//img.uscri.be/pth/49926d293ca3d758e22471c723ffe35efa020266
La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Glossaire eCulture

De
16 pages

Glossaire pratique sur la culture de la communication par voie électronique. Vous y trouverez la définition de termes liés au partage de contenus culturels sur internet comme Creative Commons, Licence Art Libre, Coopétition, Plate-forme collaborative...

Publié par :
Ajouté le : 09 juin 2011
Lecture(s) : 259
Signaler un abus
G
Glossaire eCulture
eCulture est le condensé de «culture de la communication par voie électronique ». Culture se comprend au sens « répertoire de solution aux problèmes et passions des gens », ce répertoire étant cristallisé dans des informations sous forme de savoir-faire, de faits, de créations artistiques, de civilisations. L'électronique , comme l'eau ou l'électricité, a des propriétés bien spécifiques, qui agissent sur la sphère des idées. L'usage des technologies électroniques génère des modes d'organisations sociaux et techniques propres. Ces modes d'organisations incluant l'électronique pour la gestion des informations convergent sous diverses étiquettes, dont les plus courantes sont « NTIC », « société de l'informations », «ère du numérique », « cyberculture ». Dans ce glossaire, il est questions des modes d'organisations propres à l'eCulture.>
noinruE eépo enn20- -2067 00
Table des matières ----------------------------> MODES D'ORGANISATION DE L'eCULTURE.........................2 Certification par les pairs............................................................................................. 2 Communication synchrone ou asynchrone................................................................4 Coopétition..................................................................................................................... 5 eLearning....................................................................................................................... 6 Formation à distance.................................................................................................... 7 Logiciel libre.................................................................................................................. 8 Modération/Modérer...................................................................................................... 9 Non-discrimination radicale......................................................................................... 9 Plate-forme collaborative........................................................................................... 10 SMART (objectifs SMART)..........................................................................................10 Syndication.................................................................................................................. 11 Utilisacteur................................................................................................................... 11 ----------------------------> PROJETS DE L'ECULTURE................................................... 12 Copyleft Attitude..........................................................................................................12 DMOZ ........................................................................................................................... 12 Creative Commons...................................................................................................... 13 GFDL (Gnu Free Documentation license)................................................................. 13 GNU/Linux.................................................................................................................... 13 Licence Art Libre......................................................................................................... 14 Free Software Foundation (FSF)................................................................................ 14 Libroscope................................................................................................................... 15 Sommet Mondial pour la Société de l'information (SMSI)...................................... 15 Wikipedia...................................................................................................................... 15 Présentation d'Ynternet.org......................................................................................16
  roamedf c noitnoe Sutinu / Uisse snad éserdac elro pes ds meamgr      Pa Libre  61R aéileg   1 /ssouu eafiol R /ecnetrA suosciL texteft opyl©  CoBdneg si amse& urltCu ereaisslo 2.1 noisreV - e
s le cadlisé danorrgmaemerd sep          Lrtreib61 /aéR egaP 2  éennuropon E Uni 7  2-000260 e - contimaor fdes / essiuS eunitnoGolssiaere uCtlure - Version 1.if/ dnlossaeR uous Lu soce AicenpoC  © 2et tfely i &esxtBos gema
Une communauté est un ensemble de personnes ayant un, ou des intérêts communs. Communauté s'oppose à individu. Ce mot de la langue française est dérivé du mot communal, état de caractère qui est commun. Autour du média Internet se créent beaucoup de communautés d'individus partageant des centres d'intérêt, dites communautés virtuelles. Ces individus communiquent principalement par les canaux d'information du courrier électronique, des sites web et des forums. Référence : Article de Wikipedia relatif au terme «Communauté» http://fr.wikipedia.org/wiki/Communaut%C3%A9
----------------------------> MODES D'ORGANISATION DE L'eCULTURE  BLOG
Certification par les pairs Méthode d'évaluation qui ne passe pas par une autorité centrale, mais délègue aux membres d'une communauté la possibilité de se jauger mutuellement. Il ne s'agit plus d'une validation par un organisme, mais par ses pairs (ses égaux). Les différentes communautés scientifiques pratiquent ce système de validation, notamment lors de la sélection des orateurs dans des conférences. Références : Site de référence sur la certification par les pairs au sein de la communauté du logiciel libre : http://www.advogato.org/ VeriSign, société « tiers de confiance », abuse de celle des internautes, Julien Tayon, juin 2002 : http://www.libroscope.org/VeriSign-societe-tiers-de
Communauté
Un blog est un site web sur lequel une ou plusieurs personnes s'expriment de façon libre, sur la base d'une certaine périodicité. Son expression est décomposée en unités chronologiques ; chaque unité est susceptible d'être commentée par les lecteurs et est le plus souvent enrichie de liens externes. Le mot blog est né de la contraction de «web log» (c'est-à-dire carnet de bord Web.) La distinction entre mailing-list, blog collectif, et forum Usenet est principalement une question de présentation, sur le fond il s'agit toujours d'un site web de libre expression.
Références : Définition d'un blog sur wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Blog Une collection de néologismes francophones liés à l’utilisation des blogues et un observatoire de leurs évolutions dans le cadre de la langue française : http://embruns.net/etude-du-blogue/lexicoblogue.html
Goi n.1 2 e -eVsr eCulturlossaire segdnoB& seami t efxtte C© ylopA trneecL ciossueau ouss / RolfiilaéR 61 / 3  egPa        reib L des programmes ésd na selc daernutiSue seis U /f edamronoitnoc 06-2- 20  007 E ruinnonn epoeé
Communauté virtuelle (CoVi) Le terme de « communauté virtuelle » désigne des personnes réunies via internet par des valeurs ou un intérêt communs (par exemple une passion, un loisir ou un métier). L'objectif de la communauté est de créer de la valeur à partir des échanges entre membres, par exemple en partageant des astuces & conseils, ou tout simplement en débattant d'un sujet. La mise en place d'une communauté virtuelle peut être bénéfique pour un site web, car elle crée un sentiment d'appartenance chez les membres et permet de faire évoluer le site dans une démarche participative. De plus, une communauté d'utilisateurs de taille importante peut être valorisante pour l'image du site, car elle procure un fort capital de sympathie et crée un sentiment de confiance chez l'internaute. La communauté elle-même est donc bien réelle ; ce qui est virtuel, c'est le fait que cette communauté n'ait pas d'unité de lieu et de temps. Références : Notion de communauté virtuelle : http://www.commentcamarche.net/web/communautes-virtuelles.php3
Références : Communautés de pratique et gestion de savoirs , Gilles Beauchamp, 14 novembre 2002 : http://www.gillesenvrac.ca/carnet/outlines/communmautes et savoirs.html _ _ Communities of practice : learning, meaning and identity , Etienne Wenger : http://www.co-i-l.com/coil/knowledge-garden/cop/lmi.shtml
referme sur ces mêmes réseaux sociaux, favoriser différents niveaux de participation : tous les membres de la communauté n'ont pas le même niveau d'engagement et celui-ci peut évoluer dans le temps ou selon les sujets abordés, développer à la fois des espaces publics et privés au sein de la communauté, " se concentrer sur la valeur " Car les communautés de pratique se développent parce qu'elles sont sources d'enrichissement pour l'organisation, pour les équipes où travaillent les membres de la communauté et pour les membres eux-mêmes, rassembler le confort du familier et la stimulation de l'innovation et l'imprévu, avoir du rythme ( une communauté "vibrante" trouvera son rythme fait de rencontres, d'activités sur le site web, de déjeûners thématiques et de rencontres semi-privées...)
enl ueut mdet  e icioV .tnemegagncip priseptles itevc"luuo rsep unmmtéauder cos W tnegnes "saviumpagner r : accoascn e'dalc orsinu tse e epuorg teini qu at,giradne pperlb,esnmestru cones rit dtalesnoi te rt àeravces  dlaelévpoepu  nestnminet d'appartenanceétd  erpoCmmnuuaarp uqittuaned é cnemuomiqatsUue cueleeli -cseétp uo rvétireq r de la communaueuritéexl't  eureirétni'l ertne oguedial un vrir ,uotnrepmall i'llaieté la pétndiovenu r ed cnocutôt quenique plrè eroagnu eamin
s pre demmesograadsnsi éacrdl  e / 4e agalRé6  1 erbiL tP        - 2006-2007   nUoi nuEorépneeninnt Suessui/ e  ed mrofoitaoc n1 2.isnoV reer- ultue eCsairGloseccn erAs uo siLRousseaudolfi / seganoB  setmi &ftleex t   ©pyCo
Référence : Encyclopédie du Réseau d'Activités à Distance , Hubert Houdoy : http://hubert.houdoy.perso.cegetel.net/commasyn.htm
Synchrone : le bavardage, le clavardage (bavardage par clavier interposé, sur Internet)... Une communication est synchrone lorsque la réponse est immédiate, suscitant une nouvelle réponse immédiate, etc. Ex. : au téléphone, sur un chat, en discutant dans un café... La communication synchrone laisse plus facilement la place aux émotions du moment, au détriment de la raison.
Les Communautés virtuelles animées par Ynternet.org : http://www.ynternet.org/ynternet.org/info/103388 Communication synchrone ou asynchrone Asynchrone : le courrier postal, le courriel, le fax... Mode d'échange d'information où chacun des interlocuteurs traite l'information à son rythme, sans obligation de consulter ni répondre immédiatement. La communication asynchrone permet de réfléchir tranquil-lement et de débattre souvent plus en profondeur, avec raison.
Référence : Article de Wikipedia relatif au terme «consommacteur» : http://fr.wikipedia.org/wiki/Consommacteur
Un consommacteur (mot-valise formé de « consommateur » et « acteur ») est une personne qui à la fois reçoit et crée des informations, des activités ou des biens. Très récemment utilisé dans l'économie (acheter est un acte politique), il est utilisé depuis des décennies dans certains réseaux associatifs et dans le monde de l'Internet. Les bénévoles des associations sont les exemples les plus connus de consommacteurs. Les développeurs, traducteurs et testeurs de logiciels libres , ainsi que les contributeurs de Wikipédia sont également des consommacteurs très engagés dans cet art de la participation  .
Consommacteur
C ommunication décentralisée Une communication est décentralisée si tous les interlocuteurs ne se trouvent pas au même endroit au moment où elle se produit. La téléphonie et l'Internet sont deux moyens de communication décentralisés.
sairGlospyCo   ©.2 1onsireV - erutluCe edolfi / ages Bonet s &mieltft xeLit e brncceAre uos iL ssuoRuaeséRla1  6adsnsi é   P     5 /age semmargomrof ed drcae  lprs dee iuss e /nUoi nuEation continue S7002   
Dynamique participative Une dynamique participative est un projet dans lequel tout un chacun est sollicité à s'investir, à tout niveau que ce soit, aussi bien dans sa réalisation que dans les orientations qu'il pourrait prendre.
La notion de « coopétition » (mot-valise de « coopération » et « compétition ») est la course à celui qui donnera, diffusera le plus de travail en mode coopératif. Il s'agit alors d'une course à la réputation, mais sans céder à la compétition délétère. On trouve aussi de la coopétition entre entreprises concurrentes qui partagent et mutualisent des investissements ou d’autres ressources, le plus souvent pour se partager des économies d’échelle. Références : Institut de recherches et prospective postales : http://www.irepp.com/mot.php ?i _ 3 d mot=98 Utilisacteur, adhocratie et coopétition, quand on cherche ses mots, Robin Millette, avril 2005 : http://rym.waglo.com/wordpress/2005/04/18/
Coopétition
péroneen 2 -6-00
Économie Sociale et Solidaire L'économie sociale et solidaire se base sur des organisation adhérant aux principes suivants : La liberté d’adhésion : nul ne peut être contraint d’adhérer ou de demeurer adhérent d’une structure de l’économie sociale. La non-lucrativité individuelle : ce principe n’interdit pas la constitution d’excédents financiers, mais il en interdit l’appropriation individuelle. La gestion démocratique : les décisions stratégiques se prennent en assemblée générale selon le principe « une personne = une voix ». L’utilité collective ou l’utilité sociale du projet : un projet collectif et non d’un projet conduit par une seule personne dans son intérêt propre. La mixité des ressources : les ressources de ce secteur sont soit privées (coopératives et mutuelles), soit mixtes (associations). Référence : Quelques éléments historiques pour définir l’économie sociale et solidaire : http://www.alternatives-economiques.fr/pratiques/HSP14 002.html _
eriassolGrsVe- e urltCu e- 2006-2opéenne innoE rusies/ U nutiSue ontion cf edamromarg sem
ePortfolio Un ePortfolio, c'est est tout autant : un espace d'archivage des bilans personnels (milieux scolaire et pédagogique) un Book de promo professionnel (milieux de la création et du multimédia), un Curriculum Vitae détaillé (surtout pour l'insertion professionnelle et l'employabilité) un weblog ou BLOG (milieu du journalisme participatif et de l'Internet associatif) et, plus généralement, un site profil (perso ou d'organisation) selon les bases culturelles du web et de l'Internet (dès l'apparition du web en 1991, les pionniers ont adopté le principe "avant de publier un article, je me présente sur ma Homepage). Tous ces mots-clés font donc appel aux mêmes finalités de l'ePortfolio : entrer dans un processus permanente de ses réalités socio-professionnelles valoriser son potentiel et ses réalisations pour trouver sa place dans la société faciliter la mise en réseau des personnes partageant des centres d'intérêts communs) et aux mêmes types d'outils informatiques prendre le contrôle sur son identité virtuelle plutôt que de subir celle des moteurs de recherche. Références : La démarche ePortfolio et liens utiles , Théo Bondolfi, mai 2003 : http://www.ynternet.org/info/101246.html Bientôt, le ePortfolio , entretien avec Serge Ravet, octobre 2004 : http://www.telemaque.regioncentre.fr/USER/Info/Actualites/ListeActualites.aspx?ActuID=153
eLearning
L'e-médiateur est un généraliste en communication électronique, un bon utilisateur de la bureautique et d'Internet, une personne sensibilisée aux enjeux de la société de l’information ; c’est une personne capable de coopérer via le Net, un animateur capable de faciliter le travail de ses collègues et de son public-cible, une personne ressource capable de bien gérer la relation avec les techniciens, un rédacteur capable de publier des informations sur le web et de les faire circuler harmonieusement, utilement et rapidement. Site e-Mediateur : http://www.e-mediateur.net
e-médiateur
Référence : Article de Wikipedia relatif au terme «eLearning» ou «Apprentissage en ligne» : http://fr.wikipedia.org/wiki/E-formation
L'apprentissage en ligne (eLearning) désigne une méthode d'acquisition d'un savoir ou de construction de connaissances utilisant des interactions (acteur-acteur ou acteurs-ressources) relayées par un système télématique (électronique, informatique connecté par réseau). L'apprentissage en ligne est une spécialisation de l'apprentissage à distance (ou formation à distance), un concept plus général qui inclut entre autres les cours par correspondance, et tout autre moyen d'enseignement en temps et lieu asynchrone.
   700uossae uossuL ciges Bondolfi / R tfetxet& seami n io2 1. C© ylopdaerelc p ord seéali16 Rans sé daP       / 6  egrt Aceen  reib L