13 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Les entreprises agro-alimentaires en Bretagne, en 1991 - article ; n°1 ; vol.152, pg 449-460

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
13 pages
Français

Description

Norois - Année 1991 - Volume 152 - Numéro 1 - Pages 449-460
RÉSUMÉ
Première région en France avec 12% des effectifs nationaux et une croissance toujours notable de l'emploi (+ 15 % entre 1985 et 1990), la Bretagne agro-alimentaire est présentée à travers un tableau des principales entreprises, leurs caractéristiques actuelles et leurs mutations essentielles, réparties en trois familles, les groupes coopératifs, les entreprises privées d'origine régionale, les groupes extérieurs.
ABSTRACT
Brittany as an agricultural region leads in employment (12 % of the national food-processing labour force) and job opportunities (+ 15% between 1985 and 1990). The region is presented in tabulated form, showing current facts and figures and briefly describing major companies, classified as co-operative groups, regional private and non-regional groups.
12 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1991
Nombre de lectures 143
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Exrait

Corentin Canévet
Les entreprises agro-alimentaires en Bretagne, en 1991
In: Norois. N°152, 1991. Octobre-Décembre 1991. pp. 449-460.
Résumé
RÉSUMÉ
Première région en France avec 12% des effectifs nationaux et une croissance toujours notable de l'emploi (+ 15 % entre 1985 et
1990), la Bretagne agro-alimentaire est présentée à travers un tableau des principales entreprises, leurs caractéristiques
actuelles et leurs mutations essentielles, réparties en trois familles, les groupes coopératifs, les entreprises privées d'origine
régionale, les groupes extérieurs.
Abstract
ABSTRACT
Brittany as an agricultural region leads in employment (12 % of the national food-processing labour force) and job opportunities
(+ 15% between 1985 and 1990). The region is presented in tabulated form, showing current facts and figures and briefly
describing major companies, classified as co-operative groups, regional private and non-regional groups.
Citer ce document / Cite this document :
Canévet Corentin. Les entreprises agro-alimentaires en Bretagne, en 1991. In: Norois. N°152, 1991. Octobre-Décembre 1991.
pp. 449-460.
doi : 10.3406/noroi.1991.6397
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/noroi_0029-182X_1991_num_152_1_63971991, Poitiers, t. 38, n° 152, p. 449-460 Norois,
LES ENTREPRISES AGRO-ALIMENTAIRES EN BRETAGNE EN 1991
par C. CANEVET
Université de Rennes II - 6, avenue Gaston Berger - 35043 Rennes Cedex
RÉSUMÉ
Première région en France avec 12% des effectifs nationaux et une croissance
toujours notable de l'emploi (+ 15 % entre 1985 et 1990), la Bretagne agro-aliment
aire est présentée à travers un tableau des principales entreprises, leurs caractéris
tiques actuelles et leurs mutations essentielles, réparties en trois familles, les groupes
coopératifs, les entreprises privées d'origine régionale, les groupes extérieurs.
ABSTRACT
Brittany as an agricultural region leads in employment (12 % of the national
food-processing labour force) and job opportunities (+ 15% between 1985 and
1990). The region is presented in tabulated form, showing current facts and figures
and briefly describing major companies, classified as co-operative groups, regional
private and non-regional groups.
Le modèle agricole breton à forte intensification animale est à l'origine d'une
puissante industrie agro-alimentaire. Avec 12% des emplois nationaux, la Bretagne
est la première région agro-alimentaire du pays et devance l'Ile-de-France, dès lors
que l'on prend en compte la localisation des établissements et non le lieu d'implan
tation des sièges sociaux des entreprises. Fin 1990, l'I.N.S.E.E. évalue le nombre
d'emplois dans la région Bretagne à 54500, soit 10,5% des emplois nationaux (y
compris la boulangerie-pâtisserie et la charcuterie-salaison artisanale). Le S.C.E.E.S.
(Ministère de l'agriculture), dont le champ est plus restrictif (emplois salariés
permanents des établissements d'au moins 10 salariés) avance le chiffre de 45 400
salariés en 1989, soit 12,2% des effectifs nationaux. Le tableau statistique (n° 1)
synthétise l'évolution des effectifs salariés (champ INSEE) de 1962 à 1990, aux
niveaux des départements et de la région, tandis qu'un second tableau (n° 2)
précise les groupes agro-alimentaires bretons au chiffre d'affaires supérieur à 200
M. F. en 1989. Quelles sont les entreprises agro-alimentaires importantes en 1991
et leurs caractéristiques essentielles? Malgré la multiplication des imbrications de
capitaux et des partenariats entre de statut différent (1), la différenciation
la plus fondée demeure la distinction entre entreprises coopératives, entreprises
privées bretonnes et entreprises d'origine extérieure (capitaux régionaux, nationaux,
étrangers). La part de ces trois familles de capitaux dans l'activité agro-alimentaire
régionale est relativement comparable, puisqu'on peut estimer le poids du secteur
coopératif au tiers du chiffre d'affaires global, celui des entreprises privées régionales
entre 35 et 40 %, le capital extérieur contrôlant environ 30 % de l'activité.
I. — LES GROUPES COOPÉRATIFS
— UNICOPA, principal groupe agro-alimentaire, en particulier par ses effectifs
industriels, représente 3700 salariés, dont près de 3000 dans le secteur industriel, et
(1) Voir Canévet (C), 1950-1990. Quarante ans de révolution agricole et agro-alimentaire
en Bretagne, Rennes, Institut culturel de Bretagne, 1991, 296 pages. C. CANEVET 450
un chiffre d'affaires de 6,5 milliards de francs. Son activité est particulièrement
importante dans le domaine laitier (33 % du C.A., 750 millions de litres par an, 3
usines à Carhaix, Guingamp et Loudéac, marque Rippoz), en volailles de chair
(21 % du C.A., 3e groupe national, 5 établissements à Languidic, Saint- Jean-
Brévelay, Plouay, Pontivy et Saint-Nicolas-du-Pélem), en surgélation de légumes
(plus de 50000 tonnes, à Gourin et Saint-Caradec), en fabrication d'aliment du
bétail (840000 tonnes en 1990, à Languidic, Guingamp, Cast et Vannes + les deux
établissements plus modestes de Dynal et de Sével), enfin dans la charcuterie-
salaison (Charcuterie de Brocéliande à Bécherel et salaisons Trouillet à Pau). Les
autres activités sont menées à partenariat avec d'autres entreprises coopératives ou
privées, avec participation minoritaires : l'abattage porcin au sein de Olympig, le
conditionnement des œufs en association avec la société Caradec à Hénansal, le
plant de pommes de terre avec la société Clause au sein de Germicopa dans le
centre-Finistère. Les coopératives de base, au nombre d'une vingtaine dans les
années 1960, se réduisent actuellement à six à la suite de restructurations progress
ives : la Coopérative agricole du Morbihan, Celtavel dans le centre du Finistère,
le Trieux pour l'ouest des Côtes-d 'Armor, Sevel dans le Nord-Finistère, Dynal
(Dynamiques alimentaires) pour la région de Loudéac, enfin l'U.K.L. (Union
Kergonan-Languidic) dans le secteur sud-ouest du Morbihan (et pour mémoire la
modeste Coparl, coopérative agricole de la région de Loire, dans la zone nantaise).
— COOPAGRI-LANDERNEAU, avec un chiffre d'affaires pour l'ensemble du
groupe légèrement supérieur à celui d'UNICOPA (7 milliards de francs) et un
effectif salarié total de l'ordre de 2800, représente cependant une dimension agro
alimentaire, en termes de transformation industrielle, nettement plus faible, de
l'ordre de 1300 emplois. L'activité la plus caractéristique de Landerneau se situe en
effet au niveau de l'approvisionnement des exploitants (« magasins verts », matériel
agricole, engrais, etc.) et de la collecte des «produits du sol», notamment les
céréales (2 millions de quintaux). L'activité proprement industrielle, à l'exception
de la surgélation de légumes (55000 tonnes à Loudéac et Landerneau) et de la
majeure partie de la fabrication d'aliment du bétail (un potentiel de l'ordre de
800 000 tonnes, à Coat-Conq, Plouagat, Pontivy et Rennes), est réalisée surtout en
association avec des partenaires : Ploudaniel (transformation laitière à Landerneau
et fabrication d'aliment à Lopérhet), la Socopa (abattage porcin à Châteauneuf-
du-Faou et bovin à Guingamp), le groupe hollandais CEBECO (ovoproduits à
Langueux), la société Mas d'Auge (conditionnement des œufs à Guingamp), En
tremont (fabrication d'emmental à Yffiniac), Bourgoin (abattage de volailles à Bignan).
— La CECAB, avec un chiffre d'affaires de 4 milliards (filiales comprises) et
2050 salariés dont près de 1500 dans le secteur industriel, est le second groupe
national en matière de légumes de conserve derrière Bonduelle (220000 tonnes
avec le groupe C.G.C., Compagnie générale de conserve, à participation majoritaire
de la CECAB, et les usines de Locminé, Lanvénégen, Pont-Aven, Lille, Orléans,
Roissy, Villeneuve-sur-Lot, complétées par le rachat récent de la société Pény, de
Saint-Thurien, à un groupe britannique) et d'ovoproduits (société ABCD-Avicole
bretonne Cecab Delaunay à Ploërmel). A cela s'ajoutent une fabrication d'aliment
du bétail (Saint-Allouestre) et de légumes surgelés, un atelier de découpe de volailles
(Sodibel, Société de découpe industrielle du Belon, à Riec-sur-Belon) et une parti
cipation à la coopérative laitière de Pont-Scorff (LORCO) ainsi qu'à l'abattoir
porcin Olympig.
— La COOPERL, au chiffre d'affaires de 3,5 milliards, compte 1200 salariés. Ie
entreprise française d'abattage de porcs avec quelque 2,6 millions de têtes abattues
par an à Lamballe et à Montfort-sur-Meu (215 000 tonnes), la coopérative s'intéresse LES ENTREPRISES AGRO-ALIMENTAIRES EN BRETAGNE EN 1991 45 1
IMPLANTATIONS INDUSTRIELLES
DE POOPAGRI-LANDERNEAU
Aliment du bétail :
O en propre
0 en association avec Ploudaniel
Usines laitières :
0 participation 50 %
0 particip. minoritaire
y^ Surgelât ion de légumes
Abattage-découpé :
2^ bovins
#\ porcins
/\ charcuterie-salaison
^^ volailles (minorit.)
0 conditionnement d'oeufs
ovoproduits Stations d'ensachage d'engrais A'_\ Abandons d'activités durant
les 10 dernières années
IMPLANTATIONS INDUSTRIELLES
DU GROUPE UNICOPA
MORLAIX : siège social
□ Aliment du bétail
Usines laitières :
W usines du groupe ©Rippoz (Savoie)
▲ Sédov (Vendôme) © filiales majoritaires
A Dupas (Rung is) Abattage-découpé : A salaisons Trouillet A volailles (Basses-Pyrénées)
A porcins
A bovins
û charcuterie-salaison
V conditonnement d'oeufs
y+ Surgelât ion de légumes
«Jf Centre de sélection de pommes de terre
'Y Suppressions récentes
]»■•' ' ' ' 'coop, sociétaire ■•♦ Etablis»!— nts industriels hors Bretagne à contrôle pa r | majoritaire UNICOPA ' coop, absorbées 452 C. CANEVET
Tableau 1 - EVOLUTION DU NOMBRE DE SALARIES DANS L'INDUSTRIE
AGRO-ALIMENTAIRE , 1962-1990 (INSEE) .
1962 1975 1980 1985 décl990 Taux d'évolution
75-90 85-90
COTES D'ARMOR
3.955 4.850 5.600 6.200 +56.7% +10,7% .ind.de la viande et du lait - 3.624 .autres LA A 2.460 2.800 3.542 +47,3 +2.3
.total salariés I.A.A 2.277 6.415 7.650 9.142 9.824 +53.1 +7,4
27,38 32,89 35 .en % des salariés de l'indu. 23,08
.en % des totaux 2,70 5,20 5,92 6,91 7,17
FINISTERE
.ind.de la viande et du lait 4.265 5.430 7.589 8.728 +104,6 +15
10.055 9.120 8.923 8.911 -11.4 -0.13 .autres I.AA
.total salariés I.A A 11.449 14.320 14.550 16.512 17.639 +23.2 +6,8 - .en % des salariés de l'indu. 28,50 29,57 34,36 36
6,64 7,29 7,58 .en % des totaux 7.25 6,85
ILLE-et'VILAINE
4.785 5.205 7.116 8.605 +79,8 +20,9 .ind.de la viande et du lait - .autres I.AA 3.240 3.830 4.350 4.451 +37,4 +2,3
.total salariés I.A.A 3.849 8.025 9.035 11.466 13.056 +62,7 +13,8
.en % des salariés de l'indu- 19,30 14,62 16,40 19,49
.en % des totaux 2,80 3.92 4,06 4,69 4,89
MORBIHAN . .ind.de la viande et du lait 4.785 5.745 7.610 8.531 +78,3 +12,1
., .autres LA A. 4.080 4.995 5.344 5.489 +34,5 +2,7
.total salariés I.A.A 3.694 8.865 10.740 12.954 14.020 +58,1 +8,2 . 24,66 29,51 32,84 33 .en % des salariés de l'indu.
.en % des totaux 3.70 6.23 7,11 8,04 8,19
REGION
32.064 Jnd.de la viande et du lait 17.790 21.230 27.915 +80,2 +14,9
.autres I.A.A 19.835 20.745 22.159 22.475 +13,3 +1,4
21.265 37.625 50.074 54.539 +45 +8,9 .total salariés I.AA 41.975 22,24 .en % des salariés de l'indu. 24,89 28,76 29,24(*) .en % des salariés totaux 4,42 5,54 5,81 6,55 6,75(**)
(Source : INSEE)
(*)% de l'emploi agro-alimentaire au sein du secteur industriel français en déc.1990 = 1 1,33% .
(**)% de par rapport à l'emploi total salarié en France en déc. 1990 = 2,83%
TAB. 2 -LES PRINCIPAUX GROUPES AGRO-ALIMENTAIRES BRETONS EN 1989
Chiffre d'affaires (tup. à 200 M. F) et nombre de salariés
M Sal. M Sal.
GUYOMARC'H, Vannes 7846 6241 TILLY-Bourgoin, Guerlesq. 910 557
COOPAGRI, Landerneau 7086 2820 SAINT-YVI. Rosporden 843 450
UNICOPA, Morlaix 6634 3704 L.N. ARGUENON, Créhen 775 190
CANA, Ancenis 5696 2932 CQLARENA. Nantes 565 90
BRIDEL, Bourgbarré 5555 2540 534 635 ONNO, Pontivy
DOUX, Châteaulin 3716 3310 BVB-LEVESQUE, Blain 495 136
COOPERL, Lamballe 3584 1147 COLIV, St-Méen-le-Grand 481 349
3447 PROPR. RÉUNIS, Rosporden GLON, Pontivy 968 449 474
EVEN. Ploudaniel 3411 1500 SILL, Plouvien 441 160
CECAB. Vannes 3187 2058 CHAPIN, Rennes 380 97
S.V.A., Vitré 3130 1055 STALAVEN, St-Brieuc 376 619
SAUPIQUET, Nantes 2559 2116 TIPIAK, St-Aignan-Grandl. 359 411
KERMENÉ, Collinée 1939 800 LAIT. ST-MICHEL, St-Brice 334 224
BIGARD, Quimperlé 1759 982 317 VOILLET, St-Philbert-Gr. 224
ARCO. Rennes 1636 148 NEOLAIT, Yffiniac 296 474
SOVIBA. Ancenis 1462 467 290 234 TRIBALLAT, Noyai/Vilaine.
GOUESSANT. Lamballe 1316 549 CAUGANT, Rosporden 237 379
GAD, Lampaul-Guimiliau 1247 638 RANOU, Quimper 234 259
GUERIN, Trémorel 1060 280 S.A. GUIDEL, Guidel 234 124
SICA KERISNEL, St-Pol PENY-CGPA, St-Thurien 233 240 1000* 1050 415* 140 CAR, Cesson-Sévigné GOUBIN, Plouguenast 211 228
BERNARD-FLOC'H, Moréac 953 567 AMICE-SOQUET. Lanrelas 221 164
Noms soulignés = Coopératives. ' = Estimations.
(Sources : Le Nouvel Economiste, L'Entreprise.) LES ENTREPRISES AGRO-ALIMENTAIRES EN BRETAGNE EN 1991 453
Relations inter-entreprises
Q_ — union laitière EVEN
A — abattoir porcin Olynpi
A... groupe avicole Matines
LE GROUPE COOPERATIVE LAITIERE
DE PLOUDANIEL
Ploudaniel
SOE Brest
Usines laitières:
9 usine du groupe
Q filiale r.r-.nimune avec CAB
O union EVEN
A Abattoir bovins /OPont-Scorff A volailles n i I Richard Hennebont A Charcuterie-salaison
O Aliment du bétail
^ Conditionri^iifjnt d'o«ufs
vVt levage de saumons
LE GROUPE U.L.N. EN BRETAGNE
/' ^\ Loudéac Montauban Fougères ^^
Usines laitières :
9 coopératives
@ filiales Préval-NégobeureuT Redon •• D Aliment du bétail
A Viande bovine
.....•' Négobeureuf 0A Cessions d'unités industrielles
O/\ Fermetures 454 C. CANEVET
également à la transformation de la viande (salaison OUevier) et à la fabrication
d'aliment (reprise de deux établissements à Vitré et à Gorron en Mayenne).
— Le groupe EVEN-Ploudaniel, avec un chiffre d'affaires de 3,4 milliards et
1500 salariés (y compris les trois coopératives laitières affiliées, Plancoët, Lanfains
et Pont-Scorff), longtemps cantonné dans la seule transformation laitière, s'est
orienté vers une large diversification : tout d'abord l'élevage de veaux de boucherie
à partir de l'aliment d'allaitement fabriqué par l'entreprise (Ie producteur national
et abattage des veaux à Brest, Société Ouest-élevage, à Lamballe, Société des
viandes du Penthièvre, et à Villeneuve-sur-Lot, société Tabouriech), puis l'alimen
tation animale (en partenariat avec Landerneau, mais également de façon autonome :
établissement Richard àHennebont), la charcuterie-salaison (reprise de Beg-avel à
Brest, Le Meur et Le Vern à Landivisiau, Charcuterie de l'Arrée à Brennilis, sous
la marque commune Kerguelen), l'abattage de volailles (rachat de l'abattoir Plassart
de Plounéour-Ménez, puis de l'abattoir Le Clézio à Trevé), enfin l'élevage industriel
du saumon dans des barges au large de la baie de Morlaix (société Salmor).
— Le Gouessant, au chiffre d'affaires de 2 milliards, compte 900 salariés et a
acquis une position importante dans trois domaines : la fabrication d'aliment du
bétail (700000 tonnes en 1990, à Lamballe et Montauban-de-Bretagne), le condi
tionnement des œufs (plus de 400 millions d'œufs, 2e rang sur le plan national,
centres de conditionnement à Lamballe et Louhans, en association avec le groupe
Mas d'Auge au sein de la Générale de l'œuf) et plus récemment les volailles de
chair (410 salariés, établissements à Janzé, Trémorel, Saint-Carreuc ; prise de
participation à hauteur de 50 % dans la société espagnole Callis, second transfo
rmateur de volailles du pays).
— Les autres coopératives à activité industrielle notable réalisent un chiffre
d'affaires nettement plus modeste. Citons cependant la coopérative de Saint- Yvi -
Cornouaille, qui avec 450 salariés, gère quatre établissements industriels (trois
conserveries de légumes et une salaison) (2), la C.A.R. avec son usine laitière de
Cesson-Sévigné et la coopérative de l'Argoat à Guingamp qui, aux activités de
production (porcs, gros bovins et veaux) et de conditionnement (160 millions
d'œufs, conditionnement de légumes et pommes de terre à Pédernec), ajoute la
fabrication d'aliment du bétail (plus de 300000 tonnes à Plouisy, Landivisiau et
Saint-Caradec-Trégomel dans le Morbihan). La liste des groupes agro-alimentaires
bretons au chiffre d'affaires supérieur à 200 millions en 1989 mentionne trois
autres coopératives : le groupe ARCO, résultat de la fusion de divers groupements
de producteurs d'IUe-et- Vilaine (SIBAR, COPAVIT, CAPREM) et de Loire-At
lantique (SEVAL), représente une activité importante en production bovine et
porcine mais ne gère pas d'outil de transformation. Il en est de même pour la
Société d'initiative et de coopération agricole SICA KERISNEL de Saint-Pol-de-
Léon qui gère le marché aux légumes (3). Quant à la COLIV de Saint-Méen-le-
(2) La coopérative de Saint- Yvi Cornouaille constitue un exemple intéressant de coopérative
polyvalente locale dynamique, avec ses trois conserveries de légumes produisant 75000
tonnes, sa charcuterie industrielle de Salaisons du Jet, une collecte de lait transformé par la
coopérative LORCO à Pont-Scorff, 5 200 ha de légumes, 20000 tonnes de collecte de céréales,
4000 tonnes de plants de pommes de terre, 9000 bovins commercialisés, une usine de
déshydratation de fourrages qui conditionne 15000 tonnes de luzerne.
(3) La SICA-Kérisnel est cependant partie prenante dans deux entreprises industrielles qui
prolongent le marché au cadran, le C.B.A. (Comptoir breton de l'artichaut), 140 salariés, qui
fait de la surgélation de légumes, la S.B.L.P. (Société bretonne de légumes préparés), 50
salariés, qui conditionne des légumes de 4e gamme. ENTREPRISES AGRO-ALIMENTAIRES EN BRETAGNE EN 1991 455 LES
Grand, depuis la cession par l'U.L.N. de l'établissement de fabrication d'emmental
à la société Entremont, la coopérative n'a plus de personnalité industrielle.
II. — LES GROUPES PRIVÉS RÉGIONAUX
De la petite minoterie du début des années 1950 au groupe Guyomarc'h de 1990
fort de ses 6200 salariés et de son chiffre d'affaires voisin de 8 milliards de francs,
leader national en matière de fabrication d'aliment et dans la filière dindes, le
chemin parcouru est considérable. En 1954 est créée la première usine d'aliment à
Vannes et constituée la S. A. Jean Guyomarc'h ; puis le premier abattoir de poulets
en 1956, à Vannes également. Le groupe renforce progressivement ses positions en
alimentation animale (une usine à Brest au début des années 1960, puis à Plouagat,
à Questembert, etc.) et s'oriente vers la transformation de la dinde (Père Dodu à
Malansac). En 1972, Guyomarc'h représente 1600 salariés, 600000 tonnes d'aliment,
dont 45% produits hors de Bretagne. En 1980 la société L. Dreyfus prend le
contrôle majoritaire de l'affaire. En 1990, Guyomarc'h se compose de quatre
divisions :
. Guyomarc'h nutrition animale qui représente environ 15% de la production
nationale, soit 1 200 000 tonnes en Bretagne (dans ses usines de Questembert,
Plouagat, Plounérin et Louvigné-du-Désert) et 2400000 t. hors région;
. Maleina, produits alimentaires à base de volailles : poulet, dinde, canard, foie
gras, plats cuisinés; les sites industriels sont tous concentrés sur le centre-est du
Morbihan : Vannes, Sérent, Locminé, Malansac, Pleucadeuc, Trédion ;
. Royal Canin, aliment pour animaux de compagnie, dont les établissements
sont localisés hors de Bretagne ;
. Diana, division des ingrédients alimentaires naturels, qui fournit des produits
intermédiaires pour l'alimentation, la pharmacie, la cosmétique : Société de protéines
industrielles à Berric, Compagnie alimentaire pleucadienne, Bretagne-chimie fine,
Arômes de Bretagne à Antrain.
A cela s'ajoutent les activités internationales : alimentation animale et abattage
de volailles au Brésil (la Socil), entreprises de séparation mécanique des viandes
(Allemagne, Grande-Bretagne), une présence industrielle également au Canada,
aux Etats-Unis, au Mexique, en Côte-d'Ivoire, en Indonésie, en Espagne, en Suisse.
Avec quelque 3000 salariés implantés sur une aire qui représente le tiers environ
du département, Guyomarc'h est jusqu'en 1990 le groupe industriel morbihannais
par excellence.
— Bridel est en quelque sorte l'équivalent de Guyomarc'h pour l'Ille-et-Vilaine
et, comme ce dernier, quitte le premier plan de la scène agro-alimentaire en cette
fin d'année 1990. Vieille affaire de négoce de beurre fermier créée au milieu du
XIXe siècle, l'entreprise s'oriente lentement vers la transformation laitière (petite
fromagerie en 1925, beurrerie en 1949), avant de connaître l'accélération consécutive
à «l'explosion laitière»: croissance interne dans les années 1958-1965, croissance
externe surtout par la suite, avec les rachats de Lefèvre-Utile et des Beurreries de
l'Ouest, les prises de contrôle du G.I.L.A.P. à Châteaulin, de Lanquetot dans le
Pays d'Auge, de la société normande Deschamps, de la Société laitière de Gacé,
enfin le rachat de Préval-Pontivy à l'U.L.N. Parallèlement à la transformation du
lait, Bridel met en place à partir de 1969 une activité d'élevage de veaux de
boucherie sous contrat : l'abattage est assuré directement par l'entreprise à partir
de 1975, à la suite de la reprise de l'abattoir public de Châteaubriant. .
456 C. CANEVET
QUYOMARCH-DREYFUS
EN 1988
A porcs (3° transformation)
Conditionnement d'oeufs (participation)
Couvoirs
^ Sélection génétique, recherche
[J Cessation d'activité
LE GROUPE BR1DEL EN 1989
w Usine laitière
€) Usine lait. Bridel + U.L.N.
O Centre de collecte
Vy'Centrale veaux de boucherie
Tourgevil le ^P^ veaux de I Saint-Martin
A Biscuiterie LAtiQUETOT- m n
DE'éCHAMPS
KeauliA LACTO-BRET. $A BRIDBL *'"'
! ouaeac LIHermitacre n Balazé '
LES ENTREPRISES AGRO- ALIMENT AIRES EN BRETAGNE EN 1991 457
6800 millions F.
.Salariés= .Chiffre .Tonnage= d'affaires^ 660 6350 000 t. /*"" LE GROUPE DOUX FIN 1990 de volailles 0 .3° mondial, après Tyson Foods 5 rang (GUYOMARC'H- VOLAILLES INCLUS) et Conagra (USA) ^-/\ /— «*«f
/
1 Château lin »
A
/
/\Briec t A'"--- Plouray > t SACPEA Laval"* i i i /" i "* s Sérent
Pluguffan "A f\Sl^k Pleucadeuc
L
/^P » U^ «Vannes *
Malansac l^'"'
3ntonnay
0#>
ZA Abattoirs de volailles
^f Ateliers de découpe
<£* Usines d'aliment bétail * Couvoirs U ce >^
L'ensemble du groupe représente en 1989, 2500 salariés et un chiffre d'affaires
de 5,5 milliards de francs, 13 usines laitières, 20% de la collecte en Bretagne. A la
suite de la vente de Bridel à Besnier, ce nouvel ensemble pèse sur le plan national
près de 4 milliards de litres de lait par an, 16 % de la collecte française, 24 % des
fabrications de beurre, 24 % du lait de consommation, 16% des fromages frais.
Dans le seul domaine laitier, Besnier-Bridel représente désormais 1670 salariés en
région Bretagne (quatre départements) et près de 25 % de la collecte.
— A la suite du démantèlement de Guyomarc'h, Doux, grand bénéficiaire de
l'opération, est devenue la principale entreprise agro-alimentaire bretonne, avec
près de 6500 salariés, dont 4500 en France et plus de 3500 en Bretagne, et un
chiffre d'affaires de plus de 6,8 milliards. Avec un tonnage de 660000 t., le groupe
finistérien conforte sa position de leader européen dans la branche avicole et se
hisse au 3e rang mondial, derrière les deux firmes américaines Tyson Foods et
Conagra.
Originaire de la région nantaise, Doux implante son premier abattoir à Port-
Launay en 1955, rachète un autre abattoir à Plouray en 1963, en construit un
troisième à Pédernec en 1972, reprend un établissement à Chantonnay. En 1980,
Doux traite 100000 tonnes de volailles; 1981 est marqué par l'édification d'un gros
abattoir à Châteaulin, 1982 par la prise de contrôle de Bernard-UNACO à Briec-
de-1'Odet; en 1985 l'activité s'élève à 165000 tonnes. Les cinq dernières années
sont celles d'une spectaculaire croissance externe, à la fois à l'étranger, notamment
en Allemagne (prise de contrôle de G.V.B., 20% du marché) et en Espagne (prise
de contrôle de Porta-Pygasa, 15% du marché), et en France (participation à
l'abattoir SACPEA de Laval). En 1989 Doux devient la première firme avicole
européenne et totalise 3700 salariés dont 2000 dans l'Ouest, un chiffre d'affaires de