//img.uscri.be/pth/21c8e7baa290543111c10d363d0a06f0a633e3a6
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le paradoxe de Léontief et la théorie de la spécialisation internationale - article ; n°4 ; vol.9, pg 577-611

De
36 pages
Revue économique - Année 1958 - Volume 9 - Numéro 4 - Pages 577-611
35 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir plus Voir moins

J. Cédras
Le paradoxe de Léontief et la théorie de la spécialisation
internationale
In: Revue économique. Volume 9, n°4, 1958. pp. 577-611.
Citer ce document / Cite this document :
Cédras J. Le paradoxe de Léontief et la théorie de la spécialisation internationale. In: Revue économique. Volume 9, n°4, 1958.
pp. 577-611.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/reco_0035-2764_1958_num_9_4_407314LE PARADOXE DE LEONTIEF
ET LA THEORIE
DE LA SPECIALISATION INTERNATIONALE
est au cours une conférence faite le 24 avril 1953 American
Philosophical Society de Philadelphie que Wassily Leontief donna con
naissance pour la première fois une découverte empirique concernant la
théorie du commerce international Cette conférence publiée quelques mois
après sous le titre Production domestique ec Commerce extérieur revi
sion de la position capitalistique américaine 1) devait servir de point
de départ une controverse qui est pas encore terminée et dont le
résultat quel il soit ne peut manquer de faire progresser analyse
théorique de la spécialisation internationale
En théorie économique la recherche des causes de la spécialisation
internationale donné lieu deux sortes de réponse
Les classiques et néo-classiques ont élaboré la théorie des coûts
comparatifs formulée par Ricardo et perfectionnée par ses succes
seurs pour aboutir la théorie des coûts opportunité de Gottfried
Haberler 3)
Les Suédois Eli Heckscher et Bertil Ohlin ont ébauché
une théorie de la spécialisation internationale fondée sur abondance ou
Wassily LEONTIEF Domestic Production and Foreign Trade the
American Capital Position Re-Examined Proceedings of the American Phi
losophical Society vol 97 no septembre 1953 pp 332-349 Publié égale
ment dans Econom Internationale VII février 1954
Principes de Veconomi-e politique et de impôt 1817
The Theory of International Trade 1950
Ekonomisk Tidskrift vol XXI 1919 Reproduit dans Readings in
the Theory of International Trade pp 272-300 sous le titre Les Effets du
commerce extérieur sur la distribution du revenu
Interregional and International Trade 1935 et La Politique du com
merce extérieur 1955
Revue Economique N* 19S8 38 578 REVUE CONOMIQUE
la rareté relative des facteurs de production possédés par les différents
pays Heckscher écrit Readings 278 Une différence dans la rareté
relative des facteurs de production entre un pays et un autre est ainsi
une condition nécessaire la différence des coûts comparatifs et par suite
au commerce international Ohlin développe cette idée il écrit notam
ment La Politique du commerce extérieur 10 Chaque pays faisant
importation de biens qui renferment beaucoup de facteurs dont il
pénurie et exportant des produits qui renferment beaucoup de facteurs
il possède en abondance il donc en fait indirectement échange
de facteurs abondants contre des facteurs rares est placer les facteurs
de production au centre de la théorie du commerce international la rareté
relative des facteurs explique les prix relatifs des divers facteurs et le
commerce international crée une tendance égalisation des prix des
facteurs Mais origine de cette évolution il une dotation en fac
teurs de production particulière un pays qui va déterminer la nature
de son commerce extérieur 6)
Il est logique de professer un pays va se spécialiser dans la pro
duction de produits faisant appel au facteur de production dont il est
abondamment doté et que ces produits sont échangés sur le marché inter
national contre des produits dont la production nécessiterait dans le pays
en question appel au facteur relativement rare Or économie améri
caine passe pour être relativement riche en capital et relativement pauvre
en travail Si la théorie Ohlin est exacte les exportations américaines
doivent porter sur des produits ayant nécessité relativement plus de capital
que de travail le raisonnement contraire applique évidemment la
nature -des importations américaines
Or Leontief montre que si le commerce extérieur américain obéit
la loi de proportion de facteurs ce est pas dans le sens où on envi
sage couramment Tel est le Paradoxe de Léontief
Les données statistiques dont le rapprochement permis Léontief
de formuler ce paradoxe ont pas été réunies dans ce but précis ce
sont celles il utilisées dans son étude des relations intersectorielles
De même pas de méthode analyse particulière auteur signale
dès le début de son article Proceedings... 332 étude décrite
dans cet article constitue une partie de analyse systématique de la Stru
Cf BYZ Cours de doctorat 1953-1954 consacré la Théorie
de la spécialisation internationale et dans lequel sont examinés les pro
longements modernes de cette théorie LE PARADOXE DE LEONTIEF 579
ture de econom américaine menée par le Harvard Economie Research
Project
Leontief utilise donc le tableau input-output qui lui servi ana
lyser la structure de économie américaine ce tableau met en lumière
interdépendance de tous les secteurs économiques en suivant la diffusion
de la propagation des flux réels de marchandises et services travers
économie toute variation donnée du niveau output dans un secteur
quelconque entraîne une modification des taux de production dans tous
les autres secteurs que ce soit directement ou indirectement exemple
retenu par Leontief concerne le secteur de la production automobile une
augmentation output dans ce se traduit par une augmentation
dans la production acier liaison directe) mais aussi par exemple par
une augmentation dans les services de communication liaison indirecte
Cette répercussion sur tous les secteurs peut être calculée au moyen de
la résolution un système équations simultanées comprenant autant
équations que de secteurs on peut ainsi déterminer que pour produire
une augmentation de 1.000.000 de dollars dans automobile il faudra
une de 235.140 dollars dans industrie métallurgique 57.950
dollars dans le secteur chimique etc. donc la mise en uvre de nouveaux
facteurs de production capital et travail
Le besoin en capital additionnel peut être calculé pour chaque secteur
pour le secteur directement visé celui de automobile dans exemple retenu
par Leontief on peut connaître les constructions nouvelles le capital
technologique etc. qui sont nécessaires pour chacun des autres secteurs
investissement additionnel peut être obtenu en multipliant la quantité
de capital nécessaire dans cette industrie pour produire une certaine capa
cité unitaire par la demande additionnelle induite par augmentation out
put dans le secteur de automobile On peut ainsi chiffrer pour toute
économie les besoins en investissements directs et indirects de capital
Se basant sur les données établies pour économie américaine en 1947
Leontief trouve une augmentation un million de dollars dans output
de industrie automobile nécessite un investissement total de 2.104.8000
dollars se réparrissant dans la totalité des secteurs
Un tel procédé peut être appliqué autre facteur de production
le travail Il faut tenir compte du travail directement nécessaire dans
industrie automobile elle-même et du travail indirectement induit dans
les autres secteurs On obtiendra la totalité hommes-années de travail
nécessaires industrie tout entière pour faire face cet accroissement 580 REVUE CONOMIQUE
output dans un secteur particulier dans exemple ci-dessus 2.104.800
dollars investissement correspondent 201.476 hommes-années de travail
Telle est la méthode utilisée par Leontief pour étude de la structure
du commerce international américain Il calcule ainsi les quantités totales
de capital et de travail nécessaires la production domestique de diffé
rents produits exportés et importés par les Etats-Unis Ce pays des
besoins qui sont satisfaits la fois par la production domestique et les
importations autrement dit toute restriction dans les importations néces
sitera un accroissement correspondant et égal dans la production domes
tique donc des besoins additionnels en capital et travail ces besoins sont
déterminés comme il est indiqué ci-dessus On peut également toujours
au moyen du même procédé calculer les quantités de capital et de
travail utilisées par économie américaine pour obtenir un million de
dollars de ses exportations
En 1947 le remplacement des importations compétitives aurait néces
sité 3.091.339 dollars de capital et 170.004 hommes-années de travail
Les exportations des Etats-Unis ont nécessité 2.550.780 dollars et 182.313
hommes-années de travail
Commentant ces résultats Leontief écrit ils montrent en
moyenne une valeur un million de dollars de nos exportations incor
pore beaucoup moins de capital et dans une certaine mesure plus de tra
vail il en serait nécessaire pour remplacer par la production domes
tique un montant équivalent de nos importations compétitives 343)
Et Leontief énonce son paradoxe les U.S.A participent au commerce
international pour économiser leur capital et disposer de leur excédent de
travail On selon auteur interverti les caractéristiques de économie
américaine celle-ci en réalité est riche en travail et pauvre en capital
Par suite les U.S.A exportent des produits forte composition orga
nique de travail et importent des forte orga de capital
explication analytique de cette trouvaille empirique est la sui
vante certes les U.S.A possèdent une proportion de capital par ouvrier
plus élevée que dans tous les autres pays mais on supposé implicite
ment que la productivité relative du capital et du travail était la même
Labor intensive productive est la traduction utilisée par Charles
KINDLEBEKGEB dans sa préface ouvrage de Michel MORET Echange
mterna-tiöwil 10 PARADOXE DE ONTIEF 581 LE
que partout ailleurs Selon Leontief il faut rejeter ce postulat de parité
technologique car unité de travail aux U.S.A représente trois fois unité
de travail étranger La force américaine de travail doit pour être
comparable avec le reste du monde tenir compte de ce coefficient en
1947 cette force était de 65 millions de travailleurs mais en fait elle
comprenait réellement 195 millions de travailleurs Ainsi la dose de capital
par travailleur est comparativement plus faible et non plus forte
aux U.S.A que dans beaucoup autres pays
Pourquoi le travail américain est-il plus productif Leontief explique
par efficacité particulière de la fonction entrepreneur organisation
du travail plus rationnelle et le climat de production plus favorable Il
accorde une importance limitée la forte quantité de capital attribuée
par industrie américaine au travailleur industriel cette supériorité capi
taliste il vient de contester ne suffirait pas expliquer cette pro
duction supérieure du travail américain La substitution technologique de
la machine homme est profitable partout la division internationale du
travail la rendrait possible dans tous les pays Si cette substitution ne
pouvait se faire il aurait de la part de étranger spécialisation dans
les produits forte composition organique de travail et de la part des
U.S.A spécialisation dans les produits forte composition organique de
capital or tel est pas le cas nous rappelle Leontief
Pour confirmer sa démonstration sur le plan général démonstration
faite aide de moyennes Leontief étudie la structure même du com
merce international des U.S.A Si explication que on donnée
ces découvertes quantitatives est correcte on devrait également découvrir
des relations similaires intérieur de groupes particuliers de produits
Il établit un graphique des besoins en capital et travail par million ex
portations et de remplacement importations américaines en ordonnées
les besoins en capital en abscisses les besoins en travail pour chaque
groupe de produits il construit une double représentation parallélépipé-
dique dont emplacement de la base est déterminé par sa combinaison
capital-travail et dont la hauteur logarithmique au-dessus du plan repré
sente une part le niveau des exportations bande noire) autre part
le niveau des importations bande blanche Quatre lignes de ratios par-
Il convient de préciser que dans cette proportion entre pas en
ligne de compte avantage capitalistique de la force de travail américaine
autrement dit le travail de ouvrier américain représente fois le travail
de ouvrier étranger pour un apport capitalistique équivalent 582 REVUE CONOMIQUE
ragent le plan en cinq parties déterminant ainsi des catégories de produits
en fonction de intensité relative de capital nécessaire leur production
Leontief met ainsi en évidence la tendance importer les biens exigeant
beaucoup de capital et peu de travail et exporter les biens de travail et peu de capital Il concrétise cette tendance par
le tableau suivant 346
Comparaison des exportations est importations
par secteurs avec une intensité capitatistique différente
Capital par
homme-année en Exportations Importations
Plus de 30.000 2739 7261
5210 30.000 17.750 4790
17.750 12.250 4831 5169
6176 12.250 9.700 3824
Moins de 6962 3038
ENSEMBLE 5082 4918
mesure que le rapport capital/travail diminue les exportations pren
nent une plus large place dans le commerce international des U.S.A.
alors au contraire les importations décroissent
Une série de choix se présente économie américaine choix global
entre production de biens exportables et production de biens rempla ant
des importations mais aussi choix subsidiaires reposant sur les différences
des besoins en capital et travail nécessaires aux biens particuliers appar
tenant au même groupe de produits Dans ce cas la concurrence très vive
qui oppose ces derniers nécessiterait après isolement approprié une étude
quantitative détaillée préalable toute analyse Leontief reconnaît en
septembre 1953 avoir pas encore terminé cette étude cependant
compte tenu de certaines hypothèses de travail et en utilisant des moyennes
pondérées il est possible pour la majorité des groupes industries ar
river la conclusion suivante La concurrence directe entre importa
tions et exportations appartenant aux mêmes groupes de produits est
dominée par notre insuffisance relative de capital et notre surplus relatif
de travail Le paradoxe de Leontief concerne donc la fois le plan
global et le plan particulier PARADOXE DE LEONTIEF 583 LE
Quelles sont les implications de ce paradoxe Il semble actuelle
ment le capital américain soit comparativement plus rare que le travail
cette rareté été la dominante de la récente expansion américaine ac
croissement de îé de capital été inférieur accroissement de la
force de travail Dans les conditions actuelles une augmentation plus
rapide de investissement productif moyen par travailleur se traduirait par
une diminution plutôt que par une augmentation de avantage retiré par
les U.S.A de leur commerce international Ce est au prix un
accroissement spectaculaire du stock de capital domestique que serait
réalisé ce que on croit exister déjà utilisation par les U.S.A du com
merce international comme un moyen épargner le travail américain et
de disposer du surplus de capital américain Mais un tel renversement
nécessitera un certain temps au cours duquel les facteurs responsables de
la supériorité américaine dans efficacité du travail pourront se développer
dans les autres pays et ainsi diminuer cet avantage comparatif des U.S.A.
où affaiblissement du stimulant présenté par échange des produits
et services entre les U.S.A et le reste du monde est évoquer le pro
blème de évolution de la position américaine dans économie mondiale
Pour terminer son étude Leontief évoque le problème du libre échange
et de la protection pour rejeter cette dernière Elle aurait pour effet de
réduire le volume des importations compétitives ainsi que le volume des
exportations Il en suivrait une pression accrue sur économie améri
caine qui se verrait ainsi supprimer partiellement le moyen écouler le
surplus de sa force de travail et économiser un capital relativement rare
Leontief conclut En autres termes les politiques protectionnistes ne
feraient affaiblir la force contractuelle du travail américain et par suite
renforceraient celle des propriétaires du capital
Telles sont les grandes lignes de article initial qui suscité une
profonde émotion dans les milieux économiques
En effet le paradoxe de Leontief pose alternative suivante
ou bien contrairement ce qui est couramment admis économie
américaine est relativement pauvre en capital
ou bien le théorème He kscher-Ohlin est pas démontré par les
faits
Il faut signaler tout de suite que Leontief ne pose pas lui-même
cette alternative sa position cet égard est très nette Le théorème
Hedcscher-Ohlin esc valable est application que les théoriciens en 584 REVUE CONOMIQUE
ont faite aux U.S.A qui est erronée Les U.S.A se conforment bien
la spécialisation internationale mais dans un sens contraire celui que
on traditionnellement supposé
Une telle prise de position suppose cependant un préalable que étude
même de Leontief soit valable autrement dit que les données quantita
tives retenues soient exactes et que la méthode utilisée par auteur soit
abri de toute critique
On voit donc que le paradoxe de Leontief soulève deux questions
Quelle est la valeur intrinsèque de sa découverte
Faut-il reconsidérer le théorème de la spécialisation internationale
Les controverses ont tourné autour de ces deux questions que nous
envisagerons successivement
LA VALIDITE DU PARADOXE
Comme le fait spirituellement remarquer Kindleberger 10) ac
cueil normalement réservé une idée féconde comporte deux phases
elle est fausse elle est pas nouvelle Il poursuit en signalant que per
sonne contesté la nouveauté de la découverte de Leontief En revanche
on peut contester la validité du paradoxe plusieurs points de vue que
Leontief ailleurs envisagés dans un deuxième article où il est efforcé
de préciser ses analyses précédentes 11)
Nous examinerons une part les insuffisances relevées encontre
du paradoxe et autre part les réponses apportées par Leontief
LES INSUFFISANCES
Les critiques qui peuvent être adressées au paradoxe de Leontief por
tent sur différents points importance inégale On peut les grouper sous
Dans la préface ouvrage de MOBET op cit.) appréciation
de Charles KINDLEBEKGER est pas exempte ambiguïté première
vue il semblerait considérer que Leontief critiqué analyse Oblin ce
qui est pas le cas
10 Préface ouvrage de op cit
11 LEONTIEF Factor Proportions and the Structure of American
Trade Further Theoretical and Empirical Analysis Rei-iw of Econo
mics and Statistics vol XXXVIII novembre 1&56 pp 386-408 LE PARADOXE DE ONTIEP 585
trois rubriques différentes critique des résultats quantitatifs critiques
méthodologiques critiques des conclusions générales
Critique de résultat quantitatif
Ce sont les moins graves Les calculs proprement dits de Léonrief
ont été révoqués en doute que par Boris Swerling 12 qui estime
une part que certains procédés de calcul sont tendancieux et autre
part que année 1947 est pas une année de référence convenable
Swerling reprend la table II utilisée par Leontief pour mettre en évi
dence les besoins en capital et travail nécessaires obtention un mil
lion de dollars exportations américaines et de remplacement impor
tations Il calcule une part un rapport capital-travail en divisant les
besoins en capital par ceux en travail et autre part il établit la diffé
rence par secteur entre les montants par million de dollars des impor
tations et des exportations américaines Par exemple le secteur de Agri
culture et des Pêcheries donne les résultats suivants pour obtenir un
million de dollars output les besoins directs et indirects en capital sont
de 4.712.000 dollars ceux en travail de 158.710 hommes-années de tra
vail le rapport 4.712.000/158.710 == 297 rapport capital-travail en
millions de dollars par homme-année de travail En outre la partici
pation de ce secteur au commerce international américain se traduit ainsi
par million de dollars exportations les exportations du secteur élèvent
100.987 dollars par million de dollars importations les importations
du secteur élèvent 257.526 dollars La balance particulière du secteur
Agriculture et Pêcheries présente donc un supplément
de 156.539 dollars Ces résultats sont reportés sur un graphique écart
permettant Swerling de déterminer les secteurs qui en 1947 ont con
tribué pour plus de 25.000 dollars nets par millions de dollars aux
exportations ou importations américaines Autrement dit il sélectionne
les secteurs les plus caractéristiques des exportations et importations amé
ricaines dans chaque cas Ces secteurs sont ceux qui se traduisent sur
le graphique par le plus grand écart de la droite de référence
12 Boris SwEiiLiNG Capital Shortage and babor Surplus in the
united States Review of Economics and Statistics vol XXXVI août
1954 pp 286-289