Les droits des élèves. Droits formels et quotidien scolaire des élèves dans l
38 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Les droits des élèves. Droits formels et quotidien scolaire des élèves dans l'institution éducative - article ; n°1 ; vol.42, pg 81-115

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
38 pages
Français

Description

Revue française de sociologie - Année 2001 - Volume 42 - Numéro 1 - Pages 81-115
Pierre Merle : Pupils' rights. Formal rights and the everyday school life of pupils in the education system.
The aim of this article, based on interviews carried out on a school-going public and on a study of statutory texts defining pupils' rights, is to find out how the question of rights is introduced into the practice of the actors within the education system. In a more general manner, these pupils' rights remain very formal and they are rarely present in the subjective experience of pupils. Internal rules and regulations of the school present these rules in a limited fashion and the punishment system is often judged as the arbitor by the pupils. An essential question is to know how the school order is built. The author is trying to find out to what extent the effective rights of the pupils which provide the structure of the everyday school life are based on legal texts, on relations of domination (determined by the status of reaching the majority, the social status or the diploma), or on contextualized teacher-pupil interpersonal arrangements.
Pierre Merle : Los derechos de los alumnos. Derechos formales y cotidiano escolar de los alumnos en la institución educativa.
A partir de entrevistas realizadas a públicos escolares y de un estudio de textos reglamentarios que rigen los derechos de los alumnos, el artículo tiene por objeto dar a conocer la forma con la cual el problema de los derechos es introducida en la vida práctica de los actores de la institución escolar. De manera general los derechos de los alumnos permanecen muy formales y relativamente están poco presentes en la experiencia subjetiva de los alumnos. Por otra parte los reglamentos de los establecimientos presentan esos derechos de manera limitada y el regimen de castigos es percibido a menudo por los alumnos como arbitrario. Entonces, la pregunta esencial es conocer cómo se construye el orden escolar. El autor busca la forma de determinar primero, en qué medida los derechos efectivos que estructura el cotidiano de los alumnos salen de los textos jurídicos, también si son las relaciones dominación (determinadas por el estatuto de mas importante, el estatuto social o el titulado) a los acuerdos interpersonales contextualizados entre maestros y alumnos.
Pierre Merle : Die Rechte der Schüler. Formelles und tägliches Schulrecht der Schüler in Erziehungseinrichtungen.
Ausgehend von mit Schülern durchgeführten Gesprächen und einer Untersuchung der gesetzlichen Regelungen zum Recht der Schüler, möchte dieser Aufsatz klarstellen, wie die Rechtsfrage in die Praxis der Aktoren der schulischen Einrichtung eingebracht wird. Allgemein bleiben die Schulrechte recht formell und sind relativ wenig spürbar in der subjektiven Erfahrung der Schüler. Die Schulvorschriften beschreiben in allgemein diese Rechte sehr begrenzt und die Strafregelung wird von den Schülern oft als willkürlich empfunden. Eine Hauptfrage gilt der Art, wie die schulische Ordnung sich aufbaut. Der Autor sucht festzulegen, wieweit die tatsächlichen Rechte der Schüler, die ihr tägliches Schulleben strukturieren, auf Gesetzestexten fussen, auf Machtverhältnissen (bestimmt durch Grossjährigkeit, Sozialstatus oder Diplom) oder auf zwischenpersönlichen Vereinbarungen Lehrer/Schüler.
L'article a pour objet, à partir d'entretiens réalisés auprès des publics scolaires et d'une étude des textes réglementaires qui régissent les droits des élèves, de connaître la façon dont la question des droits est introduite dans les pratiques des acteurs de l'institution scolaire. D'une manière générale, ces droits des élèves demeurent très formels et sont relativement peu présents dans l'expérience subjective des élèves. Les règlements intérieurs des établissement présentent d'ailleurs ces droits d'une façon limitée et le régime des punitions est souvent perçu comme arbitraire par les élèves. Une interrogation essentielle est de savoir comment se construit l'ordre scolaire. L'auteur cherche à déterminer dans quelle mesure les droits effectifs des élèves qui structurent leur quotidien scolaire relèvent de textes juridiques, de rapports de domination (déterminés par le statut de majeur, le statut social ou le diplôme) ou d'arrangements interpersonnels maître-élèves contextualisés.
35 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 2001
Nombre de lectures 64
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Exrait

Monsieur Pierre Merle
Les droits des élèves. Droits formels et quotidien scolaire des
élèves dans l'institution éducative
In: Revue française de sociologie. 2001, 42-1. pp. 81-115.
Citer ce document / Cite this document :
Merle Pierre. Les droits des élèves. Droits formels et quotidien scolaire des élèves dans l'institution éducative. In: Revue
française de sociologie. 2001, 42-1. pp. 81-115.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_2001_num_42_1_5334Abstract
Pierre Merle : Pupils' rights. Formal rights and the everyday school life of pupils in the education system.
The aim of this article, based on interviews carried out on a school-going public and on a study of
statutory texts defining pupils' rights, is to find out how the question of rights is introduced into the
practice of the actors within the education system. In a more general manner, these pupils' rights remain
very formal and they are rarely present in the subjective experience of pupils. Internal rules and
regulations of the school present these rules in a limited fashion and the punishment system is often
judged as the arbitor by the pupils. An essential question is to know how the school order is built. The
author is trying to find out to what extent the effective rights of the pupils which provide the structure of
the everyday school life are based on legal texts, on relations of domination (determined by the status of
reaching the majority, the social status or the diploma), or on contextualized teacher-pupil interpersonal
arrangements.
Resumen
Pierre Merle : Los derechos de los alumnos. Derechos formales y cotidiano escolar de los alumnos en
la institución educativa.
A partir de entrevistas realizadas a públicos escolares y de un estudio de textos reglamentarios que
rigen los derechos de los alumnos, el artículo tiene por objeto dar a conocer la forma con la cual el
problema de los derechos es introducida en la vida práctica de los actores de la institución escolar. De
manera general los derechos de los alumnos permanecen muy formales y relativamente están poco
presentes en la experiencia subjetiva de los alumnos. Por otra parte los reglamentos de los
establecimientos presentan esos derechos de manera limitada y el regimen de castigos es percibido a
menudo por los alumnos como arbitrario. Entonces, la pregunta esencial es conocer cómo se construye
el orden escolar. El autor busca la forma de determinar primero, en qué medida los derechos efectivos
que estructura el cotidiano de los alumnos salen de los textos jurídicos, también si son las relaciones
dominación (determinadas por el estatuto de mas importante, el estatuto social o el titulado) a los
acuerdos interpersonales contextualizados entre maestros y alumnos.
Zusammenfassung
Pierre Merle : Die Rechte der Schüler. Formelles und tägliches Schulrecht der Schüler in
Erziehungseinrichtungen.
Ausgehend von mit Schülern durchgeführten Gesprächen und einer Untersuchung der gesetzlichen
Regelungen zum Recht der Schüler, möchte dieser Aufsatz klarstellen, wie die Rechtsfrage in die
Praxis der Aktoren der schulischen Einrichtung eingebracht wird. Allgemein bleiben die Schulrechte
recht formell und sind relativ wenig spürbar in der subjektiven Erfahrung der Schüler. Die
Schulvorschriften beschreiben in allgemein diese Rechte sehr begrenzt und die Strafregelung wird von
den Schülern oft als willkürlich empfunden. Eine Hauptfrage gilt der Art, wie die schulische Ordnung
sich aufbaut. Der Autor sucht festzulegen, wieweit die tatsächlichen Rechte der Schüler, die ihr
tägliches Schulleben strukturieren, auf Gesetzestexten fussen, auf Machtverhältnissen (bestimmt durch
Grossjährigkeit, Sozialstatus oder Diplom) oder auf zwischenpersönlichen Vereinbarungen
Lehrer/Schüler.
Résumé
L'article a pour objet, à partir d'entretiens réalisés auprès des publics scolaires et d'une étude des textes
réglementaires qui régissent les droits des élèves, de connaître la façon dont la question des droits est
introduite dans les pratiques des acteurs de l'institution scolaire. D'une manière générale, ces droits des
élèves demeurent très formels et sont relativement peu présents dans l'expérience subjective des
élèves. Les règlements intérieurs des établissement présentent d'ailleurs ces droits d'une façon limitée
et le régime des punitions est souvent perçu comme arbitraire par les élèves. Une interrogation
essentielle est de savoir comment se construit l'ordre scolaire. L'auteur cherche à déterminer dans
quelle mesure les droits effectifs des élèves qui structurent leur quotidien scolaire relèvent de textesjuridiques, de rapports de domination (déterminés par le statut de majeur, le statut social ou le diplôme)
ou d'arrangements interpersonnels maître-élèves contextualisés.R. franc, sociol, 42-1, 200 1 , 8 1 - 1 1 5
Pierre MERLE
Les droits des élèves
Droits formels et quotidien scolaire des élèves
dans l'institution éducative
Résumé
L'article a pour objet, à partir d'entretiens réalisés auprès des publics scolaires et d'une
étude des textes réglementaires qui régissent les droits des élèves, de connaître la façon dont
la question des droits est introduite dans les pratiques des acteurs de l'institution scolaire.
D'une manière générale, ces droits des élèves demeurent très formels et sont relativement
peu présents dans l'expérience subjective des élèves. Les règlements intérieurs des établi
ssement présentent d'ailleurs ces droits d'une façon limitée et le régime des punitions est
souvent perçu comme arbitraire par les élèves. Une interrogation essentielle est de savoir
comment se construit l'ordre scolaire. L'auteur cherche à déterminer dans quelle mesure les
droits effectifs des élèves qui structurent leur quotidien scolaire relèvent de textes juridi
ques, de rapports de domination (déterminés par le statut de majeur, le statut social ou le d
iplôme) ou d'arrangements interpersonnels maître-élèves contextualisés.
L'étude des comportements à l'intérieur de l'institution éducative ressortit
ordinairement à la sociologie de l'école sans que celle-ci s'intéresse générale
ment à l'élaboration juridique des relations scolaires. Or, une perspective
classique de renouvellement des recherches se constitue dans le croisement
d'objets traditionnellement distincts. Cet article a pour objet de réaliser une
confrontation entre d'une part la construction réglementaire et législative des
droits des élèves tels qu'ils sont principalement définis par la loi du 10 juillet
1989 et le décret d'application de février 1990 et d'autre part les relations qui
définissent leur quotidien dans l'institution scolaire.
L'époque, du moins à l'école, est à la réglementation des rapports sociaux.
Les droits des élèves sont censés, semble-t-il, contribuer à la pacification du
système scolaire ; et « l'apprentissage de la citoyenneté », thème plus large
que celui des droits, aurait la vertu de concilier harmonieusement éducation et
instruction dans une institution irénique où chacun tiendrait sa place avec
bonheur (Barrère et Martucelli, 1998). Or, le meilleur des mondes que promet
la juridicisation des rapports scolaires passe assez souvent pour aller de soi,
81 Revue française de sociologie
alors même qu'il demeure éminemment équivoque et pour le moins ambigu :
les droits formels des élèves, en conformité avec des principes juridiques ma
jeurs tels que le droit d'expression du citoyen, coexistent de façon problémat
ique et incertaine avec leur quotidien scolaire. Pour le montrer, nous
solliciterons un matériau composite (voir Annexe méthodologique) (1).
Aborder cette question des droits formels des élèves en centrant essentie
llement l'approche sur le type de lien qui peut exister entre leurs droits et leur
quotidien dans l'institution scolaire impose d'abord de connaître les droits ac
cordés formellement aux élèves et le rapport subjectif que ceux-ci entretien
nent avec la notion de droit, puis de mener une analyse des règlements
intérieurs afin de saisir les contenus effectifs des droits des élèves ainsi que
les modalités de leur mise en œuvre dans des situations sociales concrètes, et
enfin de s'interroger sur des conceptions concurrentes et contrastées relatives
aux droits des élèves dans l'institution scolaire.
Droits formels et rapports subjectifs des élèves à la notion de droit
La naissance d'un droit des élèves
Jusqu'à la fin des années soixante, la situation des élèves dans l'institution
scolaire n'est associée essentiellement et formellement qu'à des obligations.
C'est par un décret du 8 novembre 1968, dans les circonstances que l'on
connaît, que sont institués les conseils de classe dans les établissements et,
avec eux, les délégués élèves. L'article 25 du décret indique que le conseil
« examine les questions pédagogiques intéressant la vie en classe ». Mais, à
l'époque, ni les délégués des élèves ni ceux des parents ne sont présents
lorsque le conseil « examine la situation scolaire de chaque élève » (2). Au
cours des années quatre-vingt, avec notamment la reconnaissance de la liberté
de la presse aux lycéens par le décret du 30 août 1985, émerge un droit des
élèves qui sera consacré par la loi du 10 juillet 1989. Cette loi constitue une
date emblématique : la question des droits n'est plus abordée de façon quasi
accessoire, très générale ou par le biais d'une circulaire ou d'un décret, mais
est introduite dans une loi d'orientation sur l'éducation dont la force symbol
ique est patente.
(1) Dans l'article, le terme juridicisation substitut de permanence.
renvoie à l'émergence et au renforcement d'un (2) Depuis 1968, l'organisation du conseil
droit des élèves présenté dans la première de classe a fait l'objet de nombreuses modifica-
partie. Ce terme doit être distingué de la tions relatives aux procédures d'appel (initia-
judiciarisation des relations scolaires qui lement limitées à un examen) et au pouvoir de
renvoit au développement de poursuites décision du conseil des professeurs avec
judiciaires envers des élèves ne respectant pas notamment l'instauration d'un droit au redou-
les règles scolaires. Ce mouvement, non étudié blement et d'un droit de passage automatique
dans cette recherche, a été favorisé par la possi- dans certaines classes. Les principales
bilité ouverte depuis 1993 aux chefs d'établis- références législatives et réglementaires sont
sèment de signaler directement les troubles à disponibles dans Allaire et Frank (1995).
l'ordre scolaire par fax ou téléphone à un
82 Pierre Merle
Outre le conseil d'administration (Ca), la commission permanente, le
conseil de classe et le conseil de discipline auxquels les élèves participent
avant la loi de 1989 et le décret du 18 février 1990, plusieurs instances de par
ticipation et de concertation sont mises en place au début des années
quatre-vingt-dix. Il s'agit, à l'intérieur de l'établissement, du « conseil des dé
légués des élèves » (modifié par le décret 2000-620 du 5/07/2000) et, à l'exté
rieur de l'établissement, du Conseil supérieur de l'éducation (élargi aux
lycéens en 1991), du conseil académique de la vie lycéenne (Cavl), et du
conseil national de la vie lycéenne (Cnvl). Ces instances diffèrent quant aux
modalités de représentation des élèves. Dans les décisionnelles, les
élèves sont minoritaires : deux délégués en conseil de classe, cinq au Ca,
deux à la commission permanente. Au conseil de discipline, les élèves ont représentants dans les collèges et trois dans les lycées (décret 2000-620
du 5/07/2000). Dans les instances de concertation, ils représentent au moins la
moitié des membres.
La loi de juillet 1989 et les instances de concertation mises en place ult
érieurement sont concomitantes d'une juridiction plus large - celle de la Con
vention internationale des droits de l'enfant - qui stipule que les États
membres « garantissent à l'enfant qui est capable de discernement le droit
d'exprimer librement son opinion sur toute question l'intéressant, les opinions
de l'enfant étant dûment prises en considération eu égard à son âge et à son
degré de maturité » (art. 12 de la convention adoptée par l'Assemblée génér
ale des Nations Unies le 20 novembre 1989). Le décret du 18 février 1991 va
préciser le cadre général fixé par la Convention internationale des droits de
l'enfant et la loi d'orientation de 1989 (3). Les droits des élèves ainsi définis
sont des droits individuels et collectifs : droits de réunion, droits d'association
et droits d'expression (droit de publication notamment). L'émergence de ces
droits, qui modifient juridiquement la position des élèves dans l'institution
scolaire, a des origines variées à la fois conjoncturelles et structurelles. Le dé
cret de 1991 précité peut en effet être considéré, pour une part, comme une
conséquence des mouvements de grève importants qui ont agité les établiss
ements du second degré à l'automne 1990. De façon plus structurelle, ces
droits ont une double origine. D'une part, ils s'inscrivent dans l'affermisse
ment progressif depuis la Seconde Guerre mondiale du droit des personnes,
qu'il s'agisse du vote des femmes, de l'abaissement de l'âge légal de la major
ité à 18 ans ou de l'extension du droit des enfants à un niveau national ou in
ternational (voir supra). D'autre part, cette émergence du droit des élèves doit
être resituée dans un contexte scolaire particulier marqué par un allongement
considérable de la scolarité et des interrogations spécifiques portant notam
ment sur « l'incivilité », l'absentéisme, la « violence »... c'est-à-dire par un
(3) Le décret de 1991 ne concerne pas les contrat. La Convention internationale des droits
établissements secondaires privés confor- de l'enfant est toutefois opposable à ces établis-
mément à l'article 30 de la loi de 1989 qui sements. Pour une analyse juridique détaillée
renvoie aux textes antérieurs régissant les du décret de 1991, le lecteur peut se référer à
rapports de l'État avec les établissements sous Durand- Prinborgne (1991).
83 Revue française de sociologie
ensemble de pratiques d'élèves qui traduisent une certaine « dérégulation »
des relations scolaires (Dubet et Martuccelli, 1996a ; Chariot et Emin, 1997).
La question des droits des élèves n'est évidemment pas absente de la régl
ementation antérieure au décret de 1991, mais précédemment, elle était fr
équemment abordée dans des textes « relatifs à l'organisation administrative et
financière des collèges et lycées ». Il en était notamment ainsi du décret du 28
décembre 1976 (voir infra) dont un certain nombre de passages seront repris
littéralement dans le décret de février 1991. La consultation des textes en
vigueur dans le Recueil des lois et règlements (le Rlr) montre aussi que la
notion ordinaire de « droit » associée à la situation d'élève n'est pas consubs-
tantielle à l'officialisation juridique du terme au cours des années
quatre- vingt. Ainsi, une circulaire du 13 septembre 1974 - Répercussions de
rabaissement à 18 ans de la majorité civile et électorale - concerne direct
ement l'octroi de droits nouveaux aux élèves devenus majeurs suite à l'abaissà 18 ans de l'âge d'accès à la majorité (être destinataires, s'ils le
souhaitent, de leurs notes ; choisir leur orientation). Bien avant cette date, la
question des droits est déjà présente dans la réglementation scolaire (voir par
exemple l'arrêté de 1890 présenté infra), mais sans définir ceux-ci en tant que
tels : le droit des élèves existe alors sous la forme d'obligations auxquelles
sont tenus les professeurs dans les relations qu'ils entretiennent avec leurs
élèves. Dans la période actuelle, quel rapport subjectif les élèves entretien
nent-ils avec ces droits nouvellement définis ?
Le rapport subjectif des élèves à la notion juridique de droit
L'émergence d'un droit des élèves ne revêt évidemment pas du tout la
même expérience subjective selon le niveau d'enseignement considéré : école
élémentaire, collège et lycée. La situation la plus édifiante est celle des en
fants de l'école primaire pour laquelle la notion de droits personnels des élè
ves est inconnue des intéressés. A la question : « Qu'est-ce que tu as comme
droits en tant qu'élève ? », deux types de réponses sont grosso modo recueill
ies : « Je comprends pas la question. », « J'ai pas de droits. » [Extraits d'en
tretiens]. Pour sortir de cette alternative infructueuse, il est nécessaire de
préciser le questionnement et de « relancer » l'enquêté (« Qu'est-ce que tu as
le droit de faire à l'école ? Qu'est-ce qui est autorisé ? que le maître
n'a pas le droit de faire ? »). Ces demandes permettent de comprendre la fa
çon dont les écoliers définissent empiriquement leurs droits. Les réponses des
élèves sont relativement congruentes : « J'ai le droit de travailler, d'aller en
récréation, d'aller aux toilettes mais pas pendant qu'on travaille. » ; « On a le
droit de s'asseoir sur un banc, de manger à la cantine. » ; « On a le droit
d'écouter, c'est tout. » ; « On a le droit de faire du dessin quand on a fini
notre travail. » ; « Les exposés, on peut les faire sur ce que l'on veut. » ;
« Des fois, on fait des débats, à l'école sur des sujets. » Question : « Le prof a
le droit de tout faire ?» : « Je sais pas. » [Extraits d'entretiens, élèves de
Cm.1].
84 Pierre Merle
Les paroles de ces élèves montrent d'une part que la notion de droit n'est
pas différenciée clairement de celle d'obligations (« On a le droit d'écouter »,
«On a le droit de travailler»), et d'autre part que les droits des élèves,
au-delà des situations concrètes définissant ce qu'il est possible de faire ou de
ne pas faire, sont pratiquement absents en tant que notion, code social ou prin
cipe d'action. Le droit des élèves est tout entier, ou presque, dépendant des
consignes prescrites par le maître. Piaget (1969), dans sa recherche classique
sur le jugement moral chez l'enfant, avait montré que cet âge était caractérisé
par un fort conformisme et le respect de l'autorité. Les travaux sociologiques
(Dubet et Martuccelli, 1996b ; Rayou, 1999) ont également mis en évidence
cette relation spécifique des élèves au maître d'école. Pour l'écolier, la caté
gorie juridique de droit est dès lors réduite à l'autorisation accordée ou non
par le maître de mener telle ou telle activité et il n'existe pas ou guère d'autor
ité morale supérieure à celui-ci. En témoignent, pour une grande part, les
propos des élèves relatifs aux restrictions des possibilités d'action du maître
lui-même. Celles-ci sont définies de façon souvent très incertaine. Au niveau
des élèves des cours élémentaires (CEI, CE2), le maître est très fréquemment
perçu comme tout puissant (« Le maître peut donner une gifle ou une fessée si
on est vraiment méchant. »), et les limitations de son pouvoir relèvent unique
ment du respect de l'ordre du monde (« II peut pas mettre une bombe, il peut
pas nous écraser. »). La conscience de règles qui régiraient les relations
maître-élèves est en revanche plus fréquente en cours moyen : « II [le maître]
peut pas nous donner des claques. »
Dans l'expérience subjective des écoliers, il est assez clair que l'école él
émentaire est, pour une grande part, un lieu de « non-droit » au sens juridique
associé à ce terme en raison des catégories de pensée des enfants accueillis.
Toutefois, les écoliers ne sont pas formellement dépourvus de droits et
ceux-ci recouvrent des dispositions réglementaires précises (voir infra) qui
pour une part d'entre elles seraient accessibles à l'entendement des élèves de
l'école élémentaire. On peut d'ailleurs noter à propos de ces droits que la s
ituation des parents est parfois proche de celle de leurs enfants : ils sont tenus
dans l'ignorance de ce que les maîtres ont le droit de faire ou de ne pas faire
en matière de punition tout particulièrement. Le déficit d'information concer
nant les règles de droits applicables à l'école ne peut donc pas s'analyser un
iquement en raison de l'âge des élèves puisque les parents, leurs représentants
légaux, partagent de fait la situation de leurs enfants. Or la jouissance des
droits des élèves suppose que leur exercice soit connu par ceux-ci et leurs r
eprésentants légaux. Il en est de même du droit des enfants. Comme l'indique
Rubellin-Devichi (1995, p. 70) : « L'enfant a droit à ses droits, aux droits
qu'on lui rendra à 18 ans en tant qu'adulte. » (4).
(4) Bien que nous disposions d'informa- maîtres, soit une préoccupation de formation eu
tions limitées sur le contenu des enseignements égard aux questions définies strictement
destinés aux professeurs des écoles dans les comme didactiques ou au thème, très en vogue
Iltm, il ne semble pas que cette question des et peu conceptualisé, de la citoyenneté,
droits des élèves, et surtout des obligations des
85 Revue française de sociologie
Interroger des collégiens sur leurs droits dans l'institution scolaire est tout
autant instructif. Contrairement aux écoliers, les collégiens s'étendent plus
facilement sur ce qu'ils perçoivent clairement comme des obligations (ap
prendre ses leçons, rendre les devoirs, se taire en cours, arriver à l'heure...).
Entre l'école élémentaire et le collège, la définition et la conscience du statut
de l'élève ont donc changé radicalement sur ce point. Corrélativement, le sen
timent d'injustice est d'ailleurs fortement croissant (Debardieux, 1999). Mais
surtout, les collégiens déclarent ne pas savoir quels peuvent être leurs droits,
ou bien ces droits ne sont définis que par rapport aux droits des enfants en gé
néral (« Ne pas se faire taper par le professeur »), autrement dit, ne relèvent
en rien de droits spécifiques aux élèves. Ceux-ci les définissent souvent de fa
çon incertaine et, presque toujours - ce point est essentiel - par rapport aux
relations maître-élèves dans la classe.
« On n'a pas beaucoup de droit en cours. On peut pas toujours dire ce qu'on pense. Si
on dit ce qu'on pense du prof c'est pas trop bien vu. Il y a des profs qui peuvent dire : "Tu
y arriveras jamais, t'es con." Je sais pas s'ils ont le droit, mais en tout cas, ils le font. C'est
pas normal puisque nous on n'a pas le droit de dire ça à eux. Le droit ? Répondre au prof
s'il nous provoque. »
« Mes droits ? une feuille blanche. »
Les réponses des élèves sont aussi marquées par une certaine dispersion.
Dans les filières stigmatisées par l'institution scolaire, la notion de droit fait
parfois l'objet d'une sorte de retournement : « Des droits ? Je vois pas [s
ilence]. Le droit de s'amuser, le droit de faire chier les profs, le droit de pas
écouter, je le regarde pas, j'écoute pas, j'ai un chewing-gum, je fais rien. »
Pour ce type d'élèves, le droit n'est plus défini en référence à des conduites
autorisées ou non par un règlement, mais par les possibilités de transgression
de la règle et l'affirmation de soi contre l'institution et son représentant em
blématique, le professeur. Les données recueillies recoupent les approches
quantitatives : le respect de la loi est un comportement moins fréquent dans
les séries technologiques (L'état de l'école, 1998). Dans ce cas de figure, le
droit est finalement ce que l'élève s'autorise à faire, dans la classe et hors de
celle-ci, eu égard aux interdits scolaires (le chewing-gum est interdit dans le
règlement intérieur de l'établissement dans lequel cet élève est scolarisé). Le
droit est défini comme une conquête de soi contre la règle qui n'est perçue
que comme une contrainte dont il faut s'affranchir. Cette victoire contre l'ins
titution donne naissance à la figure du « pitre » (Dubet et Martuccelli, 1996a)
qui connaît la règle à partir des modalités infinies de la transgression (5). Le
droit des élèves est parfois défini, dans une perspective plus radicale, par un
retournement des rapports de force symbolique et physique qui régissent fr
équemment les maître-élèves (« Mes droits ? Répondre au prof et lui
taper dessus s'il m'embête. »).
(5) À l'opposé, le « fayot » et le « bouffon », quelque sorte au-delà du respect de la règle de
dont les images sont des plus péjoratives dans l'institution,
l'univers scolaire, sont ceux qui vont en
86 Pierre Merle
Les réponses des lycéens à la question de leurs droits ne sont pas radicale
ment différentes de celles des collégiens quand il s'agit pour eux de définir
des droits d'élèves.
« Ne pas être injurié, ne pas se faire taper dessus. »
« C'est dur comme question, c'est dur, je ne vois pas... mes droits ? Faut pas confondre
avec mes devoirs. On a le droit de créer un journal, mais il faut voir le proviseur avant,
donc ça supprimait pas mal de choses... »
« Le fait d'aller aux cours c'est pas un droit puisque c'est aussi un devoir mais c'est un
droit aussi vu que c'est nous qui avons choisi, donc on est venu au lycée pour quand même
aller aux cours. »
« Au lycée, j'ai le droit de sortir le midi dès que j'ai une heure de libre, je peux me
balader. J'ai le droit de demander à la conseillère d'orientation un rendez-vous. Vu qu'elle
est assez occupée, c'est rare d'obtenir un rendez-vous mais j'ai le droit quand même. »
« On a peut-être le droit de participer à la vie du lycée, tout ce qui est en dehors des
cours. »
« Moi, comme je suis au lycée, j'ai le droit de fumer dans une cour spéciale. On a le
droit au foyer, il y a un billard, un baby-foot, mais les collégiens n'ont pas droit [d'y
aller]. »
Les réponses des lycéens et collégiens sont relativement voisines. Dans les
lycées existe aussi une certaine dispersion des réponses à l'instar de ce qu'il
est possible de constater au niveau du collège (« Moi, de toute façon, je m'en
fous, je fais ce que je veux. » [Вер, 18 ans]). La notion d'un droit des élèves,
à l'instar des droits de l'homme qui renverraient à une conception universelle
des droits du citoyen, ne semble que moyennement appartenir aux catégories
de pensée de ces lycéens. Certains élèves rattachent d'ailleurs la question de
leurs droits au seul règlement intérieur (« Les droits, ça doit être dans le règle
ment intérieur. », « C'est différent selon les établissements, faut voir le
ment. »...). Les droits des élèves, tels que ceux-ci les perçoivent concrètement
dans leur quotidien scolaire, sont donc pour le moins définis de manière l
imitée et floue. L'analyse des règlements intérieurs des établissements et de
leur mise en œuvre contribue à établir les raisons institutionnelles de ce rap
port subjectif particulier des élèves à la notion juridique de droit.
Le règlement intérieur : l'asymétrie des relations maître-élèves
V asymétrie des droits et obligations
Les règlements intérieurs (Ri) des collèges et des lycées diffèrent générale
ment sur un point. La liberté d'association est autorisée dans les lycées mais
non dans les collèges. Hormis cette différence formellement importante, la
lecture des règlements intérieurs de collèges et de lycées montre que l'élève
est défini essentiellement en termes d'obligations. Celles-ci portent notam
ment sur les retards, les absences, la tenue, la conduite, le respect des horair
es, les sanctions en cas de dégradations de matériels ou des manuels
87