Le départ de chez les parents : définitions d
17 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Le départ de chez les parents : définitions d'un processus complexe - article ; n°1 ; vol.304, pg 149-162

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
17 pages
Français

Description

Economie et statistique - Année 1997 - Volume 304 - Numéro 1 - Pages 149-162
Leaving Home: Definitions of a Complex Process
Living away from home is not enough to qualify as bona fide residential independence. There are many, and sometime reversible, ways to attain this status. Some individuals leave gradually, initially spending a few days a week away from home (12%) or going home every weekend (16%). Others leave for longer periods of time, but return to live with their parents at the end of their studies (1 6%) before finding a job or when living alone has become too difficult (due to unemployment, the end of a relationship, etc.). Some departures from home, for national service for example, are not commensurate with independence. Others result in a limited degree of independence, for example when dwelling is paid for by the parents. These residential situations develop due to the longer time in the education system and later access to a steady and financial independence. The leaving process one year for women and three years for men from start finish. Leaving the family home and attaining independence have become gradual and processes, which are not easily encapsulated by a term.
Das Verlassen des Elternhauses: Begriffbestimmungen eines kompiexen Prozesses
Es reicht nicht aus, von den Eltern getrennt zu leben, um auch wirklich auf eigenen FiiBen zu stehen. Die Wege, die zu dieser Selbstândigkeit fùhren, sind vielfâltig und mitunter umkehrbar. Manche verlassen das Elternhaus allmâhlich, indem sie zunâchst jede Woche ein paarTage abwesend sind (12%) oder am Wochenende wieder nach Hause kommen (16%). Andere wiederum gehen fur làngere Zeit fort, kehren aber nach AbschluB des Studiums fur eine bestimmte Dauer wieder nach Hause (16%), bis sie einen Arbeitsplatz gefunden haben, oder wenn das Alleinwohnen zu schwierig geworden ist (Arbeitslosigkeit, Trennung vom Partner usw.). In bestimmten Fallen geht mit dem Verlassen des Elternhauses nicht immer auch die Erlangung von Eigenstàndigkeit einher, wie beispielsweise bei den Rekruten, die ihren Wehrdienst antreten. Andere gelangen nur zu einer begrenzten Unabhângigkeit; zum Beispiel wenn die Miete von den Eltern gezahlt wird. Solche Ûbergangsphasen nehmen aufgrund der lângeren Ausbildung, des spâteren Zugangs zu einem stabilen Arbeitsplatz und der damit verbundenen spâteren finanziellen Unabhângigkeit zu. Der ProzeB, in dessen Verlauf die Jugendlichen das Elternhaus verlassen, dauert bei den Frauen ein Jahr und bei den Mânnern drei Jahre. Das Verlassen des Elternhauses und die Erlangung von Selbstândigkeit sind allmâhliche und komplexe Prozesse geworden, die sich nur schwer auf eine Formel bringen lassen.
El irse de casa de Ios padres : definiciones de un proceso complejo
No basta con vivir fuera de casa de Ios padres para gozar « de una auténtica independencia residential. Los caminos que Ilevan a esta son multiples y a veces réversibles. Hay - quien se va paulatinamente, empezando por ausentarse unos dîas cada semana (el 12 %) o volviendo a casa en Ios fines de semana (el 16 %). Otros se van por mâs tiempo pero vuelven por bastante tiempo al acabar la carrera (el 16 %) a la espéra de un empleo o cuando vivir, solo se ha vuelto demasiado dificil (a causa del para, de una ruptura sentimental...). Algunas idas, como las de Ios i reclutas para el cuartel, no estân acompanadas siempre
de un acceso a la autonomfa. Otras solo desembocan en una autonomfa limitada : por ejemplo cuando la vivienda la pagan Ios padres. Esas situaciones residenciales de transiciôn se van desarrollando debido al alargamiento de Ios estudios y al retraso del acceso a un empleo estable y a la independencia financiera. Entre el principio y el final del proceso de ida, transcurre un ano para las mujeres, très anos para Ios hombres. El fin de la convivencia familiar y el acceso a la independencia residential se han vuelto unos procesos complejos y progresivos, difîcil- mente réductibles a una sola locution.
Le départ de chez les parents : définitions d'un processus complexe
II ne suffit pas d'habiter ailleurs que chez ses parents pour jouir d'une indépendance résidentielle authentique. Les chemins pour parvenir à cette dernière sont multiples et parfois réversibles. Certains partent progressivement, en commençant par s'absenter quelques jours toutes les semaines (12 %) ou en revenant tous les week-ends (16 %). D'autres partent plus longtemps mais reviennent durablement en fin d'études (16 %), en attente d'un emploi ou lorsque vivre seul est devenu trop difficile (en raison du chômage, d'une rupture sentimentale). Certains départs, comme celui des appelés pour la caserne, ne s'accompagnent pas toujours d'une accession à l'autonomie. D'autres n'aboutissent qu'à une autonomie limitée : par exemple quand le logement est payé par les parents. Ces situations résidentielles transitoires se développent en raison de l'allongement des études et du retard de l'accès à un emploi stable et à l'indépendance financière. Entre le début et la fin du processus de départ, un an s'écoule pour les femmes, trois ans pour les hommes. Décohabitation familiale et accès à l'indépendance résidentielle sont devenus des processus progressifs et complexes, malaisément réductibles à une unique locution.
14 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1997
Nombre de lectures 59
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Exrait

Madame Catherine Villeneuve-
Gokalp
Le départ de chez les parents : définitions d'un processus
complexe
In: Economie et statistique, N°304-305, Avril 1997. pp. 149-162.
Citer ce document / Cite this document :
Villeneuve-Gokalp Catherine. Le départ de chez les parents : définitions d'un processus complexe. In: Economie et statistique,
N°304-305, Avril 1997. pp. 149-162.
doi : 10.3406/estat.1997.2562
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/estat_0336-1454_1997_num_304_1_2562Abstract
Leaving Home: Definitions of a Complex Process
Living away from home is not enough to qualify as bona fide residential independence. There are many,
and sometime reversible, ways to attain this status. Some individuals leave gradually, initially spending
a few days a week away from home (12%) or going home every weekend (16%). Others leave for
longer periods of time, but return to live with their parents at the end of their studies (1 6%) before
finding a job or when living alone has become too difficult (due to unemployment, the end of a
relationship, etc.). Some departures from home, for national service for example, are not commensurate
with independence. Others result in a limited degree of independence, for example when dwelling is
paid for by the parents. These residential situations develop due to the longer time in the education
system and later access to a steady and financial independence. The leaving process one year for
women and three years for men from start finish. Leaving the family home and attaining independence
have become gradual and processes, which are not easily encapsulated by a term.
Zusammenfassung
Das Verlassen des Elternhauses: Begriffbestimmungen eines kompiexen Prozesses
Es reicht nicht aus, von den Eltern getrennt zu leben, um auch wirklich auf eigenen FiiBen zu stehen.
Die Wege, die zu dieser Selbstândigkeit fùhren, sind vielfâltig und mitunter umkehrbar. Manche
verlassen das Elternhaus allmâhlich, indem sie zunâchst jede Woche ein paarTage abwesend sind
(12%) oder am Wochenende wieder nach Hause kommen (16%). Andere wiederum gehen fur làngere
Zeit fort, kehren aber nach AbschluB des Studiums fur eine bestimmte Dauer wieder nach Hause
(16%), bis sie einen Arbeitsplatz gefunden haben, oder wenn das Alleinwohnen zu schwierig geworden
ist (Arbeitslosigkeit, Trennung vom Partner usw.). In bestimmten Fallen geht mit dem Verlassen des
Elternhauses nicht immer auch die Erlangung von Eigenstàndigkeit einher, wie beispielsweise bei den
Rekruten, die ihren Wehrdienst antreten. Andere gelangen nur zu einer begrenzten Unabhângigkeit;
zum Beispiel wenn die Miete von den Eltern gezahlt wird. Solche Ûbergangsphasen nehmen aufgrund
der lângeren Ausbildung, des spâteren Zugangs zu einem stabilen Arbeitsplatz und der damit
verbundenen spâteren finanziellen Unabhângigkeit zu. Der ProzeB, in dessen Verlauf die Jugendlichen
das Elternhaus verlassen, dauert bei den Frauen ein Jahr und bei den Mânnern drei Jahre. Das
Verlassen des Elternhauses und die Erlangung von Selbstândigkeit sind allmâhliche und komplexe
Prozesse geworden, die sich nur schwer auf eine Formel bringen lassen.
Resumen
El irse de casa de Ios padres : definiciones de un proceso complejo
No basta con vivir fuera de casa de Ios padres para gozar « de una auténtica independencia
residential. Los caminos que Ilevan a esta son multiples y a veces réversibles. Hay - quien se va
paulatinamente, empezando por ausentarse unos dîas cada semana (el 12 %) o volviendo a casa en
Ios fines de semana (el 16 %). Otros se van por mâs tiempo pero vuelven por bastante tiempo al
acabar la carrera (el 16 %) a la espéra de un empleo o cuando vivir, solo se ha vuelto demasiado dificil
(a causa del para, de una ruptura sentimental...). Algunas idas, como las de Ios i reclutas para el
cuartel, no estân acompanadas siempre
de un acceso a la autonomfa. Otras solo desembocan en una autonomfa limitada : por ejemplo cuando
la vivienda la pagan Ios padres. Esas situaciones residenciales de transiciôn se van desarrollando
debido al alargamiento de Ios estudios y al retraso del acceso a un empleo estable y a la
independencia financiera. Entre el principio y el final del proceso de ida, transcurre un ano para las
mujeres, très anos para Ios hombres. El fin de la convivencia familiar y el acceso a la independencia
residential se han vuelto unos procesos complejos y progresivos, difîcil- mente réductibles a una sola
locution.
Résumé
Le départ de chez les parents : définitions d'un processus complexe
II ne suffit pas d'habiter ailleurs que chez ses parents pour jouir d'une indépendance résidentielle
authentique. Les chemins pour parvenir à cette dernière sont multiples et parfois réversibles. Certainspartent progressivement, en commençant par s'absenter quelques jours toutes les semaines (12 %) ou
en revenant tous les week-ends (16 %). D'autres partent plus longtemps mais reviennent durablement
en fin d'études (16 %), en attente d'un emploi ou lorsque vivre seul est devenu trop difficile (en raison
du chômage, d'une rupture sentimentale). Certains départs, comme celui des appelés pour la caserne,
ne s'accompagnent pas toujours d'une accession à l'autonomie. D'autres n'aboutissent qu'à une
autonomie limitée : par exemple quand le logement est payé par les parents. Ces situations
résidentielles transitoires se développent en raison de l'allongement des études et du retard de l'accès
à un emploi stable et à l'indépendance financière. Entre le début et la fin du processus de départ, un an
s'écoule pour les femmes, trois ans pour les hommes. Décohabitation familiale et accès à
l'indépendance résidentielle sont devenus des processus progressifs et complexes, malaisément
réductibles à une unique locution..
JEUNES
Le départ de chez les parents :
définitions d'un processus
complexe
CatherineVilleneuve- II indépendance ne suffît pas résidentielle d'habiter ailleurs authentique. que chez Les ses chemins parents pour jouir parvenir d'une à cette
Gokalp * dernière sont multiples et parfois réversibles. Certains partent progressivement,
en commençant par s'absenter quelques jours toutes les semaines (12 %)
. ou en revenant tous les week-ends (16 %). D'autres partent plus longtemps
mais reviennent durablement en fin d'études (16 %), en attente d'un emploi
ou lorsque vivre seul est devenu trop difficile (en raison du chômage, d'une rupture
sentimentale...). Certains départs, comme celui des appelés pour la caserne,
ne s'accompagnent pas toujours d'une accession à l'autonomie. D'autres
n'aboutissent qu'à une autonomie limitée : par exemple quand le logement
est payé par les parents. Ces situations résidentielles transitoires se développent
en raison de l'allongement des études et du retard de l'accès à un emploi stable
et à l'indépendance financière. Entre le début et la fin du processus de départ,
un an s'écoule pour les femmes, trois ans pour les hommes. Décohabitation
familiale et accès à l'indépendance résidentielle sont devenus des processus
progressifs et complexes, malaisément réductibles à une unique locution.
L' allongement des études, le retard de l'ac tes : avoir deux résidences, celle des parents et * Catherine Villeneuve-'
cès à un emploi stable et à l'autonomie une autre qu'ils occupent certains jours de la Gokalp est chercheur à
l'Institut national d'étu financière contraignent de plus en plus déjeunes semaine pour suivre leurs études, se rapprocher > des . démographiques à reporter leur installation en couple ou dans de leur lieu de travail ou retrouver leur ami(e). (Ined).
un logement indépendant. Mais cet ajourne-' Partir puis revenir lorsque la raison du départ
disparaît (les études,- par exemple) ou qu'une \ ment n'est pas consenti sans réticence. Ainsi
des situations intermédiaires naissent' du vie indépendante est devenue trop difficile (en
compromis entre ce qui est nécessaire et ce qui raison du chômage ou d'une rupture...). Même
est souhaité, entre les contraintes qui s'exer sans tenir compte de ces départs progressifs et
cent sur l'individu et ses aspirations. Des tran faux départs, caractérisés par des allers-retours
sitions comme le départ de chez les parents et chez les parents, plus de la moitié des hommes
l'installation en couple qui s'identifiaient autre et plus d'une femme sur cinq n'ont pas accédé
à l'indépendance résidentielle la première fois •• fois à des événements ponctuels, faciles à dater,
qu'ils vont habiter ailleurs, soit parce qu'ils s'étalent aujourd'hui sur plusieurs mois, et
dépendent encore de leurs parents pour payer » même parfois sur plusieurs années. Satisfaire
Les noms et dates entre un irrésistible besoin de liberté ou au contraire leur loyer, soit parce qu'ils (les hommes) sont parenthèses renvoient à ■
être obligé de partir sans l'avoir souhaité peut partis à l'armée. La multiplicité et le dévela bibliographie en fin
d'article. conduire à adopter des stratégies très loppement des transitions entre la résidence
ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 304-305, 1997 - 4/5 149 <
.

,

permanente au foyer parental et l'installation avons calculé les âges médians correspondant à
dans un logement indépendant ne permet pas chacune de ces définitions pour les jeunes interro
de donner une définition unique du départ. Il gés par l'Insee. La première définition, la moins
en résulte une confusion des données statistiques restrictive, admet que tous ceux qui n'habitent
qui rend impossible nombre de comparaisons plus chez leurs parents depuis au moins six
sur l'âge au départ. mois et qui ne sont pas internes dans l'ense
ignement secondaire sont partis (2). Chacune
des définitions qui suivent comporte une condi
Absence, décohabitation, indépendance : tion restrictive de plus que la précédente afin
les trois étapes du départ d'obtenir des définitions du départ de plus en
de chez les parents : plus proches d'une autonomie résidentielle
complète et définitive. Trois critères ont été intro
La définition du départ de chez les parents varie duits successivement ou simultanément : le
au gré des réflexions et des choix des cher départ devait avoir eu lieu pour une autre raison
cheurs. À partir de l'enquête Jeunes de l'Insee,
trois définitions différentes du départ ont déjà
été utilisées, donnant naissance à trois âges au
départ échelonnés sur plus d'un an (cf.- enca
Encadré 1 drés 1 et 2). Ainsi Galland (1995) donne deux
définitions du départ : départ à destination de LES SOURCES
n'importe quel autre logement que celui des
parents, à l'exception d'un départ pour le service Les résultats présentés dans cet article provien
militaire, et installation dans un logement indé- * nent de deux sources: L'enquête Jeunes réalisée 1. Dans leur article Buck par l'Insee en complément de l'enquête Emploi pendant (non payé ou mis à disposition par les et Scott (1993) recensent ' en 1992 (voir les caractéristiques de l'enquête les problèmes posés par parents). Battagliola, Brown et Jaspard (voir dans la présentation du premier numéro d'Économie l'étude du départ de chez leur article dans ce numéro) proposent une les parents. Ils citent les j et Statistique consacré à cette enquête - Insee,
troisième définition : tout départ de chez les travaux de Young (1987) 1 995) et l'enquête Passage à l'âge adulte, réalisée
sur la formation de la parents, sauf pour le service militaire et pour par l'Ined de mai à juillet 1993, avec le concours famille en Australie s'installer dans un logement payé par les* financier de la Caisse nationale d'allocations selon lesquels environ familiales (CNAF). parents si le jeune est étudiant. Ces auteurs ont 50 % des hommes et
40 % des femmes partis : fait l'hypothèse que les étudiants « contraints » L'enquête de l'Ined est une enquête biographique de chez leurs parents de s'installer près de l'université et toujours à la rétrospective, menée auprès de 3 000 jeunes revenaient y vivre. La- charge de leurs parents sont assimilables à des adultes âgés de 25 à 34 ans au 31 décembre fréquence des retours
ne permet donc pas de 1993 (générations 1959-1968). Les personnes internes, tandis que les jeunes qui ont terminé
repérer un âge au départ interrogées étaient invitées à décrire leur scolarité, leurs études sont émancipés même s'ils ne par une approche trans leurs relations avec leur famille à la fin de leur paient pas eux-mêmes leur loyer. versale. Mais, comme adolescence, le départ de chez les parents et un Young note aussi que éventuel retour, les différents seuils professionnparents et enfants n'ont Chacune de ces définitions du départ se réfère els, leur histoire amoureuse et conjugale. pas la même définition au concept d'autonomie, mais celle-ci recouvre du départ, Buck et Scott Bien que ces deux enquêtes aient été menées à concluent à la sélectivité à la fois l'absence de tutelle et l'indépendance plus d'un an d'intervalle, elles ont été conçues de, la mémoire sur ce financière. Certaines définitions exigent que simultanément et de manière concertée afin que sujet et mettent en les deux conditions soient réunies, d'autres garde contre les enquêt chacune puisse bénéficier des atouts de l'autre.
es rétrospectives. Ces n'en requièrent qu'une seule, et d'autres encore L'échantillon de l'enquête de l'Insee est plus auteurs citent également important : le groupe d'âge 25-29 ans, commun une seule mais assortie d'autres conditions. Un les travaux de Barker aux deux enquêtes, comprend 3 900 personnes, départ à destination d'une caserne n'offre aucun (1972), Da Venzo, et contre 1 500 dans l'enquête de l'Ined. En outre, Goldscheider (1990), des avantages de l'autonomie, aussi aucune des l'échantillon de de l'Insee est directet Da trois définitions qui viennent d'être présentées ement issu de l'enquête Emploi, tandis que celui Venzo (1986) qui insis ne retient le service militaire en tant que départ. de l'Ined a été constitué par la méthode des tent sur la différence
entre quitter le foyer quotas. Mais l'enquête de l'Ined est plus précise En revanche l'emménagement dans un loge
parental (leaving home) sur le déroulement, l'enchaînement et la durée ment payé par les parents ne fait pas l'unanimité. . et vivre à l'extérieur du - des étapes qui jalonnent le passage entre la fin Plusieurs enquêtes ont d'ailleurs montré que les foyer . parental (living * de l'adolescence et l'état adulte, et permet une away from home), ce • parents le considèrent comme une absence et observation plus complète des situations interméddernier mode de rés les enfants, comme un départ (1). iaires. . idence concernant sur
tout ' les • jeunes en Nous signalons dans le texte et les tableaux les institution. À partir des. concepts d'autonomie et d'ab résultats issus de l'enquête Jeunes par le sigle 2. Pour une définition sence, et en utilisant les définitions déjà éta-- approfondie de l'inter- ' Insee et par Ined les résultats de l'enquête blies, nous avons dressé une ^ liste ■ non nat, on se reportera à • Passage à l'âge adulte.
l'encadré 2. exhaustive de définitions du départ, puis nous
150 ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 304-305, 1997 - 4/5 ,
que le service national ; le logement occupé ne - tout départ dans un logement personnel, sauf
devait pas être payé par les parents ; le départ ne si le logement est payé par les parents et si le pas avoir été suivi d'un retour, au moins jeune est étudiant ;
jusqu'à l'enquête (3). Parmi les résidants dans un
logement à la charge des parents, nous avons éga - tout départ dans un logement indépendant
(payé par le jeune lui-même ou son conjoint, ou lement distingué à l'instigation de Battagliola,
Brown et Jaspard, ceux qui sont étudiants. Les mis à sa disposition par son employeur).
définitions retenues sont les suivantes (de la
plus générale à la plus restrictive) : La toute première fois que les hommes et les
femmes partent durablement de chez leurs
- tout départ de six mois minimum, sauf séjour parents, ils ont le même âge : 20,8 ans ; mais les
en internat d'un établissement de l'enseigne hommes ont deux ans de plus que les femmes
lorsqu'ils s'installent dans un logement totalment secondaire ;
ement indépendant (respectivement 23,9 ans et
- tout départ sauf pour un internat et pour faire 21,9 ans). Le service militaire explique le
son service militaire si celui-ci est suivi d'un retard des hommes sur les femmes et l'accès à
retour chez les parents ; l'indépendance financière explique les écarts
entre les âges les plus jeunes et les plus élevés.
- tout départ dans un logement personnel Considérer qu'un séjour sans indépendance
(c'est-à-dire qui ne soit ni un internat ni une financière et suivi d'un retour n'est pas un
caserne) ;
3. Un peu plus de la moitié des hommes et des femmes des - tout départ dans un logement personnel, sauf générations 1963-1 968 sur lesquelles nous avons calculé l'âge si le logement est payé par les parents et si le médian au premier départ étaient partis depuis plus de cinq ans
(en comptant le service militaire comme un départ). départ est suivi d'un retour ;
Encadré 2
LES DÉFINITIONS DU DÉPART DE CHEZ LES PARENTS
DANS L'ENQUÊTE DE LINED ET DANS L'ENQUÊTE DE L'INSEE
Dans l'enquête de l'Ined, il n'y a pas de condition cours du deuxième semestre d'une année n'apparaît
minimum de durée pour qu'il y ait départ, mais ne que l'année suivante. Hors calendrier, des quest
sont pas considérés comme un départ : ions complémentaires étaient posées à l'occasion
de tous les premiers départs de plus de trois mois
- des vacances, même de longue durée ; et des retours éventuels. Nous avons utilisé les
deux sources de ce questionnaire. En les compar
- un séjour en internat dans l'enseignement secon ant, on observe peu de différences sur l'âge au
daire ; premier départ ou sur la fréquence des retours,
bien que les départs et les retours de courte durée
- des absences régulières de plusieurs jours par ne figurent pas dans le calendrier. Le calendrier a
semaine si la personne a déclaré qu'elle résidait permis de distinguer les logements payés par les
chez ses parents durant cette période ; parents des logements indépendants, tandis que
les questions hors calendrier permettaient de savoir
- un départ au service militaire, mais la date à si le premier départ avait eu lieu pour vivre dans un
laquelle il a commencé et la date à laquelle il s'est internat, une cité universitaire, une caserne ou un
terminé ont été relevées, ce qui permet de le consi logement indépendant.
dérer comme un départ si besoin est.
En revanche, un retour chez les parents devait Sauf mention explicite, dans les deux enquêtes
avoir duré au moins trois mois pour être enregistré. nous n'avons pas considéré un départ au service
militaire ou en internat comme un départ. Cepend
Dans l'enquête de l'Insee, le départ de chez les ant, pour les plus de 16 ans, l'Insee considère
parents et un éventuel retour sont enregistrés à l'internat comme un premier départ : 9 % des
deux reprises. Un calendrier résidentiel indique, enquêtes sont ainsi concernés. Nous n'avons pu
pour chaque année, la résidence occupée le plus corriger l'âge au départ, de manière à ce qu'un
longtemps pendant l'année. Ce mode de collecte séjour en internat ne soit pas pris pour un premier
départ, que dans la moitié des cas environ (si les présente deux inconvénients : un départ suivi d'un
retour dans les six mois n'est pas enregistré, ni un jeunes sont revenus vivre durablement chez leurs suivi d'un deuxième départ dans les six mois. parents ou (et) s'ils ont été vivre dans une autre
En outre, un départ (ou un retour) intervenu au commune après leur départ de l'internat).
ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 304-305, 1997 - 4/5 151 .
'
i
.

.
'
départ mais seulement une absence modifie peu partent à l'armée mais la moitié de ceux qui
l'âge au départ, sauf si l'on admet que le service pour la première fois au moment de leur
militaire peut être une première étape vers l'aut incorporation sont logés dans une caserne puis
onomie, alors l'âge au départ des hommes est de reviennent chez leurs parents (cf. tableau 1).
22,3 ans au lieu de 22,9 ans si le service mili Cependant, si une caserne ne peut être confondue
taire n'est jamais considéré comme un départ avec un logement indépendant, elle n'est pas
(cf. tableau 1). non plus spontanément assimilée au domicile
familial. La tentation d'indiquer la date de départ
au service militaire est particulièrement forte
Le service militaire : absence ou départ ? pour les hommes qui l'ont utilisé comme un
moyen d'accès à l'indépendance. Or 30 % des
Un peu plus de quatre hommes sur dix quittent jeunes qui ont effectué leur service ont devancé
leurs parents pour la première fois lorsqu'ils l'appel (Herpin et Mansuy, 1995) et 15 % des
Tableau 1
Âge médian au départ selon différentes définitions*
Femmes Hommes
Service militaire accompli
Résidence avant le départ au service
Logement
Ensemble personnel Chez les parents
Dispensés (3) ou
Ensemble réformés Résidence pendant le service militaire du service d) militaire
Chez les Logement (2) Dans une caserne parents personnel
Résidence au retour
Chez les Logement
parents personnel
Répartition pour chaque sexe
(en %) 100 100 27,4 65,2 11,6 11,8 5,7 27,3 8,8
Âge médian pour :
- tout départ de six mois
minimum, sauf pour internat 20,8 20,8 22,8 20,4 19,0 23,8 19,9 20,3 20,7
- tout départ sauf et
service militaire suivi d'un retour 20,8 22,3 22,8 22,2 19,0 23,8 20,7 24,1 20,7
- tout départ dans un logement
personnel » 20,8 22,9 23,0 22,9 19,0 23,8 24,2 24,1 21,7
* - un départ dans un logement
personnel sauf s'il est payé par
les parents et suivi d'un retour 21,2 23,1 23,4 23,1 19,2 24,2 24,3 24,4 21,8
- un départ dans un logement
personnel sauf s'il est payé
par les parents et si le jeune
est étudiant 21,6 23,7 23,8 23,4 21,2 24,3 24,4 24,3 21,9
- un départ dans un logement " 24,2' 21,9 23,9 23,7 22,0 24,3 24,4 24,6 22,2 indépendant (4)
Âge médian au début, - - - 20,2- 21,8 > du service militaire 20,0 19,9 20.3 20,7
1.6,8% des hommes n'ont pas encore fait leur service (sursitaires) ou ne sont pas concernés (étrangers) et 0,6 % n'ont pas répondu
à ces questions. Ces hommes ne font pas l'objet d'une colonne spécifique, mais sont inclus dans la colonne « ensemble ».
2. Y compris ceux qui ont fait quelques mois avant d'être réformés en cours de service. -
3. Logement personnel : ni chez les parents, ni internat, ni caserne, mais qui peut être payé par les parents.
4. indépendant : payé par le jeune lui-même ou mis à sa disposition par son employeur (sauf caserne).
* Les hommes sont répartis suivant le type de résidence avant et après le service national.
Champ : ensemble des hommes et femmes nés entre 1963 et 1968.
Source : Insee.
152 ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 304-305, 1997 - 4/5 hommes voient toujours dans le service mili ments masculins, malgré la diversité des situa
taire l'occasion de s'installer dans un logement tions militaires, ainsi que la fréquence des
indépendant de leurs parents, certains attendent retours après le service, confortent ceux qui
veulent voir dans le1 service militaire une d'être libérés (9 % ne reviennent pas chez leurs
parents) et d'autres le font dès qu'ils partent au absence plutôt qu'un départ. En devenant plus
court et en s' accomplissant plus tôt, le service service : 6 % ne logent pas dans la caserne.
militaire a perdu la « valeur de démarcation »
Si l'on admet qu'un départ pour l'armée est qu'il avait lorsque les jeunes gens vivaient chez
bien un départ, alors les hommes partent au leurs parents jusqu'à leur départ pour l'armée,
même âge que les femmes (âge , médian : les quittaient à cette occasion puis fondaient
20,8 ans). Il ne faudrait pourtant pas en conclure une famille dès leur retour (Chamboredon,
1985). qu'en l'absence de contraintes militaires, hom
mes et femmes décohabiteraient au même âge.
D'abord, parce que les dispensés et les réfor
més partent deux ans plus tard que les femmes. L'indépendance limitée des étudiants
Ensuite, parce que ceux qui continuent à habiter
chez leurs parents pendant leur service partent, Décohabitation et indépendance résidentielle
trois ans plus tard (23,8 ans), soit un décalage ne coïncident pas toujours : un jeune sur cinq
de deux ans comme celui des dispensés et des vit d'abord dans un logement payé par ses
réformés, plus l'année passée sous les drapeaux. parents avant de s'installer dans un logement
Et enfin, parce que ceux qui ne sont pas partis indépendant. Les femmes qui partent dans ces
avant d'être appelés (42 %) font leur service conditions ont 19 ans la première fois qu'elles
4. Jusqu'en octobre entre 20 et 21 ans, sont libérés un an après (4) et quittent leurs parents durablement et les hom
1992, la durée du service deux fois sur trois reviennent chez leurs parents mes, 19 ans et demi. L'aide des parents, lorsnational était d'un an, où ils restent encore trois ans (l'âge médian au qu'elle existe, dure plus de quatre ans ; les depuis elle a été réduite
à dix mois. départ de ceux qui sont revenus après le service femmes ont alors 23,4 ans lorsqu'elles accè
national est de 24,1 ans) (cf. tableau 1). Si l'on dent à l'autonomie résidentielle et les hommes,
ne considère pas le service militaire comme un retardés par le service militaire, ont 24,7 ans
départ, l'âge au départ des hommes qui ont fait (cf. tableau 2). Les femmes qui attendent pour
leur service est identique à celui des dispensés partir de ne plus avoir besoin de leurs parents
ou des réformés (respectivement 22,9 ans et pour payer leur loyer ont 21,4 ans et les hommes
23,0 ans). Cette homogénéité des ont 23,8 ans. >
Tableau 2
Âge médian à l'installation dans différents types de logement
selon le mode de financement du premier départ*
Hommes Femmes
1er départ 1er départ 1er départ 1er départ
dans un dans un dans un dans un
logement logement logement logement
payé par les payé par les indépendant indépendant (U~ parents parents (1)
Répartition pour chaque sexe (en %) 20 80 22 78
Âge médian à l'installation dans :
- le 1er logement autre que celui des parents (sauf internat) 19,3 21,5 19,0 21,4
- le 1er personnel (2) 19,0 21,4 19,5 23,8
- le 1er logement indépendant (1) 23,4 21,4 24,7 23,8
- - Âge médian au début du service national (pour ceux qui l'ont fait) 21,8 20,0
1 . Logement indépendant : payé par le jeune lui-même ou mis à sa disposition par son employeur (sauf caserne).
2. personnel : ni chez les parents, ni internat, ni caserne, mais qui peut être payé par les parents.
* On reprend les principales définitions du tableau 1.
Lecture : la première fois que les femmes se sont installées dans un logement indépendant, elles avaient 23,4 ans si leur premier logement
après leur départ était payé parleurs parents et 2 1,4 ans si elles étaient parties pour s'installer directement dans un logement indépendant.
Champ : ensemble des jeunes nés entre 1963 et 1968.
Source : Insee.
ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 304-305, 1 997 - 4/5 153 ■
:
.
-
.
Avoir une résidence personnelle tout en restant demi de plus que les filles à la charge de leurs
à la charge de ses parents est un privilège d'étu parents quand ils partent sans leur aide.
diants : à peine un jeune sur dix partis pour une
autre raison que leurs études est encore à la
Un départ sur cinq est suivi d'un retour charge, totale ou partielle, de ses parents quand
il les quitte, contre six étudiants sur dix (cf. t
Un départ de chez les parents peut n'être que ableau 3) (5). L'année de leur départ, trois étu
provisoire, surtout lorsqu'il n'est pas souhaité diants sur quatre ne jouissent que d'une ind
épendance limitée : 3 1 % reçoivent une aide ou que les conditions matérielles de l'autonomie
matérielle régulière de la part des parents et' n'existent pas encore. Il s'agirait alors plutôt
reviennent tous les week-ends, 28 % restent d'une absence que d'un départ. C'est le cas des
libres de leurs mais continuent à départs pour un internat ou pour le service mili
dépendre de leur famille et 16 % retournent taire : les deux tiers des jeunes qui sont internes
chez leurs parents toutes les semaines bien, à la fin de leurs études secondaires reviennent
qu'ils n'attendent pas d'eux une aide matérielle chez leurs parents et sept hommes sur dix qui
quittent leurs parents pour faire leur service régulière. Lorsque les études ne justifient pas le
reviennent vivre chez eux au moins trois mois départ, celui-ci ne marque pas toujours une
rupture . résidentielle nette, , cependant r les (cf. tableau 4).
retours hebdomadaires sont alors très peu liés à
l'aide financière des parents : seulement L% de Même en ne tenant pas compte des départs et
ces jeunes reviennent le week-end et sont régu des retours motivés par le service militaire ou
lièrement aidés. l'internat, environ un jeune sur cinq revient
Au moment du départ, les parents aident autant-
leurs filles que leurs fils. Un jeune sur cinq bénéf 5. D'après l'Insee, les deux tiers des étudiants ont leur logement
icie d'un tel soutien pendant plus de quatre ans. payé par leurs parents. La proportion d'étudiants aidés par leurs
parents est donc un peu plus élevée dans l'enquête de l'Insee. Cependant comme les garçons qui partent sans Mais celle-ci inclut une partie des élèves en internat dans le l'aide des parents restent plus longtemps chez secondaire (cf. encadré2). Sil'on exclut tous les jeunes dont le
eux que les filles (23,8 ans contre 21,4 ans), les premier départ s'est fait dans un internat, parmi les jeunes qui
partent avant la fin de leurs études, six sur dix exactement ont parents ont leurs fils à charge plus longtemps leur premier logement payé par leurs parents et parmi les que leurs filles. Non compris le temps passé au non-étudiants seulement 6 % (9 % des non-étudiants dans
service militaire, les garçons restent un an et* l'enquête de l'Ined).
Tableau 3
Relation avec les parents l'année suivant le départ (aide matérielle et retour le week-end)*
En%
Hommes Femmes Ensemble
Relations avec les parents Partis pour : Parties pour : Partis pour :
Ensemble Ensemble Ensemble
Études Autre Autre Études Autre Études
Aide régulière totale ou partielle
des parents et :
- retour le week-end 27 1 CO 35 1 7 31 1 8
- pas de retour le week-end 31 7 CM 26 9 13 28 8 12
Aide occasionnelle et : -
- retour le week-end 14 - 8 4 5 5 7 11 5 6
14 •- - pas de retour le week-end 15 33 34 29 36 32 15 30
Pas d'aide des parents et :
- retour le week-end 4 5 5 5 5 4 5 4 4
- pas de retour le week-end 50- 14 43 , 6 45 37 10 47 40
100 • Total 100 100 .. 100 t 100 100 100 100 100
* Le lien entre les jeunes et leurs parents est apprécié au travers de deux critères : l'aide matérielle des parents et le retour le week-end.
Champ : jeunes de 25 à 34 ans partis de chez leurs parents.
Source : Ined.
154 ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 304-305, 1997 - 4/5 >
résider chez ses parents après un départ avant (cf. tableau 5). Une analyse «toutes choses éga
25 ans (6). Les retours durables (au moins trois les par ailleurs» révèle que seule la cause du
mois) sont fréquents chez les jeunes qui étaient départ intervient directement sur les risques de
encore étudiants et à la charge de leurs parents retour (8). Ni l'âge au premier départ, ni le
au moment de leur départ : un homme sur trois diplôme obtenu, ni l'aide matérielle des parents
et une femme sur quatre partis dans ces condi n'ont d'effet propre.
tions reviennent à la fin de leurs études. Lors
que le départ a lieu après la fin de la scolarité, Les risques de retour diminuent à mesure que le
les probabilités de retours sont deux fois moins temps écoulé depuis le départ augmente : parmi
élevées : 15 % des hommes reviennent, et une les jeunes partis de chez leurs parents avant
l'âge de 25 ans, un peu plus de 3 % reviennent part comparable de femmes (7).
la première année suivant le départ, autant la
deuxième année, puis les retours se raréfient Le retour des étudiants n'est pas inattendu : en
effet, les parents qui octroient une aide pour les progressivement : entre 2 et 3 % la troisième
année, moins de 2 % les années suivantes. Sans études cessent de l'attribuer lorsque celles-ci se
doute les risques d'échec diminuent-ils avec le terminent, et les jeunes réintègrent bon gré mal
gré le domicile familial le temps de trouver un temps, mais on peut aussi faire l'hypothèse que
emploi. En revanche, le retour de ceux qui partent plus la séparation est ancienne, plus le jeune a
après la fin de leur scolarité répond souvent à pris l'habitude d'être indépendant et plus il
une situation de crise : 6 % reviennent en raison cherchera. une solution à ses problèmes en
du chômage, de l'insuffisance de leurs ressources dehors du retour au domicile familial.
ou (et) parce qu'ils ne peuvent plus garder leur
logement, et autant reviennent à la suite d'une
rupture conjugale ou sentimentale ou (et) parce
qu'ils n'aiment pas vivre seuls. Les femmes
partent plus souvent pour vivre en couple que 6. Ces pourcentages se rapportent aux personnes parties avant les hommes et connaissent leur première rupture l'âge de 25 ans et ayant entre 25 et 29 ans. Ce ne sont
à un âge plus jeune. Pour cette raison, elles sont évidemment que des minima, certains jeunes qui n'étaient pas
revenus chez leurs parents au moment de l'enquête ont pu le un peu plus nombreuses que les hommes à reve faire plus tard. La différence entre les pourcentages observés nir chez leurs parents chercher un soutien affect dans les deux enquêtes porte uniquement sur les femmes, en
if et matériel. Moins de 5 % des jeunes sont de particulier sur les femmes parties après leurs études.
7. Pour les femmes, les données de l'insee et de l'Ined sont retour pour d'autres raisons qu'un échec social quelque peu divergentes : 11 % et 17 %. ou conjugal (mais pour des raisons de santé, 8. Cette analyse a été effectuée au moyen d'une régression
pour travailler dans l'entreprise familiale, etc.) logistique dont les résultats ne sont pas reproduits.
Tableau 4
Proportions de retours chez les parents de plus de trois mois
% de retours selon l'insee % de retours selon l'Ined
Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble
Premier départ
Départ pour le service militaire 71 74
Départ pour un internat 69 55 64 ,
20 Départ pour une autre raison 19 14 16 20 20
Départ autre que pour le service militaire ou un internat après la fin des études 15 11 13 15 17 16
32 Départ en cours d'études 32 22 27 25 28
dont:
29 ~ - 1er logement payé parles parents 34 25 32 28 30
• 1er payé par le jeune 26 15 19 31 22 26
Lecture :71% des hommes partis la première fois de chez leurs parents pour faire leur service militaire sont ensuite revenus vivre chez
eux (selon l'insee). ,
Champ : jeunes de 25 à 29 ans partis avant 25 ans, départs et retours ayant duré au moins trois mois sauf pour le service national et l'i
nternat (durée minimum six mois dans ce cas).
Sources : Ined et Insee.
ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 304-305, 1997 - 4/5 155