Word Pro - Étude de temps Chronométrage
35 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Word Pro - Étude de temps Chronométrage

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
35 pages
Français

Description

INTRODUCTION A LA MESURE DU TRAVAILA. IMPORTANCE DE LA MESURE DU TRAVAIL1. La notion de mesure fait partie de notre vie de tous les jours, à un tel point que l`on s`arrête rarement pour évaluer l`importance. Néanmoins, si l`on y songe tant soitpeu, on réalise très vite que nous possédons l`habitude demesurer quasiment toute chose en termes de dollar, temps,distance, degré, ect... Cette idée de mesurer nous permet de jauger et de contrôler le monde qui nous entoure. De fait,la mesure est un lien qui unit les sciences entre elles etqui a rendu possible tous les progrès accomplis depuis l`âgede la pierre à la société moderne d`aujourd`hui. Vraiment,on peut affirmer que l`homme ne contrôle seulement ce qu`ilpeut mesurer. Le progrès scientifique est conditionné par l`invention et le perfectionnement de techniques nouvellesde mesure.2. L`histoire des grandes explorations et le commerce interna- tional ont largement bénéficié de l`invention de trois instruments de mesure à savoir: La boussole, le sextant( Instrument comportant un sixième de cercle gradué de 0 à60 degrés, et à l`aide duquel on mesure la distance angu- laire des astres et leur hauteur au-dessus de l`horizon )et le chronomètre. La production de masse implique des mesures précises les quelles permettent la possibilité de faire usage de pièces interchangeables. A l`ère de la ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 191
Langue Français

Exrait

INTRODUCTION A LA MESURE DU TRAVAIL
A.IMPORTANCE DE LA MESURE DU TRAVAIL
1. La notion de mesure fait partie de notre vie de tous les  jours, à un tel point que l`on s`arrête rarement pour  évaluer l`importance. Néanmoins, si l`on y songe tant soit peu, on réalise très vite que nous possédons l`habitude de mesurer quasiment toute chose en termes de dollar, temps, distance, degré, ect... Cette idée de mesurer nous permet de jauger et de contrôler le monde qui nous entoure. De fait, la mesure est un lien qui unit les sciences entre elles et qui a rendu possible tous les progrès accomplis depuis l`âge de la pierre à la société moderne d`aujourd`hui. Vraiment, on peut affirmer que l`homme ne contrôle seulement ce qu`il peut mesurer. Le progrès scientifique est conditionné par l`invention et le perfectionnement de techniques nouvelles de mesure.
2. L`histoire des grandes explorations et le commerce interna- tional ont largement bénéficié de l`invention de trois  instruments de mesure à savoir: La boussole, le sextant ( Instrument comportant un sixième de cercle gradué de 0 à 60 degrés, et à l`aide duquel on mesure la distance angu- laire des astres et leur hauteur au-dessus de l`horizon ) et le chronomètre. La production de masse implique des  mesures précises les quelles permettent la possibilité de faire usage de pièces interchangeables. A l`ère de la  révolution technologique où l`industrie s`automatise à un rythme très rapide, il importe d`effectuer des milliers de mesures très précises de l`ordre de1 deux centcinquantièmes de pouce (.004"): par exemple, pour chaque automobile  fabriquée, il est nécessaire d`exécuter plus de 1000 mesures avec un degré de précision de 1 millième de pouce (.001"), plusieurs centaines avec un degré de précision de 5 dix millièmes (.0005") et un bon nombre avec un degré de  précision de 1 dix millième (.0001").
 3. Le progrès de l`humanité est fortement liée au développement  et à l` tilisation de la mesure. Plus la pièce est précieu u se, plus on la mesure soigneusement. Anciennement, on  mesurait la surface terrestre au pas; aujourd`hui, on  l`arpente au pouce près.Le temps - cet élément le plus  précieux- est mesuré avec un degré de précision qui dépasse l`imagination. Il est invraisemblable que la main-d`oeuvre échappe à cette tendance puisqu`elle représente d`une  manière ou d`une autre, en dernière analyse, l`élément  majeur du prix de revient. Les distinctions que l`on fait  entre les matières premières, la main-d`oeuvre et les frais généraux, sons faits pour des motifs purement comptables car toutes ces rubriques impliquent de la main-d`oeuvre.
4. L`évolution du travail depuis la période de l`esclavage à  notre époque caractérisée par le respect de la personne  humaine est étroitement lié à la conception de la mesure.  Jadis, les travaux de grande envergure étaient accomplis par  des esclaves. Ainsi, si vous vouliez construire une nouvelle  pyramide, vous n`aviez qu`à vous recruter autant d`esclaves  que vous désiriez et les faire travailler au fouet afin  d`obtenir d`eux un rendement maximum. L`esclave n`avait  aucun droit, conséquemment on ne se préoccupait pas de  déterminer sa charge de travail parce que la notion de  mesure n`existait pas. La mesure pour des fins commerciales  présuppose des droits reconnus aux deux parties en présence  et, plus il y a égalité dans ces droits, plus il faut de  précision dans la mesure. Le développement de la mesure du  travail est un signe de reconnaissance des droits dans le  monde du travail.
5. Nous constatons et déplorons toutes les pertes de matériel  parce qu`elles ont pour effet d`augmenter les coûts;  cependant, nous ne condamnons pas les pertes de temps bien  que celles-ci représentent du travail donc de la main- d`oeuvre qui constitue l`élément important du prix de  revient. Les coûts de la main-d`oeuvre, c`est-à-dire les  salaires, ont grimpé énormément depuis le début du siècle.  C`est un phénomène industriel que les salaires puissent  monter et les prix descendre lorque les coûts peuvent être  réduits; ce qui entraîne une plus grande production, plus d` mplois, plus de pouvoir d`achat et un meilleur standard  e  de vie.
6. La mesure du travail est importante parce que sans cette  dernière, nous ne pouvons supputer effectivement la qualité  d`un système ou d`un procédé ou encore de l`efficacité  du personnel. En effet nous ne pouvons faire de la planifi  cation ou de l`ordonnancement sans connaître la durée des  temps alloués aux différentes phases du procédé ou de la  méthode d`exécution.
7. Dans son livre sur la mesure des temps alloués, Jacques  T.Lehmann affirme que dans toute production industrielle  les temps alloués figurent parmi ces données indispensables  que les chefs d`entreprise doit disposer au fur et à mesure  de ses besoins afin de pouvoir prendre des décisions judi  cieuses dans les différents domaines de la gestion.  "La connaissance du temps d`exécution des tâches est une  nécessité pour une entreprise moderne de quelque importance.  Les temps alloués constituent, en effet, l`un des éléments  fondamentaux d`information qui, dans le domaine de la  production, permettent à l`entrepreneur de réaliser pleine  ment quatre des cinq fonctions d`une administration scienti  fique telles qu`elles furent définies par Fayol à savoir:
 la prévision, l` rganisation, la coordination, et le o  contrôle. D`autre part, toute firme rémunérant ses travail- leurs au rendement doit nécessairement, pour pouvoir  calculé ce dernier, leur fixer une norme de production à  atteindre, autrement dit, un temps alloué,"(1)"calculé  habituellement par l`application d`une des principales  techniques de mesure du travail.  (1)" " "temps alloué" et "norme de production" sont des termes qui, sous des angles différents, expriment une mêmeréalité. Le premier dit que l`exécution d`une unité  de travail nécessite par exemple deux minutes, le segon qu`on effectue 30 unités dans 1 heure
HISTORIQUE DE LA MESURE DU TRAVAIL
1. Il y a un plus de 2000 ans, Xénophon - disciple de Socrate -fut la première personne à effectuer certains travaux de  mesure du travail. Mentionnons, au passage, cette étude sûre la durée des travaux ménagés ainsi que celle faite sur  l`organisation du travail humain ayant trait à un atelier de  fabrication de cothurnes à la chaîne.(chaussure à haute  semelle des acteurs tragiques). L`instrument de mesure que ce savant Grec employait était très rudimentaire mais  pouvait tout de même produire, à l`époque, d`excellents  résultats. L`instrument de mesure auquel on fait allusion  porte le nom de sablier; cet appareil, que l`on retrouve  encore de nos jours, peut être qualifié d`instrument  précurseur du chronomètre.
2. Au moyen-âge, les moines utilisaient déjà - grossièrement si l`on veut - la mesure des temps dans le but de faciliter l`organisation et le planning des travaux de construction de leurs monastères.
3. PLus proche de nous, Léonard de Vinci (1452-1519), un des génies les plus complets de la renaissance, fut un véritable théoricien de l`organisation. Abordant tous les domaines de  la recherche, il s`appliqua à découvrir dans chacun les principes scientifiques qui les menèrent à des applications très variées. Il songea à appliquer la mesure des temps au travail et conçut des représentations visuelles des diverses phases du travail qui sont les ancêtres des modernes tabl-eaux de planning. Dans une étude dont la similitude avec les méthodes modernes du chronométrage sont si parfaite que  plusieurs le considère comme un précurseur de Taylor, Léonard de Vinci définit le temps nécessaire à un terrassier pour déplacer une "canne carrée" de terre.(J.T.Lehmann,Me  sure des temps allouée)
4. Cependant, il a fallu attendre jusqu`au XVIIe siècle avant  que Vauban ne mesure pour la première fois les gestes d`un ouvrier pour fixer la valeur de son travail lors des travaux de terrassement pour la ville de Strasbourg afin de régler un litige de paiement a forfait; on peut voir en lui l`inno- vateur de l`intéressement du travailleur à la production. Vers le milieu du XVIIIe siècle, Behdor, dans son livre "Architecture hydraulique" présente un modèle d`analyse en  temps élémentaires: il décompose les tâches et fixe les  temps d`exécution. Perronet étudie minutieusement les  opérations élémentaires et coordonne particulièrement les efforts de tous ses collaborateurs: la fabrication des aiguilles à Laigle lui fournit l`occasion d`en fixer le mode opératoire et d`établir au chronomètre le temps  nécessaire à leur exécution. Coulomb évalue le travail dans différentes professions choisies parmi les plus pénibles: il signale que les mouvements inutiles sont l`une des causes principales de la fatigue et énumère pour la première fois les facteurs physiologiques du rendement humain; tandis que  Gauthey "chiffre en centièmes d`heure et parfois même en millièmes d`heure les temps d`exécution d`éléments de  travail rentrant dans l`exécution de travaux de terrassement de charpente, de maçonnerie, de forge".
5. En Angleterre, quelques années plus tard, en 1830, on  appliquait la technique de l`étude des temps dans l`indus- trie. Il est à remarquer que ceci se passait 60 ans avant la  naissance des pionniers américains. En effet, Thomas Mason qui était à l`emploi de la Old Derby China Manufactory se servait d`un chronomètre pour recueillir des observations  sur le travail effectué dans l`usine. Le motif de cette  étude était d`obtenir des faits précis et objectifs répon- dant aux besoins de la direction. Un autre anglais, Charles  Babbage, en 1832, firent des travaux similaires de chronomé- trage dans une manufacture d`aiguilles et établit qu`une  livre d`aiguilles soit 5546 unités devraient être produite en  7.6892 heures. Bobbage fut amené aux études de temps par le  désir qu`il éprouvait d`améliorer l`organisation du travail.
6. A la lumière de ce que nous avons exposée ci-haut, on peut affirmer dans l`ensemble la technique de mesure du travail employée dans l`industrie en Europe jusqu`au début du XXe  siècle était plutôt grossière et très peut répandu: les rares études dont on a trouvé trace mise à part les travaux  de Gauthey portaient sur les unités grossières et présen- taient un caractère global: tâche journalière d`un individu ou d`un groupe de travailleurs, temps nécessaire pour  exécuter une production donnée...." C`est aux États-Unis que les techniques de mesure du travail se sont véritable- ment développées. En effet, en 1885, Frédérick Winslow Taylor qui travaillait à la Midvale Steel Company avait
la responsabilité de surveiller la production dans son  département. Etant donné que ses hommes ne fournissaient pas un rendement qu`il estimait satisfaisant pour la  compagnie, il fit une investigation sérieuse pour élever la  productivité de son département. Taylor était convaincu  qu`une haute productivité constituait le facteur important  pour assurer une prospérité matérielle continue. Il expéri- menta plusieurs nouvelles méthodes notant les résultats puis  il en tira plusieurs conclusions. Il établit le principe suivant: "un individu moyen accomplit le plus lorsqu`il se fixe ou qu`on lui assigne une tâche définie c`est-à-dire une quantité de travail définie qu`il doit effectuer dans un temps donné et d`une manière définie". Dans ses travaux Taylor se servait des temps d`opération à partir de temps historiques. Très vite, il s`aperçut qu`on ne pouvait bâtir des temps standards valables en s`appuyant sur le simple  enregistrement historique, car ceux-ci provenaient d`un  faible niveau d`activité (jugement d`allure) qu`il avait noté au début de ses observations. Ajoutons qu`il était impossible d`éliminer l`effet des faibles niveaux d`activité dans de telles observations.
7. Des constatations précédentes, Taylor eut l`idée, en vue  d`améliorer la mesure du travail, de se servir d`un chrono- mètre pour déterminer le temps d`exécution d`une opération. Comme nous l`avons souligné ci-dessus, Taylor ne fut pas le premier à utiliser un chronomètre pour mesurer le temps des  éléments mais il fut le premier à inventer une technique  complète de standardisation des temps d`exécution en  utilisant un chronomètre et une méthode précise. Cette  méthode comprend deux parties: la partie analytique et la  partie constructive de l`étude des temps; voici l`explica- tion que Taylor lui-même en donne:
A.La partie analytique:
(1)-décomposer tout travail accompli en éléments simples;
(2)-déceler tous les gestes inutiles et les éliminer;
(3)-étudier, l`un après l`autre, les modes opératoires de  plusieurs travailleurs habiles et, à l`aide du chronomè- tre, choisir la méthode d`exécution de chaque élément  la plus rapide et la meilleure;
(4)-décrire, noter et repérer chaque élément avec son temps  propre, de façon à le retrouver ensuite facilement;
(5)-étudier et noter en % de combien il faut majorer le  temps d exécution d`un bon travailleur pour couvrir les `  attentes inévitables, interruptions de travail ou divers  incidents mineurs, etc...;
(6)-étudier et noter le % de majoration de temps pour  l`adaptation d`un ouvrier à un travail nouveau pendant  les premières fois qu`il l`exécute(ce % est assez élevé  s`il s`agit d`un travail composé d un grand nombre `  d`éléments différents constituant une séquence longue  et peu répétitive; il est d`autant moindre que le  travail comporte moins d`éléments groupés en séquences  à répétition plus fréquente);
(7)-étudier et noter le % de majoration de temps à allouer  pour les repos et la fréquence à laquelle il faut les  prendre pour éviter tout surmenage physique.
B.La partie constructive:
(1)-réunir en groupe dans le même ordre les gestes de base  fréquemment utilisés dans la profession; noter et  référer ces groupes pour pouvoir les retrouver facile- ment;
(2)-Grâce à ces points de repère, il devient relativement  facile de déterminer la série correcte des mouvements à  utiliser pour l`exécution d`une tâche; puis, addition- nant les temps élémentaires correspondants et leurs  ajoutant les pourcentages corrects de majoration, on  obtient aisément les temps nécessaires à l`exécution  de presque toute sorte de travail;
(3)-le fractionnement d`une tâche en éléments fait toujours  apparaître des conditions de travail défectueuses; par  exemple les outils sont mal adaptés, la machine pourrait  être améliorée, les conditions d`hygiènes sont mauvaises,  etc...; ce qui permet souvent un travail constructif  fort appréciable, la stabilisation et la standardisation  des outils et équipements, par exemple, la découverte de  machines mieux adaptées ou de meilleures méthodes.
8. Cette nouvelle approche de l`étude du travail ne fut pas, au début, bien compris par les ouvriers et la direction. Des  deux côtés, l`organisation scientifique demandait un  changement d`attitude qui n`était pas facile à obtenir. Par contre, on reconnaissait un fait essentiel: remplacer tout  jugement individuel et toute opinion par la recherche et la  connaissance scientifique.
9. En juin 1895, Taylor présenta sa théorie au congrès de  l`Américan Society of Mechanical Engineers mais n`y rencon- tre aucun enthousiasme; aussi, ce n`est qu`en 1903 qu`il publie son ouvrage (Shop Management) qui donne les éléments  de l`organisation scientifique. En 1920, paraît sous la  plume d`un de ses collaborateurs le premier ouvrage consacré
 à la mesure des temps de travail. Dès 1908, Pennsylvania  State University inscrit à son programme un cours d`organi- sation industrielle dans laquelle cette technique estétudiée et en 1928, David B. Porter donne à l`université de New York le premier cours spécialisé.
Le mouvement est lancé.
"Parallèlement à ce développement dû à l`action des nombreux disciples de Taylor, Bedaux instaure en Europe son propre système de mesure du travail humain; système dans lequel à l'encontre du précédent, il assigne des limites au rendement technique maximum et base son travail d`organisation en deçà de l`effort humain considéré comme normal." (J.T. Lehmann, Mesure des temps alloués)
Évaluer l`allure de l`exécutant
A. INTRODUCTION: "Lorsque plusieurs travailleurs effectuent la même opération, en utilisant la même méthode, on constate, en comparant leur produc-tion journalière individuelle, des différences de rendement; certains produisent, en effet, régulièrement plus que d`autres. De même, la comparaison des productions horaires d`un même travailleur fait ressortir des différences de productivité sensibles au cours de la journée. Si l`on écarte le fait que ces différences proviennent d`arrêts de travail, volontaires ou non, plus ou moins longs, on admettra que ces variations de rendement sont dues à l`influence de certains facteurs repris sous le nom de l`allure. On dira que les ouvriers travaillent à des allures différentes." "Il serait dès lors, illogique de fixer aux travailleurs une , norme de production à atteindre sur la base de temps d`exécution relevés soit sur un ouvrier rapide, soit sur un ouvrier lent.Dans le premier cas, les normes de production seraient inaccessibles à la majorité des travailleurs. Par contre, dans le second cas, ils obtiendraient des primes anormalement élevées qui augmenteraient dangereusement le coût de production de l`entreprise. Il faut donc dans le processus de détermination des temps standards par chronométrage, faire intervenir la notion d`allure." ( J.T. Lehmann, Mesure des temps alloués ) Il y a plusieurs méthodes (ou systèmes) pour évaluer l`allure de l`exécutant; toutes font appel au jugement de l`analyste et chacune de ces méthodes offre des avantages et des inconvénients.Nous décrirons, ci-après, le système de jugement d`allure le plus communément employé de nos jours, dans lequel l`allure normale égale 100% B. TRAVAILLEUR MOYEN: Puisqu`on utilise le jugement d`allure pour évaluer le niveau de travail de l`exécutant, il est théoriquement indifférent de choisir le travailleur le plus lent ou le plus rapide; mais on reconnaît bien volontiers qu`il est plus difficile de juger correctement l`allure de l`exécutant très lent ou très rapide,d`où la nécessité - comme nous l`avons dit antérieurement - dans l`étude des temps de choisir l`ouvrier dont l`activité et les qualifications représentent la moyenne des ouvriers de l`atelier ou du service. Egalement,pour des motifs d`ordre psychologique, il est souvent préférable de choisir un exécutant moyen plutôt que le plus rapide. Les ouvriers qui ne saisissent pas très bien ce que veut dire le jugement d`allure, seront portés à croire que les temps standards sont directement établis d`après la production de la personne étudiée. Si la personne étudiée est la meilleure du service, ils penseront que le temps
standard retenu sera tellement court, qu`il sera pratiquement impossible à un exécutant moyen de le réaliser.
D`après le B.I.T. on entend par travailleur moyen (ou représenta-tif), pour une tâche d`une catégorie déterminée, celui qui possède l`intelligence et les aptitudes physiques requises pour l`entreprendre, a reçu une formation appropriée et acquis une expérience suffisante pour pouvoir l`exécuter selon des normes satisfaisantes de qualité et dont l`habilité et le rendement correspondent au niveau moyen du groupe considéré.
En réalité, il n`y a pas plus de travailleur moyen qu`il n`y a d`homme moyen. Tous les hommes sont des individus dont aucun n`est exactement semblable à un autre. Par exemple, si l`on mesure la taille de 1000 hommes pris au hasard et que l`on porte sur un graphique les résultats du plus petit au plus grand, la courbe obtenue correspondrait à la courbe de la distribution normale (courbe en forme de cloche).
C` t exactement la même chose en ce qui a trait aux cadences de es travail des exécutants. Si dans une manufacture, 500 travailleurs exécutant la même opération, dans les mêmes conditions, et en employant les mêmes méthodes, chaque travailleur gardant le contrôle de l`ensemble de l`opération, les temps se distribueront comme l`indique la figure A.1. Le tableau A.2. contient à intervalles de 4 centièmes de minute, la distribution des fréquences des 500 temps observés.
 160 140 120  100 80 60  40 20   32 36 40 44 48 52 56 60 64 Temps d`exécution en minutes Figure A.1. Courbe montrant la distribution des temps d`exécution  d`une tâche donnée. Tableau A.2. Distribution des temps de travail Interv de clas.Min.Nombre d`exécutants en % Fréquence .30 - .33 4 0.8 .34 - .37 16 3.2- 32.4 - .41 .38 38 7.6 .42 - .45 104 20.8 - .49 .46 164 ---- 32.8 32.8 .50 - .53 113 22.6 .54 - .57 48 9.6- 34.8 - .61 .58 11 2.2 - .65 .62 2 0.4 TOTAL 500 100.0
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents