Signalements bibliographiques  ; n°1 ; vol.77, pg 309-319
12 pages
Français

Signalements bibliographiques ; n°1 ; vol.77, pg 309-319

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
12 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue du monde musulman et de la Méditerranée - Année 1995 - Volume 77 - Numéro 1 - Pages 309-319
11 pages

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1995
Nombre de lectures 141
Langue Français

Exrait

Pierre-Robert Baduel
Signalements bibliographiques
In: Revue du monde musulman et de la Méditerranée, N°77-78, 1995. pp. 309-319.
Citer ce document / Cite this document :
Baduel Pierre-Robert. Signalements bibliographiques. In: Revue du monde musulman et de la Méditerranée, N°77-78, 1995.
pp. 309-319.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/remmm_0997-1327_1995_num_77_1_1729Signalements bibliographiques
Ouvrages et revues
Les Lectures publiées par la Revue portent sur un nombre réduit d'ouvrages et paraissent avec
un décalage de temps parfois important par rapport à la date d'édition. Les rédacteurs en chef
de la revue ont estimé qu'une formule de Signalements bibliographiques légère sur la pro
duction récente, en fonction des services de presse spontanés qu 'ils reçoivent, devrait per
mettre de donner satisfaction aux légitimes attentes des éditeurs et des auteurs quant à une
publicité rapide pour leur(s) ouvrage(s). La présente rubrique, qui ne se substitue pas auxLec-
tures, vise donc cet objectif limité.
Annales islamologiqties, t. XXVII, Institut français d'archéologie orientale du
Caire, 1993,291p.
Contrairement à l'habitude, cette livraison des Annales comprend un dossier thématique
intitulé « Normes juridiques et pratiques sociales dans le monde musulman ». En voici
le sommaire : Hassan Elboudrari : Présentation. A. Kevin Reinhart : Transcendance and
Social Pratice : Mufus and Qâdis as Religious Interpreters. Baber Johansen : Coutumes
locales et coutumes universelles aux sources des règles juridiques en Droit musulman hané-
fite. Abraham L. Udovitch : An Eleventh Century Islamic Treatise on the Law of the
Sea. Muhammad Khalid Masud : The definition of the Bid' a in the South Asian Fatâuâ
literature. Bernard Botiveau : Le statut personnel des musulmans égyptiens au XXe
siècle : régulations autoritaires et réponses sociales. Houri Touati : La Loi et l'Écriture.
Fiqh, 'urfet société au Maghreb d'après les Ajwiba d'ibn Nâsir (m. 1085/1674). Gianni
Albergoni : Droit coutumier, ethos tribal et économie moderne : un «//bédouin de 1970.
Alain Mahé : Laïcisme et sacralité dans les Qânûs Kabyles. Marc Gaborieau : Islamic Law,
Hindu Law and Caste Customs: A Daughter's Share of Inheritance in the Indian Sub
continent. Jocelyne Dakhlia : Sous le vocable de Salomon. L'exercice de la "justice rete
nue" au Maghreb. Ce numéro comprend aussi des études libres : Jean Tardy : Traduct
ion àial-Adab al-kalnr d'ibn al-Muqaffa'. Roland-Pierre Gayraud : Istabl 'Antar (Fostat)
1990, rapport de fouilles. Sophia Bjôrnesjô : Toponymie de Tebtynis à l'époque isl
amique. Jean-Michel Mouton : De quelques reliques conservées à Damas au Moyen
REMMM 77-78, 1995/3-4 IP. R. Baduel, S. Denoix 310
Age. André Bittar : Les juifs, les grecs-catholiques et la ferme des douanes en Egypte sous
'Ali Bey al-Kabïr. Ghislaine Alleaume : Les sources de l'histoire économique de l'Egypte
moderne aux Archives nationales du Caire. Hamza 'Abd al- 'Aziz Badr : The awqafoï
al-Hajj Bashir Agha in Cairo.
Annales islamologiques, t. XXVIII, Institut français d'archéologie orientale du
Caire, 1994,231p.
Sommaire : Roland-Pierre Gayraud : Istabl 'Antar (Fostat) 1992, rapport de fouilles.
Jean-Michel Mouton : Autour des inscriptions de la forteresse de Sadr (Qal'at al-Gindï)
au Sinaï. Jean-Michel Mouton et Sâmï Sâlih 'Abd Al-Mâlik : Les décors animaliers de
la forteresse de Sadr (Qal'at al-Gindï). M. Husam al-Dïn Ismâ 'ïl : A wikâla of Sultan
Mu'ayyid : Wikâla 'Ûda Pasha Suhayr Sâlih. Denis Gril : Sources manuscrites de l'his
toire du soufisme à Dâr al-kutub : un premier bilan. Sydney Aufrère : Le vocable
"blouse", Péluse, Diamiette et l'activité des ateliers de tissage de la région du Lac Men-
zaleh. Rachida Chih : Appropriation religieuse et sociale de l'espace : une conférie sou-
fie en Haute-Egypte au XXe siècle. Pierre Larcher : Un phénomène de "surdérivation"
en arabe classique : à propos de la Xe forme verbale Istafala. Jean-Noël Ferrie : "Sciences
coloniales", centralité scientifique et périphérie savante : le Maghreb et l'Egypte comme
applications locales d'un discours global. Geneviève Gobillot : Édition de Tirmidï :
« Le livre de la profondeur des choses ».
Annales islamologiques, t. XXIX, Institut français d'archéologie orientale du
Caire, 1995, 283 p.
Sommaire : Roland-Pierre Gayraud : Istabl 'Antar (Fostat) 1994, rapport de fouilles.
Yûsuf Râgib : Les archives d'un gardien du monastère de Qalamûm. Janine Sourdel-Tho-
mine, Dominique Sourdel, Jean-Michel Mouton : Un acte notarié d'époque bouride :
pouvoir politique et propriété immobilière dans un quartier de Damas du XIIe siècle. Jean-
Michel Mouton et Sâmî Sâlih 'Abd Al-Mâlik : La forteresse de l'île de Graye (Qal'at Ayla)
à l'époque de Saladin. Anne-Marie Eddé : Les médecins dans la société syrienne du
VIIe/XIIIe siècle. Doris Behrens-Abouseif : A Late Mamluk (?) Basin with Zodiac Imag
ery. Jane Hathaway : Marriage Alliances among the Military Households of Ottoman
Egypt. Nicolas Michel : Les Dajatir al-gusûr, source pour l'histoire du réseau hydraul
ique de l'Egypte ottomane. Olivier Jaubert : Capteurs de vents d'Egypte. Essai de typol
ogie. Baudouin Dupret : Autorité et consultation en Islam. Présentation et traduction
annotée des commentaires de Fahr al-Dïn al-Râzï, Rasïd Rida et Sayyid Qutb sur Cor.
III, 104 et 159. Christian Gaubert : Analyse morhologique d'un texte arabe par ordi
nateur : méthode d'évaluation, résultats.
Mélanges de l'Université Saint-Joseph, Tome LU (1991-1992), Beyrouth, 1995,
490 p.
Sommaire : Iona Feodorof : La chronique de Valachie (1292-1664). Texte arabe du
Patriarche Macaire Za'ïm. Introduction, édition du texte arabe et traduction française. Signalements bibliographiques 1 311
M. Griesheimer et A. Naccache : Les hypogées enclos par des chancels. Louis Pouzet :
Les madrasa-s de Damas et leurs professeurs durant le VIIe/XIIe siècle. Jean-Paul Rey-
Coquais : Inscriptions du Mont Admirable. Samir Kh. Samir : Langue arabe, logique
et théologie chez Elie de Nisibie. G. Tate et A. Naccache : Le village de Deir Sunbul.
Vincent Lagardère, 1995, Histoire et société en Occident musulman au Moyen
Âge. Analyse du Mi'yâr d'Al-Wansarisï, avant-ropos de M. Marin et P. Gui-
chard, appendice bibliographique de M. Méouak, Collection de la Casa de
Velazquez, Madrid, 537 p.
Le présent ouvrage est le résultat d'un travail de repérage et d'analyse des fatwâ-s qui,
à la lecture du Mi'yâr, ont paru les plus significatives du point de vue d'un historien de
l'Occident musulman intéressé par l'histoire de l'économie et de la société autant que par
l'histoire juridico-administrative et politique. On verra que la variété des sujets abordés
est considérable, et que ces documents suppléent dans une certaine mesure à la pauvreté
archivistique du Moyen Âge musulman occidental pour nous faire connaître de multiples
aspects de la vie sociale d'al-Andalus et du Maghreb. La plupart de ceux-ci nous restent
totalement inacessibles à partir de sources classiques telles que les chroniques, les ouvrages
géographiques, les dictionnaires bio-biblographiques et même les traités de his ba dont la
prerpective plus concrète ne concerne que certains aspects de la vie urbaine et n'atteint
pas à la vérité et à la précision des situations que nous font connaître les fatwâ-s. Sans doute
ces cas concrets ont-ils souvent — mais pas toujours — été amputés des références précises
aux lieux et aux personnes qui paraissent superflues aux rédacteurs de ces compilations
d'espèce" qu'ils représentaient. Jusqu'à un cerjuridiques intéressés seulement par les "cas
tain point, cette lacune est compensée par le fait qu'il s'agit de "cas-types", qui ont paru
significatifs aux juristes qui les ont réunis, et acquièrent de ce fait une certaine valeur repré
sentative. La chronologie est également moins bien assurée que pour les actes du Moyen
Âge occidental, mais l'indication des docteurs qui ont émis ces consultations permet
cependant en général de les situer assez bien par rapport à l'histoire politique générale (sous
les Taïfas, sous les Almoravides, etc.) avantage dont ne bénéficient pas les données archéo
logiques où l'on est tenté de chercher aussi le supplément d'informations que nous refu
sent les documents écrits. On se gardera cependant d'utiliser sans précautions ce catalogue
d'analyses comme s'il s'agissait de transcriptions intégrales et toujours absolument fidèles
des documents considérés. [. . .] Tel quel, il ne fait pas de doute à nos yeux que ce volume
servira à de nombreux chercheurs et constituera le point de depart de multiples études.
(Extraits de l'avant-propos de M. Marin et P. Guichard.)
Denise Aigle (dir.), 1995, Saints orientaux, préface d'André Vauchez, coll.
Hagiographies médiévales comparées, De Boccard, Paris, 246 p.
La collection « Hagiographies médiévales comparées » a pour ambition de confront
er les vies des saints chrétiens et des saints musulmans. Ce premier volume est consac
ré aux saints orientaux, issus de cette terre fertile et sacrée, qu'est l'Orient médiéval. Les
études ici réunies font apparaître, entre ces deux grandes religions du Livre, des conver
gences insoupçonnées, ainsi que la richesse en saints d'un islam que l'on aurait pu croire
plus monolithique dans sa vénération de l'Unique. On ne peut qu'être frappé par la force /P. R. Baduel, S. Denoix 312
et la permanence en Orient du modèle du « Holy Man » défini par Peter Brown pour
l'Antiquité tardive. Cet ouvrage montre que la plupart des saints - musulmans, coptes
ou syriaques — ont commencé leur vie par une période ascétique et solitaire qui leur a
permis d'acquérir des pouvoirs surnaturels qu'ils mirent bientôt au service d'une com
munauté. Portées par un terreau commun, les similitudes entre les vies des saints orien
taux ne doivent pas faire oublier que leur statut - et donc celui de la littérature qui les
célèbre — n'est pas le même dans les deux religions. Mais l'expression littéraire et surtout
la thématique spirituelle sont voisines. Et l'on comprend mieux, après avoir lu ce volume,
que, de saint Louis à Fénélon, certains aient parlé avec admiration d'une sainte femme
nommée Râbi'a al-'Adawiyya, sans se douter qu'elle n'était pas chrétienne mais musul
mane. Les saints de l'Orient médiéval n'ont pas fini de nourrir la dévotion des croyants.
Au sommaire : A. Vauchez (préface), J. Paul (Khorassan), L. Anvar-ChenderofF (genre
hagiographique à travers Farïd al-dïn 'Attâr, poète persan du XIe-XIIe siècle), Th. Zar-
cone (monde turc), D. Gril (miracle en islam), E. Geoffroy (hagiographie et typologie
spirituelle), M. Chodkiewics (sainteté féminine en islam), B. Flusin (le moine et le lieu :
Scété d'Egypte), Ph. Escolan (vie monastique syriaque), B. Voile (un saint copte à
l'époque mamelouke), C. Mayeur-Jaouen (soufis ruraux dans l'Egyte mamelouke),
D. Aigle (un fondateur d'ordre en milieu rural iranien aux Xe-XIe siècles), M. Balivet (saints
turcs en milieu "infidèle"). Trois index : noms propres, lieux, termes techniques.
Henri Chambert-Loir et Claude Guillot (éd.), 1995, Le culte des saints dans
le monde musulman, Etudes thématiques n° 4, Presses de l'Ecole française
d'Extrême-Orient, Paris, 390 p.
Les éditeurs de cette étude comparatiste partent du constat que si, partout dans le
monde musulman, un culte est rendu aux saints, il l'est, selon les lieux, sous des formes
différentes. C'est la diversité de ces modalités qui est explorée ici. Une présentation plus
générale sur « la sainteté et les saints en islam » (Michel Chodkiewiecz) ouvre ce livre et
une réflexion de synthèse fait l'objet d'un avant-propos. Quinze aires géographiques,
relevant toutes du monde musulman des Balkans à la Chine font l'objet d'une présen
tation qui est soit une synthèse des connaissances, soit un état de la question : Proche-
Orient, Eric Geoffroy ; Egypte, Catherine Mayeur-Jaouen ; Soudan, Nicole Grandin ;
Maghreb, Sossie Andezian ; Afrique de l'ouest, Guy Nicolas ; Afrique orientale, Jean-
Claude Penrad ; Iran, Yann Richard ; Pakistan, Denys Matringe ; Inde, Marc Gaborieau ;
Bangladesh, Samuel Landell-Mills ; Indonésie, Claude Guillot et Hanri Chambert-
Loir ; Turquie et Asie centrale, Thierry Zarcone ; Balkans, Nathalie Clayer et Alexandre
Popocic, et Chine, Françoise Aubin. Ces études globales sont assorties de quatorze
études de cas présentant un aspect particulier du culte des saints dans une partie ou l'autre
du monde musulman à l'époque actuelle : Bagdad, Eric Geoffroy ; Tanta (Delta égypt
ien), Catherine Mayeur-Jaouen ; Tlemcen, Sossie Andezian ; Touba (Sénégal), A.
Moustapha Diop ; Ahvaz (Iran), Aladin Goushegir ; Golra Sarïf (Pakistan), Denys
Matringe ; une sainte en Inde, Catherine Champion ; à Atroshi (Bangladesh), Samuel
Landell-Mills ; la tombe du saint Sunan Gunung Jati (Java), C. G. et H. C.-L. ; le maus
olée de Kiyayi Telingsing à Kudus (Java), Denys Lombard, et deux mausolées en Ana-
tolie centrale et en Uzbekistan, Thierry Zarcone. Signalements bibliographiques 1 313
Alexandre Popovic et Gilles Veinstein (dir.), 1996, Les voies d'Allah. Les ordres
mystiques dans le monde musulman des origines à aujourd'hui, Fayard,
Paris, 711 p.
Qui veut connaître l'islam, les pays, les sociétés et les cultures qui s'y rattachent, qui
veut aller au-delà des apparences et des clichés, rencontre nécessairement les confréries
musulmanes. Leur finalité première est mystique : rassemblant les disciples d'un maître
spirituel, lui-même héritier des enseignements de la "lignée de saints" dont il est le suc
cesseur, elles ont pour mission de mener le croyant sur l'une des "voies" conduisant à
Dieu. Mais ces "voies" qui se propagent, meurent, renaissent, se ramifient en branches
multiples au gré des scissions et des vocations nouvelles sont aussi des organisations
séculières, internationales, dont le poids économique, social, politique peut devenir
déterminant. Une réalité essentielle de l'islam donc, méconnue et, de fait, par sa nature
même, difficile à déchiffrer. Pour la première fois, un ouvrage retrace l'histoire des
grands ordres de l'islam et montre leur implantation à travers le monde, de la Chine au
Maghreb, en passant par l'Asie centrale, l'Inde, le Moyen-Orient ou l'Afrique. Il explique
les doctrines et les règles élaborées par les maîtres soufis, puis décrit les pratiques et les
rituels, parfois spectaculaires et déconcertants, surtout dans les ordres les plus éloignés
de l'orthodoxie musulmane. Ce panorama exhaustif apporte aussi des réponses aux
questions qui se posent actuellement : les relations de ces voies avec les régimes politiques
du passé (notamment dans la période coloniale ou sous la domination communiste) et
du présent, comme avec les mouvements fondamentalistes sunnites et chiites ou les
sectes de l'islam ; la place des conféries dans l'immigration musulmane en Europe occi
dentale, et, enfin, l'avenir de ces organisations presque aussi anciennes que l'islam. Faits
et commentaires sont complétés par plusieurs fragments donnant la parole aux cheikhs
et aux soufis d'hier et d'aujourd'hui.
Mohammad Ali Amir-Moezzi (éd.)> 1995, Lieux d'islam. Cultes et cultures de
l'Afrique à Java, Editions Autrement, Paris, 349 p.
Lieux proprement religieux et historiques, centres mystiques, foyers de science, d'art
ou de philosophie..., il exite dans toutes les religions, et tout particulièrement dans l'i
slam, des espaces touchés par le sacré qui évoquent pour le fidèle des havres permettant
de reprendre haleine, d'orienter et de donner sens à un regard intérieur. Comme des ponts
entre le visible et l'invisible, l'instantané et l'éternité. Mausolées, tombeaux et sanc
tuaires, mosquées, universités théologiques... la présence de Dieu, d'êtres humains
exceptionnels, d'un savoir ou d'un art donnant accès aux mystères de l'univers et de la
beauté les ont chargés d'un potentiel spirituel, moral, esthétique ou même magique. Du
Maghreb à l'Indonésie, de l'Afrique à l'Asie centrale, des Balkans à l'Inde, ces milliers
de lieux d'islam marquent une rupture pour le passager ; il y a un "avant" et un "après".
Et pourtant tout passe. Des lieux changent, de place ou de nature, d'autres naissent, cer
tains tombent en ruine ou disparaissent. Croyances et rituels évoluent. Seules la soif du
sacré et la recherche de la connaissance semblent permanentes dans un islam pluriel et
multiculturel, très éloigné de l'image réductrice qu'on en reçoit et que l'on s'est forgée
en Occident. Au sommaire de Lieux d'islam : Ch. Jambet (sur l'esthétique de l'espace
en islam) ; sur les "lieux religieux et historiques" : P. Lory (Hedjaz et Palestine), S. Denoix
(Fustât), Y. Richard (Qom), J. Calmard (universités du shiisme imâmite), F. Skali (Fès) ; 314 1 P. R Baduel, S. Denoix
sur les "lieux mystiques" : C. Mayeur-Jaouen (coupoles et minarets d'Egypte), R. Atlagh
(mausolée d'Ibn 'Arabi), M. A. Amir-Moezzi (Jamrakân et Mâhân; Iran), N. Clayer (bek-
tachisme albanais), Th. Zarcone (pèlerinages soufis sur la route de la Soie), C. Guillot
et H. Chambert-Loir (Neuf Saints de Java), Ch. Coulon (Touba mouride), M. Gabo-
rieau (Inde), D. Matringe (pays de l'Indus) ; sur les "lieux culturels" : Y. Porter (Isf
ahan), Z. Vesel (cours d'Iran), Z. Neubauer (tradition musicale), J. During (musique et
territorialité).
Doris Behrens-Abouseif, 1994, Egypt's Adjustment to Ottoman Rule. Institu
tions, Waqfà Architecture in Cairo (16th & 17th Centuries), E. J. Brill, Le
iden/New York, 311 p., 57 planches et 1 carte.
Egypt's Adjustment to Ottoman Rule traite de l'impact de la conquête ottomane de
l'Egypte sur les institutions politiques, religieuses et sociales, de leur transition du régime
mamelouk au régime ottoman puis de leur développement ultérieur jusqu'au XVIIe
siècle. Les relations entre le système administratif ottoman, les groupes religieux autoch
tones et l'aristocratie militaire sont traitées dans la première partie du volume. Les docu
ments de waqfs constituent la principale source de cete étude qui, dans une seconde part
ie, analyse et compare les fondations des gouverneurs et celles de l'aristocratie militaire
et leur influence respective sur le développement urbain et l'architecture du Caire à
cette période. 70 relevés et photographies des réalisations architecturales viennent illus
trer le texte. L'intégration de l'architecture et de l'urbanisme à l'histoire de la période
couverte par cette étude qui est ainsi proposée par cet ouvrage constitue un apport
important pour les historiens et les historiens de l'art de l'Egypte.
Claude Liauzu, 1994, LEurope et l'Afrique méditerranéenne. De Suez (1869)
à nos jours, collection Questions au XXe siècle, Editions Complexe, Bruxelles,
297 p.
A partir de l'inauguration du canal de Suez en 1869, l'Europe assure son contrôle de
plus en plus étroit sur la Méditerranée. Dans les années 1930, après la disparition de l'Em
pire ottoman et le fin des dernières résistances armées, l'ordre colonial à son apogée recons
titue - douze siècles après le invasions musulmanes -, un mare nostrum. Les libérations
nationales y ont mis fin, au prix de conflits particulièrement violents en Egypte et en Algér
ie. Aujourd'hui, la Méditerranée est plus une frontière qu'un trait d'union entre la CE
et le nord de l'Afrique. Pourtant, alors que la tentation de part et d'autre est à la fermeture,
notre époque est caractérisée par une interdépendance croissante. Le choc de l'Occident
a suscité une mutation des sociétés de la rive sud — la déstructuration du vieux
monde, le sous-développement, une urbanisation massive - et ouvert une crise de
la conscience arabe. L'ampleur des mouvements sociaux, la mobilisation politique,
l'âpreté des duels idéologiques, les incertitudes actuelles tiennent à la profondeur de
cette crise structurelle. L'Europe non plus n'est pas demeurée indemne de ne pas avoir
assumé sa part d'arabité. Cet ouvrage s'efforce d'entreprendre une analyse des relations
contemporaines de l'Europe et de l'Afrique méditerranéenne dans le souci d'oeuvrer à
la connaissance et à la reconnaissance de cette interdépendance. Signalements bibliographiques 1 315
Robert Benedicty, 1995, Société civile et communauté religieuse. Expérience cul
turelle d'un village chrétien dans la société arabe contemporaine, collection
Hommes et Sociétés du Proche-Orient, Dar el-Machreq, 717 p.
Cet ouvrage présente les résultats d'une enquête d'anthropologie sociale effectuée dans
une commune rurale chrétienne de Syrie, composée de deux villages situés dans le dépar
tement de Homs : Tell-Nabî et Marfa'a. L'emploi combiné de l'observation participante
et de l'entretien libre dans un processus d'enquête intégré a abouti à la constitution d'un
corpus de discours situés qui, produit par les membres de la société locale et soumis à l'ana
lyse de contenus, a permis de mettre en évidence les structures mentales profondes qui génè
rent les discours et les comportements. L'introduction de variables analytiques dans l'ana
lyse des contenus a, en outre, rendu possible le traitement quantitatif d'un matériel recueilli
à l'aide de méthodes qualitatives. L'emploi combiné de l'analyse qualitative des structures
thématiques et de l'étude quantitative des structures distributionnelles, a permis d'explor
er quelques aspects du fonctionnement concret de ce qu'on à l'habitude de désigner du
terme de "confessionnalisme". Le préfacier, John J. Donohue (directeur du Centre des Etudes
pour le Monde Arabe Moderne, Université Saint-Joseph de Beyrouth) précise à propos de
cette enquête : « Les études d'anthropologie sur cette région ne sont guère fréquentes, vu
les obstacles politiques et culturels actuels qui ont déjà condamné à mort bien des projets
de recherche prometteurs [...]. Basée sur une analyse rigoureuse, cette étude extrême
ment sérieuse n'a rien de commun avec les aperçus et les contre-aperçus romantiques qui
connaissent, à l'heure actuelle, la vogue dans la littérature sur le Proche-Orient. » L'ouvrage
s'achève par une volumineuse bibliographie (695-714).
n° 24, Paris, Littérature orale arabo-berbère. Dialectologie, ethnologie, 1996,
278 p.
Au sommaire : N. Zagnoli : Formes courtes dialogiques. S. Naïm-Sanbar : Dire des
devinettes - « Faire société ». B. Graille : La rihla des Bani Hilal telle qu'elle a été racont
ée par Mohammed Guennan des Oulad Aïssa. B. Boualem : Galant homme, femme galante
à Oran, approche ethnolinguistique. N. Zagnoli : Lieux de passage et lieux d'arrêt dans
les contes et légendes calabrais. J. Drouin : Mystique et politique. Traditions étiolo-
giques d'une fondation maraboutique au Maroc. N. El Alaoui : Saydna Danyal de Tagm-
mut et son sanctuaire du miracle (Anti- Atlas marocain). M. Virolle : Mort, aumône et
nourriture en Kabylie. Cl. Breteau et A. Roth : De la perception et de la représentation
de l'univers sonore des choses dans trois parlers arabes maghrébins. J. Drouin : Les formes
participiales en berbère, essai de dialectologie comparée. Comptes rendus d'ouvrages.
Omar Carlier, 1995, Entre nation etjihad Histoire sociale des radicalismes algé
riens, Presses de Sciences politiques, Paris, 443 p.
Guerre civile, guerre sainte, deuxième guerre d'Algérie ? Nouvelle guerre intérieure,
plutôt ; sans véritable précédent, et pourtant inscrite profondément dans une longue his
toire coloniale, pleine de bruit et de fureur. Pour comprendre les fractures actuelles de
la société algérienne, il faut remonter aux années trente et au parti de l'indépendance qui
s'imposera bientôt au pays, d'abord à la ville musulmane (1936-1939), puis à l'Algérie 1 P. R. Baduel, S. Denoix 316
de l'intérieur (1942-1948). Ancré dans la sociabilité du café et du quartier, porté par l'e
ntregent d'une jeunesse scolaire frustrée de reconnaissance sociale, il prend la tête d'un
mouvement interdassiste de militants autodidactes issus du salariat à statut et des petits
métiers. Maître des mots, maître des masses, "maître de l'heure", il doit son efficacité
au réinvestissement d'un vieux modèle de parité entre les frères, installant le lien natio
nal entre la solidarité "tribale" et l'égalitarisme de l'islam. Ce livre voudrait montrer la
force, l'originalité, la longévité du nationalisme radical algérien, mais aussi rendre intel
ligible le coût ultime de la formule populiste et de l'entrée dans la modernité politique.
Dans une société clivée et mixée entre Orient et Occident, tiraillée entre holisme et indi
vidualisme, et crispée sur la question des mœurs, le parti islamique apparaît à beaucoup
comme un recours : l'ancien équilibre des tensions maîtrisé par le populisme se tran
sforme en un vertige nourri par l'anomie. Après le viol des urnes, la frange radicalisée de
la jeunesse sollicitée par le réseau des mosquées répond à un autre appel. Les groupes armés
renversent la relation entre watan ttjihadcx. déplacent le combat contre l'ennemi inté
rieur. Ils veulent ajuster la société à leur vision de la communauté, substituer l'ordre divin
à l'ordre humain, dans une sorte d'ordalie des temps modernes.
Fanny Colonna, 1995, Les versets de l'invincibilité. Permanence et change
ments religieux dans l'Algérie contemporaine, Presses de Sciences politiques,
Paris, 397 p.
La religion, opium du peuple, ou bien formidable force de mobilisation ? On oublie
trop souvent qu'elle est aussi une manière de penser le monde, dans sa pérennité certes,
mais en même temps dans son rapport à l'événement et au changement. Ce livre montre
comment un texte sacré - l'Inaltérable par nature - peut être non seulement moyen d'ac
cès à l'universalité, mais aussi à l'historicité, du simple fait que ce sont des hommes, ins
crits dans la précarité du réel, qui ont la charge de sa transmission. Ici, dans l'Aurès, en
Algérie, que ces hommes soient des montagnards pour la plupart d'entre eux, des él
eveurs-paysans pourvus d'une langue propre très ancienne qui n'est pas celle du Qoran,
ne peut que rendre le constant plus saisissant. A travers quatre "nouvelles", sortes de fic
tions nourries à la fois d'archives et d'enquêtes locales approfondies, l'auteur met en scène
différents tableaux d'une évolution séculaire, à l'aide d'une démarche qui associe science
des textes et interrogation sociologique. Dévoilant progressivement pourquoi la pre
mière moitié du XXe siècle est si importante pour comprendre l'Algérie contemporaine,
et pèse si lourdement aujourd'hui, Fanny Colonna donne à lire autrement un passé
proche, riche, mais encore opaque. Elle propose ainsi au présent d'"autres ancêtres", non
plus "féroces", selon le mot de Kateb Yacine, mais artisans d'une culture où la religion
était tout, et où à l'inverse d'aujourd'hui, elle avait le goût de la vie, car elle savait le sens
du grotesque et l'art de la dérision.
Malika Zeghal, 1996, Gardiens de l'islam. Les oulémas d'AlAzhar dans l'Egypte
contemporaine, Presses de Sciences politiques, Paris, 381 p.
En Egypte, comme dans l'ensemble du monde musulman sunnite, l'émergence d'un
islamisme militant depuis les années 1 970 a occulté la présence des lettrés religieux, les
oulémas ou docteurs de la loi islamique. Formés à l'université d'Al Azhar, institution reli- Signalements bibliographiques 1 317
gieuse, vieille de plus de mille ans, les oulémas ont longtemps incarné la soumission au
pouvoir politique, à partir notamment de l'époque nassérienne qui les fonctionnarise et
leur impose l'enseignement des matières "modernes". Or, dès la fin des années 1960, les
oulémas cherchent à se partager avec les islamistes les parts de marché de la contestation
politique à fondement religieux. Dans les champs de la prédication, de la censure et de
l'éducation, comme du droit, ils participent activement à ce qu'ils définissent eux-
mêmes comme une réislamisation volontaire de la société égyptienne. La description de
ce groupe innovateur - qui retrace les carrières politiques et religieuses d'oulémas offi
ciels et périphériques - remet en question l'opposition couramment dessinée, pour l'e
nsemble du monde arabe et musulman, entre militants islamistes et lettrés traditionnels.
Elle montre l'émergence d'un nouveau type de lettrés, que l'on retrouve, sous des formes
diversifiées, du Maroc à l'Indonésie, et permet ainsi de redéfinir de manière novatrice
l'interaction entre savoir, religion et pouvoir.
Bertrand Badie et Marie-Claude Smouts (dir.), 1996, L'international sans ter
ritoire^ Cultures et Conflits n° 21-22, L'Harmattan, 422 p.
Que reste-t-il du territoire à l'heure de la mondialisation lorsque les flux transnatio
naux recomposent les espaces et se jouent des frontières tout en dessinant des geomet
ries variables de la communication, des investissements, des mouvements de populat
ion ? Quel mode de contrôle politique le territoire offre-t-il encore lorsque la quête
identitaire cause des ravages et déstabilise les fondements de l'État souverain au profit
des revendications particularistes ? La globalisation révèle la diversité des cultures plus
qu'elle ne les atténue, rendant de plus en plus hasardeux les espoirs de régulation terri
toriale du jeu international. Intéressant directement l'aire culturelle couverte par la
REMMM, on relèvera les études sur la zone saharo-sahélienne (P. R. Baduel), Israël (A.
Dieckhofr) et la Palestine (J.-F. Legrain).
Bassma Kodmani-Darwish et May Chartouni-Dubarry (dir.), 1996, Le Liban
ou les dérives du processus de paix, Les notes de l'IFRI n° 1, IFRI, Paris, 1 10 p.
Au sommaire : "France, États-Unis, médiations croisées" (articles de R. W. Murphy
et B. Kodmani-Darwish), "Les dynamiques syrienne et iranienne" (articles de P. Seale,
H. Agha, V. Perthes), "Les impératifs de sécurité israéliens" (articles de A. R. Norton,
Y. Sayigh, M. Bishara, M. Heller), "Le phénomène Hezbollah" de M. Chartouni-
Dubarry, G. Trendle), "La réémergence du Liban" (articles de P. Salem, A. Beydoun,
M. Ghandour, F. Nasrallah), "Les craintes arabes" (article de A. M. Said Aly). Chronologie,
carte.
Marc Côte, 1996, Pays, paysages, paysans d'Algérie, collection Espaces et
Milieux, CNRS-Editions, Paris, 282 p.
Etonnantes campagnes algériennes. Belles comme un beau livre d'images, mais tra
versées de grandes balafres de pauvreté et de médiocrité qui les défigurent. Juxtaposant
le XIXe siècle des structures archaïques et le XXIe siècle des agricultures hors sol. Symbo-

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents