Le village abouré - article ; n°2 ; vol.1, pg 113-127

-

Documents
16 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cahiers d'études africaines - Année 1960 - Volume 1 - Numéro 2 - Pages 113-127
15 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1960
Nombre de visites sur la page 265
Langue Français
Signaler un problème

Monsieur Georges Niangoran-
Bouah
Le village abouré
In: Cahiers d'études africaines. Vol. 1 N°2. 1960. pp. 113-127.
Citer ce document / Cite this document :
Niangoran-Bouah Georges. Le village abouré. In: Cahiers d'études africaines. Vol. 1 N°2. 1960. pp. 113-127.
doi : 10.3406/cea.1960.3668
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/cea_0008-0055_1960_num_1_2_3668GEORGES NIANGORAN-BOUAH
Le village abouré
tels 14 aux lesquelles Les ooo les abords Agni occupent bou nous immédiats en forment sommes trois sept groupes villages si une de mal Grand-Bassam de informes ces les populations EhS Ehivë Moins au qui nombre Moossou de sont lagunaires 20 les ooo de plus et au ooo Vahou de nombreux total en Côte peuplent üs Ivoire se en-fin divisent environ deux sur les
JOO Ossuom forment une seule agglomération Ebra au nord de Moossou
Aux cultures vivrières traditionnelles les EhivS établis en forêt joignent
hui café et cacao Les EhS et les Ossuom fixés sur les rives de la lagune
adonnent la pêche ils pratiquent de manière méthodique en construisant
des barrages sur les hauts fonds de la lagune Peu nombreux trop voisins des
grands centres urbains les bou semblent appelés se fondre rapidement dans
ensemble de la population En février 1955 sous effet une ferveur icono
claste les habitants de Moossou ont brûlé toutes leurs statues et poteries destinées
au culte tous leurs tambours et sièges royaux Averti trop tard IFAN de
Côte Ivoire rien pu sauver
Lui-même originaire de Moossou Niangoran se destine la recherche
ethnologique Sa première enquête porté sur sa propre société dont il compris
la fragilité Son étude doit paraître dans la série des tudes burnéenn.es Nous
en avons détaché le chapitre ci-dessous avec autorisation du Directeur de la
Revue qui voudra bien trouver ici expression de nos remerciements
COMPOSITION DU VILLAGE LES QUARTIERS
LES HABITANTS
Les villages se construisent en général près un cours eau
Moossou se trouve embouchure du Ebra sur la lagune
Ebrie Yaou et Ediowo sur le Bonoua près de Soumare
Ils sont toujours divisés en deux quartiers qui portent invariable
ment les noms Kumast et Benini ils sont souvent orientés dans le
sens est-ouest GEORGES NIANGORAN-BOUAH 114
Le quartier est appelle Benini et celui de ouest Kumasi
Benim et Kumasi sont deux villes du Ghana Kumasi est la capitale
de Ashanti Benini celle de Apollonie Avant de installer défi
nitivement en Côte Ivoire les Abouré avaient séjourné dans la
région de Kumasi et Benini Ils nomment ainsi leurs quartiers en
souvenir de leurs origines ashanti et apolloniennes
Dans de nombreux villages est souvent un ruisseau qui sépare
les deux quartiers Moossou Ewin Aswe Ebra joma jouent
ce rôle Kumasi et Benini sont leur tour divisés chacun en deux
ces subdivisions de quartier changeant de nom selon les villages
Les marigots Atwe et Abo fi qui ne contiennent eau que pen
dant les saisons des pluies séparent les subdivisions de quartier
Moossou Le premier est-à-dire Atwe sépare Ahreti et pour
Be ini Abo fi sert de limite entre Taba et Brina pour le quartier
Kumasi
Les villages se bâtissent en longueur et organisent le long une
artère principale qui traverse les quartiers un bout autre voir
plan schématique de Moossou Des rues latérales séparent les diffé
rents groupements habitations
Le quartier Kumasi est étroit et peu peuplé Be ini par contre
est étendu Il au moins deux fois la population de Kumasi
Moossou compte environ 600 habitants dont ooo pour le seul
Be ini
Brina et breli sont les endroits du village où se trouvent réunis
les domiciles des sept familles ou clans avec leur ebien trône ou
chaise habitent ces domiciles ôpukobU que les patriarches des
clans avec leurs femmes et leurs enfants
La population villageoise est groupée par classes âge dans
quatre quartiers voir plus bas)
Les habitations sont des cases pignon de forme rectangulaire
en banco terre argileuse Elles sont couvertes de palmes de raphia
tressées ou de tôles ondulées Bon nombre de villageois aisés se font
construire des villas en matériaux définitifs agglomérés briques
de terre cuite ciment les maisons sont édifiées autour une cour
intérieure
Il deux domiciles chez les Abouré puk blE et opuko domi
cile conjugal)
Opuko ble est le domicile du patriarche du clan Là se trouve
toujours le lieu réservé au culte des dieux protecteurs du clan et un
ajisyebh AjisyebU est une maison importance capitale qui joue
un rôle de premier plan dans la vie quotidienne de toutes les grandes
familles Elle est toujours couverte de tôles ondulées et ne comporte
que deux pièces une grande et une petite La grande pièce menia-
jisyc trois murs le côté ouvert donne sur la cour voir croquis) chelle cm Il6 GEORGES NIANGORAN-BOUAH
intérieur de la pièce et autour des trois murs il un abïbe
qui est autre chose une surélévation en terre battue servant
de siège
est dans memajisy que se tiennent les grandes réunions les
conseils des notables et de famille Le corps des membres du clan
décédés reste également exposé avant inhumation
La petite pièce est en quelque sorte un magasin qui abrite tous
les objets de sacrifice et de culte des dieux protecteurs du clan
tambours fétiches trônes de famille etc. Une natte en guise
de porte ferme entrée de la pièce On pénètre que les jours de
culte La ruine de cet édifice indique que les membres de cette
famille sont des gens pauvres et que le clan lui-même est en voie
extinction
Les dépendances trous ordures étable pour moutons poil
court et chèvres naines) les vieilles caisses emballage ou la moitié
de vieilles pirogues servant de poulaillers se trouvent dans arrière-
cour
Avant la pénétration du christianisme dans le pays chaque
quartier possédait encore un ïà duko qui est autre chose
une case séparée des autres où se retiraient toutes les femmes
sans exception pendant leurs menstrues Les pensionnaires ne
communiquaient avec extérieur que par intermédiaire de petites
filles non pubères et de jeunes gar ons Le séjour dans ïà duko
variait entre quatre jours et une semaine suivant la durée des règles
Le cimetière se trouve toujours quelque distance du village
Il est proprement tenu Les cadavres sont inhumés par clan
Les villages abouré ont pas de quartiers spéciaux réservés aux
représentants des autres ethnies Les habitants sont répartis en
quatre groupes sociaux qui sont Ediy Ohopwc Kaha et Apolien
Ils vivent ensemble mêlés les uns aux autres
Ediyc Est diy tout villageois membre légitime un des
sept clans primitifs ayant son ebiente trône de famille dans le
village Tous les diy sont exception des membres de la famille
royale samaje et sans discrimination égaux en droits et en devoirs
Ils ont ce titre un rôle bien déterminé jouer rôle ils tiennent
chacun de son odwe clan)
hopw étranger Est considéré comme étranger tout
villageois qui est pas membre un des sept clans primitifs
Le territoire un village étant équitablement réparti entre les
sept clans un étranger ne pourra installer dans le pays avec
accord du clan propriétaire du coin de terre convoité il se con
duit mal est-à-dire il ne respecte pas les coutumes et traditions LE VILLAGE ABOURE 117
fa o> c/g er> li rvurf.S C/C bS/irHCr W/ï/tt
Li culte UJ ie- dv ul

WA
c/Ioim re-SCrvt.e re <t
ll/üS
o& -s
c/e
-S î- c/u
a/is re C/lwA >ovf peur mere
ff/r re Cernir fuour uu-se oour
cï c/ie fförcons
Cou
rri irc
ioi/r wouse
c/u
C/-wn ae mére
SiSSö our Jeunes
Jr t fS è-â -<
<s re Je
>c)SSraffe ftour a/fies
üc/r lUf 11
IsU
tr Ist Ic
Wt XSOn SOUr Le lSr-c.hQ Sn GEORGES NIANGORAN-BOUAH Il8
du pays le clan responsable répondra de lui devant le roi et le
conseil des ïà
étranger ne doit pas immiscer dans les affaires du pays quelle
que soit la durée de son séjour parmi les autochtones il se marie
dans le village ses enfants seront membres de la famille matri
linéaire de sa femme
Si une femme installée dans le pays se marie un diy ses
descendants seront toujours des étrangers mais pourront demander
apparenter au clan de leur choix La famille étrangère aura
ainsi son propre trône mais pas de menare
Ce nouvel quel que soit le nombre sans cesse croissant des
membres demeurera toujours le complément de autre
Kahä esclave Est kaha toute personne achetée Les
esclaves ne sont jamais affranchis mais ont la possibilité de se marier
dans importe quelle famille Ils deviennent membres du lignage lequel ils sont intégrés et font partie des classes âge au même
titre que tous les autres ni du pays
imposition un nouveau nom un esclave donne lieu une
cérémonie intégration edialyc
la date indiquée le maître de grand matin rase les cheveux
de son esclave et le présente drapé dans un grand ntromu pagne
apparat) couvert de bijoux bagues et chaîne en or devant
autel des dieux protecteurs de la famille au domicile du respon
sable de sa lignée matrilinéaire
Tous les membres importants et le chef du lignage doivent être
présents la cérémonie
Le patriarche abord le maître ensuite un verre de liqueur
rhum le plus souvent en main par trois fois verse quelques
gouttes de alcool terre pour implorer les dieux claniques de
prendre sous leur protection le nouveau membre Après la prière
rituelle il boit une certaine quantité du contenu du verre et porte
le verre la bouche de esclave genoux pour lui donner le reste
boire rituel de communion Un esclave est jamais autorisé
prendre le verre ou le gobelet des mains de son maître Le maître
quant lui invoque les mânes des ancêtres que pour leur deman
der santé et richesse pour esclave Tous les membres du lignage
présents boivent ensuite en honneur de intégré
Les kaha ne sont jamais nommés cfwamalimbe et safla chef et
responsable de la classe âge)
On rencontre rarement esclaves mâles les Abouré achetaient
que des jeunes filles dans le seul but accroître leur descendance
Apolien Un apollen est individu qui des parents ou
même un parent kaha Les Abouré leur font une situation spéciale
Les apolien sont libres et jouissent de tous les droits civiques Ils LE VILLAGE ABO RE IQ
peuvent rejoindre ce qui arrive rarement la famille primitive de
leurs parents
Un apolien contrairement au kaka peut être otuom malimbe
chef de famille si aucun membre légitime ne se manifeste et par
ce biais peut être nommé menare notable Il peut être également
cfwa malimbe responsable une classe âge)
apolien dont les deux parents sont kaha est toujours frappé
une incapacité il ne sera jamais nommé safla On ne peut disent
les Abouré confier cette responsabilité un étranger qui pour
venger les affronts dont ses parents au village sont objet entraî
nerait son groupe dans une guerre où nombre diye trouveraient
la mort
Brina et ahreti parce que ebiente-pukô est-à-dire abritant les
chaises des grandes familles) sont les seules parties du village qui
échappent depuis des générations la destruction rituelle que les
Abouré appellent pw atwe
II LES CLASSES AGE fwa
La constitution des classes âge efwa atitiys est une cérémonie
qui lieu au moment où dans un village il ne reste plus une
vingtaine de membres de la génération précédente
Une génération chez les Abouré cfwa ce est pas seulement un
ensemble de personnes de même âge mais ensemble des habitants
un village groupés au sein de quatre classes âge autrement dit
une génération abouré comprend quatre classes âge
Dans Abouré est un événement extrêmement important
pour les jeunes émancipation Ils auront partir de ce
moment un rôle jouer et une responsabilité assumer dans le
village Indépendants ils ne seront plus humiliés et traités par les
aînés ou parents de petits gar ons et par conséquent de bons
rien On devra leur classe âge le même respect que celui dont
bénéficiaient les classes âge de leurs pères et grands-pères Leur
opinion fera pencher un plateau de la balance quand il agira de
prendre importantes décisions dans intérêt de toutes la collec
tivité villageoise Désormais hommes libres les jeunes resteront
fidèles leur classe aussi bien ici-bas que dans au-delà
Pour les nuju ou survivants de la précédente génération
atitiys signifie la retraite la fin de toute activité et effort physique
Le cercle de la vie peut désormais être considéré comme fermé Les
membres ne formulent plus un seul rejoindre leur géné
ration dans au-delà
atitiys est un moment riche en scènes pathétiques On GEORGES NIANGORAN-BO AH 120
raconte Moossou au cours une cérémonie de ce genre un
seul vieux avait survécu son groupe âge Au moment où les
jeunes de la nouvelle génération entourèrent pour exécuter une
danse guerrière en son honneur le vieil homme fondit en larmes Il
accusa Dieu et son groupe de avoir oublié et abandonné dans ce
bas monde La vie avait plus de sens pour lui Ils étaient de son
temps disait-il en pleurant plus de deux cents hommes dans sa
classe âge Pourquoi avoir abandonné seul au milieu de ces
jeunes qui pour lui étaient des étrangers Le vieux mourut
émotion au cours de la danse Il avait pas survécu son groupe
comme si son avait été subitement exaucé comme par enchante
ment Moossou fit au vieil homme des obsèques inoubliables telles
que peu Abouré en re urent et une génération entière le conduisit
sa dernière demeure
Pour constituer les classes âge de la nouvelle génération les
survivants de ancienne qui porteront désormais le nom de nwju
convoquent au bois sacré de préférence le premier kicl pw able
obruw tous les éléments mâles de leur quartier depuis les
hommes de soixante-cinq ans ceux de dix ans Les mem
bres de cette assemblée constituent ce que les Abouré appellent
une génération habitants un quartier Ils ont quatre noms pour
distinguer les différentes générations
Taba et nowe pour le quartier Kumast
et bruswe le Benini
Les nowe alternent avec les taba pour Kumasi les avec les
bruswe pour Benini voir tableau)
Les 1WJU au cours de cette réunion désignent quatre mälimbe
ou sfwa limbe responsables des différentes classes âge)
La différence âge un responsable avec son voisin immédiat
varie entre quinze et vingt ans Si le responsable du groupe des plus
âgés 65 ans âge de son voisin immédiat se situera entre 45 et
50 ans
Pour former les quatre classes âge assistance sera invitée
se ranger derrière les limbe désignés par les nwju Le nombre
des membres de la classe est illimité
Par âge décroissant les quatre classes sont atible bawuleJamia-
malimbe et jämiä
Quand on pose la question un Abouré de savoir quelle classe
âge de quelle génération il appartient ce dernier répondra sans
hésiter il fait par exemple partie des taba atible est-à-dire
il appartient la classe des atible de la génération des taba du
quartier Kumasi
Quatrième jour de la première semaine de la grande saison sèche janvier) VILLAGE ABO RE 121 LE
Le système organisation des femmes se présente différemment
Les femmes ne sont pas divisées en classes âge Si une Abouré
affirme appartenir par exemple la classe féminine des taba atible
cela revient dire que son mari ou le premier en date si est une
femme divorcée qui parle est ou était membre de cette classe dans
la génération des hommes Les femmes appartiennent la classe
âge de leur mari et changent de classes autant de fois elles
contracteront de mariages
Les classes âge des deux quartiers un même village portent
les mêmes noms Pour les distinguer on ajoute le nom du quar
tier Exemple taba nom de quartier et de génération) atible nom
de classe âge Voir tableau explicatif.
MOOSSOU
Quartier Kumast Quartier Benini
Atible Atible Iré
Bawule Bawule- Génération Génération
ami ä-M âlim amia-M âlim be Taba Jämiä Jämiä
Atible Atible 2e 2e
Bawule Bawule Génération Génération amia-M âlim be amia-M âlim Nowe Bruswe Jämiä Jämiä
Atible Atible 3e 3e Bawule Bawule Génération Génération miä-Mälim be amia-M âlim be
Taba Jämiä Jämiä
Les classes âge jouent un triple rôle militaire économique
social
Rôle militaire La classe atible les membres de ce groupe
sont des hommes dont la moyenne âge se situe autour de 60 ans
En raison de leur grand âge ces hommes ont mission de continuer
occuper des affaires du village et du pays en cas de conflit armé
Leur wa malimbe cause de expérience des questions fwa
est de droit nommé cfwa-bnma-limbe chef suprême de la génération
un quartier est également leur safla incombe la respon
sabilité de réunir et présider le conseil des safla