Viol et société coloniale : le cas de la Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle - article ; n°3 ; vol.41, pg 625-637

-

Documents
14 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Annales. Économies, Sociétés, Civilisations - Année 1986 - Volume 41 - Numéro 3 - Pages 625-637
Rape and Colonial Society: The Case of 18th Century New Spain. F. Giraud.
Though very often hidden, rape—as reported in criminal trials in New Spain— allows us to understand a hierarchy of violent relationships. Analysis of the identity of the aggressors and victims as well as of the types of aggression point (1) to the mainfeatures of the physical acts—partially determined by socio-ethnic characteristics of the colonial order—committed by Indians as well, though for different reasons, as by Spaniards; and (2) to the fact that Indian women constituted the majority of the victims. Rape is thus the paradigm of their history.
13 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1986
Nombre de visites sur la page 25
Langue Français
Signaler un problème

François Giraud
Viol et société coloniale : le cas de la Nouvelle-Espagne au
XVIIIe siècle
In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 41e année, N. 3, 1986. pp. 625-637.
Abstract
Rape and Colonial Society: The Case of 18th Century New Spain. F. Giraud.
Though very often hidden, rape—as reported in criminal trials in New Spain— allows us to understand a hierarchy of violent
relationships. Analysis of the identity of the aggressors and victims as well as of the types of aggression point (1) to the
mainfeatures of the physical acts—partially determined by socio-ethnic characteristics of the colonial order—committed by
Indians as well, though for different reasons, as by Spaniards; and (2) to the fact that Indian women constituted the majority of the
victims. Rape is thus the paradigm of their history.
Citer ce document / Cite this document :
Giraud François. Viol et société coloniale : le cas de la Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle. In: Annales. Économies, Sociétés,
Civilisations. 41e année, N. 3, 1986. pp. 625-637.
doi : 10.3406/ahess.1986.283299
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1986_num_41_3_283299OIS GIRAUD FRAN
VIOL ET SOCI COLONIALE LE CAS
DE LA NOUVELLE-ESPAGNE AU XVIIIe SI CLE
tudier la violence sexuelle est pas chose aisée Deux raisons principales
expliquent cette difficulté La première vient de ce que le concept même est
pas sans ambiguïté Chaque société son seuil de tolérance la violence Le
terme renvoie par conséquent des réalités qui diffèrent sensiblement en tout
cas de celles que notre siècle hypersensible toute violence appelle viol La
deuxième raison plus universelle celle-là vient de la dissimulation fréquente
des faits de viol qui explique que les dénonciations soient peu nombreuses et
donc peu accessibles étude1 Pourtant dans le cas des sociétés coloniales
pluriethniques la question du viol est autant plus essentielle que obsession
du mélange et de la pureté raciale fait de toutes les pratiques sexuelles un enjeu
fondamental dans les stratégies affrontement et de distinction sociale2 En ce
sens en tant usage social du corps3 le viol peut être lu comme paradigme
une histoire et une structure des relations sociales
En Nouvelle-Espagne où le thème de la femme violée qui hante imaginaire
trouve sa source dans expérience de la conquête4 le viol est une particulière
présence surtout quand on per oit que cette société qui connu depuis ori
gine la coexistence de groupes ethniques nettement différenciés indiens espa
gnols noirs angoisse de la prolifération au xvnie siècle de groupes intermé
diaires castes et recherche dans une manie classificatrice une impossible stabi
lisation de son identité5 Le viol fait généralement objet de plaintes devant
Alcalde Mayor mais sa gravité en fait un caso de Corte transmis immé
diatement en première instance devant la Real Audiencia de Mexico6 Nous
avons retrouvé dans ses archives soixante procès dont la richesse documentaire
permet de mieux comprendre la réaction de la société coloniale en semblable
cas identité des agresseurs et des victimes les circonstances de agression et
les attitudes elle suscite Par analyse de ces documents très fragmentaires
on peut essayer de comprendre nous semble-t-il la signification spécifique du
viol dans la société coloniale mexicaine7
Annales ESC mai-juin 1986 no pp 625-637
625 ET SOCI CRIMES
Les agresseurs
Les agresseurs sont dans plus un cas sur deux des Indiens et dans un peu
plus du quart des Espagnols Cette proportion justifie-t-elle les stéréotypes
racistes qui font des Indiens comme des noirs et des arabes des violeurs En
réalité cette proportion explique par Origine essentiellement rurale de
échantillon et par le fait que nombre de Métis ont pu se faire passer pour des
Indiens dont la situation est théoriquement privilégiée en matière de justice5
Aucun groupe ethnique est donc particulièrement nombreux parmi les
accusés
Ceux-ci appartiennent abord aux classes populaires ouvriers agricoles
peones macheteros etc. transporteurs muletiers colporteurs etc. et arti
sans ces catégories totalisant 59 Les premiers les plus pauvres et les plus
exploités sécrètent sans doute une violence impuissante et sont dans 585 des
cas des célibataires parfois tardifs Ce sont de mauvais partis et des gens insol
vables que seule la justice peut contraindre se marier ou payer Les seconds
importants dans la vie économique et sociale sont des gens mobiles incontrôla
bles seigneurs de la route et également célibataires dans cas sur
Parmi les autres on compte trois ecclésiastiques des commer ants des
fonctionnaires des domestiques etc Un vaste éventail de métiers mais prove
nant le plus souvent des classes subalternes tableau 1)
TABLEAU Activité des accusés
Activité Nombre
Ouvrier agricole 206
Muletier 206
Artisan 206
Cultivateur 118
Ecclésiastique 88
Vacher 59
Charbonnier 29
Commer ant 29
Fonctionnaire 29
Domestique 29
Les groupes dominants en effet sont peu représentés pas de propriétaire
hacienda de fonctionnaire de haut rang On remarque au plus un des
ecclésiastiques semble jouir une forte influence9 un maître carrossier est pré
senté comme familier du vice-roi 10 En revanche on trouve quelques notabi
lités locales alcade principal gouverneur fils de gouverneur précédent
fils de fiscal mayor une église fils de lieutenant de armée
Le viol se manifeste donc principalement comme un crime de pauvres et
humiliés mais il est probable que très souvent les puissants ne font pas objet
de dénonciations ils peuvent pratiquer des arrangements extra-judiciaires et
ils savent par leurs relations faire échouer une plainte En ce sens nos
procès ne seraient guère plus un résidu
626 GIRAUD LE VIOL EN NOUVELLE-ESPAGNE
Célibataires et veufs une part hommes mariés autre part se divisent en
groupes égaux mais les premiers sont beaucoup plus nombreux en proportion
que dans la société globale 511 contre 364 Ce sont donc des hommes
non pourvus de femmes ou de partenaires sexuels réguliers en raison de leur
genre de vie ou de leur condition sociale ou des hommes ayant une vie de
couple troublée12 Nous ne sommes guère renseignés sur ce point encore que
certains prévenus soient accusés de faire une mauvaise vie leur femme Ce
ne sont pas la plupart du temps non plus des célibataires particulièrement tar
difs Ces hommes ont entre 16 et 64 ans mais sur 10 entre eux disent avoir
de 20 34 ans période critique évidente liée biologiquement sans doute une
intensité maximum de la puissance masculine mais aussi phase de la vie où il
convient particulièrement affirmer sa virilité surtout on largement
dépassé âge moyen au mariage assez précoce en Nouvelle-Espagne13
ensemble des interrogatoires et notamment les témoignages de entou
rage ou ceux des témoins de moralité éclairent la personnalité des accusés
Autant on puisse le savoir leur situation familiale ne paraît pas particulière
ment perturbée seulement un bâtard et trois orphelins Dans quatre cas il
eu conflit avec le père ou la mère Bien au contraire ce serait plutôt en certains
cas le mauvais exemple du père ou aide logistique de la famille pour la réalisa
tion du rapt qui incité agresseur commettre le viol14 Dans ces affaires
ailleurs la famille ne se divise guère contre elle-même agresseur est sou
vent défendu par ses proches Encore on apprenne un père ou un grand-
père ont demandé intervention de la justice pour amender la mauvaise
conduite un jeune homme en envoyant travailler dans un moulin sucre15
Sept accusés ont après leur propre déclaration fait objet une détention
ou condamnation Pour trois entre eux il agissait de viols pour trois
autres de vol Certains sont signalés comme bagarreurs ou de comportement
violent un eux aurait été impliqué dans un meurtre16 Des témoins repro
chent autres leur oisiveté ou ivresse qui est pas nécessairement habi
tuelle Il peu de témoignage de personnalité psychopathologique Nous ne
disposons aucun diagnostic psychiatrique et il est presque impossible de
partir un crime pour en établir un comme le soulignait Georges Devereux17
Seul cas évident celui de José Ramon Monroy fils naturel qui tue la fillette
il violée et sa petite ur.JPlusieurs témoignages de femmes accusent de
les avoir maltraitées frappées et injuriées alors elles étaient au lavoir et on
raconte aussi il martyrisait des animaux Seul cas manifestant des troubles
évidents notamment dans sa relation avec les femmes son milieu familial est
déséquilibré son éducation chrétienne est déficiente et il est qualifié de
sauvage et inculte 18
Plusieurs prévenus se voient ailleurs appliquer ce dernier terme un
eux est même comparé aux bêtes féroces dont il reproduirait comportements
et réactions en partageant leur mode de vie19 Aux franges de communautés
rurales de petits paysans établis socialement et culturellement intégrés il
des êtres marginaux dont existence familiale été perturbée ou qui ont été
rejetés enfants de femmes déshonorées et misérables qui font peur Au total
si 40 des accusés ont mauvaise réputation et selon leurs déclarations ont
déjà été arrêtés ou ont commis un crime autres ont pu taire leurs antécé
dents) entre celui qui est présenté comme joueur et celui qui commis un
627 CRIMES ET SOCI
ans
OO
FIG Age des agresseurs et des victimes
meurtre il une grande distance. Le taux de récidive 10 paraît extrême
ment bas mais il est sûrement en fait beaucoup plus élevé Pour la plupart le
viol est un geste purement occasionnel pour autres est une modalité un
comportement asocial Cette asocialité peut expliquer par le déracinement
Dans 474 des cas accusé est pas né là où il habite Toutefois ce sont des
migrations de faible ampleur et parfois anciennes20 En ce cas la désocialisa
tion est pas évidente En revanche un point de vue culturel les accusés se
révèlent très normaux 315 entre eux savent signer contre 36 des
témoins souvent choisis pour leur honorabilité et 692 des prévenus indiens
ont recours un interprète taux très comparable celui des témoins
En apparence davantage Indiens Espagnols mais en fait dans une pro
portion bien moindre issus en tout cas des classes populaires le plus souvent
âge mûr autant mariés que célibataires ou veufs les prévenus de viol ne pré
sentent pas en général de traits particuliers un point de vue familial ou
culturel même si dans la moitié des cas pourtant ils ont déjà commis un délit ou
ont mauvaise réputation
Les victimes
Moins faciles connaître car leurs interrogatoires sont moins fréquents ou
moins fouillés les victimes ne diffèrent guère des agresseurs du point de vue
ethnique Les femmes espagnoles sont beaucoup moins nombreuses que les
femmes indiennes ou provenant des castes Si les métisses ont pu se faire passer
pour espagnoles celles-ci ont sans doute davantage hésité porter plainte
infamie étant autant plus grande que agresseur est indien car comme on
dit mas honor mas dolor21 mais il est probable elles sont aussi mieux
628 GIRAUD LE VIOL EN NOUVELLE-ESPAGNE
préservées par leur statut socio-ethnique tant du point de vue judiciaire que du
point de vue psychologique elles sont moins méprisées)
Ce sont le plus souvent de très jeunes filles puisque la plupart ont moins de
19 ans et plus du quart moins de 14 ans où le fait que les demoiselles repré
sentent 80 des cas Moins protégées par le père que par époux plus faciles
terroriser elles iront plus volontiers en justice pour obtenir une compensation
financière ou le mariage que les femmes mariées qui lorsque le scandale pas
été public ne peuvent voir étaler leur déshonneur Certaines célibataires
tardives peuvent cependant trouver un mari et la provocation est pas
exclue Quant aux veuves elles dénoncent peu par fatalisme et parce que
enjeu de leur virginité est plus en cause examen de la situation familiale
révèle la présence de cinq orphelines parmi lesquelles trois ont pas de père
Dépourvues de structures familiales solides et éventuellement perturbées psy
chologiquement elles sont très vulnérables
Socialement comme les agresseurs ces femmes viennent des classes popu
laires Moins protégées et moins recluses22 plus méprisées elles espèrent
trouver par intermédiaire de la justice la réparation que autres peuvent
obtenir sous forme extra-judiciaire sans exposer publiquement leur déshon
neur Parmi elles on doit mentionner le cas des servantes sûrement beaucoup
plus nombreuses en fait car elles dénoncent peu ainsi que les bergères ou les
fillettes on envoie chercher du bois ou porter de la nourriture aux hommes
qui travaillent et qui écartent par conséquent des lieux où peut exercer un
contrôle de la communauté Les filles ou épouses de fonctionnaires locaux
gouverneur ou alcade hésitent pas agir en justice dont les rouages leur
sont sans doute mieux connus De fait ces femmes ont un niveau culturel relati
vement supérieur puisque 525 des victimes interrogées sont capables de
signer alors aucun des douze témoins féminins est capable de le faire23
autre part seul un tiers des victimes indiennes recours interprète ce qui
laisse penser que ces femmes plus isolées que les hommes indiens le sont
quand même moins que la plupart de leurs compagnes et donc peut-être davan
tage exposées La physionomie du groupe des victimes plus floue que celles des
agresseurs fait donc ressortir la prépondérance des femmes indigènes mais elle
révèle que ce sont des femmes jouissant une situation culturelle relativement
bonne Peut-être est-ce la raison qui les incite porter plainte les autres restant
silencieuses
agression
Elle met en présence agresseurs et victimes selon une configuration ethnique
particulière qui éclaire singulièrement la signification du viol tableau 2)
Les agressions les plus nombreuses sont celles des Indiens contre des
indiennes 38 alors que celles des Espagnols contre des Espagnoles attei
gnent que 12 La proximité voire la ressemblance semble déterminer la
constitution du couple dans le premier cas Les indiens sont donc beaucoup
plus exclusifs dans leur choix que les Espagnols qui attaquent plus indifférem
ment aux femmes de tous les groupes ethniques La femme indienne aussi sou
vent violée par un Espagnol que la femme de ce groupe subit assaut de ses
629 CRIMES ET SOCI
TABLEAU Configuration ethnique des agressions
Nombre de sa catégorie ethnique du total
Indien Indienne 19 76 38 Métisse 16 100 Indien Mulâtre Espagnole
Métis Indienne 75 Métisse 100 Métis Mulâtre -- Espagnole 25
Mulâtre Indienne 25 Métisse 100 Mulâtre Mulâtre 50
25 Espagnole
Espagnol Indienne 2941 10 Métisse 294 10 100 Espagnol Mulâtre 59 Espagnole 352 12
Total 50 100
frères de race neuf fois plus souvent que celle-ci La facteur ethnique qui écarte
Indien des femmes espagnoles par peur ou par respect fait peser sur les
femmes indigènes une lourde charge de violence et de mépris elle partage
sans doute avec la Mulâtre qui le plus souvent esclave ou servante hésite
venir en justice agresseur est presque toujours un âge supérieur sa vic
time Cette différence qui va de 29 ans est autant plus faible que écart
ethnique est fort ce qui laisse imaginer que le viol peut être un moyen obtenir
un mariage que favorise affinité ou la tendresse 24 maïs que la distance
ethnique rend plus difficile Ces viols dénoncés sont dans les deux tiers des cas
le fait homme du même village que la victime dans quelques autres un vil
lage voisin rarement un inconnu car alors le résultat une plainte en justice
serait très problématique Mais le plus intéressant est que le plus gros danger
provient des personnes les plus proches membres de la famille abord père
parâtres cousins oncles) puis amis intimes ou ex-concubins les femmes
hésitent pas demander contre eux réparation en justice et par là même
affirmer une indépendance inattendue25 Sans doute le rejet de inceste
compris dans acception large que lui donne glise est-il plus souvent partagé
on ne attendrait26 Sans doute est-ce aussi occasion une vengeance de la
part des femmes contre oppression des mâles de entourage en appuyant
sur la justice qui se montre instrument de défense de individu Mais inverse
ment le viol par des proches explique par la contradiction entre ampleur
même de la prohibition de inceste qui raréfie les unions licites et le faible
rayon des relations sociales qui multiplie les rencontres entre personnes précisé
ment interdites27
Nous avons pourtant affaire ici la pointe visible un iceberg Nom
breux dans échantillon le viol par les proches est sans doute encore plus fré-
630 GIRAUD LE VIOL EN NOUVELLE-ESPAGNE
quent en réalité Très souvent les femmes évitent de dénoncer leurs proches
horreur de inceste recule devant la nécessité pour une femme de conserver le
mari qui violé sa fille28 ou le respect rendu par la société au maintien
une unité familiale qui est la base de ordre social29 La femme ne quitte
guère ailleurs des territoires bien délimités la maison le marché le lavoir où
elle rencontre surtout des hommes du même milieu social pauvres humiliés et
exploités pour qui elles sont des proies faciles Encore que les viols par des
hommes de catégorie sociale supérieure maîtres artisans ecclésiastiques caci
ques etc. soient parfois dénoncés mais dans un nombre très faible de cas30
Ainsi même de manière déformée le type de confrontation sociale est le
viol apparaît plus clairement Pratiqué presque toujours sur des femmes plus
jeunes issues de milieux proches socialement ou fréquemment rencontrées et
presque toujours connues le viol marque aussi les lignes de force des dynami
ques ethniques contradictoires de la société coloniale caractérisée par un certain
isolement des groupes sociaux et le mépris de la femme indigène Bien que sur
ensemble du siècle le trend général des procès pour viol soit assez constant le
temps du viol est pas moyen et court terme indifférent Si la distribution
étend sur toute année est été qui compte le plus grand nombre agres
sions En ce sens sa dimension agressive épouse assez nettement la courbe
annuelle des homicides trouvant son sommet quand les durs travaux des
champs sarclage ou moisson exigent des hommes un intense ascétisme pro
ductif Les autres pointes de année semblent rencontrer la frustration sexuelle
des temps de restrictions rituelles Avent Carême que manifeste la chute sai
sonnière du mouvement des conceptions De même en ce qui concerne la distri
bution hebdomadaire certains jours sont privilégiés plus de la moitié des viols
ont lieu entre le samedi et le lundi temps du défoulement de ivresse et de la
rencontre que on retrouve aussi dans évocation de certaines fêtes31 Enfin
les agressions ont surtout lieu dans après-midi ou la fin de journée quand les
femmes sont seules la maison ou bien au retour du travail Et de fait agres
sion lieu beaucoup plus souvent intérieur de la maison 60 des cas
extérieur et abord dans la maison de la victime 307 ) dont on conquiert
ainsi le territoire dans un geste de défi qui adresse éventuellement aussi au
mari32 Quant aux agressions extérieures elles ont lieu dans les champs
333 ) loin des regards ou sur la route royaume des muletiers et colpor
teurs où la présence de la femme est incongrue Les territoires de celle-ci sont
ailleurs nettement définis Si au marché ou au lavoir elle exerce une fonction
collectivement bien établie sa présence la taverne pulquer ou sur la route
est dangereuse33
Quand la femme sort elle quitte son territoire et pour peu que heure soit
insolite sa présence inhabituelle appelle agression est que en tant que
femme mondaine mujer mundana) femme des rues mujer callejera) elle
est la recherche une aventure elle est déjà presque une prostituée Cette
idée qui revient souvent dans la défense des prévenus trouve ailleurs chez les
juges une oreille approbatrice
Rarement prémédité selon les propos des accusés eux-mêmes qui ont il est
vrai intérêt plaider impulsivité de leur geste le viol peut dans certains cas
avoir pour intention de transgresser le refus ou interdiction de se marier Sa
violence est très variable Non accompli entièrement dans 16 des cas il est
631 ET SOCI CRIMES
appuyé par une menace verbale renforcée par la présentation un objet tran
chant dans 20 des cas couteau le plus souvent mais aussi machette rasoir
ou alêne voire objets plus banals sandale morceau de bois bâton tige de
maïs Même en ces cas la préméditation est pas évidente ailleurs on en
reste le plus souvent au stade de la menace La violence gratuite ou le sadisme
sont très rares Encore que dans ces cas très particuliers viols collectifs ou de
toutes jeunes filles les conséquences puissent être tragiques puisque des
victimes mortes avaient moins de huit ans34
Le plus souvent la violence donc une fonction simplement pratique pour
obtenir la relation ou pour empêcher la victime de crier pour décourager toute
résistance on terrorise alors les coups pleuvent on tire les cheveux on griffe
et parfois on mord Une autre fois agresseur ayant pas pu en venir ses
fins il coupe la natte de la femme la victime et entourage éclatent en san
glots Cette absence de sadisme rappelle que le viol est un crime contradictoire
la fois désir agression et recherche de contact physique voire une rela
tion il exprime le désespoir et impuissance communiquer Ainsi agresseur
esquisse une communication offre des cigarettes par exemple échange des
signes abandonne même quelques jeux pour badiner para chancear)
dans le prolongement de ceux de enfance qui même après le mariage de la fille
paraissent innocents lui enlever son châle la peigner Ces jeux
accompagnent de quelques paroles de plaisanterie il commen ait dire
que étais une mule dit une ou de paroles exprimant aussi la tendresse ou
son apparence Parfois il agit un échange bref avec des paroles peut-être
double sens entrerai pour allumer mon cigare ou des injures putain
maintenant tu dois me le payer exprimant la colère quand la victime se débat
et résiste Bien que les propos ne soient pas rapportés de manière exhaustive ils
sont restés gravés dans le souvenir de la victime et expriment la manière dont
elle vécu agression Ainsi en est-il de la surprise une fillette Pourquoi
me désirez-vous alors que vous avez une femme Le viol ne vise donc pas
clore le flux de la communication il en est plutôt un moment exprimant par
fois la nostalgie des relations antérieures ou le refus des limitations imposées
aux rapports humains par extrême contrainte une culture
La réaction des femmes varie sensiblement Elles ne restent pas passives en
général puisque huit entre elles ont crié treize ont vraiment résisté cinq ont
essayé de échapper et que une elles même blessé son agresseur avec un
couteau Au total les trois quarts de ces femmes ont toutefois pas opposé de
résistance cédant très souvent quelque promesse de mariage35 autant la
terreur la coercition morale comme la coercition physique étant considérées
comme également graves par la justice36 Dans deux cas ailleurs le viol été
facilité par le rapt de la victime exécuté sans son consentement ce qui est pas
évident car certaines jeunes filles se faisaient enlever par leurs amants pour
forcer le consentement de leurs parents37
Pourtant les accusés évoquent la provocation dont ils auraient fait objet
même de la part de fillettes Explication classique visant se disculper mais que
pourrait expliquer une certaine équivoque des signes entre hommes et femmes
parfois favorisée par la discontinuité culturelle une société pluriethnique où
nombre de femmes nous avons vu ne parlent que espagnol38 où de tra
giques erreurs parfois présentées comme des faits du diable mettant profit la
632 GIRAUD LE VIOL EN NOUVELLE-ESPAGNE
fragilité humaine mais que les juges civils peu soucieux de psychologie ne
cherchent pas approfondir39 En fait le viol est très souvent un défi Nos
accusés ne sont pas souvent animés par le remords après agression ils ne re
culent pas devant des attitudes provocantes La peur peut parfois les conduire
au meurtre40 mais tel accusé empare des vêtements de la victime pour les
offrir sa bonne amie41 tel autre revient sur les lieux de son crime42 Le chien
qui aboie pour annoncer le retour du mari43 voire la présence même du mari
dans la pièce44 ne les fait pas reculer Ce goût du défi anime particulièrement les
viols collectifs45 la compétition virile stimulant la brutalité46 provo
quer la mort une victime violée par un groupe de muletiers alors elle se
rendait avec parente la recherche de travail47
Par bien des aspects le viol présente en Nouvelle-Espagne des caractéristi
ques fort semblables celles autres sociétés ou autres époques Toutefois
pour établir un modèle de compréhension il est nécessaire de attarder sur sa
signification interethnique Comme nous avons vu et contrairement impu
tation raciste Indien viole plutôt moins en proportion que Espagnol Mais
quelle motivation obéissent-ils quand ils agressent des femmes Chez Espa
gnol prédomine certainement exaspération du modèle patriarcal méditerra
néen le machisme et le complexe de supériorité du vainqueur obsession de
la vertu féminine de honneur et de la virginité placent au ur de la réalité
sociale une angoisse fondamentale quant la relation sexuelle et le viol est dans
cette mise en jeu du privilège du mâle une erreur de mesure un excès dans le
respect des valeurs admises Indien commet la même erreur en imitant un
comportement du vainqueur que la mémoire historique par le jeu de
habitus48 réfère aux principaux épisodes de la conquête théâtre de nombreux
viols et qui peut être con ue en somme comme le viol une culture par une
autre agression souillure mélange)
Le viol chez le colonisé pourtant est pas seulement une exagération des
valeurs dominantes il en est aussi la transgression Comme le dit Georges
Devereux Le comportement déviant criminel les mêmes racines que le com
portement déviant non criminel et en diffère que par un seul aspect mais un
aspect crucial celui du négativisme social 49 Ainsi dans une civilisation mar
quée par obsession de honneur et de la pureté sexuelle est commettre un
acte opposition ou de refus de ordre colonial Chez Espagnol et chez celui
qui assimile violer est plutôt exagérer le comportement on attend de
lui se montrer vainqueur et violent chez Indien et chez ceux qui rejettent le
modèle dominant et cherchent opposer il faut se montrer sauvage
lubrique irresponsable chacun épousant en définitive le regard que autre
pose sur lui et se conformant au rôle il attend
Ces deux mouvements de violence contradictoires se retournent abord
contre la femme indienne Celle-ci sent peser sur elle la double charge être
femme dans une société machiste par héritage méditerranéen ou par exaltation
des valeurs guerrières communes aux mexica et aux Espagnols et de faire partie
du groupe dominé50 Méprisée doublement elle subit directement le défoule
ment de violence de ceux qui sont les plus proches elle les hommes indiens51
et craint sans doute aussi de dénoncer les autres
Le viol enfin exprime aussi un refus des contraintes de rareté que fait peser
la société traditionnelle Par sa brutalité et le mépris il révèle est une
633