Télévision et apprentissages sociaux : les séries pour adolescents - article ; n°1 ; vol.1, pg 811-830
20 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Télévision et apprentissages sociaux : les séries pour adolescents - article ; n°1 ; vol.1, pg 811-830

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
20 pages
Français

Description

Sociologie de la communication - Année 1997 - Volume 1 - Numéro 1 - Pages 811-830
20 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1997
Nombre de lectures 215
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Exrait

Dominique Pasquier
Jean-Philippe Heurtin
Télévision et apprentissages sociaux : les séries pour
adolescents
In: Sociologie de la communication, 1997, volume 1 n°1. pp. 811-830.
Citer ce document / Cite this document :
Pasquier Dominique, Heurtin Jean-Philippe. Télévision et apprentissages sociaux : les séries pour adolescents. In: Sociologie
de la communication, 1997, volume 1 n°1. pp. 811-830.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/reso_004357302_1997_mon_1_1_3871TELEVISION
ET APPRENTISSAGES SOCIAUX :
LES SÉRIES POUR ADOLESCENTS
Dominique PASQUIER
Réseaux Reader CNET - 1997
811 - tion. La défiance était alimentée par des
travaux alarmistes sur la violence dans les
films, elle était entretenue par les mises en
garde des psychologues pour enfants, elle
était largement relayée par la presse.
C'est dans ce contexte, et pour répondre
à ces questions, qu'ont été réalisées au
début des années 30, un ensemble de
recherches financées par le Payne Fund
aux États-Unis (1). Ces travaux se don
naient pour objectif d'étudier concrète
ment les relations des jeunes spectateurs
aux films. Si l'on en croit la synthèse pro
posée par Paul Cressey en 1938, il y avait
là, cinquante ans avant les premiers tr
avaux sur la réception de la télévision, un
courant de recherche dont le programme
était profondément novateur (2) :
- ne plus penser le cinéma en termes de
Tous les médias de masse ont, à un causalité mais en termes d'expérience.
moment ou un autre, suscité des - analyser cette expérience dans sa
mouvements de rejet dans l'opinion double dimension individuelle et sociale
publique. Aujourd'hui, c'est la télévision en tenant compte aussi bien des éléments
qui est au cœur des débats, avec sans doute subjectifs liés à la personnalité du specta
une inquiétude particulièrement grande teur que de ceux qui sont liés a son envi
devant la place qu'elle en est venue à ronnement social.
occuper dans la diffusion de la culture et - ne pas réduire l'expérience du film au
de l'information. Du coup, on oublie un moment où celui-ci est consommé, mais
peu trop vite que le même climat de l'inscrire dans la lignée d'expériences fi
dénonciation s'est installé à chaque fois lmiques et sociales antérieures et dans
que s'est développé l'impact social d'une l'anticipation d'expériences à venir.
nouvelle technique de communication de Il y a eu par la suite d'autres travaux sur
masse. Le cinéma par exemple. Comment les communications de masse qui s'inscri
imaginer qu'une pratique culturelle, désor vaient dans cette problématique de l'expé
mais soutenue et encouragée, a pu être rience. Ils ont en général vu le jour dans
dans les années 30 l'objet de campagnes des moments de crise sociale autour d'un
aussi virulentes que celles qui concernent média, lorsque les inquiétudes sur les
actuellement le petit écran ? Les termes du effets étaient le plus relayées sur la scène
réquisitoire présentent même des similari publique : la radio dans les années 40, la
tés étonnantes : on reprochait aux films presse magazine dans les 60, le
roman rose dans les années 80 - lorsque ce d'être la cause des conduites délinquantes,
de détourner les spectateurs de la lecture, type de littérature a connu un nouvel essor.
de contrecarrer les valeurs pédagogiques et Et si cette perspective est de plus en plus
morales promues par l'école. On s'inquiét présente dans les travaux sur la télévision
ait de voir des enfants qui avaient regardé depuis dix ans, ce n'est évidemment pas
trop de westerns jouer inlassablement aux par hasard.
cow boys et aux indiens. On soupçonnait Beaucoup de choses séparent ces diffé
les adolescentes qui imitaient les coiffures rentes recherches : l'époque où elles ont été
des stars de confondre la réalité et la réalisées, le médium dont elles traitent, les
(1) PAYNE FUND STUDIES (DALE ; PETERS ; HOLADAY ; PETERSON ; DYSINGER ; BLUMER ;
BLUMER et HAUSER), 1933.
(2) CRESSEY, 1938.
813 - proposés sont « essayés » {Trying out imimodes d'investigation. Pourtant, elles
convergent sur un certain nombre de tation). L'adolescent qui copie les manières
points. Tout d'abord, sur le fait, qu'avant ou le physique d'un acteur sans obtenir les
d'être une expérience cognitive, l'expé effets escomptés (i.e. sans obtenir le même
rience médiatique est une expérience émo pouvoir de séduction) passe à une autre
tionnelle et physique. L'émotion est la tentative. Les expériences futures sont
matière première des médias de masse. Ils conditionnées par le succès des expériences
sont même un lieu privilégié pour exprimer passées.
des émotions habituellement contenues. Et Troisième point de convergence, qui
si on a toujours dénigré ces manifestations concerne là plus directement les travaux
émotionnelles - ou systématiquement ass qui ont porté sur la réception des médias
imilées à de la mauvaise sentimentalité par les femmes ou les enfants : les expé
féminine (faire pleurer Margot dans les riences qui sont tirées des médias sont des
chaumières) - c'est parce que leur objet expériences fondamentalement rassu
n'était pas socialement légitime (3). rantes. Les histoires peuvent être sulf
Autre point de convergence : la focalisa ureuses et passionnelles, du côté de la
tion de l'expérience médiatique sur les réception, elles sont intégrées comme
questions touchant à l'identité sexuelle. La autant de messages sur les vertus d'une
centralité de ce registre est particulièrement division traditionnelle des rôles
nette chez les adolescents. Dans le cadre hommes/femmes et les mérites d'un ordre
des travaux du Payne Fund, l'ouvrage respecté. Deux enquêtes sur la réception
des feuilletons radiophoniques dans les d'Herbert Blumer, Movies and Conduct, est
sur ce point très intéressant. Son enquête se années 40 soulignent ainsi leur rôle de
fonde sur des interviews avec des enfants repères dans la constitution de l'identité
et des dissertations rédigées par des lycéens sexuelle des femmes au foyer. Les audi
et des étudiants sur le thème de leurs sou trices étudiées par Herta Herzog tirent de
venirs personnels liés à des films. L'amour l'écoute de ces feuilletons le sentiment que
et les relations hommes/femmes sont au le foyer est le véritable lieu où une femme
cœur des descriptions recueillies. Il s'agit doit tenir sa place dans la société (4). War
d'ailleurs visiblement moins d'un appren ner et Henry, peu de temps après, arrivent
tissage des sentiments - on les éprouve aux mêmes conclusions en comparant un
déjà, même si c'est de manière diffuse -, groupe d'auditrices assidues et de non
que des gestes et des comportements phy auditrices : les soaps radio confortent chez
siques, c'est à dire des manières de manif les premières l'idée que la cellule domest
ester l'émotion amoureuse et d'extériori ique est un univers protecteur face à un
ser le désir de séduction. C'est au cinéma monde extérieur vécu comme hostiles (5).
qu'on peut apprendre s'il faut ou non fe Une recherche menée par Marie-José
rmer les yeux quand on s'embrasse sur la Chombart de Lauwe sur la relation des
bouche, de quelle manière un homme doit enfants aux personnages d'enfants présent
prendre une femme par l'épaule, comment és par les médias (l'enquête porte sur un
une femme peut se rendre désirable par ses corpus presse, édition et télévision) semb
cheveux, sa bouche, ou ses yeux... Ou plu lerait même indiquer que la division des
tôt, c'est au cinéma que l'on peut aller rôles sexués est radicalisée au niveau de la
chercher des recettes possibles. L'ouvrage réception. La manière dont se fait la des
est centré autour de l'idée que les modèles cription de l'aspect physique d'un person-
(3) Les travaux qui ont porté sur des populations de consommateurs masculins montrent que le même processus
émotionnel est à l'œuvre chez les hommes, même s'ils cherchent la plupart du temps à en dissimuler les manifest
ations. Sur les spectateurs masculins de cinéma, voir BLUMER, 1933. Sur les réticences à témoigner de ces
émotions dans la situation d'interview, voir l'article d'Éric MAIGRET (1995) sur les lecteurs de bande dessinée,
et les travaux anglais auxquels il fait référence sur cette question.
(4) HERZOG, 1941.
(5) WARNER et HENRY, 1948.
- 814 nage par exemple, dépend beaucoup plus A d'autres époques, avec des contenus et
du sexe de l'enfant qui répond que des des supports très différents, d'autres médias
caractéristiques du personnage lui-même (6). ont rempli les mêmes fonctions sociales que
Le travail de Janice Radway sur les la télévision : ils ont servi de soupape émot
romans roses apporte une autre dimension. ionnelle, fourni des ressources pour inter
Pour les lectrices qu'elle étudie, la lecture est préter le monde, fonctionné comme un
un « acte » qui a une double signification. mode de communication palliatif. Simple
C'est à la fois un acte de rébellion et un acte ment, cette continuité a été masquée par la
de soumission. D'un côté, ces femmes se rareté des recherches en réception. On a
créent en lisant un univers « à elles », qui archivé une partie des contenus. Il n'y a
échappe aux sollicitations de leur rôle aucune trace, ou presque, des usages.
d'épouse et de mère de famille. De plus, les Mais en même temps, ce qui se joue
romans qu'elles lisent mettent en scène une aujourd'hui autour de la télévision est aussi
héroïne indépendante qui s'oppose aux pré très différent. Jamais aucun média n'a été à
rogatives de l'univers masculin et patriarcal. ce point intégré dans une sociabilité com
Mais en même temps, cette héroïne trouvera mune. Bien sûr, certains feuilletons de
finalement le bonheur dans le mariage et la presse ou certains programmes de radio ont
maternité, accréditant ainsi l'idée positive été pris dans de formidables dynamiques
que l'acceptation du rôle domestique ne sociales, ils ont suscité des milliers de
conduit pas nécessairement à la perte d'ident lettres et alimenté toutes les conversations,
ité et d'autonomie (7). Le travail d'Evelyne « de la mansarde au salon bourgeois »,
Sullerot sur la presse féminine va dans le comme le dit Eco à propos des Mystères de
même sens : les romans photos et les feuill Paris (9). Mais c'est là quelque chose que
etons des magazines peuvent jouer sur le la télévision réussit tous les jours. Elle est
registre de la passion ou de l'aventure mais devenue un support central aux interactions
en respectant toujours un même principe interindividuelles quotidiennes. L'ensemble
moral : le bonheur se réalise dans des solu des travaux le confirment (10).
tions traditionnelles de l'amour (le couple, Ce serait donc une des caractéristiques fon
les enfants) (8). Les éléments sensationnels damentales du petit écran : il fonctionne de
sont un habillage pour vendre de l'éternel. façon indissociable sur le mode de l'expé
On pense évidemment aux analyses de rience individuelle et de l'expérience collect
Richard Hoggart dans La Culture du pauvre. ive. Je voudrais ici examiner cette hypothèse
En réalité, tous ces travaux relativisent et à partir du travail que je mène depuis deux ans
renforcent tout à la fois les analyses qui sur la réception de ce qu'on a appelé les séries
peuvent être faites aujourd'hui sur la télévi collège, c'est à dire des séries de fiction télévi
sion. Ils les relativisent dans la mesure où, suelle qui mettent en scène des adolescents
dans le cadre scolaire ou universitaire (11). finalement, les médias ont comme quelque
chose d'éternel qui dépasse largement les L'enquête a été réalisée au départ à par
tir d'un questionnaire diffusé dans la caractéristiques particulières du petit écran.
(6) CHOMBART DE LAUWE, 1979. Dans le même ordre d'idée, les travaux sur la publicité télévisuelle montrent
que les enfants sont bien plus sensibles aux messages sur l'ordre familial et sexuel qu'à ceux qui concernent le pro
duit. D'une publicité pour des couches, un enfant retient les images de la bienveillance maternelle (la mère s'inquiète
du bien être de son bébé) et non celles qui concernent les performances du produit vendu. Les images publicitaires
sont un instrument de socialisation aux archétypes de rôles. Voir SULTAN et SATRE, 1988 et KAPFERER, 1985.
(7) RADWAY, 1985. On peut aussi, sur le roman sentimental, renvoyer au travail de PECQUIGNOT, 1991 .
(8) SULLEROT, 1960.
(9) ECO, 1995.
(10) Comme en témoignent les nombreux travaux américains sur les discussions autour des feuilletons. En France,
sur les interactions verbales autour de la télévision sur le lieu de travail, voir BOULLIER, 1988.
(11) Les séries collège sont des séries de fiction télévisuelle mettant en scène des adolescents dans le cadre scolaire ou
universitaire. Le genre est né aux États-Unis à la fin des années 80 et a été repris par plusieurs producteurs français au
début des années 90. Premiers Baisers (AB Production) est diffusé depuis fin 9 1 , Hélène et les garçons (AB Production)
depuis mai 92. Classe Mannequin (IMA) existe depuis la fin 93, Extrême Limite depuis l'été 94. On a pu aussi voir à
l'antenne, mais plus brièvement, Seconde В (Flash film), L'annexe (Téléimages), Lycée alpin, et Le collège des cœurs
brisés. Les séries américaines sont régulièrement programmées (Sauvés par le gong, Sois prof et tais toi, Beverly Hills,
etc.) En tout, une vingtaine de séries de ce type ont été diffusées depuis quatre ans.
815 région parisienne auprès de 700 collégiens rituels sociaux marquaient cette transformat
et lycéens, et par des observations/entret ion. Des marqueurs symboliques de passage
iens menés auprès d'enfants en train de à l'âge adulte étaient établis, pour les garçons
regarder un épisode de la série Hélène et quand ils allaient à l'armée ou durant leur
les garçons dans leur cadre familial. Elle apprentissage, pour les filles quand elles se
se poursuit actuellement par une analyse mariaient ou à la naissance de leur premier
du courrier adressé aux acteurs de cette enfant. Mais, comme l'ont montré démo
dernière série, et tout particulièrement à la graphes et sociologues, ces étapes ne sont
comédienne qui incarne le rôle principal, plus pertinentes avec les transformations
dans la constitution des familles, le prolongeHélène Rollès( 12).
Ces trois sources fournissent des don ment des études et la crise du marché de
l'emploi (13). Les institutions locales et les nées différentes mais complémentaires :
elles montrent que les séries collège sont cellules familiales, elles-mêmes en crise, ont
utilisées par les jeunes spectateurs pour de plus en plus de mal à jouer leur rôle de
explorer des identités alternatives concer socialisation de l'enfant à l'âge adulte et aux
nant les rôles d'homme et de femme et rôles homme/femme. Aujourd'hui, les ado
pour discuter, dans le groupe des pairs, lescents doivent chercher leurs modèles en
l'éthique des relations. Les programmes dehors de la famille, et les groupes de pairs
sont une sorte de territoire neutre qui les jouent un rôle de plus en plus important dans
aident à exposer leur propre position et à le processus d'initiation, les enfants les plus
négocier la délimitation des valeurs âgés devenant les références des plus jeunes.
morales du groupe. Les séries collège offrent une sorte de
métaphore de ce nouveau modèle. Elles nous
montrent des adolescents apprenant à deveUne éducation sentimentale
nir des hommes et des femmes ensemble :
Comme Jean- Jacques Rousseau Га écrit l'initiation est faite dans et par le groupe
dans L'Emile, « nous sommes tous nés deux d'âge. Même dans les séries qui mettent en
fois, une fois pour exister et une autre pour scène des rôles parentaux, les personnages
vivre, une fois pour l'espèce et l'autre pour adultes agissent de manière enfantine : les
le sexe ». Cette seconde naissance, la nais parents des séries collège n'ont pas résolu
sance au sexe, est bien sûr faite de transfo leurs propres problèmes. Le message est très
rmations physiques, mais elle est aussi et clair : pour faire face au nouveau moi, on
surtout un processus durant lequel l'enfant peut s'aider des amis, pas des adultes.
apprend à avoir de nouvelle relations avec Mais ce message initiatique reste feutré et
le monde environnant : une relation sexuée. pondéré, très loin des cérémonies de scarifica
L'adolescence n'est pas seulement un pas tion étudiées par les anthropologues. Les
séries collège offrent une initiation non trau- sage de l'enfance à l'âge adulte, elle est
aussi le passage d'un monde fondé sur des matique à la grammaire des jeux amoureux.
différences de générations à un monde La présentation de la sexualité n'est jamais
fondé sur des différences de sexes. agressive : tous les personnages positifs,
Dans la plupart des cultures primitives notamment les masculins, sont
étudiées par les anthropologues, des cérémon du côté romantique plutôt que sexuel. Les
ies strictement codifiées préparaient les gestes d'amour ne sont jamais violents : ce
jeunes nubiles à l'âge adulte. Ds étaient phy sont plus des câlins que des étreintes. Les
siquement isolés pour un temps, dans un lieu conclusions morales sont profondément rassu
hors du territoire de la tribu, pour subir les rantes. Les intrigues peuvent traiter de pas
rituels initiatiques qui symbolisaient leur sion, de jalousie, ou de trahison, elles aboutis
admission dans le monde des adultes. Dans sent loutes au même message : c'est dans le
les sociétés traditionnelles occidentales, des couple avec un partenaire régulier que l'on
(12) Le travail sur le courrier est en cours. Il devrait déboucher à terme sur une analyse des relations fiction/réalité
à travers la manière dont les enfants décrivent leur relation à la série.
(13) LE BRAS, 1983 ; GALLAND, 1990.
- 816 trouver le bonheur. La fidélité (à un ami on ne doit pas être tenu coupable d'infidélité peut
ou un amoureux) est une valeur centrale. Mais tant que la trahison est un secret partagé par
elle ne peut être satisfaite avant d'avoir épuisé les autres membres du groupe. Les amours
tous les pièges de l'amour : que se passe-t-il adolescentes sont une affaire collective (15).
quand on est amoureux de deux personnes à Curieusement, aucun des parents avec qui
la fois, quand on a une relation avec quel j'ai parlé, ne comprenait que les intrigues sur
l'amour et l'amitié étaient une construction qu'un de plus âgé que soi, quand on aime à
nouveau quelqu'un que l'on n'aimait plus, narrative centrale dans ces séries. Soit ils
sous-estimaient leur importance (« Ils ne se quand on a un coup de foudre, quand deux
amis aiment la même personne, comment passe jamais rien, ces étudiants complète
gérer la souffrance de n'être plus aimé, etc. ment idiots buvant du jus d'orange dans une
cafétéria et s' embrassant toutes les deux Faite dans le groupe, l'initiation amou
reuse est également sous le contrôle du scènes, c'est Hélène et les garçons. Ce n'est
groupe. La relation amoureuse adolescente pas la vie, c'est seulement ridicule ») ; soit ils
n'est pas seulement une interaction en face-à- n'avaient pas compris que les personnages de
la série étaient présentés comme ayant une face entre un homme et une femme, elle est
aussi une relation entre un couple et un vie sexuelle -jamais montrée à l'écran, mais
groupe. Certaines analyses ont montré l'im cependant très explicite à travers les dia
portance de l'évaluation du groupe dans les logues (16) (« C'est tellement naif: avez-vous
idylles à l'école : sur le marché des ren déjà vu des étudiants amoureux se tenant
contres, les adolescents suivent une hiérarchie juste la main, se regardant dans les yeux et
s' embrassant sur la bouche ? Au moins si très codifiée, fondée principalement sur des
évaluations du physique établies par les cela pouvait donner aux adolescents une
autres écoliers ou étudiants. Le choix d'un sorte d'information sur les questions
partenaire suppose la prise en compte de la sexuelles ! Mais même pas. C'est désespéré
cote de ce partenaire sur ce marché (14). Les ment vide »). Les enfants, eux, savent très
séries collège jouent beaucoup sur ce trait dis- bien que les héros ^Hélène ont d'autres pra
tinctif de la culture de la jeunesse : une nou tiques sexuelles que les baisers sur la bouche.
velle relation est toujours discutée par l'e Et ils sont d'accord avec leurs parents sur le
nsemble des membres du groupe avant d'être caractère non-réaliste de ce genre de séries :
approuvée (ou rejetée). Ceci explique beau pour eux c'est de la fiction. Interrogés dans le
coup des jeux amoureux tels qu'ils sont mis questionnaire sur les ressemblances entre
en scène dans les séries collège, et tels qu'ils l'univers des séries et leur propre univers, ils
sont reconnus par leurs téléspectateurs - un parlent des artifices, des happy end systéma
provoquant aller et retour de la fidélité de tiques, des intrigues répétitives et du jeu
couple à de nouvelles affaires de cœur avec conventionnel des acteurs (17). Mais, en
d'autres partenaires. D'une certaine manière, même temps, leur voyage dans la fiction est
(14) JUHEM, 1995.
(15) En un sens, ce que disent les lettres de fan, fait directement référence à ce système de confidences partagées.
Quand les jeunes correspondants racontent leurs secrets à Hélène sur leurs propres affaires de cœur, d'habitude pour
demander un conseil (le thème « que ferais-tu si quelqu'un dont tu es amoureuse ne le sait pas ? » est récurrent), ils
font toujours allusion à leur propre connaissance de chaque évolution dans les relations entre Hélène et Nicolas.
(16) A travers des allusions à des nuits passées ensemble, des références à la nécessité d'utiliser des préservatifs, etc.
( 17) La question de l'opposition réalité/fiction ne sera pas présentée ici, bien qu'elle soit une part notable du travail en cours sur
les lettres envoyées à Hélène. Les analyses des lettres de fans montrent qu'apprendre les règles pour éviter d'être rangé parmi
les téléspectateurs naïfs commence tôt mais dure longtemps. Si les jeunes correspondants identifient la série comme un produit
télévisuel (il y a toujours au moins une référence dans les lettres au processus de production), ils restent cependant du côté de
l'imagination ils demandent des réponses réelles aux questions liées à la fiction. Le brouillage des frontières devient de moins
en moins important au fur et à mesure que les enfants grandissent. A 12-13 ans, ils commencent habituellement leur lettre en
donnant les informations qu'ils connaissent sur la production de la série (« J'ai lu que vous alliez enregistrer de nouveaux épi-
sodés, est-ce que Jacques y jouera ? J'ai vu ton nouveau CD et ma mère va me l'acheter pour mon anniversaire»). Pour autant,
ces « téléspectateurs informés » laissent passer des éléments qui les rabattent dans la communauté des téléspectateurs naïfs
(« Si Nicolas lit cette lettre avec toi, je lui dis Bonjour » ; « Mes parents sont d'accord si je t'invite à mon anniversaire. Si tu ne
peux pas, c'est Ok si c'est quelqu'un d'autre de l'équipe qui vient »). Il y a, en fait, une sorte de croyance sans système général
de croyance dans les relations au programme et aux acteurs, qui est commune aux enfants et qui tend à devenir plus cohérente
avec le temps. Pour une analyse de cette perception ambiguë des frontières entre réalité et fiction dans les conversations enfant
ines à propos de télévision, voir également BUCKINGHAM, 1993 et HODGE etiTUPP, 1986.
817 un plaisir fondé sur une forte familiarité avec nemment montré, sont beaucoup plus inté
ce qu'ils appellent eux-mêmes « la réalité de ressés par les programmes télévisuels pour
nous les jeunes », ou « les problèmes des adultes que par ceux qui leur sont spécif
jeunes », ou « les histoires de jeunes ». Nous iquement destinés (19).
en savons maintenant un peu plus sur le
contenu de cette réalité générationnelle : Interprétation d'Hélène
apprendre l'amour avec l'aide et le soutien suivant les âges :
d'amis. Les séries collège ne fournissent les observations dans les
aucune information sur la société, mais elles familles
fournissent des émotions concernant les deux
principales préoccupations d'un adolescent : Mes propres observations de jeunes
enfants de 5-6 ans dans leur famille montl'amitié et l'amour. Les jeunes ne regardent
pas ces séries pour apprendre, mais pour rent qu'ils possèdent déjà beaucoup de
vocabulaire sur la sexualité - « faire expérimenter des sentiments nouveaux.
L'incompréhension des parents n'est pas l'amour », « avoir envie de quelqu'un »,
« homosexuel », « baiser », « putain », etc. - surprenante quand on considère que le
culte des séries sentimentales a été partic et qu'ils s'interrogent sur le sens de cer
taines situations liées à la sexualité qu'ils ulièrement fort en France chez les très
ont vues à la télévision - en général dans jeunes enfants. Hélène et les garçons a
des films pour adultes. Leur intérêt pour conquis sa plus grande part de marché
(90 %) dans le groupe des 4 à 11 ans les séries college est surtout motivé par
une recherche d'informations pour satis(chiffres Médiamétrie, octobre 1993), et les
lettres envoyées à Hélène étaient écrite par faire un intérêt, éveillé très tôt, pour tout
des petites filles, parfois âgée de 6 ans : les ce qui concerne les choses du sexe. Durant
parents ne pouvaient guère les soupçonner les discussions, ils posent des questions
d'être déjà intéressées par la grammaire des sur la signification de certains mots et de
jeux amoureux - pas plus que les produc certaines situations (est-ce qu'embrasser
teurs de la série qui ont touché un public sur la bouche c'est faire l'amour ? Quand
on se tient par la main cela veut-il dire beaucoup plus jeune que celui auquel ils
s'attendaient (18). D'une certaine manière, qu'on est amoureux ? Se séparer est-ce se
cet intérêt précoce pour la sexualité est lié à battre ? Le sexe est-ce que c'est s'embrass
ce que Joshua Meyrowitz a analysé comme er tout nu ?). Ils s'intéressent également à
la signification morale des situations un brouillage des frontières entre l'enfance
et l'âge adulte avec l'extension des médias d'amour (est-ce que c'est mal de tomber
amoureux de quelqu'un qui n'est pas son électroniques, et notamment la télévision.
Dans la culture de l'imprimé, les enfants partenaire habituel ; ça fait bizarre quand
étaient progressivement socialisés dans le deux personnages s'embrassent trop long
monde des adultes : l'accès à la lecture et temps ; l'amour fait pleurer dans certains
aux livres était fonction de l'âge. La télévi cas ; on doit mentir quand on n'aime plus
sion est fondée sur un schéma complète quelqu'un qui vous aime encore, etc.)
Vers 10 ans, un enfant connaît la signifiment différent. Elle a éventé le secret des
relations entre adultes et des coulisses des cation de la plupart des situations qui sont
rôles parentaux, même pour les très jeunes montrées à l'écran, mais pas par expé
enfants - qui, comme Meyrowitz l'a rience personnelle. Du coup, le problème
(18) Hélène et les garçons visait un public de 13-17 ans, un groupe d'âge avec un peu d'argent de poche et une
forte influence sur les choix de consommation en matière de vêtement, de vidéo, de hifi, etc. TF1 , chaîne privée et
commerciale, qui diffusait la série en France, était moins intéressée par les enfant de moins de 10 ans et demanda
au producteur d'alléger les intrigues sentimentales et de favoriser la part des actions plus socialement pertinentes
pour les adolescents. Quelques épisodes traitant de drogue et même de viol furent produits durant la troisième sai
son. Mais ce déplacement ne fonctionna pas très bien, dans la mesure où les jeunes fans ne l'aimèrent pas du tout
- comme nous pouvons le constater au vu des monceaux de courriers critiquant ces intrigues - et où les adoles
cents plus âgés ne modifièrent pas leur opinion à propos de cette série. Ils étaient en effet à ce moment là de plus
en plus intéressés par Beverly Hills.
(19) MEYROWITZ, 1985.
- 818 serait plutôt d'essayer de ressentir ce qui actrice. La vision des adolescents plus
passe quand... A cet âge, les jeux de rôle âgés est bien sûr très différente de celle
sont très importants. Les amis se regroupent des petits fans de 8 ans, même si les rap
dans les cours de récréation et rejouent ports au programme sont décrits exacte
l'épisode diffusé la veille. Les rôles peu ment dans les mêmes termes (« on
vent être fixes (« Je suis Laly, parce que l'adore »). La lecture parodique, au delà
ma meilleure amie, Sarah, voulait être toi, du fait de s'amuser, a différents usages
mais moi je préférerais être toi. Nous sociaux. Elle permet de regarder un pr
jouons à Hélène tous les jours à l'école, ogramme qu'on ne devrait pas regarder
nous adorons ça. Les garçons, nous les parce qu'il est négativement connotée.
inventons », écrit Amanda, 9 ans), ou peu Mais elle est également un moyen efficace
vent tourner (« Hier, j'ai joué Johana, de renforcer la solidarité du groupe.
c'est si dur pour elle avec Cri-Cri [le Comme Tamar Liebes l'a indiqué à propos
fiancé macho de Johana dans la série] »). du JR de Dallas, la lecture parodique
regroupe les « nous » des téléspectateurs Dans tous les cas, le but est clair : il s'agit
de ressentir des émotions. C'est aussi un contre le « lui » de l'écran. Et cette lecture
n'est pas la moins chargée émotionnelle- âge où l'investissement personnel dans le
programme conduit à de nombreuses inte ment, tant s'en faut (20). L'exploration des
ractions avec d'autres. Discuter de la règles des jeux d'amour par la télévision
beauté ou de la gentillesse d'un person est faite sur le mode de la réaffirmation du
nage peut susciter des débats passionnés moi (Je sais que les choses de la vie et ne
avec des frères ou sœurs plus âgés ou plus sont pas comme elles sont montrées dans
jeunes (« T'es folle, elle est moche ! Oh, ces séries) et de réaffirmation des fron
tières du groupe (Nous partageons tous mon Dieu, je la déteste, comment peux-tu
la supporter. Quelle salope ! Elle ment tout une lecture de ce programme différente de
le temps ! Comme ça se fait que tu l'aimes celle des enfants plus jeunes et des
bien ? »). Les expressions de divergences adultes). Mais ces communautés paro
en matière de goût sont clairement une diques sont profondément dépendantes de
manière d'élaborer des critères esthétiques l'existence d'une communauté de fans
ou moraux sur les rôles sexuels. ayant suffisamment de visibilité sociale
Quand les enfant grandissent, ils com pour s'assurer que la parodie fait sens en
mencent à mettre à distance les séries. tant que pratique distinctive.
Mais ils continuent à les regarder. Les gar
çons effectuent ce mouvement plus tôt que Des rapports sexuellement
les filles. Ils ne manquent jamais de soul distribues aux personnages :
igner le fait qu'ils ne sont plus dans une le questionnaire
position identificatoire. « Je regarde ça
parce que ma petite sœur le », « je L'enquête par questionnaire fournit
le regarde parce que la télévision est all d'autres indications sur les postures de lec
umée ». Vers 15 ans, le discours critique ture, particulièrement avec les réponses à
s'affirme : on entre dans les lectures deux questions ouvertes : « Quel est ton
ouvertement parodiques. « J'aime ça parce personnage préféré ? Pourquoi ? », « Quel
que c'est complètement crétin », «On est le personnage que tu aimes le moins ?
Pourquoi ?». regarde ça avec mes copains pour se mar
rer », « Pour moi, cette série, c'est comme La prédominance des personnages masc
de la science fiction, c'est génial ». Hélène ulins dans les choix est frappante (60 %
et les garçons a été une série très populaire de l'ensemble des choix), y compris chez
les filles (54 % ont choisi un personnage parmi les étudiants qui ont fait des paro
dies, lancé des campagnes pour plus d'épi masculin). Pourtant, il y a beaucoup de
sodes, ou des pétitions pour le retour d'une personnages principaux féminins dans les
(20) LIEBES, 1994.
819 — collège : il ne s'agit donc pas d'une rapper du Prince de Bel Air. Le type de perséries
sonnage masculin est ainsi fortement cor- carence du côté de l'offre comme l'ont
suggéré certaines études qui aboutissaient rélé au sexe du répondant.
au même constat (21). Il s'agit plus proba Il était demandé aux jeunes téléspecta
blement du symptôme d'un phénomène teurs d'expliquer les raisons de leurs
que les psychologues connaissent bien : les choix. Là encore, le type de critère invo
filles savent que les valeurs attribuées aux qué pour défendre pourquoi ils aiment ou
hommes sont socialement désirables n'aiment pas tel ou tel personnage est fo
- bien que dangereuses pour les filles - et rtement corrélé au sexe du répondant. Pour
les garçons ont un idéal féminisé qu'ils les filles, les considérations physiques sont
savent devoir dissimuler en société. très importantes (elles justifient leur choix
D'un autre côté, les personnages fémi d'un personnage favori avec des détails
nins reçoivent plus de courriers de fans que physiques ou d'habillement), immédiate
les personnages masculins, et ces lettres ment suivis par des qualités référant à la
sont écrites par des filles. L'explication de générosité ou la gentillesse. Elles n'aiment
pas les personnages masculins pour leurs cette préférence pour les personnages mas
culins doit donc aussi être comprise à tra succès ou leur audace (à l'inverse, ces qual
vers le type de relation qui est entretenu ités sont négativement attachées aux per
avec les séries. Sur le mode de la préfé sonnages détestés), elles les aiment parce
rence, les filles sont attirées par les person qu'ils sont tendres et sensibles. Les justif
nages masculins. Sur le mode de la conf ications des garçons sont très différentes :
idence, elles font plutôt confiance aux ce qu'ils aiment dans un personnage, c'est
actrices. Les séries proposent aux specta son humour (cet item arrive en premier),
trices un voyage sentimental : l'attirance son indépendance et ses succès en amour
pour l'autre sexe en fait partie, même si (mais jamais ses succès scolaires). Cette
l'homme est un personnage sur l'écran. différence en fonction du sexe des répon
Nous avons une bonne confirmation de ce dants est très forte : le même personnage
type de relation avec les choix de person peut être décrit dans des termes complète
nage détesté par les filles enquêtées : dans ment différents selon les réponses des
beaucoup de cas, le personnage cité est la filles ou des garçons. C'est le cas de Zack
femme qui est, dans l'intrigue de la série, la dans Sauvé par le gong : les filles l'aiment
partenaire attitrée du masculin pour son charme physique et les garçons
préféré. En un mot, la rivale. pour son tempérament rebelle au travail
Si globalement, garçons et filles préfèrent scolaire et à l'autorité.
les personnages masculins, leurs préfé Les choix des personnages détestés sont
rences ne vont pas aux mêmes personnages. aussi intéressants. L'âge et le sexe des
Les préférences des filles vont massivement répondants sont déterminants. Les jeunes
aux personnages romantiques comme enfants sont très sensibles à la figure sim
Dylan ou Brandon dans Beverly Hills, ce pliste du « méchant » qui existe dans la plu
qui permet de comprendre les choix fémi part des séries collège (il s'agit habituell
nins comme ne résultant pas d'une pure ement de quelqu'un qui n'est pas intégré
attraction sexuelle : les filles ne sont pas dans le groupe et qui essaie de le diviser).
intéressées par les machos mais par des per Ce type de personnage inamical reçoit la
sonnalités sensibles qu'elles peuvent aimer plupart de leurs suffrages. Les enfants de
- et peut être materner. A l'opposé, les 13-15 ans sont plus sophistiqués : à cet âge,
jeunes téléspectateurs masculins concent la plupart des filles détestent la partenaire
rent leur choix sur des héros qui représen de leur personnage masculin favori ; et les
tent des valeurs masculines plus tradition garçons rejettent les personnages qui surin
vestissent dans les succès sentimentaux ou nelles de courage et d'indépendance, tels
scolaires. Après 15 ans, 54 % des adoles- Zack (Sauvé par le gong) ou Will, le jeune
(21) CHOMBART DE LAUWE, ibid. ; HODGE et TRIPP, ibid.
820

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents