Euromosaic
110 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Euromosaic

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
110 pages
Français

Description

* * * * * * * * EDUCATION FORMATION JEUNESSE Euromosaic Production et reproduction des groupes linguistiques minoritaires au sein de l'Union européenne -ζ υ COMMISSION c EUROPÉENNE Q Le présent document a été établi pour l'usage interne des services de la Commission. Il est mis à la disposition du public, mais ne peut être considéré comme constituant une prise de position officielle de la Commission. Une fiche bibliographique figure à la fin de l'ouvrage. Luxembourg: Office des publications officielles des Communautés européennes, 1996 ISBN 92-827-5513-4 ©CECA-CE-CEEA, Bruxelles · Luxembourg, 1996 Reproduction autorisée, sauf à des fins commerciales, moyennant mention de la source. Printed in Luxembourg EUROMOSAIC PRODUCTION ET REPRODUCTION DES GROUPES LINGUISTIQUES MINORITAIRES AU SEIN DE L'UNION EUROPEENNE Ce rapport a été préparé pour la Commission européenne par Peter Neide - Onderzoeks Centruum voor Meertaligheid, KU University, Brussels; Miquel Strubell - Direcció General de Politica Lingüística, Barcelona; et Glyn Williams - Research Centre Wales, University of Wales, Bangor. Les informations qu'il contient ne reflètent pas nécessairement la position ou les vues de la Commission européenne. Bruxelles, juin 1995 RESUME 1. Depuis plus de 10 ans, la Commission apporte une aide financière aux initiatives visant la promotion des langues exclues des principaux programmes linguistiques de l'Union européenne.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 74
Langue Français
Poids de l'ouvrage 5 Mo

Exrait

* * *
*
*
* * *
EDUCATION
FORMATION
JEUNESSE
Euromosaic
Production et reproduction
des groupes linguistiques
minoritaires
au sein de l'Union européenne
-
ζ
υ COMMISSION c
EUROPÉENNE Q Le présent document a été établi pour l'usage interne des services de la Commission.
Il est mis à la disposition du public, mais ne peut être considéré comme constituant une
prise de position officielle de la Commission.
Une fiche bibliographique figure à la fin de l'ouvrage.
Luxembourg: Office des publications officielles des Communautés européennes, 1996
ISBN 92-827-5513-4
©CECA-CE-CEEA, Bruxelles · Luxembourg, 1996
Reproduction autorisée, sauf à des fins commerciales, moyennant mention de la source.
Printed in Luxembourg EUROMOSAIC
PRODUCTION ET REPRODUCTION
DES GROUPES LINGUISTIQUES
MINORITAIRES AU SEIN DE
L'UNION EUROPEENNE Ce rapport a été préparé pour la Commission européenne par Peter Neide - Onderzoeks
Centruum voor Meertaligheid, KU University, Brussels; Miquel Strubell - Direcció
General de Politica Lingüística, Barcelona; et Glyn Williams - Research Centre Wales,
University of Wales, Bangor. Les informations qu'il contient ne reflètent pas
nécessairement la position ou les vues de la Commission européenne.
Bruxelles, juin 1995 RESUME
1. Depuis plus de 10 ans, la Commission apporte une aide financière aux initiatives visant
la promotion des langues exclues des principaux programmes linguistiques de l'Union
européenne. Cette aide est le résultat direct des pressions croissantes exercées par le Parlement
européen et d'autres organismes pour qu'une action des pouvoirs publics compensent les effets
négatifs de l'intégration économique et politique. Cette pression croissante a conduit la
Direction Générale ΧΧΠ ­ Education, Formation et Jeunesse ­ à recueillir des informations
générales sur toutes les communautés linguistiques afin de faciliter la mise en oeuvre des
ressources qui leur sont allouées pour des activités susceptibles de servir au mieux leurs
besoins respectifs. Ces informations sont particulièrement importantes, tant à cause de
l'évolution rapide de la situation juridique, institutionnelle et sociale de plusieurs de ces
communautés que parce qu'une etude fondée sur de bonnes bases méthodologiques est
nécessaire pour comprendre et comparer ces communautés.
2. La Commission a donc décidé de lancer un appel à propositions pour une étude des
groupes linguistiques minoritaires de l'Union européenne. L objectif était d'établir la situation
actuelle de ces groupes en déterminant leur capacité de production et de reproduction ainsi que
les difficultés qu'ils rencontrent lors de ces deux processus. Le présent rapport découle de cette
étude.
3. Cette étude se fondait sur une approche théorique prenant en compte les différents aspects
sociaux et institutionnels permettant la production et la reproduction d'un groupe linguistique.
Elle a donc été axée sur sept grands concepts pour lesquels des mesures empiriques ont été
recherchées. La famille, renseignement et la communauté ont été identifiés comme les agents
primaires des processus de production et de reproduction. Le facteur de motivation faisait
intervenir le concept de prestige de la langue, soit sa valeur pour la mobilité sociale, et celui
de reproduction culturelle. Le lien entre aptitude et usage se rattachait aux concepts
d'institutionnalisation et de légitimation.
4. Pour recueillir les données permettant de quantifier ces concepts, trois approches
empiriques ont été suivies:
• des questionnaires ont été adressés à plusieurs autorités, à différents niveaux de
responsabilité politique;
• un correspondant a été nommé pour chaque groupe linguistique. Chacun d'entre eux était
chargé des questionnaires officiels adressés" aux "témoins privilégiés" ou experts des
différents groupes linguistiques.
• huit enquêtes sur l'usage de la langue ont été réalisées auprès de 2 400 personnes.
5. A partir de ces données, de longs rapports sur les groupes linguistiques et les enquêtes sur
l'usage de la langue ont été préparés. Ces documents présentaient l'analyse ayant facilité la
compréhension de la dynamique interne de chaque groupe .
6. Pour faciliter l'analyse comparative des différents cas, sept systèmes d'échelle ­ un pour
chaque variable ­ ont été élabores. Au terme des contrôles habituels de validité et de fiabilité,
un score a été attribué à chaque cas sur chacune des échelles. Les résultats obtenus ont permis
à l'équipe de chercheurs de cornparer tous les cas par rapport aux sept variables, considérées
soit indépendamment les unes des autres soit de façon combinée. Une analyse par grappes a
également pu être effectuée à partir des scores totaux de chaque cas. 7. Cette analyse a révélé l'existence de cinq grappes, allant d'une petite grappe composée de
quatre groupes linguistiques aux scores élevés pour la totalité des sept variables jusqu'à une
plus grande de quinze groupes linguistiques ayant obtenu de faibles scores pour la plupart ou
l'ensemble des variables. Ce type d'analyse, qui ne repose ni sur la démographie m sur la
structure économique, permet de déterminer dans quelle mesure les différentes langues
considérées disposent des composantes sociales, culturelles et organisationnelles susceptibles
de continuer à assurer leur rôle de production et de reproduction en cas d'accélération du
processus de restructuration économique. Il permet également d'étudier la pertinence de la
taille du groupe linguistique par rapport à sa capacité d'adaptation.
8. L'analyse des variables montre que les groupes linguistiques capables de se maintenir sont
ceux qui bénéficient d'un appui considérable de l'Etat, stimulant et favorisant les processus de
production et de reproduction au sein de la société civile. Il existe aussi un petit groupe
bénéficiant d'un appui très important de l'Etat, mais dont la société civile est moins active.
Néanmoins, on peut dire que non seulement la grande majorité des groupes linguistiques
souffrent de l'absence d'un tel appui, mais que leur existence et leurs activités se heurtent
parfois même à une franche hostilité.
9. Cette analyse est ensuite considérée par rapport, d'une part, au processus de restructuration
économique actuellement observé en Europe et, d'autre part, aux données démographiques. Il
apparaît que la taille du groupe linguistique ne constitue en aucune façon une garantie de sa
viabilité, puisque certains des plus grands groupes linguistiques européens sont gravement
menacés. Il apparaît également que, parmi les groupes les mieux implantés, plusieurs vivent
en symbiose avec leur environnement économique général, pour avoir élaboré des niches
économiques spécifiques pour leurs membres. Leur réussite n'est pas le fruit d'une
confrontation et d'une adaptation au changement socio-économique. Pour ces groupes, toute
intégration accrue au processus général de restructuration constituerait un risque. La principale
composante de ces det semble être l'accélération des migrations
provoquées par la circulation du capital, une grande partie de celles-ci étant liées à
l'importance croissante du tourisme au sein des économies locales.
10. Une fois établie la facon dont se construit l'organisation institutionnelle des groupes
linguistiques minoritaires dans le cadre des liens qu'ils instaurent avec leur Etat, le présent
rapport aborde les implications du processus plus général de restructuration politique et
économique en cours au sein de l'Union européenne pour les groupes linguistiques
minoritaires. Ce faisant, il met en lumière les changements de mentalité observés vis-à-vis de
l'importance de la diversité pour le développement économique et l'intégration européenne. Si
la langue est l'une des composantes principales de la diversité et que celle-ci constitue la clé
de voute d'un développement novateur, il convient de soutenir la source de diversité existant
actuellement au sein de l'Union européenne.
11. En conclusion, ce rapport insiste sur les difficultés d'une planification volontariste, à cause
des contraintes pesant actuellement sur la mise en oeuvre des ressources budgétaires
disponibles, et plaide en faveur de la réalisation d'un programme pouvant servir de base à une
nécessaire planification prospective. TABLE DES MATIERES
INTRODUCTION MV
CHAPITREI:ORIENTATION1
1. La rninorisation des langues1
2. Orientation théorique 5
i) Introduction
ii) Lesagentsprimairesde production et de reproduction des groupeslinguistiques
iiii L'ordreéconomique
iv) Institutionnalisationetlégitimation
3. Conclusion13
CHAPITRE Π : MÉIHODOL0(3E15
1. Introduction 15
2.Choixdescas15
3.Sourcesdesdonnées16
4.Elaborationdeséchelles20
5.Conclusion21
CHAPITRE ΠΙ: ANALYSE22
1. Introduction 22
2.Enquêtessurl'usage de la langue22
3.Analysedeséchelles25
i)Introduction
i)
111)
iv O )Variablesconsidérées individuellement
4. Conclusions32CHAPITRE IV: LA RESTRUCTURATION DE L'ESPACE
POLITIQUE ET ECONOMIQUE 33
1. Introduction 33
2.Larestructurationéconomique35
3.Lesgrappes36
i)GrappeA
ii)eΒ
iiii Grappe C
iv) e D
ν) Grappe E
4. Conclusions 43
CHAPITREV:DIVERSITE ET DEVELOPPEMENT 47
1.Introduction47
2.Ducapitalfinancier au capital humain47
3. Vers un modèle de développement périphérique 51
4. La diversité 53
5.Lapertinencedes données56
6.Conclusion58
CHAPITREVI:CONCLUSION60
1. Remarques générales60
2. Diversité et développement 61
3. Recherchefuture63
BIBLIOGRAPHIE65 LISTE DES TABLEAUX
1. Classement des groupes linguistiques en fonction des scores
obtenus aux variables
2. Coefficients de corrélation produit-moment des variables
3. Dimension démographique et restructuration économique
LISTES DES FIGURES
1. Représentation schématique de la production et de la reproduction
d'un groupe linguistique
2. Conditions de rinstitutionnalisation et de la légitimation
3. Classement des groupes linguistiques en fonction du score total
4. Graphique des scores obtenus par chaque groupe linguistique
pour les variables relatives à l'Etat et a la société civile
5. Diagramme à barres des scores obtenus pour les variables
de la société civile et celles de l'Etat
6. Diagrammes à barres des scores obtenus pour le prestige
de la langue et renseignement
7. Diagrammes à barres des scores obtenus pour le prestige
de la langue et la reproduction culturelle
8. Diagrammes à barres des scores obtenus pour la famille
et la communauté
9. Graphique représentant l'ampleur démographique et le score total