Taxinomies sociales et luttes de classes - article ; n°1 ; vol.29, pg 75-106

-

Documents
35 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Actes de la recherche en sciences sociales - Année 1979 - Volume 29 - Numéro 1 - Pages 75-106
Soziale Taxinomien und Klassenkämpfe. In den symbolischen Erzeugnissen —den Romanen, Filmen, etc.— der Jahre vor 1930 etwa fehlen Spuren der «Fuhrungskräfte»; sie werden nicht dargestellt. Auch in den Statistiken sind sie bis Kriegsende nicht erfaßt. Zwar gibt es durchaus Angestellte, die in den Unternehmen die nämlichen Stellungen begleichen wie die heutigen «Fuhrungskräfte»; doch es hat alles den Anschein, als wären sie zu jener Zeit noch nicht zum Prinzip ihrer Identität und Einheit vorgedrungen. Gegenstand der vorliegenden Arbeit ist die Analyse des Sammlungsprozesses und der Redefinitionsarbeit, aus denen die Kategorie der «Führungskraft», jener gleichsam neue «Flurname» innerhalb des sozialen Feldes, hervorgeht. Der Gebrauch des Terminus «Führungs-kraft» als Einheitsbegriff wie die Konstitution der «Führungskräfte» als explizite Gruppe sind nicht zu trennen von den nach den Streiks von 1936 verstärkt einsetzenden Maßnahmen, die soziale Ordnung wieder herzustellen und in den Griff zu bekommen. Die «Mittelklassen» sind zu sammeln Zwecks Transformation dieser trägen «Masse» in eine Klasse, die kraft ihrer Zahl und Kohäsion die Arbeiterklasse einzudämmen und zu schlagen vermag. Das Auftreten der «Fuhrungskräfte» als anerkannte und benannte Gruppe ist nicht zu trennen von der Ideologie des «Dritten Weges» : Die «Mittelklassen» und innerhalb dieser, die «Führungskräfte», bilden das Zwischenglied, die «Dritte Partei» zwischen Arbeiterklasse und Unternehmertum. Die in den Dreiziger Jahren, besonders nach 1936, zunehmend steigende Flut von Literatur über die Mittelklassen und die «Führungskräfte» ist im Kern durch den Korporatismus und den Sozialkatholizismus inspiriert (einmal abgesehen vom italienischen Faschismus, der die meisten Ideologen der «Mittelklassen» faszinierte). Vichy trägt durch die offizielle Anerkennung der Kategorie stark zur Vereinheitlichung der «Fuhrungskräfte» bei. Die nach Kriegsende ausgehandelten «Parodi-Vereinbarungen» stellen die durch Vichy gestiftete Repräsentation einer dreigeteilten sozialen Welt auf Dauer. Die Confédération générale des cadres übernimmt das Erbe der Mittelklassenbewegung der Dreiziger Jahre. Parallel zur Offïzialisierung vollzieht sich eine nicht unerhebliche Repräsentationsarbeit : eine ganze Literatur, häufig von katholischen Ingenieuren geschrieben, legt dar, «was» die «Führungskraft», der «leitende Angestellte» ist, was er «sein soll», verkündet dessen Werte. Im Umkreis dieser Ingenieure vollzieht sich die Sammlungsbewegung derer, die man bisher «Kollaborateure» nannte, um damit die privilegierten Beziehungen zu kennzeichnen, die diese «Gehalts-empfänger», diese burgerlichen Lohnabhängigen zum Unternehmertum unterhalten.
Taxinomies sociales et luttes de classes. Dans les produits symboliques antérieurs aux années 30 environ —romans, films, etc.— on ne trouve pas trace des «cadres». Ils ne sont pas représentés. Ils sont absents aussi des recensements statistiques où ils ne figureront qu'après guerre. Il existe bien des agents occupant dans les entreprises des positions analogues aux positions occupées aujourd'hui par les «cadres», mais tout se passe comme si ils n'avaient pas accédé au principe de leur identité ni de leur unité. L'objet de ce travail est d'analyser le processus de regroupement et le travail de redéfinition dont la catégorie des «cadres», nouveau lieu-dit de l'espace social, est le produit. L'utilisation du terme de «cadre», comme concept unificateur, et la constitution des «cadres» en groupe explicite sont inséparables des tentatives de reprise en main et de restauration de l'ordre social qui se multiplient après les grèves de 1936 : il faut regrouper les «classes moyennes» pour transformer ces «masses» inertes en une classe capable par son nombre et sa cohésion d'endiguer et de vaincre la classe ouvrière. L'apparition des «cadres» comme groupe reconnu et nommé ne peut être dissociée de l'idéologie de la troisième voie : les «classes moyennes» et, parmi elles, les «cadres» sont le «Tiers-parti» intermédiaire entre la classe ouvrière et le patronat. La littérature sur les classes moyennes et sur les «cadres», très abondante dans les années 1930-1940, surtout après 36, est inspirée, essentiellement, par le corporatisme et le catholicisme social (sans parler du fascisme italien qui fascine la plupart des idéologues de la «classe moyenne»). Vichy contribue fortement à l'unification des «cadres» en donnant à la catégorie une reconnaissance officielle. Les accords Parodi, après guerre, éternisent la représentation tripartite du monde social instituée par Vichy. La Confédération générale des cadres reprend l'héritage des Mouvements de classes moyennes des années 30-40. Parallèlement au travail d'officialisation, s'opère un important travail de représentation : toute une littérature, écrite le plus souvent par des ingénieurs catholiques, dit ce «qu'est» le «cadre», ce qu'il «doit être», les valeurs qui sont les siennes. Autour de ces ingénieurs se réalise le regroupement de ceux que l'on appelait jusque là les «collaborateurs» pour désigner les relations privilégiées que ces «salariés», ces salariés bourgeois, entretenaient avec le patronat.
Social Taxonomies and Class Struggles. In the pre-1930's no trace of the 'executive' is to be found in symbolic products such as the novel or cinema. Nor do they appear in statistical censuses until after the War. Even though at the time officials did exist who occupied similar positions in business to those now occupied by executives, it is as if they had not yet achieved a common identity. The aim of this study is to analyse the way in which the executive emerged as a new figure on the social horizon through processes of regrouping and redefinition. The use of the term 'executive' as a unifying concept and the constitution of executives into an explicit group are phenomena that are inseparable from the increasing attempts to restore social order subsequent to the strikes of 1936: a need emerges to restructure the inert 'masses' of the 'Middle Classes' into a class which is capable by its membership and cohesion to check and defeat the working classes. The emergence of the 'executives' as a recognized, named group is inseparable from the ideology aiming to insert the executive element of the Middle Classes in a third position intermediate between the working classes and management. The large amount of literature devoted to the middle classes and the executives that appeared in the period 1930-1940, and particularly after 1936, was inspired essentially by corporatism and social Catholicism (not to mention Italian Fascism, a subject of fascination for a large number of Middle Class ideologists). Vichy went even further in the unifying of the executive class by giving officiai recognition to it. The post-war Parodi agreements establish for good and all the tripartite representation of the social world that had been instituted by Vichy. The Confederation Generale des Cadres, an official body representing the interests of executives, owes its orientation and character to the middle class movements of the 1930's. This officialisation is accompanied by changes on the level of representation; a whole body of literature, invariably written by Catholic engineers, sets out to define the identity, mission and values of the executive. These engineers spur the restructuring of those hitherto known as mere 'colleagues', a term used to designate und underline the special relationship held by these bourgeois wage-earners with management.
32 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1979
Nombre de visites sur la page 57
Langue Français
Signaler un problème

Luc Boltanski
Taxinomies sociales et luttes de classes
In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 29, septembre 1979. pp. 75-106.
Citer ce document / Cite this document :
Boltanski Luc. Taxinomies sociales et luttes de classes. In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 29, septembre
1979. pp. 75-106.
doi : 10.3406/arss.1979.2650
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1979_num_29_1_2650Zusammenfassung
Soziale Taxinomien und Klassenkämpfe.
In den symbolischen Erzeugnissen —den Romanen, Filmen, etc.— der Jahre vor 1930 etwa fehlen
Spuren der «Fuhrungskräfte»; sie werden nicht dargestellt. Auch in den Statistiken sind sie bis
Kriegsende nicht erfaßt. Zwar gibt es durchaus Angestellte, die in den Unternehmen die nämlichen
Stellungen begleichen wie die heutigen «Fuhrungskräfte»; doch es hat alles den Anschein, als wären
sie zu jener Zeit noch nicht zum Prinzip ihrer Identität und Einheit vorgedrungen. Gegenstand der
vorliegenden Arbeit ist die Analyse des Sammlungsprozesses und der Redefinitionsarbeit, aus denen
die Kategorie der «Führungskraft», jener gleichsam neue «Flurname» innerhalb des sozialen Feldes,
hervorgeht.
Der Gebrauch des Terminus «Führungs-kraft» als Einheitsbegriff wie die Konstitution der
«Führungskräfte» als explizite Gruppe sind nicht zu trennen von den nach den Streiks von 1936
verstärkt einsetzenden Maßnahmen, die soziale Ordnung wieder herzustellen und in den Griff zu
bekommen. Die «Mittelklassen» sind zu sammeln Zwecks Transformation dieser trägen «Masse» in
eine Klasse, die kraft ihrer Zahl und Kohäsion die Arbeiterklasse einzudämmen und zu schlagen
vermag. Das Auftreten der «Fuhrungskräfte» als anerkannte und benannte Gruppe ist nicht zu
trennen von der Ideologie des «Dritten Weges» : Die «Mittelklassen» und innerhalb dieser, die
«Führungskräfte», bilden das Zwischenglied, die «Dritte Partei» zwischen Arbeiterklasse und
Unternehmertum. Die in den Dreiziger Jahren, besonders nach 1936, zunehmend steigende Flut von
Literatur über die Mittelklassen und die «Führungskräfte» ist im Kern durch den Korporatismus und den
Sozialkatholizismus inspiriert (einmal abgesehen vom italienischen Faschismus, der die meisten
Ideologen der «Mittelklassen» faszinierte).
Vichy trägt durch die offizielle Anerkennung der Kategorie stark zur Vereinheitlichung der
«Fuhrungskräfte» bei. Die nach Kriegsende ausgehandelten «Parodi-Vereinbarungen» stellen die durch
Vichy gestiftete Repräsentation einer dreigeteilten sozialen Welt auf Dauer. Die Confédération générale
des cadres übernimmt das Erbe der Mittelklassenbewegung der Dreiziger Jahre.
Parallel zur Offïzialisierung vollzieht sich eine nicht unerhebliche Repräsentationsarbeit : eine ganze
Literatur, häufig von katholischen Ingenieuren geschrieben, legt dar, «was» die «Führungskraft», der
«leitende Angestellte» ist, was er «sein soll», verkündet dessen Werte. Im Umkreis dieser Ingenieure
vollzieht sich die Sammlungsbewegung derer, die man bisher «Kollaborateure» nannte, um damit die
privilegierten Beziehungen zu kennzeichnen, die diese «Gehalts-empfänger», diese burgerlichen
Lohnabhängigen zum Unternehmertum unterhalten.
Abstract
Social Taxonomies and Class Struggles.
In the pre-1930's no trace of the 'executive' is to be found in symbolic products such as the novel or
cinema. Nor do they appear in statistical censuses until after the War. Even though at the time officials
did exist who occupied similar positions in business to those now occupied by executives, it is as if they
had not yet achieved a common identity. The aim of this study is to analyse the way in which the
executive emerged as a new figure on the social horizon through processes of regrouping and
redefinition.
The use of the term 'executive' as a unifying concept and the constitution of executives into an explicit
group are phenomena that are inseparable from the increasing attempts to restore social order
subsequent to the strikes of 1936: a need emerges to restructure the inert 'masses' of the 'Middle
Classes' into a class which is capable by its membership and cohesion to check and defeat the working
classes. The emergence of the 'executives' as a recognized, named group is inseparable from the
ideology aiming to insert the executive element of the Middle Classes in a third position intermediate
between the working classes and management. The large amount of literature devoted to the middle
classes and the executives that appeared in the period 1930-1940, and particularly after 1936, was
inspired essentially by corporatism and social Catholicism (not to mention Italian Fascism, a subject of
fascination for a large number of Middle Class ideologists).
Vichy went even further in the unifying of the executive class by giving officiai recognition to it. The post-
war Parodi agreements establish for good and all the tripartite representation of the social world that
had been instituted by Vichy. The Confederation Generale des Cadres, an official body representing theinterests of executives, owes its orientation and character to the middle class movements of the 1930's.
This officialisation is accompanied by changes on the level of representation; a whole body of literature,
invariably written by Catholic engineers, sets out to define the identity, mission and values of the
executive. These engineers spur the restructuring of those hitherto known as mere 'colleagues', a term
used to designate und underline the special relationship held by these bourgeois wage-earners with
management.
Résumé
Taxinomies sociales et luttes de classes.
Dans les produits symboliques antérieurs aux années 30 environ —romans, films, etc.— on ne trouve
pas trace des «cadres». Ils ne sont pas représentés. Ils sont absents aussi des recensements
statistiques où ils ne figureront qu'après guerre. Il existe bien des agents occupant dans les entreprises
des positions analogues aux positions occupées aujourd'hui par les «cadres», mais tout se passe
comme si ils n'avaient pas accédé au principe de leur identité ni de leur unité. L'objet de ce travail est
d'analyser le processus de regroupement et le travail de redéfinition dont la catégorie des «cadres»,
nouveau lieu-dit de l'espace social, est le produit.
L'utilisation du terme de «cadre», comme concept unificateur, et la constitution des «cadres» en groupe
explicite sont inséparables des tentatives de reprise en main et de restauration de l'ordre social qui se
multiplient après les grèves de 1936 : il faut regrouper les «classes moyennes» pour transformer ces
«masses» inertes en une classe capable par son nombre et sa cohésion d'endiguer et de vaincre la
classe ouvrière. L'apparition des «cadres» comme groupe reconnu et nommé ne peut être dissociée de
l'idéologie de la troisième voie : les «classes moyennes» et, parmi elles, les «cadres» sont le «Tiers-
parti» intermédiaire entre la classe ouvrière et le patronat. La littérature sur les classes moyennes et sur
les «cadres», très abondante dans les années 1930-1940, surtout après 36, est inspirée,
essentiellement, par le corporatisme et le catholicisme social (sans parler du fascisme italien qui fascine
la plupart des idéologues de la «classe moyenne»).
Vichy contribue fortement à l'unification des «cadres» en donnant à la catégorie une reconnaissance
officielle. Les accords Parodi, après guerre, éternisent la représentation tripartite du monde social
instituée par Vichy. La Confédération générale des cadres reprend l'héritage des Mouvements de
classes moyennes des années 30-40. Parallèlement au travail d'officialisation, s'opère un important
travail de représentation : toute une littérature, écrite le plus souvent par des ingénieurs catholiques, dit
ce «qu'est» le «cadre», ce qu'il «doit être», les valeurs qui sont les siennes. Autour de ces ingénieurs se
réalise le regroupement de ceux que l'on appelait jusque là les «collaborateurs» pour désigner les
relations privilégiées que ces «salariés», ces salariés bourgeois, entretenaient avec le patronat.a lucDoitansKi boltanski i lue
taxinomies sociales
enraciner le groupe dans l'ordre de la pure déter
mination technique et de la division technique du
travail (2)), on tentera de rendre compte de la
forme prise par le groupe en interrogeant le travail
de regroupement , d'inclusion et d'exclusion, dont
il est le produit. On espère échapper par là à
l'illusion de l'intemporalité comme à la fascination
du «nouveau» : la référence au «nouveau» dont use
et abuse la sociologie lorsqu'elle parle, par
l'objectivité souvent, pressée Dans où séries des ignore. trace romans, contradictoires et sont laisse succombe ce ils «retard» «comme «existé» d'autres vide ne se est images absents les des statistiques sont figureront souvent institué Aucune de uvres d'obtenir pièces des si» au noms. «cadres». luttes forgés la et parfois ou, l'«existence» aussi «nomenclatures» tous prix représentation des organisation : de le antérieures comme enfermer faire qu'après homogènes. C'est les nom des temps, mots, de coûte théâtre, Ils l'histoire instruments recensements «comme manipulations ne qui par la mais du que guerre sont pratique aux le entre erreur etc., ne tentation et groupe désigne Ou, sur s'en années des coûte pas dans si» quantitative on (1). le de (n'y à deux réclame. représentés. statistiques, le nomenclatures, la scientifique ne «réel» l'opposé, sa datait le diverses, en groupe Le 30 et, a-t-il représentaà trouve mobilisation silence de propre positions droit environ, laquelle le ?), du pas Face avait faire jour sous trop plus des pas un les où Ils et se à exemple, classes et l'invention des dé «nouvelles la classe des classes» cadres" mojenné «nouvelles moyennes» ou «nouvelle classe ouvrière»
a pour inconvénient principal de contribuer à la
naturalisation de l'objet qu'elle désigne. Produit
d'un «surgissement», d'une «mutation», d'une
«mouvance» obscure, bref, sorti de rien, le groupe
appelle alors les explications d'allure essentialiste .
Or, ce n'est que dans des cas rares et, plus préci
sément, dans les situations proprement révolutionn
aires, la guerre civile, que des groupes
apparaissent et disparaissent, avec armes et bagages
(3). A ces cas marqués par des ruptures nettes et
tion et de son dénombrement. datées, il faut opposer ceux, plus nombreux, où
On voudrait tenter d'échapper ici à cette l'apparition d'un groupe «nouveau» est le produit
alternative en analysant la conjoncture historique d'un réarrangement structural de longue durée
dans laquelle les «cadres» se sont formés en groupe s'exerçant à la fois sur les propriétés objectives et
sur les représentations (4). Des groupes pré- explicite, doté d'un nom, d'organisations, de
porte-parole, de systèmes de représentations et de
valeurs. Intention elle-même subordonnée à la
nécessité de rompre avec la conception substan- 2 La conception substantialiste est aussi à mi-chemin entre tialiste des groupes sociaux qui, en nombre de cas, l'entreprise juridique par laquelle sont institués des
sous-tend, au moins implicitement, la sociologie principes officiels de classement et l'entreprise scienti
fique construction du champ des instruments concurrents des groupes professionnels : au lieu de chercher à de classement «l'art social» et la «science sociale», déterminer les «critères» au moyen desquels le comme disait Mauss. (Cf. M. Mauss, «Divisions et proportgroupe «doit» être défini et les «frontières» qu'il ions des divisions de la sociologie», uvres, Paris, Editions «faut» lui donner pour obtenir un objet palpable et de Minuit, 1969, t. 3, pp. 233-237).
bien délimité (ce qui revient le plus souvent à 3 Cf. par exemple, M. Ferro, «La naissance du système
bureaucratique en URSS», Annales, n° 2, 1976, pp. 243-267.
4 Cf. P. Bourdieu, L. Boltanski, M. de Saint Martin, «Les
1 Cf. A. Desrosières, «Éléments pour l'histoire des nomenc stratégies de reconversion, les classes sociales et le système
latures socio-professionnelles», in Pour une histoire de la d'enseignement», Information sur les sciences sociales, 12,
(5), pp. 61-113. statistique, INSEE, Paris, 1977, pp. 155-232. :
76 Luc Boltanski
existants se redéfinissent, se perçoivent et se qu'à l'espace social (7). L'appel aux «classes
donnent à voir autrement, se désagrègent et moyennes», l'accroissement de l'attention qui leur
s'agrègent dans des configurations nouvelles. Mais est portée,ne sont pas compréhensibles non plus si
chacun des groupes qui entrentdans des arrange on fait abstraction de la référence au fascisme qui,
ments nouveaux conserve quelque chose de ses en Allemagne et surtout en Italie,est solidaire d'une
propriétés anciennes et de son ancienne destination. organisation «corporatiste» du monde social où les
Dans l'évolution de la structure des classes et «classes moyennes» doivent occuper une position
du travail de représentation qui l'accompagne, les stratégique. Dans les écrits des porte-parole des
années 1930-1940 occupent certainement une mouvements de classes moyennes et de «cadres»,la
place privilégiée. L'apparition du terme de «cadre» référence au fascisme est constante et contradict
et des «mouvements de cadres» liés aux «mouve oire. L'état fasciste est utilisé de deux façons : le
ments de classes moyennes», autour de 1936, n'est plus souvent implicitement, comme un modèle;
qu'un élément parmi d'autres de l'entreprise de explicitement, comme un instrument de pression :
redéfinition idéologique qui travaille la bourgeoisie donnez aux «classes moyennes» ce qu'elles r
et la petite bourgeoisie et qui trouve son point éclament si vous ne voulez pas qu'elles succombent,
culminant entre 1934 et 1938 environ, lorsque, comme ailleurs, à la tentation fasciste. Ainsi,
avec le renforcement du mouvement ouvrier, l'adhésion à des représentations et à une thémat
s'intensifie la lutte entre les classes. Elle a pour ique souvent empruntées au fascisme italien est
enjeu l'imposition d'une représentation ternaire du présentée comme le moyen, le seul moyen, de
monde social, centrée sur la «classe moyenne», prévenir le «danger fasciste».
élément «sain» et «stable» de la «nation», calquée
elle-même sur la représentation de l'espace poli
tique, qui se forme alors dans les avant-gardes de la
nouvelle droite avec entre les deux extrêmes, Premier repère : les mouvements «collectivisme» et «capitalisme», la «Troisième
Deux types de mouvements qui entretiennent des voie» (5). Cette idéologie trouve alors un fonde
liens organisationnels et, par l'intermédiaire de ment relatif dans la réalité sociale. Pour com
leurs dirigeants et de leurs porte-parole, des liens prendre la force qu'acquiert dans l'entre— deux
personnels très étroits, se créent ou se développent guerres le discours sur les «classes moyennes» (qui
dans les années 1930-1940 et surtout après les n'est pas en soi une invention des années 30) il faut
grèves de juin 36 (précisément, de fin 1936 à fin le rapporter aussi, en effet, aux changements
1938). D'une part, des mouvements visant à économiques, notamment l'inflation et la crise qui
rassembler et à défendre les «classes moyennes»; affectent alors des fractions importantes de la
d'autre part, des mouvements d'ingénieurs et de bourgeoisie et de la petite bourgeoisie. L'idéologie
«cadres» (le mot commence à être utilisé durant la qui prône l'union et la mobilisation de «la classe
période mais ne s'imposera que sous Vichy) qui, moyenne» n'aurait certainement pas rencontré une
après 1936, prennent essentiellement la forme de écoute aussi attentive si elle n'avait trouvé dans les
«syndicats». contradictions objectives qui se nouent ou s'accen
tuent à la même époque (entre le petit et le grand Il s'agit notamment de l'Union des syndicats d'ingénieurs patronat, la fonction publique et le secteur privé, français (USIF), du syndicat professionnel des ingénieurs
les fractions «indépendantes» et les fractions diplômés français (SPID) et du syndicat des
salariés (SIS). Cette dernière organisation, la plus impor«salariées» de la bourgeoisie et de la petite bourg tante par le nombre de ses adhérents (elle regroupe environ eoisie, etc.), un terrain favorable à sa diffusion : 10.000 ingénieurs), la plus active et la plus écoutée, a été tout se passe en effet comme si elle avait d'abord créée par l'Union sociale des ingénieurs catholiques dont
eu pour fonction sociale la dénégation des clivages elle réunit la plupart des membres sous un nouveau sigle.
Mais l'USIC n'en continue pas moins à avoir une existence objectifs qui se mettent en place.
légale indépendante du SIS auquel elle survivra (8). Cette Mais la construction du modèle ternaire de
l'espace social ne s'opère pas ex nihilo. Elle puise
ses matériaux —schemes de pensée, vocabulaire,
7-Comme l'ont montré J.M. Mayeur et E. Poulat, le emblèmes, etc.— essentiellement à deux sources. catholicisme social est issu en droite ligne du catholicisme D'abord au catholicisme social. Ayant, depuis la fin intransigeant, de l'intégrisme. Les «catholiques sociaux» du XIXème siècle, été contraints de lutter sur deux n'ont pas pour ambition d'adapter l'église au «monde
fronts, contre le socialisme d'une part, contre la moderne» à la société «libérale» issue de 89 mais, dans
l'esprit de la contre-révolution, d'inventer une solution bourgeoisie libérale laïque d'autre part et de nouvelle permettant de «dépasser» le libéralisme. Dès trouver, entre ces deux périls, les «justes passes» l'origine, le «catholicisme social» s'oppose ainsi aux «deux comme dit le Père Droulers (6), les catholiques erreurs fondamentales», le «socialisme collectiviste» et le
sociaux ont été amenés à élaborer un scheme «libéralisme» le «libéralisme politico-social» aussi bien que
le «libéralisme économique» (cf. J.M. Mayeur, «Le cathoternaire transposable aussi bien à l'espace politique
licisme social en France», Le mouvement social, n° 77,
1971, pp. 113-121 et E. Poulat, Église contre bourgeoisie,
Paris, Casterman, 1977, particulièrement pp. 135-161).
Les catholiques sociaux produisent ainsi, dès la seconde 5— Sur l'idéologie de la troisième voie, cf. P. Bourdieu, moitié du XIXème siècle, des schemes qui rencontreront L. Boltanski, «La production de l'idéologie dominante», dans les années 1930 les conditions politiques et sociales les Actes de la recherche en sciences sociales, 2, n° 5/6, 1976, plus favorables à leur diffusion. pp. 3-73.
8— L'USIC existe toujours, dans les mêmes locaux, Rue de 6— Cf. P. Droulers, Politique sociale et christianisme. Le
Varenne, sous le nom de Mouvement des cadres, ingénieurs Père Desbuquois et l'action populaire, Paris, Les éditions
et dirigeants chrétiens (MCC). ouvrières, 1969, p. 11. !
¡
Taxinomies sociales et luttes de classes 77
association qui, depuis le début du siècle, regroupe dans une
amicale centrée sur la défense des intérêts professionnels L'ingénieur entre «l'enclume de la ploutocratie
mais aussi sur «l'approfondissement de la doctrine sociale et le marteau du prolétariat» ou le mythe originel de l'église» de nombreux ingénieurs catholiques, est sous
l'autorité des aumôniers de l'Action populaire. Ses adhé
rents sont pour la plupart d'anciens élèves des grandes Georges Lamirand, ingénieur sorti de Centrale,
Écoles (particulièrement de l'École Centrale et de l'École militant du catholicisme social (il est membre de
des Mines) et d'anciens élèves des jésuites (9). l'USIC et a appartenu aux équipes sociales de
Garric) a contribué, par un texte souvent repris par
Le syndicalisme des ingénieurs est directement lié la suite, à constituer la représentation, qui sera
aux grèves du printemps 36. C'est en 1936, parmi adoptée par la plupart des syndicats et des mouve
les ingénieurs d'usine, que se constitue la thémat ments de «cadres», de l'ingénieur humilié et
ique aujourd'hui routinisée des «cadres mal offensé, victime de la lutte qui oppose le «prolétar
aimés», boucs émissaires et laissés pour compte, iat» au «patronat» : «Dans chaque entreprise, le
cibles favorites des ouvriers, abandonnés des jour où commença l'occupation, les délégués
ouvriers se dirigèrent droit vers le bureau du patrons, pris entre «l'enclume de la ploutocratie et
le marteau du prolétariat» (10). Les porte-parole patron. C'est à lui qu'ils remirent directement les
des mouvements d'ingénieurs se plaignent de ce cahiers de revendications, c'est avec lui qu'ils
discutèrent les termes des accords provisoires; c'est que «l'on méconnaît les droits et les intérêts
avec lui qu'ils signèrent les premières conventions légitimes de cette classe moyenne que constituent
collectives. L'ingénieur ? D n'en était plus question. les ingénieurs et les agents de maîtrise»(isc/zo de
VUSIC, janvier 1937). La référence aux «classes Le patronat, surpris et débordé par les événements,
moyennes» a une fonction d'affiliation symbol n'avait qu'une idée : régler au mieux et au plus vite,
ique. Elle établit un lien explicite entre l'action arrêter le torrent qui menaçait de tout emporter,
des syndicats d'ingénieurs et l'action des mouve s'en tirer avec le moins de dégâts possibles. Faisant
ments de classes moyennes (auxquels les syndicats la navette entre son Conseil d'administration, sa
d'ingénieurs et de cadres seront le plus souvent chambre syndicale, la préfecture, le commissariat
rattachés) et qui, comme les syndicats d'ingénieurs, de police et les comités de grève, il lui arriva
se multiplient après 36. d'oublier complètement ses cadres et son personnel
de maîtrise, qui restèrent plusieurs jours sans
recevoir la moindre parole de réconfort, voire En 1937-38 apparaissent un ensemble d'organisations qui se même la plus simple consigne. Abandonnés par le donnent toutes pour objectif de «regrouper les classes
moyennes» en rassemblant un grand nombre d'associations, patron, les ingénieurs ne le furent pas moins par le
de comités, de syndicats professionnels qui s'étaient consti personnel, qui profita de l'occasion pour laisser se tués en ordre dispersé (à la veille de la guerre de 1939, on manifester des ressentiments contenus durant de pouvait dénombrer 16 rassemblements divers, 8 confédér longs mois. On vit dans certaines fabriques des ations, 3 comités, des blocs, des ligues, des fédérations et
ingénieurs former des groupes mornes et silencieux de simples «associations»). La plus importante par le
nombre des syndicats et des associations qu'elle rassemble avec les contremaîtres; ailleurs, suivant l'hostilité
semble être la Confédération générale des syndicats de des piquets de grève, ils se virent refuser l'accès des classes moyennes (CCM) (dont l'organe est le quotidien locaux ou, plus rarement, la sortie de l'usine. Le Front économique) qui entend regrouper les «confédér Délaissés par les uns et par les autres, les ingénieurs ations, unions ou associations de syndicats professionnels
de l'agriculture, du petit et moyen commerce, de la petite prirent conscience de n'être ni chair ni poisson, et
et moyenne industrie, de l'artisanat, des professions libé de former un tiers parti menacé des deux côtés
rales, de la maîtrise et des cadres». Il faut mentionner aussi, dans la triste position du fer coincé entre le mardans le foisonnement des groupements et des rassemble teau et l'enclume» (G. Lamirand, Le rôle social de ments divers qui se constituent autour de la «défense des
l'ingénieur, Paris, Pion, 1954, pp. 263-264). classes moyennes», le «Comité pour l'organisation et la
confédération générale des classes moyennes» (dit Comité Les témoignages sont innombrables (cf. par
de la rue Logenbach) qui se forme autour de Jacques exemple P. Alamigeon, Les cadres de l'industrie Arthuys, Pierre Lefaurichon et du banquier Blocq-Mascart. française, Paris, PUF, 1945, p. 112). Ils donnent Relativement peu actif en 38-39, il constituera pourtant tous une même description de la situation en l'une des médiations par lesquelles se perpétueront dans
l'après-guerre certains des thèmes politiques associés à la porte-à-faux des ingénieurs durant les événements
«défense des classes moyennes» (et notamment l'ant de 36. Le caractère très fortement stéréotypé du iparlementarisme). Arthuys. (un petit industriel qui a parti discours des montre bien que les cipé aussi au Faisceau de Valois et à Ordre Nouveau), schemes à partir desquels s'engendre chaque Lefaurichon, Blocq-Mascart sont en effet les fondateurs
du réseau de résistance Organisation Civile et Militaire propos particulier sont le produit d'un travail
(OCM) qui exercera une action importante sur l'élaboration d'élaboration collectif (auquel les ingénieurs de
des programmes politiques et sociaux de la Résistance (11). l'USIC semblent avoir pris une part prépondér
ante), visant à maîtriser symboliquement cette
conjoncture inédite, et cet impensable —les 9— Sur la relation entre les Grandes Ecoles scientifiques et occupations d'usines— et, surtout, à restaurer les collèges de jésuites, cf. M. de Saint Martin, Les fonc
l'honneur perdu des ingénieurs en rendant le tions sociales de l'enseignement scientifique , Paris, Mouton,
1971, notamment pp. 88-89. «patronat» responsable de l'effondrement de leur
10— Cf. H. Clerc, Pour sauver les classes moyennes, Paris, autorité.
Tallandier, 1939, p. 20.
11— Cf. H. Michel, Les courants de pensée de la résistance ,
Paris, PUF, 1962, p. 378 et A. Calmette, L 'OCM, histoire
d'un mouvement de résistance de 1940 à 1946, Paris,
PUF, 1961, p. 214. Luc Boltanski 78
Que représentent ces mouvements ? Il est très ment, par classe interposée (15) : elle est ce sur
difficile, notamment, de savoir si la naissance de quoi on parle, ce qu'il faut constituer, définir,
ces multiples «associations» et «confédérations» défendre, mais de l'extérieur, pour se l'approprier,
exprime un mouvement relativement «spontané» en sorte que les conflits autour de la «question des
de mobilisation qui s'enracinerait dans la petite classes moyennes», particulièrement intenses dans
bourgeoisie, pour faire face au «péril communiste» les années 30, prennent sens d'abord par référence
ou si, au contraire, elle est essentiellement le aux groupes et aux agents externes qui entre
résultat de l'action des agents qui y occupent les prennent de mobiliser et de capter les «classes
positions de pouvoir, qui en contrôlent les appar moyennes» et, secondairement seulement, par
eils, qui en sont les porte-paroles officiels sans référence aux intérêts relativement divergents des
nécessairement appartenir au groupe et à la classe différentes fractions dont elles sont composées.
de ceux dont ils entendent assurer la défense.
L'intérêt considérable que rencontre la «question des Ainsi, parmi les présidents et les membres des classes moyennes» dans les années 1935-1938 est directbureaux des mouvements de classes moyennes, on ement lié à la conjoncture sociale et politique (16). C'est en ne trouve personne appartenant aux fractions effet un lieu commun politologique, dans le milieu des inférieures de la petite bourgeoisie : boutiquiers, années 30, que de déclarer les «classes moyennes» en
employés, etc. Il s'agit soit de petits industriels «crise» (surtout après la déflation brutale de 1935) et que
de voir dans la «crise des classes moyennes» un facteur déjà mandatés par des organismes professionnels et potentiel de «changement politique». La plupart des des syndicats patronaux, soit encore de membres formations politiques s'engagent alors à «défendre les des professions libérales, notaires, médecins, classes moyennes» soit pour conserver leur électorat, soit
avocats, etc. Bref, ce sont les fractions de la bour pour attirer à elles l'électorat «mécontent» d'autres format
ions (17). C'est le cas du parti socialiste (18), du parti geoisie dont les intérêts sont liés au faire-valoir
d'un patrimoine qui, pour l'essentiel, entre
prennent, dans les mouvements de classes mo 13— Sous ces différents rapports, les mouvements de classes
yennes, le travail de représentation sociale et moyennes ont sans doute une structure homologue à la
structure des mouvements d'anciens combattants durant politique de la petite bourgeoisie dont ils mobil
l'entre-deux-guerres qu'a étudiés Antoine Prost (sans, bien isent et captent la force en fonction de leurs sûr, posséder un pouvoir de mobilisation comparable). Les intérêts spécifiques. L'une des fonctions politiques mouvements d'anciens combattants dans l'entre-deux-
et sociales de ces mouvements est sans doute, en guerres, sont caractérisés par une dualité de structure et de
fonctions : à la base, un mouvement de masse doté d'une effet, de réactiver le lien «naturel» entre tous les
assise populaire qui assure d'abord des fonctions de sociapossédants, petits et gros, quelles que soient la bilité à l'image des confréries traditionnelles. Mais, le mounature et l'importance des biens possédés. Il n'est vement est encadré par la petite et la moyenne bourgeoisie, pas moins difficile d'évaluer le nombre d'adhésions la position sociale des agents étant d'autant plus haute
que ces organisations sont parvenues à susciter et qu'on s'élève dans la hiérarchie des associations, et fonc
tionne comme un groupe de pression auprès du Parlement leur action réelle. La CCM a revendiqué jusqu'à et du pouvoir exécutif. (Cf. A. Prost, Les anciens combatt2.500.000 adhérents. Mais la fédération, qui ants et la société française, 1914-1939, Pressesde la Fondatn'accepte pas les adhésions individuelles, s'attribue ion nationale des sciences politiques, 3. Vol, Paris, 1977, les effectifs des syndicats et des fédérations pro particulièrement vol. 2, pp. 159-179). D'autres «mouve
fessionnelles qui lui ont donné leur accord (en ments» comme, par exemple, les Associations de parents
d'élèves, doivent posséder une structure similaire. sorte qu'une grande partie de ses «adhérents»
peuvent fort bien, comme le note Henri Mougin, 14— Une exception, sans doute, l'UDCA de Pierre Poujade,
mouvement exclusivement petit-bourgeois pratiquement appartenir à la confédération sans l'avoir voulu et
rejeté par la bourgeoisie dans son ensemble, cet isolement sans même le savoir) (12). Quant à leur action, elle social constituant probablement l'un des facteurs qui ont semble s'être surtout manifestée par l'intermédiaire contribué au déclin rapide du mouvement (cf. D. Borne,
de groupes parlementaires de défense des classes Petits bourgeois en révolte, le Poujade, Paris,
Flammarion, 1977). Le mouvement Poujade a été tenu à moyennes, groupes de pression qui interviennent
distance par les mouvements de classe moyenne qui se sont en faveur de la petite entreprise (réforme du crédit, reconstitués, après la guerre, autour de Roger Millot (cf. refonte du système fiscal, lutte contre l'établiss infra) (cf. J. Meynaud, Les groupes de pression en France, ement d'étrangers dans le commerce et l'artisanat, Paris, Armand Colin, 1960, p. 93). Un conflit d'une grande
violence a, notamment, opposé Pierre Poujade et Léon etc.) (13).
Gingembre, fondateur et président de la Confédération Sans doute pourrait-on montrer, plus généra générale des petites et moyennes entreprises (cf. H.W. lement, que la présence d'une «élite» bourgeoise Ehrmann, La politique du patronat français, 1936-1955 , dans les mouvements à dominante petite— bour Paris, Armand Colin, 1959, pp. 163-164). geoise est une constante politique et sociale, 15 —Elle est par là, au même titre que la paysannerie, une
chacune des fractions de la petite bourgeoisie «classe objet» (cf. P.Bourdieu, «La une
trouvant pour la représenter politiquement et n° classe 17/18, objet», 1977, Actes pp. 2-5). de la recherche en sciences sociales, socialement la fraction dotée de propriétés homo-
16— Ainsi, par exemple," entre janvier et mai 37, des étuthétiques dans le champ de la bourgeoisie (14). La des sur les «classes moyennes» sont publiées dans Les petite bourgeoisie semble condamnée ainsi à être Journées industrielles («L'obscure martyrologue des classes représentée socialement (par exemple dans la moyennes»); Le Journal «Pour le rassemblement des
littérature ou le cinéma) et, a fortiori, politique- moyennes» ; Europe nouvelle ; Marianne (sous la plume de
Jules Romain);¿ Humanité (Marcel Cachin); Vu; Le Temps;
Les Cahiers français (Pierre Frédérix) etc. (Sur les luttes
politiques autour des classes moyennes cf. J. Lhomme, 12— H. Mougin, «Un projet d'enquête sur les classes moyen- Le problème des classes, Sirey, Paris, 1938, pp. 288-289). nes en France», Inventaire III, les classes moyennes, Paris,
Centre de documentation sociale de l'École normale supé 17— Cf. J. Touchard, La gauche en France depuis 1900,
rieure, 1939, pp. 287-343. Paris, Le Seuil, 1977, particulièrement pp. 188-206. :
:
sociales et luttes de classes 79 Taxinomies
communiste qui, après l'abandon de la ligne «classe contre Au début du Front populaire, lorsque se créent les premiers
classe», prône l'alliance du «prolétariat», de la «paysanner syndicats d'ingénieurs, l'opposition militante à l'action de
ie» et des «classes moyennes» (19), mais aussi de la droite, la CGT et à la montée du mouvement ouvrier n'est jamais
et particulièrement de la droite catholique qui voit dans la explicitement exprimée les syndicats se présentent comme
«crise» l'occasion de reprendre une partie de son électorat des organismes de défense catégorielle, non comme des
au Parti radical. La captation des «classes moyennes» est instruments de lutte contre la CGT, contre le «commun
ainsi un des enjeux principaux des élections de 1936 (puis isme». Il arrive même assez fréquemment que, tout en
du Front populaire). On observe entre 1932 et une condamnant les «occupations d'usines» contraires au «droit
relative stabilité des suffrages, les pertes de la droite (qui de propriété» et l'action des «meneurs» qui veulent détour
obtient 35,88 % des suffrages en 1936 contre 37,35 % en ner la grève vers des «buts révolutionnaires», les ingénieurs
1932) n'ayant même pas représenté 1,5% des électeurs de PUSIC reconnaissent le «caractère légitime» des revendi
inscrits. Dans une conjoncture de ce type, les déplacements cations ouvrières (22). Dans un esprit de «conciliation». La
les plus faibles deviennent des enjeux fondamentaux de la mèche sera vendue plus tard. Sous Vichy. Ainsi, par
lutte politique. Or les «classes moyennes» (terme utilisé exemple, Liouville, président de l'USIC, déclare alors sans
dans l'ensemble du champ politique mais qui ne recouvre voiles «L'année 1936 fut angoissante pour la France. A la
pas nécessairement toujours les mêmes groupes) sont faveur du Front populaire le communisme menaçait d'im
considérées, par la plupart des observateurs politiques, poser sa tyrannie à toute la vie sociale et syndicale, dans les
qu'ils se réclament de la «droite» ou de la «gauche», milieux de techniciens comme dans les milieux ouvriers.
comme particulièrement instables. Plus précisément, la L'USIC avait décidé de réagir et de créer un syndicat
question des «classes moyennes» est liée au destin du parti d'ingénieurs...» {Écho de l'USIC, juin 1941).
De nombreux indices suggèrent que la formation des radical, dont le déclin s'amorce entre 1932 et 1936. Se
mouvements de classes moyennes et de certains au moins présentant traditionnellement comme le «parti des classes
des syndicats d'ingénieurs et de cadres qui se créent en moyennes», le Parti radical perd quatre points entre 1932
1936-37 a été encouragée par le grand patronat, cela malgré et 1936, passant de 20,7 % à 16,57 % des suffrages. Les
les prises de positions, qui n'étaient pas nécessairement de défections se font, semble-t-il, surtout dans deux directions :
au profit du Parti socialiste, particulièrement dans la petite pure façade, de ces mouvements contre le grand capita
lisme. Ainsi, par exemple, à la fin de 1936, Louis Renault paysannerie; au profit de la droite, chez les
projette la formation d'une ligue dont l'un des objectifs artisans, commerçants et petits entrepreneurs (20).
serait d'encourager le développement des mouvements de
classes moyennes (23). Fin 1936, la CGPF s'inquiète, en
effet, des progrès de la CGT parmi les «employés» et les Les mouvements de classes moyennes, le syndica
«techniciens» et, comme il est dit dans une note d'informatlisme des ingénieurs et des «cadres» sont à mettre ion de la CGPF de février 1936, du «mécontentement à en relation avec la contre-offensive de la droite et, l'égard du patronat dans les milieux d'ingénieurs et de particulièrement, du catholicisme social. Ils ont techniciens». Selon plusieurs informateurs, interrogés sur
pour fonction d'arracher la petite bourgeoisie aux leur participation aux mouvements de cadres dans les
années 36, le Syndicat professionnel des ingénieurs diplôpartis de gauche et de mobiliser les fractions des
més créé sur une initiative de la FASSFI (cf. infra) était «classes moyennes» les plus opposées au Front soutenu par les patrons des grandes entreprises. Il semble populaire. Ainsi, par exemple, le syndicalisme des qu'il en ait été de même de la Confédération générale des ingénieurs doit se comprendre aussi comme une cadres de l'économie (CGCE) créée en avril 1937 à l'initia
réaction contre l'adhésion de nombreux employés tive de syndicats indépendants de la région du Nord (où a
éclaté en janvier 1937 la première grève de «cadres») et qui, et de nombreux techniciens à la CGT : en juin 36, destinée surtout à rassembler des agents de maîtrise, se la fédération des techniciens, dessinateurs et des considère comme «la cellule mère du Tiers-parti et l'élarts appliqués de la CGT passe en quelques s ément de base du rassemblement des classes moyennes»
emaines de 500 à 80.000 adhérents (21). (24). Une circulaire du Comité de prévoyance et d'Action
sociales de la CGPF d'avril 1937 «se réjouit très vivement
de la constitution de ce nouveau groupement» qui est à
mettre «au nombre des manifestations de réaction contre la 18— Cf. M. Margairaz, «Les socialistes face à l'économie et dictature cégétiste» (25). à la société en juin 36», Le Mouvement social, n° 93,
oct-déc. 1975, pp. 87-108. La littérature d'inspiration
marxiste sur les «classes moyennes» est alors dominée par
le débat qui, à la thèse de l'extension des «classes moyennes» 21— Cf. J.D. Reynaud, Les syndicats en France, Le Seuil, (et du déclin relatif du prolétariat) oppose la thèse de la Paris, 1975, p. 118. Cette fédération était le produit de la «prolétarisation» de la «petite bourgeoisie». (Cf. par fusion de la Fédération des dessinateurs de France et de exemple, G. Politzer, «La composition sociale de la popul l'Union des techniciens et employés de l'industrie. Il ation en France», Les cahiers du bolchévisme , n° 12-13, semble que la réussite du mouvement a été de courte durée juillet 1936). et que le nombre des affiliés ait fortement décru à partir du
19— Dans le gouvernement de Front populaire, les commun début 1938.
istes manifestent une grande sollicitude à l'égard des 22— Attitude au demeurant conforme à la position officielle
«classes moyennes» et, particulièrement des petits patrons des jésuites de l'Action Populaire; cf. R. Remond, Les qu'il faut rassurer et attirer : entre le 10 juin 1936 et le catholiques, le communisme et les crises, 1929-1939, Paris, 27 mars 1937 le groupe communiste de la Chambre déposa Armand Colin, 1960, p. 162. 115 propositions de lois : 63 d'entre elles visaient direct 23— Dans cette organisation, un «bureau des cellules de proement ou indirectement les classes moyennes (Cf. A. Havez, vince» doit, notamment, «ressusciter et faire travailler «la défense des classes moyennes et l'action du groupe l'Association des classes moyennes, moyen simple et parlementaire communiste», Cahiers du bolchévisme, 1er dénué de tout inconvénient, de grouper au grand jour juillet 1937). et en dehors des luttes politiques les éléments anti-marxistes 20-Cf. G. Dupeux, Le Front populaire et les élections de mais hésitants et craignant de s'inféoder à un parti» (Cf. 1936, Paris, Armand Colin, 1959, notamment pp. 175-177. P. Fridenson, Histoire des usines Renault, vol. 1, naissance Serge Berstein («La vie du parti radical, la fédération de de la grande entreprise, Paris, Le Seuil, 1972, p. 258). Saône-et-Loire de 1919 à 1939», Revue française de 24— F. Jacquin,Ley cadres de l'industrie et du commerce en science politique, 20, (1), 1970, pp. 1136-1180) montre de France, Paris, Armand Colin, 1955, p. 176. même que les radicaux des fédérations de Saône-et-Loire,
dont les cadres sont composés surtout d'agriculteurs, de 25— Cf. G. lzard. Les classes moyennes, Les Éditions Rieder,
commerçants et de fonctionnaires, ont été, lors des élec Paris, 1938, pp. 49-50. Autre exemple :1e 10 octobre 1936
tions de 1936 «laminés entre les modérés et les socialistes» «toute la bonne presse —c'est-à-dire dans l'ensemble du
et, peu à peu, «abandonnés par les notables» en faveur de pays quelques trois cents journaux —»publie «un document
établi par le haut patronat» où il est notamment dit que la droite. 80 Luc Boltanski
La formation des syndicats d'ingénieurs et de rapprocheraient des autres «travailleurs». Les
«cadres» et des mouvements de classes moyennes groupes qui revendiquent alors leur appartenance
constitue d'abord une riposte à l'espèce d'officiali aux «classes moyennes» se liguent contre la classe
sation dont bénéficie la CGT depuis les accords ouvrière, contre le gouvernement de Front popul
Matignon. Les discussions officielles entre la CGPF, aire et,secondairement seulement, contre le «grand
la CGT et l'Etat, le développement des conventions patronat» accusé de «complicité» avec le gouver
collectives (26) et la multiplication des «conseils» nement de Front populaire et de «lâcheté».
de toutes sortes et des grands organismes profes Mais c'est surtout la nécessité d'ajuster les
sionnels, comme le Conseil national économique, le conditions de la lutte des classes au changement
Conseil supérieur du travail, le Conseil supérieur de relatif de la relation entre la société civile et l'Etat,
l'enseignement technique, etc. (ils préfigurent les de plus en plus souvent présenté (sous l'influence
lieux neutres qui proliféreront, surtout autour du des courants dirigistes dont la voix commence à se
Plan, à partir des années 50) tendent à modifier les faire entendre avec insistance chez les radicaux,
conditions de la lutte des classes : les conflits chez les socialistes ou dans la nouvelle droite)
sociaux ne sont plus cantonnés dans la société comme devant constituer l'instance suprême
civile, dans l'ordre du privé, affrontements au sein d'arbitrage social et d'organisation du monde
d'organisations privées, les entreprises, entre les économique qui contraint des groupes et des
patrons propriétaires de plein droit et les ouvriers, classes , dont la domination relative était assurée
personnes privées, dont les organisations collectives jusque là par le jeu des actions et des réactions
ne sont pas reconnues. Ils deviennent une affaire pratiques, à se définir explicitement, à se doter
d'Etat, accèdent à l'ordre du public, de la négocia d'instances de représentation politique et, prenant
tion officielle, sanctionnée légalement (le droit du exemple de la classe ouvrière, à penser sur le mode
travail se développe considérablement à la même volontariste de la «prise de conscience» leur
époque). Dans cet espace de jeu nouveau, chacun unité et leurs frontières.
veut être présent, représenté. Les associations de
classes moyennes, les nouveaux syndicats, sont
d'abord constitués pour faire acte de présence au
sein des nouvelles instances d'arbitrage où s'affron
tent déjà les représentants de l'Etat, du grand Tiers-parti et troisième voie
patronat et de la classe ouvrière, pour y développer A l'image du mouvement ouvrier et contre lui, il la lutte des classes et, très précisément, pour y faut constituer un «mouvement» des classes contrecarrer à la fois l'influence de la CGT et du moyennes, regrouper les «couches moyennes» et, gouvernement de Front populaire, allié et en leur fournissant explicitement des principes «complice» de la classe ouvrière. Dans cette d'identité et d'unité et des instances de représentapériode que les ingénieurs et les «cadres» n'hésitent tion unifiées, transformer ces masses incertaines et pas à qualifier de «révolutionnaire», la contre- inertes en une classe capable, par sa force et par révolution est contrainte d'adopter les formes son nombre, d'équilibrer, d'endiguer et de vaincre extérieures (et le langage) de l'action révolution la classe ouvrière. C'est paradoxalement la réaction naire : le syndicalisme, l'agitation politique, la au mouvement ouvrier qui amène certains des manifestation publique et même la grève, si adversaires les plus irréductibles du «marxisme» à contraires pourtant aux «bonnes manières», à s'approprier un langage, celui des «classes sociales» Yethos «réservé» et «discret» des petits patrons et contre lequel ils n'avaient, jusque là, cessé de des ingénieurs catholiques qui en sont le fer de lutter. Mais tout se passe comme si les «théorilance. Mais c'est dire aussi combien il serait faux de ciens» des mouvements de classes moyennes, voir dans la mobilisation d'une fraction des ingé particulièrement ceux qui appartiennent au cathonieurs et dans la formation de «syndicats» d'ingé licisme social et à l'Action populaire, avaient retenu nieurs et de cadres le résultat, sous l'effet conta quelque chose de l'espèce de leçon de «marxisme» gieux de la crise, d'une «mutation» soudaine qui que la mobilisation populaire leur avait infligée, les conduirait ces nouveaux «salariés», ces salariés amenant à reconsidérer une doctrine à tout prenbourgeois, à prendre conscience, face à l'accroiss dre efficace, et que De Man, socialiste converti au ement de la puissance du «grand patronat», de leur catholicisme, avait tout récemment mise à leur condition dominée ou des intérêts communs qui les portée en la retraduisant dans un discours spiritua-
liste d'autant mieux fait pour leur plaire qu'il
s'accompagnait aussi d'une prophétie annonçant la
«la législation issue des accords Matignon tend à l'assassinat mort de Marx et le déclin du marxisme en faveur
des classes moyennes». (Cité par H. Guillemin, Nationalistes d'une alternative qui restait à découvrir (27). et nationaux 1870-1940, Paris, Gallimard, 1974, p. 257). «Toute classe sociale —écrit ainsi le Père Desquey- 26— La procédure de la convention collective existe depuis rat, un jésuite de l'Action populaire qui exerce une 1919 mais est peu utilisée avant 1936. Ainsi, 112 convent influence notable sur les mouvements de classes ions ont été signées en 1929 et 29 seulement en 1935. La
loi du 24 juin 1936 vise, selon l'exposé de ses motifs, à faire moyennes et d'ingénieurs et dont l'ouvrage publié
de «la convention collective la loi pour les rapports entre en 1939 fait le bilan de l'ensemble des entreprises employeurs et employés dans les diverses branches de menées depuis 1936 pour unifier les classes mo- l'activité économique». 2.336 conventions sont conclues
en 1936. 2.259 dans les premiers mois de 1937. Au total,
de juin 36 à août 39, les conventions signées s'élèvent à
5.620 (Cf. A. Sauvy, Histoire économique de la France 27— H. de Man, Au-delà du marxisme, Bruxelles, Maison
entre les deux guerres, Paris, Fayard, 1967, t. II, p. 401). nationale d'édition P eglantine, 1927. Taxinomies sociales et luttes de classes 81
Un «tiers-état qui veut être quelque chose» part des organisations ouvrières, et, comme l'arbi
trage instauré par le Gouvernement n'avait pas
L'accès au champ de représentation politique des prévu de représentant de la maîtrise à côté des
groupes et des classes est la revendication première arbitres patronaux et ouvriers, les inculpés allaient
des mouvements de classes moyennes et de «ca être jugés sans avoir pu exposer leur défense. C'est
dres». «La CCM —déclarent ses porte-parole— à ce moment que les syndicats d'ingénieurs déci
dèrent de ne pas reprendre le travail au jour fixé entend donner aux classes moyennes le rôle que la
par les arbitres. Faute de cadres, les ateliers resclasse ouvrière et la classe patronale possèdent en
tèrent donc fermés jusqu'au jour où le ministre du France depuis les accords Matignon. En consé
Travail eût pris l'engagement solennel de réserver quence, la CCM demande que les classes moyennes
désormais à la maîtrise la place qu'elle réclamait soient représentées dans tous les conseils de gou
dans le mécanisme de l'arbitrage (...). Dès ce vernement, offices ou administrations, au même
moment s'organisa une action syndicale continue titre que les autres classes de la nation. En bref, la
pour que la loi donne à l'ingénieur ce à quoi il a CCM demande un poste partout où la CGT en a
droit. Car la loi, jusqu'à ce jour, avait omis l'ingéun». (CCM, déclaration confédérale sur le syndica
nieur dans les grands Conseils nationaux, notamlisme des classes moyennes , 1938). Quant aux
ment les commissions dites paritaires. Elle ingénieurs, ils ne se rassemblent pas seulement pour
leur avait entrouvert la porte du Conseil national défendre leurs intérêts matériels (discussion des
économique; mais en leur fermant celles du Conseil conventions collectives) ou pour constituer des
supérieur du Travail et du Conseil supérieur de groupes d'autodéfense anti-ouvriers («des collègues
l'enseignement technique, sans parler des modestes se sont groupés pour examiner comment ils se
prud'hommes» (G. Lamirand, op. cit. , pp. 265- soutiendraient si leurs usines, voisines les unes des
autres, étaient de nouveau agitées») (Echo de 266).
l'USIC, mars 1937) mais surtout pour «qu'il leur
soit fait place dans les grands Conseils nationaux et
internationaux, dans les commissions paritaires
(...). Le moment est venu de noter une fois pour
toutes, lorsqu'il s'agira de légiférer, que les product
eurs ne sont pas seulement les patrons et les
ouvriers mais aussi les ingénieurs et cadres divers
(...). Nous qui avons toujours préconisé les mé
thodes de conciliation, nous qui avons gardé une
répulsion instinctive pour les procédés de violence,
nous disons aux pouvoirs publics : prenez garde et
ne faites pas attendre plus longtemps ce tiers-état
qui veut être quelque chose, car la coupe est pleine.
Nous avons assez d'occasions de troubles sociaux,
sans en susciter de nouveaux, en exaspérant des
hommes dont le concours est indispensable à la
production et qui ont été jusque là des éléments
d'ordre et de progrès» {Écho de VUSIC, janvier
1937).
Les menaces ne sont pas seulement verbales.
En janvier 1937, des ingénieurs et des cadres de la
région du Nord, soutenus par l'USIC, se mettent en
grève, à l'occasion d'un conflit qui oppose ouvriers
et patrons, à la fois pour protester contre «les
atteintes à la liberté du travail» dont ils auraient
été victimes de la part des syndicats ouvriers («au
vu et au su des pouvoirs publics») et pour protester
contre le patronat qui a élaboré une convention
d'arbitrage avec «la seule CGT comme s'il n'existait
pas un élément intermédiaire, les ingénieurs et
cadres de maîtrise» {Écho de VUSIC^ janvier 1937).
Lamirand relate les détails de l'affaire : «Quand de
nouvelles grèves survinrent au début de 1937, les
mauvaises habitudes gagnant vite, l'ingénieur
connut une déchéance de plus : ouvertement cette
fois, il fut prié de partir, dans nombre d'usines, par
les meneurs révolutionnaires, et, dans la région de
Lille, on eut à déplorer, contre plusieurs d'entre
eux, des violences d'une extrême gravité.
Mieux encore, les ingénieurs ayant été l'objet
de sévices furent l'objet de plaintes judiciaires de la