Les Grandes Plaines des États-Unis : une Amérique du déclin démographique - article ; n°1 ; vol.21, pg 29-42

-

Documents
15 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Espace, populations, sociétés - Année 2003 - Volume 21 - Numéro 1 - Pages 29-42
Dans les Grandes Plaines (Kansas, Nebraska, Dakota du Sud et du Nord), où sont concentrés un grand nombre des comtés américains en déclin démographique, on peut noter une grande variété des dynamiques de population : déclin persistant, lié à l'exode rural et au vieillissement, dans les espaces les plus reculés ; mais aussi un gonflement rapide des principales aires métropolitaines. Dans plusieurs comtés, un retournement de conjoncture démographique est à mettre en relation avec l'implantation récente d'abattoirs qui ont recruté une main-d'œuvre mexicaine, dont l'arrivée massive dans de petites villes rurales est génératrice de tensions. L'ampleur de la déprise dans certains comtés amène à envisager un retour à l'état originel des lieux, par le projet de Buffalo Commons.
The Shinking of Population in the Great Plains of the United States.
In the Plain States (Kansas, Nebraska, South Dakota and North Dakota), where many of the American counties experiencing losses in population are concentrated, the variety of population dynamics is wider than expected. Besides persistent decline linked to rural outmigration and ageing in remote locations, the is also a rapid growth of the principal metropolitan areas of the region. In several counties, the reversal of demographic fortunes is linked to the recent creation of large meatpacking plants, which have recruited Mexican labor. The sudden arrival of Hispanics in small rural towns has generated tensions. The magnitude of rural depopulation in some counties has led to the proposal of a return to the original pre-Pioneer state of the area, known as the Buffalo Commons concept.
14 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 2003
Nombre de visites sur la page 150
Langue Français
Signaler un problème

Yves Boquet
Les Grandes Plaines des États-Unis : une Amérique du déclin
démographique
In: Espace, populations, sociétés, 2003-1. Diversité des populations d'Amérique du Nord. pp. 29-42.
Résumé
Dans les Grandes Plaines (Kansas, Nebraska, Dakota du Sud et du Nord), où sont concentrés un grand nombre des comtés
américains en déclin démographique, on peut noter une grande variété des dynamiques de population : déclin persistant, lié à
l'exode rural et au vieillissement, dans les espaces les plus reculés ; mais aussi un gonflement rapide des principales aires
métropolitaines. Dans plusieurs comtés, un retournement de conjoncture démographique est à mettre en relation avec
l'implantation récente d'abattoirs qui ont recruté une main-d'œuvre mexicaine, dont l'arrivée massive dans de petites villes rurales
est génératrice de tensions. L'ampleur de la déprise dans certains comtés amène à envisager un retour à l'état originel des lieux,
par le projet de Buffalo Commons.
Abstract
The Shinking of Population in the Great Plains of the United States.
In the Plain States (Kansas, Nebraska, South Dakota and North Dakota), where many of the American counties experiencing
losses in population are concentrated, the variety of population dynamics is wider than expected. Besides persistent decline
linked to rural outmigration and ageing in remote locations, the is also a rapid growth of the principal metropolitan areas of the
region. In several counties, the reversal of demographic fortunes is linked to the recent creation of large meatpacking plants,
which have recruited Mexican labor. The sudden arrival of Hispanics in small rural towns has generated tensions. The magnitude
of rural depopulation in some counties has led to the proposal of a return to the original pre-Pioneer state of the area, known as
the Buffalo Commons concept.
Citer ce document / Cite this document :
Boquet Yves. Les Grandes Plaines des États-Unis : une Amérique du déclin démographique. In: Espace, populations, sociétés,
2003-1. Diversité des populations d'Amérique du Nord. pp. 29-42.
doi : 10.3406/espos.2003.2060
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/espos_0755-7809_2003_num_21_1_2060AI IONS. NOCIH
Yves BOQUET UMR Thema 6049
Université de Bourgogne
2 boulevard Gabriel
21000 Dijon
Yves.Boquet@u-bourgogne.fr
Les Grandes Plaines
des Etats-Unis : une Amérique
du déclin démographique
comtés. 449 comtés (un sur sept) avaient
perdu plus de 10 % et 33 plus de 20 %.
Malgré cette embellie démographique d'en
semble, 97 comtés dans 29 États ont perdu
plus de résidents que dans la décennie pré
cédente, et 70 comtés dans 25 États ont bas
Les croître décennie progressé pertes Mais la regagné La 1880, 1990) 3,4 Virginie % population déclins si avec dans aucun a tous crû 150 1990, de -137 la vigueur occidentale de 000 État 8,9 les période 1980-1990 pour 0,8 000 américaine États % (+5,4 n'a au % alors habitants la précédente. perdu première 20ème ont ; %). (-8 l'Iowa, qu'il se gagné Le de siècle. % n'a sont (-4,7 Wyoming déclinait population. de fois leader cessé inversés des %), Dans 1980 depuis habien des de la a à : culé de la croissance démographique au
déclin. 167 comtés sont ainsi dans une dyna
mique de recul, alors que 517 autres ont
limité leurs pertes. Dans le sens inverse, 792
comtés ont retrouvé la croissance, dont 43 1
qui ont effacé dans les années 90 leurs pertes
tants, pas moins de 684 comtés dans 40 des années 80.
États, soit 22 % d'entre eux, ont vu leur Il est donc légitime de se pencher sur
population décliner entre 1990 et 2000. 120 l'Amérique du déclin démographique et la
comtés ont perdu au moins 10 % de leurs complexité de ses évolutions. Quels sont ces
résidents, et 15 plus de 20 %. La majorité se comtés qui perdent des habitants ? Pourquoi
situent dans les Grandes Plaines ; les comtés le déclin a-t-il cessé dans de nombreux comt
en recul dominent dans trois États : 57 sur és, pourquoi se maintient-t-il ailleurs ? Quel
105 (54 %) au Kansas, 53 sur 93 (57 %) au est l'avenir de ces territoires en déprise
Nebraska et surtout 47 sur 53 (89 %) dans le démographique ?
Dakota du Nord. Cet article s'intéressera plus spécifiquement
Pourtant, une comparaison avec la période à quatre États des Grandes Plaines, les
1980-1990 montre une baisse de moitié du Dakotas, le Nebraska et le Kansas, aux
nombre de comtés en déclin. En effet, 1421 dimensions et peuplement historique comp
comtés (45 % du total) dans 43 États avaient arables, alors que le passé mexicain du
alors perdu des habitants : 93 % en Iowa, Texas introduit des logiques différentes, et
89 % au Nebraska et dans le Dakota du que les États situés plus à l'ouest (Montana,
Nord, 82 % en Virginie-occidentale, 79 % Wyoming, Colorado et Nouveau-Mexique)
sont marqués par la présence des montagnes dans le Dakota du Sud, 78 % en Illinois,
75 % au Kansas : dans seize États, la popul des Rocheuses même si leur partie orientale
ation avait reculé plus de la moitié des constitue les Hautes Plaines. 30
Carte 1. Les comtés en déclin démographique aux États-Unis
On a représenté tous les comtés ayant perdu au moins 2 % de leur population entre 1990 et 2000
CANADA
DAKOTA du NORD
y Bismarck
Y
DAKOTA du SUD
1. LES GRANDES PLAINES, UN ESPACE DE DÉPRISE DÉMOGRAPHIQUE
1.1. Villes de l'Est et campagnes centrales Sur les 15 comtés ayant perdu plus de 20 %
de leur population en dix ans, six sont dans Les comtés perdant des habitants dans la
le Dakota du Nord, et quatre au Texas. Les décennie 1990-2000 sont localisés à travers
plus grosses pertes, en valeur absolue, ne se tout le pays, avec des zones de déclin mar
situent pourtant pas dans ces Grandes qué dans les Appalaches et la vallée du
Mississippi, mais la majorité d'entre eux se Plaines. Huit comtés du Nord-Est du pays
situent dans la partie centrale des États- ont perdu plus de 20 000 habitants ; ils
Unis, du Texas occidental à la frontière incluent les villes de Baltimore (-84 680,
soit 11,5 % de pertes), Philadelphie, canadienne.
Cette région est aussi celle où l'on enregistre Pittsburgh, Detroit, Saint Louis, Washingt
les pertes les plus élevées en pourcentage. on, Norfolk et Cincinnati. 31
Figure 1. La population du Dakota du Nord depuis 1870
liïijl comtés ruraux H 4 comtés métropolitains
600000 -i
n FI 500000 -
jjj
400000 -
1 300000 - FM PL 1
200000 - 1
IL 100000-
1 1
1 1990: 1 1980 1 0- ï i 1910 1930 1 1940 1 1950 I960 1870 1880 1890 1900 1920 1970
Ward avec Minot) ne représentaient que
17,8 % de la population de l'État avec un
total combiné de 114 661 résidents, ils abri
tent aujourd'hui 49,4 % des Dakotans du
Nord (317 458 personnes) : leur population
combinée a doublé depuis 1950 et triplé
depuis 1920. Le reste de l'État, essentiell
ement rural, a perdu en 70 ans 222 000 per
sonnes (-40 %), pour arriver aujourd'hui à
des densités rurales de l'ordre de 2,1
hab/km2. La seule ville de Fargo a gagné 16
488 habitants entre 1990 et 2000 (de 74 111
à 90 599), soit près de cinq fois le gain total
de l'État (+3 600 personnes) ! Le Dakota du
Nord, à la population longtemps rurale, est
en train de devenir, à son tour, dernier parmi
Les leurs Clairement, déclin St les assez De Plaines plus de Saskatchewan. Unis. Grandes régional. souffrent écoulée oscillant dans La 000 y Par 3 Mais une 1.2. Bismarck, 1 est Louis. des comtés même l'État déprise villes contre, en croissance grandes Un comparable banlieues étendues ces si contrastées. constant 53 continu 1970. en (Harford entre Il Plaines, vastes du majeures comtés long est à Cass adjacents les ne 1920, rurale ce Philadelphie, déclin La s'agit villes pourtant aires 681 sont depuis dans continuent vigoureuse déclin plaines avec population du +20 les à où n'est 000 de celle là Dakota donc quatre à les industrielles elles Fargo, %, 70 leur Rio déclin deux l'État Baltimore stable hab. dans centrales pas de Howard zones ans. Detroit de centre, forment sur du 1920 comtés dynamiques 2000 Grande Grand en (Burleigh une sont ici croître. La les depuis Nord la 1930 rurales d'un population (647 nouveauté ont des +32,3 ou (642 beaucoup alors Grandes de décennie Forks incluant un sont encore et connu Ainsi, déclin États- à 1920, 000). l'Est 200) avec bloc 618 que %). des de en la et 2000 les 50 États américains, un État à majorité
métropolitaine.
Au Kansas, 21 comtés sur 105 ont atteint
leur population maximale en 2000, mais 42
ont atteint leur maximum en 1890, 1900 ou
1910. Depuis, ils ont perdu jusqu'à 80 % de
leur population (Jewell, 19 420 résidents en
1900, 3791 aujourd'hui). Au Nebraska,
35 % des comtés ont atteint leur maximum
en 1890, 1900 ou 1910, et 42 % en 1920 ou
1930. McPherson (533 hab. de nos jours)
n'a plus que 21% de sa population de 1910
(2470 hab.). Du fait d'une mise en valeur
pionnière plus tardive, la date du maximum
du peuplement dans les Dakotas est légère- I
32
Figure 2. Date du maximum de population des comtés dans 4 États des Grandes Plaines
KANSAS NEBRASKA iDAKOTAduSUD iDAKOTAduNORD
1890 1900 1910 1920 1930 1940 1950 1960 1970 1980 1990 2000
ment plus récente qu'au Kansas ou au taux voisins de 5 % dans les principales
Nebraska : 40 des 66 comtés du Dakota du aires métropolitaines : 2,9 % à Bellevue,
Sud (61 %) ont aujourd'hui moins d'habi Nebraska, en banlieue d'Omaha en 2000),
ce qui conduit à une forte dévalorisation de tants qu'en 1920 ou 30, et 31 sur 53 (58 %)
dans le Dakota du Nord. La figure 2 montre ces logements.
clairement deux types de comtés dans ces Les pertes massives en population touchent
États des Plaines : un groupe qui connaît une aussi les petites villes. Le tiers des villes et
croissance forte se marquant par un max bourgades du Nebraska a atteint son max
imum contemporain, et une majorité de comt imum de population en 1920 ou 1930, et seu
és qui sont en déclin démographique depuis lement une sur six en 2000. Gross, qui avait
au moins 70 ans. 325 habitants en 1900, n'en avait plus que
Les comtés les moins peuplés sont presque 51 en 1930 et 2 en 1980, remontant à 5 en
tous en longue déprise démographique. Dix 2000.... Dans le même comté de Boyd,
des onze comtés du Nebraska ayant moins Anoka n'a cessé de décliner : 145 habitants
de 1000 habitants ont connu leur optimum en 1910, 60 en 1950, 24 en 1980, 10 en
de population au plus tard en 1920, le 1 le en 2000. Monowi avait 123 habitants en 1930,
1930. Au Kansas, 8 des 11 comtés peuplés 40 en 1960, 16 en 1970, 2 en 2000. On trou
de moins de 3 000 habitants ont décliné ve à travers l'État du Nebraska de nombreux
depuis 1920 ou 1930. Seize des 17 comtés exemples de ces quasi-villes fantômes, créa
de moins de 3 000 résidents dans le Dakota tions spéculatives qui ont raté, ou qui n'ont
du Nord sont en déclin chaque décennie pas survécu à la fermeture de lignes de che
depuis 1950 au moins. min de fer secondaires. L'exemple le plus
L'expression géographique la plus immédiat marquant de ville déchue est probablement
e de cette déprise est celle des logements Brownville (Nemaha Co.), qui a eu jusqu'à
inoccupés, dont la proportion dépasse, en 1305 habitants en 1870. C'était alors la 4ème
l'an 2000, 25 % dans 28 comtés de la région, ville de l'État ; retombée à 450 habitants en
avec un taux maximum de 37 % dans le 1910, elle végète aujourd'hui à moins de
comté Wheeler (Nebraska). Ils n'étaient que 150 résidents.
13 comtés en 1980 dans ce cas. De façon
générale, les comtés les moins peuplés (en
1.3. Le vieillissement des Grandes Plaines dessous de 1000 habitants) ont des parcs
immobiliers nettement excédentaires (en Le déclin des Grandes Plaines s'accom
moyenne 21,4 % de logements vides, contre pagne d'un de la structure par
8,7 % pour l'ensemble de la région, et des âges. 33
Si le taux de natalité du Nebraska en 1997 1 au Texas et au Minnesota, et pas moins de
(14,1 %o) est voisin de celui du pays (14,5 6 au Kansas. Le comté le plus ridé est
%c), certains comtés ont des taux très faibles Mclntosh (Dakota du Nord), où 6,6 % des
(Hayes 2,8 %c, Banner 4,6, Sioux 5,3), qui se résidents ont plus de 85 ans : nous sommes
traduisent par un faible pourcentage d'en ici dans une Amérique très âgée. (Rogers,
fants de moins de 5 ans (Garden 3,6 %, 1999)
Hooker 4,1 %, Deuel 4,3 % contre une Les taux de mortalité générale, en consémoyenne nationale et du Nebraska de quence, sont plus élevés que la moyenne
6,8 %). Les taux de natalité se sont effondrés (USA 10 %o en 1997) : on dépasse 15 %c depuis 15 ans, puisqu'en 1982 on relevait dans 14 comtés du Nebraska. 4 des 29 comt
des taux de 17,6 %o à Sioux, 12 à Banner, 8,5 és américains où le taux dépasse 20 %o sont
à Hayes. On relève aussi des taux très bas au au Nebraska, 7 au Kansas, 3 en Dakota du Kansas (Graham 5), en Dakota du Nord Nord et 9 dans les Hautes Plaines du Nord-
(Divide 6,2) ou Dakota du Sud (McPherson Ouest texan. Hooker (Nebraska) détient le
5,7). Ces chiffres 1997 sont les plus faibles record national en la matière (mortalité 25,4 du pays avec ceux de certains comtés de %c) devant Comanche (Kansas, 24,3 %6) ; la l'ouest du Texas. population y est tombée de 990 à 783 habi
Les enfants et adolescents âgés de 0 à 17 ans tants en 20 ans (-21 %) et la bourgade prin
sont de moins en moins nombreux. En cipale, Mullen, de 720 à 491 habitants (-
Dakota du Nord, où leur nombre a baissé de 32 %).
8,3 % entre 1990 et 2000, certains comtés Le solde naturel est donc négatif dans 45 des voient fondre leur population de jeunes : 93 comtés du Nebraska, 30 des 66 comtés Billings -39,3 %, Burke -37,1 %, Divide - du Dakota du Sud, 52 des 105 comtés du 33.2 %, .... Elle ne progresse que dans 5 Kansas et 35 des 53 comtés du Dakota du comtés, Burleigh (Bismarck) et Cass Nord. (Fargo) et trois comtés à forte population
L'âge médian des résidents augmente ainsi amérindienne (Benson, Rolette et Sioux).
rapidement : dans le comté Cheyenne Leader régional des pertes entre 1990 et
(Kansas) il est passé de 27,9 à 44,2 entre 2000 (-25,3 %), Burke (Dakota du Nord)
continue à se vider rapidement : 6621 hab. 1950 et 2000. Le baby-boom, bien visible à
l'échelle de l'État entier (31,1 en 1950, 26,9 en 1950, 5886 en 1960 (-11,1 %), 4739 en
en 1960) ne s'y est pas fait sentir : le vieilli1970 (-19,5 %), 3822 en 1980 (-19,4 %),
3002 en 1990 (-21,5 %) : la déprise démo ssement de Cheyenne était déjà en route :
27,9 en 1950, 34,2 en 1960, On observe des graphique semble s'y accélérer. L'effondre
faits identiques dans une vingtaine d'autres ment démographique est particulièrement
comtés du Kansas. L'âge médian de la populsensible chez les 0-17 ans : 742 en 1990, 467
ation (35,3 ans dans le Nebraska comme en 2000 (-37 %). Le nombre d'enfants sco
larisés est passé de 728 en 1980 à 602 en aux États-Unis) dépasse 40 ans dans 44
comtés du Nebraska, et 45 ans dans 4 1990 et 399 en 1998.
d'entre eux (Pawnee, Hooker, Garfield et Inversement, le pourcentage de personnes Garden). En Dakota du Nord, il atteint 51 âgées est élevé. Les plus de 75 ans représen ans à Mclntosh. Seuls les comtés Kalawao tent 5,9 % de la population américaine en
(Hawaii), Charlotte (Floride) et Llano 2000 (6,8 % au Nebraska), mais ils sont plus (Texas) ont des chiffres plus élevés (58,6, de 10 % dans 39 comtés de l'État. On relève 54,3 et 53). 7 des 25 "plus vieux" comtés du 19.3 % de plus de 75 ans dans le comté
pays sont en Floride, mais pas moins de six Mclntosh (Dakota du Nord), 17,3 % à
se trouvent dans les Grandes Plaines (Texas Divide Nord) et 16,6 % à Hooker
et Dakotas). (Nebraska) contre seulement 16,3 % à
Charlotte (Floride). 14 comtés américains Ce vieillissement rapide n'est en fait que le
ont plus de 5 % de personnes âgées de plus résultat d'un mouvement migratoire continu
de 85 ans (moyenne nationale 1 ,5 %) : 2 en depuis des décennies, qui réduit sans cesse
Dakota du Nord (moyenne 2,2 %, la plus le nombre de familles résidentes, permettant
ainsi un gonflement du pourcentage de rési- forte du pays), Dakota du Sud et Nebraska, 34
de façon homogène : -14,5 % au Nebraska, - dents âgés, un peu à la façon de certains can
tons du Massif central (Creuse, Corrèze, ...). 16 % au Kansas, -16,3 % dans le Dakota du
Sud, -16,3 % dans le Dakota du Nord.
1.4. Exode rural et déprise agricole Six comtés du Nebraska ont vu augmenter le
nombre des exploitations agricoles entre Au Kansas, 94 des 105 comtés ont en effet
1982 et 1992 ; Hooker a gagné 17 exploitaconnu un solde migratoire négatif entre
tions (+ 28,8 %) alors qu'il connaissait un 1980 et 1990, l'État lui-même perdant glo
taux d'exode élevé (-19,8 % entre 1980 et balement 3 %. Le solde naturel est négatif
1990). Même contradiction pour Arthur, dans 24 comtés seulement, dont deux ont
Thomas, Wheeler, Rock et Grant ! Points connu un modeste gain migratoire. Ce sont
communs de ces comtés proches les uns des donc 22 comtés de l'État qui perdent alors
autres, une très faible densité de population des résidents tant par migration que par la
(tous en-dessous de 1 hab./ km2) et l'absenbalance naissances-décès. De 1990 à 1999,
ce de ville digne de ce nom : Mullen (554 70 comtés perdent des habitants par migrat
hab. en 1990), Arthur (128 hab.), Thedford ions intérieures ; presque tous (102) enre
(243 hab.), Bartlett (131 hab.), Bassett (739 gistrent un gain par migrations internatio
hab.) et Hyannis (210 hab.) en sont les prinnales, mais celles-ci ne concernent massive
cipales "villes"... À l'autre extrémité de ment qu'un petit nombre de comtés.
l'évolution du nombre de fermes, les comtés Le solde migratoire négatif 1980-1990 du
métropolitains en perdent le plus (Thurston - Nebraska (-100 150) est à peine compensé
28 %), résultat peu étonnant de l'étalement par un gain naturel de 108 742 personnes
périurbain. (dont la moitié dans les deux comtés où se
trouvent Lincoln et Omaha). Tous les comt Mais dans la majorité des cas, le déclin du
nombre de fermes (10 à 20 %) correspond à és de l'État, sauf Sarpy et Washington, aux
un taux d'émigration net comparable (8- portes d'Omaha, ont été déficitaires : le taux
de migration nette dépasse 20 % dans 7 18 %). Dans le comté de Burke (Dakota du
Nord), on passe de 580 fermes en activité en comtés (Blaine -26,1 %, Loup -25,3 %,
Keya Paha -25,2 %, ...). Pour 1990-2000, les 1982 à 479 en 1997 : 101 exploitations agri
chiffres sont moins catastrophiques : 42 des coles ont donc disparu (-17 %). Mais les
93 comtés ont gagné des résidents par superficies agricoles sont passées de 256
migrations, et le Nebraska entier plus de 48 000 à 246 000 hectares, celles dévolues aux
000. Mais malgré ce retournement remar cultures de 191 000 à 182 000. Il n'y a donc
quable, enregistré même dans un comté pas eu de déclin agricole marqué, et les pro
comme Loup (+5,1 %), des poches d'exode ductions végétales représentent en 1997
demeurent (Blaine -18,5 %, Thomas - 86,6 % du revenu des agriculteurs (84,8 %
15,2 %, Hitchcock -14,3 %, ...). en 1982). La taille moyenne de ces vastes
fermes d'exploitation extensive s'y est Dans ces régions rurales, on est tenté de
accrue dans des proportions modestes : 442 mettre en relation le déclin démographique,
hectares en 1982, 514 en 1997. La déprise dans sa composante migratoire, avec l'acti
démographique de ce comté ne semble pas vité agricole. Le déclin démographique est-
due à une brutale crise rurale, puisque les il associé à un recul de l'activité agricole, du
indices d'activité agricole ont peu varié. nombre de fermiers, des superficies mises
en culture ? L'exode rural semble ainsi être, sans surpri
Les superficies mises en culture n'ont guère se, un résultat de la concentration des
changé depuis la Seconde Guerre mondiale. exploitations plutôt que d'une franche dépri
Dans l'intervalle 1982-1997 (dates des se agricole, mais dans les comtés les plus
recensements agricoles), les espaces cultivés faiblement peuplés, ce serait plutôt l'extr
dans les quatre États n'ont diminué que de ême médiocrité du réseau urbain qui serait à
1,5 %, avec même un accroissement de incriminer. Dans les années 30, la crise du
2,7 % dans le Dakota du Sud. Les superfi Dust Bowl avait vidé les campagnes et réduit
cies irriguées ont augmenté de 10,2 %, ne les emblavures, mais on constate aujour
d'hui un abandon démographique des lieux diminuant qu'en Dakota du Sud. Le nombre
les plus reculés, sans abandon agricole. de fermes, par contre, a nettement diminué, 35
Figure 3. Évolution démographique des comtés des Grandes Plaines selon leur proximité des aires métropolitaines
1970-1980 1980-1990 1990-2000
DAKOTA du NORD
27,4% Comtés métropolitains (4) 9,8% 10,3% adjacents (16) 2,6% -8,8% -6,4%
Comtés non-adjacents (33) -6,4% -9,0% -5,6%
DAKOTA du SUD
Comtés métropolitains (3) 16,5% 13,9% 18,3% adjacents (12) 9,1% -1,5% 9,1%
Comtés non-adjacents (51) -3,3% -5,3% 2,1%
NEBRASKA
Comtés métropolitains (6) 9,0% 8,1% 14,3% adjacents (10) -0,1% -5,8% -4,1%
3,6% Comtés non-adjacents (77) -6,0% 2,3%
KANSAS
Comtés métropolitains (9) 7,0% 12,6% 14,1% adjacents (18) 7,1% -1,6% 5,4%
Comtés non-adjacents (78) 2,0% -3,5% 0,7%
Nombre de comtés du Nebraska en forte ment indienne (3 421 habitants sur 4 044,
déprise sont couverts de champs de blé, soit 84 %), avec une démographie très spé
mais les agriculteurs habitent dans les villes cifique (natalité 24,1 %c, Al, A % de moins de
dotées d'un minimum de services, quitte à 17 ans, très grande jeunesse de la population
faire des kilomètres pour atteindre les par dans un contexte de vieillissement générali
celles de leurs exploitations. L'étude sé des Grandes Plaines). Mais si on élargit
détaillée du comté Furnas (Nebraska) l'analyse aux deux autres États, Dakota du
(Baltenberger, 1991) montre une concentrat Sud et surtout Kansas, la corrélation se fait
ion du peuplement vers les localités situées beaucoup moins nette
dans les vallées, mieux desservies (routes La proximité des aires métropolitaines est-
goudronnées) alors que les habitations des elle un facteur plus discriminant ? Nous
interfluves éloignés tombent en ruine. avons divisé les comtés des quatre États ana
lysés en trois catégories : comtés métropolit
1.5. Facteurs géographiques du déclin ains, comtés adjacents à ces comtés métrop
démographique olitains, et comtés non-adjacents aux comt
Les densités ont-elles un rapport avec l' im és métropolitains, et comparé leurs évolu
portance du déclin démographique relatif ? tions démographiques pour les trois der
A l'exception du comté appalachien nières périodes intercensitaires. La figure 3
McDowell (Virginie Occ), frappé par la donne une idée des résultats obtenus. Dans
crise minière, les 25 comtés américains qui chacune des trois catégories, la décennie
connaissent les plus forts pourcentages de 1990 est "meilleure" que la précédente.
déclin ont des densités kilométriques qui L'effet de masse est clair dans les aires
s'échelonnent de 0,06 (Loving, Texas) à 1,6 métropolitaines, dont la croissance démog
(Cavalier, Dakota du Nord). raphique est nettement plus forte. Mais si
La quasi-totalité des comtés du Dakota du au Kansas et dans le Dakota du Sud, il
Nord et du Nebraska connaissant un déclin semble que les comtés plus éloignés des
de 10 % ou plus a moins de 2 hab./km2. Un aires métropolitaines aient connu un rythme
seul comté à très faible densité enregistre un de croissance plus faible, la différence est
gain de population ; il s'agit de Sioux minime en Dakota du Nord (sauf entre 1970
(Dakota Nord), à population et 1980), et dans le Nebraska les comtés 36
éloignés de Lincoln et Omaha progressent chemin de fer ont dépéri, et avec elles leurs
dans les années 70 et 90 alors que ceux adja comtés. Seules ont pu se maintenir celles
cents aux deux aires métropolitaines ont glo situées sur un grand axe ferroviaire, surtout
balement perdu des résidents dans les trois s'il était doublé d'une autoroute comme
décennies étudiées. Il est donc clair que le dans le couloir de la Platte River à travers le
Nebraska. Une ville comme North Platte vit seul éloignement, contrairement à ce qu'on
était en droit d'attendre n'explique pas tout, du triage géant de l'Union Pacific Railroad,
loin de là. le plus important du centre des États-Unis, à
l'intersection des principaux axes du réseau Une approche plus précise, qui fait interve
nir la nature du peuplement des comtés non- de la compagnie, aujourd'hui leader du
métropolitains, et l'importance de leurs transport ferroviaire dans l'Ouest du pays.
On y traite des trains blocs venus de Los villes, est plus fructueuse. En distinguant
des comtés non-métropolitains "urbains" Angeles ou San Francisco dans le cadre des
stratégies logistiques de "pont continental". (au moins une ville de 20 000 hab.), "faibl
ement urbains" (au moins une ville de 2 500 L'autoroute 1-80 (Chîcago-Omaha-Denver)
hab.) ou "sans villes", on a pu observer suit le tracé de l'Union Pacific et assure des
possibilités intéressantes de plate-formes (Rathge & Highman, 1998) une nette diffé
rence sur le long terme (1950-1996) entre multimodales, pourvoyeuses d'emplois, ce
les trois catégories, qui nous indique clair qui n'est certes pas le cas 200 km plus au
nord, dans la vallée de la Niobrara, où toute ement que l'armature urbaine joue un rôle
activité ferroviaire a cessé. primordial dans l'évolution de ces comtés.
Cependant, si les petites villes et les comtés L'accessibilité, en rapport aux axes de trans
port dominants, paraît un autre facteur les moins peuplés connaissent en général un
explicatif majeur. Le rôle du chemin de fer a déclin prolongé, contrairement aux aires
en effet été essentiel dans l'histoire des métropolitaines en progression, beaucoup de
petites villes du Nebraska (Boquet, 2002). contre-exemples viennent contredire cette
La plupart sont nées d'une halte ferroviaire, évolution d'ensemble. Il convient mainte
à partir de laquelle se déployait l'emblémat nant d'examiner l'autre volet de l'évolution
ique Main Street. Avec le déclin irrémé démographique dans les Grandes Plaines,
diable du rail comme moyen de transport de celui de la croissance, ou de la reprise démog
passagers aux États-Unis après la Seconde raphique, d'un nombre non négligeable de
Guerre mondiale, les gares ont fermé, les comtés au milieu du marasme général évo
lignes ont été abandonnées : les villes sans qué ci-dessus.
2. ESPACES DE CROISSANCE DES GRANDES PLAINES
2.1. Diversité des comtés en progression rique de population en 2000 : Douglas
Dans ces Grandes Plaines du centre du pays,' (Omaha), Lancaster (Lincoln, capitale de
les seuls comtés à gagner de nombreux rési l'État), Sarpy (banlieue Omaha), Hall
dents sont en général ceux des aires métrop (Grand Island) et Buffalo (Kearney). Le
comté Dakota de Sioux City, olitaines, mais pas exclusivement.
Iowa) a progressé de 21%, Sarpy de 19,5% Au Kansas, 5 des 6 comtés de plus de 65 000
et Lancaster de 17,2%. habitants ont connu leur maximum en 2000
: Sedgwick (Wichita), Shawnee (Topeka), En Dakota du Nord, seulement 5 comtés sur
Johnson, Douglas et Leavenworth (ban 53 ont atteint leur maximum en 2000 :
lieues de Kansas City). Wyandotte (Kansas Burleigh et Morton (Bismarck), Cass
City) obéit à une dynamique classique de (Fargo), Ward (Minot). Cass a gagné 19,6 %
déclin du centre- ville (maximum en 1970). et Burleigh 15,4 % dans la dernière décenn
Au Nebraska, les cinq comtés les plus peu ie. Seul le petit comté de Rolette, à la fron
plés de l'État ont tous un maximum tière canadienne, n'est pas associé à une 37
ville relativement importante. Sa croissance municipale montre que la ville de Grand
est faible (+23 % entre 1950 et 2000, contre Forks n'a perdu qu'un nombre infime d'ha
des gains de 170 %, 31 %, 109 %, et 69 % bitants (104 sur 49 425). Il faut mettre en
pour les quatre autres). cause le cas singulier du départ de nombreux
militaires après la réduction d'effectifs de la Dans le Dakota du Sud, 16 des 66 comtés
base aérienne locale, qui abritait 9343 peront atteint leur maximum de population dans
sonnes en 1990, mais seulement 4832 en la dernière décennie. Ils ressortent de trois
2000 (-4511 personnes, soit -49 %) : le grandes catégories :
déclin militaire est la cause fondamentale du • les aires métropolitaines de Sioux Falls
recul démographique de ce comté (-4574 (Minnehaha County +19,8 %, Lincoln
habitants). County +56,4 %) et Rapid City (Pennington +8,9 %), qui ont beaucoup bénéficié Un autre cas singulier est relevé au Kansas :
des implantations de sociétés de services le solde migratoire 1980-1990 atteint -32 %
financiers consécutives à la déréglementat dans le comté de Geary (30 000 hab.), au
ion bancaire, ainsi que d'activités inatten solde naturel pourtant fortement positif (six
dues comme la filière informatique fois plus de naissances que de décès pendant
(Gateway Computers). La municipalité de la période considérée, natalité 41,2 %c en
Brandon, au N de Sioux Falls, a progressé 1984). Pour la période 1990-1999, on
de 61 % en 10 ans, passant de 3 543 à 5 693 constate une poursuite de cet exode (-12 883
migrants "domestiques" contre -9602 dans résidents.
• les comtés à forte proportion de population la décennie précédente). Ces chiffres sont à
relier à la réduction des effectifs de Fort amérindienne : Buffalo (81,6 % en 2000),
Riley. Ce domaine militaire de plus de 40 Todd (85,6 %), Shannon (94,2 %) : ces comt
és sont ceux des réserves Crow-Creek 000 hectares, qui comprend une base aérien
ne et des installations de l'armée de terre, (Buffalo) et Sioux de Pine Ridge et Rosebud
reste cependant le lieu de travail de plus de (Shannon-Todd). Si la population amérin
10 000 personnes (plus de 50 % des emplois dienne a crû de 38,5 % en 20 ans dans le
du comté), ce qui en fait le plus important Dakota du Sud, celle de la population non-
indienne n'a progressé que de 7,2 %, et elle complexe militaire des États-Unis entre
Chicago et les Rocheuses, et continue à diminue dans pratiquement tous les comtés
maintenir une forte croissance démograruraux.
phique (natalité : 25,4 %oen 1997), mais une • des comtés à vocation touristique, comme
fermeture complète serait une catastrophe ceux des alentours des Black Hills :
pour l'économie locale. Lawrence Co. avec ses villes fantômes revi
talisées par le tourisme (Deadwood), ou L'expérience montre en effet qu'une base
encore Custer Co. avec la statue géante du abandonnée, en milieu rural, n'est pas réuti
chef indien Crazy Horse. lisée (Stenberg, 1998). On s'en est aperçu à
Sidney, Nebraska ou Edgemont, Dakota du
Sud (Sioux Army Depot et Black Hills Army 2.2. Bases militaires et prisons
Depot fermés en 1967). Le comté de Grand Forks (66 109 hab. en
2000), qui perd des habitants contrairement À moins que l'on ne profite des faibles dens
à ceux où se trouvent les trois autres villes ités pour y édifier des prisons : dans les
principales du Dakota du Nord, semble années 1990, 245 prisons ont été construites
déroger à la règle, alors que sa croissance dans 212 des 2 290 comtés ruraux des États-
démographique était auparavant de même Unis. Ellsworth (Kansas) a compensé la
nature que dans les autres comtés métropoli perte d'un équipementier automobile par
tains (+79 % entre 1950 et 1990) ; on pourr l'ouverture en 1988 d'un pénitencier de 600
ait ici invoquer la crue catastrophique de la lits, qui avec 231 salariés directs est le pre
Red River en avril 1997, dont les effets ont mier employeur du comté... (Wichita Eagle,
été aggravés par un incendie spectaculaire 5-7-1998). C'est la même stratégie que
ravageant le centre- ville pendant la crue (!) Joliet (Illinois), ou dans les petites villes de
et l'évacuation forcée de la quasi-totalité des Sayre, Hinton et Watonga (Oklahoma), dont
résidents. L'examen des données à l'échelle la population jusque-là déclinante a crû de...