qui "est doué d'un sang-froid à toute ordres, réprimandant les uns, encou
pide de ce qui les rapproche et de ce épreuve", "qui apprit la chasse en ap rageant les autres, blâmant ceci ou ap
qui les oppose. prenant à parler , le baron de Vaux prouvant cela", représente plutôt,
adresse un seul reproche : celui "d'ê selon le baron de Vaux, un "type amér
tre un tant soit peu casse-cou" (p. 309). icain" resté jusque-là "inconnu chez
Les bourgeois, directeurs de nous", en fait, semble-t-il, un nouveau Nobles et bourgeois sociétés industrielles ou commer- travail" bourgeois et homme à la fois de "marchand sport "par par l'él le Les trente "hommes de sport" ou
sportsmen, comme on disait volontiers égance des goûts" et "la main ouverte". 3-Baron de Vaux, Les hommes de sport, Préface sous l'effet de l'anglomanie, dont le "Vigoureux et élégamment découplé, par Alexandre Dumas fils, C. Marpon et baron de Vaux dresse le portrait dans d'un abord sympathique et d'une E. Flammarion, s.d., XXI-III-336 p. ; Les un de ses livres, appartiennent pour la femmes de sport, Préface par Arsène Houssaye courtoisie parfaite", il est "de première
et lettre de Catulle Mendès, Paris, C. Marpon moitié à l'aristocratie et pour l'autre force" en escrime : "C'est un tireur et E. Flammarion, 1885, IX-VI-187 p. Cf. aussi classique, à la fois attaqueur, pareur et Les hommes de cheval depuis Baucher. Les riposteur". Il pratique Péquitation grands maîtres. Les écuyers. Les hommes de che2-Sur la nécessité d'étudier la relation entre les val Les cavaliers, Paris, J. Rothschild éd., 1888. avec "autant de succès que l'escrime", transformations de l'offre de pratiques et de Le baron de Vaux a consacré d'autres ouvrages mais se montre rarement au Bois ; "le consommations sportives (invention ou impor aux "hommes d'épée", aux "tireurs de pistolet". tation de sports ou d'équipements nouveaux) et titre de sportsman serait une faible rles de la demande sociale et 4-Baron de Vaux, Les hommes de sport, op. cit. , ecommandation, si ce n'est un obstacle des styles de vie, cf. P. Bourdieu, Comment p. 120. On a ensuite indiqué dans le corps du pour un début dans une carrière sépeut-on être sportif ? in : Questions de sociolog texte entre parenthèses le numéro de la page de rieuse" (pp. 63-69). ie, Paris, Ed. de Minuit, 1981, pp. 173-195. cet ouvrage après chaque citation. Monique de Saint Martin 24
nerie, fondée en 1894, réorganisée en tière de durée. Mais ces formes d'actChasse à courre, cheval, épée
ivité restent en fait très éloignées des 1907, appartenaient à la noblesse et Ainsi, les "hommes de sport" nobles sports au sens moderne du terme qui parmi les 445 membres fondateurs, on dont le baron de Vaux a dressé le port ne comptait pas moins de 61 % de no impliquent un espace social spécifirait se distinguent assez nettement bles en 1910. L'analyse devra ici être que avec des institutions, des agents des bourgeois dans leurs pratiques et, professionnels, des espaces et des précisée, mais il semble bien qu'il s'aplus encore, manières de temps propres et aussi des règles fixes gisse pour une part très importante de pratiquer et de s'engager dans ces visant à permettre une pratique unifamilles de l'ancienne noblesse d'ésports (5) ; à la chasse à courre, les dif verselle. pée, dont les membres résidaient en férences sont particulièrement mar province et exerçaient fréquemment A la chasse à courre, c'est le quées. Alors que la plupart des nobles maître d'équipage qui a l'autorité sur des fonctions politiques au niveau losont passionnés de chasse à courre qui cal ou régional : maires, conseillers le déroulement de la chasse et décide leur fournit l'occasion de manifester du moment où elle prend fin. C'est à généraux, sénateurs. leurs "dons" et leurs talents, les bour lui qu'il revient de "diriger, dresser, Si la chasse à courre mais aussi geois, qui sont souvent leurs amis, y perfectionner sa meute, de prévoir les l'équitation et l'escrime continuent sont invités mais ne sont pas en mesure épisodes variés qui se produisent au d'être privilégiées par l'ancienne node véritablement rivaliser avec eux. Si, cours de la journée, de réparer les blesse d'épée, c'est sans doute parce à la fin du 19e et au début du 20e siè fautes commises, de saisir à l'impro- qu'elles sont des pratiques où le mocles, la chasse à courre gagne de nom viste les décisions conformes aux évédèle d'excellence est le modèle chevabreux adeptes parmi les membres de nements, de faire acte d'autorité au leresque, où l'on s'expose, à tous les la bourgeoisie, elle continue d'être moment opportun, toutes choses intésens du terme, en mettant son corps en privilégiée par la noblesse et en parti ressantes au premier chef pour un vejeu, et qui renforcent le sentiment culier par l'ancienne d'épée ; neur épris de la chasse à courre" (6). d'appartenance à une caste à part, de la noblesse de robe et la nouvelle no Et le marquis de l'Aigle ajoute, fierté nobiliaire, voire de supériorité blesse liée aux affaires s'y intéressant comme pour illustrer notre propos : naturelle. Ces pratiques qui perpébeaucoup moins. Le président, les "Je ne veux pas non plus oublier de tuent sur un autre mode des activités trois vice-présidents et quatre des classer parmi les attraits que compou des dispositions traditionnellement cinq commissaires de la Société de vé- orte son rôle celui de recevoir ses associées à la noblesse d'épée, per
amis", de "rendre les honneurs" aux inmettent d'accumuler et d'entretenir le
5-Les différences entre nobles et bourgeois, capital social et le capital symbolique : vités de marque qu'on tient tout parttelles qu'elles apparaissent dans les portraits du dans les trois cas, elles mettent en oeu iculièrement à honorer. Souvent baron de Vaux, sont sans doute moins import vre un véritable cérémonial de pol maîtres d'équipage de père en fils, les antes que celles qu'on observerait si on pouvait
faire porter l'étude sur l'ensemble des deux itesse, -la tenue et le maintien
groupes : le sous-échantillon que nous propose aristocratiques sont valorisés-, on est le baron de Vaux rassemble en effet des nobles 6-Marquis de l'Aigle, Réflexions d'un vieux vemaître du choix des compagnons ou et des bourgeois qui sont plus proches les uns neur sur la chasse au cerf, Préface par le comte des partenaires et à la limite aussi du des autres que ne le sont les membres de ces d'Haussonville, Paris, Manzi, Joyant & cie,
deux groupes pris dans leur totalité. jeu et des règles, notamment en 1913, p. 214.
La duchesse d'Uzès lors d'une chasse à courre
Illustration non autorisée à la diffusion ,
noblesse et les "sports" nobles 25 La
nobles marquent de mainte façon leur L'escrime, -l'épée en particulcélèbre tenue" (10). sous Jules le Second Pellier, Empire, écuyer "mettdéjà ier qui a longtemps constitué l'eattachement pour la chasse à courre,
quelque chose de viscéral, de natif, ait en selle depuis 40 ans toutes les mblème distinctif de la noblesse-,
bref, de naturel, d'inné, qui en fait une jeunes filles de la bonne société". Dans permet aussi aux nobles de marquer
la "bizarre éducation" de la comtesse sorte de privilège de caste. "S'il est un tout à la fois l'appartenance et la dif
goût atavique, c'est celui de la chasse de Pange, on avait en effet découvert férence. L'épée est à la fois le symbole
à courre", écrit le comte d'Hausson- qu'elle ne savait pratiquer aucun de l'honneur et l'instrument par excel
ville, membre de l'Académie fran sport. "Mais de sport pour jeune fille à lence de la défense de l'honneur (qui
çaise, dans sa préface à l'ouvrage du cette époque, il n'y en avait guère d'au fait honneur). "Se défendre avec une
tre que le cheval. Le tennis qu'on marquis de l'Aigle, et il ajoute : "C'est épée en regardant l'adversaire en face,
jouait sur l'herbe en robes longues c'est le considérer (dans le double dans peuple" le sane, il). comme Et la célèbre disent les duchesse gens du était à peine un sport, le patinage était sens du mot), c'est le saluer et l'hono
d'Uzès, qui était maître d'équipage, qualifié de peu convenable en raison rer tout en le frappant". Par contre,
explique dans un petit opuscule : "Ce de la mauvaise réputation du Palais ajoute François Biilacois, "se défendre
n'est pas un article de Je sais tout, ce des Glaces, rendez-vous des demi- avec la main, asséner (à son adverspas même un manuel de vénerie mondaines". Et la comtesse de Pange aire) un coup de poing, c'est s'écarter
qui apprendra au néophyte à bien reconnaît ouvertement les immenses de son regard, ou fermer les yeux pour
chasser à courre, pas plus qu'il ne de gratifications que lui procurait l'équi concentrer une force toute brutale,
tation, et en particulier un sentiment c'est lui dénier l'honneur" (13). La noviendra homme de cheval grâce à un
manuel d'équitation" (8). On tient que blesse dédaigne aussi les armes qui de supériorité. "Dès que je fus assez
seuls les aristocrates peuvent manifest solide en selle pour monter des che tuent de loin comme l'arc qui est "ém
vaux difficiles et que je compris qu'il inemment l'arme du rustre car les seer les qualités rares, nécessaires au
fallait agir sur eux selon leur caractère veneur qui sont -et le mot est souvent igneurs trouvaient peu digne d'un
prononcé- affaire de "race". Ainsi, chevalier de frapper l'ennemi à et leurs réactions, je trouvai un plaisir
présentant l'un de ces illustres distance. C'était à leurs yeux jeu de viintense à maintenir sous ma dominat
lain" (14). Il s'agit de s'affronter de hommes de sport, le baron de Vaux ion un être fort et brutal, à le soumett
écrit : "D'une famille où l'on chassait près et de face, en faisant front, avec re à ma volonté au point de le faire
de race, comme celle des pointers, le obéir à la simple pression de mon pet l'épée, objet sacré devant lequel on se
marquis de Cherville représente par it doigt sur le filet ou le mors de recueille parfois avant le duel. Le duel
ses qualités rares, l'antique caste des bride". Ses progrès en equitation est ce combat destiné à défendre
preux chevaliers d'autrefois" (p. 39). comptaient plus pour elle et pour sa l'honneur, dont la noblesse a long
De la même façon, monter à famille que ses progrès scolaires. Ains temps prétendu conserver le privilège,
cheval n'est pas "donné" à tous. Le i, son père qui ne s'intéressait que fort qui lui permettait de régler elle-même et l'épée ont longtemps été des peu à ses études, vint plusieurs fois la tous ses différends et d'éviter le re
voir évoluer au manège, "causer" avec cours aux voies "ordinaires" de la jussymboles de la noblesse et ont une
charge symbolique exceptionnelle. En Jules Pellier et "constater (ses) pro tice. La robe du magistrat par contre
1865, un noble sur deux ne concevait grès". excluait le port de l'épée et interdisait
pas de pouvoir servir dans l'armée au L'équitation constitue en effet donc le recours au duel qui fut formel
lement prohibé après 1547. Il n'en per- trement qu'à cheval. Sans doute, un une activité où le maintien aristocrati
sur trois acceptait-il, bon gré, mal gré, sista pas moins en dépit de que est fortement valorisé et où l'aff
d'entrer dans l'infanterie, mais aucun inité entre l'activité sportive et les nombreuses oppositions de la part des
ne commençait sa carrière dans la valeurs de l'ancienne noblesse d'épée juges, des procureurs, de l'Eglise et le
gendarmerie, ni dans le train des équi maximum des duels pourrait bien s'êse laisse particulièrement saisir : les
pages (9). Et, il faudrait retracer l'hi tre situé entre les années 1610 et 1640. manières de se tenir, le style y revêtent
stoire de l'Ecole de cavalerie de Dans les 1880 on assiste une importance considérable. Gyp,
Saumur, qui a constitué un lieu de fo à une nouvelle vague de duels, - à l'pseudonyme de la comtesse de Mira
rmation privilégié pour les jeunes no épée ou au pistolet ; les comptes rendus beau de Martel, d'une famille de
bles. de duels que publie la revue Escrime vieille noblesse, qui avait étudié au Sa
L'équitation constituait une française mentionnent de nombreux cré-Coeur, auteur de nombreux ou
ratique obligée non seulement pour duels entre députés et journalistes. vrages, se plaisait, dans les années
Fe es futurs officiers mais aussi pour la L'escrime attire la nouvelle bourgeois1890, à détailler les maladresses des
grande aristocratie, hommes et ie de notables et il se crée un grand cavaliers occasionnels se promenant
femmes, et les jeunes s'y initiaient gé nombre de salles d'armes, de cercles au Bois de Boulogne, à souligner "les
néralement très tôt. La comtesse de et de sociétés d'escrime, principaleextravagances de la tenue, les cour
Pange, née en 1888 à Paris, dont le bettes trop empressées" (11). A l'op ment à Paris, dans les quartiers des af
grand-père, le duc Albert de Broglie, posé, remarque le baron de Vaux dans faires, de la presse et de l'édition, au
avait été ministre et vice-président du un ouvrage consacré aux "hommes de Quartier latin. L'escrime n'en reste
conseil, dont le père siégeait à la pas moins une pratique restreinte récheval", lorsqu'on aperçoit un aristo
Chambre des députés et "réagissait en servée à une minorité, 15 000 adhécrate "soit à pied, soit à cheval, dans un
politique contre le libéralisme tradi rents seulement en 1910 et les nobles salon ou au Bois de Boulogne (...), sa
tionnel des Broglie", raconte dans ses disposent souvent de salles d'armes magnifique prestance, son allure dé
Mémoires que "le grand événement" gagée et son grand air décèlent tout de privées dans leurs hôtels particuliers.
de sa vie fut, à l'âge de 14 ans, sa mise Menacés en quelque sorte par la suite un de ces hommes de race, de
en selle au manège Pellier, "justement vant lesquels on ne demande pas concurrence, les nobles et une fraction
mieux que de s'incliner" (12). renommé par son élégance et sa bonne des grands bourgeois commencent à
13-F. Biilacois, Le duel dans la société française 7-Comte d'Haussonvillc, Préface à Marquis de 10-Comtesse de Pange, Comment j'ai vu 1900. l'Aigle, Réflexions d'un vieux veneur sur la des XVIe-XVIIe siècles. Essai de psychosociologConfidences d'une jeune fille, Paris, Grasset,
chasse du cerf, op. cil , p. 1. 1965, spéct. pp. 49-55. ie historique, Paris, Ed. de l'EHESS, 1986,
spéct. pp. 321-332. 11-Gyp. Au bois, le matin, in : Sportmanoma- 8-Duchesse d'Uzès, La chasse à courre, Je sais 14-J. J. Jusserand, Les sports et les jeux d'exernie, Paris, Calmann-Lévy, 1898. tout, 1ère année, 2e sem., pp. 577-591. cice dans l'ancienne France, Paris, Pion, 1901, 9-W. Serman, Les origines des officiers français, 12-Baron de Vaux, Les hommes de cheval de
1848-1870, Paris, 1979 (Publications de la Sor puis Baucher... op. cit., p. 218. pp. rééd., 20-21. Paris-Genève, Çhampion-Slatkine, 1986, bonne. Série "N.S. Recherches" 33). Monique de Saint Martin 26
réutiliser l'épée qui avait longtemps tement vulgaire, de la distinction), les du 19e siècle, le vélo devient "popul
été délaissée au profit du fleuret deve nobles tendent à se porter vers les ac aire" : en 1897, il y a en France 200 000
nu l'arme exclusive dans les salles tivités qui leur permettent le mieux de bicyclettes dont 25 000 à Paris. Le
d'armes. L'épée "reine et mère de manifester le goût de l'extraordinaire, journal Le Vélo atteint les 80 000
de la prouesse, le sentiment de supé exemplaires en 1895, et son concurtoutes les armes", comme le disait
riorité en même temps que d'accomp rent L'Auto-Vélo, qui tire à 50 000 Henry de Saint-Didier, auteur du plus
lir des actes gratuits. Ils découvrent exemplaires, a été fondé grâce au ancien manuel d'escrime (15), est ré
introduite dans les salles d'armes ainsi le vélo, le lawn-tennis, le golf, le concours financier du comte de Dion,
qui avait fabriqué des jouets scientifpolo, puis l'automobile et l'aviation ; grâce à Ambroise Baudry, jeune pré
ils contribuent à lancer, à organiser, à iques à Montmartre avant de vôt cherchant à se faire un nom et à
propager les nouvelles activités spor construire des chaudières à vapeur et s'attirer une clientèle, qui remet en
tives qui chez eux sont intimement des tricycles, du baron de Zuylen, cause le passé du fleuret, "l'escrime r
liées aux activités mondaines et aux ac du comte de Chasseloup-Laubat, idicule dont nos salles d'armes sont af
fligées" (16). Baudry est quasiment tivités de bienfaisance, et qui parfois d'Edouard Michelin, d'Adolphe Clé
peuvent leur fournir aussi une occa ment, un fabricant de cycles, pour la ignoré au début des années 1880 ; ce
plupart des anti-dreyfusards, connus pendant, peu à peu sa salle se remplit sion de reconversion de leur capital
pour leurs prises de position réactiongrâce aux recommandations de ses social.
naires. premiers clients et après une période Si le vélocipède les séduit rap
d'hostilité, les maîtres d'armes finis Aussi les aristocrates commenceidement, c'est peut-être parce qu'il
sent par enseigner l'épée de salle, qui leur procure un peu les mêmes gratif nt-ils à reporter leur intérêt sur un
nouvel objet : l'automobile. Charles- n'est en fait qu'une nouvelle représent ications que le cheval avec lequel il pré-
sente des analogies évidentes. Louis Baudry de Saunier fournit une ation du duel, afin de ne pas perdre le
bonne illustration de ce processmonopole de la clientèle. Comme le Charles-Louis Baudry de Saunier, né
en 1865 à Paris, qui, après des études us (22) : vers 1897, il abandonne la bi- montre Jean-Claude Parisot, dans ce
cyclette pour l'automobile, et nouvel usage de l'épée, l'escrimeur ne de droit interrompues, avait fondé une
produira de nombreux guides de peut en aucun cas relâcher sa tenue, revue littéraire, Le Roquet, célèbre "le
conduite automobile, des ouvrages de ne doit jamais découvrir aucune part véloce, la machine à courir les routes
ie de son corps, ce qui l'oblige à faire et les sentiers, qui roule aussi vite que vulgarisation et deviendra le rédac
trotte un cheval" et consacre de nomteur en chef de la Revue du Touring des mouvements spatialement très
restreints, à rester très "droit" quand il Club de France. L'automobile est au breux ouvrages au cyclisme (18). On
se "fend" (sinon sa tête encourt toutes raconte que l'exemple de la pratique départ "snobs" du patronnée Tout-Paris mondain par quelques et aridu vélo avait été donné à l'aristocratie, les chances d'être touchée), mais auss
dans les jardins des Tuileries et dans stocratique. L'Automobile Club de i à rester à une bonne distance de
le parc de Compiègne, par le fils de France, qui organise de nombreuses l'adversaire qui peut désormais tou
Napoléon III, alors âgé de treize ans. courses intervilles et lance le sport cher les parties les plus avancées (bras
Et le prince de Sagan, après les mard automobile, se forme en 1895 autour et main notamment). Ainsi, le nouvel
is de la Comédie française, les same du marquis de Dion et du baron de usage de la pratique de l'épée impli
Zuylen, deux des fondateurs de L'Autque "un nouvel usage, socialement dé dis de l'Opéra-comique, lance la
o-Vélo. Si, dans le comité et le conseil terminé, du corps qui est encore plus mode de la bicyclette en 1890 tandis
d'administration figurent un grand difficile à acquérir que le précédent et que le duc d'Uzès préside l'Om
qui est encore plus classant" du fait nium (19). Frédéric de Civry, né en nombre d'industriels, ingénieurs, di
recteurs de société, anciens élèves de 1861 à Paris, -dont le baron de Vaux que son acquisition implique "des i
Polytechnique et surtout de Centrale, nvestissements encore plus importants fait le portrait dans Les hommes de
et aussi des hauts fonctionnaires, des et encore plus coûteux" (17). sport-, qui fut initié au sport cycliste
médecins, des avocats, on n'en compte par le champion britannique Duncan
pas moins de 26 % de nobles en 1909, lorsqu'il faisait ses études en Anglet
appartenant souvent à la nouvelle noerre, sera même le premier champion Les nouveaux blesse liée aux affaires, parfois à la node France sur bicycle en 1881 et reminvestissements blesse de robe, exceptionnellement, portera de nombreuses compétitions : aristocratiques semble-t-il, à l'ancienne noblesse il nous est présenté comme "aussi bon
camarade, aussi aimable et poli en so d'épée. Et c'est le prince d'Arenberg, Si, dans les années 1880-1890, l'e
ciété qu'il est redoutable sur son vé ancien député monarchiste conservatscrime, la chasse à courre, l'équitation
loce" (20). Dans les années 1890, le eur, devenu républicain libéral, présicontinuent d'être des pratiques domi
dent de la Compagnie du canal de vélo, c'est en effet avant tout les nantes chez les nobles, en particulier
Suez, directeur d'institutions philancourses avec leurs entraîneurs, qui chez ceux qui proviennent de l'a
thropiques, qui préside dans les anpeuvent être des aristocrates comme ncienne noblesse d'épée, l'éventail des
nées 1900 la Fédération des pratiques "sportives" qui s'offrent à Frédéric de Civry ou René de Knyff,
des courses sur route et des courses Automobiles-clubs régionaux de eux s'élargit rapidement : conduits par
sur piste auxquelles assiste la haute so France. La duchesse d'Uzès qui, par leur sens de la distinction (disposition
ciété parisienne (21). Mais dès la fin la famille comme par le mariage, apstructuralement définie qui permet de
partenait à une famille de la plus faire l'économie de la recherche, hau-
vieille noblesse, n'en ayant pas moins
18-C. L. Baudry de Saunier, C. Dollfus et E. de des liens avec le monde des affaires -
Geoffroy, Histoire de la locomotion terrestre, Par la veuve Clicquot était sa grand- 15-H. de Saint Didier, Traicté contenant les se is, L'Illustration, 1942, p. 163. crets du premier livre sur l'espée seule, mère de mère-, sera la première ou une des 19-Sur l'engouement de l'aristocratie pour les toutes les armes, Paris, J. Mettayer et M. Chal premières femmes à obtenir son brenouveaux sports, cf. E. Carassus, Le snobisme et lenge, 1573. vet de conducteur d'automobile en les lettres françaises de Paul Bourget à Marcel 16-A. Baudry, L 'escrime pratique au 19e siècle, Proust 1884-1914, Paris, A. Colin, 1966, spéct. Préfaces de Cloutier et Max Coumic, Paris, chez pp. 222-227. l'auteur, 1893, 145 p., 16 pi. 22-11 s'agit d'un mécanisme très général qui 20-Baron de Vaux, Les hommes de sport, 17-J. C. Parisot, Quelques éléments pour une s'observe encore aujourd'hui : on sait, par op. ciL , p. 122. exemple, que l'arrivée sur le marché du tennis histoire sociale de "l'escrime", Strasbourg, Uni
versité des sciences humaines, Centre d'études 21-P. Gaboriau, Le vélo, lenteur des riches, v de jeunes générations, techniquement mieux itesse des pauvres, in : Actes du colloque "Sport et de recherches sur les activités physiques, formées et dotées de dispositions plus "utili
sportives et de loisirs, 1983 (Mémoire de maît et société , Université de Saint-Etienne, Tra taires", a renvoyé vers le golf une bonne partie des membres de la bourgeoisie. rise en STAPS), 98 p., bibliogr. vaux, XXII, CIEREC, juin 1981, pp. 153-161. noblesse et les "sports" nobles 27 La
1898. Son petit-fils, le duc de Brissac, présidera, les vice-présidentes étant la le tennis réunissait, semble-t-il, des
raconte comment "attirée par cette in- duchesse de Gramont et la baronne membres des différentes fractions de
vention", elle commandita un Henri de Rothschild ; elle entraîne les la noblesse, constituant d'une certaine
constructeur qui put "lui livrer un sociétaires dans de "jolies randonn façon une activité relativement neutre
étonnant véhicule qu'elle pilotait elle- ées" en Ile-de-France mais aussi dans et oecuménique, le polo qui se prati
même (...). C'était une manière de "des provinces plus lointaines, voire que à cheval, deux équipes de quatre
break au museau aplati, qui dissimul des pays étrangers", et organise des cavaliers, chacun muni d'un grand
ait sous son ventre, toute une tripaille rallyes automobiles féminins "en tous maillet, s'affrontant sur une pelouse points réussis" (26). d'inquiétants serpentins. On mettait en vue de lancer la balle dans le camp
en route comme on lance un gyro Le lawn-tennis puis le tennis adverse, attirait de façon privilégiée
scope ou une toupie d'enfants (...). trouveront aussi d'"actifs propagat les membres de la nouvelle aristocrat
C'est dans cet hétéroclite équipage eurs" chez les aristocrates ; le vicomte ie industrielle et financière, pour une
que la duchesse d'Uzès se promenait Léon de Janzé, dont la femme était i part au moins parce que cette pratique
l'année 1898 au bois de Boul rlandaise, qui avait été officier et constitue et de loin l'activité sportive ogne" (23). conseiller général de la Seine-Infér la plus coûteuse mais aussi sans doute
Tout se passe comme si, au ieure, est le premier président de la en raison des dispositions particul
moins au début, les satisfactions pro Société de l'île de Puteaux où fut éta ières qu'elle requiert.
curées par l'auto, cet autre substitut bli en 1886 le premier court de tennis L'histoire de cette activité
mécanique du cheval, avaient été as régulier en asphalte ; le baron de Ca- sportive présente cependant quelques
sez fortes pour l'emporter sur la rayon-Latour, d'une famille de no analogies avec celle du tennis : le pre
répugnance ou la résistance aristocra blesse récente, lui aussi ancien officier mier club de polo est fondé peu après
tiques à l'égard des objets techni et conseiller général du Tarn, en est le le Cercle de l'île de Puteaux, en 1892,
ques. Les aristocrates sont souvent les premier vice-président et, parmi les et comme lui, par des aristocrates : le
premiers pilotes des courses automob membres, on trouve le duc d'Uzès, le vicomte de la Rochefoucauld, le
iles, mais lorsque les voitures devien- comte de Chasseloup-Laubat, le comte Cahen d'Anvers et quelques
nent plus performantes, ils Jacques de Pourtalès, etc. Si le autres "sportsmen" parmi "les plus dis
abandonnent la course pour confier tennis intéresse les aristocrates, c'est tingués". Le Polo de Deauville puis le
leurs voitures à des pilotes profession peut-être qu'au tennis un peu comme Polo de Cannes devaient un peu plus
nels (selon un processus qui s'observe en escrime, les partenaires s'accor tard se développer sous la présidence
ra aussi dans le domaine des courses dent sur la manière d'échanger, se re du duc de Gramont. De passe-temps
de chevaux où les aristocrates ont d'a connaissent le droit déjouer ensemble aristocratique faisant une large part
bord monté eux-mêmes leurs chevaux ou plutôt de s'affronter. Le tennis, à aux valeurs mondaines -les statuts qui
dans les steeple-chases et où on assiste ses débuts, fait appel tout à la fois aux organisent cette activité précisent en
ensuite à une division entre le propriét valeurs chevaleresques et aux valeurs 1892 qu'une action sera engagée pour
aire de l'écurie et le jockey qui monte mondaines. Au cercle de l'île de Pu toute infraction aux "lois de l'honneur
des chevaux portant ses couleurs). I teaux, "au coucher du soleil, l'activité et de la bienséance" et à ce jeu le ré
llustration de l'inadéquation des va sportive se ralentit, et les joueurs satis sultat importe, certes, mais moins que
leurs aristocratiques aux valeurs de la faits se rassemblent autour de petites la manière, l'art subtil avec lequel est
compétition sportive, automobile en tables à thé. On danse les mercredis, jouée une partie-, le polo devient une
particulier, le premier accident mortel en juin, par les nuits claires et scintil activité sportive. Dès 1906, le jeu fut
en course automobile survient, lors lantes. Le chalet est converti en salle transformé : des handicaps furent
que, tel un Don Quichotte des temps de bal (...). D'ailleurs, où trouver meil créés, classant tous les joueurs de 0 à
modernes, "le 1er mai 1898, au cours leure compagnie, air plus embaumé, 10, ce qui rendit les parties plus disput
de l'épreuve Périgueux-Bergerac-Pé- nuits plus exquises, cotillons plus ées. La limitation de la taille des che
rigueux, le marquis de Montaignac, en gais ? Ils sont menés par la ravissante vaux à 1 m 50 fut supprimée ainsi que
voulant saluer de la main M. Monta- la règle du "hors-jeu" qui contribuait à présidente de l'île, la vicomtesse de
riol qu'il va dépasser, accroche sa voi Janzé, et le comte Tristan de Gamedo. rendre le jeu très lent (29). Apparur
ture. Hommes et machines tombent Des soupers sont servis par petites ta ent sinon des professionnels, du
dans un champ. M. de Montaignac bles (...). Le bac ne cesse de passer moins des demi-professionnels, et les
meurt trois heures après l'acci d'une rive à l'autre et d'amener, dans cavaliers sans fortune prirent pour
dent" (24). Le comte Zoborowsky suc cette petite île aristocratique, l'élite de une part le relais des compétiteurs
la société parisienne" (27). Et la comtcombe, lui aussi, lors d'une course à mondains, les aristocrates continuant
esse de Sesmaisons, dans la chroniNice. Si les amateurs, aristocrates en cependant à jouer et se réservant les
que mondaine qu'elle tient dans La vie particulier, sont à l'origine relativ fonctions honorifiques ; depuis sa
au grand air, note qu'"il règne à Puement nombreux dans la compétition création, les présidents du Polo de Ba
teaux une simplicité relative de bon automobile sportive, progressivement gatelle sont tous porteurs de titres no
émergent (d'ailleurs en très petit nomb ton qui ne fait qu'accentuer la très biliaires, mais, à la différence du
re) des techniciens de la conduite agréable impression de 'bonne comp tennis, cette activité restera toujours
agnie' qu'on y éprouve" (28). C'est automobile au service des firmes i pratiquée par une élite.
ndustrielles (25). La randonnée aut qu'à Puteaux, comme au Polo de Bag On pourrait donner d'autres exemples
omobile mondaine dure plus atelle, "on s'amuse entre soi". d'initiatives prises par les aristocrates
longtemps : la duchesse d'Uzès, en Mais ce ne sont sans doute pas dans le domaine des activités sportives
core elle, fonde en 1926, PAutomo- à la fin du 19e ou au début du 20e siètout à fait les mêmes groupes d'aristo
bile-Club féminin de France qu'elle cles. Il faudrait en particulier étudier crates qui se retrouvaient pour jouer
le cas de l'aviation, spécialement miliou assister aux parties de polo et au
tour des terrains de tennis. Alors que taire, où se voit particulièrement bien 23-Comte de Cossé-Brissac, Préface aux Sou l'affinité entre les potentialités objecvenirs de la Duchesse d'Uzès née Mortemart,
Paris, Pion, 1939, pp. XXV-XXVI. tivement inscrites dans les pratiques et
26-Duchesse d'Uzès, Souvenirs, Paris, Pion, 24-Lû vie au grand air, 15 mai 1908. 1939, pp. 180-184. 2S-P. Gerbod, L'irruption automobile en 27-Battle-Door, Le cercle de tennis de l'île de France (1895-1914), L'information historique, 29-A. Gonon, Le Polo de Paris, Paris, ENS, Puteaux, Les sports modernes, 1905. 45, 1983, pp. 189-195. En 1895, 550 véhicules EHESS, 1988 (Mémoire dans le cadre du DEA autotractés circulent à Paris et en province ; ils 28-Comtesse de Sesmaisons, Pages courtes. Ce de sciences sociales de l'ENS et de l'EHESS), sont près de 3 000 en 1900, plus de 20 000 en qui se dit à Paris, La Nouvelle Revue, t. 113, 55 p. Voir aussi P. Bruneteau, Le polo, Plaisir 1905 et 110 000 à la veille de la guerre de 1914. 1898, pp. 339-343. de France, 163, sept. 1951, pp. 49-56. 28 Monique de Saint Martin
quelques exceptions près célébrées
par l'hagiographie aristocratique. Et,
une fois les différents sports constitués
en un champ autonome de pratiques
dotées de règles, de règlements, avec
un corps d'organisateurs et de prati
quants professionnels, il ne reste plus
aux aristocrates qu'à pratiquer, en
amateurs, les activités sportives, de
préférence les plus mondaines et les
Illustration non autorisée à la diffusion plus à même d'incarner les valeurs
aristocratiques comme l'équitation et
l'escrime en des espaces réservés
-clubs ou autres lieux-, à moins qu'ils
ne s'engagent dans les entreprises les
plus extra-ordinaires et les plus ri
squées du moment : traversée du dé
troit de Bering en planche à voile, tour
du monde en solitaire sur un voilier,
traversée de l'Atlantique à l'aviron sur
un petit canot, etc.
Le Polo de Bagatelle en 1908, le jeu de l'ombrelle
Les "femmes de sport"
Les hommes de la noblesse étaient à
la fin du 19e siècle plus nombreux que
les femmes à s'intéresser aux nouvelles
activités sportives ; mais les femmes
de la noblesse n'en étaient nullement
exclues, à la différence des femmes de
la bourgeoisie, qui étaient alors main
foyer" tenues (31). dans Il leur était rôle pratiquement de "femmes imde
Illustration non autorisée à la diffusion
possible "sport" si pour elle ne une détenait femme pas de un faire capitdu
al social, économique et symbolique
très élevé. Et les premières "femmes
de sport" ne pouvaient sans doute être
31-Dans une enquête réalisée en 1900 auprès
d'un ensemble de personnalités, poètes, méd
ecins, savants, romanciers, moralistes, mais aussi "reines du talent et de la vie mondaine", sur la participation de la "femme moderne" aux
sports multiples, ce sont les hommes et les le jeu du cigare femmes de la bourgeoisie qui se montrent les
plus réservés, voire les plus hostiles à la prati
que du sport par les femmes. Aux femmes, le les dispositions : "Les exploits indivi nels, et que les différentes activités foyer, le charme, la grâce, la douceur ; aux
duels et la morale chevaleresque des corporelles et sportives deviennent hommes, la force, l'énergie, les exercices violents, les sports. Sans doute, comme le fait rdes sports accueillant une clientèle aristocrates prussiens et des nobles emarquer Mme Alphonse Daudet, l'exercice en bourgeoise et petite-bourgeoise, voire français passés de Saumur à l'esca plein air, la gymnastique, les sports sont-ils "très populaire, la plupart des aristocrates drille (tout ce qu'évoque La Grande i nécessaires a la croissance des jeunes filles, à
s'en excluent ou sont exclus, y compris leur santé, à leur belle humeur". Mais, ajoute-t- llusion} sont impliqués dans la
elle, "la femme ensuite a mieux à faire. Sans des fonctions de dirigeants ou de prépratique même du vof qui, comme le vouloir la restreindre à filer de la laine, je residents de sociétés dans lesquelles suggèrent toutes les métaphores du doute ce qui la sort du foyer et fait de la maison pourtant ils tendent à rester plus longsurvol et de la hauteur, est associée à moderne un corridor où l'on passe pour chan
temps. Ils ne cherchent pas à tirer tous ger de toilette, une halte pour les repas au lieu la hauteur sociale et à la hauteur morale" (30). de l'intérieur activement soigné et paré, comme les profits, professionnels en particul l'entendaient nos grand-mères et nos mères". ier, des investissements qu'ils ont Mais il faudrait aussi analyser Et Sully-Prudhomme déclare son "horreur" de consentis pour introduire et dévelopleur désintérêt pour les activités spor tout ce qui tend "à substituer la force à la grâce,
per les pratiques sportives et renon l'énergie à la douceur, l'adresse à la spontanéittives dès que la compétition se déve é, chez la jeune fille et, en général, tout ce que cent en quelque sorte à s'imposer les loppe ou que le nombre des la femme emprunte à l'homme de qualités viefforts qui leur permettraient d'accupratiquants s'étend. Il semble bien en riles, la dénature et nuit à son charme". Seul, muler le capital spécifique qui serait effet qu'après avoir joué le rôle de dé Emile Zola se déclare véritablement partisan
"de tous les exercices physiques qui peuvent nécessaire à la réussite dans le champ couvreurs, de médiateurs et d'organi contribuer au développement de la femme, à sportif ; ils préfèrent souvent, dès sateurs, les aristocrates se soient condition, bien entendu qu'elle n'en abuse pas". qu'ils ont exploré une pratique ou que détournés de ces activités. A mesure Il dénonce la tyrannie des convenances et de qu'augmente le corps des profession- celle-ci a été adoptée par un public préjugés, qui maintiennent la jeune fille fran
çaise en tutelle et réfute les arguments de ceux plus large, passer à une autre. qui pensent que les sports "virilisent" la femme Si les nobles ont souvent été des ou que le costume sportif féminin est disgra"hommes de sport", ils seront beau30-P. Bourdieu, La distinction, Paris, Ed. de cieux. Cf. La femme dans les sports modernes,
Minuit, 1979, p. 241. coup moins souvent des sportifs, à Revue des revues, juillet 1900, pp. 1-23.