16 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Pouvoirs informels et réseaux familiaux dans les campagnes européennes au XVIème siècle - article ; n°1 ; vol.96, pg 67-79

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
16 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Actes de la recherche en sciences sociales - Année 1993 - Volume 96 - Numéro 1 - Pages 67-79
Informelle Machtfaktoren und familiale Netzwerke In den letzten Jahrzehnten wurde das Thema der Herrschaftsmacht sehr stark gemacht und von einigen Forschern gar zur letzten und entscheidenden Erklärungsweise stilisiert. In Fortsetzung der Arbeiten von Hannah Arendt, Peter Blicke und Giovanni Levi versucht dieser Artikel, den reduktionistischen Charakter eines solchen Standpunkts deutlich zu machen und zu zeigen, dass bis in scheinbar abhängigste Milieus hinein Strategien entwickelt werden, die der Familie eine mehr oder weniger breite Autonomiesphäre zu sichern suchen, um den äusseren Pressionen widerstehen und zuweilen sogar offensiv dagegen antreten zu können. Auf der Basis von Studien zum Königreich Neapel und der Pariser Region im 16. Jahrhundert wird versucht, die Verhaltensweisen einfacher Bauern zu analysieren und verständlich zu machen, die vermittels solider familialer Netzwerke und komplizierter Formen des matrimonialen Tauschs (die variieren je nach Gebraüche, wirtschaftliche Zwänge und jeweilige Vorstellungen von Ehrenhaftigkeit) darauf abzielen, die soziale Stellung ihrer Nachkommen zu wahren, wenn nicht zu verbessern. Dabei wird sichtbar, dass zumindest jene Bauern, die dazu in der Lage sind, keineswegs nur sich den Initiativen der führenden Klassen beugen oder darauf reagieren, sondern seit langem schon auch imstande sind, höchst elaborierte und häufig effiziente soziale Strategien zu entwickeln.
Informal Powers and Family Networks In the last few decades researchers have considerably developed the theme of power-as-domination, and some have made it an ultimate and decisive mode of explanation. Pursuing the arguments of philosophers and historians such as Hannah Arendt, Peter Blicke and Giovanni Levi, this article aims to demonstrate the reductive character of such a viewpoint by showing that even in the apparently most dependent milieux, strategies develop which tend to provide families with a sphere of autonomy, of varying size, enabling them to resist external pressures and even sometimes to go onto the offensive. Drawing on studies of the Kingdom of Naples and the Paris region in the l6th century, it seeks to understand and analyse the behaviour of ordinary European peasants who, by constituting solid family networks and observing complicated matrimonial exchanges (the forms of which vary in each case according to local customs, economic constraints and their particular conceptions of honour) are all aimed at maintaining and if possible improving the social position of their descendants. It becomes clear that the peasants, or at least those who are able to do so, far from simply submitting or reacting to the initiatives of the ruling classes, have, for a very long time, also been capable of devising sophisticated and often effective social strategies and tactics.
Pouvoirs informels et réseaux familiaux dans les campagnes européennes au XVIe siècle Les chercheurs ont, ces dernières décennies, beaucoup développé le thème du pouvoir-domination, et certains en ont fait un mode d'explication ultime et décisif. Dans la lignée de travaux de philosophes ou d'historiens comme ceux de Hannah Arendt, de Peter Blicke ou de Giovanni Levi, cet article essaie de faire apparaître le caractère réducteur d'un tel point de vue en montrant que, jusque dans les milieux apparemment les plus dépendants, se développent des stratégies qui tendent à assurer aux familles une sphère d'autonomie plus ou moins large leur permettant de résister aux pressions extérieures, et même parfois de prendre l'offensive. S'appuyant sur des études portant sur le Royaume de Naples et la région parisienne au XVIe siècle, il s'efforce de comprendre et d'analyser les comportements de simples paysans européens qui, à travers la constitution de réseaux familiaux solides et la pratique d'échanges matrimoniaux compliqués (dont les formes varient en chaque cas suivant les coutumes, les contraintes économiques et les représentations qu'ils ont de l'honorabilité) visent tous à maintenir et si possible à améliorer la position sociale de leurs descendants. Il apparaît ainsi que les paysans, du moins ceux qui le peuvent, loin de ne faire que se soumettre ou réagir aux initiatives des classes dirigeantes, sont également capables, depuis fort longtemps, de concevoir des stratégies et des tactiques sociales sophistiquées et souvent efficaces.
13 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1993
Nombre de lectures 36
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Extrait

Monsieur Hugues Neveux
Pouvoirs informels et réseaux familiaux dans les campagnes
européennes au XVIème siècle
In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 96-97, mars 1993. pp. 67-79.
Citer ce document / Cite this document :
Neveux Hugues. Pouvoirs informels et réseaux familiaux dans les campagnes européennes au XVIème siècle. In: Actes de la
recherche en sciences sociales. Vol. 96-97, mars 1993. pp. 67-79.
doi : 10.3406/arss.1993.3042
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1993_num_96_1_3042Zusammenfassung
Informelle Machtfaktoren und familiale Netzwerke
In den letzten Jahrzehnten wurde das Thema der Herrschaftsmacht sehr stark gemacht und von einigen
Forschern gar zur letzten und entscheidenden Erklärungsweise stilisiert. In Fortsetzung der Arbeiten
von Hannah Arendt, Peter Blicke und Giovanni Levi versucht dieser Artikel, den reduktionistischen
Charakter eines solchen Standpunkts deutlich zu machen und zu zeigen, dass bis in scheinbar
abhängigste Milieus hinein Strategien entwickelt werden, die der Familie eine mehr oder weniger breite
Autonomiesphäre zu sichern suchen, um den äusseren Pressionen widerstehen und zuweilen sogar
offensiv dagegen antreten zu können. Auf der Basis von Studien zum Königreich Neapel und der
Pariser Region im 16. Jahrhundert wird versucht, die Verhaltensweisen einfacher Bauern zu
analysieren und verständlich zu machen, die vermittels solider familialer Netzwerke und komplizierter
Formen des matrimonialen Tauschs (die variieren je nach Gebraüche, wirtschaftliche Zwänge und
jeweilige Vorstellungen von Ehrenhaftigkeit) darauf abzielen, die soziale Stellung ihrer Nachkommen zu
wahren, wenn nicht zu verbessern. Dabei wird sichtbar, dass zumindest jene Bauern, die dazu in der
Lage sind, keineswegs nur sich den Initiativen der "führenden" Klassen beugen oder darauf reagieren,
sondern seit langem schon auch imstande sind, höchst elaborierte und häufig effiziente soziale
Strategien zu entwickeln.
Abstract
Informal Powers and Family Networks
In the last few decades researchers have considerably developed the theme of power-as-domination,
and some have made it an ultimate and decisive mode of explanation. Pursuing the arguments of
philosophers and historians such as Hannah Arendt, Peter Blicke and Giovanni Levi, this article aims to
demonstrate the reductive character of such a viewpoint by showing that even in the apparently most
dependent milieux, strategies develop which tend to provide families with a sphere of autonomy, of
varying size, enabling them to resist external pressures and even sometimes to go onto the offensive.
Drawing on studies of the Kingdom of Naples and the Paris region in the l6th century, it seeks to
understand and analyse the behaviour of ordinary European peasants who, by constituting solid family
networks and observing complicated matrimonial exchanges (the forms of which vary in each case
according to local customs, economic constraints and their particular conceptions of honour) are all
aimed at maintaining and if possible improving the social position of their descendants. It becomes clear
that the peasants, or at least those who are able to do so, far from simply submitting or reacting to the
initiatives of the "ruling" classes, have, for a very long time, also been capable of devising sophisticated
and often effective social strategies and tactics.
Résumé
Pouvoirs informels et réseaux familiaux dans les campagnes européennes au XVIe siècle
Les chercheurs ont, ces dernières décennies, beaucoup développé le thème du pouvoir-domination, et
certains en ont fait un mode d'explication ultime et décisif. Dans la lignée de travaux de philosophes ou
d'historiens comme ceux de Hannah Arendt, de Peter Blicke ou de Giovanni Levi, cet article essaie de
faire apparaître le caractère réducteur d'un tel point de vue en montrant que, jusque dans les milieux
apparemment les plus dépendants, se développent des stratégies qui tendent à assurer aux familles
une sphère d'autonomie plus ou moins large leur permettant de résister aux pressions extérieures, et
même parfois de prendre l'offensive. S'appuyant sur des études portant sur le Royaume de Naples et la
région parisienne au XVIe siècle, il s'efforce de comprendre et d'analyser les comportements de simples
paysans européens qui, à travers la constitution de réseaux familiaux solides et la pratique d'échanges
matrimoniaux compliqués (dont les formes varient en chaque cas suivant les coutumes, les contraintes
économiques et les représentations qu'ils ont de l'honorabilité) visent tous à maintenir et si possible à
améliorer la position sociale de leurs descendants. Il apparaît ainsi que les paysans, du moins ceux qui
le peuvent, loin de ne faire que se soumettre ou réagir aux initiatives des classes "dirigeantes", sont
également capables, depuis fort longtemps, de concevoir des stratégies et des tactiques sociales
sophistiquées et souvent efficaces.:
:
:
HUGUES NEVEUX
Pouvoirs informels
et réseaux familiaux
dans les campagnes
européennes
au xvie siècle*
procéder à une conceptualisation différente et qu'il
existe des pouvoirs s'intégrant difficilement à une Depuis de moins pouvoir quelques et sous tend des décennies, à influences se confondre en diverses, France avec la celle tout notion de au
représentation fondée sur la dichotomie dominés
domination, assimilée à une oppression, ou, comme impuissants/dominants tout puissants.
on disait autrefois, à une tyrannie. Ceci a orienté les Ainsi Hannah Arendt, à propos du cas des colonies
études vers les moyens plus ou moins ouvertement anglaises d'Amérique, distingue les pactes qui comport
contraignants qui assurent la prépondérance d'un ent une délégation primitive et entière du pouvoir et
groupe sur un autre détention de positions strat justifient ainsi une domination, des pactes mutuels qui
égiques décisives, qu'elles soient économiques, poli visent à aménager sur un espace un pouvoir commun
tiques ou intellectuelles, ou encore élaboration et autaire organisateur ; aussi vante-t-elle la constitution
diffusion d'idéologies facilitant l'acceptation d'une des Etats-Unis d'avoir su non seulement préserver de
hégémonie et, le cas échéant, s'efforçant de la justifier. tels espaces là où ils se rencontraient déjà mais égale
Réduire le pouvoir à la domination, affecte la per ment d'en avoir favorisé le développement1. Hannah
ception de la structure des sociétés elle en favorise
une vue bipolaire opposant une oligarchie concentrant
tous les instruments de pouvoirs, à une multitude qui * Cet article est la version fortement remaniée d'une communication en serait à peu près totalement démunie, ou une poi faite au colloque sur "Les pouvoirs informels clans l'Eglise et la gnée de "dominants" à une masse de "dominés". Cette société du Bas Moyen Age et de la Renaissance" tenu à Erice en sep
tembre 1989 à l'initiative des professeurs A. Paravicini Bagliani et représentation de la société se double d'une croyance André Vauchez. Je tiens à remercier particulièrement André Vauchez en l'impuissance croissante des individus et des de m'avoir procuré l'occasion de présenter mes idées sur la question
groupes du sommet vers la base, séparant des "actifs" traitée ici, et Pierre Bourdieu de m'avoir incité, dans un second
temps, à en développer les aspects théoriques. La version première, et des "passifs". Au bout du compte, on retrouve une plus tournée vers un public d'historiens, est parue, en italien, dans
dichotomie catégorielle, ce classement un peu passe les actes du colloque, Poteri informai! e reti familiari nelle comunità
rurali (XV e XVI secólo) in A. Paravicini Bagliani e A. Vauchez (éd. partout qui a autorisé bien des interprétations clans
Poteri carismalici e informali : chiesa e societá medioeval:, Palerme, nombre de domaines, parfois fort éloignés. 1992, pp. 58-77. Je tiens à ce propos à remercier également le pro
Quelle qu'en soit la valeur interprétative, cette fesseur A. Paravicini Bagliani d'avoir accepté que les principales
conclusions de ma communication d'Erice puissent être éditées en vision présente, en raison même des réductions ten français dans une version plus étoffée et une perspective nouvelle. dancielles successives qu'elle inclut, des limites, qui en 1 - H. Arendt, On Revolution, 1963, tr. fr. Essai sur la Révolution, bornent étroitement la portée. En effet un rapide sur Paris, Gallimard, 1967, ch. IV Première Fondation Constitutio

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text