Lettre à Pierre Vésinier
4 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Lettre à Pierre Vésinier

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
4 pages
Français

Description

« Lettre à Pierre Vésinier »par Joseph Déjacque1861Lettre de Déjacque à VésinierCitoyen (Vésinier)Votre opinion sur l’Amérique a dû changer depuis votre lettre. Les faits qui s’ypassent vous disent assez combien ce pays est loin d’être un séjour de liberté. Il yexiste bien, comme sur le vieux continent un séjour de liberté. Il y existe bien,comme sur le vieux continent, des éléments révolutionnaires, mais à l’état latent etparcellaire. Les hommes d’un libertarisme militant y sont en infime minorité. JohnBrown, une de ces courageuses exceptions, fut comme vous le savez, pendu auxapplaudissements des esclavagistes, et, ce qui est plus triste encore, renié par lagrande majorité du parti qui passe pour abolitionniste. Ce n’est pas d’ici quesurgira le mouvement révolutionnaire socialiste; c’est l’Europe qui donnera le branleà l’Amérique. Alors seulement elle sortira de son crétinisme politique et religieux ets’initiera à la Science sociale. L’Amérique est littéralement une nation d’épiciers,de boutiquiers en gros et en détail qui n’ont dans la tête et dans le coeur qu’uneseule chose, le commerce, l’exploitation. La foi politique comme la foi religieuse dechacun n’est qu’une marchandise dont il spécule au profit de ses intérêtsmercantiles. Il n’y a chez l’Américain qu’un sentiment, celui de sa vénalité et de lavénalité des autres ; ce sentiment est l’ivraie qui étouffe en lui toute grande idée. Jene connais pas la langue de ce pays, je ne sais ni la parler ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 97
Langue Français

Exrait

« Lettre à Pierre Vésinier » par Joseph Déjacque 1861
Lettre de Déjacque à Vésinier
Citoyen (Vésinier)
Votre opinion sur l’Amérique a dû changer depuis votre lettre. Les faits qui s’y passent vous disent assez combien ce pays est loin d’être un séjour de liberté. Il y existe bien, comme sur le vieux continent un séjour de liberté. Il y existe bien, comme sur le vieux continent, des éléments révolutionnaires, mais à l’état latent et parcellaire. Les hommes d’un libertarisme militant y sont en infime minorité. John Brown, une de ces courageuses exceptions, fut comme vous le savez, pendu aux applaudissements des esclavagistes, et, ce qui est plus triste encore, renié par la grande majorité du parti qui passe pour abolitionniste. Ce n’est pas d’ici que surgira le mouvement révolutionnaire socialiste; c’est l’Europe qui donnera le branle à l’Amérique. Alors seulement elle sortira de son crétinisme politique et religieux et s’initiera à la Science sociale. L’Amérique est littéralement une nation d’épiciers, de boutiquiers en gros et en détail qui n’ont dans la tête et dans le coeur qu’une seule chose, le commerce, l’exploitation. La foi politique comme la foi religieuse de chacun n’est qu’une marchandise dont il spécule au profit de ses intérêts mercantiles. Il n’y a chez l’Américain qu’un sentiment, celui de sa vénalité et de la vénalité des autres ; ce sentiment est l’ivraie qui étouffe en lui toute grande idée. Je ne connais pas la langue de ce pays, je ne sais ni la parler, ni l’écrire, ni la lire ; c’est un peu ma faute, mais c’est aussi beaucoup la faute de ses habitants. La répulsion, qu’ils m’inspirent est si puissante et l’attraction si faible qu’il m’est impossible d’étudier cette langue enAmérique. Je l’apprendrai bien plutôt à distance, en Suisse ou en Belgique. De loin j’apercevrais peut-être quelque qualité qui m’attirerait vers ce peuple ; de près je ne vois rien dans toute son infinie personne qui ne me repousse. Parlât-il le français que je serais tout aussi embarrassé pour le comprendre et me faire comprendre de lui. Les rues de New York, plantées de passants indigènes et exotiques sont pour moi plus déserts que les forêts de l’Ouest, peuplés d’arbres et de rochers ; je serais moins seul, je crois, dans ces vastes solitudes que dans cette cité populeuse, pépinière d’hommes et de femmes américanisées. Je le dis avec plus d’humilité que de morgue, (car enfin ces idiots sont mes frères, ils sont pétris de la même argile dont je suis pétri) ici, sauf de rares exceptions, je ne fréquente personne avec plaisir, et personne n’aime sérieusement ma fréquentation.
Tous ceux qui mettent le pied sur le sol américain s’abrutissent en peu de temps, s’ils ne le sont déja avant d’y venir, les uns en sacrifiant un Dieu Plutus, les autres en sacrifiant un Dieu Bacchus, le plus souvent en sacrifiant à tous les deux. Bien clairsemés sont ceux qui conservent en leur cerveau et en leur coeur, en leur conscience, la religion de l’Humanité. Vous tous qui êtes en Europe, restez-y ; c’est le mieux que vous puissiez faire ; il n’est pas possible qu’il soit plus horrible d’y vivre qu’enAmérique. En changeant de continent vous ne feriez, comme St. Laurent, que vous retourner sur le gri[l]s. Le Nouveau-Monde n’est pas la société nouvelle, et les hommes de progrès y sont autant sinon plus martyrs que partout ailleurs. Il n’y prospère que l’esprit de conservation civilisationnelle, les idées de pacotille politique et religieuse importées du vieux monde. En fait d’institutions comme en fait de modes, l’Amérique reçoit le ton, elle ne le donne pas ; elle est toujours en retard d’une année ou d’un siècle avec la fashion ou la Révolution européenne.
Ce préambule vous di[ra que je] ne suis guère à même de vous bien renseigner sur les différentes choses que vous me demandez. D’abord en ce qui concerne la librairie, ne sachant pas parler anglais, j’avais chargé un nommé Debuchy, de Lille, proscrit de Xre [décembre], de voir les libraires (...)
Quant à l’affaire de Librairie, les libraires de New York auraient répondu négativement. Cependant j’ai chargé quelqu’un autre de s’en occuper. C’est un jeune homme nommé Gérard, ancien correspondant du Libertaire à Londres ; il
habite New York maintenant et un libraire qu’il a vu doit rendre réponse. Je vous la donnerai en postcriptum, La crise ne rend pas les circonstances favorables. Les lecteurs français sont en petit nombre. Il n’y aurait que des primeurs, comme Les Misérables, je suppose, qu’auraient quelque chance de s’écouler, et encore. D’ailleurs comme vous devez le penser, les libraires d’ici ont des arrangements faits avec les éditeurs de France. Les nouveautés une fois reçues, la contrefaçon arriverait trop tard.
J’en aurais bien parlé tout d’abord à Tassillier pour qu’il s’en occupât, bien qu’il parle peu anglais. Mais lui aussi m’était suspect. Ce n’est pas, je me hâte de le dire, que j’aie aucune preuve qu’il appartienne à la Compagnie de Jésus, au contraire, il parait qu’il s’est toujours bien comporté à Cayenne, ces co-évadés lui rendent cette justice, mais il a des allures tout à fait jésuistiques ; il est de l’école des conspirateurs de la Veille (c’est à dire de la Vieille), de cette souche d’agitateurs plus politiques que socialistes, plus raids qu’énergiques, plus poseurs qu’imposants. Comme je ne pouvais pas plus mal m’adresser que je ne l’avais fait la première fois, je lui ai fait part dernièrement du contenu de votre lettre. Il pense aussi que les temps ne sont pas propices pour une affaire de ce genre et que c’est peine perdue en ce moment que de s’en occuper. Quant aux renseignements sur Cayenne et l’Algérie, il publie lui-même ce qu’il en sait dans le feuilleton du Revendicateur. Vous ignorez probablement que Tassillier en fut le principal fondateur et jusqu’à présent, l’unique rédacteur. Le berceau de ce journal a été entouré de menées qui ne m’ont pas paru bien claires; ses premiers parrains sont des ouvriers, se disant socialistes, et qui mettent leurs enfants et les enfants des autres en religion. Quoiqu’il en soit, le programme n’était pas mauvais ; les articles des numéros qui suivent le spécimen valent moins. Mais je n’ai pas voulu les commenter après ce que j’avais écrit dans le 26ème N° du Libertaire ; les petits grands hommes révolutionnaires d’ici sont si envieux les uns des autres qu’ils n’auraient pas manqué d’attribuer à un aussi bas mobile que l’esprit de dénigrement la consciencieuse expression de ma pensée. Loin de vouloir nuire au nouveau journal je voudrais qu’il pût vivre. Chacun ayant le droit d’en être actionnaire, moyennant un dollar, et tout actionnaire étant de droit rédacteur, c’est à ceux qui se disent et se croient hommes de progrès à y porter le tribut de leurs idées des articles socialistes. Malheureusement les nôtres sont bien paresseux, bien insouciants. A défaut d’orgueil social, ils n’ont même pas le courage de leur vanité, tout travail les effraie.
[p. 4] Pour ce qui est des évasions de Cayenne je me suis adressé à un des évadés, un jeune homme de bonne volonté, nommé Dime, qui a entre les mains de nombreux documents qu’il avait arrangés pour être livrés à la publicité. Il en a extrait pour vous un résumé en choisissant ce qu’il a pensé devoir vous être inconnu, attendu que son travail est fort long et ne peut guère être transcrit dans une lettre. Si. vous étiez sur les lieux, il se serait fait un plaisir de le mettre en entier à votre disposition. Je crains bien que vous ne trouverez pas dans cet extrait tout ce que vous espériez. Il s’était blessé à la main et j’ai du écrire sous sa dictée les notes qu’il avait commencé à copier et que vous trouverez ci-jointes.
Quant aux notes sur John Brown, je vous envoie sous bande tout ce que j’ai pu me procurer. Il m’est impossible de vous envoyer d’avantage faute du savoir nécessaire pour fouiller dans les publications en langue du pays. Il y a même des numéros du Courrier relatifs à ses derniers moments qui manquent à la collection que je vous envoie, celui autre où il est mention des paroles que Brown prononça dans son cachot pour répudier le concours des prêtres. La Revue de l’Ouest ne les a pas rapportées.
John Brown était une de ces natures très développées sous le rapport du sentiment, mais chez qui la connaissance était plus bornée. S’il faut en croire les journeaux [sic] civilisés, (et tous en Amérique le sont, soit qu’ils appartiennent à une nuance ou à une autre), il croyait encore en Dieu dans le ciel et une constitution sur la terre. Son Dieu et sa constitution, certainement il les voulait le meilleur possible ; mais la vérité est qu’il en était encore là. Après sa condamnation et les traitements ignobles qui la précédèrent et la suivirent, il fut assez chrétien pour pardonner à ses assassins et les remercier de leurs brutales offenses qu’il eut la magnanimité ou la faiblesse d’esprit de qualifier de ‘‘bons procédés’’. Sans doute quelque lâche et traître ami lui avait soufflé ces déplorables paroles, car en toute autre circonstance, depuis les premières audiences jusque sur la trappe du gibet, il s’est montré ferme et intelligent, digne enfin de son passé et de la grande cause pour laquelle il s’immolait. Si vous le mettez en scène, expliquez bien ce léger moment d’égarement par la trop grande bonté de son coeur, par son évangélique douceur. N’oubliez pas que c’est après sa condamnation et par pure charité ou courtoisie qu’il s’exprima ainsi. Avant il n’avait jamais parlé à ses inquisiteurs que comme un ennemi, vaincu, mais indomptable et fier devant ses lâches et sanguinaires
vainqueurs ; enfin que s’il a commis là un péché, c’est par excès de coeur et non par manque de coeur. Il y a chez ce glorieux martyr assez de grandes et belles pensées à mettre [en] évidence pour que ce reste de christianisme ne fasse pas ombre sur le tableau et n’en obscurcisse la lumière. Le fait de cette mère esclave avec ses enfants pour l’accompagner en guise de confesseur, est une de ces originalités touchantes qui témoignent à la fois d’un grand et doux coeur, d’un libre et intelligent cerveau. Son impassible et vaillante fermeté à l’heure de la mort, sur le chemin et la place du supplice, atteste assez tout ce qu’il y avait de saint et de généreux dans le sang qui coulait dans les veines de ce robuste vieillard ; tout ce qu’il y avait de force, de convictions sous la mamelle et le crâne de cet audacieux humanitaire.
Maintenant vous savez sans doute que la Revue de l’Ouest [p. 5] publie en feuilleton les Mystères du Peuple, c’est encore une raison pour que vous n’en puissiez trouver le placement en volume ici. D’ailleurs dans le prolétariat l’argent est rare, et chez le patriciat il n’est pas destiné à des publications de ce genre ; 5 francs le volume, à vrai dire, me parait un prix bien élevé pour un ouvrage qui devrait être vendu au meilleur marché possible.
J’ai définitivement cessé la publication du Libertaire, personne ne voulant plus y souscrire. Et comme je suis sans travail et conséquemment sans argent, j’ai disposé de quelques pièces d’or que j’avais mises en réserve (dans le but alors de balancer mon règlement de compte avec le Bien-être Social) et j’ai, avec cet or payé l’impression de mon dernier numéro. Veuillez en informer le citoyen Beaujoint qui m’approuvera, je n’en doute pas, d’en avoir agi ainsi puisque le B.E.S., mon fraternel créancier, avait cessé de paraître. Assurez le citoyen Beaujoint de ma sincère sympathie pour l’ancien rédacteur du B.E.S. ; serrez lui cordialement la main de ma part, et dites lui que je souhaite ardemment qu’il puisse trouver moyen de fonder une nouvelle feuille, et de combler ainsi le vide fait dans la. propagande socialiste par la disparition de l’organe qu’il rédigeait. Je ne connais personnellement ni lui ni vous, citoyen Vésinier, mais il ne serait pas impossible que j’allasse au printemps vous rendre visite. C’est du moins mon intention de me rapprocher de France si je peux trouver une occasion de partir à bord d’un vapeur sans bourse délier, car pour me procurer l’argent du passage, il n’y faut pas songer. J’irais d’abord en Belgique et s’il était possible je pousserais jusqu’en Suisse. Je suis las de vivre ici en ermite au milieu de la foule : il me semble que je trouverais plus d’affinités de pensées dans les contrées où l’on parle français. J’ai la nostalgie, non pas du pays où je suis né, mais du pays que je n’ai encore entrevu[e] [qu’en rêve, la terre promise, la terre de liberté au delà de la mer rouge... Vous le voyez, comme je voudrais fuir le sol où le destin du moment m’enchaîne, courir à la recherche du bonheur sur un autre continent…. Pauvres premiers socialistes que nous sommes ! hommes déclassés dans la civilisation chrétienne, nous nous remuons comme des intelligences en peine, espérant toujours trouver un coin où nous serons moins en dehors de notre sphère naturelle, et ce coin nous ne pouvons le trouver parce qu’il n’est pas de ce monde, c’est à dire de ce siècle !
.Je ne sais si cette lettre vous parviendra attendu que la police peut la confisquer en route. Mais si elle vous arrive, essayez de ce moyen économique pour me répondre : écrivez en crayon entre les lignes d’un journal et mettez le journal sous bande à mon adresse. J’en ferai autant de mon côté.
Vous savez que je suis colleur de papier et peintre en bâtiment. Si vous pouvez me renseigner sur les chances que j’aurais de trouver ou non du travail à Genève où à Bruxelles, j’attends de vous ce petit service. Je sais que le travail est bien moins payé en Europe qu’enAmérique, mais j’y trouverais peut-être [p. 6] plus facilement de l’ouvrage, attendu qu’ici je suis par mon ignorance de la langue contraint de travailler exclusivement pour des patrons français et qu’ils ne sont ni les plus nombreux, ni les moins exploiteurs. Si je quittais l’Amérique avant d’avoir reçu une réponse de vous, je vous le ferais savoir par le moyen indiqué.
Calvat se joint à moi pour vous donner la poignée de main et le salut fraternel.
Joseph Déjacque
PS. 27 février.
— Le libraire qui avait promis une réponse vient de se prononcer négativement. Il n’y a pas là compter sur l’Amérique pour l’écoulement de vos éditions.
— Les journaux concernant John Brown ne suivent pas ; ils en manquent. Puis, une chose à observer, c’est que le Courrier des Etats- Unis est un journal esclavagiste. Ne vous rapportez donc pas toujours à la lettre de ce qu’il dit, d’autant plus que
c’est souvent contradictoire; et sachez démêler la Vérité de l’erreur sous les voiles mensongères dont on a cherché de la couvrir.
J.D.