15 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

La presse littéraire parisienne et les «amis belges» (1944-1960) - article ; n°1 ; vol.111, pg 110-121

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
15 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Actes de la recherche en sciences sociales - Année 1996 - Volume 111 - Numéro 1 - Pages 110-121
Die Pariser litterarische Presse und « die belgischen Freunde » ( 1944-1960) Die Artikel des Figaro littéraire und der Lettres françaises über die französisch-sprachige belgische Literatur lassen bei zahlreichen Gelegenheiten die Unkenntnis erkennen, die im Pariser Feld über diesen Schaffensbereich besteht. Die beiden sonst in so vieler Hinsicht gegensätzlichen Wochenblätter stimmen überein in dem zentralen Wert der Verteidigung der «französischen Literatur», soll heißen : der auf französischem Boden selbst verfaßten, während die verschiedenen französisch-sprachigen litterarischen Produktionen im Ausland zu nichts weiter als ergänzender Untermalung vorhanden wären. Indes ruft ihre respektive Position in einem voll in Umstrukturierung befindlichen Feld ebenfalls Unter-schiede ihrer Diskurse über die belgische literarische Produktion hervor. Im Figaro littéraire scheint dieselbe nur aus den anerkannten, rerpräsentativen Bereichen der belgischen « Nationalliteratur » zu bestehen, was ja auch der von dieser konservativen Zeitung verfolgten Linie entspricht. Aber diese namentlich fur die symbolistische Dichtung bezeugte Vor-liebe schafft gegenüber der aktuellen Situation Kontinuitäts-brüche mit der Wirkung, eine durchaus lebendige Literatur am Ende ganz un gar wirklichkeitsfremd erscheinen zu lassen. Die aus der intellektuellen Résistance hervorgegange-nen Lettres françaises, die von der Kommunistischen Partei Frankreichs zu einem der Instrumente entwickelt worden waren, eine gesunde, dem ganzen Volk zugängliche « französische Literatur » (nach den Prinzipien des sozialistischen Realismus) hervorzubringen, führen paradoxerweise fur Belgien den Begriff einer « Nationalliteratur » ein, wobei jedoch die Literaturgeschichte in selektiver Weise neu gelesen und fur links geltende Autoren herausgestellt werden, die im eigenen Land auf nur wenig Anerkennung gestolsen sind. So tragen beide, jeder auf seine Weise zum Abbau einer belgischen « Nationalliteratur » bei, die derart eine weiteres Mal zum Spielball einer eigentlich in französischen Diensten stehenden Strategie zu werden scheint. Die Stellungnahmen belgischer Mitarbeiter in den beiden Blättern lassen in den meisten Fällen auf diskrete Weise erkennen, dafê die zugrundeliegende Lagebeurteilung in dem Maße irrig ist, als in Belgien eine solche « Nationalliteratur » in wachsendem Maß an Legitimation verliert.
The Parisian literary press and the Belgian friends (1944-1960) The articles in the Figaro litteraire and the Lettres francaises on French-language literary production in Belgium contain numerous symptoms of Paris' misreading of this production. In many respects antagonistic, these two weeklies nevertheless agree on one central value, the defense of French literature, i.e. of a national literature whose various French-language productions outside France are considered as merely secondary illustrations. However, their respective positions, in a field in the throes of restructuring, lead to divergences in their discourse on the literary production of Belgium. For the Figaro litteraire, this production seems to exist only by virtue of the sectors recognized as representing Belgian national literature, which fits this conservative paper's usual line. But this preference, notably for symbolist poetiy, creates a reality gap which ultimately deprives what is a living literature of its reality. A product of the intellectual resistance and later one of the instruments wielded by the French Communist Party in elaborating a healthier French literature accessible to the people (in line with the precepts of socialist realism), the Lettres francaises paradoxically plays up the notion of a national literature in Belgium, but this is done on the basis of a selective re-reading of literary history or by featuring left-leaning authors quite unfamiliar to their fellow countrymen. In so doing, this paper makes its own contribution to the deconstruction of Belgian national literature, which, for a second time, appears as an object serving a purely French strategy. The stands taken by Belgian contributors to the pages of the two weeklies reveal, usually discretely, a discre-pancy that is all the greater as this national literature is a victim of growing delegitimization in Belgium.
La presse littéraire parisienne et les «amis belges» (1944-1960) Les articles du Figaro littéraire et des Lettres françaises sur la production littéraire belge francophone contiennent de nombreux symptômes de la méconnaissance dont cette production est l'objet dans le champ parisien. Les deux hebdomadaires, antagonistes à plusieurs égards, s'accordent autour de la valeur centrale de la défense de la « littérature française », c'est-à-dire d'une littérature hexagonale dont les diverses productions littéraires francophones à l'étranger seraient autant d'illustrations accessoires. Leur position respective, dans un champ en pleine restructuration, entraîne toutefois des divergences dans leur discours sur la production littéraire belge. Dans Le Figaro littéraire, celle-ci ne semble exister que par ses secteurs consacrés représentatifs de la « littérature nationale » belge, ce qui correspond à la ligne de continuité observée par le journal conservateur. Mais cette préférence, notamment pour la poésie symboliste, crée des décalages par rapport à l'actualité qui finissent par déréaliser une littérature pourtant vivante. Nées de la résistance intellectuelle et devenues l'un des instruments du PCF dans l'élaboration d'une « littérature française » assainie et accessible au peuple (suivant les préceptes du réalisme socialiste). Les Lettres françaises valorisent paradoxalement la notion de « littérature nationale » en Belgique, mais à partir d'une relecture sélective de l'histoire littéraire ou en propulsant au-devant de la scène des auteurs marqués à gauche et peu reconnus dans leur pays. Ce faisant, elles participent à leur manière à la déconstruction de la « littérature nationale » belge, qui apparaît ainsi une deuxième fois comme un objet au service d'une stratégie proprement française. Les prises de position de collaborateurs belges dans les pages des deux périodiques révèlent, la plupart du temps de manière discrète, un décalage d'autant plus grand qu'en Belgique cette « littérature nationale » fait l'objet d'une délégitimation croissante.
12 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1996
Nombre de lectures 29
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Extrait

Monsieur Paul Dirkx
La presse littéraire parisienne et les «amis belges» (1944-1960)
In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 111-112, mars 1996. pp. 110-121.
Citer ce document / Cite this document :
Dirkx Paul. La presse littéraire parisienne et les «amis belges» (1944-1960). In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol.
111-112, mars 1996. pp. 110-121.
doi : 10.3406/arss.1996.3172
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1996_num_111_1_3172Abstract
The Parisian literary press and the "Belgian friends" (1944-1960)
The articles in the Figaro litteraire and the Lettres francaises on French-language literary production in
Belgium contain numerous symptoms of Paris' misreading of this production. In many respects
antagonistic, these two weeklies nevertheless agree on one central value, the defense of "French
literature", i.e. of a national literature whose various French-language productions outside France are
considered as merely secondary illustrations. However, their respective positions, in a field in the throes
of restructuring, lead to divergences in their discourse on the literary production of Belgium. For the
Figaro litteraire, this production seems to exist only by virtue of the sectors recognized as representing
Belgian "national literature", which fits this conservative paper's usual line. But this preference, notably
for symbolist poetiy, creates a reality gap which ultimately deprives what is a living literature of its reality.
A product of the intellectual resistance and later one of the instruments wielded by the French
Communist Party in elaborating a healthier "French literature" accessible to the people (in line with the
precepts of socialist realism), the Lettres francaises paradoxically plays up the notion of a "national
literature" in Belgium, but this is done on the basis of a selective re-reading of literary history or by
featuring left-leaning authors quite unfamiliar to their fellow countrymen. In so doing, this paper makes
its own contribution to the deconstruction of Belgian "national literature", which, for a second time,
appears as an object serving a purely French strategy. The stands taken by Belgian contributors to the
pages of the two weeklies reveal, usually discretely, a discre-pancy that is all the greater as this
"national literature" is a victim of growing delegitimization in Belgium.
Résumé
La presse littéraire parisienne et les «amis belges» (1944-1960)
Les articles du Figaro littéraire et des Lettres françaises sur la production littéraire belge francophone
contiennent de nombreux symptômes de la méconnaissance dont cette production est l'objet dans le
champ parisien. Les deux hebdomadaires, antagonistes à plusieurs égards, s'accordent autour de la
valeur centrale de la défense de la « littérature française », c'est-à-dire d'une littérature hexagonale dont
les diverses productions littéraires francophones à l'étranger seraient autant d'illustrations accessoires.
Leur position respective, dans un champ en pleine restructuration, entraîne toutefois des divergences
dans leur discours sur la production littéraire belge. Dans Le Figaro littéraire, celle-ci ne semble exister
que par ses secteurs consacrés représentatifs de la « littérature nationale » belge, ce qui correspond à
la ligne de continuité observée par le journal conservateur. Mais cette préférence, notamment pour la
poésie symboliste, crée des décalages par rapport à l'actualité qui finissent par déréaliser une littérature
pourtant vivante. Nées de la résistance intellectuelle et devenues l'un des instruments du PCF dans
l'élaboration d'une « littérature française » assainie et accessible au peuple (suivant les préceptes du
réalisme socialiste). Les Lettres françaises valorisent paradoxalement la notion de « littérature nationale
» en Belgique, mais à partir d'une relecture sélective de l'histoire littéraire ou en propulsant au-devant
de la scène des auteurs marqués à gauche et peu reconnus dans leur pays. Ce faisant, elles participent
à leur manière à la déconstruction de la « littérature nationale » belge, qui apparaît ainsi une deuxième
fois comme un objet au service d'une stratégie proprement française. Les prises de position de
collaborateurs belges dans les pages des deux périodiques révèlent, la plupart du temps de manière
discrète, un décalage d'autant plus grand qu'en Belgique cette « littérature nationale » fait l'objet d'une
délégitimation croissante.
Zusammenfassung
Die Pariser litterarische Presse und « die belgischen Freunde » ( 1944-1960)
Die Artikel des Figaro littéraire und der Lettres françaises über die französisch-sprachige belgische
Literatur lassen bei zahlreichen Gelegenheiten die Unkenntnis erkennen, die im Pariser Feld über
diesen Schaffensbereich besteht. Die beiden sonst in so vieler Hinsicht gegensätzlichen Wochenblätter
stimmen überein in dem zentralen Wert der Verteidigung der «französischen Literatur», soll heißen : der
auf französischem Boden selbst verfaßten, während die verschiedenen französisch-sprachigen
litterarischen Produktionen im Ausland zu nichts weiter als ergänzender Untermalung vorhanden wären.
Indes ruft ihre respektive Position in einem voll in Umstrukturierung befindlichen Feld ebenfalls Unter-
schiede ihrer Diskurse über die belgische literarische Produktion hervor. Im Figaro littéraire scheintdieselbe nur aus den anerkannten, rerpräsentativen Bereichen der belgischen « Nationalliteratur » zu
bestehen, was ja auch der von dieser konservativen Zeitung verfolgten Linie entspricht. Aber diese
namentlich fur die symbolistische Dichtung bezeugte Vor-liebe schafft gegenüber der aktuellen Situation
Kontinuitäts-brüche mit der Wirkung, eine durchaus lebendige Literatur am Ende ganz un gar
wirklichkeitsfremd erscheinen zu lassen. Die aus der intellektuellen Résistance hervorgegange-nen
Lettres françaises, die von der Kommunistischen Partei Frankreichs zu einem der Instrumente
entwickelt worden waren, eine gesunde, dem ganzen Volk zugängliche « französische Literatur » (nach
den Prinzipien des sozialistischen Realismus) hervorzubringen, führen paradoxerweise fur Belgien den
Begriff einer « Nationalliteratur » ein, wobei jedoch die Literaturgeschichte in selektiver Weise neu
gelesen und fur links geltende Autoren herausgestellt werden, die im eigenen Land auf nur wenig
Anerkennung gestolsen sind. So tragen beide, jeder auf seine Weise zum Abbau einer belgischen «
Nationalliteratur » bei, die derart eine weiteres Mal zum Spielball einer eigentlich in französischen
Diensten stehenden Strategie zu werden scheint. Die Stellungnahmen belgischer Mitarbeiter in den
beiden Blättern lassen in den meisten Fällen auf diskrete Weise erkennen, dafê die zugrundeliegende
Lagebeurteilung in dem Maße irrig ist, als in Belgien eine solche « Nationalliteratur » in wachsendem
Maß an Legitimation verliert.1
;
Paul Dirkx
La presse littéraire parisienne
et les« amis belges» (1944- 1960)
Le nationalisme issu de 89 a eu, comme tout ce qui sort de chez nous, un caractère égali
taire. Certes, il existe un impérialisme intellectuel français, mais il est égalitaire et la France
n'y cherche aucun privilège. Mais allez faire admettre cela par un étranger!
André Billy, écrivain français, Les Lettres françaises, 9 juin 945.
Mon cher Billy, la France littéraire a toujours été libéralement accueillante aux apports
étrangers. Elle l'est encore. Elle l'est plus que jamais. Elle l'est peut-être un peu trop.
Louis Dumont- Wilden, écrivain belge à Paris, Le Figaro littéraire, 21 septembre 1957.
inhérent à toute position dans le champ français, ait été ette étude est consacrée au discours sur la product
moins étudié. C'est pourquoi ces textes sont des objets de ion littéraire belge francophone dans Le Figaro li
choix pour qui veut contribuer à l'analyse des enjeux symttéraire (FL) et Les Lettres françaises (LF) de 1944 à
boliques et matériels qui sous-tendent ce qu'il est convenu I960. Avant d'en aborder l'analyse proprement dite, il est
d'appeler les « relations littéraires franco-belges » 3. nécessaire de s'arrêter d'abord à quelques oppositions
constitutives du champ littéraire français de l'époque,
telles qu'elles émergent à travers les politiques editoriales
Divergences littéraires, de chacun des deux hebdomadaires considérés. La des
convergence «française&

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text