Le baccalauréat E et le mythe du technicien - article ; n°1 ; vol.50, pg 85-96
14 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Le baccalauréat E et le mythe du technicien - article ; n°1 ; vol.50, pg 85-96

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
14 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Actes de la recherche en sciences sociales - Année 1983 - Volume 50 - Numéro 1 - Pages 85-96
Le baccalauréat E et le mythe du technicien. A partir d'entretiens auprès d'anciens élèves de la section E (mathématiques et technique), et des sections de baccalauréats de technicien ainsi que d'employeurs et de représentants de l'enseignement technique, on essaie de situer les limites de l'espace des possibles professionnels offerts aux bacheliers de la section E. Les détenteurs de ce titre «frontière» s'orientent, en fonction de leurs caractéristiques scolaires et sociales, plutôt vers l'une ou l'autre des positions limites désignées par la notion de technicien, celle de l'ingénieur ou celle de l'ouvrier, sans pouvoir toutefois s'identifier à l'un ou l'autre de ces deux mondes professionnels.
Das Baccalauréat E und der Mythos des Technikers. Auf der Grundlage von Interviews mit Absolventen des mathematisch —technischen Zweigs (Sektion E) und technischer Baccalaureatszweige sowie mit Angestellten und Vertretern des technischen Bildungs-wesens, sollen die Grenzen der den Abiturienten des Zweigs E gebotenen Berufsmöglichkeiten aufgezeigt werden. Es zeigt sich, daß die Inhaber eines derartigen «Grenz»-Titels sich aufgrund ihrer sozialen und Bildungsmerkmale in der Regel auf eine der beiden durch den Begriff des Technikers bezeichneten Grenzpositionen : die des Ingenieurs und die des Arbeiters, hin orientieren, ohne sich doch weder mit der einen noch der anderen Berufswelt identifizieren zu können.
'Baccalauréat E' and the Myth of the Technician. This article is based on a series of interviews with ex-pupils of the 'E' (mathematics and technical studies) section of the baccalaureat and with employers and representatives of technical teaching. It endeavours to situate the limits of the space of the occupational possibles available to those who obtain the 'section E' baccalaureat. The holders of this 'borderline' qualification tend to move, depending on their educational and social characteristics, towards one or the other of the extreme positions designated by the notion of 'technician' — engineer or manual worker — without, however, being able to identify with either of these occupational worlds.
12 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1983
Nombre de lectures 78
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Extrait

Monsieur Jean-Pierre Faguer
Le baccalauréat "E" et le mythe du technicien
In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 50, novembre 1983. pp. 85-96.
Citer ce document / Cite this document :
Faguer Jean-Pierre. Le baccalauréat "E" et le mythe du technicien. In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 50,
novembre 1983. pp. 85-96.
doi : 10.3406/arss.1983.2208
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1983_num_50_1_2208Résumé
Le baccalauréat E et le mythe du technicien.
A partir d'entretiens auprès d'anciens élèves de la section E (mathématiques et technique), et des
sections de baccalauréats de technicien ainsi que d'employeurs et de représentants de l'enseignement
technique, on essaie de situer les limites de l'espace des possibles professionnels offerts aux
bacheliers de la section E. Les détenteurs de ce titre «frontière» s'orientent, en fonction de leurs
caractéristiques scolaires et sociales, plutôt vers l'une ou l'autre des positions limites désignées par la
notion de technicien, celle de l'ingénieur ou celle de l'ouvrier, sans pouvoir toutefois s'identifier à l'un ou
l'autre de ces deux mondes professionnels.
Abstract
'Baccalauréat E' and the Myth of the Technician.
This article is based on a series of interviews with ex-pupils of the 'E' (mathematics and technical
studies) section of the baccalaureat and with employers and representatives of technical teaching. It
endeavours to situate the limits of the space of the occupational possibles available to those who obtain
the 'section E' baccalaureat. The holders of this 'borderline' qualification tend to move, depending on
their educational and social characteristics, towards one or the other of the extreme positions
designated by the notion of 'technician' — engineer or manual worker — without, however, being able to
identify with either of these occupational worlds.
Zusammenfassung
Das Baccalauréat E und der Mythos des Technikers.
Auf der Grundlage von Interviews mit Absolventen des mathematisch —technischen Zweigs (Sektion E)
und technischer Baccalaureatszweige sowie mit Angestellten und Vertretern des technischen Bildungs-
wesens, sollen die Grenzen der den Abiturienten des Zweigs E gebotenen Berufsmöglichkeiten
aufgezeigt werden. Es zeigt sich, daß die Inhaber eines derartigen «Grenz»-Titels sich aufgrund ihrer
sozialen und Bildungsmerkmale in der Regel auf eine der beiden durch den Begriff des Technikers
bezeichneten Grenzpositionen : die des Ingenieurs und die des Arbeiters, hin orientieren, ohne sich
doch weder mit der einen noch der anderen Berufswelt identifizieren zu können.:
PIERRE FAGUER JEAN
LE
BACCALAUREAT E
ET LE MYTHE
des sections scientifiques et c'est à partir de ces
matières que s'effectue principalement la sélection en
fin de seconde. Equivalent en quelque sorte dans les
lycées techniques de la section C des lycées de l'ense
ignement général, la E comporte toutefois un
nombre d'heures de cours plus important et exige
DU les Elle baccalauréat concentration 6 limités caractéristiques le Située souvent l'enseignement diversification 000 baccalauréat plus peut bacheliers à — négligée divergents la pourtant pour frontière E TECHNICIEN des particulière E la technique, «mathématiques de par est parce France baccalauréats être où classé la an de se analysée qu'apparemment sélection — l'enseignement entière, révèlent d'un essentiellement des la destins filière point : comme on filière et scolaire les compte de technique» conduisant effets professionnels général aux vue le inclassable. masculins, lieu et administeffectifs les environ de d'une et plus est de au la davantage de travail. Si comme le dit un enseignant
«l'atelier les défatigue», il n'en demeure pas moins
que les élèves de terminale E ont 32 heures de cours
obligatoires par semaine contre 26 seulement en
terminale C. En moyenne plus âgés qu'en C, ayant
une origine sociale plus proche de celle des autres
élèves du technique long, ils sont en revanche à peu ratif parmi les baccalauréats de l'enseignement
près aussi nombreux que les élèves de C à s'orienter général alors que du point de vue de son programme
vers les études supérieures quoique dans une proportet surtout de son recrutement, il s'apparente beaucoup
ion plus forte vers le supérieur court. Bref, plus plus aux baccalauréats de technicien (BTn) ; il se
proches par leurs caractéristiques scolaires et sociales prépare le plus souvent dans des lycées techniques
des élèves orientés vers des sections moins sélectives après une seconde qui s'adresse aussi aux futurs élèves
que la section C, ils se différencient toutefois des des sections de mécanique ou d'électricité et, comme
élèves «moyens» de l'enseignement général par leurs eux, les élèves de la section E reçoivent une formation
projets professionnels. Moins bien placés que les en atelier, font du dessin industriel et s'initient à la
titulaires d'un baccalauréat C pour l'entrée dans les technologie (1). Mais il ne s'agit pas pour autant d'une
grandes écoles, et plus généralement, sur le marché formation professionnelle ; formation théorique pour
du travail des cadres, leur avenir semble se concrétiser «l'élite» des lycées techniques, le baccalauréat E,
autour de la définition d'un marché du travail intecontrairement aux BTn, ne prépare à aucun métier ou
rmédiaire entre celui auquel accèdent les diplômés groupe de métiers particuliers. Le programme de
mathématiques et de physique est très proche de celui des grandes écoles et celui de la main-d'œuvre ouvrière,
avenir que recouvre la notion assez vague de technicien,
intermédiaire entre l'ingénieur et l'ouvrier (2).
1— Ce travail s'appuie sur des interviews réalisées entre 1977 et
1979 dans l'agglomération de Grenoble visant à dégager, à 2— Alors que dans1 le langage courant technicien signifie partir de l'étude d'un marché du travail local, les caractéristiques
«personne qui possède, connaît une technique particulière. des postes proposés en début de vie active. On a interviewé
V. professionnel, spécialiste» (cf. Le Robert), le code de l'INSEE respectivement une cinquantaine d'étudiants et de débutants
limite l'usage de ce terme aux emplois d'intermédiaires entre nés en 1955 ainsi qu'une quarantaine d'employeurs ou de chefs
les ouvriers et les ingénieurs, définissant, comme le remarque du personnel, de professeurs de l'enseignement technique et de
Alain Desrosières, leur compétence de manière négative : responsables du système d'encadrement des jeunes entre l'école
«Les techniciens et dessinateurs sont des agents qui ne sont et le marché du travail personnel de l'Agence nationale pour
l'emploi (ANPE), des foyers de jeunes travailleurs, éducateurs... pas des ingénieurs, ne participent pas directement à la
On s'est servi pour choisir les interviewés, et comme fabrication, n'exercent pas une autorité, mais possèdent une 'compétence particulière' grille d'entretien, des questionnaires d'une enquête longitu technique, administrative ou com
dinale réalisée au Centre d'études de l'emploi de 1972 à 1976, merciale» in Eléments pour l'histoire des nomenclatures socio
portant sur l'entrée dans la vie active de la génération née professionnelles, Pour une histoire de la statistique, Paris,
en 1955. PUF, 1980. :
:
86 Jean-Pierre Faguer
nouvelle clientèle dont les caractéristiques sociales Le «bac de l'avenir» ? et scolaires s'expliquent moins par l'intérêt pour les
Le baccalauréat «mathématiques et technique», créé études techniques que par les actuelles
en 1946, est le plus ancien des baccalauréats techni du système d'orientation après la troisième.
ques, conçu à l'origine comme une passerelle vers les
études d'ingénieur réservée «aux athlètes dont pouvait C'est l'évolution que souligne par exemple le proviseur de l'un s'enorgueillir l'enseignement technique» (3) ; la mise des lycées techniques de Grenoble lorsqu'il compare le mode en place au cours des années 60 d'un ensemble de de recrutement qu'il a connu «jeune prof» avec le mode de
filières de technicien et de technic

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents