Une approche de la discrimination sur le marché du travail. Les jeunes adultes issus de l'immigration étrangère en France - article ; n°3 ; vol.16, pg 53-83

-

Documents
34 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue européenne de migrations internationales - Année 2000 - Volume 16 - Numéro 3 - Pages 53-83
Un enfoque de la discriminación en el seno del mercado de trabajo. Los jovenes adultos procedentes de la inmigración extranjera en Francia.
Jean-Luc Richard.
Este articulo se sustenta en un análisis de las diferentes técnicas estadisticas que pueden ser utilizadas para verificar y acreditar la posible discriminación que los jovenes de 19 à 33 anos (en 1990) originarios de la inmigración extranjera en Francia sufren en el seno del mercado de trabajo. La muestra demográfica del INSEE (base de datos longitudinal), gracias a su tamafio, permite el estudio de las dos poblaciones de jovenes procedentes de la inmigración. La primera de ellas engloba a los jovenes inmigrantes cuya entrada en Francia se produce durante su minoria de edad. La segunda población comprende a aquellos nacidos en Francia mas hijos de al menos un progenitor no francés de nacimiento.
La comparación transversal de las tasas de desempleo (i.e. para una fecha determinada) entre los diferentes grupos de diversos origenes nacionales (incluidos los jóvenes de padres franceses de nacimiento) no resulta suficiente para medir una posible discriminación. Un análisis más riguroso implica interesarse también en el desempleo de larga duración. Ciertos modelos estadisticos (regresiones logisticas) se demuestran particularmente utiles a fin de representar la complejidad de los efectos de las principales caracteristicas individuales : pais de nacimiento, nacionalidad actual, nacionalidad de nacimiento del cabeza de familia, fecha eventual de la entrada en Francia, clase social de la familia (categoria socio-profesional del cabeza de familia, segun la terminología que el INSEE utilizaba en su momento), nivel de estudios de este ùltimo y de los jovenes estudiados. Como primer paso, resulta indispensable utilizar modelos especificos para cada grupo de personas de un mismo sexo y de un mismo origen. Acto seguido, parecen desvelarse, entre los grupos, diferentes tasas de desempleo que podrían atribuirse al origen nacional de la familia del individuo.
La utilización de datos longitudinales, asi como la introducción de variables que pueden influir en las decisiones de las personas encargadas de la contratación, se muestran necesarias en este estudio. Tener en cuenta el origen nacional en las regresiones logisticas sobre el desempleo de larga duración de los hijos e hijas de inmigrantes, nos conduce a una realidad discriminatoria respecto a ciertos jovenes procedentes de la inmigración, especialmente respecto a los hombres hijos de padre o padres inmigrantes y africanos venidos del Maghreb.
Approach of the Discrimination in the Labour Market Young Adults from the International Migration in France.
Jean-Luc Richard.
This study is based on an analysis of different methods that can be used to establish a possible discrimination against some young people (< 33 years old) of foreign origin who are living in France. Because of its size, the French Permanent Demographic Sample (EDP, an INSEE longitudinal data base which is the French equivalent to the English LS) enables the study for both migrants' children populations: young foreign-born people who grew up in France and young people of foreign origin who are born in France.
The only comparison of cross section unemployment rates among the different national origin's groups and the sons and daughters of the French by birth is not sufficient in order to measure discriminations and the analysis must focus on the long term unemployment's situations. Logit models are very useful to understand the effects' complexity. The main individual characteristics are taken into account: national origin, current citizenship, place of birth, eventual date of the migration toward France, social background of the family they're originating from, individual qualification of the youngs and of their parents (professional occupation, diploma). Using separate models for the male and female populations from each main different origin's group is, of course, firstly necessary because we need to understand the peculiar logic occurring on the labour market. However, as we can consider that national origin seems to be the most explanatory reason of unemployment rates' differences among the groups, it is necessary to use longitudinal data and to introduce in the models variables that can have an influence on employers' choices. It appears that the introduction of national origin variables in logistic regressions concerning long term unemployment of ail migrants' sons or daughters highlights the reality of discrimination against some of the young people of foreign origin (specially North african migrants' sons).
Une approche de la discrimination sur le marché du travail. Les jeunes adultes issus de l'immigration étrangère en France.
Jean-Luc Richard.
Cet article s'appuie sur une analyse des différents moyens statistiques qui peuvent être utilisés pour vérifier et accréditer une possible discrimination, sur le marché du travail, à l'encontre des jeunes personnes de 19 à 33 ans (en 1990) issues de l'immigration étrangère en France. Grâce à sa taille, l'Échantillon démographique permanent de l'INSEE (base de données longitudinales) permet l'étude des deux populations de jeunes issus de l'immigration - les jeunes immigrés entrés en France durant leur minorité et ceux nés en France d'au moins un parent non-Français de naissance.
La seule comparaison des taux de chômage transversaux (i.e. à une date donnée), pour les différents groupes d'origines nationales diverses, y compris les jeunes fils et filles de parents de Français de naissance, n'est pas suffisante pour mesurer une éventuelle discrimination. Une analyse plus rigoureuse implique de s'intéresser aussi au chômage de longue durée. Des modèles statistiques (régressions logistiques) sont particulièrement utiles pour représenter la complexité des effets des principales caractéristiques individuelles - pays de naissance, nationalité actuelle, nationalité de naissance du chef de famille, éventuelle date d'entrée en France, milieu social familial (catégorie socioprofessionnelle de celui que l'INSEE appelait autrefois « chef de famille »), niveau de diplôme de ce dernier et des jeunes adultes étudiés. Dans un premier temps, il est indispensable d'effectuer des modélisations spécifiques pour chaque groupe de personnes de même sexe et de même origine. Ensuite, il apparaît que des différences de taux de chômage entre groupes puissent être attribuées à l'origine nationale familiale des individus.
L'utilisation de données longitudinales, tout comme l'introduction de variables qui peuvent avoir une influence sur les choix des employeurs, est apparue comme nécessaire. La prise en compte de l'origine nationale dans les régressions logistiques sur le chômage de longue durée des fils et filles de migrants mène à conclure à la réalité de discriminations à l'encontre de certains jeunes issus de l'immigration, en particuliers les hommes fils de parent(s) immigrés du Maghreb.
31 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 2000
Nombre de visites sur la page 49
Langue Français
Signaler un problème

Jean-Luc Richard
Une approche de la discrimination sur le marché du travail. Les
jeunes adultes issus de l'immigration étrangère en France
In: Revue européenne de migrations internationales. Vol. 16 N°3. pp. 53-83.
Citer ce document / Cite this document :
Richard Jean-Luc. Une approche de la discrimination sur le marché du travail. Les jeunes adultes issus de l'immigration
étrangère en France. In: Revue européenne de migrations internationales. Vol. 16 N°3. pp. 53-83.
doi : 10.3406/remi.2000.1741
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/remi_0765-0752_2000_num_16_3_1741Resumen
Un enfoque de la discriminación en el seno del mercado de trabajo. Los jovenes adultos procedentes
de la inmigración extranjera en Francia.
Jean-Luc Richard.
Este articulo se sustenta en un análisis de las diferentes técnicas estadisticas que pueden ser utilizadas
para verificar y acreditar la posible discriminación que los jovenes de 19 à 33 anos (en 1990) originarios
de la inmigración extranjera en Francia sufren en el seno del mercado de trabajo. La muestra
demográfica del INSEE (base de datos longitudinal), gracias a su tamafio, permite el estudio de las dos
poblaciones de jovenes procedentes de la inmigración. La primera de ellas engloba a los jovenes
inmigrantes cuya entrada en Francia se produce durante su minoria de edad. La segunda población
comprende a aquellos nacidos en Francia mas hijos de al menos un progenitor no francés de
nacimiento.
La comparación transversal de las tasas de desempleo (i.e. para una fecha determinada) entre los
diferentes grupos de diversos origenes nacionales (incluidos los jóvenes de padres franceses de
nacimiento) no resulta suficiente para medir una posible discriminación. Un análisis más riguroso
implica interesarse también en el desempleo de larga duración. Ciertos modelos estadisticos
(regresiones logisticas) se demuestran particularmente utiles a fin de representar la complejidad de los
efectos de las principales caracteristicas individuales : pais de nacimiento, nacionalidad actual,
nacionalidad de nacimiento del cabeza de familia, fecha eventual de la entrada en Francia, clase social
de la familia (categoria socio-profesional del cabeza de familia, segun la terminología que el INSEE
utilizaba en su momento), nivel de estudios de este ùltimo y de los jovenes estudiados. Como primer
paso, resulta indispensable utilizar modelos especificos para cada grupo de personas de un mismo
sexo y de un mismo origen. Acto seguido, parecen desvelarse, entre los grupos, diferentes tasas de
desempleo que podrían atribuirse al origen nacional de la familia del individuo.
La utilización de datos longitudinales, asi como la introducción de variables que pueden influir en las
decisiones de las personas encargadas de la contratación, se muestran necesarias en este estudio.
Tener en cuenta el origen nacional en las regresiones logisticas sobre el desempleo de larga duración
de los hijos e hijas de inmigrantes, nos conduce a una realidad discriminatoria respecto a ciertos
jovenes procedentes de la inmigración, especialmente respecto a los hombres hijos de padre o padres
inmigrantes y africanos venidos del Maghreb.
Abstract
Approach of the Discrimination in the Labour Market Young Adults from the International Migration in
France.
Jean-Luc Richard.
This study is based on an analysis of different methods that can be used to establish a possible
discrimination against some young people (< 33 years old) of foreign origin who are living in France.
Because of its size, the French Permanent Demographic Sample (EDP, an INSEE longitudinal data
base which is the French equivalent to the English LS) enables the study for both migrants' children
populations: young foreign-born people who grew up in France and young people of foreign origin who
are born in France.
The only comparison of cross section unemployment rates among the different national origin's groups
and the sons and daughters of the French by birth is not sufficient in order to measure discriminations
and the analysis must focus on the long term unemployment's situations. Logit models are very useful to
understand the effects' complexity. The main individual characteristics are taken into account: national
origin, current citizenship, place of birth, eventual date of the migration toward France, social
background of the family they're originating from, individual qualification of the youngs and of their
parents (professional occupation, diploma). Using separate models for the male and female populations
from each main different origin's group is, of course, firstly necessary because we need to understand
the peculiar logic occurring on the labour market. However, as we can consider that national origin
seems to be the most explanatory reason of unemployment rates' differences among the groups, it is
necessary to use longitudinal data and to introduce in the models variables that can have an influence
on employers' choices. It appears that the introduction of national origin variables in logistic regressions
concerning long term unemployment of ail migrants' sons or daughters highlights the reality ofdiscrimination against some of the young people of foreign origin (specially North african migrants'
sons).
Résumé
Une approche de la discrimination sur le marché du travail. Les jeunes adultes issus de l'immigration
étrangère en France.
Jean-Luc Richard.
Cet article s'appuie sur une analyse des différents moyens statistiques qui peuvent être utilisés pour
vérifier et accréditer une possible discrimination, sur le marché du travail, à l'encontre des jeunes
personnes de 19 à 33 ans (en 1990) issues de l'immigration étrangère en France. Grâce à sa taille,
l'Échantillon démographique permanent de l'INSEE (base de données longitudinales) permet l'étude
des deux populations de jeunes issus de l'immigration - les jeunes immigrés entrés en France durant
leur minorité et ceux nés en France d'au moins un parent non-Français de naissance.
La seule comparaison des taux de chômage transversaux (i.e. à une date donnée), pour les différents
groupes d'origines nationales diverses, y compris les jeunes fils et filles de parents de Français de
naissance, n'est pas suffisante pour mesurer une éventuelle discrimination. Une analyse plus
rigoureuse implique de s'intéresser aussi au chômage de longue durée. Des modèles statistiques
(régressions logistiques) sont particulièrement utiles pour représenter la complexité des effets des
principales caractéristiques individuelles - pays de naissance, nationalité actuelle, nationalité de
naissance du chef de famille, éventuelle date d'entrée en France, milieu social familial (catégorie
socioprofessionnelle de celui que l'INSEE appelait autrefois « chef de famille »), niveau de diplôme de
ce dernier et des jeunes adultes étudiés. Dans un premier temps, il est indispensable d'effectuer des
modélisations spécifiques pour chaque groupe de personnes de même sexe et de même origine.
Ensuite, il apparaît que des différences de taux de chômage entre groupes puissent être attribuées à
l'origine nationale familiale des individus.
L'utilisation de données longitudinales, tout comme l'introduction de variables qui peuvent avoir une
influence sur les choix des employeurs, est apparue comme nécessaire. La prise en compte de l'origine
nationale dans les régressions logistiques sur le chômage de longue durée des fils et filles de migrants
mène à conclure à la réalité de discriminations à l'encontre de certains jeunes issus de l'immigration, en
particuliers les hommes fils de parent(s) immigrés du Maghreb.Revue Européenne des Migrations Internationales, 2000 ( 1 6) 3 pp. 53-83 53
Une approche de la discrimination
sur le marché du travail
Les jeunes adultes issus de l'immigration
étrangère en France
Jean-Luc RICHARD*
L'étude de possibles discriminations à l'encontre de certaines personnes issues
de groupes dits minoritaires constitue un champ traditionnel des recherches socio-
économiques nord-américaines. Chaque année vient apporter quelques articles
supplémentaires à une littérature déjà fournie. De nombreux chercheurs considèrent
qu'on ne peut caractériser l'existence de la discrimination que si l'on possède des
données ou des preuves de faits qui attestent de comportements discriminatoires. De
récents travaux à la frontière de la socio-économie et de la psychologie sociale se
situent dans cette perspective (Ayres et Siegelman, 1996). Rares sont les statistiques
qui permettent d'illustrer ainsi des discriminations. En réalité, l'étude des différences
de taux de chômage, selon l'origine, et, surtout, des salaires, à âge et niveau de
qualification égaux, est une étape classique de l'analyse, telle qu'elle s'est développée
aux États-Unis, pays où le taux de chômage est sensiblement inférieur à celui observé
en Europe. Les deux approches sont d'ailleurs considérées comme offrant des résultats
complémentaires (Freeeman, 1983). Dès lors que l'existence de logiques
discriminatoires émanant de certains employeurs est retenue comme possible, il
importe, si l'on veut en mesurer l'éventuelle ampleur, de faire la distinction entre leurs
conséquences dans un marché du travail équilibré et dans un marché du travail en
situation d'excès d'offre de travail. Dans le premier cas, la discrimination apparaît à
l'étude de la relation « formation / emploi occupé » ou de la mobilité sociale, car la
* Maître de conférences à l'Université de Rennes 1, membre associé de l'URMIS (UPRESA
CNRS 7032), Commissariat Général du Plan, Services du Premier ministre, 18 rue de
Martignac, 75700 PARIS 07 SP, France. 54 Jean-Luc RICHARD
Encadré 1 : Présentation de la population étudiée
Cet article s'appuie sur le suivi longitudinal, entre 1975 et 1990, au sein de
l'échantillon démographique permanent (EDP), d'une population de 15 345 enfants qui
étaient âgés de 4 à 18 ans en 1975 (âges atteints) et qui étaient élevés dans une famille dont
le chef s'était déclaré français par acquisition ou étranger à cette même date, au
recensement. Cet échantillon, seul à permettre un tel suivi des trajectoires, est le plus
important que le système statistique français puisse fournir sur de telles populations, à
l'exception du recensement (Héran, 1998). Ces jeunes représentaient alors environ 11 % de
leur classe d'âge résidant en France. La quasi-totalité étaient fils et filles d'un chef de
famille immigré, c'est-à-dire lui-même né étranger à l'étranger.
Dans cet article, la déclaration de nationalité étrangère actuelle ou passée du chef
de famille en 1975 constitue le critère d'attribution d'une origine nationale aux enfants de la
famille. 32 % des enfants présents dans l'échantillon en 1975 étaient nés hors de France
métropolitaine. La répartition initiale des enfants par origine nationale était la suivante :
3 277 enfants d'origine italienne, 2 983 d'origine portugaise, 2 955 d'origine algérienne,
2 637 d'origine espagnole, 679 d'origine polonaise, 637 d'origine marocaine, 476 d'origine
tunisienne tandis que 1 701 enfants étaient d'une autre origine étrangère. En 1990, s'ils
étaient vivants, tous les jeunes de l'échantillon étaient devenus majeurs. Quelques uns décédés entre-temps (2 % environ), d'autres absents de l'échantillon (24 %), mais
près des trois-quarts (74 %) étaient de nouveau présents dans l'EDP. Cette proportion est,
bien évidemment, inférieure à celle observée pour les enfants issus des familles dont le chef
était, en 1975, français de naissance (92 % de présence des individus dans l'EDP en 1990).
Il convient de ne pas perdre de vue que l'étude longitudinale des dynamiques
démographiques, socio-économiques et socio-politiques de cette population sur une période
de quinze ans implique le fait de renoncer à l'étude des cheminements des individus entrés
en France après 1975. De même, il n'était pas possible d'étudier la dynamique de
l'intégration des jeunes issus de familles originaires d'Afrique sub-saharienne ou de Turquie.
Les vagues migratoires en provenance de ces pays n'étaient qu'à peine commencées en
1975.
faiblesse du chômage ne permet alors pas de mettre en évidence, au moyen de la
comparaison des taux de chômage, les pratiques discriminatoires.
Cet article propose, suite à une première recherche (Richard, 1993), une
tentative d'analyse quantitative de l'éventuelle existence de discriminations, sur le
marché du travail, vis-à-vis des enfants d'immigrés en France1. Dans ce pays les rares
sources de données disponibles et pertinentes n'avaient jamais été exploitées avant
1993 (Silberman, 1995). Cela a entraîné une absence totale du sujet dans la littérature.
1 Cet article a bénéficié des remarques des participants aux Rencontres du Groupe de Sienne,
organisées par l'Office Fédéral de la Statistique de Suisse à Neuchâtel, où a été présentée une
large partie d'une version en anglais (Le Monde, mardi 23 mai 2000). Les programmes et
listings originaux peuvent être demandés auprès de l'auteur, qui remercie l'INSEE pour la mise
à disposition des données.
REMI 2000 (16) 3 pp. 53-83 Une approche de la discrimination sur le marché du travail 55
Seules les données de V Échantillon démographique permanent (EDP, base
longitudinale de l'INSEE, cf. encadré 1) permettent de repérer et de suivre sur le long
terme des trajectoires d'immigrés ou d'enfants de migrants (Doomernik, 1998 ; Thave,
1999). Selon la nationalité de naissance d'un de leurs parents, une origine nationale
peut être attribuée aux jeunes issus de l'immigration étrangère. La question de la
recherche d'emploi de ces d'origine étrangère doit notamment être envisagée en
tenant compte, côté offre de travail, de l'opinion des employeurs vis-à-vis de la
population immigrée étrangère en général et de sa descendance en particulier. Après la
présentation de données descriptives sur la fréquence du chômage parmi les jeunes
selon leur origine et l'ancienneté de leur présence en France, la deuxième partie
s'appuie sur l'utilisation de modèle statistiques multi- variés afin de tester la pertinence
de la croyance en un effet propre de l'origine sur la fréquence du chômage, à
caractéristiques socio-économiques équivalentes. Enfin, l'examen de l'adéquation
entre la formation acquise dans le système éducatif et le type d'emploi occupé permet
de cerner d'autres aspects de l'inégalité des chances face à l'emploi.
LE CHÔMAGE DES JEUNES ISSUS DE L'IMMIGRATION EN 1990
La crise de l'emploi s'est développée depuis vingt ans et ce sont les jeunes
populations actives qui ont particulièrement souffert de cette situation, en raison de la
tendance des entreprises, lorsqu'elles embauchent, à privilégier le recrutement d'une
main-d'œuvre ayant acquis une expérience professionnelle préalable. Les jeunes
d'origine étrangère, comme les jeunes issus de familles d'origine française de longue
date, sont soumis aux aléas de la conjoncture et au sous-emploi structurel des jeunes
actifs potentiels (Vernières, 1997). Certaines spécificités françaises du marché du
travail expliquent la durabilité du chômage des jeunes. Le poids des structures
démographiques, facteur de déséquilibre entre demande et offre de travail fourni par les
jeunes, a souvent été négligé. Tandis que l'arrivée des jeunes personnes sur le marché
du travail a largement contribué à l'augmentation de 0,9 % par an de main-d'œuvre
active potentielle en France durant la seconde moitié de la décennie quatre-vingts, le
même phénomène n'a eu qu'une ampleur bien moindre en Allemagne : + 0,4 %
(Fitoussi et al., 1987). Dans l'hypothèse de la permanence d'une offre de travail
surabondante, la comparaison des taux de chômage, malgré le caractère conjoncturel de
la situation au niveau individuel si l'on raisonne sur l'ensemble du cycle de vie, permet
de mettre en évidence les comportements de sélection ou d' anti-sélection de certaines
populations par les demandeurs de travail (les offreurs d'emplois).
Mesures du chômage : proportion dans la population active d'une
classe d'âge ou dans sa population totale
II est parfois pertinent et utile de raisonner en termes de fréquence du chômage
dans des classes d'âge totales. L'ensemble des actifs et inactifs (étudiants, personnes au
foyer) est alors intégré dans l'effectif total intervenant au dénominateur de la fraction.
Dans la figure 1, les graphiques A et C correspondent ainsi à une proportion de
demandeurs d'emploi déclarés au sein des différentes sous-populations (d'origine
REMI 2000 (16) 3 pp. 53-83 -
1
1
\
!
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
56 Jean-Luc RICHARD
nationale différente ou non), et non au taux de chômage2, proportion de demandeurs
d'emploi dans l'ensemble des actifs occupant un emploi ou au chômage (taux
représenté sur les graphiques B et D). On envisage alors, par conséquent, une
proportion révélatrice de l'ampleur réelle du phénomène du chômage des jeunes. On ne
peut cependant exclure que l'existence d'un important risque de chômage ait une
conséquence en termes de comportements de semblant de poursuite d'études et, par
conséquent, contribue à diminuer le nombre réel de demandeurs d'emploi.
Figure 1 : Demandeurs d'emploi dans les générations et taux de chômage, 1990
Hommes
60% T Graph A : Demandeurs d'emploi 60% y Graph B : Taux de chômage
50% --
^ 40% +
30%
-" 20%
10%
0%
19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33
Age atteint en 1 990 Age atteint en 1 990
Femmes
Illustration non autorisée à la diffusion - Graph D : Taux de chômage 60% - - Graph C : Demandeurs d'emploi 60% -,
50% - 50% -■
40% - 40% - A — a
30% - 30% -
20% - 20% -
10% - 10%
0% - — — — — — — — — — v — — — — — 0% - — — — — \ — — — — — — — — — —
19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33
Age atteint en 1 990 Age atteint en 1 990
- Fils ou filles de CDF français de naissance - Hommes ou femmes d'origine espagnole
- Hommes ou femmes d'origine portugaise -ou immigrée
-ou italienne -Hommes ou femmes d'origine algérienne
Source :EDP INSEE 1975 - 1990.
2 Dans cet article, les appelés du contingent n'ont pas été insérés dans les actifs afin de rendre
plus pertinente et significative la comparaison de la fréquence du chômage chez les jeunes
immigrés (peu d'entre-eux effectuent un service national en France car ils sont souvent
étrangers) et chez les jeunes issus de l'immigration nés en France, davantage incorporés sous
les drapeaux, en raison du fait qu'ils sont très majoritairement français.
REMI 2000 (16) 3 pp. 53-83 Une approche de la discrimination sur le marché du travail 57
La taille de l'échantillon de jeunes issus de l'immigration présents dans l'EDP
permet de proposer des tableaux relativement détaillés, pour chaque génération (80 à
100 jeunes par génération et par sexe pour les principaux groupes d'origine).
Cependant, il nous semble important de préciser ici que les courbes des graphiques 1 à
4 doivent être appréhendées dans leur globalité (analyse de tendance), plutôt que dans
le détail des valeurs associées à chaque âge.
Le statut de réel étudiant (hors, de fait, troisième cycle) est, en effet,
incompatible avec celui de chercheur d' emploi enregistré à l'Agence nationale pour
l'emploi (ANPE), bien qu'il y ait des étudiants ou élèves qui abandonnent, à tous
niveaux, une scolarité, afin d'entrer sur le marché du travail au moment précis où ils
obtiennent la signature d'un contrat de travail qui leur semble intéressant. Enfin comme
il l'a été fait allusion ci-dessus, les données présentées dans cet article, comme toutes
celles issues du recensement et des enquêtes de l'INSEE, sont issues des déclarations
de situation effectuée par les personnes enquêtées. Le lissage des données effectué
permet de fournir des courbes dans lesquelles les variations erratiques, consécutives à
tout échantillonnage sont atténuées.
Chômage et ancienneté du séjour en France
Entre 1945 et 1975, dans les processus d'intégration des immigrés, le marché
du travail en expansion jouait le premier rôle (Tapinos, 1975). Désormais, c'est au
système éducatif de le jouer auprès des enfants d'immigrés, de manière plus délicate
assurément, en raison de la distorsion qui peut exister entre la promotion sociale que sa
fréquentation laissait entrevoir et la réalité des destinées professionnelles ultérieures.
Jusqu'en 1975, un grand nombre d'entrées en France se sont déroulées dans un
contexte de réponse à une demande émanant des offreurs d'emploi, les entrepreneurs
nationaux. Dans ce contexte, l'ancienneté de la présence en France n'était pas corrélée
avec la probabilité d'occuper un emploi. Plus récemment, de nombreux auteurs ont
insisté sur l'importance de l'âge à l'entrée en France pour expliquer le niveau
d'intégration des immigrés dans le marché du travail (Lemel, Silberman, Vallet, 1997).
Le fait que leur entrée en France ait pu s'effectuer de manière illégale à une époque où
le chômage était déjà à un niveau élevé pourrait mieux expliquer l'éventuelle justesse
de l'affirmation développée ci-dessus. Pour les personnes entrées en France suite à
l'installation de leurs parents, la pertinence de l'analyse précédemment évoquée est
plus forte. Leur entrée sur le marché du travail n'est pas une réponse directe à une
demande. De plus, tout ou partie de leur scolarité a pu se dérouler à l'étranger, ce qui
est un facteur supplémentaire de difficultés. Il est donc légitime de regrouper les
individus non plus seulement en fonction de leur âge, mais aussi de leur date d'entrée
en France ou de leur âge lors de leur arrivée. Pour des raisons de taille de l'échantillon,
il a fallu regrouper les individus entrés après 1967 par classes pluriannuelles
d'installation en France et il n'a pas été réalisé une division de la population issue de
l'immigration selon des classes d'âges d'amplitude plus faible. Or, aux jeunes âges, la
fréquence de la poursuite d'étude (parfois pour la seule raison de différer l'entrée sur
un marché du travail saturé) entraîne une sélectivité très forte des personnes actives à
ces âges et, le cas échéant, au chômage. Il convient donc de ne pas oublier que des forts
REMI 2000 (16) 3 pp. 53-83 |
j
1
:
!
:
1
58 Jean-Luc RICHARD
taux de chômage n'impliquent pas une fréquence accrue de la situation de chômeur
dans ces jeunes générations, par rapport aux fréquences observées chez les personnes
plus âgées3. Tant en 1982 qu'en 1990, comme cela peut être constaté, la fréquence du
statut de demandeur d'emploi va croissant avec le caractère récent du séjour dans le
pays, même après plus de quinze années passées en France. Les différences sont
significatives. Cela illustre le fait qu'il existe des phénomènes dont l'étude sur
l'ensemble de la population d'origine étrangère est intéressante.
La pertinence du concept de taux de chômage dans l'explication des
différences des modalités d'intégration en fonction du lieu de naissance ou de
l'ancienneté de la présence en France n'apparaît pas toujours de manière évidente
(fig. 2). Le plus grand écart de pourcentage entre deux groupes représentés, dans un
ordre logique, de manière contiguë, est observé entre les enfants de Français de
Figure 2 : Part des demandeurs d'emploi et taux de chômage des 19-25 ans selon la période
d'entrée en France - Individus déjà présents en 1975
40% - En 1982 35% -
30% -
25% -
20% -
n 15% -
"I lU/o 1 n°/ ~ _a n,
Avant 1968- 1970- 1972- Enfants de (n=3527) Nés France en CDF 1968 1969 1971 1975
Français (n=1129) (n=135) (n=193) (n=149) de nais*
Illustration non autorisée à la diffusion 40% En 1990
35%
30%
25% -
20% -
15% -
1 1U no/ /o - 1, ..j._ r__ 1. _ .Eh,
Enfants de Avant 1968 1968-1970 1971-1975
(n=4538) Nés France en CDF (n=140) (n=123) (n=166)
Français de
nais*
□ Taux de chômage □ Demandeurs d'emploi % * pour comparaison
Source EDP RP 1975-1990
Source : EDPRP 1975-1990.
3 Ainsi, depuis une décennie, la hausse du taux de chômage des moins de 25 ans, en France, a
été plus que proportionnelle à l'augmentation, somme toute mesurée, du nombre de
demandeurs d'emploi, au sein de cette population.
REMI 2000 (16) 3 pp. 53-83 approche de la discrimination sur le marché du travail 59 Une
naissance et les enfants nés en France de parents migrants. En 1990, la part des jeunes
d'origine maghrébine au sein des nés en France est plus élevée qu'au sein de la
population immigrée de l'échantillon, tout comme celle des jeunes d'origine portugaise
l'est parmi les jeunes immigrés, notamment au sein des générations les plus jeunes.
Pour des raisons qui sont liées à cette question des origines, il importe de considérer
plutôt le niveau du taux de chômage en 1982 et, plus encore, en 1990 (en raison des
effets d'âge associés aux différentes origines nationales), pour les seuls jeunes
immigrés. Aucun effet de structure de cette population ne vient perturber cette simple
représentation. Les compositions différentes, selon l'origine nationale, des groupes de
nés en France et de jeunes migrants pourraient expliquer les différences d'intensité du
chômage selon l'ancienneté de la présence en France, mais une corrélation n'est pas
nécessairement explicative. Malgré des effectifs trop faibles pour envisager des
analyses très détaillées selon l'origine nationale, il apparaît clairement que les jeunes
d'origine maghrébine étaient soumis, tout comme les jeunes originaire d'une
communauté européenne, au même phénomène de l'occurrence accrue du chômage en
cas de résidence récente. Souvent moins diplômés que les jeunes nés en France, les
jeunes immigrés ont plus de mal à trouver un emploi.
Une autre raison permet d'expliquer l'allure particulière des histogrammes
représentant les taux de chômage. Les jeunes nés en France ou installés depuis
longtemps en France ont généralement poursuivi plus longtemps leurs études que les
jeunes entrés plus récemment, et cela est d'autant plus vrai que ces derniers sont plus
souvent d'origine portugaise (se caractérisant par la brièveté de leur scolarité) ou
d'origine maghrébine (confrontés à des problèmes spécifiques sur le marché du travail,
comme il sera vu plus loin). Les structures par origine nationale (elles-mêmes liées aux
Figure 3 : Part des demandeurs d'emploi et taux de chômage des 19-25 ans selon
l'ancienneté de la présence en France - Individus déjà présents en France en 1975
20 9,
18 9!
16% --
14% --
12%
10% --
8% --
-- 6% -" 4%
Illustration non autorisée à la diffusion 2%
0%
Enfants de Nés en Avant 1968-1970 1971-1975
CDF France 1968 (n=121) (n=121)
Français (n=4035) (n=1030)
de nais*
pour comparaison I I Taux de chômage I I Demandeurs d'emploi
Source : EDPRP 1975-1990.
REMI 2000 (16) 3 pp. 53-83