Hépatite c   un dépistage positif, que faire
2 pages
Français

Hépatite c un dépistage positif, que faire

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
2 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Nombre de lectures 511
Langue Français

Exrait

Dans ma vie quotidienne, qu’est-ce qui va changer ?
Il n’y a pas de raison de changer sa vie quotidienne. Toutefois, il est important de protéger son foie : - éviter de consommer des boissons alcoolisées, car l’alcool aggrave l'hépatite ; - demander conseil à son médecin sur les traitements en cours,
car certains médicaments sont toxiques pour le foie et doivent être arrêtés. Aucun régime alimentaire n’est utile, sauf dans le cas d'un excès de poids qui peut rendre les traitements moins efficaces.
Existe-t-il un traitement ?
Le traitement n'est pas toujours nécessaire. Cependant, il permet souvent de guérir. Il peut aussi améliorer ou stabiliser la maladie du foie et prévenir les complications. Le traitement actuel de l’hépatite C comporte deux médicaments (bithérapie) : l’interféron et la ribavirine. Il se fait le plus souvent chez soi. Lors d’un traitement, tous les soins, sont pris en charge à 100 % par la Sécurité sociale (au titre des affections de longue durée - ALD), ce qui permet de ne pas avancer les frais. Avant toute décision de traitement, il est nécessaire d’avoir parlé des effets secondaires possibles avec son ou ses médecin(s) et son entourage : fatigue, fièvre et courbatures, irritabilité, parfois
dépression. La durée du traitement varie de six mois à un an selon les situations. Un arrêt transitoire d’activité professionnelle peut être nécessaire. Si l’on veut un enfant et que l'on est traité, des précautions particulières sont nécessaires : - chez la femme atteinte d'hépatite C, une grossesse est formellement contre-indiquée pendant le traitement et les six mois qui suivent ; - un homme ne doit pas faire d’enfant pendant le traitement de l’hépatite C ni pendant les sept mois qui suivent. Toutes les personnes atteintes d’hépatite C, traitées ou non, doivent être surveillées par un médecin régulièrement.
Qui va pouvoir me soigner, m’aider ?
Pour se soigner,il est nécessaire de se faire suivre par son médecin traitant et, si besoin par un médecin spécialiste. Ce suivi peut être pris en charge à 100 %. En ville,le médecin généraliste, choisi comme médecin traitant par le patient, peut suivre celui-ci s’il est atteind d’hépatite C et faire le lien avec un spécialiste gastro-entérologue libéral ou hospitalier. A l’hôpital,plus d'une centaine de services en France ont des médecins spécialistes pouvant prendre en charge les personnes atteintes d'hépatite C pour traiter
Qui peut m’écouter ?
> Lesproches :communiquer avec ses proches peut être une aide, à condition de choisir le moment. Toutefois, on n’est pas obligé de parler de son hépatite à son entourage. > Lesassociations :il est toujours possible de trouver soutien et information auprès des associations de patients atteints d’hépatites. > Lemédecin,bien entendu. > Unnuméro Verta été créé pour renseigner et orienter les personnes atteintes d’hépatite et leur entourage : 0 800 845 800
en particulier les malades présentant des formes sévères ou compliquées. Trente et un centres hospitalo-universitaires (CHU) disposent d'un service spécialisé en hépato-gastroentérologie, appelé pôle de référence hépatite C. Les « réseaux de soins ville-hôpital hépatite C »ont été créés pour faciliter les échanges entre les professionnels de santé concernés (médecins généralistes et spécialistes, praticiens hospitaliers, infirmières, psychiatres, psychologues, pharmaciens, kinésithérapeutes, assistantes sociales) et mieux répondre aux besoins des malades. Les nombreuses associations de patientsapportent des informations ainsi qu'un accompagnement avec écoute et soutien aux personnes atteintes d'hépatite C et à leur entourage.
Document réalisé en collaboration avec les associations : Aides, Arcat, Association de défense des victimes d’hépatites (ADVH), Association nationale des généralistes pour la réflexion sur l’hépatite C (ANGRHEC), Collectif Hépatites Virales, Hépatites Ecoute et Soutien, Hépatites Info Service, Pourquoi?, SOS Hépatiteset la Fédération nationale des pôles de référence et réseaux hépatites.
Pour toute information, contactez Hépatites Info Service : 0 800 845 800 (appel anonyme et gratuit, de 9h à 23h, 7 jours sur 7)
SOS hépatites Fédération : 03 25 06 12 12 (de 14h à 20h)
La liste des associations est disponible dans les livrets Hépatite C du ministère de la Santé, de l’Assurance maladie et de l’INPES, auprès des pôles de référence, sur le site Internet du ministère de la Santé, sur le site de la FNPRRH.
Sites Internet
Ministère de la Santé : http://www.sante.gouv.fr rubrique “Dossiers par ordre alphabétique: Hépatite C”
Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES) : http://www.inpes.sante.fr
Fédération nationale des pôles de référence et réseaux hépatites (FNPRRH) : http://www.fnprrh.com
Edition et diffusion : Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) 42, boulevard de la Libération 93203 Saint-Denis Cedex. Fax : 01 49 33 23 91
HE Un dépistage positif,
EC que faire ?
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents