29 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Aides sociales locales, revenu de solidarité active (RSA) et gains du retour à l’emploi - article ; n°1 ; vol.429, pg 129-157

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
29 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Economie et statistique - Année 2009 - Volume 429 - Numéro 1 - Pages 129-157
Taking local welfare assistance into account can significantly modify assessments of the impact of social transfers to low-income households. Thanks to an inventory of local benefits and/ or benefits offered outside the basic legislative provisions in 13 French cities including Paris, Lyon, and Marseille in 2007, we can measure potential gains from return to employment for recipients of basic social benefits (“ Minimum Guaranteed Income” [ RMI] and “Single-Parent Allowance” [ API]). A widespread effect of benefit-eligibility mechanisms and brackets is that persons in the lowest wage group may find themselves worse off if they are employed. The many reforms in national and “legally guaranteed” benefits in the past ten years— most notably the changes in the earned income allowance— have not sufficed to ensure that the return to employment generates gains for recipients of basic social benefits. In most localities and for most family configurations, a half-time job paid at the minimum wage (SMIC) entails an earnings loss by comparison with a situation where welfare benefits are the only source of income. Similarly, a full-time job does not always raise earnings for its holder. The positive effects of the reforms have been offset by those of other measures such as the generalization of transport allowances distributed by regional authorities, the introduction of “social” (i. e., subsidized) telephone and electricity tariffs, and exemption from the television licence fee. While the earnings-matching mechanism (intéressement) allows RMI recipients to compensate these effects, it is only a provisional arrangement that does not apply to all family configurations or in all localities. In the second part of our study, we simulate the effects of the implementation of the “Active Solidarity Benefit” (Revenu de Solidarité Active: RSA) as a substitute for the RMI and API. The RSA provides an incentive for returning to employment in nearly all cities and family configurations. The RMI— even with the matching mechanism— does not. However, possible adjustments in the local supply of social allowances under the new RSA system may curtail these positive effects. Turning status-based local allowances into means-tested allowances would make local social policies consistent with the goals of national policies.
La prise en compte des aides sociales locales peut modifier sensiblement les diagnostics sur les effets des transferts sociaux destinés aux ménages à bas revenus. Un inventaire des prestations sociales locales et/ ou extra-légales offertes en 2007 dans 13 villes françaises dont Paris, Lyon et Marseille, permet de mesurer les gains éventuels du retour à l’emploi pour les allocataires de minima sociaux (RMI et API). En effet, les mécanismes d’attribution des aides et les barèmes correspondants ont très souvent pour conséquence que dans la frange des très bas salaires, il est parfois désavantageux d’occuper un emploi. Les multiples réformes des prestations nationales et légales au cours des dix dernières années, en particulier celles de la prime pour l’emploi, n’ont pas été suffisantes pour garantir que le retour à l’emploi rapporte aux allocataires de minima sociaux. Dans la plupart des localités et pour la plupart des configurations familiales, un mi-temps au Smic fait perdre des revenus relativement à une situation d’assistance et un temps complet ne garantit pas toujours que l’emploi rapporte à celui qui l’occupe. Les effets positifs des réformes ont été neutralisés par ceux d’autres mesures telles que la généralisation des aides aux transports distribuées par les régions, le développement des tarifs sociaux du téléphone et de l’électricité, ou l’exonération de redevance télévision. Si le dispositif d’intéressement permet aux allocataires du RMI de compenser ces effets, ce n’est que de manière provisoire et pas pour toutes les configurations familiales ni dans toutes les localités. Dans un second temps, nous simulons les effets de la mise en oeuvre du RSA en substitution du RMI et de l’API. Le RSA rend le retour à l’emploi rémunérateur dans la quasi-totalité des villes et des configurations familiales, ce que ne permet pas le RMI même si l’on prend en compte l’intéressement. Toutefois, les ajustements éventuels de l’offre locale d’aides sociales dans le nouveau contexte du RSA sont susceptibles de limiter ces effets positifs. Transformer les aides locales sous conditions de statut en aides sous condition de ressources permettrait de rendre les politiques sociales locales cohérentes avec les objectifs poursuivis par les politiques nationales.
Die Berücksichtigung der lokalen Sozialhilfen kann die Diagnosen der Effekte der Sozialtransfers zugunsten der Haushalte mit niedrigem Einkommen erheblich beeinflussen. Ein Inventar der seit 2007 gewährten lokalen und/ oder nicht gesetzlichen Sozialleistungen in 13 französischen Städten (darunter Paris, Lyon und Marseille) ermöglicht es, die etwaigen Gewinne durch die Wiederbeschäftigung der Empfänger von Sozialhilfe (Mindesteinkommen zur Wiedereingliederung und Beihilfe für Alleinerziehende) zu messen. Denn die Mechanismen der Gewährung von Beihilfen und die entsprechenden Berechnungsschlüssel haben oftmals zur Folge, dass es im Niedriglohnsektor vorteilhafter ist, keiner Beschäftigung nachzugehen. Die vielfältigen Reformen der nationalen und gesetzlichen Sozialleistungen in den letzten zehn Jahren, insbesondere in Bezug auf die Beschäftigungsprämie reichten nicht aus, um den Empfängern von Sozialhilfe ein Mindesteinkommen zu sichern. In den meisten Kommunen und in den meisten Familien gehen bei einer Teilzeitbeschäftigung zum Mindestlohn Einkommen im Vergleich zu den Beihilfen verloren, und eine Vollzeitbeschäftigung stellt nicht immer ein ausreichendes Einkommen sicher. Die positiven Auswirkungen der Reform wurden durch die Effekte anderer Maßnahmen neutralisiert wie etwa die Verallgemeinerung der Pendlerpauschale in den Regionen, die Einführung von sozialen Telefon-und Stromtarifen oder die Befreiung von der Fernsehgebühr. Auch wenn die Anreizmaßnahmen es den Empfängern des Mindesteinkommens ermöglichen, diese Effekte zu kompensieren, ist dies nur vorübergehend und gilt nicht für alle Familienkonfigurationen und Kommunen. In einer zweiten Phase simulieren wir die Effekte der Einführung des aktiven Solidaritätseinkommens, das das Mindesteinkommen zur Wiedereingliederung und die Beihilfe für Alleinerziehende ersetzt. In fast allen Städten und Familien fördert das aktive Solidaritätseinkommen die Wiederbeschäftigung, was beim Mindesteinkommen zur Wiedereingliederung auch bei Berücksichtigung der Anreize nicht der Fall ist. Die etwaigen Anpassungen der Gewährung der lokalen Sozialhilfe im Rahmen des neuen aktiven Solidaritätseinkommens könnten diese positiven Effekte jedoch beeinträchtigen. Wenn die lokalen Beihilfen an die Einkünfte gekoppelt würden, könnten die lokalen Sozialpolitiken entsprechend den Zielen der nationalen Politiken kohärenter gestaltet werden.
La consideración de las ayudas sociales locales puede modificar sensiblemente los diagnósticos sobre los efectos de las transferencias sociales destinadas a los hogares de renta baja. El inventario de las prestaciones sociales locales y/ o extralegales ofrecidas en 2007 en 13 ciudades francesas, entre las que se encuentran París, Lyon y Marsella, permite evaluar los eventuales beneficios del retorno al empleo para los receptores de los mínimos sociales (RMI –ingreso mínimo de inserción– y API –subsidio familia monoparental). En efecto, los mecanismos de asignación de las ayudas y los baremos correspondientes tienen a menudo como consecuencia que, en la franja de los salarios muy bajos, resulta a veces desventajoso ocupar un empleo. Las múltiples reformas de las prestaciones nacionales y legales en el transcurso de los últimos diez años, en particular las de la prima para el empleo, no han sido suficientes para garantizar que el retorno al empleo devuelva a los destinatarios de los mínimos sociales. En la mayoría de lugares y para la mayoría de las configuraciones familiares, un empleo a tiempo parcial con el salario mínimo de crecimiento conlleva la pérdida de ingresos en relación con la situación de asistencia y uno a tiempo completo no garantiza siempre que el empleo reporte al que lo ocupa. Los efectos positivos de las reformas se han visto neutralizados por los de otras medidas como la generalización de las ayudas al transporte distribuidas por las regiones, el desarrollo de las tarifas sociales de teléfono y electricidad, o la exención del canon de televisión. Aunque con esta disposición de incentivo los destinatarios del RMI pueden compensar estos efectos, solo lo permite de forma provisional y no para todas las configuraciones familiares ni en todos los lugares. En una segunda fase, simulamos los efectos del establecimiento del RSA en sustitución del RMI y el API. El RSA permite el retorno al empleo retribuido en la casi totalidad de las ciudades y las configuraciones familiares, lo que no permite el RMI, incluso aunque se considere el incentivo. No obstante, los posibles ajustes de la oferta local de ayudas sociales en el nuevo contexto del RSA pueden limitar estos efectos positivos. Transformar las ayudas locales en condiciones de estado en ayudas en condiciones de recursos permitiría que las políticas sociales locales fueran coherentes con los objetivos perseguidos por las políticas nacionales.
29 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 2009
Nombre de lectures 60
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Extrait

TRAVAIL - EMPLOI
Aides sociales locales, revenu de Solidarité active (RSA) et gains du retour à lemploi Denis Anne* et Yannick LHorty**
La prise en compte des aides sociales locales peut modifier sensiblement les diagnostics sur les effets des transferts sociaux destinés aux ménages à bas revenus. Un inventaire des prestations sociales locales et/ou extra-légales offertes en 2007 dans 13 villes françaises dont Paris, Lyon et Marseille, permet de mesurer les gains éventuels du retour à l’emploi pour les allocataires de minima sociaux (RMI et API). En effet, les mécanismes d’attri-bution des aides et les barèmes correspondants ont très souvent pour conséquence que dans la frange des très bas salaires, il est parfois désavantageux d’occuper un emploi. Les multiples réformes des prestations nationales et légales au cours des dix dernières années, en particulier celles de la prime pour l’emploi, n’ont pas été suffisantes pour garantir que le retour à l’emploi rapporte aux allocataires de minima sociaux. Dans la plupart des loca-lités et pour la plupart des configurations familiales, un mi-temps au Smic fait perdre des revenus relativement à une situation d’assistance et un temps complet ne garantit pas tou-jours que l’emploi rapporte à celui qui l’occupe. Les effets positifs des réformes ont été neutralisés par ceux d’autres mesures telles que la généralisation des aides aux transports distribuées par les régions, le développement des tarifs sociaux du téléphone et de l’élec-tricité, ou l’exonération de redevance télévision. Si le dispositif d’intéressement permet aux allocataires du RMI de compenser ces effets, ce n’est que de manière provisoire et pas pour toutes les configurations familiales ni dans toutes les localités.
Dans un second temps, nous simulons les effets de la mise en œuvre du RSA en substi-tution du RMI et de l’API. Le RSA rend le retour à l’emploi rémunérateur dans la quasi-totalité des villes et des configurations familiales, ce que ne permet pas le RMI même si l’on prend en compte l’intéressement. Toutefois, les ajustements éventuels de l’offre locale d’aides sociales dans le nouveau contexte du RSA sont susceptibles de limiter ces effets positifs. Transformer les aides locales sous conditions de statut en aides sous condition de ressources permettrait de rendre les politiques sociales locales cohérentes avec les objectifs poursuivis par les politiques nationales.
* Centre détudes de lemploi et TEPP (FR n° 3126, CNRS). denis.anne@cee-recherche.fr. ** ERUDITE, Université de Paris-Brest, Centre détudes de lemploi et TEPP (FR n° 3126, CNRS). yannick.lhorty@cee-recherche.fr Une première version de cette étude a bénéficié des remarques de Pierre Cahuc, Jean-Benoît Dujol, Jacques Freyssinet, François Legendre, Pierre Ralle, Marie-Odile Simon, André Zylberberg et de deux rapporteurs anonymes d’Économie et Statistique ainsi que des participants aux séminaires du Centre d’Etudes de l’Emploi (20 mai 2008) et de l’EPEE (5 juin 2008), à la session « Chômage » du congrès de l’Association française de Sciences Economiques (18 et 19 septembre 2008) et des Journées de Microéconomie Appliquée (4 et 5 juin 2009). Les simulations réalisées dans la dernière partie de cet article ont été construites dans le cadre de la mission parlementaire de Mme la Sénatrice Sylvie Desmarescaux et du groupe de travail sur les « Droits connexes locaux liés au Revenu de Solidarité Active » réuni au Sénat de février à avril 2009. Ce travail a notamment bénéficié des remarques de Laurent Cytermann (DGAS), Julie Fournier (Sénat), Emilie Groues (ANSA), Catherine Hesse (Igas), Michèle Mansuy (Drees), Jean-Marie Marx (Pôle emploi), Marie-Odile Simon (HCSA), et Daniel Zielinski (UNCCAS).
ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 429-430, 2009
129
130
 
La mise en place du revenu de solidarité active (RSA (1)) depuis le 1er juin 2009 transforme en profondeur les dispositifs de sou-tien aux bas revenus et de lutte contre la pau-vreté. En se substituant au revenu minimum d’insertion (RMI) et à l’allocation de parent isolé (API), le nouveau dispositif élargit le nombre des bénéficiaires potentiels tout en aug-mentant le montant des aides (2) (cf. annexe). Dans ce contexte, de nombreuses aides conne-xes, nationales ou locales, vont connaître des ajustements de leur modalité d’attribution. Le système français de soutien aux bas revenus se compose en effets de plusieurs niveaux plus ou moins interdépendants. Il convient de distinguer les aides primaires qui relèvent du socle natio-nal et légal et le vaste ensemble des aides socia-les secondaires qu’on regroupe sous l’appella-tion de « droits connexes ». Cette expression recouvre l’ensemble des aides sociales venant en complément de la base nationale et légale des revenus sociaux de transferts (minima sociaux, allocations familiales…). Elle est rela-tivement impropre : si ces aides sont connexes en ce qu’elles renvoient à un deuxième cercle d’aides sociales, certaines ne sont pas des droits puisque soumises à une évaluation sociale de la part des fournisseurs d’aide. Le premier cercle d’aides sociales regroupe les minima sociaux, tels le RSA ou l’allocation de solidarité spéci-fique (ASS), des prestations familiales telles que la prestation d’accueil aux jeunes enfants ou l’allocation de rentrée scolaire, et des aides aux logements telle que l’aide personnalisée au logement (APL). Les droits connexes compor-tent des aides à caractère national et légal : la prime de Noël, les exonérations de redevance télévision, l’abonnement et la réduction sociale du tarif du téléphone, la réduction sociale d’électricité, la couverture maladie universelle (CMU) et la CMU complémentaire. Les autres droits connexes sont des aides sociales locales. Elles sont accordées par les départements, les communes, les régions, les caisses locales d’al-locations familiales dans différents domaines : restauration scolaire, centre de loisir, aide aux vacances, prise en charge d’impayés, aide au transport et à la mobilité, tarifs sociaux des équi-pements collectifs (piscine, musée…). Parmi toutes ces aides, on peut distinguer des aides sous conditions de statut réservées à certains types de population (demandeurs d’emploi, familles nombreuses, allocataires du RMI ou du RSA, handicapés, …) et les aides sous condi-tions de ressources dont le montant dépend du revenu des ménages. Même si elles sont indivi-duellement d’un montant faible, les aides socia-les locales constituent en se cumulant un apport
de revenu non négligeable pour les ménages à bas revenus, de l’ordre de 20 % du montant de leurs ressources totales (Anne et L’Horty, 2002). Comme elles sont fortement dégressives avec les ressources des ménages, elles sont rapi-dement perdues lors d’un retour à l’emploi, ce qui risque de pénaliser leurs bénéficiaires. 12 Il est important de considérer l’ensemble des transferts sociaux, y compris les aides sociales locales et/ou celles qui sont extra-légales, si l’on veut étudier les effets des réformes des minima sociaux sur les gains du retour à l’emploi. La prise en compte des aides sociales locales est l’objectif de cette étude où l’on compare l’im-pact du RMI, avec ou sans intéressement (3)3, de la prime pour l’emploi (4)4ever sel rus Aet du RS -nus des bénéficiaires. Nous explorons aussi dif-férents scénarios possibles pour les réformes des aides sociales locales dans le nouveau contexte du RSA. Pour cela, nous nous appuyons sur une méthode de cas-types et sur un inventaire des prestations sociales locales et/ou extra-légales offertes dans 13 villes françaises dont Paris, Lyon et Marseille. Les données qui ont été recueillies entre fin 2006 et début 2007 permet-tent de mesurer les gains du retour à l’emploi pour les allocataires de minima sociaux (RMI et API) selon leur configuration familiale (sept catégories de ménage sont distinguées).
Une approche par les cas-types Nnsdae  ls couilutnosiel sdom  elèdér )lébaro éEadqruei ndoex e (cf. enatconp erer--mière étude sur les droits connexes qui couvrait l’ensemble des ressources et des prestations per-çues en 2001 par les ménages selon différentes configurations familiales dans dix communes françaises, grandes, moyennes ou petites (Anne et L’Horty, 2002). Pour la présente étude, nous nous appuyons sur un inventaire d’aides sociales réalisé pour
1. Les sigles utilisés et certaines définitions sont repris dans un glossaire en fin d’article. 2. Le RMI était une allocation différentielle diminuant mécani-quement à mesure que le revenu d’activité du bénéficiaire aug-mentait. Le RSA diminue progressivement, ce qui garantit une augmentation du revenu disponible. Le mécanisme est détaillé ci-après. 3. L’intéressement permettait de conserver durant quelques mois la totalité ou une partie du RMI en cas de reprise demploi. Voir ci-après pour les détails. 4. La prime pour l’emploi est un dégrèvement fiscal accordé aux ménages de travailleurs à revenus modestes. Si le montant de l’impôt est nul, la prime pour l’emploi s’apparente à un impôt négatif.
ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 429-430, 2009
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text