//img.uscri.be/pth/f6140c30ffd131a99dc8b594eb78930110aa1789
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

«Arrêter de fumer»: recommandations de bonne pratique

3 pages

«Arrêter de fumer»: recommandations de bonne pratique

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 0
Signaler un abus
* MÈdecin gÈnÈraliste 6061 Montignies sur Sambre ** MÈdecin gÈnÈraliste 5300 Andenne
ABSTRACT To help a patient t king can be reg whole share treat guideline publish SSMG gives th validated to deal efficient way w who wishes to c king :evaluation o of the smoker, var of the strategy of tobacco and drug
Key words: smo nicotine addictio
smo- asa . This y the cepts  most atient smo- stage stages of the py.
«Arrêter de fumer»: recommandations de bonne pratique par le Dr Jeannine Gailly* (rÈsumÈe par le Dr FranÁoise Pineux**) ´ Les deux premiËres semaines sont passÈes comme une bouffÈe dÕair dans les poumons. Revigorantes. …nergisantes. La troisiËme sÕest avÈrÈe un brin (de tabac) plus doulou-reuse. AprËs quinze jours, mÍme si le cerveau reste irriguÈpar sa dose quotidienne de nicotine patchÈe, il nÕest quand mÍme pas idiot au point de ne pas entrevoir le piËge quÕon est en train de lui tisser. AnesthÈsier sa vigilance pour neutraliser ses rÈactions. Jus-ª
La Revue de la Médecine Générale n°272 • avril2010
ais lÕadver-. Plus tenace. i. En vouloir. nnes raisons (a) Í ter. ª e. Va-t-il y
le biais dÕun fumer ª, les our venir en mbat ª.
0 dÈcËs prÈ-. Un fumeur e ‡ son taba-nt les non-e co˚te en  vie.  ansÈlimine u tabagisme ut Ítre aug-e chez ceux . 993, le pour- Belgiquea ce pourcen- reprÈsente ir de 11 ans.
ement dÕun roposÈ avant abac, des ses sir dÕarrÍent dans les ment. Il faut dance nico-t comporte-ent.
rtain niveau sse par ces ffÈrents.
 essais(B) gulier (C), ivalent (E).
Enfin, prÍt ‡ lÕarrÍt (F), il tentera un arrÍt pri-maire (G), souvent suivi de rechute(s) (I). AprËs un arrÍt secondaire (J), il persÈvËre dans lÕar-rÍt ou le tabagisme (K). Au stade de ´fumeur satisfaitª, le fumeur ne se sent pas concernÈ. Il nÕaccepte pas les infor-mations concernant les effets nÈgatifs du tabac ou adapte lÕinformation ‡ sa convenance. Au stade de ´fumeur ambivalentª, le fumeur pense parfois ‡ arrÍter. Mais il nÕest pas prÍt ‡ entamer une dÈmarche dÕarrÍt ‡ ce moment. Il accepte lÕinformation et Èvalue le pour et le contre du tabagisme. Vers la fin ce cette phase, il peut devenir un fumeur mÈcontent et dÈcider dÕarrÍter de fumer. Il peut prÈparer lÕarrÍt pro-prement dit (stade de prÈparation). Il devient un fumeur prÍt ‡ lÕarrÍt. La majoritÈ des fumeurs sont dans les premiers stades de comportement (A ‡ E).Trop sou-vent lÕintervention est proposÈe trop tÙt, le patient nÕest pas rÈceptif. Par une Ècoute attentive, rÈguliËrement, le mÈdecin peut Èvaluer le stade de comportement auquel le patient se situe. Il est important de noter que la rechute fait partie du processus dÕarrÍt. Elle reflËte la nature chronique de la dÈpendance et non lÕÈchec du mÈdecin ou celui de son patient.
LA DÉPENDANCE À LA NICOTINE La nicotine, principal alcaloÔde du tabac, est responsable de la dÈpendance physique voire mÍ medÕune addiction (accoutumance psy-chologique et besoin de consommer). La nico-tine arrive au cerveau en 10 ‡ 20 secondes. Lademi-viedÕlÈiminationestrelativement courte (2 ‡ 3 heures). Les sensations ressen-ties comme agrÈables ou bÈnÈfiques main-tiennent le tabagisme par renforcement posi-tif. Les sensations dÈsagrÈables le maintiennent par renforcement nÈgatif. Les habitudes installÈes durant des annÈes renfor-cent encore ce comportement. La dÈpendance ‡ la nicotine est donc bien physique, psycho-logique et comportementale. LÕoutil classique pour Èvaluer la dÈpendance phy-sique est le test de Fagerstrˆm en 6 questions. Fagerstrˆ ma ensuite dÈmontrÈque le meilleur critËre isolÈde prÈdiction de la dÈpendance physique est le dÈlai avant la premiËre cigarette matinale.LÕvÈaluationdeladÈpendancephysique