Mariage, dot scolaire et position sociale - article ; n°1 ; vol.142, pg 7-20

-

Documents
16 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Economie et statistique - Année 1982 - Volume 142 - Numéro 1 - Pages 7-20
L'histoire professionnelle d'un individu n'est pas indépendante de son histoire matrimoniale. Avec des données nationales portant sur les personnes de 34 à 52 ans (c'est-à-dire ayant dépassé l'âge au mariage « normal »), on étudie d'une part la variation de la position sociale selon le sexe et l'état matrimonial, d'autre part la variation du rendement professionnel du diplôme selon le sexe et l'état matrimonial. L'accès à la position de cadre supérieur est plus important pour les hommes mariés (9,8 %) et les femmes célibataires (7,5%) que pour les hommes célibataires (3,0%) et les femmes mariées (2,8%). Cet accès inégal se retrouve à niveau scolaire équivalent. Parmi les actifs occupés ayant fait des études supérieures courtes, les hommes mariés ont une fois et demie plus de chances que les hommes célibataires, les femmes célibataires trois fois plus de chances que les femmes mariées de devenir cadres supérieurs. Les avantages pour les hommes et les handicaps pour les femmes, associés à la vie domestique, apparaissent d'autant plus grands que le niveau de diplôme est plus faible.
Marriage, Educational Background, and Social Position - The professional standing of an individual is not indépendant of his or her marital status. Using national data bearing on persons aged from 34 to 52 (that is, over the « normal » marriage age), the article studies, on the one hand, the variation of social position according to sex and marital status, and, on the other hand, the variation of educational background and professional position attained in terms of sex and marital status. Access to the position of executive is more frequent for married men (9.8 %) and single women (7.5 %) than for single men (3.0 %) and married women (2.8 %). This unequal access is found even among individuals of equivalent educational background. Among that portion of the working population having received a university education, married men's chance of becoming an executive is one and a half times that of single men, while single women's chance of becoming executives is 3 times that of married women. The advantages of men and the disadvantages of women — stemming from the demands of .home life — appear all the greater as the level of education is lower.
Matrimomo, dote escolar y posición social - La historia profesional de un individuo no es independiente de su historia matrimonial. Con datos nacronales que estriban en personas de 34 a 52 anos (es decir las que superan la edad « normal » para contraer matrimonio) se estudia, por un lado, la variación de la posición social según sexo y estado matrimonial y, por el otro, la variation del rendimiento profesional del diploma según sexo y estado matrimonial. El acceso a la posición de cuadro superior es más importante para los hombres casados (un 9,8 %) y las mujeres solteras (un 7,5 %) que para los solteros (un 3 %) y las casadas (un 2,8 %). Este acceso desigual se situa a nivel escolar équivalente. Entre, los activos ocupados que cursaron estudios superiores cortos, los hombres casados tienen una vez y media más oportunidades que los solteros y las solteras très veces más oportunidades que las casadas de llegar a cuadros superiores. Las ventajas para los varones y las desventajas para las mujeres, vinculadas con la vida doméstica, aparecen cuanto más importantes que el nivel de diploma es menos elevado.
14 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1982
Nombre de lectures 128
Langue Français
Signaler un problème

Monsieur François de Singly
Mariage, dot scolaire et position sociale
In: Economie et statistique, N°142, Mars 1982. pp. 7-20.
Citer ce document / Cite this document :
de Singly François. Mariage, dot scolaire et position sociale. In: Economie et statistique, N°142, Mars 1982. pp. 7-20.
doi : 10.3406/estat.1982.4590
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/estat_0336-1454_1982_num_142_1_4590Résumé
L'histoire professionnelle d'un individu n'est pas indépendante de son histoire matrimoniale. Avec des
données nationales portant sur les personnes de 34 à 52 ans (c'est-à-dire ayant dépassé l'âge au
mariage « normal »), on étudie d'une part la variation de la position sociale selon le sexe et l'état
matrimonial, d'autre part la variation du rendement professionnel du diplôme selon le sexe et l'état
matrimonial. L'accès à la position de cadre supérieur est plus important pour les hommes mariés (9,8
%) et les femmes célibataires (7,5%) que pour les hommes célibataires (3,0%) et les femmes mariées
(2,8%). Cet accès inégal se retrouve à niveau scolaire équivalent. Parmi les actifs occupés ayant fait
des études supérieures courtes, les hommes mariés ont une fois et demie plus de chances que les
hommes célibataires, les femmes célibataires trois fois plus de chances que les femmes mariées de
devenir cadres supérieurs. Les avantages pour les hommes et les handicaps pour les femmes,
associés à la vie domestique, apparaissent d'autant plus grands que le niveau de diplôme est plus
faible.
Abstract
Marriage, Educational Background, and Social Position - The professional standing of an individual is
not indépendant of his or her marital status. Using national data bearing on persons aged from 34 to 52
(that is, over the « normal » marriage age), the article studies, on the one hand, the variation of social
position according to sex and marital status, and, on the other hand, the variation of educational
background and professional position attained in terms of sex and marital status. Access to the position
of executive is more frequent for married men (9.8 %) and single women (7.5 %) than for single men
(3.0 %) and married women (2.8 %). This unequal access is found even among individuals of equivalent
educational background. Among that portion of the working population having received a university
education, married men's chance of becoming an executive is one and a half times that of single men,
while single women's chance of becoming executives is 3 times that of married women. The advantages
of men and the disadvantages of women — stemming from the demands of .home life — appear all the
greater as the level of education is lower.
Resumen
Matrimomo, dote escolar y posición social - La historia profesional de un individuo no es independiente
de su historia matrimonial. Con datos nacronales que estriban en personas de 34 a 52 anos (es decir
las que superan la edad « normal » para contraer matrimonio) se estudia, por un lado, la variación de la
posición social según sexo y estado matrimonial y, por el otro, la variation del rendimiento profesional
del diploma según sexo y matrimonial. El acceso a la posición de cuadro superior es más
importante para los hombres casados (un 9,8 %) y las mujeres solteras (un 7,5 %) que para los solteros
(un 3 %) y las casadas (un 2,8 %). Este acceso desigual se situa a nivel escolar équivalente. Entre, los
activos ocupados que cursaron estudios superiores cortos, los hombres casados tienen una vez y
media más oportunidades que los solteros y las solteras très veces más oportunidades que las casadas
de llegar a cuadros superiores. Las ventajas para los varones y las desventajas para las mujeres,
vinculadas con la vida doméstica, aparecen cuanto más importantes que el nivel de diploma es menos
elevado.SOCIÉTÉ
Mariage, dot scolaire
et position sociale
par François de Singly*
sion, en effet, en précise le contenu et le sens social : par Le fait d'être marié ou d'être célibataire n'est indé
pendant ni du diplôme que l'on possède, ni de la exemple 4 % des ingénieurs et 47 % des professeurs sont
des femmes. L'accès aux différentes catégories socioproposition sociale que l'on occupe. Dans la société
fessionnelles est très variable suivant le sexe; certains française, les paysans sont plus souvent célibataires,
auteurs estiment même qu'il y a tendanciellement deux les cadres sont plus souvent mariés. En revanche,
marchés du travail, l'un pour les hommes, l'autre pour les chez les femmes, c'est parmi les cadres que le célibat
femmes. est le plus fréquent.
En outre, la liaison entre état matrimonial et ren
dement des études est étroite- Mesurée par la pro
babilité d'être cadre avec un diplôme donné, la ren Le marché du travail
tabilité des études est la plus élevée pour les hommes et l'institution familiale mariés, la plus faible pour les femmes mariées. De
ce point de vue, on pourrait dire, pour faire image,
Si tenir compte du sexe des individus constitue, dans que se marier est un avantage pour les hommes et
l'ordre de la connaissance, un progrès par rapport à l'omisun handicap pour les femmes.
sion antérieure, cela comporte néanmoins un danger, celui Ces différents éléments, présentés et interprétés dans de proposer une explication tautologique : les différences l'article, enrichissent l'analyse du lien entre études sexuelles renvoient au sexe des individus. Une fois constaet position sociale, comme ils renseignent sur le tée l'inégalité des chances d'accès à telle profession ou la fonctionnement et la pluralité de l'institution domest relégation dans telle autre selon le sexe, on risque en effet ique. d'en conclure à une discrimination explicite sur le marché
du travail en fonction du sexe. Le propos de cet article est
de montrer que pour rendre compte de la différenciation
sexuelle sur le marché du travail — considérée sous deux
aspects, d'abord l'accès aux professions, puis le rendement
professionnel du diplôme — il est nécessaire d'introduire
dans l'analyse un autre élément, le rapport à l'institution En France comme aux États-Unis, la division du travail
matrimoniale. On estime que c'est par le mariage, saisi entre spécialistes a été telle que longtemps certains étu sous les aspects de la sélection matrimoniale et du fonc- diaient le marché du travail et d'autres le fonctionnement
des unités familiales. Les premiers centraient le plus fr
équemment leur attention sur les hommes et les seconds
n'interrogeaient que des femmes. Le développement du
travail féminin, le mouvement social de « libération des * François de Singly enseigne la sociologie . à l'Université
femmes » ont contribué à rendre caduque cette séparation, de Nantes.
et à la prise en compte des femmes dans les études sur la Les nombres entre crochets, [], renvoient à la bibliographie
stratification sociale. Le taux de féminisation d'une en fin d'article.
2 677003 P 84 tionnement domestique, que le destin professionnel des riance des structures socioprofessionnelles selon l'apparte
nance ou la non-appartenance à l'institution matrimoniale hommes et des femmes se différencie fortement 1.
devrait être observée. Si la probabilité d'être marié était
L'institution domestique n'a pas le même sens pour les indépendante de la position professionnelle, la réparti
hommes et pour les femmes. Cette proposition, démontrée tion socioprofessionnelle des femmes célibataires devrait
par Durkheim dans son ouvrage Le Suicide, a été oubliée être identique à celle des femmes mariées, tout comme la
trop longtemps. Seule pourtant, elle permet de préciser répartition des hommes célibataires devrait être identique
certaines des médiations par lesquelles la variable « sexe » à celle des hommes mariés.
a des effets dans l'univers social. Si cette variable semble
les engendrer c'est parce que les hommes et les femmes,
en majorité mariés, ne subissent pas de ce fait les mêmes
contraintes. C'est pourquoi il apparaît nécessaire pour Sélection matrimoniale
l'étude des carrières professionnelles, non seulement de
et fonctionnement domestique distinguer les hommes et les femmes, mais aussi les hommes
célibataires et les hommes mariés, les femmes célibataires „
et les femmes mariées. S'il est vrai que le mariage n'a pas Or l'introduction du critère « célibat ou mariage » dément
la même signification sociale pour les hommes et pour les ces hypothèses (tableau 1). Après 34 ans, les hommes qui femmes, la comparaison de ces deux catégories, différen sont restés célibataires ne sont pas établis dans les mêmes ciées selon l'état matrimonial, doit faire apparaître des professions que ceux qui ont contracté mariage. En partivariations dans les destinées professionnelles non seulement culier, les hommes mariés sont moins nombreux à exercer en fonction du sexe mais également en fonction du statut une profession agricole que les célibataires [4]. Cette exclumatrimonial 2. sion des agriculteurs du mariage résulte notamment des
contraintes du métier pour le conjoint et donc de la désafUn homme célibataire et un homme marié, une femme fection des femmes pour une telle alliance. célibataire et une femme mariée ont-ils des chances iden
tiques d'occuper telle ou telle position professionnelle? Dans l'univers du salariat une autre association entre
Un homme célibataire et un homme marié de même niveau marché du travail et marché du mariage se manifeste; les
scolaire, une femme célibataire et une femme mariée de hommes mariés occupent plus souvent des positions
même niveau scolaire ont-ils des chances identiques d'occu- moyennes et supérieures que les célibataires et sont moins
cuper telle ou telle position professionnelle? fréquemment ouvriers, en particulier manœuvres.
Le statut social d'un individu — repéré par sa catégorie Pour répondre à ces deux questions sur l'interaction entre
socioprofessionnelle — s'entrelace avec son destin matriles marchés du travail et du mariage selon le sexe et le
monial. Le mariage contemporain, mariage d'amour pour diplôme, on dispose de l'enquête sur la formation et la
les historiens, peut être interprété pour les hommes comme qualification professionnelle de 1970 dite enquête FQP [16].
un privilège puisqu'il est plus fréquent parmi ceux qui On a sélectionné dans l'échantillon interrogé l'ensemble
sont les plus « favorisés » selon le critère de la hiérarchie des individus ayant entre 35 et 52 ans. La limite inférieure
socioprofessionnelle (tableau 2). Le taux de célibat progresse a été retenue pour que la majorité des individus > qui se
en effet de 3 % pour les cadres supérieurs à 5 % pour les marient le soient : en effet le taux de célibat à l'âge de
cadres moyens, à 8 % pour les employés et à près de 9 % 35 ans diffère peu du taux observé pour les 40-49 ans
pour les ouvriers (plus précisément 7 % pour les ouvriers (tranche d'âge considérée comme celle du « célibat défi
qualifiés, 9 % pour les ouvriers spécialisés et 18 % pour nitif » [1]). On évite ainsi, par le choix de la classe des 35-
les manœuvres). 52 ans, que la comparaison entre célibataires et mariés ne
se superpose à une comparaison selon l'âge. Dans cet La variation des taux de célibat masculin par catégorie ensemble, on a retenu les individus actifs occupés des deux socioprofessionnelle ne renvoie pas uniquement à cette sexes. Après redressements et extrapolation, les données double dimension : métier agricole et position hiérarchique. représentent 5 287 000 hommes et 2 914 000 femmes. La
sélection des individus actifs s'effectue différemment sui
vant le sexe, l'état matrimonial et le diplôme. Les individus
de 35-52 ans interrogés par l'enquête FQP étaient actifs
à 98 % pour les hommes, à 82 % pour les femmes cél
ibataires et à 48 % pour les femmes mariées. L'objet de cette 1. Même la part du destin professionnel qui dépend des étude n'est pas d'expliquer les raisons de l'engagement formes de la scolarisation renvoie à l'institution domestique professionnel des femmes mariées [2; 3], mais il importe par la médiation, par exemple, des stratégies éducatives diffé
de connaître la part que représente le . groupe des actifs renciées selon le sexe des enfants.
dans l'ensemble des individus en fonction des critères de 2. On remarquera que le développement récent de la cohabil'étude. Le taux d'activité des femmes mariées le plus tation [i5] rendra, si celle-ci devient non plus un état transitoire proche, à la fois, du taux d'activité des femmes célibataires mais un état permanent, les études plus complexes avec le risque et du taux des hommes mariés est observé au niveau de de classer les « cohabitants » avec les célibataires. Étant donné
diplôme le plus élevé. Vâge des individus de l'échantillon utilisé ici, la cohabitation
est rare et ce risque est limité. D'autre part on ne soulèvera pas
Si l'accès au mariage et l'accès au marché du travail dans cet article le problème du veuvage, du divorce, du remariage,
obéissaient à deux logiques entièrement autonomes, et de leurs effets par rapport à la carrière professionnelle.- ,
,
,
,
,
,
Tableau 1
Structure socioprofessionnelle des hommes et des femmes selon qu'ils sont célibataires ou mariés *
Femmes Hommes
Catégories socioprofessionnelles
Célibataires Mariés Célibataires Mariées
5,4 19,6 Agriculteurs exploitants 22,7 10,8
2,3 0.7 Salariés agricoles 9,4 2,3
0,1 0 Industriels 0.1 0,8
1,8 Artisans 3,8 4,3 1,1
Gros commerçants 0,2 0,6 0,6 1.6
Petits 3,0 4,1 3,0 13.5
Patrons de l'industrie et du commerce 7.6 10,8 4,3 15,9
Professions libérales 0,5 0,5 0.4 1,1
Professeurs 0.5 1,2 0.9 3,8
Ingénieurs 0,2 0 2,1 0,2
Cadres administratifs supérieurs 1,7 5,7 3,0 1,2
Cadres supérieurs 3,0 9,8 7,5 2,8
Instituteurs 1.7 1,3 2,7 4,1
Services médicaux et sociaux 0 4,2 0,3 1,7
Techniciens 2,0 4.9 0,7 0,4
Cadres administratifs moyens 1,8 4.4 12,7 4,8
Cadres moyens 5,4 11,0 20,3 11.0
Employés bureau 5,9 5,7 20,6 15,8
Employés commerce 0.6 1,7 5,4 3,4
6,4 7,5 26 19,2 Employés
Contremaîtres 1.4 4,8 1.0 0.4
Ouvriers qualifiés 13.2 17,4 2,9 3,0 spécialisés 14,0 14,0 6,8 8.0
Manœuvres 11,5 7,8 5,0 6.8
Ouvriers 41,4 43,0 18.6 18,3
Gens de maison 0 0 1,7 1,7
Femmes de ménage 0 6.3 0 4,7
Autres personnes de service 1.2 1,4 7,3 6,0
Personnels de service 1.4 1.2 15.3 12,4
Divers 2,9 3.4 0.4 0,2
Ensemble 100,0 100,0 100,0 100,0
* Divorcés et veufs exclus.
Source : Enquête FQP de 1970. INSEE.
Champ ; Actifs occupés de 35 à 52 ans.
SOCIÉTÉ
3. .
l'intérieur de chaque catégorie sociale aussi, s'observe Tableau 2 A
la diversité de l'ampleur du célibat : ainsi parmi les « cadres
Le taux de célibat des hommes et des femmes supérieurs », 1 % des ingénieurs et 5 % des professeurs
sont célibataires, parmi les « cadres moyens », 4 % des selon la catégorie socioprofessionnelle
techniciens et 11 % des instituteurs sont célibataires.
En % L'exercice du métier d'enseignant est plus fréquemment
associé chez les hommes au célibat que l'exercice d'une Taux
profession de technicien ou d'ingénieur. Cela traduit-il un HOMMES de
célibat rapport spécifique des enseignants vis-à-vis de l'institution
familiale?
9,0 Ensemble. L'hétérogénéité de la structure sociale des femmes selon
leur état matrimonial se voit également avec netteté. Que dont : Salariés agricoles 27,9 l'on rapproche la distribution socioprofessionnelle des
Professions Agriculteurs exploitants 17,3 mariées et des célibataires ou que l'on compare des taux de agricoles célibat par catégorie sociale, deux grandes conclusions se
dégagent. Tout d'abord, certaines professions semblent
inaccessibles aux femmes qui n'ont pas contracté mariage : Autres Ouvriers 8,6
3 % des femmes ayant le statut d'indépendantes contre professions Employés 7,8 14 % des autres femmes actives sont célibataires. Outre
Patrons de l'industrie et du commerce. 6,5 ce clivage, la seconde caractéristique de la différenciation
socioprofessionnelle des femmes réside dans la relation Cadres moyens 4,6
entre position hiérarchique et accès au mariage : le célisupérieurs 2,9
bat féminin est d'autant plus important que la position est
élevée. Le taux de célibat progresse des ouvrières (10 %)
aux employées (14 %), cadres moyens (18 %) et cadres
% supérieurs (24 %). Chez les femmes, se marier est donc
moins fréquemment associé avec le fait d'occuper une posi Taux
tion de cadre qu'avec le fait d'être ouvrière. Dans le cas FEMMES de
particulier des femmes professeurs, où les « avantages » célibat
du métier — en particulier les vacances scolaires — sont
souvent mis en avant pour expliquer le taux de féminisation, Ensemble. 10,4 on constate que le célibat est assez fréquent : le poids des
professeurs parmi les femmes célibataires est plus important Salariés agricoles. 25,2 que le poids des professeurs parmi les femmes mariées.
dont :
Professions Cadres supérieurs. 24,0
salariées Cadres moyens. . . 18,0
Aux postes de cadres : Employés 13,7
les hommes mariés Ouvriers 9,6
et les femmes célibataires
Professions Agriculteurs exploitants 3,3
indépendantes En comparant selon les sexes les relations entre accès Patrons de l'industrie et du commerce. 3,2
au marché du travail et accès au marché du mariage, on
remarque que certaines sont divergentes. En particulier,
Source : Enquête FQP de 1970, INSEE. sont salariés et occupent des postes élevés, les femmes Champ : Actifs occupés de 35 à 52 ans. célibataires plus que les femmes mariées, les hommes mariés
plus que les célibataires.
La révision d'un constat global sur la différenciation
hommes célibataires; 14 % des femmes mariées sont cadres sexuelle sur le marché du travail est donc nécessaire. Ainsi,
le fait que les femmes aient un moindre accès à la position contre 21 % des hommes mariés. En classant les hommes et
les femmes en fonction de leur probabilité d'accès aux de cadre et en particulier de cadre supérieur que les hommes
postes de cadres (moyens et supérieurs), on obtient l'ordre — puisque dans cet échantillon 3 % des femmes actives
occupées sont cadres supérieurs contre 9 % des hommes suivant : femmes célibataires, hommes mariés, femmes
actifs occupés — masque un très fort contraste selon le mariées et hommes célibataires. En ne considérant que la
destin matrimonial : les femmes célibataires s'approprient probabilité d'occuper un poste de cadre supérieur, les
hommes mariés devancent alors les femmes célibataires de meilleures positions professionnelles que les hommes
célibataires, les femmes mariées de moins bonnes positions (respectivement 9,8 % et 7,5 %), les hommes
et les femmes mariées ayant une , probabilité plus faible que les hommes mariés. Près de 28 % des femmes cél
ibataires sont cadres moyens ou supérieurs contre 8 % des 3,0 % et 2,8 %).
10 Destin matrimonial et destin professionnel s'unissent La théorie de l'appropriation maritale de la force de tra
donc de manière opposée chez les hommes et chez les vail de l'épouse, selon laquelle le coût du mariage est assumé
femmes. Sans préjuger d'un schéma causal qui attribuerait par les femmes et le bénéfice par les hommes, rend égal
aux effets du mariage cette inégalité professionnelle ou au ement compte de cette relation [7; 8]. En effet, les femmes
contraire aux effets de l'appartenance l'iné qui, par leur existence professionnelle disposent de ressources
galité des chances de se marier, il est certain que les deux économiques importantes, peuvent choisir de ne pas se
phénomènes sont très fortement liés. Deux remarques per marier, et inversement les hommes qui disposent de faibles
mettront de mieux comprendre l'inversion de la relation ressources se marient plus difficilement, n'offrant qu'une
entre état matrimonial et occupation d'un poste de cadre petite contrepartie aux services demandés à leurs épouses
éventuelles. Le célibat féminin — c'est-à-dire notamment supérieur entre les hommes et les femmes.
pour une femme la non-prise en charge des travaux domest
La première remarque concerne le mariage comme iques relatifs à la vie conjugale et familiale — constitue
« norme sociale ». Les deux propositions — les femmes cél l'expression d'un luxe possible; le célibat masculin —
ibataires appartiennent davantage au groupe des cadres c'est-à-dire pour un homme l'impossibilité d'avoir recours
supérieurs que les femmes mariées, les hommes mariés aux services domestiques, non salariés, d'une femme —
davantage que les hommes célibataires — ne peuvent être l'expression d'une pauvreté sociale. Toutes les enquêtes
tenues pour équivalentes. En effet, pour la génération concer sur les budgets-temps établissent que les contraintes du
née par l'enquête, le mariage constitue la norme sociale : fonctionnement domestique sont inégales pour les
90 % des femmes et 81 % des hommes de 35 à 52 ans conjoints [9]. Cette inégalité a un double effet : d'une part
sont mariés. C'est par rapport à ce fait social du mariage, contribuer à dévaloriser auprès d'une partie des femmes
forme dominante de l'organisation de la vie privée, que les l'institution du mariage 4, d'autre part limiter objectiv
deux propositions précédentes doivent être interprétées. Ce ement les possibilités de carrière professionnelle pour les
sont les hommes mariés, majorité du groupe masculin, qui femmes mariées chargées du travail domestique. Les
ont le plus de chance d'être cadres supérieurs alors que > ce résultats d'une enquête américaine s'intègrent dans cette
sont les femmes célibataires, minorité du groupe féminin, seconde perspective [10]. En comparant le niveau profes
qui disposent des chances professionnelles les plus fortes. sionnel des hommes, des femmes célibataires, des femmes
La forme « normale » de la vie privée est plus fréquemment mariées sans enfant, des mariées avec un ou deux
associée chez les hommes et moins fréquemment chez les enfants, des femmes mariées avec trois enfants ou plus en
femmes à une position élevée dans la hiérarchie profes début de carrière et cinq ans après, les auteurs ont constaté
sionnelle. que le prestige professionnel s'élève fortement pour les
hommes, plus faiblement pour les femmes célibataires et
les femmes mariées sans enfant, et diminue pour les femmes
mariées et avec des charges familiales. Ainsi, la différence
Mariage et ascension sociale entre hommes et femmes ne provient pas d'un effet « en
soi » de la variable « sexe », mais résulte pour une bonne
part des effets divergents de l'institution domestique selon La secondé remarque concerne la sélection matrimoniale
le sexe. et son rôle dans les processus de mobilité sociale. Des socio
logues estiment que le mariage des femmes s'opère, ten-
danciellement, « de bas en haut » 3, c'est-à-dire qu'il se solde
par une mobilité ascendante pour les femmes [5; 6]. Les
Le mariage, femmes essaient de contracter un mariage qui leur per
mette une ascension sociale parce qu'elles ont moins de privilège ou handicap ?
chances, étant donnée la division traditionnelle du travail
entre les sexes, de réaliser une ascension par le biais de
Pour affiner l'analyse de la relation entre les deux marchés, leur activité professionnelle. A cette division traditionnelle
il convient de distinguer deux facteurs qui sont dans la correspondraient donc deux formes de la mobilité sociale,
réalité indissociables par le jeu des anticipations et des les femmes l'effectuant plutôt sur le marché du mariage,
représentations : la sélection matrimoniale et le fonctioles hommes plutôt sur le marché du travail. Dans le cadre
nnement domestique. On pourrait très bien concevoir que d'une telle explication, l'inversion des taux de célibat selon
les différences constatées entre les structures socioprofesles sexes et la hiérarchie socioprofessionnelle devient
sionnelles ne dépendissent que du processus de sélection compréhensible. Moins les hommes ont des positions sociales
matrimoniale (quelle que soit la forme sous laquelle celle-ci élevées (et les avantages sociaux afférents), moins ils risquent
d'être sélectionnés sur le marché du mariage, les choisir
impliquant pour les femmes un mariage sans ascension.
Plus les femmes ont des positions sociales élevées et moins
elles risquent de trouver des hommes leur assurant cette
mobilité ascendante par le mariage. Accès au mariage et 3. Pour des données sur la mobilité féminine par le mariage
accès à une position élevée dans la hiérarchie professionnelle en France, voir [11] et [17].
apparaissent compatibles pour les hommes et relativement 4. Soit l'institution du mariage, soit au moins les mariages incompatibles pour les femmes. Le mariage n'ayant pas le les plus « coûteux » c'est-à-dire ceux qui exigent de la femme
même sens pour les uns et les autres, la relation entre les non seulement le travail domestique mais aussi la participation
deux marchés s'inverse. au travail professionnel de l'homme.
SOCIÉTÉ 11 •
fessionnels est moins favorable pour les premières que pour est vécue par les individus). En effet, si les femmes céliba
taires de plus de trente-quatre ans occupent de meilleures les seconds [6].
positions que les femmes mariées, elles ont également de Cette différence globale entre le rendement des diplômes meilleurs diplômes : 17 % parmi les premières et 9 % sur le marché du travail résulte-t-elle seulement des effets parmi les secondes ont au moins le baccalauréat. Il en est de l'identité sexuelle engendrés par une socialisation difféde même pour les hommes : si les hommes mariés accèdent rente des hommes et des femmes (éducation, images de la à des positions supérieures à celles des hommes célibataires, répartition traditionnelle des rôles, etc.) et par une discrils possèdent aussi plus fréquemment un diplôme : 54 % imination au moment du placement professionnel [12; 13] ? des seconds et 36 % des premiers n'en ont aucun. Quand Ne traduit-elle pas également les effets de l'appartenance on classe les quatre groupes en fonction du poids de ceux matrimoniale, effets eux-mêmes divergents selon les sexes? qui ont au moins le baccalauréat, on obtient la hiérarchie Si, dotés d'un même diplôme, les hommes et les femmes suivante : femmes célibataires (17 %), hommes mariés n'en obtiennent pas le même rendement, n'est-ce pas, en (11 %), mariées (9 %) et hommes célibataires particulier, parce que le mariage produit des conséquences (7 %). Si, quels que soient le sexe et l'état matrimonial, différentes pour les deux conjoints? L'étude du rendement le rendement du diplôme était le même sur le marché du professionnel du diplôme doit inclure le statut matrimonial, travail, on obtiendrait une différenciation des * structures
renvoyant à une théorie de l'institution domestique selon socioprofessionnelles selon le sexe et l'état matrimonial laquelle l'entrée dans le mariage opère des transformations provoquée par l'accès inégal au mariage selon le diplôme dans les intérêts et les contraintes des membres du groupe et le sexe. conjugal 5. Le mariage marque si fortement les individus
(et les images que ces individus ont sur le marché du tra. Le fait que les hommes mariés et les femmes célibataires
vail) que le rendement professionnel des richesses scolaires soient davantage cadres que les hommes célibataires et les
détenues par les époux en est affecté. femmes mariées ne résulte-t-il alors que d'une sélection
différentielle sur le marché du mariage? Si cela était vrai, La comparaison de la relation entre titre scolaire et l'évolution professionnelle devrait être la même pour toutes catégorie socioprofessionnelle selon le sexe et l'état matriles femmes mariées quel que soit le niveau de leurs charges monial des individus permet d'apprécier les effets du familiales. Or les résultats donnés plus haut montrent le mariage. L'échantillon est le même que précédemment, contraire [10]. La sélection sur le marché du mariage ne les personnes actives occupées de 35 à 52 ans. On tient constitue pas la seule variable influente : les contraintes compte d'une variable supplémentaire, le montant de la
liées à la vie conjugale et familiale doivent également être dot scolaire, lequel est approché par le diplôme le plus élevé considérées. C'est pour cela que le niveau de diplôme est obtenu. Un code en six niveaux distingue les individus introduit dans l'analyse. En maintenant constant ce niveau, sans diplôme, ceux qui ont le seul certificat d'études prion met provisoirement entre parenthèses la sélection matri maires, ceux qui possèdent le certificat d'aptitude profesmoniale (c'est-à-dire la variation de l'accès au mariage selon sionnelle ou le BEPC, les bacheliers, ceux qui ont un diplôme le sexe et le diplôme) et on peut répondre à ces deux ques supérieur au baccalauréat nécessitant une ou deux années
tions : deux individus de même sexe, de même niveau sco d'études supérieures, ceux enfin qui ont un diplôme supélaire mais de statut matrimonial différent occupent-ils le rieur au nécessitant au moins trois années même niveau professionnel? Le fait d'être marié constitue- d'études supérieures. t-il un handicap ou un avantage pour la carrière profession
On peut alors saisir les effets de la vie conjugale indépenelle? Il faut comparer, à niveau scolaire équivalent, la
structure socioprofessionnelle des femmes mariées à celle ndamment des effets liés à la sélection matrimoniale (par la
des femmes célibataires, la structure socioprofessionnelle comparaison des hommes et des femmes célibataires et
des hommes mariés à celles des hommes célibataires. mariés à niveau scolaire équivalent), et approcher la varia
tion des effets de la vie conjugale selon le niveau de diplôme.
En effet, l'appartenance à un groupe conjugal n'engendre
pas nécessairement les mêmes phénomènes quel que soit
La valeur du diplôme le montant des richesses scolaires des conjoints. Le crois
ement des variables sexe, état matrimonial, diplôme et catésur le marché du travail gorie socioprofessionnelle, en saisissant certaines consé
quences du mariage, permet de mieux connaître l'institu
tion matrimoniale. A la limite, si les effets du mariage Le diplôme confère à son détenteur une valeur qui dépend varient non seulement entre hommes et femmes, mais pour non seulement de l'état du marché sur lequel il est placé un sexe entre les niveaux de diplôme, on sera en droit de mais également des caractéristiques sociales de son proprié conclure à une pluralité de l'institution domestique au-delà taire [11]. Deux individus ayant le même diplôme mais
d'origine sociale différente obtiennent des salaires inégaux.
Les titulaires d'un CAP fils de paysans n'ont-ils pas une
rémunération moins élevée que celle des titulaires du
même diplôme fils d'ouvriers? Les travaux de sociologie
de l'éducation et de la mobilité sociale ont montré égal 5. Cette partie reprend certains éléments d'une communicatement que le rendement professionnel du diplôme est diffé ion faite au séminaire sur les tendances de la recherche dans
rent pour les femmes et pour les hommes : la conversion le domaine de la stratification et de la mobilité sociale en
des diplômes en revenus monétaires et en statuts sociopro- avril 1981 à l'Association internationale de Sociologie.
12 apparences de la similitude juridique. C'est la catégorie la probabilité la plus forte d'être employé se rencontre des
chez ceux qui ont le CEP — ni chez les femmes mariées socioprofessionnelle qui a été choisie comme indicateur du
ou célibataires — la probabilité la plus forte se rencontre rendement professionnel du diplôme; pour compléter
chez celles qui ont le CAP. Pour l'accès à la catégorie des l'analyse des coûts et des bénéfices professionnels du mar
employés, l'écart le plus grand s'observe entre les hommes iage, il serait nécessaire de prendre ultérieurement l'indi
cateur « salaire ». célibataires et les hommes mariés au niveau du baccalauréat,
entre les femmes célibataires et les femmes mariées au
niveau dû CEP, entre les hommes et les célibataires
ou entre les hommes et les femmes mariées au niveau du
Le rendement du diplôme CAP.
Les variations dans les positions professionnelles des
individus en fonction de leur sexe, de leur état matrimonial Mariage et prix d'accès et de leur diplôme sont sensibles (tableau 3).
au poste de cadre Selon un indice simple — la somme des différences abso
lues entre deux structures socioprofessionnelles terme à
terme — les oppositions entre les destins professionnels A partir d'éléments théoriques et empiriques sur l'inst
itution familiale, on peut énoncer quatre hypothèses sur les des hommes célibataires et ceux des hommes mariés atte
suites du mariage, susceptibles d'être observées sur le marignent le même niveau que les oppositions entre les destins
professionnels des femmes célibataires et ceux des femmes ché du travail.
mariées. Les divergences quant au rendement professionnel En premier lieu, les hommes mariés auront un meilleur du diplôme selon leur état matrimonial ont la même ampleur, rendement de leur diplôme que les hommes célibataires. tous diplômes confondus, chez les hommes et chez les On prévoit que le rendement professionnel de la dot scofemmes. laire des hommes mariés dépasse celui des hommes céli
bataires, dans la mesure où les premiers bénéficient d'une Cette ressemblance masque une opposition importante.
décharge des travaux d'entretien par l'appropriation de la Alors que les structures socioprofessionnelles des hommes
force de travail de leurs épouses. mariés et des hommes célibataires les moins dissemblables
sont celles qui correspondent au niveau CAP et CEP, Ensuite les femmes célibataires auront un meilleur rendepour les femmes au contraire c'est à ce niveau que la dif ment de leur diplôme que les femmes mariées, ceci parce férenciation professionnelle entre célibataires et mariées est que ces dernières doivent assumer les travaux domestiques la plus grande. La variable « état matrimonial » introduit,' d'entretien et d'éducation [14], fréquemment interrompre semble-t-il, de plus fortes différences entre les hommes leurs activités professionnelles et donc accorder une moindre quand ils ont poursuivi des études supérieurs courtes et importance à leur carrière professionnelle. entre les femmes quand elles les ont au contraire arrêtées
Troisième hypothèse, les hommes mariés auront un meilà la fin du primaire. La disparité provoquée par le mariage
leur rendement de leur diplôme que les femmes mariées. n'est pas uniforme, elle varie en fonction du niveau sco
Cette troisième hypothèse se déduit de la première et de la laire et du sexe des individus.
seconde, le mariage ayant des effets inverses selon le sexe
Quel est le destin professionnel des individus sans diplôme ? des conjoints. Les maris tirent plus de bénéfices de leur
44 % des hommes célibataires et 20 % des hommes épouses du mariage, tout au moins dans le domaine profes
mariés, 20 % des femmes et 30 % des femmes sionnel. Dans le groupe conjugal « traditionnel », les attentes
mariées sont agriculteurs. Les hommes mariés, sans diplôme, de la femme vis-à-vis de la réussite professionnelle de son
sont par contre plus souvent ouvriers (61 % contre 45 %) mari sont plus élevées que les attentes professsionnelles
et les femmes célibataires plus souvent personnels de ser de l'époux vis-à-vis de la réussite de sa
vice (31 % contre 19 %). Si les classes populaires compren femme.
nent l'ensemble des ouvriers, personnels de service et la
Enfin, les hommes célibataires auront un meilleur renmajorité des agriculteurs, on perçoit que la structure interne
dement de leur diplôme que les femmes célibataires. Cette de ces classes diverge nettement selon le sexe et l'état matri
dernière hypothèse s'appuie sur l'argumentation selon monial : la production agricole pour les hommes célibataires
laquelle les femmes ont, indépendamment du mariage, un et les femmes mariées, la production industrielle pour les
handicap professionnel. La discrimination sexuelle atteint hommes mariés, le service et l'entretien pour les femmes
l'ensemble des femmes, même celles qui ne sont pas mariées. célibataires. Cette relation entre mariage et place dans la
production pour les individus sans diplôme renvoie aussi De ces quatre hypothèses, on attend donc un rendement
à leurs origines sociales. La majorité des hommes céliba décroissant des richesses scolaires sur le marché du travail
taires et paysans et des femmes mariées agricultrices sont en passant successivement des hommes mariés aux hommes
originaires de familles paysannes. célibataires, puis aux femmes célibataires et enfin aux femmes
mariées. Enfin, la probabilité d'être employé augmente chez les
hommes célibataires avec le diplôme : 4 % pour ceux Les probabilités de devenir cadre supérieur pour les
sans diplôme, 9 % pour ceux qui ont le CEP, 11 % pour actifs occupés ayant au moins le baccalauréat, et les probab
ceux qui ont le CAP et 19 % pour les bacheliers. Cette ilités de devenir cadre moyen ou supérieur pour ceux qui
progression ne se retrouve ni chez les hommes mariés — ont un diplôme inférieur au baccalauréat confirment dans
SOCIÉTÉ la ,
.
,
,
Tableau 3
La structure socioprofessionnelle selon le sexe, le diplôme et Vétat matrimonial
En%
Cadres supé Autres Cadres Personnel Ensemble ants Profesrieurs Employés Ouvriers
teurs moyens de service artisans sions sions
libérales
Baccalauréat + trois ans
Hommes :
0 ' Célibataires 0 79,2 20,8 0 0 0 0 100.0
Mariés 0 90.0 6,3 0,1 0,3 0,3 2,5 0.5 100,0
Femmes :
Célibataires 0 0 83.4 16.6 0 100,0
Mariées 0 11,7 79,0 9,3 0
Baccalauréat + deux ans
Hommes :
Célibataires 27.8 0 28,8 43,4 0 0 100,0
Mariés 0 9.0 43,1 44,8 1,0 2,1
Femmes :
Célibataires 0 0 21,0 70,3 8,7 0 100,0 100,0- Mariées 0 8,9 6,3 83,5 0 1,3
Baccalauréat
Hommes :
Célibataires 2.3 6.9 16.5 40,0 19,4 11.0 0 3,9 100,0
Mariés 2.9 10.8 32.0 32,0 7,3 12,0 0,3 2,7 29.4 CommerçFemmes :
Célibataires 0 0 7,9 64,7 23,0 4,4 0 0 100,0
Mariées 1.7 9,6 8,8 60,5 13,6 1,4 4,4 0
CAP
Hommes :
Célibataires 5,5 15,0 43,2 0 7,8 14.5 10,8 3,2 100.0
Mariés :. 2.7 12.8 10.0 21,3 7,7 40,3 1,1 4,1 100,0
Femmes : Mariées Agricul
Célibataires 0 2.8 3.2 38,6 42,2 6,8 5,3 1,1 100,0
Mariées 4.1 19.1 3.7 21,7 37,7 6,7 6,1 0,9
CEP
Hommes :
Célibataires 25,1 11,8 1,2 3,6 9,3 45,1 2,9 1,0 100,0
Mariés 15.1 14,3 4,0 10,2 11,8 37,6 1.4 5,6
Femmes :
Célibataires 4,8 8.0 2,6 10,4 35,1 25,1 14,0 0 100.0
Mariées 23.0 19,2 0,5 4,5 22,3 19,3 11,2 0 100,0
Sans diplôme
Hommes :
Célibataires 0 0,7 3,6 44,6 0,7 100.0 44,3 4,9 1,2
Mariés 1,5 2,9 19,6 7.5 4,0 61,5 1,8 1,2 100,0
Femmes :
Célibataires 19,4 3,7 3,0 1,8 13,1 27.6 30,8 0.6 100,0
0,2 1.4 27,3 0 12,4 9.9 19,4
Source : Enquête FQP de 1970, INSEE.
Champ : Actifs occupés de 35 à 52 ans.
14