Sur les monnaies byzantines trouvées en Chine - article ; n°36 ; vol.6, pg 109-145

-

Documents
38 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue numismatique - Année 1994 - Volume 6 - Numéro 36 - Pages 109-145
Summary. — List of the 27 Byzantine coins, imitations or bractéates of Byzantine inspiration, found in China. The historical and archaeological setting of their discovery is outlined, pointing to a limited circulation and hoarding in the metropolitan areas of Northern China. A commentary on diplomatic and economic relations between China and Byzantium stresses their limited nature compared with the importance of the exchanges with the Sasanian Empire.
37 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1994
Nombre de visites sur la page 116
Langue Français
Signaler un problème

François Thierry
Cécile Morrisson
Sur les monnaies byzantines trouvées en Chine
In: Revue numismatique, 6e série - Tome 36, année 1994 pp. 109-145.
Abstract
Summary. — List of the 27 Byzantine coins, imitations or bractéates of Byzantine inspiration, found in China. The historical and
archaeological setting of their discovery is outlined, pointing to a limited circulation and hoarding in the metropolitan areas of
Northern China. A commentary on diplomatic and economic relations between China and Byzantium stresses their limited nature
compared with the importance of the exchanges with the Sasanian Empire.
Citer ce document / Cite this document :
Thierry François, Morrisson Cécile. Sur les monnaies byzantines trouvées en Chine. In: Revue numismatique, 6e série - Tome
36, année 1994 pp. 109-145.
doi : 10.3406/numi.1994.2001
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/numi_0484-8942_1994_num_6_36_2001THIERRY* et Cécile MORRISSON** François
SUR LES MONNAIES BYZANTINES
TROUVÉES EN CHINE
(PL XVI)
Résuma — Inventaire des 27 monnaies impériales, imitations ou bractéates d'inspi
ration byzantine trouvées en Chine. Le contexte historique et archéologique de ces
découvertes, la plupart dans des tombes aristocratiques des capitales de Chine du
Nord indique une circulation limitée et plutôt la thésaurisation de symboles de
prestige. Le commentaire final sur les relations plus diplomatiques qu'économiques
de la Chine et de Byzance souligne leur nature sporadique et restreinte face à
l'importance des échanges de la Chine et de l'Iran sassanide.
Summary. — List of the 27 Byzantine coins, imitations or bractéates of Byzantine
inspiration, found in China. The historical and archaeological setting of their discovery
is outlined, pointing to a limited circulation and hoarding in the metropolitan areas
of Northern China. A commentary on diplomatic and economic relations between
China and Byzantium stresses their limited nature compared with the importance
of the exchanges with the Sasanian Empire.
Si les archéologues chinois ont trouvé des monnaies sassanides en quant
ité relativement importante, près de 1 500 répertoriées à ce jour,
ils n'ont par contre exhumé que très peu de « monnaies d'or byzantines »,
vocable qui couvre bijoux monétiformes, bractéates, imitations et véritables
solidi. Ces découvertes ont, en général, été considérées, ici, comme des
arguments permettant de conforter l'idée d'une circulation monétaire
d'ouest en est et d'un acheminement de la soie d'est en ouest, le long de
la Route de la Soie, de Chang'an à Antioche.
* Conservateur au Cabinet des Médailles, Bibliothèque nationale de France, 2, rue
Vivienne, ** Directeur F — 75084 de recherches Paris Cedex au 02. CNRS, Centre d'histoire et civilisation de Byzance,
Collège de France, 52, rue du Cardinal-Lemoine, F, 75005 Paris.
Revue numismatique, 1994, 6e série, XXXVI, p. 109-145. 110 F. THIERRY ET С MORRISSON
Avant de parler de circulation des monnaies byzantines en Chine, et pour
donner tout son sens, mais seulement son sens, à la présence de ces
monnaies sur le territoire de l'actuelle République Populaire de Chine, il faut
prendre en compte la nature exacte et la date des enfouissements, l'état
politique et social de la Chine à cette époque, le rôle que ces monnaies
pouvaient jouer dans la société et dans l'économie, la nature des transac
tions entre l'ouest et l'est et la demande chinoise en produits d'Occident.
Pour la période qui nous intéresse (rve-vmesiècles), la Chine n'est plus
l'empire des Han et l'on ne peut plaquer mécaniquement les éléments
politiques, historiques, géographiques et économiques qui caractérisent
cette époque sur notre période, marquée, durant environ deux cents ans,
par les invasions barbares, l'occupation et la division de la Chine du Nord,
la perte de l'Asie centrale, la destruction des grands centres urbains, dont
Chang'an et Luoyang, autant d'événements qui eurent un retentissement
énorme sur la politique, l'économie et la vie sociale de la Chine jusqu'au
début du VIIe siècle1.
I — LES DECOUVERTES
A. Classement géographique
Xinjiang
1. Khotan, 1897, solidus de Constantin V (741-775).
Zeimal: 169.
2. Khotan, 1905, bijou monétiforme uniface.
Type du buste armé aux 3/4 de face, postérieur à 538.
Montell:pl.ynn°7.
3. Khotan, 1905, bijou uniface, plié en quatre.
Type de la victoire à g., ant. à 522.
VIC... AD LVCCC, CON... à l'exergue.
GôslaMontell:pl. VII n° 8.
1 . Nous développons ici la communication présentée au XVIIIe Congrès International des
Études Byzantines (Moscou, 1991). Compte tenu de nos spécialités respectives, nous
présentons les monnaies byzantines trouvées en Chine, mais il serait fructueux de comparer
les éléments que nous donnons dans cet article, avec le témoignage des trouvailles faites
en Asie centrale, par exemple les diverses trouvailles citées par Kropotkin 1962 et 1965
(n° 48 1-486: monnaies ou bractéates de Justinien, Maurice, Héraclius et Tibère, mises au
jour au Kazakhstan, au Kirghizistan, au Turkménistan et en Ouzbékistan). Signalons en
outre un solidus (ou une imitation ?) de Marcien (cf. DOCLR, 476) provenant du dépôt votif
de Tope Kelan (Hadda, près de Jalalabad, Afghanistan) illustré dans Crossroads, p. 72, n° 53.
Ce dépôt a livré quatre autres imitations (?) de solidus, deux Théodose П, deux Léon I, plus
de 200 monnaies sassanides, kouchano-sassanides et hephthalites et de nombreux gemmes
et bijoux. Signalons encore un solidus rogné d'Anastase (cf. BNC 09-14, off E ou 0) de poids
non précisé, trouvé dans la nécropole hephthalite de Shakh Tépé, près de Qunduz,
Afghanistan (cf. D. SCHLUMBERGER, CRAI 1964, p. 210-211), et enfin des monnaies byzantines
mises au jour dans la région de Minoussinsk en Sibérie du Sud (voir les références
soviétiques (1953) et japonaise (1955) données par A. Kollautz, Byz. Zeitschrift 56, 1963,
471, qui ne nous ont pas été accessibles). MONNAIES BYZANTINES EN CHINE 111
4. Khotan, 1905, imitation de solidus (?), avec bélière. JustinienI (527-565).
DNIVSTINI/ILMC(?). Type du buste armé aux 3/4 de face, globe en main
gauche. R/ Victoire ailée.
Gôsla Montell : pL VII n° 5.
5. Astana (environs de Gaochang), 1915, imitation de solidus (ou solidus rogné), trou
de suspension. Justinien I (527-565).
Type du buste armé aux 3/4 de face, antérieur à 538. R/ Ange de face avec
croix et globe. CONOB à l'exergue.
Tombe i3, dans la bouche du mort, trouvée avec deux monnaies sassanides
(Hormazd APL an 6 et Khosro I) et un changping wuzhu (Qi du Nord, 553).
Stein IA : 646-7 et 993, pi. CXX n° 17.
*6. Astana (environs de Gaochang), 1915, bijou monétiforme uniface.
Type du buste armé aux trois-quarts de face, antérieur à 538.
Tombe i6 datée par une inscription sur tablette d'argile de 632 ; disposée dans
la bouche de l'un des trois corps.
Stein IA : vol. П, 649 et 994, pi. CXX n° 15. PL XVI.
*7. Astana (environs de Gaochang), 1915, bijou bractéate au type de Justinien I (527-
565).
PTE LO LOL. Type du buste armé aux trois-quarts de face, antérieur à 538.
Tombe i5, dans la bouche de l'un des trois corps ; trouvée avec des soieries
sassanides à motifs chinois.
Stein IA : voL П, 648 et 994, pi. CXX n° 16, F° 672, 1, 2, 3 et 4. PI. XVI.
*8. Astana (environs de Gaochang), 1966-1969, bijou monétiforme (?).
Type du buste armé aux trois-quarts de face, inversé, HVA. R/ Victoire ailée.
0 flan : 24,7, 0 grènetis : 17,8.
Tombe n° 92, époque Tang.
Xinjiang : 10-1 1 ; Xia 1977 : 403. PI. XVI.
*9. Astana (environs de Gaochang), 1966-69, imitation de solidus. Maurice (582-602).
Type au buste de face casqué et cuirassé, globe crucigère en main gauche.
AhAh PAVU. R/ Ange de face. Cf. MIB 3-5.
Tombe n° 138.
Xinjiang : 10- 1 1 ; Xia 1977 : 403. Pi. XVI.
10. Astana (environs de Gaochang), 1972, bijou monétiforme ou imitation de
dus (?).
Objet en or, indéterminé.
Tombe n° 188, datant de 716, dans la bouche de la défunte.
UZ:90.
11. Yarkhoto (environs de Gaochang), 1975, bijou monétiforme ou imitation de
solidus (?).
Objet en or, indéterminé.
Tombe n° 102, postérieure à 758, avec des monnaies Tang, kai yuan tong bao
et Qian Yuan znong bao.
Xinjiang 1978: 2.
Mongolie Intérieure
12. Bikeqi, 1959, solidus rogné. Anastase (491-518).
DNANASTA SIVSPPAVC. R/ Victoire ailée VICTOŘI AAVCCC l(?) (BN07,
492-507). 0 14; 2 g.
Dans une tombe non datée, parmi d'autres objets.
Mongolie : 182 ; Hohote : 58 ; Xia 1977 : 403.
13. Wuchuanxian, 1984, solidus (?) rogné. LéonI (457-473).
DN LEO PE RPET AVG. R/ Victoire ailée DIV TOXO AA Y VW/ONOB.
0 12; 2,3 g.
Trouvaille isolée.
Hohote: 58-60. 112 F. THIERRY ET С MORRISSON
Ningxia
14. Guyuan, 1981, imitation de solidus, trou de suspension. Théodose П (408-450).
0 20; 4g.
Dans la tombe Shi Daode, datable de 678.
Guyuan : 2 1-30 ; Yang JX : 72 et 36.
15. Guyuan, 1986, solidus (?).
0 22; 2g.
Dans la tombe de Shi Tiebang.
Yang JX: 72 et 36.
16. Guyuan, 1982, bijou (?).
0 24;7g(!).
Dans la tombe de Shi Xuyan.
Yang JX: 72 et 36.
17. Guyuan, 1986, bijou (?).
0 19;O,8g(!).
Dans la tombe de Shi Hedan.
Yang JX: 72 et 36.
Gansu
*18. Tianshui, «très récemment», solidus, trou de suspension. Phocas (602-610).
Buste impérial, type 1, ONFOCAS PERPAVC. R/ Ange debout avec croix et
globe, VICTOŘI AAVC... ; à l'exergue CONOB. 0 21 ; 4,5 g (BNC 01).
Origine (fouilles, tombe, surface...) inconnue.
LiuDY:47.Pl.XVI.
Shenxi
19. Dizhangwan, Xianyang, 1953, solidus, trou de suspension. Justin П (565-578).
Type postérieur à 573. DNI VSTI NVS PPAVG. R/ Victoire ailée VICTOŘI
AAVCCC E, à l'ex. CONOB, 4,4 g.
Dans la tombe de Dugu Luo (534-599).
Xia 1959: 67-74; Xia 1977: 403.
20. Tumen, Xi'an, 1956, imitation de solidus, trou de suspension. Héraclius et
Héraclius Constantin (641).
0 21,5 mm; 4,1 g.
Tombe Tang de la seconde moitié du VIIe siècle.
Xia 1959 : 67-74; Xia 1977 : 403.
*21. Hejiacun, Xi'an, 1970, imitation de solidus. Héraclius et Héraclius Constantin.
Lég. à dr. > CTO... R/ Croix sur trois degrés, UVC NnOVI, à l'exergue OU.
Pièce faisant partie d'une collection de monnaies (chinoises anciennes, japo
naises, sassanide et chinoises contemporaines de l'enfouissement, ca. 756, v.
p. 128).
Shenxi : 30-42 ; Xia 1977 : 403. № 21, pi. XVL
22. Xi'an, dans la banlieue est en 1989, bractéate. Anastase.
0 21,5 ; 2 g. Lég. à dr. > DN ANA ... VS ... AVG.
Trouvée dans une tombe aristocratique du début des Tang, parmi un mobilier
funéraire relativement riche, dont une centaine de statues de serviteurs, de
gardiens et d'animaux.
Zhang-Wang : 55 ; Luo F : 17.
Hebei
*23. Zanhuangxian, 1976, solidus, 2 trous de suspension. Théodose П (408-450).
DNTHEODOSIVS PFAVG R/ VOTXX MULTXX, A l'ex. CONOB. Victoire ailée.
021,3,6 g. MONNAIES BYZANTINES EN CHINE 113
Dans la tombe de la femme de Li Xizong, morte en 576 (époque des Qi du
Nord).
Zanhuang : 382-390, n° 1 ; Xia 1977 : 403 ; Doo : 27. PL XVI.
*24. Zanhuangxian, 1976, solidus, rogné. Justini et Justinien I (527).
DN IVSTINETIVSTINAN PPAVG. Les empereurs trônant, tenant le globe; une
croix dans le champ entre leurs têtes.
R/ Victoire ailée VICTOŘI AAVG GG D. A l'ex. CONOB. 0 16,8; 2,49 g (MB
2b).
Dans la tombe de la femme de Li Xizong, morte en 576 (époque des Qi du
Nord).
Zanhuang : 382-390, n° 2 ; Xia 1977 : 403 ; Doo : 27. PL XVI.
*25. Zanhuangxian, 1976, solidus rogné. Justin I et Justinien I (527).
Même type, trône non figuré, DN IVSTINETIVSTINAN PPAVG. R/ Victoire
ailée VICTOŘI AAVG GG D. A l'ex. CONOB. 0 17 ; 2,6 g (MB lb).
Dans la tombe de la femme de Li Xizong, morte en 576 (époque des Qi du
Nord).
Zanhuang : 382-390, n° 3 ; Xia 1977 : 403 ; Doo : 27. PL XVI.
26. Cixian, 1984, solidus rogné. Anastase (491-518).
DNANASTA SIVSPPAVC. R/ Victoire ailée VICTOŘI A... (?). 0 16; 2,7 g.
Dans la tombe d'une princesse rouran morte en 550.
Cixian: 1-9.
27. Cixian, 1984, solidus. Justinien I (527-565).
Type du buste armé aux 3/4 de face, antérieur à 538. R/ Ange de face avec
croix et globe. A l'ex. CONOB. 0 18 ; 3,2 g.
Dans la tombe d'une princesse rouran morte en 550.
Cixian: 1-9.
Toutes ces monnaies et objets monétif ormes ont été trouvés au Xinjiang
et dans la seule Chine du Nord: cinq sont indéterminés [9, 10, 15, 16, 17],
cinq [2, 3, 6, 7, 22], et peut-être six [8], sont des bijoux monétiformes, cinq
[4, 9, 14, 20, 21] et six [5], sont des imitations de solidus et dix, et
peut-être onze [5], sont des solidi [1, 12, 13, 18, 19, 23, 24, 25, 26, 27]. Sur
cet ensemble, il faut noter que certaines imitations [5, 14, 20] et certains solidi
[18, 19, 23] sont percés, et qu'une imitation [4] porte une bélière, c'est-à-dire
que nous avons sept « bijoux » supplémentaires.
B. Classement chronologique
On ne peut pas analyser l'ensemble de ces vingt-sept objets monétiformes
comme s'il ne s'agissait que de monnaies: certains ne sont plus de la
monnaie, mais des bijoux exotiques, certains n'ont jamais été des monnaies,
ce sont simplement des objets locaux imitant des monnaies occidentales,
comme il y a en Chine des imitations de vaisselle persane, des imitations
d'argenterie et d'orfèvrerie sassanides... Les monnaies sont des jalons chro
nologiques qui permettent de tirer des conclusions de quelque intérêt, ce
qui n'est pas forcément le cas des bijoux monétiformes. I
О p Q Z MONNAIES BYZANTINES EN CHINE 115
A. Théodose П (408-450).
23. Hebei, Zanhuangxian. Solidus enfoui en 576, soit environ 100 ans après la
frappe.
14. Ningxia, Guyuan. Solidus enfoui en 678, soit environ 200 ans après la
frappe.
B. Léon I (457-473).
13. Mongolie Intérieure, Wuchuanxian. Solidus isolé.
С Anastase (491-518).
12. Mongolie Intérieure, Bikeqi. Solidus enfoui vers 600, soit environ 90 ans
après la frappe.
26. Hebei, Cixian. Solidus enfoui en 550, soit environ 50 ans après la frappe.
D. Justin I et Justinien I (527).
24. Hebei, Zanhuangxian. Solidus enfoui en 576, soit environ 50 ans après la
frappe.
25. Hebei, Solidus enfoui en 576, soit environ 50 ans après la
frappe.
E. Justinien I (527-565).
5. Xinjiang, Astana (Turfan). Imitation ou solidus.
4. Khotan. Imitation de solidus.
27. Hebei, Cixian. Solidus enfoui en 550, soit à peu près contemporain de la
frappe.
F. Justin II (565-578).
19. Shenxi, Xianyang. Solidus enfoui en 599, soit environ 25 ans après la
frappe.
G. Maurice Tibère (582-602).
9. Xinjiang, Astana (Turfan). Imitation de solidus enfouie dans la première
moitié du VIIe siècle.
H. Phocas (602-610).
18. Gansu, Tianshui. Solidus dont la nature de l'enfouissement est inconnue.
I. Héraclius et Héraclius Constantin (641).
' 20.VIIe Shenxi, siècle, soit Tumen. peu après Imitation la frappe. de solidus enfouie dans la seconde moitié du
21.Hejiacun. de solidus enfouie vers 756, soit environ
100 ans après la frappe.
J. ConstantinV (741-775).
1. Xinjiang, Khotan. Solidus dont la nature de l'enfouissement est inconnue.
Les solidi ou imitations se répartissent donc entre deux monnaies de
Théodose П, une de Léon I, deux d'Anastase, deux de Justin I et Justinien I,
trois de Justinien I, une de Justin П, une de Maurice Tibère, une de Phocas,
deux d'Héraclius et Héraclius Constantin et une de Constantin V. On
constate que les monnaies du VIe siècle représentent les quatre cinquièmes
des découvertes et que celles du VIIe siècle l'ont été dans la seule vallée de
la Wei. F. THIERRY ET С MORRISSON 116
П — LE CONTEXTE DES DÉCOUVERTES
Parmi les monnaies trouvées sur le territoire de la République Populaire
de Chine, certaines l'ont été dans des zones qui, au moment de leur arrivée
ou de leur enfouissement, n'appartenaient pas à la Chine, ou qui, bien que
soumises au pouvoir impérial, n'étaient pas considérées comme essentie
llement chinoises. D convient de faire la distinction entre les monnaies
provenant de sites ou de territoires proprement chinois et celles exhumées
dans des régions soumises à des pouvoirs ou à des états non chinois. Du
Ve à la seconde moitié du vne siècle, les territoires situés à l'ouest de
Dunhuang ont été, sauf durant de très brèves périodes, indépendants du
ou des pouvoirs chinois de la Chine du Nord. La géographie historique
impose de diviser les régions qui nous intéressent en trois entités : les Xiyïi
(l'actuel Xinjiang), la Chine du Nord et le Hexi c'est-à-dire la partie occi
dentale de l'actuel Gansu.
A. Les trouvailles dans les Xiyu
La géographie chinoise de l'Antiquité et du Moyen Age donne à toutes
les régions situées à l'ouest de Dunhuang, depuis Gaochang jusqu'à Rome,
le nom de « régions occidentales », Xiyil Dans un sens restrictif, Xiyu désigne
seulement le bassin du Tarim et les chaînes de montagnes qui le bordent,
ce qu'on nomme parfois Sérinde. Cette région est formée de six royaumes
principaux, Jushi-Gaochang (Yarkhoto-Qodjo), Shanshan (Charlik), Yanqi
(Karachar), Qushi (Koutcha), Shule (Kachgar) et Yutien (Khotan). Dans
l'Antiquité, ces royaumes étaient les vassaux plus ou moins autonomes de
grandes puissances comme les Kouchans et la Chine; lorsque ces deux
empires furent évincés de l'Asie centrale, ils furent remplacés dans leur rôle
de grande puissance par ceux qui les en avaient chassés, les Xiongnu et les
Xianbei, puis les Togons (Tuytihun), les Rouran, les Gaoju et les Hephtalites,
et enfin, les Turks et les Tibétains. Ces royaumes se maintiennent en dépit
des envahisseurs successifs et ne disparaissent qu'à partir du moment où
les Tang, en s'emparant de l'Asie centrale, à partir de 640, transforment les
structures administratives traditionnelles du système tributaire en protec
torats ou en « gouvernements » divisés en préfectures et en cantons sur le
modèle chinois. Cette région de l'Asie centrale, soumise à l'influence cul
turelle combinée de l'Inde du Nord, de la Perse et de la Chine, est un
important centre commercial, industriel et religieux ; ses caravanes vont de
l'Inde à la Chine et de la Chine à la Perse et à Byzance, ses soieries, alliant
qualité chinoise et motifs sassanides, se vendent aussi bien à l'est qu'à l'ouest
et ses monastères et ses religieux servent de relais à la propagation du
bouddhisme en Chine (LiuXR: 67-69, 72-74, 139-145; Watson: 548-549;
Yokohari: 168). о r- ю
ел
с* ш