36 pages
Français

Les éclats du rire. Le Régiment de la calotte, ou les stratégies aristocratiques de la gaieté française (1702-1752) - article ; n°3 ; vol.52, pg 477-511

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Annales. Histoire, Sciences Sociales - Année 1997 - Volume 52 - Numéro 3 - Pages 477-511
Bursts of Laughter. The Skullcap Regiment or Aristocratic, French Merrymaking Strategies (1702-1752). A. de Baecque.
This study explores the case of a group of laughers which was particularly active during the first half of the 18th century, the Skullcap Regiment. This group, while reaffirming its aristocratic cultural heritage, sought to play the role of jester in the king's court. The Skullcap Regiment also occupies a particular place in the literary scene of the time, fighting against the vulgarity of the farce and the grotesque and opposing the tragedians and the academics in the name of a reasoned and guarded use of laughter. Finally this study focuses on the rituals practiced by this group of merrymakers: initiations, invectives, punitive expeditions; it is by way of this particular ceremony that the group forges an identity: that of bel esprit.
35 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1997
Nombre de lectures 54
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Antoine de Baecque
Les éclats du rire. Le Régiment de la calotte, ou les stratégies
aristocratiques de la gaieté française (1702-1752)
In: Annales. Histoire, Sciences Sociales. 52e année, N. 3, 1997. pp. 477-511.
Abstract
Bursts of Laughter. The Skullcap Regiment or Aristocratic, French Merrymaking Strategies (1702-1752). A. de Baecque.
This study explores the case of a group of "laughers" which was particularly active during the first half of the 18th century, the
Skullcap Regiment. This group, while reaffirming its aristocratic cultural heritage, sought to play the role of jester in the king's
court. The Skullcap Regiment also occupies a particular place in the literary scene of the time, fighting against the "vulgarity" of
the farce and the grotesque and opposing the tragedians and the academics in the name of a reasoned and guarded use of
laughter. Finally this study focuses on the rituals practiced by this group of merrymakers: initiations, invectives, punitive
expeditions; it is by way of this particular ceremony that the group forges an identity: that of "bel esprit".
Citer ce document / Cite this document :
de Baecque Antoine. Les éclats du rire. Le Régiment de la calotte, ou les stratégies aristocratiques de la gaieté française (1702-
1752). In: Annales. Histoire, Sciences Sociales. 52e année, N. 3, 1997. pp. 477-511.
doi : 10.3406/ahess.1997.279581
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1997_num_52_3_279581ECLATS DU RIRE LES
Le Régiment de la calotte
ou les stratégies aristocratiques de la gaieté fran aise
1702-1752
Antoine DE BAECQUE
Récit de fondation
Vers la fin du règne de Louis XIV en 1702 un jour que Torsac des
gardes du corps Aimon portemanteau du roi Saint-Martin des mousque
taires et plusieurs autres officiers se trouvaient réunis ces messieurs firent
mille plaisanteries sur une migraine dont un eux souffrait et proposèrent
apposer une calotte de plomb sur la tête du malade La conversation
échauffa idée en naquit de corriger les urs de combattre par arme
du ridicule les styles alors la mode et ériger un tribunal opposé celui
de Académie Pour mener bien une pareille entreprise il fallait des
troupes éprouvées Aussi ne jugea-t-on pas pouvoir mieux faire que de
créer un régiment où on incorporerait les personnes qui se distingueraient
par extravagance de leurs discours et de leurs actions La conséquence
de ce choix fut que le nom de la nouvelle milice était tout trouvé on la
baptisa Régiment de la
Voici unique récit de fondation du Régiment de la calotte cette société
de rieurs qui un demi-siècle durant allait se signaler par la verve de ses
satires exer ant la police du ridicule au sein de la cour et de la haute
société parisienne2 Ce texte est extrait de VOraison funèbre du général
Aimon Fr publié immédiatement après la mort du fondateur du Régiment
en 1731 Il établit les rites et les lois respectables de notre
Oraison funèbre du général Aimon ler Paris 1732 BN 17183 pp 2-4
Sur le Régiment de la calotte on consultera Léon HENNET Le Régiment de la calotte
Paris 1886 Arthur DINAUX Les sociétés badines bachiques chantantes et littéraires Paris
1867 pp 134-142 II pp 309-314
477
Annales HSS mai-juin 1997 no pp 477-511 LE RIRE
sur le modèle du récit religieux de fondation le lecteur est convié une
introspection rituelle qui tente éclairer les deux motifs centraux de la
société la calotte et le brevet le symbole du rire et son vecteur
La aucune connotation religieuse Elle est plutôt un
révélateur de folie Chape de plomb placée sur la tête du malade ou de
extravagant elle désigne le remède contre esprit qui évapore contre
les humeurs qui égarent loge historique Emanuel de Torsac le
second fondateur du Régiment associe la calotte de plomb la déraison
dessinant le portrait un fondateur fêlé et toqué sur le modèle duquel
le Régiment élu son emblème3 Le brevet est autre signe de recon
naissance calottin Il agit de poèmes une cinquantaine de vers parfois
de petits textes en prose énumérant plaisamment les travers et les ridicules
qui distinguent telle ou telle victime de la satire
Quand le conseil de la calotte explique le premier dialogue de La
journée calottine était informé une personne de quelque condition
elle pût être soit dans une compagnie soit dans un repas était sortie
par quelques discours ou par quelque action hors des règles de la bienséance
ou de la politesse il jugeait cette personne très propre remplir par contre-
vérité un emploi qui eût rapport ce elle avait dit ou fait Et il lui
donnait des Lettres ou Brevets de cet emploi signés et scellés du sceau de
la calotte Lesquels brevets étaient remis des personnes de considération
mais qui devaient être du Conseil pour les porter au nouvel officier en
une joviale sarabande Le nouveau pourvu était obligé accepter emploi
qui lui était déféré il le refusait tout le monde le tournait en ridicule
Par là cet établissement badin mais délicat et poli devint très utile pour
la correction des urs pour obliger chacun observer dans ses discours
et surtout pour former la jeunesse la civilité et la modestie4
Le brevet est un détournement satirique de la lettre patente ce document
qui conférait emploi dignité et privilège dans ancienne France Les Mé
moires pour servir histoire de la Calotte dont cinq éditions augmentées
chaque reprise se sont succédé entre 1725 et 1754 ont réuni deux cents
de ces brevets Ces Mémoires apparaissent comme la source la plus utile5
dans la reconstitution de la vie et des objectifs de cette société de rieurs
une source fondée sur une constante auto-description parodique sur un
autoportrait ironique une source légitimée par un fantaisiste discours sur
loge historique ou histoire panégyrique et caractéristique Emanuel de Torsac mo
narque universel du monde sublunaire généralissime du Régiment de la calotte prononcé au
Champ de Mars et dans la chaire Erasme par un orateur du Régiment sd BN 3475
Journée calottine dialogues sl 1732 BN 17183 pp 3-4
Mémoires pour servir histoire de la calotte Baie Brandmyller 1725 Recueils des
pièces du Régiment de la calotte Paris chez Jacques Colombai imprimeur privilégié du
régiment an de ère calottine 7726 Mémoires pour servir histoire de la calotte
Moropolis chez le libraire de Momus enseigne du Jésuite démasqué 1739 Mémoires...
aux Etats calottins de imprimerie calottine 1752 Mémoires... de imprimerie calottine
1754
478 LE RIRE
faire de leurs pièces un tissu de traits esprit qui avaient souvent
pour seul but de souiller la cape et épée La pasquinade avait plus
aucune vertu ses morsures violentes avaient aigri les esprits On était
accoutumé les traiter de noires calomnies et invectives grossières
Le premier des auteurs visés par cette diatribe et cette volonté épurer
le rire fran ais est Florent Dancourt10 le fou divertissant le maître
de la farce dont les récents succès Le retour des officiers en 1697 puis
surtout Les curieux de Compiègne joué sans interruption entre 1698 et
1702 ont profondément choqué ce milieu de militaires et hommes de
lettres nobles origine du Régiment de la calotte Dancourt dans ses
farces sociales accentuant le ton de la comédie moliéresque renforce la
charge anti-nobiliaire présentant des chevaliers la mode est-à-dire
en pleine dérogeance cherchant redorer leur blason par ignoble mariage
roturier tel ce chevalier de Fourbignac contraint de fréquenter madame
Robin 11 Dancourt rit de ces militaires incapables de gagner une guerre
préférant se chercher querelle et vivre au-dessus de leurs moyens dans la
nostalgie de la tradition La vie de garnison est un réjouissant vaudeville
où la fierté gasconne est déjà devenue un archaïque trait de folklore où le
frivole souci de soi est un travers ridicule où règne obsession une
grandeur sans cesse contredite par la mesquinerie des réactions et appât
du gain La figure des bourgeois et bourgeoises de Paris est pas davantage
épargnée mais elle compte moins au regard des fondateurs du Régiment
de la calotte
Ceux-ci militaires jeunes mousquetaires pour certains entendent réagir
contre ces attaques grotesques 12 réagir par le rire Le projet de la calotte
est stratégique ramener le rire dans le camp de la tradition en épurer les
contours en anoblir les rituels et les savoirs Le Régiment de la calotte se
veut ainsi fer de lance un renouveau de la culture nobiliaire face la
décadence du rire Cette ambition auteur de loge funèbre Aimon
la transcrit en langage convenu
Le degré de politesse et de lumière auquel les Fran ais étaient parvenus
joint au goût dominant de cette nation pour les nouveautés demandait
quelque chose qui ne ressemblât rien de tout ce qui avait paru de grossier
et de dégoûtant Quel heureux moment Quelle favorable conjoncture pour
la création du Régiment de la calotte13
10 On lira de DANCOURT les farces successives Le chevalier la mode Paris 1688
impromptu de garnison Paris 1693 La foire de Besons Paris 1695 La foire Saint-
Germain Paris 1696 Le retour des officiers Paris 1697 Les curieux de Compiègne Paris
1698 Le prix de arquebuse Paris 1707 Le bon soldat Paris 1708 Les uvres de Dancourt
Paris 1818 en cinq volumes sont précédées une Notice sur la vie de Florent Ancour
le fou divertissant et LEMONTEY dans le tome de ses uvres complètes Paris 1840
consacre une partie de ses écrits la carrière du dramaturge
11 Les curieux de Compiègne Paris 1698 BN Yf7108
12 GACON Le poète sans fard si 1698 31
13 Oraison funèbre du général Aimon ler op cit.
480 DE BAECQUE LA CULTURE ARISTOCRATIQUE DU RIRE
soi Donc sujette caution ou du moins récit piégé Au point que le
Régiment apparaisse souvent comme une institution virtuelle pratiquant
ses rites ses alliances et ses défiances dans un univers largement imaginaire
se nourrissant des genres en vogue grâce la parodie et au mime incorporant
des personnages fictifs intégrant fictivement des figures réelles Pourtant
la calotte une existence réelle fait entendre son rire avec éclat prend une
place très concrètement marquée dans espace littéraire et sur la scène
politique même si dans le récit des origines de ce régiment drolatique
peu éléments semblent répondre la question des ambitions littéraires et
politiques du nouveau cercle
Mais le contexte de la création du Régiment de la calotte est éloquent
Au centre une querelle des lettres et au ur des tensions politiques
cette fondation est un moment histoire Le rire et les conditions dans
lesquelles il prend forme fait office de révélateur mettant au jour la crise
profonde de la culture fran aise au début du 18e siècle7 La calotte tente en
effet de préserver une culture du rire elle juge en voie de décadence
cherche sauver les éclats caractéristiques une humeur propre esprit
fran ais tout en prenant une part active dans une des guerres de papier
qui traverse alors la république des Lettres sur le bon et le mauvais rire
sur les mérites respectifs de la farce de la satire et de la comédie La
fondation du Régiment est très directement liée cette querelle littéraire
comme le souligne Oraison funèbre du général Aimon ler
Réfléchissez donc avec moi demande auteur de éloge sur état
auquel se trouvait le monde policé particulièrement sur état auquel se
trouvaient les lettres fran aises Aimon fut appelé cette haute
vocation9
En survolant ce contexte le rhéteur constate tout abord un chan
gement humeur dans les attentes des hommes de lettres lassés des
importunes le ons une sagesse trop austère trop durement enseignée
lassitude qui suscite envie de jovialité Mais cette attente du rire
est selon éloge exploitée et trahie par la pasquinade par irruption
de indécente joyeuseté Le constat est amer
La scène fran aise épurée de son bas comique et de obscénité
de ses commencements cessé être une école de morale qui pût produire
un bon effet les anciennes pièces est tout dire les plus fortes comédies
de Molière ne frappaient plus Et les nouveaux auteurs traitaient tout une
manière indigne pla ant la comédie hors de son rang Ils ne attachaient
Bigarrures calottines IV 1732 23 BN 12861
Cette crise de la culture fran aise été analysée par Reinhart KOSELLECK Le règne de
la critique Paris ditions de Minuit 1979 Dans la première partie de Dire et mal dire
opinion publique au XVII siècle Paris Le Seuil 1992 Arlette Farge pointe également les
phénomènes de ruptures dans la culture apparus autour de 1715-1720
Jean du CASTRE AUVIGNY Observations critiques sur le Temple du goût Paris 1733
15
Oraison funèbre du général Aimon Fr op cit. 24
479 DE BAECQUE LA CULTURE ARISTOCRATIQUE DU RIRE
Le marquis Argenson quant lui connaisseur en bel esprit la
caractérise avec davantage ironie et un certain désabusement au début de
la Régence
art de la plaisanterie fait depuis quelque temps immenses progrès
Ces vers burlesques de Scan-on qui réjouissaient nos pères choquent au
hui notre goût plus épuré La plaisanterie était dans son enfance au
beau siècle de Louis XIV le nôtre est arrivé la perfection dans la bagatelle
Autant sommes-nous déchus dans le genre sublime autant avons-nous
marché dans le frivole14
écriture ca/ort/ne
est au nom du bon rire que combat le Régiment de la calotte Les
fondateurs de la calotte donnent des règles très précises écriture du rire
chaque type de textes parodie de dédicace de brevet de lettre patente
arrêt du Conseil de décret correspond une forme particulière Ainsi le
poème en octosyllabes pour les brevets forme la plus répandue de écriture
calottine introduction des et leur conclusion sont immuables dans
leur formulation chacun commen ant par
De par le dieu porte marotte
Nous général de la calotte
Toujours empli des grands égards
on doit avoir pour ici le nom du breveté
tous achevant par
Sur ce mes chers frères
Le grand dieu de la raillerie
il vous donne joie et santé
La teneur de ces textes est également très codifiée afin éviter les
débordements sarcastiques tant dénoncés Le Régiment inventa une espèce
de critique en forme de raillerie de contre-vérité précise La journée
calottine tout en maintenant ce rire dans une forme très bienséante
Ces poèmes étaient assaisonnés un sel délicat sans mélange aucun
fiel dont la violente amertume pût en corrompre le goût et le rendre
insupportable Le Régiment traita donc ces matières qui ne sont bagatelles
en apparence avec tant de noblesse et agrément elles devinrent
amusement de toute la cour qui ne retentissait alors autre chose Il en
voulait aux vices dont il fut exterminateur15
Tous les textes illustrent cette obsédante purification de la langue et des
esprits le fond du style de la chancellerie marottique est chargé de
14 Cité par Emile RAUNI Chansonnier historique du XVIIIe siècle Paris 1879
LXXXVIII
15 La journée calottine en dialogues op cit. 22
16 Relations du royaume de Canàavia envoyées Mme la comtesse de Z)*** Jovial
chez Le Goguenard 1731 35
481 LE RIRE
morale est émanation une éthique dont le rire doit être le garant Puisque
le brevet est censé ramener chacun la raison la modestie et la décence
ces poèmes satiriques revendiquent la petite forme la pointe émoussée la
finesse plutôt que excès Au point que ensemble des écrivains calottins
tout en se pla ant sous les auspices du dieu de la folie se réclament une
forme supérieure de sagesse La lettre un rat calottin au sujet de histoire
des chats revendique hautement ce statut observateur attentif critique et
moral des urs du temps est un idéal policé que ce rat professe
et une éducation soignée il défend Le rire formé le goût et
rendu assez joli rat précise-t-il apprends raisonner parler je suis
un rat philosophe conclut-il après avoir fait le détail des séances
joyeuses des états de la calotte17 enjouement dont se réclame ce
texte calottin définit une qualité particulière de la civilité de honnêteté18
un savoir érudit du rire associé une écriture en bagatelle l9 est-à-
dire un style frivole conforme au bon goût ce que le premier dialogue de
La journée calettine qualifie aimable flux de bouche Toutes ces
qualités du calottin sont résumées en une figure modèle honnête homme
du rire se dénomme lui-même le bel esprit 20 Ce qualificatif revient très
souvent sous la plume des écrivains calottins Il agit une certaine
manière un coup de force conceptuel et lexical en effet tout au long
de la seconde moitié du 17e siècle le bel esprit est suspect de pédanterie
de prétention voire de ridicule définition moliéresque encore illustrée avec
ironie par le chancelier Aguessau
Penser peu parler de tout ne douter de rien habiter que le dehors
de son âme et ne cultiver que la superf cie de son esprit exprimer
heureusement avoir un tour imagination agréable une conversation légère
et délicate être né avec le talent une conception prompte et se croire par
là au-dessus de la reflexion est une faible peinture de ce il plaît
notre siècle honorer du nom de bel esprit21
Cette idée et cette expression sont au ur des débats du moment Et
les calottins tentent en réhabiliter le sens au point en venir identifier
leur rire la manifestation supérieure du bel esprit est très exactement
ainsi que le comprend loge historique Emanuel de Torsac dans sa
17 Lettre un rat calottin Citron Barbet au sujet de histoire des chats par de
MONTGRIF PLANTA VIT de la PAUSE] chez Maturin Lunard imprimeur et libraire du Régiment
de la calotte avec approbation et privilège de Etat major du Régiment 1727 23
18 La question de honnêteté et du bel esprit peut être remise en perspective grâce
deux ouvrages Maurice MAGENDIE La politesse mondaine et les théories de honnêteté en
France Paris PUF 1925 Jean-Jacques DENS honnête homme et la critique du goût
Esthétique et société au XVI siècle French Forum Publishers 1970 On se reportera également
article de Dominique Bertrand Du bon usage du rire et de la raillerie selon le discours
de la civilité en France au XVIIe siècle Savoir vivre Cesura Lyon dition 1990
19 Lettre un rat calottin op cit.
20 On se reportera au portrait du Bel esprit tel que le propose la préface au Dictionnaire
néologique usage des beaux esprits Paris 1726 BN 14018 par abbé Desfontaines]
21 RAUNI Chansonnier historique op cit. LXXXV
482 DE BAECQUE LA CULTURE ARISTOCRATIQUE DU RIRE
relation de la mort du rieur Celui-ci est déjà plus un corps emporté
par la maladie desséché décomposé mais son bel esprit reste entier
au bout agrémentant agonie de bons mots et de réflexions
plaisantes
Son corps disparut avant même la mort Il en resta si peu inhumer
que il fut mort quelques jours plus tard la terre indigne de le posséder
eût acquis de ce grand homme que le souvenir de son nom Cependant
son bel esprit veilla ce trépas aussi longtemps il le put lan ant ses
traits riant de tout donnant le modèle une inestimable vertu
Le Régiment de la calotte est composé de deux groupes bien distincts
réunis et séparés tout la fois par le texte des brevets un côté les
beaux esprits qui les écrivent de autre les victimes qui les re oivent
Les premiers constituent le Régiment réel les calottins effectifs les seconds
le Régiment imaginaire incorporés par contre-vérité 22 dans la société
des rieurs brevetés pour leurs prétentions et leurs travers Le premier
groupe est cependant plus complexe il ne se présente lui-même dans
ses auto-célébrations rituelles car il semble clairement divisé en deux entités
distinctes ceux qui détiennent et définissent institution calottine par la
cérémonie du rire les fondateurs du Régiment militaires enjoués et
cultivés ceux qui écrivent les brevets hommes de lettres satiriques et
brillants Il semble en effet que les strictes règles emblée conférées au
rire calottin aient très rapidement professionnalisé écriture des textes
du Régiment éloge de la joyeuseté décente la culture du bel esprit la
versification contrôlée ont vite offert le rire calottin aux lettrés seules
plumes habilitées illustrer et le défendre Les militaires fondateurs de
cette société aristocratique ont ainsi cherché et trouvé alliance un
groupe littéraire engagé dans la querelle des Lettres celui des divins
abbés 23 comme on les appelait alors défenseurs de la comédie face la
tragédie du néologisme face la tradition académique de la bagatelle face
la farce Cette alliance entre une société nobiliaire et une société de lettrés
est sans doute la condition première du rire calottin
Les auteurs calottins forment en effet un groupe assez identifiable dans
espace littéraire fran ais du début du 18e siècle Au nombre une dizaine
ils disent se retrouver régulièrement dans les cafés proches de Opéra
comique pour rédiger les brevets de la calotte24 Leurs activités ne se
résument pas ces vers calottins autant que ces derniers demeurent
anonymes et autres textes satiriques ont prouvé leur réputation est
22 Première séance des tats calottins chez Momus aux états de la lune an calottin
7724 BN Y2 48866 11
23 On trouvera la dénomination de divins abbés ainsi que quelques commentaires sur
ce groupe littéraire dans les Mémoires au duc de Villars La Haye 1735 III pp 213-217
textes réunis par Plantavit de la Pause proche de et calottin lui-même]
24 Le carnaval du Parnasse ballet héroïque aux dépens de Académie fran aise par
Fuzelier] BN Yf699p 15
483 LE RIRE
par exemple anti-Rousseau qui fait connaître abbé Fran ois Gacon25
père de Oratoire puis prieur de Bâillon auteur une cinquantaine de
brevets au début de la Régence De même Guillaume Plantavit de la Pause26
abbé de Margon acquis sa réputation de plus caustique des hommes
au cours de ses démêlés avec les jésuites auteur du Jansénisme démasqué
en 1715 est en effet retourné contre ses alliés de la veille pour les attaquer
avec une grande verve dès automne de la même année abbé de Gré-
court27 lui aussi acquis une certaine célébrité au cours des querelles
religieuses du moment en publiant Le Philotanus en 1720 Pierre Charles
Roy28 poète lyrique rencontré le succès avec son Ballet des léments
joué en 1725 succès beaucoup plus conséquent que ses brevets calottins
adressés aux hommes de lettres visés par le Régiment Voltaire Fontenelle
ou Crébillon Opéra comique est pas seulement le lieu de rendez-vous
des écrivains calottins il est également souvent leur gagne-pain Mis part
Roy on connaît en effet quatre autres auteurs de brevets ayant été joués
sur la scène de Opéra comique Desfontaines29 Böse du Bouchet30 mais
surtout Louis Fuzelier31 auteur du Carnaval du Parnasse et Alexis Pir n32
créateur de école des Pères pièce de 1733 au succès considérable Ces
deux derniers sont deux auteurs attitrés de Opéra comique protégés et
rétribués la saison par son directeur Denis Francisque Le dernier auteur
calottin important est aussi le protecteur le plus influent du Régiment le
comte de Maurepas un des principaux ministres du Régent puis de
Louis XV Comme tous les satiristes ce groupe mauvaise réputation ni
les gazettes du temps ni les notices des dictionnaires littéraires ne rendent
hommage Gacon Margon Roy Grécourt Desfontaines Fuzelier ou même
Pir pourtant le plus connu entre eux surtout grâce son uvre
badine et érotique Cependant 1715 et 1750 ce groupe de poètes
25 Fran ois GACON Nouvelles satyres contre les femmes 1695 Discours satyrique 1696
Le poète sans fard 1698 Homère vengé 1715 Le journal satyrique intercepté 1719 Le
secrétaire du Parnasse 1723
26 Guillaume PLANTAVIT de la PAUSE Le Jansénisme démasqué 1715 Politique et intrigue
des jésuites 1716 Première séance des états calottins 1724 Lettre un rat calottin 1727
Réponse un rat un chat 1728
27 Jean Baptiste Joseph WILLART de GR COURT Les Rillons-Rillettes ou la bulle Unigenitus
1727 Histoire véritable et divertissante des rieurs de ce siècle 1735 Maranz.akiniana 1738
28 Pierre Charles ROY Le carnaval et la folie 1717 Le Palais Royal divertissement
1719 Momus philosophe le jour de sa majorité 1727 Le ballet des sens 1732 Apologie
des auteurs censurés 1733 Amusements lyriques 1750
29 Pierre Fran ois GUYOTDESFONTAINES Les sentiments un spectateur 1723 Justification
du bel esprit fran ais 1726 Dictionnaire néologique usage des beaux esprits 1726 Les
amusements de Burl de la Busbaquerie 1731 Lettres sur histoire des rats 1732 Lettres
sur histoire des chats 1732 Le nouvelliste du Parnasse 1733 Amusements historiques
1735 esprit de abbé Desfontaines 1757
30 Bose du BOUCHET La journée calettine dialogues 1732 Le Conseil de Momus et la
revue de son Régiment poème calottin 1734
31 Louis FUZELIER Momus exilé 1725 Momus fabuliste 1727 Discours sur les parodies
1731 Le carnaval du Parnasse 1749
32 Alexis PIR Le chiffonnier du Parnasse 1732 Les deux tonneaux 1744 Le temple
de mémoire 1744 La Ramée et Dondon 1748 origine des puces 1751 Piromana ou
recueil des aventures plaisantes de Pir 1761
484 DE BAECQUE LA CULTURE ARISTOCRATIQUE DU RIRE
turlupins 33 comme ils aimaient se nommer auteurs de près une
centaine ouvrages satiriques contribué cerner les contours du bel
esprit forgeant même sur le contre-modèle de Académie fran aise un
dictionnaire son propre usage placé sous la direction de abbé Desfon
taines le Dictionnaire néologique usage des beaux esprits
Le rire dans la querelle des lettres
Ce groupe littéraire réuni par écriture des brevets calottins le plus
souvent collective même si chacun possède sa spécialité 34 prend très
régulièrement position dans les querelles qui agitent alors les lettres fran
aises On peut même avancer que cette prise de parole est un des enjeux
prioritaires des calottins conférant au Régiment une identité et une fonction
priori il ne revendiquait pas Il agit intervenir au nom du rire pour
juger les principaux acteurs du débat littéraire Cette intrusion rime le plus
souvent avec effusion car elle se déroule sur le mode de la satire ouvrant
son chemin avec une certaine violence même si le rôle de la calotte consiste
conserver le rire dans les limites de la décence Les auteurs calottins ont
ailleurs aimé mettre en scène sous forme allégorique leurs grandes et
petites entrées 35 dans la république des Lettres un eux construit par
exemple un dialogue sur opposition entre Moriphiles les amis de la
marotte et Antimomes les ennemis de Momus) bataille entre rieurs
et rhéteurs entre le calottin qui réclame le droit de créer des langues et
de forger des mots droit qui nous est accordé par Momus 36 et deux
sévères défenseurs de la tradition du sérieux littéraire auteur de tragédies
une part empreint une sécheresse dogmatique devenu dans le dia
logue un squelette de raisonnement enseveli du drap mortuaire érudit
sourcilleux autre part littérateur de dictionnaire tyran des langues
vivantes qui prend le droit de vie de mort et de résurrection sur tous les
mots de la langue fran aise On reconnaît là les deux adversaires privi
légiés du rieur calottin sur la scène littéraire le tragédien et acadé
micien fran ais adversaires que le Régiment prend assaut par
intermédiaire de ses brevets sur le dos desquels prolifèrent les rimes et
les satires rencontrer un vrai succès auprès du public Face au genre
tragique face Académie les calottins en appellent donc une autre
reconnaissance celle du public et la légitimité du rire leurs yeux est
fondée sur une nouvelle dynamique celle de la multiplication des ouvrages
satiriques et de leur succès
33 Les divertissements de Carnaval au mandarinat de abbé G*** 1738 BN Ln27 18296
35
34 Il semblerait que les quatre principaux poètes calottins orientent ainsi leurs productions
brevetées Roy les querelles littéraires Margon les disputes religieuses Gacon les affaires
de la cour et de la ville Pir les éloges funèbres et les règlements internes au Régiment
35 Le Conseil de Momus et la revue de son Régiment poème calottin au Palais de Momus
1734 BN Ye 12249
36 Dialogue du Parnasse chez le concierge de Académie sd BN Ye 12431 79
485