//img.uscri.be/pth/4290b44fee5358391ff7da6d0ea8169e57539129
La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Il est temps d'arrêter, pour de bon

1 page

Il est temps d'arrêter, pour de bon

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 112
Signaler un abus
P o i n t sd ev u e
Ilesttempsdarrêter,pourdebon
ppant dans l’in ormationournie dans ceL’ uméro spécial deVoicest que les mé tabac sée de la vie, depuis laeau eins, euxet pour la plupart de ceux qui uent de, une mort malheureusement précoce.il semble que, par exemple, le risque étinopat e aossesse e plus exposées au diabète de type 2. C’est unep raison supplémentaire de convaincre lesil estataires de soins de la nécessité d’arrêter deavan la grossesse.Voici donc un nouvel élément à inclure dans latant d écautions à prene avantossesse, en pvivement toutes r
la
ultiplie, chez les les risques de développer un diabète de type o .ues ette, notamment la nicotine, entraînent ome métabolique, qui inclut ent le diabète de type vascu e.
our e type 2, le surpoids, l’obésité ou avoir uneorte tendance à en eo Le gain de poids est particulièrement redouté lors d’un sevrage tabagique. Une cigarette peut sembler être yen potentiel de se distraire de lvie de grignoter. Il ets physiologiques : le augmente la glycémie et réduit l’appétit.Toute ois, user du tabagisme comme moyen thérapeutique ne prend pas en e des risques. Il existe à présent un espoir que elles interventions thérapeutiques permettront aux yant un problème rêter déement de gain de poids consécutipro vantages.
u que diovasculaire et débrale, indépendamment . Etant donné le risque déjà accru de maladie diovasculaire et d’attaque cérébrale associé au diabète, accentuer ce risque constitue un comportement dangereux.
3
orts, quel que soit vancement de leur condition, oupe et auquel elles appartiennent.
Les arguments selon lesquels il
Non seulement ils
RhysWilliams  estprofesseur  d’épidémiologie cliniqueàlaSwansea  University,Royaume-Uni.IlestVice-présidentdelaFID  etPrésidentdu  Groupedetravail  surlasensibilisation  audiabètedela  Fédération.
t aux autres : e, les personnes qui inhalent leur qui auraient besoin de soins de santé auxquels elles n accès caressources précieuses sont consacrées, à raison, au traitement des eets né. La situation e. Nous, pro essionnels de la santé, devons aider et notamment dans notre cas ceux qui , à arrêter de, pour de bon.
uin Volume5o s