13 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Le processus d'internationalisation des grandes écoles françaises - article ; n°1 ; vol.121, pg 66-76

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
13 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Actes de la recherche en sciences sociales - Année 1998 - Volume 121 - Numéro 1 - Pages 66-76
El proceso de internadonalizaci de las grandes escuelas francesas La internacionalizaci es uno de los procesos sociales menos estudiados en sociolog través del ejemplo del campo de las grandes escuelas francesas de comercio de ingenieros este art culo se propone mostrar de qué manera se genera un proceso de internacionalizaci cuando los actores se movi lizan para hacer de él uno de los ejes importantes de su estrategia de reposicionamiento La internacionalizaci per mite acumular un capital nuevo el capital de reconoci
Der Internationalisierungsprozess französischer grandes écoles Die Internationalisierung ist einer der in der Soziologie am wenigsten erforschten sozialen Prozesse Am Beispiel des Feldes der französischen höheren Fachschulen für Handel
11 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1998
Nombre de lectures 55
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Extrait

Monsieur Gilles Lazuech
Le processus d'internationalisation des grandes écoles
françaises
In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 121-122, mars 1998. pp. 66-76.
Citer ce document / Cite this document :
Lazuech Gilles. Le processus d'internationalisation des grandes écoles françaises. In: Actes de la recherche en sciences
sociales. Vol. 121-122, mars 1998. pp. 66-76.
doi : 10.3406/arss.1998.3246
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1998_num_121_1_3246Abstract
Internationalization of the French « grandes ecoles »
Internationalization is one of the least studied social processes in the field of sociology. Using the
example of the field of the French « grandes écoles » of business and civil engineering, the article
proposes to show how a process of internationalization happens once it is set in motion by the actors of
the field who make it one of the main axes of their repositioning strategy. Internationalization enables
the accumulation of a new kind of capital : international recognition, which, in the case of certain
institutions, is meant to compete with domestic capital - educational capital - and to challenge, or even
oppose, its previous distribution and the positions structurally connected with it. In this event, the
recomposition of the field results in effects which were often initiated by middle-ranking institutions.
Résumé
Le processus d'internationalisation des grandes écoles françaises.
L'internationalisation est l'un des processus sociaux les moins étudiés en sociologie. S'appuyant sur
l'exemple du champ des grandes écoles françaises de commerce et d'ingénieurs l'article se donne pour
objet de montrer comment se produit un processus d'internationalisation lorsqu'il est mobilisé par les
acteurs du champ qui en font l'un des axes majeurs de leur stratégie de repositionnement.
L'internationalisation permet l'accumulation d'un capital nouveau : le capital de reconnaissance
internationale qui vise, pour certaines institutions, à concurrencer le capital domestique - le capital
scolaire - et à remettre en cause, voire à contester, sa distri bution antérieure et les positions qui y
étaient structurellement attachées. Dès lors se produisent des effets de recomposition du champ,
souvent initiés par des institutions de rang moyen.
Zusammenfassung
Der Internationalisierungsprozess französischer grandes écoles.
Die Internationalisierung ist einer der in der Soziologie am wenigsten erforschten sozialen Prozesse.
Am Beispiel des Feldes der französischen höheren Fachschulen für Handel und Technik stellt der
Artikel einen von den Akteuren des Feldes selbst in der Absicht unternommenen Prozess der
Internationalisierung dar, sich seiner als eines Schwerpunkts der Strategie ihrer Neuorientierung zu
bedienen. Die Internationalisierung beinhaltet die Akkumulation einer neuen Art von Kapital, des
Kapitals internationaler Anerkennung, das, im Fall einiger Einrichtungen, bestrebt ist, in Konkurrenz
zum heimischen Kapital - dem schulischen Kapital - zu treten, und so dessen bisherige Verteilung und
die strukturell damit verbundenen Positionen infragezustellen und gegebenenfalls zu bestreiten. Derart
werden Wirkungen einer Neukomposition des Feldes inganggesetzt, die häufig bei den Institutionen
mittleren Ranges ihren Anfang genommen hatten.
Resumen
El proceso de internacionalización de las grandes escuelas francesas.
La internacionalización es uno de los procesos sociales menos estudiados en sociología. A través del
ejemplo del campo de las grandes escuelas francesas de comercio y de ingenieros, este artículo se
propone mostrar de que manera se genera un proceso de internacionalización cuando los actores se
movilizan para hacer de él uno de los ejes mas importantes de su estrategia de reposicionamiento. La
internacionalización permite acumular un capital nuevo : el capital de reconoci- miento internacional
que, en lo que respecta a ciertas instituciones, aspira a competir con el capital nacional - el capital
escolar -, poniendo en tela de juicio e incluso impugnando su distribución anterior, así como las
posiciones que estructuralmente le eran inherentes. Consecuentemente se producen situaciones de
recomposición del campo, iniciadas a menudo por instituciones de rango medio.;
:
,
.
Lazuech Gilles
LE PROCESSUS D'INTERNATIONALISATION
DES GRANDES ÉCOLES FRANÇAISES
'internationalisation des formations et des établi à une légitimation dite internationale, où les principes
ssements constitue l'un des changements import de reconnaissance et de consécration sont plus flous,
ants que connaissent les écoles de commerce et puisqu'il n'existe pas une institution supranationale qui
d'ingénieurs françaises depuis une dizaine d'années. soit chargée d'édicter des règles transparentes et
Un groupe de travail sur les questions internationales a connues de tous. Le second enjeu de l'internationalisa
été formé en 1994 au sein de la Conférence des grandes tion pour les écoles est qu'elles passent d'une légitimité
écoles. Selon ses analyses, l'intégration économique et d'une reconnaissance garanties par l'État dans l'e
européenne, impulsée par l'Acte unique de 1985, doit space national, en vertu du pouvoir de consécration
aboutir très prochainement à la constitution d'un mar légitime qu'il a en France, à une légitimité et à une
ché du travail des cadres et ingénieurs à l'échelle euro reconnaissance qui sont attribuées par le marché dans
péenne1. La question de l'internationalisation a fait éga l'espace international. Le passage de l'État au marché
lement l'objet d'un congrès de la Conférence, qui s'est qui accompagne le passage du national à l'internatio
tenu en mars 1993 à Bruxelles, intitulé « Les grandes nal met nécessairement les écoles dans des positions
écoles et leurs partenaires européens». Il s'est centré inégales. Les écoles de commerce, grandes et petites, et
sur le contenu des formations et les modalités des certaines écoles d'ingénieurs sont mieux préparées que
échanges internationaux et a fixé, parmi les objectifs de les écoles publiques à affronter le marché, ne serait-ce
développement des écoles, la mise en place de forma que parce qu'elles y sont déjà confrontées dans l'e
tions qui intègrent le multiculturalisme et leur ouvert space intérieur.
Contrairement à certaines analyses qui font de l'in- ure vers l'extérieur. L'internationalisation est un enjeu
pour les écoles mais aussi un facteur d'inquiétude. Pour
certains directeurs d'école, surtout d'écoles de rang
intermédiaire, l'ouverture internationale va entraîner un 1 — Comité national pour le développement des grandes écoles, groupe
de travail «formation à l'international », document de travail, septembre renforcement de la concurrence dont certains établiss 1995, p. 21. ements, déjà fragilisés dans l'espace national, ne pour 2 - Michelle Bergadaà et Raymond-Alain Thiétart voient se dévelopront se relever. Les acteurs du champ de la formation, per une concurrence de plus en plus vive entre les établissements
comme ceux du champ économique ou du champ d'enseignement européens, qui conduira à des concentrations
d'écoles afin qu'elles puissent rester compétitives sur le marché mondpolitique, n'échappent pas, face à des processus dont ial. Pour faire face à la nouvelle situation, ils préconisent des straté
ils cernent mal les contours, à une sorte d'angoisse col gies d'alliances tous azimuts. De son côté, Jacques Thèpot pense que
le MBA est le modèle dominant, y compris en Europe c'est celui qui lective qui s'exprime dans certains articles de la Revue
forme les dirigeants des grandes entreprises internationales, d'où, française de gestion2 pour l'auteur, la nécessité pour les écoles européennes de se consti
Pour les écoles françaises, l'internationalisation pose tuer en consortium pour faire face à la menace américaine. J. Thèpot,
«Les établissements de gestion face à l'ouverture européenne», in des questions spécifiques. Un des enjeux du processus Revue française de gestion, n°78, 1990. M. Bergadaà et R.-A. Thiétart, engagé est le passage d'une légitimation nationale de « L'enseignement de la gestion à l'horizon 1995 une analyse prospect
l'élite, selon la conception hexagonale de l'excellence, ive » in ibid. :
,
Le processus d'internationalisation des grandes 

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text